27 février 2009

Home – Accueil

TUNISNEWS

8 ème année, N° 3202 du 27.02.2009

 archives : www.tunisnews.net  

Belfast Telegraph: Northern Ireland man detained in Tunisia as Gaza convoy is halted

AP: EU immigration chief demands new asylum agency

Ines Bel Aïba: Itinéraire d’un harrag tunisien

Reuters: Trois policiers condamnés pour « délaissement » d’un homme saoul

AFP: Netanyahu va former le gouvernement le plus à droite d’Israël

AFP: Un comité Vatican/Islam appelle à « une mise à jour » des livres scolaires

AFP: Appel des musulmans russes à boycotter roses et tulipes néerlandaises

AFP: Juifs et catholiques d’Allemagne fustigent les « regrets » de Williamson


Liste actualisée des signataires de l’initiative du Droit de Retour : http://www.manfiyoun.net/fr/listfr.html Celles et Ceux qui veulent signer cet appel sont invités à envoyer leur: Nom, Pays de résidence et Année de sortie de la Tunisie sur le mél de l’initiative : manfiyoun@gmail.com


 


Northern Ireland man detained in Tunisia as Gaza convoy is halted

By Emily Moulton A Co Tyrone man who is driving a lorry to Gaza to deliver humanitarian aid as part of the ‘Viva Palestina’ convoy has been detained in Tunisia. John Hurson (39), from Dungannon, entered the north African country on Wednesday after travelling from Algeria but was stopped by Tunisian police, along with the rest of the convoy, and herded into a football stadium in the province of Gabes, more than 300kms away from the capital city of Tunis. Yesterday, the Tunisian authorities said they would allow the convoy to continue on its journey to Gaza. However, last night the convoy remained in the country and all 120 vehicles were being kept under lock and key in the stadium. Speaking to the Belfast Telegraph from the stadium in Gabes, Mr Hurson explained he had spent all day trying to get out of the sporting facility but had been repeatedly told they were being kept inside for their “own safety”. “It’s just crazy,” he said. “The Tunisian Government are keeping everyone under wraps. They are telling us we are not under arrest but they are not letting us out of the stadium. “Their excuse is that it’s for our safety. “There is some sort of civil unrest near the border at the moment. They are afraid we might spark some sort of uprising. “Some people have managed to get away to a hostel to get showered and rest but we are all still stuck in here. “We have been told that they might take us to a hotel tonight but our vehicles will stay in the stadium. “It looks as if we won’t be able to leave here until Saturday.” Before the convoy was taken to Gabes, Mr Hurson’s lorry broke down in the province of Gafsa. He explained the Tunisian authorities had ordered the convoy to keep moving but because they were stuck on the side of the road he claimed they became a bit hostile. Once they were able to get moving, the entire convoy met up in Gabes. According to Press TV, two human rights activists travelling with the convoy were arrested by Tunisian police on Wednesday night. A reporter, Yvonne Ridley, who is accompanying the convoy, told the news agency the activists were pushed into a van and taken to an undisclosed destination and that their fate remained unknown. Mr Hurson said many in the convoy were still confused about when they would be able to re-start their trek but acknowledged the Tunisian Government had allowed mechanics into the stadium to help with repairs. “I just have a wheel bearing that needs to be fixed, which is no problem,” he said last night. “They have let mechanics in to fix things but in terms of the way they have handled this whole situation, it’s been a big mistake.” The ‘Viva Palestina’ convoy was organised by Respect MP George Galloway in response to the humanitarian crisis which is currently affecting thousands of Palestinians following Israel’s military assault last month. More than 100 vehicles, including a fire engine, ambulance and even a boat gathered outside Parliament buildings in London on Valentine’s Day and plan to travel more than 5,000 miles through cities such as Bordeaux, Madrid, Tangier, Fez, Ras Jdeir (Libyan border), Tripoli, Cairo and finally ending up at the border crossing of Rafah — sealed by Cairo despite the humanitarian crisis — in Palestine on March 9. (Source: “Belfast Telegraph” (Quotidien – Belfast – Grande Bretagne), le 27 février 2009) Lien: www.belfasttelegraph.co.uk  

EU immigration chief demands new asylum agency

By CONSTANT BRAND, Associated Press Writer BRUSSELS (AP) _ BRUSSELS: A new asylum agency is urgently needed to cope with the rising number of migrants arriving in the European Union, the bloc’s top immigration official said Thursday. Some 194,000 people sought asylum in the 27-nation bloc in 2008 — an eight percent increase on the previous year, said EU Justice and Home Affairs Commissioner Jacques Barrot. « Everyday we see pictures of refugees arriving by sea, » Barrot told a meeting of EU immigration and interior ministers. « The member states that face the reality of those arrivals ask us for help. » Southern EU members, including Spain and Portugal, have been frustrated by the lack of progress in forging common asylum practices to deal with the arrival of illegal migrants from Africa, many of whom die trying to cross the Mediterranean to Europe. Roberto Maroni, Italy’s interior minister, said Italy took in 30,000 migrants on its tiny southern island of Lampedusa last year, 75 percent of whom have asked for asylum. The proposed €5 million ($6.4 million) agency would help coordinate asylum policies and send experts to help with mass arrivals in EU countries. Countries would remain in charge of granting residence and protection to claimants. The EU has already given its external borders agency, Frontex, the task of coordinating European patrols in the Mediterranean to thwart illegal migrants from reaching Europe, but few northern EU members have donated boats, planes or helicopters. « I hope we can get a political agreement before the summer, » Barrot said. He said he hoped the agency would be operating by next year. The creation of the asylum agency is part an EU pact signed last year to set up a common immigration and asylum policy. However many countries are not keen to allow the EU a larger role in long-cherished national asylum policies. Associated Press  

Itinéraire d’un harrag tunisien

 

Il n’y a pas que les Marocains qui « brûlent ». En Tunisie aussi, l’émigration clandestine est un sport national. L’histoire de ce harrag tunisien nous permet de comparer les méthodes et les itinéraires. Ines Bel Aïba Mounir est une légende à La Chebba. Rares sont les habitants de cette petite ville du Sahel tunisien qui n’ont pas entendu parler du périple de ce jeune homme de vingt-six ans. La majorité des candidats tunisiens à l’émigration « brûlent » dans des embarcations de fortune pour arriver en Italie, comme le  font les Marocains pour aller en Espagne. Mounir, lui, a choisi un parcours pour le moins original. En 1999, il tente de passer par Malte. Un billet d’avion pour La Valette dans la poche, il pense pouvoir passer en Italie grâce aux nombreux « guides » de l’île, qui proposent d’emmener les harraga en Zodiac jusqu’à Syracuse en échange de quelques centaines de dollars. Mais même s’il peut témoigner d’une réservation à l’hôtel, Mounir se fait refouler à l’aéroport. Le jeune homme ne se laisse pas décourager pour autant. C’est en ex-Yougoslavie, pense-t-il, qu’il a le plus de chances de passer inaperçu. Il achète donc un billet d’avion pour Sarajevo en 2001 et planifie un voyage à travers la Bosnie, la Croatie et la Slovénie pour arriver à Trieste, en Italie, d’où il pense pouvoir circuler et chercher du travail. C’est un véritable cauchemar de trois mois et demi qui vient de commencer pour lui. Dépouillé de son argent par les passeurs, perdu dans les forêts et les marécages des Balkans, il se fait finalement arrêter par la police slovène à Ljubljana. Après un séjour en Bosnie dans un centre pour clandestins où il côtoie des Égyptiens, des Libyens, des Afghans et des Chinois, il est renvoyé en Tunisie. Mounir continue pourtant d’y croire. Pendant un an, il économise pour financer une troisième tentative. En juin 2002, il entend parler d’un bateau tuniso-espagnol qui recherche des marins pour appareiller depuis Bizerte, au nord du pays, et qui fera escale à Algésiras. Il se présente alors au capitaine qui l’engage pour un contrat de six mois. Pendant plusieurs jours, il travaille avec les nombreux Péruviens venus eux aussi tenter leur chance en Europe. C’est avec une excitation sans bornes qu’il voit approcher la côte espagnole. Mais à Algésiras, alors qu’il s’apprête à descendre avec les autres, le capitaine s’adresse soudain à lui : « Toi, le Tunisien, tu ne descends pas, sinon j’appelle les flics ». Mais Mounir n’est pas venu d’aussi loin pour ne rien tenter. Il voit bien que l’un des Péruviens a été placé en faction au-dessus de la passerelle. Il avoue, un peu gêné mais sur un ton décidé, qu’il était prêt à tout : « Pourquoi mentir ? Oui, j’aurais tout fait pour atteindre mon objectif. J’étais prêt à frapper le Péruvien pour sortir du bateau. J’étais passé par tellement d’épreuves, je ne pouvais pas m’arrêter si près du but ». Mounir se faufile donc jusqu’à la passerelle et profite de quelques secondes d’inattention du Péruvien, parti chercher son dîner. Sans hésitation, il saute à terre et s’enfuit en courant. En attendant de prendre le bus pour Madrid le lendemain, Mounir entre dans un parc et se réfugie dans les branches d’un grand arbre pour y passer la nuit. Au petit matin, il fait la connaissance d’un Marocain, mécanicien à Madrid. Ce dernier lui offre de partager le dîner qu’il a ramené du Maroc et se montre très solidaire : non content d’offrir des vêtements à un Mounir en short et T-shirt, il lui achète même un billet pour Barcelone et lui donne dix euros pour qu’il puisse manger. Mais une fois arrivé à Barcelone, Mounir se fait repérer par deux policiers qui l’arrêtent sur le champ. Il décide alors de se faire passer pour un Palestinien ; si la police se rend compte qu’il est Tunisien, elle aura vite fait de le renvoyer d’où il vient, tandis que les Palestiniens jouissent d’une image et d’un statut différents. Aux deux traductrices dépêchées par les services de l’immigration, il refuse de répondre en arabe, de peur que son accent ne le trahisse. Et aux questions des inspecteurs espagnols, il répond inlassablement, en français, qu’il s’appelle Mohammed Chahine, que sa femme et ses enfants sont à Paris, qu’il a perdu ses papiers et qu’il doit absolument les rejoindre. Le plan fonctionne. Mounir se voit octroyer un permis de séjour de quatre mois en Espagne. Mais son voyage est loin d’être terminé : c’est en Italie qu’il veut aller. Il quitte Barcelone pour Paris, descend à Marseille, passe par Cannes, Nice , Menton, Vintimille puis Turin. L’un de ses meilleurs amis, ancien clandestin installé à Vérone, vient tout de suite le chercher en voiture. Mounir est enfin arrivé à bon port. Aujourd’hui, le jeune homme travaille dans le bâtiment à Vérone. Comme la plupart des travailleurs tunisiens en Italie, il essaye de trouver « des combines pour gagner beaucoup plus. 1500 euros par mois, ce n’est pas assez. Alors, ce que je fais, c’est signer un contrat ordinaire pour avoir les papiers. Ensuite, je romps le contrat, je travaille au noir, ce qui est beaucoup mieux payé, et rebelote ». Tout le monde à La Chebba le pousse à rester plusieurs années en Italie, pour qu’il puisse se construire un avenir solide. Il est bien connu, lui dit-on, que les jeunes n’ont pas d’avenir en Tunisie. Pendant ce temps, dans sa ville natale comme dans le reste du pays, à la télévision, à la radio, dans la rue, sur d’énormes banderoles accrochées le long des boulevards, les mêmes slogans rythment la vie quotidienne de citoyens fatigués : « Tounes, watanou el farah addaem » : Tunisie, le pays de la joie permanente. (Source : « TelQuel » (Magazine hebdomadaire – Maroc), N° 146, octobre 2004) Lien : http://www.telquel-online.com/146/sujet4.shtml  


Trois policiers condamnés pour « délaissement » d’un homme saoul

 (le tunisien Taoufik El-Amri, NDLR)
Reuters, le 26 février 2009 à 16h17 NANTES, Loire-Atlantique, 26 février (Reuters) – Trois policiers ont été condamnés à quatre mois de prison avec sursis pour le « délaissement » en novembre 2006 d’un homme en état d’ébriété, « une première en France » selon leur avocate qui suscite la colère des syndicats de police. Brièvement interpellé pour le vol d’un portefeuille, Taoufik el-Amri, un ouvrier tunisien de 33 ans, avait été retrouvé vingt jours plus tard noyé dans un canal du centre-ville avec 3,74 g d’alcool par litre de sang. L’homme n’avait pas été conduit en cellule de dégrisement, comme le réclame la procédure, les fonctionnaires estimant qu’il ne semblait pas suffisamment ivre pour cela. « C’est une première en France, qui mérite que la cour d’appel se penche dessus », estime Annie Hupé, avocate des trois policiers. « Ce jugement va avoir un impact indéniable sur tous les métiers de la sécurité publique (policiers, gendarmes, pompiers…), mais aussi le grand public. La responsabilité pénale de chacun peut désormais être engagée si vous rencontrez un homme saoul sur un parking et que vous ne le prenez pas en charge. » « On va maintenant conseiller aux collègues de se protéger, en emmenant toutes les personnes ivres en cellule de dégrisement, ce qui va poser de sérieux problèmes de place », réagit lui Thierry Spitz, secrétaire régional du syndicat de policiers Alliance. « Pour l’instant, il n’y a pas de mot d’ordre officiel en faveur d’une grève du zèle, mais on va y réfléchir. » Les trois policiers ont également été condamnés pour « faux témoignage », un délit qu’ils ne contestaient pas, pour avoir menti sur le lieu de dépose de Taoufik el-Amri. Lors du procès devant le tribunal correctionnel de Nantes, le 28 janvier, le parquet avait requis six mois de prison avec sursis à leur encontre. REUTERS  

Netanyahu va former le gouvernement le plus à droite d’Israël

AFP, le 27 février 2009 à 13h00 Par Jonathan NACKSTRAND TEL AVIV, 27 fév 2009 (AFP) – Israël s’apprête à se doter d’un gouvernement restreint le plus à droite de son histoire, dirigé par le chef du Likoud Benjamin Netanyahu, après l’échec avéré des tentatives de former une coalition élargie. Le Premier ministre pressenti, hostile à la création d’un Etat palestinien au moins dans un avenir envisageable, a affirmé vendredi qu’il n’y avait pas de possibilité d’un gouvernement d’union, en rejetant la faute sur la chef du parti centriste Kadima, Tzipi Livni. « J’ai fait tout mon possible pour parvenir à l’union tant est elle importante face aux défis sécuritaires et économiques auxquels fait face Israël. A mon grand regret, je me suis heurté à une fin de non recevoir catégorique de Mme Livni », a dit M. Netanyahu. « Avant et après les élections, j’avais promis d’agir pour un gouvernement d’union et en conséquence de quoi j’étais prêt à aller très loin dans la voie des concessions », a-t-il dit après un entretien à Tel-Aviv avec la chef de la diplomatie du gouvernement sortant. Mme Livni a annoncé pour sa part qu’elle ne participerait pas à un gouvernement dirigé par M. Netanyahu. « Notre rencontre s’est achevée sans accord sur les questions essentielles », a-t-elle dit en se présentant comme le chef d’une « opposition responsable » à même de soutenir le gouvernement ponctuellement « face aux menaces contre Israël ». Cette impasse sonne le glas d’une coalition élargie voulue par Netanyahu pour éviter de constituer un gouvernement restreint très marqué à droite et fondé sur une majorité parlementaire de 65 députés sur 120. Le chef du Likoud avait été officiellement chargé le 20 février par le président Shimon Peres de former le prochain cabinet au plus tard d’ici le 3 avril, délai légal pour obtenir l’investiture au Parlement. Mme Livni, qui espérait dans un premier temps se voir confier la tâche de former un gouvernment, avait expliqué son refus en estimant qu’un cabinet Netanyahu bloquerait toute chance de relance du processus de paix par son opposition à la création d’un Etat palestinien au côté d’Israël. Elle a maintenu cette position en dépit de sondages d’opinion montrant qu’une nette majorité d’Israéliens et particulièrement de votants du Kadima préféraient un gouvernement d’union et malgré des voix discordantes dans son parti de la part de dirigeants peu enclins à se trouver dans l’opposition. « Netanyahu ne croit pas au processus de paix et est prisonnier des visions traditionnelles de la droite » hostile à un retrait en Cisjordanie occupée, avait dit la chef de la diplomatie du cabinet sortant au quotidien Maariv. M. Netanyahu se défend de refuser un dialogue avec les Palestiniens, tout en s’opposant au principe de « deux Etats pour deux peuples ». Le chef de son principal parti allié, Israël Beiteinou (15 sièges), Avigdor Lieberman, qui brigue le ministère des Affaires étrangères, s’est pour sa part efforcé de corriger son image de populiste d’extrême droite. Dans une interview au journal américain Jewish Week, M. Lieberman, originaire d’ex-URSS, s’est déclaré en faveur de la « création d’un Etat palestinien viable », s’est défendu d’être un « extrémiste de droite » et a promis de « travailler avec le président (américain) Barack Obama ». Lieberman s’est taillé une réputation d' »homme fort » prêt à expulser les Arabes qui ne prêteraient pas allégeance à Israël et a affirmé qu’Israël confrontée au Hamas, au pouvoir à Gaza, devait s’inspirer de l’exemple de la Russie en Tchétchénie. AFP  

Un comité Vatican/Islam appelle à « une mise à jour » des livres scolaires

AFP, le 26 février 2009 à 19h57 CITE DU VATICAN, 26 fév 2009 (AFP) – Un comité mixte de prélats du Vatican et de religieux du centre égyptien Al-Azhar a appelé à une « mise à jour » des livres scolaires pour les expurger « de textes pouvant offenser les sentiments religieux d’autres croyants », dans une déclaration commune publiée jeudi. Les dignitaires religieux, membres du Comité mixte pour le dialogue entre catholiques et musulmans réunis les 24 et 25 février au Vatican pour leur rencontre annuelle, ont souligné l’importance de « la promotion d’une pédagogie et d’une culture de paix » accordant « une référence particulière au rôle des religions ». « Les livres scolaires devraient être mis à jour pour ne pas contenir de textes pouvant offenser les sentiments religieux d’autres croyants, ce qui arrive parfois à cause de fausses présentations de dogmes, valeurs ou histoire d’autres religions », ont-ils estimé. Quant aux médias, ils ont « une grande responsabilité dans la promotion de relations positives et respectueuses entre les fidèles de différentes religions », ont-ils estimé. La rencontre était co-présidée par le cardinal Jean-Louis Tauran, chargé au Vatican des relations avec l’islam, et cheikh Ali Abd al-Baqi Shahata, secrétaire général de l’Académie pour la recherche islamique d’Al-Azhar, la plus haute instance de l’islam sunnite. Le Comité mixte pour le dialogue, créé en 1998, tiendra sa prochaine réunion en février 2010 au Caire, indique la déclaration.  

Appel des musulmans russes à boycotter roses et tulipes néerlandaises

 
AFP, le 27 février 2009 à 10h46 MOSCOU, 27 fév 2009 (AFP) – Les musulmans d’une région russe ont appelé à boycotter les roses et tulipes néerlandaises pour protester contre la sortie au Pays-Bas d’un film jugé anti-islam sur les épouses du Prophète, selon un communiqué disponible vendredi sur leur site. « Nous devons trouver une substitution aux fameuses roses et tulipes néerlandaises que beaucoup achètent à la veille du 8 mars », la journée de la femme fériée en Russie, souligne Abkhoulbari-hazrat Mouslimov, un responsable de la communauté musulmane de Nijni Novgorod (Volga). « A le veille de la journée de la femme, protégeons l’honneur des épouses de notre Prophète (que la paix soit avec elles) et n’achetons pas un gramme de marchandise fabriquée aux Pays-Bas », souligne le dignitaire. Il s’adresse également aux hommes d’affaires musulmans qui travaillent avec les Pays-Bas, les exhortant à « exprimer notre protestation musulmane » et leur suggérant de « renoncer à la coopération » avec leurs partenaires néerlandais. Le communiqué fait référence au film de Ehsan Jami, un ancien homme politique néerlandais d’origine iranienne, sur la relation entre Mahomet et sa femme Aïcha, qu’il aurait épousée alors qu’elle avait 9 ans. AFP  

Juifs et catholiques d’Allemagne fustigent les « regrets » de Williamson

 

 
AFP, le 27 février 2009 à 11h12 BERLIN, 27 fév 2009 (AFP) – Des dirigeants des communautés juive et catholique d’Allemagne ont estimé vendredi que les « regrets » de l’évêque intégriste Richard Williamson ne changeaient rien à ses idées négationnistes. « Williamson n’a en aucun cas retiré ses thèses mensongères sur l’Holocauste, il a juste regretté que ses paroles aient eu des conséquences dommageables », a déclaré Dieter Graumann, vice-président du Conseil central des juifs d’Allemagne, sur le site internet du Handelsblatt. L’évêque, qui avait nié l’existence des chambres à gaz et estimé que « pas un seul » juif n’y avait péri, explique maintenant s’être basé sur « des preuves datant d’il y a 20 ans (…) comme si on avait mis en doute l’existence de l’Holocauste il y a 20 ans! », s’est emporté le responsable juif. « Non, ces explications complètement tordues de Williamson ne retirent rien » à ses propos antérieurs, a estimé M. Graumann, qui a déploré la « décision fatale du Vatican » de lever l’excommunication de l’évêque. Pour Hans Joachim Meyer, président du Comité central des catholiques allemands (ZdK), les excuses de Williamson ne sont « en aucun cas satisfaisantes ». « Une telle personne n’a pas le droit d’assumer des responsabilités » au sein de l’Eglise, a ajouté le président du ZdK. Selon M. Meyer, même si Williamson avait renié de manière limpide ses propos négationnistes, il faudrait néanmoins se demander comment une personne adulte peut s’exprimer « autant à la légère » sur une question aussi « fondamentale » que l’existence des chambres à gaz à Auschwitz. Dans une lettre au Vatican publiée jeudi, Richard Williamson a demandé « pardon devant Dieu » à ceux qu’il a blessés pour ses déclarations négationnistes et regretté « la douleur (causée) avant tout à l’Eglise, mais aussi aux survivants et aux parents des victimes qui ont subi des injustices sous le IIIe Reich ».

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

16 novembre 2006

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2367 du 16.11.2006  archives : www.tunisnews.net Le prisonnier Hédi Ghali est

En savoir plus +

22 avril 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2525 du 22.04.2007  archives : www.tunisnews.net AFP: La coopération antiterroriste au

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.