11 mars 2006

TUNISNEWS
6 ème année, N° 2119 du 11.03.2006

 archives : www.tunisnews.net


AISPP: Mohammed Abbou appelle au secours – Y aura-t-il quelqu’un pour lui répondre ?

Amnesty International:Cas du prisonnier politique Hachemi Mekki – Action urgente

AFP: Un parti Vert tunisien dénonce des propos « méprisants » des Verts français

Le Temps: Elections, aujourd’hui, chez les jeunes avocats

La Presse: LTDH – Les présidents des sections de Tunis-Médina et de Montfleury protestent

AP: Tunisie: le Rotary s’attaque au « bec de lièvre » Le Temps: Le ras le bol d’une citoyenne Jihad El Khazen: J’ai une proposition à l’administration américaine !

 

Sauvez la vie de Mohammed Abbou

Sauvez la vie de tous les prisonniers politiques

 

Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques

33 rue Mokhtar Atya 1001 Tunis

Tel : 71 340 860, Fax : 71 351 831 

 

Tunis, le 10 mars 2006 

Mohammed Abbou appelle au secours

Y aura-t-il quelqu’un pour lui répondre ?

 

L’épouse de Maître Mohamed Abbou nous a informés que son mari, actuellement à la prison du Kef, était quotidiennement en butte à des tracasseries et des agressions perpétrées par les agents pénitentiaires et des prisonniers de droit commun sommés d’utiliser toutes sortes de menaces et d’humiliations à son encontre.

Il est aussi soumis à des fouilles injustifiées à tout moment du jour et de la nuit, et plusieurs fois par jour, aux fins de le contrarier et de l’humilier. Les agents l’insultent en des termes répugnants et lui donnent à entendre des propos outrageants et grivois (insultes, injures, menaces). Il a été informé dernièrement que son épouse et ses enfants pourraient faire l’objet d’agressions et de vengeance de la part du pouvoir. Son épouse fait un sit-in hebdomadaire devant la prison et n’entre pas pour lui rendre visite, en guise de protestation contre son maintien en prison. Maître Mohammed Abbou l’a informée qu’il commencerait une grève de la faim illimitée le 11 mars 2006 pour qu’un terme soit mis aux agressions répétées dont il fait l’objet et exiger sa libération.

L’AISPP dénonce ces agissements ignominieux et contraires et à toutes les lois et conventions internationales, dont est l’auteur l’administration de la prison. Elle exige la libération immédiate et inconditionnelle de Maître Mohammed Abbou et des poursuites contre ses agresseurs.

Le Président de l’Association

Maître Mohammed Nouri

 

(traduction ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT

 

 

ACTION URGENTE

 

Amnesty International

 

AU 052/06 – MDE 30/004/2006 – EFAI –

 

Londres, le 8 mars 2006

 

AU 052/06 TUNISIE

 

PRÉOCCUPATIONS D’ORDRE MÉDICAL

Hachemi Mekki (h), 48 ans

 

 

Hachemi Mekki, un prisonnier politique, serait privé de soins médicaux nécessités par son état de santé. S’il ne bénéficie pas de soins spécialisés dans un hôpital, sa vie pourrait être menacée. Le 3 février, Hachemi Mekki a été transféré de la prison du 9 avril, à Tunis, pour être hospitalisé à Ariana, tout près de la capitale, mais les autorités ne lui ont pas permis de recevoir les soins dont il a besoin.

 

Un premier rapport médical établi par un médecin de l’hôpital d’Ariana indique que Hachemi Mekki pourrait être atteint d’un cancer des poumons. Le médecin a recommandé un examen au scanner qui permettrait de confirmer son diagnostic et de déterminer le meilleur traitement dans le cas de Hachemi Mekki. L’hôpital a besoin de l’autorisation de l’administration pénitentiaire avant de pouvoir procéder à un tel examen. L’administration de l’hôpital aurait envoyé les rapports médicaux à la prison, mais elle n’a pas encore reçu de réponse.

 

Hachemi Mekki a été condamné à trente-sept ans d’emprisonnement en 1995. Il a été déclaré coupable d’avoir soutenu une association interdite et tenu des réunions illégales. Il a été condamné en vertu d’une nouvelle loi de novembre 1993 portant modification du Code pénal et du Code de procédure pénale. Le texte prévoit une peine d’emprisonnement à l’encontre de tout Tunisien reconnu coupable d’activités politiques interdites, y compris la participation à des réunions. Il introduit également une définition vague du terrorisme (article 52 bis du Code pénal), qui a parfois été utilisée dans le but de criminaliser des activités politiques pourtant pacifiques.

 

 

INFORMATIONS GÉNÉRALES

 

Une nouvelle loi relative à l’administration des prisons adoptée en mai 2001 a élargi les droits des prisonniers en Tunisie. Elle garantit des droits fondamentaux, notamment les soins médicaux gratuits : tout prisonnier doit pouvoir recevoir gratuitement les soins médicaux et les médicaments nécessités par son état de santé, dans la prison ou à l’hôpital selon la décision du médecin de la prison. Cette loi est largement ignorée dans la pratique, et Amnesty International reçoit toujours des informations concernant des prisonniers que l’administration pénitentiaire prive de soins médicaux.

 

En avril 2005, les autorités tunisiennes ont signé un accord avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui permet à ce dernier de visiter les prisons régulièrement afin d’évaluer les conditions de détention ainsi que le traitement réservé aux prisonniers. Les visites ont commencé en juin 2005. Malgré l’intervention du CICR, Amnesty International a reçu un certain nombre d’informations concernant des prisonniers ayant entamé une grève de la faim en signe de protestation contre leurs conditions de détention, et contre le fait qu’ils sont privés de soins médicaux.

 

 

ACTION RECOMMANDÉE

 

Dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en arabe, en français, en anglais ou dans votre propre langue) :

– dites-vous préoccuppé par la santé de Hachemi Mekki, qui serait privé des soins médicaux dont il a besoin ;

– exhortez les autorités à veiller à ce qu’il bénéficie immédiatement des soins médicaux qui lui sont nécessaires;

– déclarez-vous inquiet par le fait que cet homme risque de mourir s’il ne bénéficie pas d’une prise en charge médicale spécialisée, et notamment d’un examen au scanner, comme cela a été préconisé par un médecin de l’hôpital d’Ariana ;

– rappelez aux autorités qu’elles sont tenues, en vertu de la loi tunisienne, de veiller à ce que tous les prisonniers bénéficient de tous les soins nécessités par leur état de santé.

  

APPELS À

 

Président;

Président Zine El Abidine Ben Ali;

Palais Présidentiel,

Tunis, Tunisie;

Fax : + 216 71 744 721;

Formule d’appel : Monsieur le Ministre

 

Ministre de la Justice et des Droits de l’homme;

M. Bechir Tekkari;

Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme;

31 bd. Bab Benat,

1006 Tunis, La Kasbah, Tunisie;

Fax : +216 71 568 106;

Courriers électroniques : mju@ministeres.tn;

Formule d’appel : Monsieur le Ministre

 

Directeur de l’Administration Pénitentiaire;

M. Ridha Boubaker;

Administration Pénitentiaire (Idarat el-Sujun),

Le Passage, Av. Habib Thameur,

Tunis, Tunisie;

Formule d’appel : Monsieur le Directeur de l’Administration Pénitentiaire

 

 

COPIES À

 

L’organisme gouvernemental chargé des droits humains, qui dépend du président;

Comité supérieur des droits de l’homme et des libertés fondamentales;

Zakaria Ben Mustapha (président);

85 Avenue de la Liberté,

1002 Tunis – Belvédère, Tunisie;

Fax : +216 71 796 593 / 784 038

 

Ambassade de Tunisie

Kirchenfeldstrasse 63

3005 Berne

Fax: 031/ 351 04 45

E-mail: at.berne@bluewin.ch

 

 

PRIÈRE D’INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.

APRÈS LE 19 AVRIL 2006, VÉRIFIEZ S’IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

 

(Source : Texte de l’action urgente publié par Mounir Dabbour, le 10-03-2006 à 17h21 sur le forum Tunezine) 


 

Agression de Me Radhia Nasraoui

 

Aujourd’hui, pendant le congrès des Jeunes Avocats Tunisiens à l’Hôtel Acropol Lac à Tunis. La police politique Tunisienne a encerclé les lieux et empêché le passage des avocats congressistes, Me Nasraoui voulant s’y rendre, à été arrêté par la Police politique qui ont reçu l’ordre de leurs supérieurs (selon leur propre dire) et de l’empêcher à participer.

 

Cette action de la police Tunisienne s’inscrit une fois de plus, dans le processus du pouvoir dictatorial de Ben Ali d’avoir la mainmise sur cette institution libre et d’empêcher les élections démocratiques de Jeunes Avocats.

 

A rappeler que cette élection a été avancée par les corrompus du pouvoir et les chiens de Ben Ali pour aujourd’hui (11 mars, NDLR), malgré que la date du 18 mars 2006 qui a été retenue selon l’entente totale des avocats et avec la majorité des congressistes sous la médiation du bâtonnier des avocats tunisiens.

 

Me Nasraoui a été arrêtée et agressée physiquement et verbalement par la police politique tunisienne et sa voiture a été bloquée.

 

La police cherche en ce moment même à faire déloger les personnes non grata par la force et faire évacuer les voitures à l’aide des camions de la police municipale.

 

Vous pouvez joindre Me Nasraoui sur le numéro suivant : 00216 98 339960

 

(Source : Alerte electronique de  M. Mounir Dabbour, 11 mars)


 

Un Tunisien à la Foire du Livre à Paris le 19 mars 2006 (à 10 heures, NDLR)

Par: karim  

 

J’ai rencontré Karim Kara Mosli à la prison de borj erroumi en 91 ( l’année du génocide à la tunisienne).

 

Février dernier, je l’ai rencontré à paris par hasard, il m’a annoncé qu’il dédicacera son premier roman au salon du livre à Paris (Porte de Versailles) le 19 mars.

 

hey, les « livrevors » soyez nombreux

——————————

 

« Odyssée spirituelle et riche, « Le consommateur final » est avant tout une farce noire.

 

Dans un style vif à saisir le détail vrai, l’auteur nous entraîne à sa suite dans un tourbillon à la fois grotesque, lucide, au ton tantôt acide, tantôt enjoué, mais toujours sincère. Inspiré d’évènements réels, ce premier roman est une chronique intime d’un monde qui se disloque et où certains embrassent de nouvelles raisons de vivre. Impossible de se détacher de cette réalité encore fumante surgie des ruines d’un passé encore vivant.

 

LE CONSOMMATEUR FINAL

de: Karim Kara Mosli

 

Date de Parution : 08/03/2006

Présentation : Broché – 500 g – 15 cm x 24 cm

ISBN : 2848780584 – EAN : 9782848780580

 

Editeur: in octavo editions 

 

(Source: Forum “That Essour” de nawaat.org, le 11 mars 2006 à 12h37 PM)

URL: http://www.nawaat.org/forums/index.php?showtopic=10822

 


Emission de TV

 

Une émission de TV-allemande « Phoenix » concernant des villes saintes de lŽIslam. Il sŽagit cette fois-ci de « Damas et de Kairouan« .

09.00h..09.30h – Phoenix

„Heilige Stätten des Islam“

Aus der Reihe Schätze der Welt, Erbe der Menschheit über die beiden Städte Kairouan und Damaskus

 

Merci et à bientôt

 

 


 

 

Un parti Vert tunisien dénonce des propos « méprisants » des Verts français

 

AFP, samedi 11 mars 2006

 

TUNIS – Le Parti des verts pour le progrès (PVP) nouvellement agréé en Tunisie, a dénoncé samedi les propos « méprisants » des Verts français à son égard, les appelant au « respect » et à plus de « solidarité ».

« Le PVP dénonce les propos méprisants et diffamatoires » des Verts français, a déclaré le secrétaire général de ce parti Mongi Khammassi, dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Notre parti, qui refuse de faire allégeance à des formations politiques étrangères, appelle le Parti des Verts en France au respect des autres partis Verts, et à une plus grande solidarité entre les différents mouvements écologiques du monde », lit-on dans le communiqué.

Les Verts français ont dénoncé vendredi la légalisation par le régime du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali d’un « pseudo parti Vert entièrement à ses ordres » et réclamé l’autorisation du parti la « Tunisie Verte », dirigé par Abdelkader Zitouni et qui attend vainement sa légalisation depuis avril 2004.

Cette situation s’explique, selon les Verts français, par le fait que « +Tunisie Verte+ mettait en effet en avant non seulement la défense de l’environnement mais aussi la démocratie, les droits de l’Homme et les droits des femmes ».

Le PVP « est un parti autonome et indépendant qui ne prend ses ordres nulle part qu’au sein de ses instances propres ». Il « se veut un parti d’opposition indépendant mais également responsable », assure le communiqué.

« Dès l’obtention de notre visa légal, nous avions souligné que notre parti ambitionne d’être un espace ouvert à toutes les personnes sincères et à tous les patriotes tunisiens », poursuit le communiqué.

M. Khammassi, député et ancien membre du Parti social démocratique libéral (PSDL-opposition légale), a annoncé le 3 mars la légalisation par les autorités du premier parti écologiste en Tunisie et affirmé vouloir privilégier « l’interaction avec les organes de l’Etat et les différents pouvoirs publics pour la réalisation de ses objectifs ».

 

 

 

 


 

 

Corporations

Elections, aujourd’hui, chez les jeunes avocats

 

On croit savoir que les candidats de la liste de la concorde et leurs partisans boycotteraient les élections du comité directeur de l’Association tunisienne des jeunes avocats (ATAJ) qui se tiendront aujourd’hui à partir de 9 heures à l’hôtel l’Acropole aux Berges du Lac.

 

Les raisons tiennent à un différend qui les oppose aux candidats de la liste proche du RCD sur la date de la tenue des élections.

 

Aval

 

Déjà un différend sur le lieu de ces élections prévues initialement le samedi 4 mars a été à l’origine du report de ces élections. Les candidats de la liste de la concorde veulent que ces élections se tiennent à la Maison de l’Avocat pour plus de commodité et loin des “indiscrétions” alors que les candidats de l’autre liste sont pour que ces élections se tiennent comme d’habitude au Palais de Justice. Après des altercations, tous les candidats ont tenu une réunion avec le bâtonnier et ont décidé de reporter les élections au 18 mars.

 

Mais le lundi 6 mars, le comité directeur sortant annonce dans un communiqué que les élections se dérouleront le samedi 11 mars et dans une interview publiée hier, le président sortant et qui brigue un second mandat, Me Lotfi Larbi, maintient la date du 6 mars et souligne que cette décision entre dans le cadre des prérogatives du comité directeur. Mais, pour les candidats de la liste de la concorde, la date du samedi 18 mars a été décidée unanimement par tous les candidats et aussi avec l’aval du bâtonnier…

 

Néjib SASSI

 

(Source : « le Temps » du samedi 11 mars 2006)

 

 


 

 

Ligue tunisienne des droits de l’homme

Les présidents des sections de Tunis-Médina et de Montfleury protestent

 

Dans un communiqué rendu public hier, «les présidents des sections de Tunis-Médina et de Montfleury de la Ligue tunisienne pour les droits de l’homme, MM. Ridha Mellouli et Chedli Ben Younès, tout en prenant acte du fait qu’ils n’ont pas reçu l’invitation lancée par le comité directeur pour la tenue du Conseil national de la Ligue le 12 mars courant,

 

1) Enregistrent, de nouveau et avec regret, la persistance du comité directeur de la Ligue à poursuivre la logique de l’exclusion et les pratiques arbitraires et unilatérales, ce qui constitue une violation claire des statuts et du règlement intérieur de la Ligue;

 

2) Expriment leur vive protestation face à la poursuite de la fuite en avant et des comportements isolationnistes contraires aux traditions de la Ligue.

 

Les deux signataires de ce communiqué assurent qu’ils avaient, pourtant, fait montre de leur bonne foi et de leur volonté de contribuer à trouver une solution à la crise suite aux médiations entreprises, après information et aval du comité directeur, par des personnalités nationales.

 

Malgré cela, le comité directeur a persévéré dans ses positions rigides, rejetant toute solution démocratique confirmant, de nouveau, la poursuite de la logique de l’exclusion et de la marginalisation des militants de la Ligue. Ce qui conduit à s’interroger sur la crédibilité et l’utilité de ces efforts et médiations.

 

3) Expriment, avec force, leur attachement aux statuts et au règlement intérieur et leur détermination à défendre leur droit à poursuivre leurs activités en matière de droits de l’homme avec tous les moyens légaux et disponibles.»

 

S.R.

 

(Source : « La Presse » du 11 mars 2006)

 

 


 

Tunisie: le Rotary s’attaque au « bec de lièvre »

 

Associated Press, le 10 mars 2006 à 20h16

 

« Aider un enfant à retrouver le sourire »: c’est le but que se sont fixés des praticiens de plusieurs pays occidentaux et maghrébins pour traiter les malformations orofaciales de type labiopalatines (bec de lièvre) qui affectent en moyenne un nouveau-né sur mille de par le monde.

 

La campagne impliquera cette année une centaine d’enfants tunisiens issus de familles nécessiteuses ainsi que des Algériens et des Libyens, dont une trentaine subiront des opérations chirurgicales, a annoncé vendredi à la presse, le président du Rotary Club El Menzah de Tunis, Mahmoud Trabelsi, promoteur de ce programme en collaboration avec la Japanese Cleft Palate Fondation.

 

Du 19 au 23 mars, ces enfants seront opérés par une équipe de médecins français, japonais, italiens, canadiens, américains, algériens et tunisiens « de renommée mondiale ».

 

Selon son président, Mohamed Kalaï, ce programme est « unique au monde » dans la mesure où il implique des spécialistes de sept pays et traite des patients de plusieurs nationalités. Lancé en 1999, il a profité déjà à 340 enfants, dont 132 ont été opérés.

 

« C’est une opération très difficile à réaliser, en ce sens que la malformation qui diffère d’une région à l’autre, nécessite plusieurs interventions dont une greffe osseuse délicate », a expliqué le Dr Ali Adouani, chef du service maxillo-facial de l’hôpital Charles Nicolle de Tunis, où seront soignés les patients.

 

Selon lui, la fente faciale est une anomalie congénitale dont les causes ne sont pas déterminées à ce jour. Entre autres facteurs qui en favoriserait l’apparition, il suspecte les mères souffrant de diabète.

 

Les Rotariens tunisiens projettent de créer à Tunis un centre africain de traitement de ce handicap, avec le concours des ambassades du Japon et des Etats-Unis.


 
 

Le ras le bol d’une citoyenne

Volée, agressée, arnaquée : une citoyenne crie son désespoir. Et elle se demande ce qui a fait que notre société est devenue si agressive. Depuis les voleurs à la scie et à l’arrache-clou, jusqu’aux agios bancaires.

 

Voici son histoire.

 

« J’ai envie d’écrire pour partager avec le lecteur, mes émotions et mes angoisses.

Il y a quelques jours, vers 3h30 du matin, je ne sais pas ce qui m’a réveillé. Toujours est-il qu’en ouvrant les yeux je vois un voleur à quelques centimètres de mon lit. Il me tournait le dos et braquait sa torche sur mes sacs suspendus à un portemanteau. Sans réfléchir j’ai dit « qui est-ce ? » alors il prend le sac et sort en vitesse. Il a pénétré dans la maison (une villa à El Manar 1) après avoir scié le fer forgé de la fenêtre de ma cuisine et a ouvert de l’intérieur la porte de celle-ci pour préparer sa fuite.

 

En faisant une déclaration au commissariat de police tout le monde me félicitait ou presque pour avoir échappé à un coup qui aurait pu être fatal peut-être ai-je eu une chance dans mon malheur. De toute façon, je suis traumatisée, je dors mal la nuit, je me réveille en sursaut, je fais des cauchemars…

Quelques jours auparavant, je vais à la banque et j’encaisse le montant de nos dépenses mensuelles.

 

Après, je vais dans une librairie, j’ouvre mon sac pour payer, il était posé sur une pile de cartons devant le comptoir – je parlais avec l’une des deux vendeuses, lorsqu’un bonhomme entre. La deuxième vendeuse devait le servir et subitement, elle commence à crier « mais qu’est-ce tu fais ? » je regarde dans mon sac, la liasse de billets a disparu. Nous avons couru toutes les trois en alertant les passants malheureusement, le type a disparu. Là aussi, Dieu merci, de retour au magasin, nous trouvons l’argent le voleur l’a relâché, lorsque la vendeuse l’a interpellé, j’ai passé un sale quart d’heure et j’ai tremblé de tous mes membres longuement.

 

La semaine d’avant, j’ai passée par l’avenue de Madrid, en voiture on circulait pare-choc contre pare-choc, mon sac était posé à côté de moi sur le siège avant et un piéton tente d’ouvrir la portière. Heureusement elle était bloquée sinon, il m’aurait pris mon sac avec un récépissé de la Trésorerie Générale, seule preuve du montant du capital décès de mes enfants (je suis veuve).

 

Quelle poisse ! que l’on soit à pied, en voiture ou même à la maison, que ce soit le jour ou la nuit, nous sommes la cible de voleurs et comment vivre avec un tel sentiment d’insécurité ?

 

J’ai raconté mes mésaventures à mes voisins, mes amis pour qu’ils prennent leurs précautions et à chaque fois on m’a rapporté des exemples encore plus alarmants que le mien.

 

Les commissariats de police ne désemplissent pas à cause des plaintes de toutes sortes. Je me demande pourquoi notre société est-elle devenue ainsi.

 

Lorsque je vais au marché, je ne prends ni sac ni portable, juste l’argent nécessaire pour faire les courses. J’ai admis depuis longtemps une perte de 5 à 10% sur tout achat de fruits ou légumes. N’en parlons pas du poisson ! L’arnaque trouve ses racines dans les poids, la qualité, le prix… Et, il ne faut surtout pas protester car le marchand peut devenir grossier et même mauvais.

 

Il y a une autre arnaque, elle est plus chic car elle est officielle. Ce sont les commissions bancaires. Elles dépassent tout entendement. Il y a environ 30 ou 40 ans tous les agios (même celles des comptes courants) étaient créditeurs. Les intérêts de l’épargne couvraient convenablement l’inflation.

 

Et les banques ont toujours été bénéficiaires. Le plus flagrant que j’aie vécu est que le capital épargne se trouve diminué. Il est vrai que la somme épargnée est faible mais que veut dire Epargne ? De quel droit la banque touche à mon argent et sans me prévenir ? Je me trouve devant le fait accompli.

 

Lorsque j’ai ouvert 2 comptes d’épargne, l’agent bancaire ma reçu les bras ouverts et ne m’a pas prévenu du risque de voir mon argent fondre comme du beurre au soleil. Pourquoi ce vol déguisé et camouflé par un décret ou une loi que l’on garde bien cachée.

 

Une autre opération financière a été effectuée par la CNRPS le dernier trimestre 2005.

 

En effet, la caisse a procédé à une retenue d’argent (la part des enfants) pendant 3 mois, sans me prévenir. Elle me les a remboursé au mois de janvier, alors je dis que la CNRPS m’a emprunté plus de sept cents dinars que je n’étais pas la seule à avoir contribué à ce emprunt. Quel est le montant des bénéfices de cet emprunt ? Personne ne le saura jamais surtout personne ne connaîtra la stratégie adoptée. Sous d’autres cieux, l’opération aurait suscité du grabuge alors que chez nous f tout est passé sous silence.

 

Les 300 millimes de taxe sont exaspérantes même la place au parking qui était de 1 dinar se trouve majorée des fameux 300 millimes soit une augmentation de 30%.

 

Le prix des carburants croît en flèche sans que le citoyen soit prévenu. La législation du code de la route concernant le retrait du permis de conduire a été appliquée avant d’être votée. Je me suis fait attrapée par le radar là où la vitesse était limitée à 50 km/h sur la route Tunis-Hammam-Lif, là où la voie est double. A cet endroit il est impossible de rouler à la vitesse d’une charrette. Un des chefs de police ou garde nationale m’a fait signer un P.V que je n’ai pas lu, il ne m’en a pas livré une copie alors qu’il m’en devait une (je l’ai su le lendemain par la voie de presse). Il m’a dit avec l’air de me rendre service : « voilà, je ne vous retire pas votre permis, vous aurez à payer simplement une amende ». Et voilà, encore une dépense supplémentaire à laquelle je dois faire face.

 

J’ai lu, il n’y a pas longtemps, une lettre d’un jeune tunisien vivant à l’étranger (2ème génération), il se demandait pourquoi tous les jeunes tunisiens ne cherchent qu’à rejoindre l’Europe. Je ne réponds pas à la place des jeunes car lorsque j’étais jeune, je voulais rester en Tunisie et servir mon pays.

 

Aujourd’hui, en tant que retraitée, j’aurai préférée avoir la nationalité suisse ou luxembourgeoise ou même française. Ici j’ai demandé une carte de retraitée on m’a dit je n’y ai pas le droit puisque ma pension est virée directement à ma banque.

 

Les retraités tunisiens n’avons aucun avantage l’augmentation de la pension ne couvre qu’un epsilon (∑) de la cherté de la vie, le pouvoir d’achat des retraités dégringole à vue d’œil et comme l’a dit une amie, nous sommes les futurs pauvres de la société bien que nous ayons fait partie de la catégorie A des fonctionnaires de l’Etat ».

 

Bradaï Oum Kalthoum

7, avenue de l’Université

Manar I – (2092)

 

(Source : Article publié sur la page 2 du journal « le Temps » le vendredi 10 mars 2006)

 

 

J’ai une proposition à l’administration américaine !

ParJihad El Khazen

Al Hayat (Londres), 7 mars 2006.

 

Original :

http://www.alhayat.com/opinion/editorials/03-2006/Item-20060308-db2c14d0-c0a8-10ed-00ad-9c645fe8bdce/story.html/

 

Je suis tombé cette semaine sur un texte minable émanant de la fondation Heritage, dont je traduis

juste le premier paragraphe :

« La victoire du Hamas aux dernières élections législatives palestiniennes doit conduire à une révision systématique et générale des subventions usaméricaines et internationales à l¹autorité palestinienne. Le Hamas est une des organisations terroristes les plus sauvages et les plus barbares de l¹histoire moderne. Elle est responsable de l¹assassinat de centaines de civils israéliens, palestiniens et américains et en a blessé des milliers d¹autres. Les USA et l¹Europe se doivent d¹interdire le financement d¹un pouvoir palestinien qui ne reconnaît pas Israël et soutient l¹usage du terrorisme».

 

Frappez à la porte et vous avez la réponse ! Et ma réponse, bien avant que les élections israéliennes nous ramènent les mêmes criminels de guerre nazis, est la suivante.

 

Avec son armée, le gouvernement israélien est une des pires organisations terroristes par sa barbarie et sa sauvagerie, dans l¹histoire moderne. Il est responsable de la mort de milliers de civils palestiniens et davantage encore de blessés. Les USA doivent s¹interdire de financer un pouvoir israélien qui ne reconnaît pas Le Hamas et qui s¹active à soutenir le terrorisme.

 

Je ne fais pas de la surenchère verbale et je défie les rédacteurs du texte, James Phillips et Nile Gardener de me démentir. Ce que je dis est la stricte vérité et j¹en ai la preuve infaillible !

 

Les derniers chiffres disponibles de Beit selem, le Centre d¹information Israélien sur les droits de l¹homme dans les territoires occupés, sur la période allant du 29/09/2000, début de l¹Intifada, à 28/02/2006, est de : 3430 civils palestiniens tués, contre 684 civils israéliens. Cela veut dire que le gouvernement d¹Israël a été 5 fois plus terroriste que les toutes les organisations palestiniennes réunies, y compris le Hamas.

 

Les deux chiffres précédents deviennent plus terribles encore, ramenés à l¹âge des victimes, c’est-à-dire les enfants de moins de quinze ans. Ainsi nous avons 679 enfants palestiniens tués au cours de cette période contre 118 enfants israéliens, ce qui rend Israël six fois plus terroriste que les organisations palestiniennes, en matière d¹assassinat d¹enfants.

Ce sont là des chiffres israéliens que le gouvernement n¹a pas démentis et qu¹il ne peut démentir. Ils sont plus crédibles que les deux auteurs imposteurs de cette fondation extrémiste qui nourrit le terrorisme israélien et le couvre, au point que les USA n¹ont plus un seul ami dans le monde arabe et musulman.

Je pose cette question aux lecteurs : Qui croire ?

Deux auteurs Likoudistes ou bien les Nations unies qui viennent de déclarer dans un rapport officiel que l¹arrêt de l¹aide aux Palestiniens conduira rapidement à une grave crise dans les services généraux, y compris l¹enseignement et la santé ?

 

J¹ai une proposition à l¹administration usaméricaine : Arrêtez votre aide aux Palestiniens et aux Israéliens!

 

Contre une aide de quelques dizaines de millions de dollars à un peuple sous une occupation barbare à caractère nazi, les USA donnent publiquement aux Israéliens (les montants secrets sont plus importants) 3 Milliards de dollars, que ceux-ci utilisent pour tuer des Palestiniens. Tout cela pour qu¹Israël se présente au monde comme un État occidental à succès, alors qu¹en fait, il ne peut tenir sur ses deux pieds sans la béquille usaméricaine.

 

Je crois que l¹administration usaméricaine dépenserait mieux les aides aux Palestiniens et aux Israéliens, au profit des victimes de Katrina et pour réhabiliter les centres des villes usaméricaines où la misère et le crime sont au niveau des pays du tiers monde.

Je ne connais pas les deux extrémistes qui ont rédigé le papier de cette fondation extrémiste Heritage et je ne veux pas les connaître. Ce que je sais par contre c¹est que leurs semblables ainsi que leur fondation  sont responsables de la généralisation de la haine pour l¹Usamérique auprès des 1,2 milliards d¹Arabes et de musulmans contre 5 millions d¹israéliens qui déclarent vouloir la paix à chaque sondage. Et c¹est alors qu¹un gouvernement criminel arrive pour tuer les civils et répandre un peu plus la haine des Usaméricains qui, eux aussi, et n¹était-ce la domination de la bande israélienne sur l¹administration, veulent la paix.

C¹est elle qui encourage le terrorisme israélien, alors que personnellement j¹ai toujours appelé les organisations palestiniennes à arrêter les actions kamikazes.

 

En même temps que je lisais le papier de Gardener et Phillips, je lisais ceci dans les journaux israéliens: « Mort de cinq (5) Palestiniens hier dans la bande de Gaza dans une opération de liquidation ciblée (crime d¹Etat), exécutée par l¹aviation israélienne. Il y avait parmi les cinq tués, trois (3) enfants, âgés respectivement de 10, 15 et 16 ans. Victimes innocentes qui se trouvaient sur les lieux de la frappe par hasard ».

 

Le terrorisme se définit comme étant le meurtre de civils étrangers au conflit armé. Au cours de la

deuxième Intifada, Israël n¹a fait que commettre des crimes qui relèvent de la Cour Pénale Internationale et c¹est pour cela qu¹elle ne veut pas y adhérer. Tout comme les USA, par rapport à leurs victimes civiles dans chaque opération militaire qu¹ils mènent en Iraq.

Israël n¹a pas de lien avec les caricatures offensantes du prophète de l¹islam, de l¹islam et de ses croyants. Il fut pourtant attaqué, non pas par rapport aux caricatures mais en rapport avec la cause palestinienne. Les manifestants en Iraq ont brûlé les

drapeaux usaméricains et israéliens et  scandé « Il n¹y a d¹Allah qu¹Allah et l¹Amérique est l¹ennemi

d¹Allah ».

 

Les USA non plus ne sont pas concernés par les caricatures. Là aussi le problème est celui de la Palestine.

Le président Mahmoud Ahmedinejadi a porté haut les couleurs de la cause et cela lui a donné un supplément de popularité. Oussama Ben Laden surenchérit sur la cause et n¹importe quelle organisation qui veut surenchérir le fait sur la cause palestinienne.

J¹espère que l¹administration usaméricaine pourra écouter la voix de la raison qui est celle de son

intérêt aussi.

Mais comment le fera-t-elle, alors que le brouhaha de la bande extrémiste lui bouche les oreilles.

___________________________________________________________________________

 

(*) L’auteur, Arabe de confession chrétienne, a été longtemps rédacteur en chef du quotidien arabe AL HAYAT, paraissant à Londres. Il y tient actuellement une rubrique intitulée : Des yeux et des oreilles.

 

Traduit de l’arabe en français par Ahmed Manaï, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique (www.tlaxcala.es). Cette traduction est en Copyleft.

 

 

 http://www.tunisitri.net, le site web de l’Institut tunisien des relations internationales

 

 

 

 

 

أعداد أخرى مُتاحة

4 août 2005

Accueil TUNISNEWS 6 ème année, N° 1901 du 04.08.2005  archives : www.tunisnews.net القدس العربي : واشنطن تجمد ممتلكات محتملة لثلاثة

+ لمعرفة المزيد

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.