24 décembre 2009

Home – Accueil

TUNISNEWS

9 ème année, N° 3502 du 25.12.2009

 archives : www.tunisnews.net  


Human Rights Watch: Tunisia: President, Emboldened by Vote, Cracks Down on Critics Reporters sans frontières: Témoignage d’Azza Zarrad, sur les conditions de détention de son mari Taoufik Ben Brik Luiza Toscane: Yassine Ferchichi a été renvoyé au Sénégal Yahyaoui Mokhtar: Etudes Universitaires : Quel valeur ont nos universités ? Abdessalem BOUCHADEKH: A propos de l’entretien au consulat de Tunisie à Pantin Abdel Wahab Hani : Aïd Retornado Boubaker Sayem s’impatiente entre l’Irlande et la Grande Bretagne Xinhua: Tunisie : 3 morts et 5 blessés dans un accident de la circulation AFP: Identité nationale: la fille adoptive de Chirac apporte sa contribution au débat Saâd Lounès: L’Armée prépare la succession de Bouteflika


Rencontre avec Ahmed Brahim premier secretaire du mouvement ettajdid


Tunisia: President, Emboldened by Vote, Cracks Down on Critics

Two Journalists in Prison after Unfair Trials; Activists Threatened and Harassed

 
December 23, 2009 (New York) – Tunisian authorities should quash the convictions on the journalists Taoufik Ben Brik and Zouhair Makhlouf after unfair trials and immediately set them free, Human Rights Watch said today. The government should also investigate an attack on another journalist, Slim Boukhdir, and halt the harassment of journalists, Human Rights Watch said. Since President Zine el-Abidine Ben Ali won re-election for a fifth consecutive term on October 25, 2009, the authorities have stepped up a campaign against journalists who criticize the government. On the eve of the election, which official results say Ben Ali won with 89.62 percent of the vote, Ben Ali vowed to prosecute all those who tarnished Tunisia’s image or who asserted without proof that the elections were fraudulent. « Ben Ali is on a vengeful campaign to punish the few journalists and human rights activists who dared to question his record during the election, » said Sarah Leah Whitson, Middle East and North Africa director at Human Rights Watch. « During the campaign, he vowed his administration would respect human rights, but that apparently was an empty promise. » Since the election, security services have also harassed several human rights activists with heightened surveillance, brief detentions and threats, and prevented them from moving about freely. These include Abdelkarim Harouni of the Liberty and Equity organization, as well as Sihem Ben Sedrine, who is both spokesperson for the National Council for Liberties in Tunisia (CNLT), a human rights organization the government has refused to recognize, and editor of the online magazine and radio station Kalima. Plainclothes police have prevented Ben Sedrine from moving about in public more than once, barring her from a workshop on October 20 on media coverage of the election, as well as from visiting Boukhdir, and attending Ben Brik’s trial. A Set-Up and Then an Unfair Trial A Tunis court of first instance sentenced Ben Brik on November 26 to six months in prison after a three-hour-long trial, stemming from an apparent set-up.  He has been in custody since October 29, when he appeared at a Tunis police station to answer a summons accusing him of assaulting a female motorist. He was convicted of assault, defamation, destroying the property of others, and violating public morality. The charges stem from an incident while Ben Brik was waiting for his daughter outside her school on the afternoon of October 22. He was accused of first hitting a woman’s car and then assaulting her. Ben Brik denied any wrongdoing and published statements saying the episode was a set-up by the police to frame him. Irregularities in his trial compromised his right to a fair and public hearing.  Although a number of foreign observers were present, police turned away many human rights activists and members of his family. Space in the courtroom was clearly not the issue since security services turned back Ben Sidrine and her husband Omar Mestiri – also with Kalima and in the CNLT – well before they reached the courthouse in suburban La Marsa. The security services refused entry to Tunisia at Tunis-Carthage airport to Mohammad Hassani Idrissi and Hocine Zehouane, human rights lawyers from Morocco and Algeria respectively, who had arrived on November 18 to attend the trial. Authorities limited Ben Brik’s access to legal counsel, preventing two of his lawyers, Nejib Chebbi and Ayachi Hammami, from visiting him in prison on November 2 despite court-issued permits, although they were allowed access on other occasions. Without explanation, the court rejected the lawyers’ request to postpone the trial to allow more time to prepare the defense. The case against Ben Brik rested on a statement that the police attributed to him but that he says is false and bears a forged signature. The court did not accept defense requests to call witnesses and the plaintiff to testify so her evidence could be challenged. None of Ben Brik’s three principal lawyers, Mohammad Abbo, Radhia Nasraoui, and Ayyashi Hamami, was allowed to present the defense’s case fully in court; the judge cut each off after a brief statement. After a dispute with the defense team over procedural issues, the judge suspended the trial. He never resumed the trial, but then announced his verdict the following week. Shortly after Ben Brik’s conviction, authorities transferred him to Siliana prison, 130 kilometers from his family’s home in Tunis. He had petitioned for conditional release on November 10 on medical grounds; he suffers from a rare condition called Cushing’s syndrome. The request was refused, and on November 12, the Justice Ministry issued a statement asserting that he was receiving the required care in prison. Since his transfer to Siliana prison, none of Ben Brik’s lawyers have been allowed to visit him, despite the fact that he is filing an appeal. On December 7, three of his lawyers protested in front of the court of appeals in Tunis because they had been denied permits to visit their client. They were granted permits the next day, but were still denied entry. Ben Brik is a frequent critic of the Tunisian government, most recently publishing a series of articles in the French press during the election campaign mocking President Ben Ali, which Chebbi, the lawyer, contends is the real reason behind Ben Brik’s arrest. One of these articles, published on October 21 in the French magazine Le Nouvel Observateur, was a satirical mock interview in which « Ben Ali » speaks about his nepotism, corruption, and repression of opponents. A History of Frame-Ups The Tunisian government has a history of bringing claims against journalists and human rights activists of sexual assault, harassment, and indecency. In 1993, pornographic photographs that purported to depict Ben Sedrine began circulating in Tunis, an apparent effort to smear her reputation and discourage her from continuing her human rights work. In April 2005, a court sentenced a lawyer and human rights activist, Mohammad Abbou, to two years in prison on trumped-up charges of assaulting a woman lawyer on the same day it convicted him in a separate trial of writing an article that « insulted the judiciary » and « was likely to disturb the public order. » In September, police detained the human rights activist Abdallah Zouari near Zarzis and, he says, threatened to release a film they claimed would show him engaging in sexual activity, if he did not stop his activism. « Trying to frame dissidents and human rights activists as morally dissolute or violent is merely a ploy by this government to mask its repression, » Whitson said. Other Recent Episodes Another journalist, Zouhair Makhlouf, was sentenced December 1 to three months in prison and fined 6,000 Tunisian dinars (US $4,600) after an unfair trial. The court convicted Makhlouf of « harming a third party by way of a public telecommunications network, » under Article 86 of the Telecommunications Law. Makhlouf contributes to the website of the Progressive Democratic Party (PDP), a legal opposition party that had boycotted the elections. Makhlouf had reported on various human rights issues for Assabilonline.net, such as the plight of political prisoners and their families. Shortly before his arrest, Makhlouf had prepared and disseminated a short video online that reported on an area of Nabeul where the local pottery industry had contributed to troubling environmental and health conditions. One of the people he interviewed, a potter named Mourad Latheeb, filed a complaint accusing Makhlouf of filming him without his consent, although witnesses to the filming say that Latheeb had granted permission to be filmed for the interview, which lasted over ten minutes. Makhlouf, responding to a summons, went to the Ma’amoura police station on October 20, where he was arrested. Makhlouf, who suffers from diabetes, began a hunger strike October 21 to protest his arrest. That day, the administration at Mornaguia prison refused to allow Makhlouf’s laywer, Fawzi Ben Jaballah, to visit him. Security agents also prevented another lawyer, Saifeddine Makhlouf, from visiting him on November 23. Throughout Makhlouf’s trial, police at the court of first instance of Grombalia kept most human rights activists and trial observers out of the courtroom. At the first of two hearings, on November 3, Ben Sedrine was among those denied access. At the second hearing, held on November 24, police surrounded the court and refused entry to nearly all human rights activists and members of civil society organizations. Martin Pradel, a lawyer designated to attend by The Observatory for the Protection of Human Rights Defenders and the Euro-Mediterranean Human Rights Network (EMHRN), was among the few permitted entry. (Pradel had also been designated an observer by the Paris Bar and International Bar Association.) The court did not grant any of the requests by the defense for witnesses to testify, and the judge never looked at the film of the interview. The court relied instead on the plaintiff’s complaint without requiring him to testify in court. During the November 24 hearing, the judge interrupted one of Makhlouf’s lawyers, Radhia Nasraoui, in the middle of her pleading for acquittal and did not allow her to conclude. Boukhdir, an independent journalist, faced police harassment in the post-election period. He had served time in prison in 2007 and 2008, under conviction of violating public morality and aggression against a public employee, following a trial where he was not able to call defense witnesses. On October 28 Boukhdir was assaulted in front of his house in Bardo by five men, one of whom Boukhdir said he knew to be a police officer. Boukhdir said the men covered his eyes, beat, and insulted him, and forced him into a car, which they drove to Belvedere Park in northern Tunis where more men were waiting. The men threw him out of the car and proceeded to punch, kick, and beat him with a stick for around 30 minutes. During the assault, the men continued to insult Boukhdir, accusing him of harassing women. Boukhdir said he believes the real reason was his interview with the BBC that had aired two hours earlier, in which he criticized the repression of journalists during the election campaign. Before driving away, his assailants confiscated at knifepoint his clothes, money, keys, mobile phone, and his identification papers. Boukhdir was treated at a hospital for a broken nose, an eye injury, and multiple bruises on his face and chest. Upon his return home, he found a number of plainclothes police outside, who remained there for 11 days. They harassed visitors who tried to see him, asking them intrusive questions in a threatening manner. On the morning of November 8, police intensified their presence around Boukhdir’s house and neighborhood, effectively allowing no one to leave or enter. Police prevented Ben Sedrine, Abderra’ouf Ayadi, another activist, and Mestiri from visiting him that day. The International Covenant on Civil and Political Rights, and the African Charter on Human and Peoples’ Rights, both ratified by Tunisia, guarantee freedom of expression, the right to a fair trial, and freedom of movement. Article 14 of the ICCPR includes, within the right to a fair trial, the rights to have « adequate time and facilities » for preparation of defense, and the right of the defendant to examine, or have examined witnesses against him.
 
(Source: le site de Human Rights Watch le 23 decembre 2009)

 


 

Témoignage d’Azza Zarrad, sur les conditions de détention de son mari Taoufik Ben Brik

Publié le 24 décembre 2009 Avez-vous enfin pu parler à Taoufik Ben Brik ? Jalel Zoghlami, son frère et moi, avons rencontré le directeur de la prison qui a décidé de fixer lui-même les sujets de conversation pendant nos visites avec Taoufik. Il nous a prévenus : « Vous ne parlerez de rien. Les enfants et la famille c’est tout. » Nous n’avons pas eu le droit de lui parler du mouvement de solidarité qui réclame sa libération. Cinq minutes nous ont été accordées. Nous avons évoqué sa santé défaillante. En temps normal, Taoufik doit effectuer des analyses médicales tous les trois mois, il n’en est rien en prison. Nous refusons qu’il subisse ces analyses en prison. Comment se passe votre vie quotidienne en son absence ? Par exemple, ce matin, lorsque je suis sortie de chez moi pour faire quelques courses, deux voitures ont coincé la mienne. Des femmes en sont sorties pour m’insulter devant tout le monde. J’ai dû attendre leur départ pour m’en aller. Sur la route de la prison, nous avons été arrêtés injustement pour excès de vitesse par des policiers qui ont bloqué la route. Nous sommes ainsi arrivés en retard pour la visite hebdomadaire. Je me sens isolée, ma connexion Internet a été coupée ainsi que mon téléphone. Il m’est très difficile de parler avec des personnes aussi en bien en Tunisie qu’à l’étranger. Les personnes soutenant la demande de libération de mon mari ont beaucoup de problèmes et font l’objet d’une campagne de calomnie dans les médias. Qu’en est-il de l’avenir de Taoufik Ben Brik ? La date du procès en appel ne nous a toujours pas été communiquée et ses avocats n’ont pas le droit de lui rendre visite. Taoufik Ben Brik a été condamné, le 26 novembre, à six mois de prison ferme, pour une prétendue agression et est incarcéré à la prison de Siliana à 130 km de Tunis depuis le 29 novembre 2009. (Source: Le site de « Reporters sans frontières » le 24 decembre 2009)

Yassine Ferchichi a été renvoyé au Sénégal

Libéré de la prison de Fresnes (94-France) ce matin, Yassine Ferchichi a reçu une notification de renvoi au Sénégal qu’il a refusé de signer. Il a été immédiatement conduit à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle et placé en zone d’attente internationale. Yassine Ferchichi, citoyen tunisien condamné en France à six ans et six mois d’emprisonnement et à une interdiction définitive du territoire français dans le cadre d’une affaire liée au terrorisme, avait déposé une demande d’asile auprès de l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), demande qui avait été enregistrée au mois de septembre dernier. Le rejet de sa demande lui a été notifié…. le 24 décembre, soit le jour de sa sortie de prison. Yassine Ferchichi, qui avait déjà connu interpellations et tortures graves en Tunisie, avait appris pendant son incarcération en France, qu’il avait été condamné à deux reprises en Tunisie par contumace en vertu des dispositions de la loi antiterroriste. Il totalisait 32 ans et 6 mois d’emprisonnement et 15 ans de contrôle administratif. Mardi 22 décembre, le cabinet William Bourdon, avait saisi la Cour Européenne des Droits de l’homme, qui avait enjoint le 23 décembre à la France de surseoir à tout renvoi de Yassine Ferchichi en Tunisie, le temps d’un examen au fonds de la requête. Contournant cette décision, la police française l’a placé, ligoté et sous escorte policière, dans un avion en partance de Roissy pour Dakar aujourd’hui même. Arrivée prévue à 21 heures. Luiza Toscane, 24 décembre


Etudes Universitaires : Quel valeur ont nos universités ?

Leclassement de Shanghai des 500 meilleures universités du monde vient d’être publié pour 2009. Initié par l’université Jiao Tong il y sept ans pour les besoin d’orientation des étudiants chinois envoyés dans des universités étrangère ce classement a vite retenu l’attention pour devenir en quelques années un baromètre universellement reconnue de mesure de qualité pour les universités du monde entier.

Ce serait encore illusoire de chercher l’une de nos universités dans le top 500 des universités du monde entier. Mais l’occasion n’est elle pas propice pour examiner ou se situe nos universités exactement en ce moment ?

L’université Tunisienne qui vient de fêter son cinquantenaire dernièrement à beaucoup progressé quantitativement. D’une seule université on est passé à 13 universités réparties sur quelques 200 établissements d’enseignement supérieur et instituts d’études technologiques en plus d’une université virtuelle encore au stade d’établissement. Aujourd’hui plus de 360 milles jeunes tunisiens poursuivent leurs études universitaires en Tunisie en plus de dizaines de milliers à l’étranger dont 10 000 en France, et de 54 enseignants universitaire en 1958 on est passé à 18308 enseignants en 2008.

Avec autant d’atouts la Tunisie est en droit d’attendre de ses universités de faire le pari sur la qualité et de chercher à se mesurer aux autres universités du monde entier. Malheureusement la situation n’est pas aussi prometteuse qu’on peut l’espérer. Les indicateurs sur la qualité de notre enseignement supérieurs sont au rouge dans l’indifférence presque générale du monde académique et des autorités concernées.

Dans ce pays qui à fait le pari sur le savoir depuis deux siècles maintenant, La Tunisie de Tahar Safar et Ali Bach Hamba de Kheireddine à Bourguiba si les tunisiens continuent à s’investir avec autant de convictions et de sacrifices pour garantir à leurs enfant les meilleurs degrés de formation nos universités ne donnent pas l’impression d’être conscients de la porté de cette culture du savoir encrée dans nos traditions et qui se manifeste actuellement par un détournement au profits des unversités étrangères par tous ceux qui ont les moyens.

Dans le dernier classement du top 100 universités Africaines seules deux établissements supérieures on pu figurer. La nouvelle université virtuelle, qui n’est pas à proprement parlé un établissement d’enseignement supérieur ouverte aux étudiants figure à la 49ème position alors que l’école supérieure de communication de Tunis vient à la 99ème position.

Là on ne se mesure pas avec les USA, le royaume uni, l’Allemagne ou le Japon mais avec des universités kenyanes, rwandaises et du Botswana qui sont mieux classées que nous. Le résultat est encore plus difficile à digérer quand en compare la position de nos universités dans la région du Maghreb. Dans le top 100 des meilleures universités Africaine 13 institutions marocaines, 7 sont universitaires, 3 sont des facultés, 2 instituts et une école d’ingénieurs sont inscrits et 11 institutions algériennes dont 10 sont universitaires et 1 école. (Voire tableau) Cela se passe de tout commentaire.

Le classement de Shanghai utilise les 4 critères de sélection suivants : 10% pour la qualité de l’enseignement ;  40% pour la qualité de l’institution ;  40% pour les publications de renom et les brevets  et 10% pour les tailles de l’institution. Donc 80% de la sélection dépend de la qualité des chercheurs et de la production scientifique. Ce qui ne laisse aucun doute sur l’origine de défaillance de nos universités pour comprendre comment y remédier.

Pour revenir à ce classement, qui met l’école supérieure de communication de Tunis en tête de nos établissements universitaires par sa qualité, il suffit de remarquer qu’il le situ au 9011ème position dans le monde cette année.

Yahyaoui Mokhtar – 22 décembre 2009

Établissements universitaires en Tunisie

13 Universités :

  1. Université Virtuelle
  2. Université Ezzitouna(3)
  3. Université de la Manouba(14)
  4. Université de Tunis(16)
  5. Université de Tunis El Manar(15)
  6. Université du 7 novembre à Carthage(32)
  7. Université de Jendouba(13)
  8. Université de Sousse(16)
  9. Université de Kairouan(9)
  10. Université de Monastir(16)
  11. Université de Sfax(20)
  12. Université de Gabès(15)
  13. Université de Gafsa(9)

193 établissements d’Enseignement Supérieur et de Recherche dont 24 Instituts Supérieurs d’Eudes Technologiques (ISET).

163 établissements sont sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de Recherche Scientifique et de Technologie (MESRST)

30 sont sous la cotutelle du MESRST et d’autres Ministères (Santé Publique; Technologies de la Communication; Agriculture et des Ressources Hydrauliques; Affaires Sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’Etranger; Tourisme; etc. … )

24 instituts supérieurs d’études technologiques sont sous la cotutelle  de La Direction Générale des Etudes Technologiques.

(Source: « TunisiaWatch » le 22 decembre 2009)


A propos de l’entretien au consulat de Tunisie à Pantin

 J’ai été reçu cordialement dans le bureau du chancelier, du consulat de Tunisie à Pantin,  où une discussion franche ce jour vers 12h 30, ils m’ont posé une question au sujet de Lazhar Abaab que j’ai répondu ne pas le connaitre et par consequent, je ne peux signer avec lui quoi que ce soit, tout simplement que nous ne sommes pas de la meme generation, et pas les memes frequantation . On m’a demandé d’ecrire un communiqué au sujet de mes relations avec En-Nahdha, j’ai répondu que je n’ai aucune relation avec aucune organisation politique de quel couleur politique quelle soit, ce que j’ai confirmé par ecrit. Il ont recçu le communiqué afin de le transmettre à qui de droit, et me contacter ulterieurement, d’autre part, j’ai profité de l’occasion pour deposé une demande de bulletin N°3 , l’entretien a été cordial. Pantin, le jeudi 24 décembre 2009 Abdessalem BOUCHADEKH


Aïd Retornado Boubaker Sayem s’impatiente entre l’Irlande et la Grande Bretagne

 

Suivi de: Les leçons d’une rencontrediplomatique

 

Par:Abdel Wahab Hani

 

 

Aïd / RetornadoBoubaker Sayem s’impatiente, à l’attente de son passeport, depuis sa demande qui date de plus de deux ans.

 

Aïd / Retornado Sayem réside à Dublin, en Irlande, où il a obtenu le statut de réfugié en 1992, après avoir quitté le pays à l’age de 21 ans en avril 1992, puis la nationalité irlandaise depuis quelques années.

 

La Tunisie ne disposant pas de représentation diplomatique ni consulaire en Irlande, Aïd / Retornado Sayem se trouve obliger de se rendre à notre Ambassade à Londres, auprès du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, compétente pour nos ressosrtissants et nos intérêts en République d’Irlande.

 

Ces déplacement, de la République (d’Irlande) au Rouyaume (des Anglais), nécisstent, au delà du changement du répertoire institutionnel, des heures et des heurs de trajet et générent d’énormes perturbations dans la vie du Aïd / Retornado Sayem et influnet négativement sur la bonne marche des affaires.

 

Aïd / Retornado Sayem a pris contact à plusieurs reprises, soit en se déplaçant directement in situ soit au téléphone, mais en vain, avec les services de Son Excellence l’Ambassadrice Hamida Mrabet Labidi, Ambassadrice auprès de Sa Majesté Elisabeth II, Gouverneur suprême de l’Eglise anglicane, Reine d’Angleterre, Souveraine de la couronne britannique du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et Cheffe du Commenwealth des Nations.

Aïd / retornado Sayem est né le 18 novembre 1971 à Ezzahra, dans la banlieue Sud de la capitale Tunis. Il aura ainsi passé la moitié de sa vie en Exil.. Si cette précision peut servir à réveiller les esprits et à mettre fin à cette douloureuse tragédie nationale qui n’a que trop durée.

 

Voire une jeunesse tunisienne se perdre dans l’attente d’une illusion est le pire des constats.

 

 

Les leçons d’une rencontre diplomatique:

 

« Règler les problèmes qui empoisonnent la vie des gens, sans attendre le règlement politique »

 

En parlant de Grande-Bretagne, un événement politique d’une grande importance me vient à l’esprit:

 

Miguel Angel Moratinos et David Milliband, les deux Ministres, espagnol et britannique, des Affaires étrangères, respectivement le plus intelligent et le plus jeune chef de la diplomatie de deux pays européens, se sont rencontrés récemment sur le Rocher de Gibraltar en présence de Peter Caruana Ministre principal de la « Roche ».

 

L’Espagne n’a jamais reconnu la souveraineté de notre Jabal Tareq, annexé par la Couronne britannique, depuis les accords d’Utrecht en  1704, il y a plus de 300 ans.

 

Et malgré ce conflit de souvernaité, les deux Diplmoaties ont su se mettre autour d’une table, sur les lieux mêmes du litige vieux de plus de 3 siècles.

 

Face à la droite espagnole, et notamment à la frange franquiste excitée qui accuse le Ministre Moratinos de « Reddission humiliante » (le terme a été remaché récemment pour discréditer l’Appel au Retour des Exilés tunisiens en ce début des mandats présidentiel et législatif, rien que cela Reddission!!! comme si les mots ne vuelent plus rien dre pour certains) et de délapidation de 300 ans d’une fière revendication espagonle, le plus intelligent des Ministres socialistes des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, s’est adressé à son opinion publique dans des termes d’une maturité exemplaire et d’une grande responsabilité, tout en sacahant qu’un accord sur le partage de la souveraineté est impossible tout comme la délimitation du domaine maritime autour de la Roche:

 

Nous nous sommes rencontrés avec mon collègue britannique « pour règler les problèmes qui empoisonnent la vie des gens, sans attendre le règlement politique »  

 

La divergence politique reste fondamentale, voire quasiment insolvable, tant les positions sont antagonistes et la souveraineté de la Roche, peuplé de seulement 28.000 habitants, dsiputé, mais l’intérêt et « la vie des gens » prime.

 

En commentant la visite, le quotidien britannique The Guardian avait écrit:

 

« Monsieur Moratinos a indiqué qu’il venait avec une « position positive » tout en sachant qu’un accord est impossible sur le partage de la souveraineté de la Grande Bretagne sur ce territoire revendiqué également par l’Espagne; mais il ne désespère pas d’aboutir un jour en souhaitant au moins trouver un terrain d’entente sur le problème de la délimitation du territoire maritime en souveraineté et surtout sur les mesures « écologiques ». « 

 

Voici là une Grande leçon de sagesse politique et de Primauté des Droits de la vie des gens que nos dirigents, au gouvernement comme dans l’oposition, doivent méditer.

 

Sommes nous capables, gouvernants et oposants, de règler les problèmes qui empoisonnent la vie des gens sans attendre le règlement politique?

 

Somms nous capables, gouvernants et opposants, de ne pas désepérer d’aboutir un jour,en souhaitant au moins trouver un terrain d’entente sur le problème du Retour des Exilés et surtout sur les mesures à prendre pour faciliter la vie des AIDOUN / RETORNAODS? 

 

Pour paraphraser le Ministre Moratinos, nous pouvons affirmer que les AIDOUN / RETORNADOS viennet avec une « position positive », dans l’espoir d’être entendu..

 

 

Paris, le 24 décembre 2009

La veille du jour anniversaire de la naissance du Prophète Jesus Aïssa Alayhi Assalam

 

Aïd / Retornado Abdel Wahab Hani

 

awhain@yahoo.fr

+33 6 17 96 00 37

FaceBook: Abdel Wahab Hani; groupe: AIDOUN ILA TOUNES

 

 


Tunisie : 3 morts et 5 blessés dans un accident de la circulation

 
Publié le 2009-12-24 20:17:44 | French. News. TUNIS, 24 décembre (Xinhua) — Un grave accident de la circulation a fait trois morts et cinq blessés dont deux graves, en Tunisie, a rapporté jeudi le journal tunisien « Le Quotidien ». Selon le journal tunisien, l’accident s’est produit entre la ville de Tajerouine et celle du Kef (200 km à l’ouest de Tunis) au niveau du kilomètre 12, lorsqu’un camion est entré en collision avec une voiture de louage. L’accident, ajoute le quotidien tunisien, s’est produit suite au dérapage du camion transportant une cargaison de ciment, à cause de la chaussée devenue glissante après les dernières pluies qui se sont abattues sur la région.


 

Identité nationale: la fille adoptive de Chirac apporte sa contribution au débat

(AFP) –le 24 decembre 2009 PARIS — La fille adoptive de l’ancien président Jacques Chirac, Anh Dao Traxel, a regretté jeudi les « récents dérapages » à propos du débat sur l’identité nationale lancé en France en soulignant qu' »il ne faudrait pas que ce débat soulève la montée du racisme ». « Même si le débat sur l’identité nationale reste une bonne initiative, je regrette les récents dérapages qui accusent les Français d’origine musulmane d’être au centre d’une injuste polémique relative à leur pratique religieuse », écrit-elle dans un communiqué. Elle condamne « les propos » sur les minarets prêtés à l’ex-garde des Sceaux Pascal Clément -que ce dernier a démentis- et se dit « indignée par des dégradations commises sur des sépultures musulmanes, car il ne faudrait pas que le débat sur l’identité nationale soulève la montée du racisme ». Mme Traxel apporte sa contribution au débat en estimant que « l’identité nationale, c’est respecter strictement les lois de la République, connaître ses droits mais aussi ses devoirs. C’est vivre dans un système laïque, en évitant le communautarisme et le sectarisme ». « Mais, ajoute-t-elle, il faut laisser à tous les Français d’origine arabe, asiatique, juive, africaine, polonaise, italienne, portugaise ou de tous autres pays la possibilité de garder sa culture afin qu’elle soit une véritable richesse de diversité pour la France ». « Il faut donner à chacun le droit de pratiquer la religion de son choix », poursuit la fille adoptive du couple Chirac, qui cite l’exemple de la Tunisie où « il y a bien des églises et des mosquées qui côtoient les minarets, sans que cela inquiète la population et cela dans la plus grande tolérance ».

L’Armée prépare la succession de Bouteflika

Que se passe-t-il à Alger? Le quotidien El Khabar rapporte que le Commandement de l’Armée a décrété zones militaires les zones frontalières séparant l’Algérie du Mali, Niger et Mauritanie, en imposant un laissez-passer. 3.000 militaires supplémentaires sont venus s’ajouter aux 15.000 déjà déployés le long des frontières Sud.

Selon El Khabar, le commandant de la 6e région, des officiers supérieurs de l’état major, des forces aériennes et des services de sécurité ont effectué, à la mi-décembre, une visite d’inspection au niveau des postes de contrôle frontaliers, situés à Timiaouine et Bordj Badji Mokhtar.

Les unités de l’Armée stationnées à l’extrême sud ont informé les populations nomades que tout déplacement à travers les zones frontalières, notamment Bordj Badji Mokhtar, Timiaouine, Ain Guezzam, Tinzaouatine, Arik, Tefasast, Tintarabine et Chuega, exige une autorisation délivrée par l’ANP, les Gardes frontières ou la Gendarmerie nationale. Ceux qui ne se soumettent pas à cette mesure seront passibles de poursuites et risquent d’exposer leurs vies au danger.

Il faut noter que ces surprenantes restrictions font suite à la dernière visite surprise à Alger le 25 novembre du général américain William Ward, Commandant de l’Africom, suivie de plusieurs kidnappings d’étrangers au Mali et en Mauritanie, revendiqués par des chefs algériens de la nébuleuse terroriste d’Al Qaïda au Sahel.

Les généraux ne veulent plus de Bouteflika

Cette grave décision exclusivement militaire de fermeture des frontières signifie que les généraux ne supportent plus les atermoiements de Bouteflika sur le volet terroriste. Ils ont repris manu militari le pouvoir de décision sur un domaine décisionnel réservé au président, chef suprême des forces armées, pour mettre un terme au malaise des pays voisins qui accusent ouvertement l’Algérie «d’exporter sa sale guerre».

C’est un signe révélateur d’une amputation du pouvoir d’un président malade, et qu’un nouveau compte à rebours pour sa succession a été enclenché.

On se rappelle que depuis sa première élection en 1999, Bouteflika n’a jamais fait l’unanimité au sein du collège des généraux et ne voulait pas être un «trois quart de président». C’est le général Larbi Belkheir, parrain du système, qui l’avait imposé alors que des durs de l’armée comme le général Khaled Nezzar avaient publiquement déclaré qu’ils n’en voulaient pas, avant de l’accepter finalement comme le «moins mauvais» des candidats.

En avril 2004, le chef d’état-major Mohamed Lamari s’opposait à sa réélection en soutenant ouvertement Ali Benflis. Mais c’est encore Belkheir qui avait eu le dernier mot pour imposer le deuxième mandat et Lamari a démissionné en été 2004.

Bouteflika en a profité pour détruire le pouvoir économique de deux jeunes hommes d’affaires protégés par Lamari, Rafic Khalifa et Abdelghani Djerrar, dont les groupes Khalifa et Tonic Emballage ont été liquidés.

Bouteflika a procédé à plusieurs changements et nominations dans la hiérarchie militaire sans toutefois parvenir à déboulonner le plus puissant des généraux, Mohamed Mediene dit Toufik, patron du Département Renseignement et Sécurité (DRS), en poste depuis 1990, qui chapeaute tous les services de renseignement civils et militaires, et reste le gérant des équilibres de pouvoir au sein de la matrice du Commandement de l’ANP.

Grâce au soutien de son clan d’Oujda qui tient les postes clés du gouvernement, au contrôle du FLN et à la manne pétrolière, Bouteflika a profité de son deuxième mandat pour renforcer son pouvoir. Réprimant les uns, corrompant les autres, octroyant des contrats faramineux à ses soutiens étrangers, même sa grave maladie de 2005 n’a pas renversé le rapport de force.

La «disparition» mystérieuse de Larbi Belkheir, malade selon sa famille ou décédé selon d’autres sources, et le décès en été 2007 du puissant chef du contre-espionnage, le général Smaïn Lamari, ont déstabilisé la hiérarchie militaire et redonné encore plus de pouvoir à Bouteflika.

La révision de la Constitution et sa réélection à un troisième mandat en avril 2009 se sont déroulées sans aucune résistance du haut Commandement trop occupé à redistribuer les cartes des postes militaires stratégiques, tout en provoquant un statu quo gouvernemental.

Vers un retour du général Mohamed Lamari

Le poste-clé de Ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale est occupé depuis mai 2005 par le général Abdelmalek Guenaïzia, un personnage effacé qui n’a jamais fait de vagues. On se souvient de sa discrétion alors qu’il était pourtant chef d’état-major durant la grave crise de janvier 92, avant de démissionner et de laisser place à Mohamed Lamari, le seul qui sera nommé au grade de général de corps d’armée.

L’histoire semble se répéter et un site français (www.africaintelligence.com) proche de plusieurs services de renseignement, a annoncé un retour imminent de Mohamed Lamari «qui pourrait, lors d’un futur remaniement, prendre le poste de secrétaire d’Etat à la Défense»… en remplacement de Guenaïzia.

Sous son aspect massif et brutal, Lamari est aussi un stratège et un calculateur qui a toujours affiché ses ambitions et su réviser ses jugements, notamment lorsqu’il a accepté l’introduction d’islamistes au gouvernement, alors que la presse le considérait comme un éradicateur féroce et intransigeant.

Lamari est conscient d’avoir aussi servi, comme Khaled Nezzar avant lui, de paravent aux hommes de l’ombre du DRS qui l’ont toujours présenté comme un bourreau sanguinaire tout en effectuant de sales besognes derrière son dos.

Le système de gouvernance et de pouvoir très conservateur progressivement mis en place par les généraux, depuis la mort de Boumediene, s’est construit autour de la personnalité d’un parrain puissant, gérant les intérêts et la sécurité des chefs de l’armée, la «diplomatie parallèle» et interlocuteur privilégié des puissances étrangères et des pays voisins.

C’est Larbi Belkheir qui jouait ce rôle depuis le début des années 80. Le général Mohamed Betchine a voulu le remplacer dans l’ombre de Liamine Zeroual dans les années 90, avant d’être écarté en 1998 et de laisser place au retour de Belkheir. Depuis sa disparition, le général Mohamed Lamari veut s’imposer comme le nouveau parrain.

Le possible retour de l’ex-chef d’état-major à la tête du ministère de la défense va aussi sonner le glas du patron du DRS, premier appareil que Lamari va chercher à contrôler en y plaçant un de ses hommes de confiance.

Changement imminent de gouvernement

De nombreux indices annoncent effectivement un changement imminent de gouvernement juste après l’adoption de la loi de finances 2010.

La chute durable du prix du baril a considérablement réduit la manne pétrolière et le prix indexé du gaz, donc la marge de manœuvre dépensière de l’Etat. L’Armée veut récupérer les postes-clés de l’Energie, des Finances et de la Banque d’Algérie pour y placer ses hommes de confiance et gérer la rente pétrolière.

Des chancelleries étrangères ont affiché ouvertement leur ras-le-bol de voir le «Terminator» Ahmed Ouyahia à la tête du gouvernement. Non seulement, il s’acharne à détruire le potentiel économique algérien, mais il a aussi gravement touché aux intérêts étrangers. Les dernières mesures très restrictives de la loi de finances complémentaire 2009 ont détérioré les calendriers des investisseurs étrangers et la rentabilité des activités industrielles et portuaires du bassin méditerranéen par la chute des importations algériennes.

Profitant de la querelle algéro-égyptienne autour d’un match de football, Ouyahia veut mettre à genoux la filiale de téléphonie mobile Djezzy du groupe égyptien Orascom en lui imposant un redressement fiscal surréaliste de 600 millions de dollars. Il a ainsi l’incroyable prétention d’aider son ami et associé, Issad Rebrab, patron du groupe Cevital et tout petit actionnaire de Djezzy, à prendre le contrôle de cette filiale pour une bouchée de pain, avant d’effacer cette ardoise fiscale virtuelle.

Ce faisant, Ouyahia a probablement signé la fin de sa carrière politique en s’attirant les foudres du patronat égyptien très proche des monarchies du Golfe, elles-mêmes très écoutées aussi bien de Bouteflika que des généraux. La toute récentetournée dans le Golfe du président égyptien Hosni Moubarak et l’intervention de «l’ami de Bouteflika»,Cheikh Zayed Al Nahyan desEmirats Arabes Unis pour réconcilier l’Algérie et l’Egypte sont des signes qui ne trompent pas sur la mobilisation de l’artillerie lourde pour défendre le fleuron égyptien Orascom. D’autant plus qu’Ouyahia attise de façon malsaine le débat sur les contradictions identitaires algériennes en mettant en avant son origine kabyle comme Rebrab.

Il y a aussi un signe dans la demande algérienne auprès du gouvernement britannique de retarder l’annonce de sa décision de ne pas extrader Rafic Khalifa. Ni Bouteflika, ni l’armée ne veulent le retour du golden boy à Alger, la reprise du procès et la poursuite du feuilleton judiciaire de révélations à scandale au milieu d’une nouvelle pléthore d’affaires de corruption encore plus graves qui ont détruit tout climat de confiance.

Des rumeurs émanant de Londres font même état d’une négociation entre Bouteflika et les avocats de Rafic Khalifa pour son indemnisation, et d’une possible amnistie pour tous les condamnés détenus ou en fuite, comme les frères Keramane, ainsi que la clôture de toutes les autres enquêtes sur le groupe impliquant des personnalités du système.

L’Armée voit aussi comme une grave menace l’incroyable prétention de Bouteflika de créer une dynastie et d’offrir la succession à son frère Saïd, dont l’agenda de fondation d’un nouveau parti à la conquête du pouvoir a été annoncé avant de se voir retardé.

Il est aussi reproché à Bouteflika d’avoir réduit à néant tous les écrans de l’opposition politique et mis à nu le système de répression face aux émeutes populaires. La classe politique donne une décevante image d’usure, de lassitude et d’abandon de ferveur militante, au point qu’il ne reste plus que l’armée pour mettre un terme aux désastres politiques, économiques et diplomatiques de Bouteflika.

Saâd Lounès

 

 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

11 octobre 2003

Accueil TUNISNEWS   4 ème année, N° 1239 du 11.10.2003  archives : www.tunisnews.net نــداء استغاثة من زوجة السيد طارق سويد

En savoir plus +

18 septembre 2009

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année,N° 3405 du 18.09.2009  archives : www.tunisnews.net   Le Comité International pour la Libération de

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.