27 juillet 2009

Home – Accueil

 

TUNISNEWS

9 ème année,N° 3352 du 27.07.2009

 archives : www.tunisnews.net  


C.R.L.D.H. Tunisie: Sauvage agression d’un mal voyant, détenu du bassin minier de Gafsa AFP: L’UA invitée à collaborer avec l’Otan sur la défense, contre la corruption Anis: Elections tunisiennes: où va passer mon vote ? Jeune Afrique: Bourguiba-Kaddafi : Le choc des ego Algérie: principaux incendies maîtrisés, la canicule sévit toujours AFP: Un responsable de droite parle d’accident cardiaque puis rectifie AFP: Iran: tensions chez les conservateurs avant l’investiture du président AFP: ONU: une ONG sanctionnée sur demande de l’Algérie Reuters: Arab human rights group barred for year by U.N.


 
C.R.L.D.H. Tunisie  Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie membre du Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme  21ter rue Voltaire – FR-75011 PARIS  – Tel/Fax : 00.33.(0)1.43.72.97.34 /  Presse : 00 33 6 83 44 77 71 contact@crldht.org / www.crldht.org ——————————————-

SAUVAGE AGRESSION D’UN MAL VOYANT, DÉTENU DU BASSIN MINIER DE GAFSA

Paris, le 27 juillet 2009 Taïeb BEN OTHMAN, condamné à huit ans de prisons lors du scandaleux procès contre les animateurs du mouvement social du bassin minier de Gafsa a été sauvagement tabassé par les autorités pénitentiaires de la prison de Sidi Bouzid. Son épouse Khamsa Ben Othman qui vient de lui rendre visite à la prison a pu constater les blessures subies par son époux. Monsieur Taïeb BEN OTHMAN a perdu la vue, il a déclenché une grève de la faim pour protester contre le refus de l’administration de lui prodiguer les soins qu’il est en droit de recevoir. En guise de réponse les gardiens l’ont sauvagement tabassé. Mme BEN OTHMAN mère d’un enfant malade est désemparée devant cette nouvelle atteinte à l’intégrité physique de son époux Le pouvoir tunisien reste sourd aux appels des démocrates pour la libération des victimes de la répression du bassin minier de Gafsa, il continue son odieuse politique antisociale et antidémocratique. Le mouvement de solidarité doit continuer son combat pour la libération des prisonniers de Gafsa et Redayef. Le Président Kamel Jendoubi


Invitation

Le Mouvement Ettajdid / section Kélibia a l’honneur et le plaisir de vous inviter à participer à larencontre-débatsur les conditions politiques et juridiques dans lesquelles se déroulent  les prochaines élections et qui est organisé dans le cadre de l’Initiative Nationale pour la Démocratie et le Progrès et ce :

Lundi 27 Juillet 2009 à 18h00 au local d’Ettajdid àKélibia


L’UA invitée à collaborer avec l’Otan sur la défense, contre la corruption

AFP / 24 juillet 2009 19h07 TUNIS – Les Etats africains doivent collaborer avec l’Otan pour structurer leurs institutions de sécurité et de défense et combattre la corruption qui mine leur croissance, ont estimé jeudi des experts réunis à Tunis par la Banque africaine de développement (BAD). L’Union africaine (UA) a été appelée à soumettre, lors du prochain sommet des chefs d’Etat, un « programme pionnier » pour la « construction de l’intégrité » et le recul de la corruption dans les secteurs de la sécurité et de la défense. Selon des recommandations adoptées lors d’un atelier tenu les 22 et 23 juillet, et dont l’AFP a eu une copie, les participants ont demandé à l’UA de créer un centre de formation pour le « renforcement de l’intégrité et la réduction du risque de corruption ». Ce centre devrait être implanté dans une institution académique en Afrique et bénéficier de l’expertise de l’Otan, qui était représentée à ces travaux co-organisés par l’ONG Transparency International. Les participants, experts et responsables civils et militaires africains, ont demandé à l’UA d’engager des « discussions approfondies » et des échanges avec l’Otan, appelée à son tour à initier des modules de formation pratique contre la corruption. Les discussions ont été axées sur les « moyens pratiques » de réduire la corruption et de mettre à profit les « compétences et l’expérience » de l’Otan en matière de sécurité et de défense. « La corruption dans ce secteur est un problème stratégique », a expliqué le directeur du programme défense à Transparency, Mark Pyman, dans une allocution publiée par le BAD. Les frais personnels et généraux représentent environ 80% des budgets de la défense des Etats africains, seuls 20% et parfois moins servant à l’achat d’équipements et d’armes, selon le général nigérian Ishola Williams, membre de Transparency. Dole Kolawole, représentant du comité paix et sécurité à l’UA, a appelé à la création d’une agence régionale pour une lutte collective contre la corruption. « Les dirigeants politiques se comportent en propriétaires des biens publics et non comme des gestionnaires passagers des richesses », a-t-il dit. Selon Transparency, la corruption représente 2,5% du PIB des pays d’Afrique, la BAD ayant engagé 34,5 M USD pour des mesures anticorruption sur le continent. Le général Williams a également insisté sur le fait que mise à part l’Afrique du Sud, les pays subsahariens « n’ont pas de politique sécuritaire bien définie » et « s’appuient encore sur des structures coloniales dépassées ». Seuls l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, le Soudan, le Nigeria, le Kenya, l’Angola et la République démocratique du Congo (RDC) consacrent « un pourcentage raisonnable » de leur PIB à la sécurité nationale, a-t-il ajouté. Les pays d’Afrique subsaharienne ne dépensent pas plus de 8 à 9 milliards de dollars par an pour la défense (moins de 1% du total mondial), a-t-il poursuivi.

 

Elections tunisiennes: où va passer mon vote ?

Par : Anis Enveloppes transparentes, multiplicité des bureaux de vote (=impossibilité de contrôle), médias donnant voix à un seul parti, interdictions des journaux de l’opposition, posters géants du big boss partout, peinture mauve en rupture de stock: tel est et sera le lot des pauvres élections tunisiennes qui vont conférer à notre chère nation le statut de risée du monde pour l’année 2009. Mais dans une république hindanière (de hindi) qu’avions nous de mieux à espérer ? En fait la machine est en route depuis bien longtemps et personne ne sait vraiment plus pourquoi à quoi elle sert: montrer son allégence est devenu un réflexe pavlovien et non plus un embellissement marketing d’une réalité qu’on voudrait vendre à l’étranger, espérant en retour quelque soutien politique ou financier. Tous à l’étranger connaissent très bien la réalité de la politique tunisienne, alors à quoi sert tout ce tamtam ? A quoi vont servir toutes ces heures de travail perdues, toutes ces ressources gaspillées ? Il semble qu’il y ai deux raisons: une clique d’opportunistes espère un avantage présent ou à venir, mais aussi peut être s’auto-convaincre d’un soutien populaire massif alors que la réalité est beaucoup moins reluisante. Le problème est que tout ce « soutien » se construit sur du sable mouvant et personne ne pense vraiment à l’après président actuel, or ce seront bien nos enfants qui vont hériter de ce désastre politique. Il faut bien admettre qu’avec la croissance économique et le progrès social, on aurait pu espérer une évolution politique en douceur: pas vraiment de passage à la démocratie du jour au lendemain, mais plutôt un apprentissage de la culture du dialogue, un peu de tolérance par-ci, la possibilité d’existence et d’expression d’opinions diverses afin d’enrichir la vie politique du pays. Malheureusement, les idées ne se discutant pas raisonnablement et ouvertement (dans les médias, journaux etc…), le champs ne serait plus propice qu’à la dissidence violente et immature. Cet echec est imputable à nous tous évidemment: en laissant se développer cette culture sociale de l’opportunisme et du clientélisme au lieu de favoriser une culture du dialogue – même au sein de la cellule familiale -, respecter les opinions diverses et le « compter sur soit » au lieu de mendier des faveurs des gens de pouvoir. Il s’agit d’un projet de société: voulons-nous vivre ensemble en tant que tunisiens dans le respect et la justice pour tous ou bien désirons-nous encore et toujours stagner dans la violence des opinions et des actions (interdictions/grèves/répressions) ? Si la négation de notre droit à avoir un système politique correct, à pouvoir exprimer nos idées ouvertement, à choisir nos représentants librement incite beaucoup de tunisiens à espérer des jours meilleurs dans le futur et donc à avaler leur dignité, beaucoup aussi en ont marre d’être pris pour des cons et désirent rester dignes au présent. Mais que pouvons-nous faire ? Une réaction à l’iranienne me parait peu plausible: sauf si je me trompe, nous n’avons pas la même conscience ni la maturité politiques nécessaires afin de contester ouvertement dans les rues la prochaine mascarade. Par contre une meilleure façon moins risquée de montrer notre désaccord serait de faire une grève générale le jour des élections ou le jour de la procalamation des résultats! Imaginez une coupure d’électricité, de téléphone, d’eau, un embouteillage monstre ou un coup de klaxon général à midi pétante pour simplement dire: « on en a marre de vivre sous la dictature! » ce serait cool non ??? Entre-temps, et face au vide sidéral laissé par l’opposition (sont-ils en vacances?) et en l’absence de journalistes sérieux (existent-ils?), j’espère que la blogosphère tunisienne sera plus active face à des enjeux qui nous concernent tous. (Source : le blog « Dawwen », le 27 juillet 2009) Lien : http://dawwen.blogspot.com/2009/07/elections-tunisiennes-ou-va-passer-mon.html  

Bourguiba-Kaddafi : Le choc des ego

Dans ses Mémoires, Béji Caïd Essebsi, figure du régime bourguibien, raconte comment les relations tumultueuses entre la Libye et la Tunisie ont failli, au lendemain de l’Union avortée entre les deux pays, tourner au pire.

Un livre de plus de 500 pages, avec beaucoup d’annexes utiles, assez bien écrit (par l’auteur lui-même) et très bien édité par l’une des meilleures maisons tunisiennes (Sud Éditions).

Le titre indique l’axe de l’ouvrage: Habib Bourguiba. Le bon grain et l’ivraie. Mais, après lecture, on se demande s’il n’aurait pas été plus juste de l’intituler: « Habib Bourguiba, La République et moi ».

Car l’auteur, Béji Caïd Essebsi, y égrène les souvenirs d’un homme qui a achevé ses études (de droit) à la veille de l’indépendance de la Tunisie, en mars 1956, avant de compter, pendant plus d’un demi-siècle, parmi les personnages qui, dans les cercles du pouvoir, graviteront autour d’un homme-soleil: Habib Bourguiba.

Certains membres de ces cercles, tel « Si Béji », ont fait un bout de chemin avec son « tombeur » et successeur: Zine el-Abidine Ben Ali.

Béji Caïd Essebsi s’est visiblement délecté d’avoir été presque constamment au centre du pouvoir, car il n’a connu, tout au long de cette longue période, que de très brèves disgrâces, au cours desquelles il a donné l’impression… de dépérir.

Pendant plus de deux décennies, il a occupé, avec bonheur, les postes de souveraineté les plus prestigieux – l’Intérieur et les Affaires étrangères – et les plus grandes ambassades, dont celle de Paris.

Selon son souvenir, il a réussi là où il a été placé, a pris de bonnes décisions, dit ce qu’il fallait dire et donné les meilleurs conseils, aussi bien à Bourguiba – qui en redemandait – qu’à ses Premiers ministres. Il relate qu’il a également prodigué de bons conseils aux homologues de Bourguiba: Hassan II, Chadli Bendjedid, Saddam Hussein et Kaddafi.

Bourguiba a très souvent fait sentir et même dit à « Si Béji » qu’il ne pouvait pas l’imaginer loin de lui et, tout au long du livre, on sent que tous les autres avaient la plus grande confiance en son jugement et en sa droiture.

Béji Caïd Essebsi est un bon cerveau et a du bagout; il sait taire le mal qu’il peut penser de la plupart et dire à quelques-uns plus de bien d’eux qu’il ne le pense. Là est sans doute le secret de la réussite politique de cet enfant de la bourgeoisie tunisoise.

En morceaux choisis de cette contribution subjective – c’est la loi du genre – à l’histoire de la Tunisie bourguibienne et de ses relations avec le reste du monde, j’ai sélectionné le récit par Béji Caïd Essebsi d’un épisode de la saga tuniso-libyenne.

Du temps où Bourguiba régnait sur la politique tunisienne et où Kaddafi lui faisait face à Tripoli, c’était le célèbre « Je t’aime, moi non plus ».

Et il revenait à Béji Caïd Essebsi, dont l’art du compromis faisait merveille, d’empêcher que le heurt des tempéraments et le choc des ego entre les deux chefs ne dégénèrent en guerre ouverte entre la Tunisie et son voisin libyen.

Les pages que vous allez lire donnent, à mon avis, une bonne idée de l’atmosphère de ce livre de Mémoires d’un acteur de l’Histoire servi par son exceptionnelle longévité, et par une mémoire qui sait où sont « les bons fagots ».

Par : Béchir Ben Yahmed

Extraits des mémoires de Béji Caïd Essebsi, “Habib Bourguiba. Le bon grain et l’ivraie”

À la mi-octobre [1984], l’ambassadeur de Tunisie en Libye Mohamed Jenifane, en congé à Tunis, me transmet un message du colonel Kaddafi qui réitérait son invitation pour une partie de chasse dans le Sahara libyen. Sans avoir un caractère officiel, l’invitation semblait répondre à un souci insistant. Avec l’accord du président Bourguiba, j’acceptais l’invitation. L’ambassadeur interrompait son congé pour m’accompagner. Le 18 octobre, nous sommes accueillis par Ali Triki1, Abdallah Senoussi2 et d’autres collègues, avec un luxe de protocole inhabituel. Nous sommes conduits au palais de l’ancien prince Hassan Ridha, où notre dîner nous est servi à partir de la maison même de Kaddafi: notamment une habara en sauce, produit de la chasse personnelle du ‘Aqid.

Avant de nous quitter, Ali Triki me communique que le colonel Kaddafi me recevrait le lendemain matin à la caserne Azizia.

« Je crois bien, me dit-il, qu’il s’attend à vous voir seul.

– Mohamed Jenifane m’accompagnera en frère », lui dis-je. Son sourire dissimulait mal sa contrariété, mais, pour ma part, je tenais à la présence constante de l’ambassadeur.

Le colonel Kaddafi me réserve un accueil particulièrement chaleureux:

« Je m’attendais à vous voir habillé de la afrit (l’habit de chasse saharien).

– Je ne suis pas chasseur, lui dis-je, même si j’aime les randonnées et l’ambiance du désert. »

En saluant l’ambassadeur, il s’exclame:

« Vous vous faites toujours accompagner de votre espion?

– C’est notre frère commun, lui dis-je.

– Celui à qui j’adresse mes rapports est devant vous », réplique de son côté Jenifane avec un sourire éclatant.

Nous ne tardons pas à monter dans un minibus, rejoints par Khouildi Hamidi3, Hassan Ichkal4, Abdallah Senoussi, Khalifa Htiwech. Au volant, Youssef Debri5, bientôt relayé par Hassan Ichkal. Nous prenons la direction de Saddada, à 200 km au sud-est de Tripoli. Très vite, nous abordons le grand large, la mer intérieure de sable et de ciel pur. Assis à la droite de Kaddafi, je l’écoute. D’une voix égale, il évoque des situations où, estime-t-il, les Tunisiens s’enferment dans une attitude d’incompréhension, dans un formalisme chatouilleux et injustifié. Il se plaint de Wassila Bourguiba, du harcèlement des Libyens, touristes ou patients dans les cliniques tunisiennes, des notes fréquentes de protestation contre les survols d’avions libyens qui, en altitude, empiètent sur l’espace aérien de la Tunisie. « Pourquoi cette nervosité? Ces écarts dans le ciel ne peuvent pas être hostiles. Nous n’allons pas bombarder vos oliviers! Avec la Tunisie, nous aimerions vivre en confiance et sentir pleinement la relation fraternelle. »

Je savais que l’entrée en matière serait longue et que l’essentiel n’était pas encore dit. Plusieurs digressions:

« Si l’Algérie avait envahi la Tunisie avant d’être occupée par les Français, vous auriez été aujourd’hui un seul et même pays, me dit Kaddafi.

– L’État tunisien, lui dis-je, était établi bien avant l’institution de l’Algérie, et il comprenait, avant et après l’invasion arabe, Béjaïa et tout le Constantinois du nord au sud jusqu’aux routes caravanières du Sahel. Plus à l’ouest, l’État marocain est lui aussi plus ancien que l’Algérie, avec une superficie plus vaste mais avec des frontières variables qui lui ont toujours valu des difficultés avec ses voisins de l’Est. »

Au cours de l’une de nos escales de détente, Kaddafi me prend par le bras pour un aparté:

« Je voudrais nommer un diplomate arabe à New York en qualité d’ambassadeur auprès des Nations unies. J’ai pensé à Mohamed Masmoudi6.

– Bourguiba ne le voudra pas, lui dis-je. Évitez de heurter le président Bourguiba avec des problèmes de personnes.

– Vous connaissez pourtant sa valeur. Masmoudi servira intelligemment la cause arabe. Il est connu et, de ce fait, la Tunisie sera encore honorée à travers lui.

– Ma réserve ne se situe pas à ce niveau, je crains seulement que l’initiative ne mette en colère Bourguiba. Si vous voulez aider Masmoudi, vous avez d’autres moyens de le faire, mais une fonction diplomatique serait considérée par le président comme inamicale. Je ne vous le conseille pas.

– Parlez-en au président Bourguiba. J’attendrai votre réponse. »

À la première occasion, je mets l’ambassadeur Jenifane dans la confidence, en lui précisant qu’il ne devait rien mettre par écrit, ni en parler.

Au cours de la traversée, Kaddafi avait tiré des oiseaux et de petits gibiers, mais sans grande conviction. En arrivant à Saddada, nous sommes installés sous une tente spacieuse, simple et confortable, meublée dans un souci pratique. Le dîner, frugal et succulent, était servi tôt. Le Sahara, avec de tels moyens, a son charme et offre un dépaysement et une détente insoupçonnés. Nous avons passé la nuit dans un vieux qasr saharien aussi sobre et doté d’un équipement irréprochable.

Pendant la veillée, Kaddafi demande à Mohamed Jenifane de réciter des poèmes du folklore bédouin. Avec d’autres collègues, ils ont animé des joutes où se rejoignent, dans une langue commune, les grands thèmes de la chevalerie, de la nature et de la beauté. Dans l’un des poèmes récités par Jenifane, Kaddafi repère le mot layça:

« Nous avons le même terme à Syrte, dit-il. Vous voyez bien, Si Béji, que c’est le même pays.

– Que signifie ce terme?

– C’est un adjectif. Quelque chose est layça, me dit-il, lorsque son sens apparent dissimule son sens réel; le sens réel est ainsi masqué, désigné indirectement par un symbole.

– Je vous en félicite, lui dis-je, vous participez avec Mohamed Jenifane du même pays des “layça”, mais pas moi! »

Le lendemain, sur le chemin du retour, alors que nous traversions une petite bourgade, Kaddafi arrête le minibus devant une mosquée très modeste. Il se retire avec quelques collègues pour la prière du ‘Asr, puis il rejoint les autres passagers et nous poursuivons notre chemin. Kaddafi est resté un homme étonnamment simple et proche de son peuple.

Dès mon retour à Tunis, Ali Triki me rappelle pour avoir la réponse relativement à la nomination de Masmoudi, en me signifiant qu’il était harcelé par son chef. Je soulève la question devant le président Bourguiba le lendemain au cours de la revue politique de la matinée. Il sursaute:

« C’est inadmissible! Je lui enlèverai la nationalité tunisienne.

– J’ai déjà exprimé ce pressentiment au colonel Kaddafi, lui dis-je. Je confirmerai aux collègues libyens votre objection, mais je ne suis pas d’avis de gonfler l’affaire. Relativement à Mohamed Masmoudi, nous lui dirons ce qu’il en est et nous traiterons la question comme une affaire intérieure.

– C’est plus grave que cela, objecte Habib Jr.7, Kaddafi est capable d’aller jusqu’au bout. Il faut l’en empêcher.

– Béji lui a déjà dit que c’était un acte inamical, lui répond le président. Nous n’allons pas déclarer la guerre pour ça! Puis, s’adressant à Mohamed Mzali8: il faut aviser Masmoudi par écrit que son acceptation signifie la destitution de sa nationalité tunisienne. Il faut aussi prendre les dispositions en conséquence pour ne pas nous laisser prendre de vitesse. »

Mohamed Masmoudi opte sagement pour le maintien de sa nationalité. Dans une lettre à Mohamed Mzali, il écrira cependant que le ministre des Affaires étrangères avait donné son accord au colonel Kaddafi pour sa nomination en tant qu’ambassadeur auprès des Nations unies à New York. Sans m’en parler au préalable, Mzali montre la lettre de Masmoudi au président, qui, incrédule, rejette la lettre en s’exclamant: « Masmoudi ment, Béji a dit vrai. Il n’a jamais donné son accord pour la nomination de Masmoudi comme ambassadeur de la Libye auprès des Nations unies. Cette affaire est close! »

En fait, l’affaire hantera longtemps le président Bourguiba, à la fois parce qu’il était profondément ulcéré par ce qu’il considère comme fausseté et fourberie de la part de Mohamed Masmoudi et parce qu’il soupçonnait le colonel Kaddafi de poursuivre de sombres desseins. Pour lui, Kaddafi n’a pas digéré l’échec de Djerba9: il est capable de tout pour mettre la main sur la Tunisie. En hissant à nouveau Masmoudi, il se trahit. De surcroît, des infiltrations d’armes et d’agents libyens sont repérées tout au long des deux dernières années, les dernières remontant à janvier, puis à nouveau au mois de mars 1984. Des rapports périodiques du ministère de la Défense tiennent le Premier ministre en éveil. Mohamed Mzali en a entretenu le président juste avant l’audience qu’il a fixée pour Ali Triki en avril 1985.

Venu à Tunis pour la session ordinaire de la Ligue arabe, Ali Triki m’a informé de son intention de demander une audience auprès du président. Comme je sentais depuis quelque temps la colère rentrée de Bourguiba, je lui ai conseillé de retarder la démarche, le président n’étant pas bien disposé pour le moment. Néanmoins, ayant pour instruction du colonel Kaddafi de rencontrer le président, il a fait intervenir Mezri Chekir10 et Mohamed Mzali pour fixer l’audience sans m’en parler, comme cela arrive souvent. À l’issue du Conseil de la Ligue, il était reçu par Bourguiba en présence de Mohamed Mzali et de moi-même.

« Je vous transmets le bonjour d’Al-‘Aqid Al-Kaddafi, déclare Ali Triki en tendant la main au président. Tout en lui prenant la main, et avant même de lui offrir de s’asseoir, le président se lance dans une diatribe contre les velléités agressives de la Libye:

– Kaddafi attend ma mort pour envahir la Tunisie. Il n’ira pas loin. Je me suis entendu avec Bendjedid, vous n’aurez aucune chance. Nous vous briserons les reins! »

Ali Triki était loin de s’attendre à une telle explosion.

« Je crains, Monsieur le Président, dit-il, que vous ne construisiez des plans sur des bases totalement erronées.

– Quand le Premier ministre me dit quelque chose, je le crois. »

Le président enchaîne sur les infiltrations d’agents libyens et de stocks d’armes, sur l’appareil de propagande qui appelle le peuple à la révolte. « Cette politique de duplicité n’est pas digne de la Tunisie. Kaddafi veut pourrir la région, il ne veut ni la paix ni la coopération économique. »

Triki écoute calmement, puis il prend congé en déclarant qu’il rapportera au colonel Kaddafi le message du président.

En le raccompagnant, je l’invite à une pause dans un salon du palais:

« Je pense qu’il est de notre devoir de modérer le message et de nous efforcer d’apaiser la situation, lui dis-je.

– J’aurai beau atténuer, dit-il, je ne pourrai pas dissimuler le fond d’hostilité. Tout bien pesé, quand le président Bourguiba déclare qu’il nous brisera les reins, c’est l’équivalent d’une déclaration de guerre. Il est bien le chef suprême des armées! Il nous impute des plans diaboliques. Comment taire l’accusation? Si je suis content d’une chose, c’est que vous n’êtes pas en cause dans cette situation. Chaque fois qu’une tension survient dans nos relations, on nous fait dire que vous en êtes responsable. Vous êtes un homme d’honneur et votre rôle est certainement délicat. Je compte sur vous pour nous éviter une escalade ou une dramatisation qui nous desserviraient les uns et les autres. »

Je le revois au salon de l’aéroport pour le saluer à son départ. J’apprends alors que Mohamed Mzali avait dépêché Taïeb Sahbani11 auprès de lui pour tenter de calmer la tension.

Le lendemain, au cours d’une séance de travail au cabinet du président en compagnie de Mzali, nous sommes à nouveau témoins d’une longue diatribe contre Kaddafi. Le président répète ses propos comme s’il voulait nous convaincre, puis m’interpelle:

« Pourquoi gardes-tu le silence?

– Je vous écoute, Monsieur le Président.

– Je veux ton avis sur l’entretien d’hier avec Triki.

– Puisque vous me posez la question, je dois vous dire que, si l’on s’en tient aux usages diplomatiques, les propos tenus sont très durs et à la limite de l’acceptable. Hier, à l’issue de l’audience, j’ai rattrapé mon collègue Ali Triki et je l’ai prié de ne pas grossir l’affaire. Il m’a répondu que ce qu’il avait entendu, au fond, équivalait à une déclaration de guerre. »

Le président ne réagit pas; il reste silencieux un long moment, la tête entre les mains, puis il nous salue et nous nous dirigeons vers la sortie. Avant que je ne franchisse le seuil, il me rappelle: « Ce que tu m’as dit ne m’a pas fait plaisir, me dit-il, mais je t’en remercie. Tu as été de bon conseil. »

Au bout d’une semaine, Mohamed Mzali m’appelle pour me prier de me rendre à Tripoli et de tenter de reprendre langue avec Kaddafi. « C’est à vous que revient logiquement la démarche », lui dis-je. Le lendemain, il revient à la charge: « J’en ai parlé au président, dit-il, la mission vous revient. » Je décline encore une fois.

À la réunion suivante au palais, Mzali déclare au président:

« J’ai déjà parlé à Si Béji de la mission à Tripoli, mais il ne semble pas convaincu.

– Tu dois y aller, me dit le président, il faut clore ce dossier.

– Une telle mission incombe logiquement à Si Mohamed, lui dis-je. Je n’avais pas souhaité cette audience avec Ali Triki. Du reste, je vois mal ce qu’il y a à dire.

– C’est toi qui y vas parce que je te le demande, reprend le président. Pour le reste, tu n’es pas de ceux à qui il faut souffler ce qu’il y a lieu de dire. Tu sais caresser dans le sens du poil [ta‘rif traqqad ach-chaara]. »

Comme il perçoit mon malaise, il ajoute: « Prends ton temps. »

J’admets que la mission s’impose, mais que dire? Au bout de deux jours, je reçois un appel de Ali Triki, qui, je le sentais, souhaitait vivement l’arrivée d’une délégation tunisienne. Il m’assure, en réponse à ma question, que je serai le bienvenu et que je serai évidemment reçu par le « Guide ».

Le 29 avril, il m’attendait à mon arrivée à Tripoli. Les retrouvailles sont très cordiales. L’ambassadeur Jenifane, de son côté, n’avait relevé aucune nervosité particulière à l’endroit de l’ambassade durant les dernières semaines. Ali Triki me réservait cependant une surprise: j’étais attendu par Abdesselam Jalloud12. Je maintiens que j’étais porteur d’un message pour le colonel Kaddafi et que, faute de le délivrer à son destinataire, je n’avais qu’à reprendre mon avion. Ali Triki s’empresse de me rassurer. J’accepte donc l’entretien préalable fixé avec Jalloud.

L’entretien, en présence de Ali Triki et de Jenifane, était mûrement préparé et sans doute enregistré: sans chercher à répondre aux accusations du président Bourguiba, Jalloud attaquait nos choix politiques, l’esprit de nos réformes, la distance que nous maintenions avec le monde arabe. J’avais beau jeu de rappeler le rôle central de la Tunisie partout où les droits des peuples arabes sont en cause: la lutte de libération algérienne, l’alternative au Caire pour le siège de la Ligue arabe et de ses organisations annexes, le refuge offert à la direction palestinienne… Mais Jalloud n’écoutait pas, il nous considérait comme des adversaires de la révolution libyenne, que nous n’avions jamais fait l’effort de comprendre. Remontant à Hédi Nouira13, « il nous parlait de haut, dit-il, il se croyait supérieur! » Je réalisais qu’il était en service commandé et qu’il n’hésitait pas à se faire provocateur. Il ne cessait de répéter: « Vous n’êtes pas personnellement en cause, nous savons que vous êtes un patriote connu pour sa droiture et sa franchise, mais nous ne voulons plus avoir affaire à la Tunisie [sillou thyabkoum min thyabina]. » Sans céder aux débordements polémiques, je m’attachais à répondre sur le fond, ce qui me permettait de marquer plutôt des points, sans cesser de répéter à mon tour que tout ce qui vise mon pays s’adresse également à moi. Au bout d’une heure, nous nous séparons en nous serrant la main, sans plus.

L’audience avec Kaddafi est-elle encore nécessaire? Je demande à Jenifane de me reconduire à l’aéroport, mais Ali Triki intervient pour rappeler avec insistance que le « Guide » m’attend à la caserne Azizia. Je me suis dit alors que si le programme prévoit deux audiences et que la première est négative, la seconde est vraisemblablement vouée au compromis. Je m’y rends avec Mohamed Jenifane. En pénétrant sous la tente, je lance à haute voix « As-salamou ‘alaykoum! » [Que la paix soit sur vous]. Entouré de Khouildi Hamidi et de Ali Triki, Kaddafi se lève et me tend deux doigts. Évitant sa main, je l’interpelle: « Tel que vous me connaissez, je ne changerai pas, je vous embrasse comme à notre habitude. Si je ne me sentais pas en milieu ami, je ne serais pas là! » Kaddafi se penche pour l’accolade puis, réprimant un sourire, m’invite d’un geste à m’asseoir. C’était bon signe.

Rigide, le visage fermé, Kaddafi parle d’une voix lente: « Comment Habib Bourguiba se permet-il de nous accuser de tant de bassesses? J’ai peine à croire qu’il accorde foi à ce qu’il dit. Vos menaces ne nous font pas peur. Qu’est-ce qu’il se croit pour se permettre de me traiter ainsi?

– Le président Bourguiba n’invente pas. Il juge en fonction des faits, même s’il lui arrive d’être parfois excessif. C’est vous qui avez été souvent injuste avec le peuple tunisien, en affirmant que nous n’étions pas libres.

– Je respecte le peuple tunisien, proteste-t-il.

– Vous avez dit à Tanya Matthews14 que vous ne visiterez la Tunisie que lorsque son peuple se sera libéré. Nous, Tunisiens, avons arraché notre libération par la lutte, contrairement à tant de peuples qui ont reçu leur indépendance sur un plateau par la grâce des Nations unies. Notre libération force le respect.

– Tanya Matthews est une espionne que vous m’avez envoyée. Elle ne s’est pas privée d’empoisonner l’atmosphère par ses inventions et ses élucubrations. »

Khouildi Hamidi intervient pour appuyer les propos du « Guide ».

« Je suppose, dis-je en m’adressant à Kaddafi, que vous avez associé Hamidi à notre entretien pour nous signifier que lui aussi, qui compte parmi nos amis, rompt avec la Tunisie. Je croirai pour ma part que nous aurons tout perdu si nous perdons la confiance du ‘Aqid. Je viens d’entendre des propos de très bas étage de la part de Abdesselam Jalloud. Je ne place pas nos rapports à un tel niveau. Je voudrais néanmoins m’assurer que vous, vous me croyez quand j’affirme que nos relations doivent aspirer à la confiance, mais une confiance fondée sur le respect, sur la franchise et sur la vérité.

– Que diriez-vous si je diffusais un enregistrement où le grand public apprend comment j’ai administré une leçon à votre Premier ministre quand il m’a appelé au téléphone pour s’excuser?

– J’ai tout de suite observé tous ces fils qui traînent sous vos pieds. Ces méthodes ne m’impressionnent pas, j’étais quatorze ans au ministère de l’Intérieur avant d’être ministre des Affaires étrangères. Oseriez-vous diffuser tout l’enregistrement et pas seulement des extraits sélectionnés? »

Je n’étais pas averti de cet appel téléphonique du Premier ministre. Mohamed Mzali ne m’en avait rien dit. Cependant, dès qu’on nous a servi le thé, j’ai compris que l’audience avec Kaddafi était en effet programmée pour le compromis. Je pose la question à Kaddafi:

« Et maintenant, où allons-nous? La guerre ou la paix? Je pense que nous ne devons pas insulter l’avenir.

– C’est à vous de trouver la solution.

– Vous placez votre confiance en moi, mais votre entourage n’acceptera pas.

– J’accepterai, moi.

– Il faudrait que vos collaborateurs acceptent aussi et, après le discours du commandant Jalloud, je suis sceptique.

– Il vous suffira que j’accepte.

– Alors, nous considérerons que tout ce qui s’est passé est un malentendu! »

——————————————————————————————– 1. Ministre des Affaires étrangères de 1973 à 1982, puis de 1984 à 1986. Actuel secrétaire aux Affaires de l’Union africaine.

2. Beau-frère de Kaddafi, l’un des principaux responsables de la sécurité.

3. Membre du Conseil de la révolution, ancien chef de l’armée puis du renseignement.

4. Membre du Conseil de la révolution, disparu dans des conditions mystérieuses en 1986.

5. Responsable des services extérieurs.

6. Ministre tunisien des Affaires étrangères de juin 1970 à janvier 1974.

7. Fils du président Bourguiba. Ambassadeur, ministre des Affaires étrangères, puis patron (1971-1988) de la Banque de développement économique de la Tunisie.

8. Premier ministre tunisien de 1980 à 1986.

9. L’Union tuniso-libyenne, qui devait, en 1973-1974, aboutir à la fusion des deux pays sous le nom de République arabe islamique (RAI), a avorté.

10. Ministre de la Réforme administrative, proche de Mohamed Mzali.

11. Ancien ambassadeur de Tunisie en Libye.

12.Membre du Conseil de la révolution. Premier ministre de juillet 1972 à mars 1977.

13. Premier ministre tunisien de novembre 1970 à avril 1980.

14. Correspondante de la BBC à Tunis.

(Source :  « Jeune Afrique” (Magazine hebdomadaire – France), N° le 2532 du 19 au 25 juillet 2009)


 

Algérie: principaux incendies maîtrisés, la canicule sévit toujours

 
AFP, le 27 juillet 2009 à 16h11 ALGER – La majorité des incendies qui ont ravagé près de 4.000 hectares de forêts et de maquis en Algérie depuis le 22 juillet ont été maîtrisés tandis que la canicule sévissait encore lundi pour la sixième journée consécutive, a indiqué la protection civile. A Béjaïa, en Kabylie, la région la plus touchée depuis le début de la vague de chaleur, la plupart des incendies ont été maîtrisés, selon un responsable local de la protection civile. Seuls subsistaient quelques foyers d’incendies dans la région de Bordj Bou Arréridj, à environ 200 km à l’est d’Alger, où 341 départs de feux ont été enregistrés depuis le 22 juillet, selon la même source. Les départs de feux ont été favorisés par une canicule exceptionnelle, marquée par des températures entre 40° sur le littoral et 47° dans certaines régions du sud et du centre du pays. Plus de 10.000 hectares ont été atteints par des incendies en Algérie depuis le 1er juin, dont 4.400 ha de forêts, selon un bilan de la protection civile, qui a enregistré une moyenne de 21 foyers chaque jour. Cette moyenne s’est élevée jusqu’à 51 incendies quotidiens entre le 18 et le 24 juillet, selon la même source. (©AFP / 27 juillet 2009 16h10)

 


 

Iran: tensions chez les conservateurs avant l’investiture du président

 
AFP, le 27 juillet 2009 à 14h05 Par Siavosh GHAZI   Le président Mahmoud Ahmadinejad, qui doit être investi la semaine prochaine, semblait lundi fragilisé par des tensions croissantes avec son propre camp qui ont conduit au limogeage du ministre des Renseignements. Le quotidien conservateur Tehran Emrouz titrait « Journée chaotique pour le gouvernement » après le départ du ministre des Renseignements, Gholamhossein Mohseni Ejeie, qui a été démis la veille de ses fonctions. Selon l’agence Mehr, M. Mohseni Ejeie, un conservateur influent au sein du cabinet, avait eu un affrontement verbal avec M. Ahmadinejad mercredi. En revanche, le président a rejeté la démission du ministre de la Culture, Mohammad Hossein Safar Harandi, selon un responsable de la presse au sein du bureau présidentiel, cité par l’agence Isna. « Seul le ministre des Renseignements a été limogé » et par conséquent « le gouvernement n’a pas besoin d’un nouveau vote de confiance » par le Parlement, a ajouté Mohammad Jafar Mohammadzadeh. Selon le gouvernement, avec le limogeage de M. Mohseni Ejeie, dix ministres sur un total de 21 ont changé depuis 2005. Or, selon la Constitution, le président doit demander un nouveau vote de confiance pour  l’ensemble de son gouvernement si plus de la moitié des membres du cabinet changent. « J’espère que ces limogeages (des ministres de la Culture et des Renseignements) ne seront pas confirmés car sinon, on peut dire que le gouvernement a commis une opération suicide », a déclaré le député conservateur Heshmatollah Falahatpisheh au Tehran Emrouz. « Je ne sais pas pour quelle raison le président a agi ainsi, mais c’est contraire à l’intérêt national et à l’intérêt du gouvernement », a-t-il ajouté. Ces cafouillages démontrent les tensions grandissantes au sein du camp conservateur, alors que Mahmoud Ahmadinejad doit être investi le 5 août avant de présenter son gouvernement aux députés pour approbation. Les dissensions ont éclaté au grand jour lorsque le président a nommé un de ses proches, Esfandiar Rahim Mashaie, au poste de premier vice-président. Plusieurs ministres, notamment ceux des Renseignements et de la Culture, avaient critiqué cette nomination et surtout le retard de M. Ahmadinejad pour obéir au Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, qui avait ordonné d' »annuler » cette nomination. Quelque 200 députés ont envoyé dimanche une lettre au président pour lui demander « de corriger son comportement de sorte que les points de vue du Guide suprême soient appliqués avec plus de rapidité et de sérieux », selon le député conservateur Mouss-al-Reza Servati, cité par l’agence Ilna. Annoncée le 17 juillet, la nomination de M. Rahim Mashaie avait provoqué un tollé. Les conservateurs et le clergé ne lui pardonnaient pas une entorse à la rhétorique du régime, quand il avait affirmé en juillet 2008 que l’Iran était « l’ami du peuple américain et du peuple israélien ». De son côté l’opposition, qui avait vivement contesté le résultat de l’élection présidentielle du 12 juin, reste mobilisée et a demandé dimanche l’autorisation d’organiser jeudi une cérémonie en hommage aux personnes tuées au cours des manifestations qui ont suivi la réélection de M. Ahmadinejad. Le Parlement, dominé par les conservateurs, a mis en place une commission spéciale pour suivre la situation des personnes arrêtées lors des manifestations, après l’annonce dans la presse ces derniers jours de la mort en prison de deux jeunes manifestants. Selon les chiffres publiés par les médias officiels, entre 1.000 et 2.000 personnes ont été arrêtées lors des manifestations. Les autorités ont affirmé que la plupart ont été libérées.  
 

Un responsable de droite parle d’accident cardiaque puis rectifie

AFP, le 27 juillet 2009 à 15h12 Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l’UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, a évoqué lundi un « accident cardiaque » à propos du malaise du président français, avant de revenir sur ce terme qui contredisait l’explication donnée par la présidence. L’Elysée a fait état lundi matin d’un « malaise lipothymique d’effort », sans « cause » ni « conséquence cardiologique ». Comme on lui demandait, à l’occasion d’un point de presse, si le malaise la veille de Nicolas Sarkozy constituait une « alerte » pour la santé du président, Frédéric Lefebvre a répondu : « si personne ne considère qu’un accident cardiaque est une alerte, qu’est-ce qui peut être une alerte ?  » « Et donc je crois », a-t-il poursuivi, « qu’il faut évidemment que le président de la République fasse ce que font d’ailleurs tous les citoyens quand ils vivent une alerte de ce type, et trouve le moyen de prendre du repos ». Peu après, le porte-parole a publié une mise au point sur son emploi des mots « accident cardiaque » et a tenté laborieusement de se justifier en assurant qu’il avait entendu élargir ces termes « à tous les Français ». « A la question d’un journaliste évoquant le malaise du président de la République, j’ai évoqué la nécessité pour tout citoyen de tenir compte d’une telle alerte, et de prendre du repos », précise M. Lefebvre dans un communiqué. « C’est à cette occasion que j’ai employé le terme cardiaque en l’élargissant à tous les Français ». « Je n’entends pas, évidemment, me substituer aux médecins qui, à la suite des examens effectués, ont constaté que les qualificatifs de vagal ou cardiaque, pour définir un tel malaise, n’étaient pas appropriés, d’autant qu’ils n’ont diagnostiqué ni cause, ni conséquence cardiaque dans cet accident », a-t-il ajouté. Nicolas Sarkozy a quitté lundi l’hôpital parisien du Val-de-Grâce, où il avait été admis la veille après un malaise pendant son jogging. Un « repos relatif » lui a été conseillé mais « aucun traitement médical » ne lui a été prescrit.

 

ONU: une ONG sanctionnée sur demande de l’Algérie

GENÈVE, 27 juil 2009 (AFP) –  Le Conseil économique et social de l’ONU (Ecosoc) a suspendu lundi pour un an le statut consultatif de la Commission arabe des droits de l’Homme (CADH) sur demande de l’Algérie qui accuse l’ONG d’avoir choisi comme porte-parole un homme recherché pour terrorisme. L’Algérie avait obtenu du Comité des ONG de l’ONU de recommander la suspension de la CADH. Cette recommandation a été entérinée lundi par consensus et sans débat par l’Ecosoc réuni à Genève. Les autorités algériennes s’étaient indignées que l’ONG ait choisi de se faire représenter par Rachid Mesli, un ancien avocat qui, dans les années 90, avait défendu les leaders du Front islamique du salut (FIS) Abbassi Madani et Ali Belhadj. L’ancien avocat avait été condamné en 1997 à trois ans de prison pour soutien au terrorisme à l’issue d’un procès qualifié d’inéquitable par Amnesty International. Jouissant depuis 2000 du statut de réfugié en Suisse, M. Mesli avait présenté en juin 2008 les observations de la CADH lors du débat sur la situation des droits de l’Homme en Algérie dans le cadre de la procédure d’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. Le représentant permanent à Genève de la CADH, Abdel Wahab Hani, a accusé les Etats occidentaux de « lâcheté » pour avoir consenti à cette sanction. Il a dénoncé notamment l’absence de motivation écrite de la sanction prononcée. L’Ecosoc a par ailleurs octroyé le statut consultatif à 102 organisations non gouvernementales, dont l’Association brésilienne de gays, lesbiennes et transgenres (ABGLT) qui est ainsi devenue la première ONG latino-américaine de défense des droits des homosexuels à obtenir l’accréditation auprès de l’ONU. Le Comité des ONG de l’ONU avait pourtant recommandé de refuser le statut consultatif à l’ABGLT mais l’Ecosoc en a décidé autrement par 25 voix pour, 12 contre et 13 abstentions. La reconnaissance explicite des droits des minorités sexuelles se heurte à l’opposition farouche des pays musulmans, dont plusieurs sanctionnent l’homosexualité dans leur législation.

Arab human rights group barred for year by U.N.

(2009-07-27) (Reuters) – By Robert Evans GENEVA (Reuters) – The United Nations decided on Monday to bar an Arab human rights group for a year after Algeria argued that it brought in a « known terrorist » to speak on its behalf at a meeting in Geneva. The decision was taken without a vote, despite reservations voiced by Western countries, at the 54-member Economic and Social Council (ECOSOC) in what an official of the barred grouping said was a move to silence its voice. The action against the Paris-based Arab Commission for Human Rights — which has been fiercely critical of Israel but also of what it argues is growing oppression in Arab countries — deprives it of the right to speak in U.N. bodies. « This was a move taken to silence us, » the body’s Geneva representative Abdel Wahab Hani told reporters. « We upset everybody, including the Europeans and Americans by criticizing them too, so there was no one to stand up for us. » The suspension of recognition — formally known as « consultative status » — was recommended in January by the U.N.’s 19-nation Committee on Non-Governmental Organizations (NGOs) in New York. Western countries say the Committee has increasingly acted in recent years to keep out genuine NGOs. The Arab Commission, founded in 1998 and run by 15 human rights lawyers who mainly live in Arab countries although some are based in Western Europe, will now be barred from the Human Rights Council, its main U.N. focus. In a complaint to the NGO Committee, Algeria said the group violated rules last year by putting up as a speaker Swiss-based lawyer Rachid Mesli, against whom Algiers has issued an arrest warrant as a member of an « armed terrorist group. » Hani said Mesli was a lawyer who fled Algeria after being prosecuted for defending members of the now defunct Islamic Salvation Front (FIS) which fought the state in the 1990s. U.S. and European Union delegates said Monday that states on the Committee, which recommends to ECOSOC which NGOs should be admitted, or expelled, appeared to be acting to keep out NGO’s who criticized them or with whom they disagreed. (Editing by Jonathan Lynn and Myra MacDonald)  

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

9 janvier 2006

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 6 ème année, N° 2058 du 09.01.2006  archives : www.tunisnews.net Création d’une plateforme pour un

En savoir plus +

27 mars 2003

Accueil TUNISNEWS 3ème année, N° 1042 du 27.03.2003  archives : http://site.voila.fr/archivtn LES TITRES DE CE JOUR:      

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.