18 février 2001

Accueil

 

 



TUNISNEWS
 

LES TITRES DE CE JOUR:

 

  • Soutien et mobilisation en France et a Montreal autour de Mehdi Zougah et Haroun M’barek

  • Tunisie, sous la plage les barreaux

  • Ahmed Manai et Lise Garon analysent à montreal les dessous du « miracle » tunisien.

  • Les reseaux de abdelwahab abdallah en france
  • L’evolution quotidienne de la situation autour de la greve de la faim de Jalel Zoghlami


  • SOUTIEN ET MOBILISATION EN FRANCE ET A MONTREAL AUTOUR DE MEHDI ZOUGAH ET HAROUN M’BAREK QUI RE-COMPARAISSENT DEVANT LEURS « JUGES » CE MERCREDI 21 FEVRIER!

    UNE PETITION EN FAVEUR DU JEUNE TUNISIEN HAROUN HAJ M’BAREK  DEPORTE PAR « IMMIGRATION CANADA », TORTURE PUIS CONDAMNE A 6 ANS DE PRISON FERME A TUNIS!


    Salut à toutes et à tous. Je signe cette pétition dans l’espoir que le sort de Haroun M’Barek s’améliore et que sa dignité soit respectée.
    N’ayant demandé à personne le droit de la faire circuler, je me suis permis de retirer les noms et les adresses qui y étaient inscrits.  Ses auteurs se reconnaitront et, je l’espère, comprendront mon geste.
    abdellah

    Date:    Sat, 17 Feb 2001 18:07:47 -0500

    Haroun M’Barek doit comparaître ce mercredi 21 février devant la Cour, après avoir fait appel de sa condamnation par contumace.

    Voici quelques faits résumant l’affaire Haroun M’Barek :

    -M. Haroun M’Barek a revendiqué le statut de refugié au canada au sens de la Convention de l’ONU en matière des refugiés.
    -Immigration-Canada a refusé l’octroi du statut de réfugié à M. Haroun M’Barek en lui reprochant d’avoir trop longuement tardé à demandé le statut d’exilé.
    -M. M’Barek avait à maintes reprises invoqué les risques pour lui de retourner en Tunisie et demandé deux fois la résidence permanente pour des motifs humanitaires.
    -Durant la très courte détention de Haroun à Dorval, Amnistie Internationale et l’Association pour les droits de la personne au Maghreb ont bien exposé leurs craintes d’une éventuelle déportation.
    -Beaucoup d’autres personnes avaient également écrit à la ministre de l’Immigration , pour la mettre en garde contre les risques énormes d’une éventuelle déportation de M. Haroun M’Barek vers la Tunisie.
    -La veille de sa déportation, M. M’Barek a téléphoné, du Centre de détention à Laval, à Mme Lise Garon pour l’informer qu’on le déportait sur la Tunisie.
    -Un Porte- parole de l’Immigration, M. Richard Saint-Louis, a, le jour de la déportation, affirmé à M. Michel Frenette, directeur général de la Section canadienne francophone d’Amnistie internationale (Montréal) que M. M’Barek n’était pas déporté vers la Tunisie.
    -Immigration-Canada, contrairement aux dires de M. Richard Saint-Louis, a quand même déporté Haroun M’Barek vers le pays contre le quel il avait demandé le droit d’asile.
    -Haroun M’Barek, qui n’avait pas de passeport valide, a été déporté grâce au laissé-passer émis, à la demande d’Immigration Canada, par le Consulat tunisien à Montréal. Ce
    document ne lui permettait pas de se rendre ailleurs qu’en Tunisie.
    -Haroun M’Barek a quité le Centre de détention d’Immigration-Canada pour la Prison du 9 Avril à Tunis. L’avion de la compagnie Royal Air Maroc n’a en fait servi qu’à
    transférer un détenu entre deux centres de détention, l’un canadien et l’autre tunisien, les deux étant, bien sûrs fort différents.
    – Tout ce temps, Haroun ignorait l’existence d’une condamnation par contumace contre lui à Tunis.t.
    – D’après le texte reçu par FAX en version original arabe, Haroun a été reconnu coupable p.c.q. :
    1) il était en fuite en 1996.
    2) Un des co-accusés a, sous l’effet de la torture, fait des aveux incriminant Haroun. Le magistrat qui les jugeait a refusé d’enquêter sur les allégations de tortures portées à son attention.
    3) Haroun fréquentait la mosquée et suivait des cours de jurisprudence islamique.
    – Haroun a lui aussi été torturé. Aucun geste concret ne lui avait jusqu’alors été reproché. Nous craignons que les aveux ainsi extorqués servent, comme cela se passe habituellement en Tunisie, à maintenir la sentence de 1996.

    Tous ces faits sont documentés et les documents peuvent vous être
    fournis sur demande.

       Québec le 7 février 2001

    Honorable John Manley
    Ministre des affaires étrangères
    Chambre des communes
    Bureau 418-N, édifice du centre
    Ottawa (Ontario) K1A 0A6

    Monsieur le ministre,

    C’est avec consternation que nous avons appris le sort de M. Haroun M’Barek expulsé du Canada par les services de l’immigration le 6 janvier dernier.

    Malgré les mises en garde et les efforts déployés par Amnistie international et l’association des droits de la personne au Maghreb, pour prévenir les autorités canadiennes des dangers d’une telle déportation, M. M’Barek a été « arraché » de l’Université Laval sans même avoir pu y compléter ses études et expulsé vers la Tunisie où il a été sauvagement et longuement torturé et il purge actuellement une peine de douze années d’emprisonnement.

    Nous tenons le Canada responsable de cette terrible situation, résultat d’une analyse de risque de renvoi déficiente. En conséquence, nous vous demandons instamment monsieur le ministre, d’intervenir auprès des autorités tunisiennes, par le biais de l’ambassade canadienne en Tunisie, afin de vous assurer que M. M’Barek soit détenu dans les conditions acceptables et que des représentants de l’ambassade soient présents lors de son procès reporté au 21 février prochain.

    AMINISTIE INTERNATIONALE
    Section canadienne francophone
    www.amnistie.qc.ca

    SIGNATURE      NOM (lettres moulées)                      ADRESSE
    A. L.                   Abdellah  Labdaoui
    Outremont (Québec)


    DES DIZAINES DE MARSEILLAIS APPELLENT HUBERT VEDRINE A INTERVENIR EN FAVEUR DE MEHDI ZOUGAH EMPRISONNE A TUNIS!

     

    Tunisie, sous la plage les barreaux

     
    Mehdi Zougah : le Marseillais perdu dans les geôles tunisiennes a encore mobilisé, hier, à Marseille.
    Entre deux cents et trois cents personnes ont en effet manifesté pour réclamer la libération de ce ressortissant français, Marseillais de père tunisien et de mère française, martelant « Védrine réagis, il faut libérer Mehdi ! ».

    La triste histoire de Mehdi tient en quelques mots : parti en vacances à Tunis cet été, il est arrêté à la frontière.

     Ce n’est qu’après quelques jours et l’intervention de l’avocate Maître Nasraoui que son épouse Nala apprend ce qui s’est passé : Mehdi est condamné depuis 1998 par la justice tunisienne au ordres de BEN ALI pour avoir participé à une réunion d’opposants au régime… à Marseille, en 1991 !

    Surenchère dans ce délire : le tout repose sur une accusation mais l’avocate ne peut obtenir ni confrontation, ni preuve. Si l’aventure ne surprend probablement pas les Tunisiens habitués à l’arbitraire, elle devrait faire réagir les Français qui ne peuvent laisser impunément traiter l’un des leurs.

    Si ce n’est la soumission aux anciens accords qui régissent les rapports en France et Tunisie, qui font que même de nationalité française, une personne de père et/ou de mère tunisien(e/s) n’est plus que Tunisien quand il pose le pied au pays d’Hannibal.

    De report en annulation de cette « fameuse » confrontation, une nouvelle audience doit avoir lieu mercredi à Tunis.

     Une délégation composée d’avocats et de militants des Droits de l’Homme se rendra sur place… Avec le ferme espoir de « ramener Mehdi ».

    Angélique Schaller

    Pour plus d’informations : lire LA MARSEILLAISE du 18/02/2001
     
    NARO SERVICES
    Sources Infos : La Marseillaise

     

    LES RESEAUX DE ABDELWAHAB ABDALLAH EN FRANCE: L’ARGENT DU CONTRIBUABLE TUNISIEN DILAPIDE NE SERVIRA ABSOLUMENT A RIEN! LA TUNISIE DEVIENT SYNONIME DE TORTURE ET DE DICTATURE!

    L’appui de l’ATCE  à un ancien mercenaire reconverti dans le journalisme Dans « Notre ami Ben Ali, l’envers du miracle » (La Découverte, 1999), Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi  –  dans le chapitre « Des réseaux invertébrés » – ont consacré trois pages à Hugues Wagner, « cet ancien mercenaire au Bénin » (p.167), lequel « cache un militant de la droite la plus radicale ». Et bien, ce dernier, après s’être recyclé dans le journalisme, dans l’ombre de l’ancien propriétaire de « Minute » (Gérald Pencioleli), publie aujourd’hui une « feuille de choux », appelée « Partenariat Europe-Maghreb » qui bénéficie de l’aide financière de l’Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE), à travers des appels d’offres internationaux officiels. Surprenante accointance !
    Certes, un certain homme d’affaires tunisien en la personne de Hosni Djemmali, qui se trouve être un proche de Abelwahab Abdallah (selon Beau et Tuquoi), semble l’avoir introduit, mais personne ne s’explique l’intérêt de « Partenariat Europe-Maghreb » (qui plus est à diffusion confidentielle) pour l’image de marque de la Tunisie.
    La descente aux enfers continue…

    * Pour plus de details sur ce personnage troublant, lire les pages 165, 166, 167 et 168 du livre  » Notre ami ben ali ».

     


    AHMED MANAI ET LISE GARON ANALYSENT à MONTREAL LES DESSOUS DU « MIRACLE » TUNISIEN.

    UNE GRANDE EXPLOSION SOCIALE SE PREPARE EN TUNISIE AVERTIT Mme LISE GARON AUTEUR DU LIVRE  » SILENCE TUNISIEN « !!!!

    EXTRAITS D’UN COMPTE RENDU BIEN FAIT PUBLIE SUR LE FORUM DU CNLT.
     

    Le général Zine al-Abidine Ben Ali a marqué le 11e anniversaire de son coup d’État contre le président Habib Bourguiba en offrant son « pardon » à « certains détenus » politiques qui voudront bien en faire la demande, et en promettant d’autoriser des opposants à lui disputer la présidence aux élections prévues l’an prochain.

    De tels élans proviennent en fait de l’arsenal d’artifices que déploie de manière systématique le régime de Tunis pour soigner son image de modération à l’étranger, en maintenant à l’intérieur un État policier exemplaire et totalitaire.

    C’est ce qui ressort d’un colloque organisé la semaine dernière à l’Université de Montréal par l’ADPM (Association des droits de la personne au Maghreb), auquel participaient le dissident exilé Ahmad Manaï et la professeure Lise Garon, de l’Université Laval.

    « Ben Ali suscita beaucoup d’espoir en 1987 en proclamant que les Tunisiens étaient majeurs, mais ces espoirs s’envolèrent en 1989 quand son parti s’appropria tous les sièges aux élections », a dit Manaï, qui s’était présenté comme indépendant. Mal lui en prit car rentré au pays en 1991 pour le Ramadan, Manaï fut arrêté, emprisonné et torturé pendant deux semaines avant d’être expulsé sous la clameur de protestations à l’étranger.

    Tunis prit sa famille en otage, et c’est de peine et de misère qu’il organisa leur fuite en France, où Manaï fut agressé deux fois, en 1996 et 1997, agressions dont il porte les cicatrices. « Les 9 millions de Tunisiens vivent dans la peur, pas seulement au pays mais à 10.000 km de là », a dit l’auteur du livre «MOSO»Supplice Tunisien, Le Jardin secret du général Ben Ali«MONM» (La Découverte, 1995), préfacé par le Français Gilles Perrault.

    Après le scrutin de 1989, le régime déclencha une impitoyable répression contre les islamistes de Al-Nahdha mais aussi contre les démocrates laïcisants et les militantes féministes. En 1994, Ben Ali fit arrêter Moncef Marzouki, ancien président de la Ligue des droits, qui s’était porté candidat à la présidence, mais il accorda aux opposants 19 sièges au Parlement. « Pourquoi 19 ? Parce qu’il faut être 20 pour contrôler une commission », a dit Manaï.

    Pour la professeur Lise Garon, auteur de «MOSO»Le Silence tunisien, Les Alliances dangereuses au Maghreb«MONM», le succès du régime Ben Ali tient en grande partie à la propagande systématique qu’il mène à l’étranger pour soigner l’image de la Tunisie comme havre de paix dans une région tourmentée, pays des droits, paradis du tourisme, partenaire de la Communauté européenne, et élève modèle du FMI et de la Banque mondiale.

    « Au début des années 1990, je fus moi-même éprise du discours des opposants démocrates et laïcs qui défendaient alors Ben Ali comme le rempart contre la menace islamiste », a-t-elle confié. « Mais Ben Ali s’est ensuite retourné contre ces démocrates, et contre les féministes », a ajouté Mme Garon, qui a dénoncé ce qu’elle appelle « la rente islamiste », c’est à dire l’épouvantail dont se servent les régimes arabes pour se perpétuer au-delà de la Guerre froide. »Les dissidents de l’ex-URSS étaient nos amis, mais ceux des régimes arabes sont totalement oubliés », a-t-elle constaté.

    Ben Ali s’est fait élire et réélire « triomphalement » en 1989 et 1994. Il a annoncé qu’il entend briguer en 1999 un 3e mandat de cinq ans. Le secrétariat d’État US notait en 1996 que « le parti de Ben Ali et ses prédesseurs directs ont monopolisé le pouvoir depuis 1956 en Tunisie », ajoutant que « la capacité des Tunisiens de changer de gouvernement par des moyens démocratiques reste à démontrer ».

    « L’accord de partenariat avec l’Europe a accéléré la destruction de l’économie tunisienne, les investisseurs étrangers obligent des milliers de pme à fermer ou les contraignent à la faillite, les ouvriers sont mis à pied par dizaines de milliers, des « boat-people » tunisiens sont refoulés d’Italie et de Sicile, une grande explosion sociale se prépare en Tunisie », a averti Mme Garon.

    Amnistie internationale dénonçait pas plus longtemps que la semaine dernière l’acharnement du régime Ben Ali à noircir ses opposants, en allant jusqu’à diffuser des montages photo et vidéo pour les discréditer. AI mentionnait le cas de Marzouki, mais aussi ceux de Khemaïs Ksila, de la Ligue des droits, de Mohamed Moada, du principal parti d’opposition MDS, de l’avocat Najib Hosni, et des avocates Radhia Nasraoui et Nejet Yaqoubi.

    Michel Frenette, chef de la section canadienne-francophone d’AI, soulignait de son côté que le régime, dont l’arsenal policier s’étend aux télécommunications et à l’Internet, avait bloqué l’accès en Tunisie des sites Web d’AI et d’autres organisations de droits, et créé des sites bidon sous le nom d’Amnesty pour diffuser sa propre propagande.

     

    Au 15éme jour de sa gréve de la faim, JALEL ZOGHLAMI rend visite aux siéges de quelques syndicats à la place mohamed ali. Hédi Ghodhbani, L’un des vice secrétaires généraux de l’UGTT lui exprime la solidarité des syndicalistes avec le combat pour les libertés.
     
    ÌáÇá ÇáÒÛáÇãí Ýí ÓÇÍÉ ãÍãÏ Úáí
     

    Ýí ÒíÇÑÉ ÃÎæÉ æÕÏÇÞÉ ãÚ ÇáäÞÇÈííä

     
     
    Ýí Çáíæã ÇáÎÇãÓ ÚÔÑ ãä ÅÖÑÇÈ ÌæÚå ÖÏ ãÍÇæáÉ ÞÊáå¡ ÞÇã ÌáÇá ÇáÒÛáÇãí ÈÇáÊæÌå Åáì ÇáÓÇÍÉ ÇáãÑßÒíÉ ÇáäÞÇÈíÉ¡ ÓÇÍÉ ãÍãÏ Úáí¡ ÈÑÝÞÉ æÍÖæÑ ÚÏÏ ãä ÇáÕÏíÞÇÊ æÇáÃÕÏÞÇÁ æÇáãäÇÖáÇÊ æÇáãäÇÖáíä ÇáíÓÇÑííä: ÔßÑí ÈáÚíÏ ãä ÇáæØäííä ÇáÏíãÞÑÇØííä¡ æÇáäÞÇÈí ÇáØÈíÈ ÓÇãí ÇáÓæíÍáí ÚÖæ åíÆÉ ÊÍÑíÑ ãÌáÉ « ÞæÓ ÇáßÑÇãÉ »¡ æÈÓãå ÎáÝÇæí ÚÖæ ÇáåíÆÉ ÇáãÏíÑÉ ÈÇáÌãÚíÉ ÇáÊæäÓíÉ ááäÓÇÁ ÇáÏíãÞÑÇØíÇÊ ÅÖÇÝÉ Åáí ÚÏÏ ãä ÑÝÇÞå æÑÝíÞÇÊå æÚäÇÕÑ ãä ÚÇÆáÊå.
     
    æÞÏ ÞæÈá ÌáÇá æÃÕÏÞÇÆå ÇáäÞÇÈííä ÇáÐíä ÊÚÑÖæÇ áÊÚäíÝ ÇáÈæáíÓ íæã 6 ÝíÝÑí ÈÍÝÇæÉ æÍÑÇÑÉ¡ æßÇä Ýí ÇÓÊÞÈÇáå æÑÝÇÞå ÚÏÏ ßÈíÑ ãä ÇáßæÇÏÑ ÇáäÞÇÈíÉ ÖãÊ ÇáãäÇÖá ÇáãÚÑæÝ ãÍãÏ Úáì Èä ÎÖÑ ãä äÞÇÈÉ ÇáäÞá æÚÖæ ÇÊÍÇÏ Ìåæí æÚÈÏ ÇáæåÇÈ ãÇáæÔ ãä ÇáÇÊÍÇÏ ÇáÌåæí ááÈäæß æÎãíÓ ÝÞÑÉ ãä äÞÇÈÉ ÇáÓßß ÇáÍÏíÏíÉ æäÈíá ãäÊÕÑ ÚÖæ ÌãÇÚÉ ÇáÝÑÚ ÇáÌÇãÚí áÊæäÓ ÇáÝáÇÍÉ æÚÏÏ ßÈíÑ ãä ßæÇÏÑ ÇáÈÑíÏ Úáì ÑÃÓåã äÒÇÑ ÚãÇãí æÊæÝíÞ ÇáÊæíÊí ÇáßÇÊÈ ÇáÚÇã ááÇÊÍÇÏ ÇáÌåæí.
     
    æÞÏ ÞÇã ÌáÇá æÑÝÇÞå ÈÒíÇÑÉ ãßÇÊÈ ÇáäÞÇÈÇÊ ÇáæØäíÉ æãäåÇ ÇáäÞÇÈÉ ÇáæØäíÉ ááÊÚáíã ÇáÃÓÇÓí æãÚå ØÇåÑ ÒÇßÑ ÇáßÇÊÈ ÇáÚÇã áäÞÇÈÉ ÇáÊÚáíã ÇáÇÈÊÏÇÆí æÍÈíÈ ÇáØÑíÝí ÚÖæ ÇáäÞÇÈÉ ÇáæØäíÉ ááÊÚáíã ÇáÃÓÇÓí æÚáí Èä Úáí æÂÎÑíä¡ Ëã  ÇáäÞÇÈÉ ÇáæØäíÉ ááÊÚáíã ÇáËÇäæí æãÚå ÇáØíÈ ÈæÚÇíÔå ÇáßÇÊÈ ÇáÚÇã æÝÑÌ ÔÈÇÍ ÚÖæ åíÆÉ ÇáäÞÇÈÉ æÛíÑåã ãä ÇáäÞÇÈííä æãä ÈÚÏåÇ äÞÇÈÉ ÇáÕÍÉ æãÚå ÞÇÓã ÚíÝíÉ ÇáßÇÊÈ ÇáÚÇã áäÞÇÈÉ ÇáÕÍÉ¡ æÃÎíÑÇ äÞÇÈÉ ÇáãÇáíÉ ãÚ ÑÆíÓåÇ ÇáÝÇÖá æãÚå äÇÌÚ ÚÒÇÈæ æÛíÑåã ãä ÇáÃÕÏÞÇÁ.
     
    ÈÚÏåÇ ÚÞÏ ÇÌÊãÇÚ ãØæá Ýí ãÞÑ ÇáäÞÇÈÉ ÇáÚÇãÉ ááÊÚáíã ÇáËÇäæí¡ ÍíË ÊÍÏË ÌáÇá Úä ÞãÚ ÇáäÞÇÈííä æÍæá ÖÑæÑÉ ÇÑÊÈÇØ ÇáäÖÇá ãä ÇÌá ÇáÍÑíÇÊ ÈÇáÞØÇÚÇÊ ÇáÔÚÈíÉ æÚáì ÑÃÓåÇ ÇáÞØÇÚÇä ÇáäÞÇÈí æÇáÚãÇáí.. æÃßÏ Úáì Çäå æÓØ ÇáäÞÇÈÉ æÇáäÞÇÈííä íÌÏ äÝÓå æÓØ ÚÇÆáÊå æäÇÓå.. æÊÍÏË Úä ÚáÇÞÊå ÇáÊÇÑíÎíÉ ÈÇáäÞÇÈííä ÈÍßã Ãäå ÊÑÈì Ýí æÓØ ÚãÇáí æÃä ÃÈíå ßÇä ãÄÓÓ Ãæá äÞÇÈÉ áãäÇÌã ÇáÌÑíÕå ÈÇáÇÊÍÇÏ ÇáÚÇã ÇáÊæäÓí ááÔÛá ÈÍÖæÑ ÇáÔåíÏ ÝÑÍÇÊ ÍÔÇÏ.. ßãÇ Ãäå¡ ÌáÇá¡  ßÇä ãÑÇÝÞÇ ááãÑÍæã ÇáäÞÇÈí ÈÔíÑ ÇáÞÇØÑí ÑÆíÓ äÞÇÈÉ ÚãÇá ÇáÌÑíÕÉ ÍÊì ÂÎÑ ÇáËãÇäíäÇÊ æÒÚíã ÇáÊÍÑßÇÊ ÇáÚãÇáíÉ Ýí ÅÖÑÇÈ 1978 ÈÇáÌÑíÕÉ .. æÃäå ÓÇåã Ííä ßÇä ØÇáÈÇ Ýí ÇáÏÝÇÚ Úä ÇÓÊÞáÇáíÉ ÇáÇÊÍÇÏ ãä åÌãÉ ÇáÓáØÉ ÓäÉ 1985.
     
    Ëã Êßáã ÌáÇá Úä ÈÑäÇãÌ ÇáÅÕáÇÍ Çáåíßáí æãÇ ÊÑÊÈ Úáíå ãä ãÂÓí ÈãÇ ÝíåÇ ÇáÏíßÊÇÊæÑíÉ æÇáÞãÚ¡ æÃßÏ Úáì Ãä ãÕíÑ ÇáÔÚÈ ÇáÊæäÓí æÇÍÏ ãÚ ãÕíÑ ÔÚÈ ÇáÚÑÇÞ æÝáÓØíä æÚÈÑ æÇáÍÇÖÑíä Úä ÛÖÈå ãä ÇáÞÕÝ ÇáÐí ÊÚÑÖ áå ÇáÔÚÈ ÇáÚÑÇÞí áíáÉ ÇáÃãÓ.
     
    ÇáßáãÉ ÇáÊÇáíÉ ßÇäÊ áÝÑÌ ÔÈÇÍ ÚÖæ åíÆÉ ÇáäÞÇÈÉ ÇáæØäíÉ ááÊÚáíã ÇáËÇäæí æÇáÐí ÊÍÏË Úä æÍÏÉ ÇáäÖÇá ãä ÃÌá ÇáÍÑíÇÊ ÇáÏíãÞÑÇØíÉ æÇáäÞÇÈíÉ æãÓÇäÏÊå ßäÞÇÈí æíÓÇÑí áãØÇáÈ ÌáÇá æÅÖÑÇÈå.. Ëã ÊÍÏË ÇáØíÈ æÚÇíÔå ÇáßÇÊÈ ÇáÚÇã ááäÞÇÈÉ ÇáæØäíÉ ááÊÚáíã ÇáËÇäæí áíÚÈÑ Úä ãÓÇäÏÊå áÌáÇá  æÚä ÇÓÊÚÏÇÏå ãÚ ßá ÇáäÞÇÈííä ÇáÃÍÑÇÑ æÇáæØäííä ááÏÝÇÚ Úä ÇáãäÇÖáíä ÇáãÑÊÈØíä ÈÞÖÇíÇ ÇáÔÚÈ æÃßÏ Úáì Ãä ÇáäÞÇÈÉ ÓÊæÇÕá ãÚ ÇáäÞÇÈÇÊ ÇáÃÎÑì ãÓÇäÏÊåÇ ááãØÇáÈ ÇáãÔÑæÚÉ áÕÏíÞåã ÌáÇá ÇáÒÛáÇãí.
     
    æÝí ÇáÃÎíÑ æÌåÊ ÈÚÖ ÇáÃÓÆáÉ áÌáÇá Íæá ãÌáÉ « ÞæÓ ÇáßÑÇãÉ » æÏÇÑ ÇáäÞÇÔ Íæá  ÏæÑåÇ¡ ÝÃßÏ ÌáÇá Úáì ÅäåÇ ÊÚÈÑ Úä ãÌãæÚ ÃØÑÇÝ ÇáíÓÇÑ ÇáÔÚÈí æÃäåÇ Ýí ÎÏãÉ ÇáäÞÇÈííä æÇáØÈÞÉ ÇáÚÇãáÉ æÝÆÇÊ æÔÑÇÆÍ ÇáÔÚÈ ÇáãÖØåÏ ãä äÓÇÁ æÏíãÞÑÇØííä æÝÞÑÇÁ æØáÈÉ æÈØÇáíä.
     
    æÝí äåÇíÉ ÇáÒíÇÑÉ ÇÓÊÞÈá ÇáÃãíä ÇáÚÇã ÈÇáäíÇÈÉ¡ ÇáÃÎ ÇáåÇÏí ÇáÛÖÈÇäí¡ ÌáÇá æÃÕÏÞÇÁå ÇáäÞÇÈííä ÇáÐíä ÊÚÑÖæÇ áÚäÝ ÇáÈæáíÓ áíáÉ 6 ÝíÝÑí¡ æÚÈÑ ÌáÇá ÇáÒÛáÇãí Úä ÔßÑå ÇáÚãíÞ áãÓÇäÏÉ ÇáäÞÇÈÉ áå æáÅÖÑÇÈ ÌæÚå æãØÇáÈå æØÇáÈ ÇáãßÊÈ ÇáÊäÝíÐí ÈÃä íÓÇåã ÈãæÞÝ ãä ÃÌá ÍÞå Ýí ÇáÍíÇÉ Ýí ÈáÇÏå ÊæäÓ.. Ëã Êßáã ÇáåÇÏí ÇáÛÖÈÇäí Úä ÏæÑ ÇáÃãíä ÇáÚÇã Ýí ÑÝÚ ÇáÍÕÇÑ ÇáÐí ÖÑÈ íæã 6 ÝíÝÑí Íæá ÈíÊ ÌáÇá ÈÃä ÇÊÕá ÈæÒíÑ ÇáÏÇÎáíÉ æÃÎØÑå ÈÃäå ÓæÝ íØÑÍ ãÓÃáÉ ÇáÇÚÊÏÇÁ Úáì ÇáäÞÇÈííä æÇáãßÊÈ ÇáÊäÝíÐí áÇÊÎÇÐ ÇáãæÇÞÝ ÇááÇÒãÉ .. ßãÇ ÃÚáä Ãä ÇáÇÊÍÇÏ ÓæÝ íÏÇÝÚ Úä ÇáäÞÇÈííä æÃÕÏÞÇÆåã æÃäå ÓæÝ íØÑÍ ÇáãÓÃáÉ Úáì ÇÌÊãÇÚ ÇáãßÊÈ ÇáÊäÝíÐí ÇáãÞÈá. 
     
     
    17 ÝíÝÑí 2001


     
     

     Liste publiée grâce à l’aide exquise de l’association :

    Freedoms Friends  FrihetsVänner Föreningen  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
    Tel/ Fax:(46) 8- 4648308 e-mail:fvf@swipnet.se



    Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail at http://www.hotmail.com.

    Yahoo! Groups Sponsor

    To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
    To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
    URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

    Accueil

    Lire aussi ces articles

    8 septembre 2011

    فيكليوم،نساهم بجهدنا فيتقديمإعلام أفضل وأرقى عنبلدنا،تونس Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la

    En savoir plus +

    Langue / لغة

    Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

    حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.