28 mars 2006

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
6 ème année, N° 2136 du 28.03.2006

 archives : www.tunisnews.net


 FIDH : Tunisie : La défense des défenseurs des droits de l’Homme plus que jamais nécessaire  ACAT: Situation préoccupante de Lotfi Amdouni – lettre au ministère de l’intérieur  AFP: L’un des complices dans l’assassinat d’un ministre belge arrêté en Allemagne  AFP: Italie: 302 immigrés clandestins interceptés au sud de la Sicile  AP: Law, family, society all weigh against converting from Islam to Christianity in most of the Middle East  Libres propos – En gérant sa durée au pouvoir, sa fortune, sa sécurité ,Ben ali est encore plus fort qu’un chef de la mafia  Webmanagercenter.com: La Tunisie vue par le FMI : Ce qui reste à faire pour accrocher le train de l’OCDE  Saphirnews : Comment le foulard devient l’instrument d’une propagande nationaliste  Taïeb Moalla: L’Immeuble Yacoubian, livre ouvert

 

FIDH

Tunisie : La défense des défenseurs des droits de l’Homme plus que jamais nécessaire

 

24/03/2006

 

Lors de son récent séjour en Tunisie à l’occasion du lancement du rapport annuel 2005 de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Mme Anne-Laurence Lacroix, directrice adjointe de l’OMCT, a pu constater que « en dépit des déclarations du gouvernement et de la libération de certains prisonniers , dans l’ensemble, la situation des défenseurs des droits de l’Homme aurait tendance à s’aggraver en Tunisie. Le traitement indigne réservé à la famille de Me Mohamed Abbou et les violations à l’encontre de M. Ali Ben Salem en sont, hélas, une illustration quotidienne ».

 

En effet, l’Observatoire dénonce fortement le harcèlement dont continue d’être victime M. Mohamed Abbou, ancien dirigeant de l’Association des jeunes avocats (AJA), membre du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT) et de l’Association internationale pour le soutien des prisonniers politiques (AISSP). M. Mohamed Abbou est incarcéré depuis le 1er mars 2005 à la prison de Kef pour avoir publié une tribune sur Internet en août 2004, dans laquelle il dénonçait les conditions de détention en Tunisie.

 

Le 23 mars 2006, jour de visite, la femme de M. Abbou, Mme Samia Abbou, accompagnée de la mère de son mari et de ses trois enfants, qui n’avaient pas vu leur père depuis deux mois et demi, ont été interdits de lui rendre visite, alors même que la prison de Kef est à plus de 250 km de leur domicile. Aucune explication ne leur a été donnée.

 

En outre, le 20 mars 2006, Mme Samia Abbou, qui rentrait alors de Genève (Suisse), a été fouillée à son arrivée à l’aéroport, et une photo de son mari, qu’elle porte toujours sur elle, lui a été confisquée.

 

L’Observatoire rappelle que depuis le 11 mars 2006, M. Mohamed Abbou est en grève de la faim. Il entend ainsi protester contre ses conditions de détention qui se sont aggravées depuis le 2 mars 2006, date à laquelle de nombreuses personnes se sont rassemblées devant la prison de Kef, malgré l’interdiction de la police et la garde nationale (Cf. communiqué de presse de l’OMCT, 15 mars 2006).

 

D’autre part, l’Observatoire a été informé que M. Ali Ben Salem, vice-président de l’Association de lutte contre la torture en Tunisie (ALTT) et responsable de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) à Bizerte, est placé sous résidence surveillée depuis les 9-10 novembre 2005, sans qu’aucun mandat ne lui ait été présenté. Son domicile, qui abrite également la section de Bizerte de la LTDH, fait en effet l’objet d’une forte et constante présence policière.

 

« Nous sommes extrêmement préoccupés s’agissant de ces faits, et appelons le gouvernement tunisien à respecter ses engagements relatifs aux libertés fondamentales », a déclaré M. Mabassa Fall, représentant de la FIDH auprès de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples. En particulier, l’Observatoire demande la libération immédiate de M. Abbou, ainsi que le respect de son intégrité physique et psychologique. L’Observatoire demande également aux autorités tunisiennes de mettre un terme aux actes de harcèlement à l’encontre de la famille de Me Abbou et de M. Ali Ben Salem. Enfin, l’Observatoire rappelle son soutien à la LTDH, ainsi qu’à l’ensemble des organisations non gouvernementales indépendantes en Tunisie.

 

(Source : publié sur le site FIDH, le 27 mars 2006)

URL: http://www.fidh.org/article.php3?id_article=3198


 
L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT)
 
 
 
Monsieur Rafik Belhaj Kacem Ministère de l’intérieur Avenue Habib Bourguiba 1001 Tunis Tunisie Fax : 00 216 71 354  331   Le 23 mars 2006   Monsieur le Ministre,   J’ai été alerté(e) par l’ACAT de la situation préoccupante de Lotfi Amdouni. Militant des droits de l’homme, membre de l’Association internationale de soutien aux prisonniers politiques (AISPP) et ex prisonnier politique, il subit des tracasseries permanentes émanant des agents de la Sûreté du poste de Kabbaria qui l’obligent à venir signer quotidiennement les registres relatifs à son contrôle administratif. Cela l’empêche de suivre ses cours du matin à la faculté de théologie de Tunis. Il y a là un abus de pouvoir de la part de ces policiers. En effet, les textes réglementant les modalités d’un contrôle administratif n’obligent aucunement la personne contrôlée à un émargement quotidien et n’autorisent en aucun cas le centre de police à harceler la personne soumise au contrôle.   Lotfi Amdouni a effectué une peine de quinze ans d’emprisonnement. Depuis sa libération, l’accès à un emploi lui a été interdit. Il est désormais contraint de travailler en tant que vendeur ambulant sur les marchés en plus de ses études. L’AISPP vient d’apprendre que monsieur Lotfi Amdouni a été placé en garde à vue de 11 heures à 22 heures le 17 mars dernier.   L’ACAT considère que l’attitude des agents de la Sûreté vise à interdire à l’ex prisonnier politique Lofti Amdouni de reprendre une vie normale, d’étudier et de travailler à la suite de sa libération. Nous demandons que soit mis fin à de telles pratiques et que les policiers responsables de ces harcèlements soient sanctionnés.      Nous vous remercions de nous lire et nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’_expression de notre plus haute considération   Nicole Pignon-Péguy Pole Actions   CC : Copie à l’ambassade de Tunisie, 25 rue Barbet de Jouy, 75 007 Paris, Fax : 01 45 56 02 64   L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) France est affiliée à la Fédération Internationale de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture, ayant statut consultatif auprès des Nations unies et du Conseil de  l’Europe


Me Néjib Chebbi à Washington ce 31 mars 2006

AEI Series: Dissent and Reform in the Arab World  Empowering Democrats

Start:  Friday, March 31, 2006  9:00 AM End:  Friday, March 31, 2006  12:30 PM Location: Wohlstetter Conference Center, Twelfth Floor, AEI 1150 Seventeenth Street, N.W., Washington, D.C. 20036 The United States has shown that it is not interested in imposing democracy on the Arab world. Indeed, it has become clear that building blocks for political and economic reform exist throughout the region. But as the first installment in AEI’s « Dissent and Reform in the Arab World » has shown, these brave and bright reformers at the heart of democratic change have little political space with which to work and grow. On January 13, participants from Tunisia, Libya, and Yemen detailed the extensive repressive measures used to stifle democracy in their countries and offered concrete suggestions for reform. Please join AEI on March 31 for the second installment of the Dissent and Reform series. Participants from Iraq, Kuwait, Syria, Lebanon, Jordan, and Palestine will continue to shine a spotlight on reform at home and support from abroad. 8:45 a.m. Registration and Breakfast       9:00 Introduction: Danielle Pletka, AEI Opening Remarks: Shafeeq Ghabra, Alghad Communication/Leadership and Policy Institute, American University of Kuwait, Kuwait 9:15 Panel I: Challenges to Reform in Syria and Lebanon Panelists: Ammar Abdulhamid, Dar Emar Publishing House, Syria Hassan Mneimneh, Iraq Memory Foundation, Lebanon Najat Sharafeddine, Future Television, Lebanon Lokman Slim , Hayya Bina (“Let’s Go!”‌), Lebanon Moderator: Danielle Pletka, AEI 10:30 Panel II: Challenges to Reform in Iraq and Jordan Panelists: Sama Hadad, Iraqi Prospect Organization, Iraq Jamil Nimri, Al Ghad, Jordan Moderator: Michael Rubin, AEI

11:45 Closing Remarks: Nejib Chebbi, Progressive Democratic Party, Tunisia

12:15 p.m. Lunch and Adjournment      (Source : le site de l’American Enterprise Institute AEI, le 28 mars 2006) URL: http://www.aei.org/events/eventID.1251,filter.all/event_detail.asp

 

 

Italie: 302 immigrés clandestins interceptés au sud de la Sicile

 

 
AFP, le 28.03.2006 à 09h32 ROME, 28 mars 2006 (AFP) – Les gardes-côtes italiens ont annoncé  mardi avoir intercepté 302 immigrés clandestins au large de la  petite île de Lampedusa, située au sud de la Sicile. Deux embarcations – l’une avec 141 personnes à bord dont deux  femmes, et l’autre avec 161 passagers – avaient été repérées à  l’aube par un navire de la marine militaire au large de Lampedusa. Des vedettes des gardes-côtes ont été envoyées à leur rencontre  pour les intercepter et remorquer leurs deux bateaux sur l’île. Un groupe de 200 personnes avait déjà été intercepté au sud de  Lampedusa dans la nuit de dimanche à lundi. La petite île est le territoire italien le plus proche des côtes  tunisiennes et libyennes. En 2005, 207 embarcations ont été  interceptées près des côtes italiennes avec à leur bord près de  22.000 immigrés clandestins. 70 cadavres de migrants ont été  également découverts par les garde-côtes et les douaniers durant la  même période. Par ailleurs, les autorités italiennes ont annoncé dans un  communiqué avoir renvoyé mardi matin par un vol charter dans leur  pays 60 personnes de nationalité égyptienne, qui avaient récemment  tenté de gagner l’Italie.   AFP

Mit Holzbooten in die Freiheit

Die italienische Küstenwache hat am Montag 261 illegale Einwanderer gerettet, die mit einem 14 Meter langen Holzboot im Mittelmeer Richtung Italien unterwegs waren. Ein tunesischer Fischer hatte die Flüchtlinge entdeckt und Alarm ausgelöst. Die Menschen auf dem Boot, deren genaue Herkunft zunächst nicht feststand, wurden in ein Auffanglager auf der Insel Lampedusa südlich von Sizilien gebracht.

Artikel vom 27.03.2006 |apa,dpa |dk

Source: http://kurier.at/chronik/1319078.php


L’un des complices dans l’assassinat d’un ministre belge arrêté en Allemagne

 

AFP, le 27.03.2006 à 14h39                       BRUXELLES, 27 mars 2006 (AFP) – Un truand ayant participé à  l’assassinat en 1991 de l’ancien ministre belge André Cools,  Domenico Castellino, a été interpellé dimanche en Allemagne, deux  ans après avoir été condamné à 20 ans de prison par la cour  d’assises de Liège (est), a annoncé lundi la justice belge.                       Domenico Castellino, 50 ans, a été arrêté dimanche vers 07h20 à  Rosenheim, dans le sud de l’Allemagne, a précisé le procureur  général de Liège, Cédric Visart de Bocarmé, cité par l’agence  Belga.                       D’origine italienne, Domenico Castellino avait avoué pendant  l’enquête avoir recruté les deux Tunisiens qui ont abattu André  Cools le matin du 18 juillet 1991 devant le domicile de sa compagne,  sur les hauteurs de Liège.                       En fuite lors du procès, il avait été condamné à 20 ans de  prison par défaut pour complicité d’assassinat le 7 janvier 2004.  Selon les médias belges, il vivait depuis dans le sud de l’Italie.                       M. Visart de Bocarmé a précisé lundi que la Belgique avait  transmis une demande d’extradition aux autorités allemandes. Une  fois rentré en Belgique, Castellino pourra soit choisir de purger sa  peine, soit demander à être rejugé.                       L’enquête sur cet assassinat avait permis de mettre au jour  plusieurs cas de financements occultes du parti socialiste  francophone (PS) et de son homologue flamand (SP).                       De possibles motifs politiques, évoqués durant des années en  Belgique, avaient cependant été écartés lors du procès.                       Castellino et les cinq autres hommes condamnés faisaient partie  de l’entourage du socialiste liégeois Alain Van der Biest, un temps  « fils spirituel » d’André Cools avant de devenir son rival.                       Van der Biest, qui craignait qu’André Cools lui retire tous ses  mandats, avait clamé son innocence tout au long de l’enquête. Il  s’était suicidé en mars 2002 alors qu’il attendait de savoir s’il  serait renvoyé devant les assises.   AFP               


Law, family, society all weigh against converting from Islam to Christianity in most of the Middle East

By JASPER MORTIMER, Associated Press Writer 

Associated Press, le 27.03.2006 à 21h01

                      CAIRO, Egypt (AP) _ In the Middle East, Jordan is known as a tolerant country, but when a Muslim man converted to Christianity two years ago, a court convicted him of apostasy, took away his right to work and annulled his marriage.

 

                      Such prosecutions are rare in the Middle East _ because they’re hardly ever needed. The law does heavily discourage_ or outright forbid _ conversion by Muslims in most nations in the region, but weighing against it even more heavily are the powerful influences of family and society.

 

                      Conscious of such pressure, the Lebanese have coined the saying: «Stick to your own religion.»

 

                      The sensitivity of conversion has been highlighted by the case of an man faced a possible death penalty in a court in Afghanistan for converting from Islam to Christianity. The United States and Germany _ which saw it as a case of the religious freedom that their soldiers were trying to support in Afghanistan _ leaned on the Kabul government to free the man.

 

                      After an Afghan court dropped charges of apostasy against Abdul Rahman, 41, Muslim clerics threatened to incite people to kill him on his release, hundreds demonstrated against the court decision, and prison wardens put him under their special care.

 

                      But Afghanistan isn’t the only U.S. allied government where Muslim converts to Christianity would be threatened with execution.

 

                      If Abdul Rahman had been a Saudi, «he would have been facing death,» said Fadi al-Qadi, a Middle East spokesman for Human Rights Watch.

 

                      Saudi Arabia neither permits conversion from Islam nor allows other religions. There are no churches in the kingdom and missionaries are barred. Regular criticism in U.S. State Department reports on religious freedom have had no effect on Saudi policy.

 

                      While Islam accepts Christianity as a fellow monotheistic religion, Shariah law considers conversion from Islam to any religion apostasy, and most Muslim scholars agree the punishment for apostasy is death. Saudi Arabia considers Sharia the law of the land, though there have been no reported cases of executions of converts from Islam in recent memory.

 

                      The only other nation in the region whose law books set the death penalty for apostasy is Sudan. Though no executions have been reported recently there a Sudanese man who allegedly converted was arrested in 2004 and reportedly tortured in custody, according to the U.S. State Department.

 

                      In Kuwait, a court convicted a Shiite Muslim man who publicly proclaimed his conversion to Christianity, but it did sentence him since the criminal code did not set a punishment.

                      Other countries in the region, such as Egypt, do not have laws criminalizing apostasy, but those who do convert can still face prosecution.

 

                      In May, an Egyptian man who converted to Christianity was arrested on suspicion of «contempt for religion,» a charge that entails a prison sentence for up to five years, said Hossam Bahgat, director of the Egyptian Initiative for Personal Rights. The man, who has not been identified, remains in custody without charge, Bahgat said.

 

                      Moreover, authorities in Egypt and most other Arab countries will not recognize a change in religion in official documents, such as identity papers, which usually state a person’s faith.

 

                      Even if a convert is not prosecuted, «the issue is the pressure they are going to face from their families, the religious establishment, their friends and associates,» said al-Qadi of the New York-based Human Rights Watch. «It would be overwhelming. They would be really isolated.»

 

                      There are exceptions. In strongly secular Turkey, a person can walk into their local Demographic Records office, sign a declaration saying they have converted from Islam to Christianity, and walk out an hour later with a new identity card reflecting the change. While Islam is the religion of 99 percent of Turkey‘s 71 million people, it has no official religion.

 

                      «Turkey is a democratic country and, according to law, you can choose whatever you want,» said Soner Tufan, himself a convert from Islam, who runs a Christian radio station, Radio Shema, in the capital, Ankara.

 

                      But, he said, «if someone converts, they can suffer some problems from their friends, relatives and neighbors» _ or face difficulties getting a job in the civil service.

 

                      There is also a relaxed attitude in Tunisia and Algeria. While the Islamic authorities in these Muslim majority countries would take a dim view of conversion, the secular governments do not prohibit it and it does occur.

 

                      Most often, the issue of conversion reaches the courts in the context of marriage. While Islam accepts a Muslim man marrying a Christian woman _ one of the Prophet Muhammad’s wives was a Christian _ it does not tolerate a Muslim woman marrying a Christian man.

 

                      The November 2004 case of a Jordanian man convicted of apostasy came after his wife _ who remained Muslim _ and her family reported that he had converted.

 

                      The man, whom the court records did not identify, appealed his conviction to a higher court but lost. He forfeited his all his civil rights, including his right to work, vote and inherit property.

 

                      Often Palestinian women seeking a divorce accuse their husbands of converting to prompt a court to nullify the marriage, according to Sheik Taissir Tamimi, the head of the Islamic court in the West Bank and Gaza. Usually, the husband pleads innocent and the case is dismissed, Tamimi said.

                      In Lebanon, where Christians are estimated at about 35 percent of the population, the state does not forbid a change of religion, but the Muslim authorities do, and they will not perform a wedding between Christian men and Muslim women.

                      A more common course is for Muslim and Christian Lebanese to have a civil law wedding in Cyprus and then register as married on their return to Lebanon. This became so popular that in the 1990s the Cabinet approved a bill that would have legalized secular marriage in Lebanon.

 

                      But the bill was killed by opposition from the religious authorities.

______

Associated Press writers Sam F. Ghattas in Beirut, Jamal Halaby and Shafika Mattar in Amman, Tarek al-Issawi and Jim Krane in Dubai, Diana Elias in Kuwait, Sarah el Deeb in Gaza, Hassane Meftahi in Algiers and Bouazza ben Bouazza in Tunis, contributed to this story.

 

Associated Press

 

Libres propos

 

En gérant sa durée au pouvoir, sa fortune, sa sécurité ,Ben ali est encore plus fort qu’un chef de la mafia

 

Il n’arrête plus de s’illustrer. Il avait déjà la réputation d’être un putschiste, un policier et un dictateur. Sa carte de visite vient de s’enrichir d’un nouveau titre de gloire. Il est désormais connu comme un corrompu notoire. A vrai dire, ce ne serait une découverte que pour les myopes et les aliénès, pas pour les tunisiens ni la presse internationale et toutes les chancelleries présentes à Tunis.

 

Ce que l’on sait moins en revanche, c’est la structure mafieuse de la famille qui a fait main basse sur la Tunisie. En effet, les ben ali et les trabelsi n’ont rien à envier aux plus célèbres familles de la Cosa Nostra et de la Camora. Cette affirmation n’est pas qu’une simple vue de l’esprit. Comme toute organisation mafieuse, le clan ben ali-trabelsi contrôle les marchés et les activités où l’argent est abondant, circule en numéraire (argent liquide) et est facile à dissimuler au fisc. Comme toute organisation mafieuse, elle a réussi à instiller la peur au sein de toute une population qui en a ras-le-bol, mais n’ose pas l’exprimer publiquement de crainte de se faire tuer. C’est le règne de l’omerta imposé à 10 millions d’individus. Les hommes politiques se réclamant de l’opposition en sont la parfaite illustration. Eux ne craignent pas de se faire buter, ce n’est plus de saison. Mais de les détruire professionnellement, socialement, et psychologiquement, Ils ne sont pas à l’abri des représailles du genre pour ne citer que les plus récents :

–         3 ans et demi de bagne pour Me Abbou ;

–         vol de voiture de Mme Neila Cherchour Hachicha ;

–         chantage par montage et truquage des films et photos pornographiques à l’encontre de Me Jallali et de la fille de Mme NCH ;

–         photos en caricature de Me Echebbi ;

–         campagnes de presse diffamatoires et d’appels publics au lynchage des opposants « traîtres à la Tunisie » ;

–         Last but non least ; le cambriolage de la voiture de Me A. Ayadi en plein jour et devant les passants et surtout devant le Palais de la justice.  

 

On m’objectera qu’il n’est pas sérieux de comparer un chef de l’Etat à un parrain sicilien, dont la discrétion est la règle, même s’il lui arrive de recourir quelques fois à des méthodes brutales pour imposer sa loi. Malheureusement si. Le président ben ali est un véritable parrain qui distribue des prébendes et veille scrupuleusement sur les siens. L’argent de la corruption généré par l’exploitation des ressources naturelles du pays (pétrole, bois, diamants, etc.) joue, pour lui et sa famille, le même rôle déterminant dans la constitution primitive du capital que celui, pour les mafieux, du trafic de la drogue, de la contrebande des cigarettes, des paris clandestins et autres activités illicites. L’une des raisons de son retour sanglant au pouvoir ne sont pas à chercher ailleurs.

 

Le clan ben ali-trabelsi a beaucoup appris de la mafia. Ils sont modernes. Ils investissent en masse dans la téléphonie mobile, l’hôtellerie haut de gamme, le transport, la banque, l’immobilier, la communication, le transport aérien, les matériaux de construction. Officiellement, le clan ben ali-trabesi n’est propriétaire d’aucune entreprise. Mais ses descendants, ses proches parents, ses gendres, ses fidèles serviteurs sont présents partout, sans compter les hommes de paille plus ou moins discrets, bénéficiaires quasi exclusifs des marchés publics.

 

Seule différence notable avec un chef de famille de la Cosa Nostra obligé de travailler en toute discrétion, le clan ben ali-trabelsi n’a rien à craindre. L’ordre c’est lui. L’armée, la police et la justice sont à sa disposition pour renforcer sa mise en coupe réglée de tout un pays. Le rêve quoi.

 

En véritable capo di tutti capi, le chef des chefs (mafieux), il nomme les adjoints que sont, dans l’ordre, les officiers généraux et supérieurs, les ministres cobra, les ministres fidèles serviteurs, les députés lèche cul tels que les Mellouli . Il ne sait rien refuser à ces hommes d’honneur chargés de récolter le produit du racket et qui contribuent à renforcer le pillage institutionnalisé du pays. En échange, une impunité totale leur est garantie pour services rendus. Les plus entreprenants héritent de véritables fiefs et de rentes. En Tunisie, le gouvernement est une fiction. Les ministres ne servent à rien (à part s’enrichir personnellement, ce qui n’est déjà pas si mal). Ils sont tous doublés par un membre du clan qui décide à la place du ministre. Tout est géré par le conseil familial. Exactement comme chez les Carleonesi.

 

Crimes contre l’humanité, vols, détournements de fonds publics, corruption, rackets, chantages, rien ne les arrête, rien ne les fait peur. Dans un pays normal, quelques uns d’entre eux seraient déjà au trou. Mais pas en Tunisie où ce qui reste de l’Etat se confond avec les intérêts familiaux du dictateur corrompu.

 

Le pire pour ce pays, c’est que si l’éviction de ben ali du pouvoir est un préalable à tout espoir de changement, son départ ne réglera pas du jour au lendemain tous les dégâts qu’il aura causés pendant son interminable règne. Le changement réel exigera des efforts constants pendant plusieurs années pour remettre au travail une société entièrement gangrenée par la corruption. Je souhaite bien du plaisir aux prétendants à sa succession.

 

Mais en attendant, je propose ici aux valeureux victimes du harcèlement et des actions insidieuses et lâches entreprise par Mohamed Ali Ganzoui ; quelques règles simples de conduite pour ériger contre ces manœuvres déstabilisatrices une sorte de bouclier protecteur (« Le chien aboie, la caravane passe. »), seul moyen efficace, à mon humble avis, pour survivre intact au cœur du harcèlement. Quelle plus grande victoire que celle d’arriver à bloquer cette tentative de destruction jour après jour renouvelée ?

 

Il s’agit maintenant pour nos valeureux victimes harcelés, connus et anonymes, de trouver le moyen de retourner la vapeur. De provoquer, par leur résistance à toute tentative de déstabilisation, un dérèglement de la machine répressive et harcelante.

En attendant deux voies de lutte s’ouvrent face à ce fléau :

– la multiplication des risques pour les auteurs de harcèlement.

– la résistance inébranlable de la personne harcelée, risquant d’amener le harceleur à un constat d’échec qui le force à l’abandon comme ce fût le cas dans les années 90 lorsque ce …(le dénommé Mohamed Ali Ganzoui)  remplissait les mêmes fonctions et utilisait les mêmes vicieuses méthodes.

Ce sera dur, bien sûr, mais qu’importe la lâcheté des uns et des autres quand on est dans son droit.

 

Tunis le 28 mars 2006

 

(Reçu de Tunis par e-mail le 28 mars 2006)


 

La Tunisie vue par le FMI

Ce qui reste à faire pour accrocher le train de l’OCDE

 

Alors que la Tunisie célèbre le cinquantième anniversaire de son accession à l’Indépendance, une mission du Fonds Monétaire International, qui a séjourné fin décembre à Tunis, livre son diagnostic sur l’économie tunisienne. Et formule des recommandations pour en accélérer la croissance et permettre à notre pays de «rattraper le niveau économique des pays de la tranche de revenu inférieur de l’OCDE».

 

Pour les experts du Fonds Monétaire International (FMI), le constat s’impose : «La Tunisie a réalisé d’importants progrès vers son objectif de rattraper le niveau économique des pays de la tranche de revenu inférieure de l’OCDE». Les preuves en sont, principalement, un revenu réel par tête d’habitant qui a augmenté «de presque 20% depuis 2000», un taux de chômage qui «continue de baisser, et des équilibres macroéconomiques qui «restent maîtrisés grâce à la capacité d’adaptation rapide des politiques budgétaire, monétaire et de taux de change aux différentes conditions et chocs économiques». Mais s’il reconnaît les progrès de la Tunisie, le FMI n’en constate pas moins que «toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour réaliser cet objectif et les politiques économiques font face à de grands défis».

 

Le problème est donc aujourd’hui pour la Tunisie que «les bons résultats» de «l’ouverture croissante de l’économie et l’orientation des politiques économiques vers le marché risquent d’être érodés sans la poursuite et l’approfondissement des réformes».

 

Incontournable, «cette accélération est nécessaire pour achever l’intégration de la Tunisie dans le marché mondial» et relever les deux défis majeurs qui se posent à elle : un accroissement de la croissance économique et une baisse du taux de chômage.

 

Le taux de croissance économique annuelle doit être «d’au moins 1-1,5 point de pourcentage jusqu’en 2010». Car, «sans cette croissance additionnelle, l’objectif des autorités de combler le fossé entre la Tunisie et les pays de l’OCDE en termes de revenu par tête d’habitant» restera illusoire.

 

La réduction du chômage «qui affecte de plus en plus les diplômés» passe par une poursuite de la transformation de l’économie «par le développement des secteurs réclamant une main-d’œuvre qualifiée pour répondre à une demande d’emplois croissante des diplômés». L’intégration de ces diplômés «entraînera une hausse de la productivité, qui constitue le vrai moteur d’une croissance économique durable».

 

Pour relever ces défis, le FMI recommande d’accélérer les réformes dans quatre domaines : le climat des affaires, le secteur bancaire et financier, les politiques macroéconomiques et le marché du travail.

 

En partant du principe qu’«un secteur privé plus dynamique est primordial pour placer la Tunisie sur un palier de croissance plus élevée dans un environnement international de plus en plus compétitif», et que «l’amélioration du climat des affaires est une composante cruciale pour augmenter le niveau et la qualité des investissements privés», le rapport du FMI recommande en particulier de supprimer «certaines réglementations fiscales», « telles que les retenues à la source» et, d’une façon générale, de «simplifier davantage les procédures administratives».

 

Concernant le secteur bancaire et financier, le FMI montre du doigt «le niveau des créances douteuses qui alourdissent le coût du crédit et freinent la croissance et l’investissement», et «ralentissent aussi l’évolution vers la convertibilité totale du dinar et la dynamisation de la politique monétaire».

 

Tout en réaffirmant son soutien à «la stratégie du gouvernement pour améliorer la qualité du portefeuille des banques, axée sur un renforcement de la culture de crédit, une bonne gouvernance, et une amélioration du cadre législatif et judiciaire pour le recouvrement des créances», la mission du FMI constate que «l’approche graduelle poursuivie jusqu’à présent s’est traduite par une amélioration limitée des indicateurs prudentiels du secteur bancaire», et affirme «qu’il serait opportun d’adopter une approche plus vigoureuse afin de résoudre le problème des prêts improductifs, qui non seulement alourdissent le coût du crédit, mais constituent aussi une source de vulnérabilité importante pour l’économie tunisienne».

 

A propos de la consolidation des politiques macroéconomiques «nécessaires à l’avancement de la stratégie des autorités de libéraliser graduellement le compte capital de la balance des paiements», le FMI réitère le fait que cela permettra «entre autres d’exploiter davantage l’épargne extérieure pour financer un niveau plus élevé d’investissement tout en maîtrisant les équilibres macroéconomiques».

 

Concernant le marché du travail, la mission du FMI «se félicite des politiques actives des autorités ayant pour objectif de rapprocher les offres aux demandes d’emplois et les réformes visant à accroître la flexibilité du marché du travail au niveau du recrutement (travail intérimaire)». Elle estime, cependant, qu’«une telle flexibilité sans l’assouplissement des réglementations et procédures complexes au niveau des licenciements pourrait aller à l’encontre de la création d’emplois permanents».

 

Convaincu qu’elle est nécessaire «pour permettre l’absorption d’une offre croissante de travail qualifié» et important «pour créer un climat favorable à l’amélioration de la productivité», le FMI encourage donc les autorités «à continuer à accroître la flexibilité du marché du travail afin d’augmenter le taux de croissance».

 

(Source: www.webmanagercenter.com , le 27/03/2006 à 04h58)

URL: http://www.webmanagercenter.com/management/article.php?id=3009

 


Tunisie: Tintin au pays de Tartuffe

Comment le foulard devient l’instrument d’une propagande nationaliste

Nabila E.

 

A l’œil de l’observateur averti, il n’aura pas échappé qu’en Tunisie depuis quelques années souffle le vent d’une liberté religieuse recouvrée. Alors que Hijab et Jellabas prolifèrent dans les rues, on constate un net regain d’intérêt des Tunisiens pour l’islam qui se pratique désormais ouvertement dans les foyers. Mais au-delà des apparences se cache la main invisible de la répression légitimée par une propagande aux relents nationalistes.

 

Un voile « non conforme » à la tradition. Oui, mais quelle tradition ?

 

Il est devenu courant de nos jours de voir les Tunisiennes arborer le hijab, noué à la façon de leurs coreligionnaires du monde entier, du Maroc à l’Indonésie, de la Suède aux Comores. Ce qui pourrait de prime abord passer pour un retour à la pratique islamique ou l’assouplissement du joug dictatorial, tourne en Tunisie au crêpage de chiffon. Alors qu’il y a quelques années il fût bien rare de croiser une femme à la tête recouverte, voilà que le pays entier découvre qu’il a toujours existé une tradition de port du foulard. Un foulard, oui. Un Hijab, non.

 

Là où certains expliquent l’engouement actuel par l’influence des chaînes satellitaires sur le comportement religieux des Tunisiens, le Ministre des Affaires religieuses, dans une interview accordée au magazine local Réalités, parle lui d’une non-conformité du voile dit islamique avec les traditions tunisiennes. Il existerait en effet un « foulard tunisien », qui lui, noué façon « réfugiée bosniaque », ferait entièrement partie du tourath, corpus des coutumes et traditions chères à la nation tunisienne.

 

La presse s’en donne à cœur joie pour relayer à grands renforts d’arguments coraniques la prétendue atteinte portée par le traditionnel Hijab à la cohésion de la nation tunisienne. Ainsi, les porteuses de Hijab se voient érigées en fossoyeuses de la tunisanité. Etre tunisienne ou musulmane, dans ce pays musulman, il faut choisir !

 

Sous le voile de la liberté, la répression

 

Malgré cette propagande, force est de constater que la liberté religieuse a nettement progressé en Tunisie. Le pouvoir en place, craignant sans doute une reconstitution des cercles prosélytes militants mus par les rebondissements de l’actualité internationale, a pris acte de la ferveur de ses sujets et choisit de desserrer l’étau. Alors que le foulard était interdit dans presque tous les secteurs professionnels, voici qu’il est désormais possible de travailler, hormis dans l’administration, avec son Hijab. Travailler, mais pas étudier. Car si la pression semble être moins forte, les lycéennes et étudiantes subissent encore les foudres de la répression. Menaces, exclusions, brimades et surtout refus de présentation à l’examen, la liberté n’est pas encore acquise. Et tout reste, mine de rien, sous contrôle.

 

Hypocrisie officielle, alors que courre la rumeur que la fille du Président se pavanerait la tête recouverte du fâcheux foulard de la discorde nationale. Alors accalmie bienveillante avant la tempête répressive ou grand pas en avant vers une liberté religieuse pleine et entière ? Les années à venir nous diront qui de Tartuffe ou de l’Islam a vaincu.

 

(Source : Point de vue publie sur le site Saphirnews (France), le 15 mars 2006)

URL :

http://www.saphirnews.com/Tintin-au-pays-de-Tartuffe-ou-comment,-en-Tunisie,-le-foulard-devient-l-instrument-d-une-propagande-nationaliste-laique_a2475.html?id_rubrique=35468

 

 

L’Immeuble Yacoubian, livre ouvert

Roman culte. Alaa El Aswany signe un brillant manuel pour déchiffrer l’Égypte contemporaine.

 

Taïeb Moalla

 

Sans jamais tomber dans la caricature, Alaa El Aswany dépeint le Caire à travers des personnages typiques. On y rencontre l’aristocrate déchu, l’affairiste hypocrite, le brillant étudiant poussé vers l’extrémisme religieux, la belle obligée de vendre son corps pour survivre et l’homosexuel que la société rejette. Naguib Mahfouz, l’auteur égyptien qui a remporté le prix Nobel de littérature en 1988, a trouvé un digne successeur.

 

Dans un monde arabe où les lecteurs se font de plus en plus rares, le roman a pulvérisé tous les records avec 100000 exemplaires vendus. Un film a été inspiré par l’ouvrage. Mettant en scène une pléthore de vedettes locales, il a été projeté à Berlin en février dernier. Sauf avis contraire de l’organisme officiel chargé de la censure (!), il devrait prendre l’affiche cet été en Égypte.

 

Si cette œuvre cinématographique risque le bâillonnement, c’est qu’elle raconte sans concession les travers de la société égyptienne. Qu’ils soient jeunes ou vieux, riches ou pauvres, les personnages vivent tous dans un climat politique et social oppresseur. L’œil du « grand homme » (une allégorie qui vise vraisemblablement le président Moubarak) veille sur tous ses sujets et réglemente les moindres détails de leur vie.

 

Un des passages les plus poignants du roman met en scène la jeune et jolie Boussaïna que la pauvreté oblige à céder face aux avances de vieux libidineux. Par son témoignage, elle décrit le malaise d’une génération d’Égyptiens. « Ce pays n’est pas notre pays (…) C’est le pays de ceux qui ont de l’argent », crie-t-elle au détour d’une conversation avec son amoureux. Son fiancé s’appelle Taha. Leur échec social et amoureux jette ce dernier dans les bras de l’islamisme radical.

 

La manipulation de la religion par le pouvoir étatique est un autre sujet sur lequel le romancier s’arrête. À travers le personnage de l’antihéros Azzam, c’est le système politique égyptien qui est soigneusement disséqué. La plupart des héros de Alaa El Aswany – un dentiste devenu écrivain – finissent mal. N’y voyez aucun signe de pessimisme. L’auteur est tout simplement réaliste. Terriblement réaliste…

 

Alaa El Aswany, L’Immeuble Yacoubien, Ed. Actes Sud

 

(Source : La Liberté (Suisse), 25 mars 2006, page 32)


Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

11 septembre 2011

فيكليوم،نساهم بجهدنا فيتقديمإعلام أفضل وأرقى عنبلدنا،تونس Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la

En savoir plus +

25 novembre 2009

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année, N° 3472 du 24.11.2009  archives : www.tunisnews.net   Amnesty International: Tunisia: Authorities must release

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.