27 décembre 2009

Home – Accueil

TUNISNEWS

9 ème année,N° 3505 du 27.12.2009

 archives : www.tunisnews.net  


AISPP: Ali Rouahi suspend sa grève de la faim Liberté et Equité: Arrestation d’Azzouz Ben Salah Ben Moncef Bouderbala à Chgarnia. Sa famille ignore ce qu’il est advenu de lui Assabilonline: Le prononcé du jugement dans l’affaire des détenus de Nabeul est attendu à la fin décembre Luiza  Toscane: Yassine Ferchichi est détenu au Sénégal AZZA ZARRAD: Tunisie : Procès de Taoufik Ben Brik, « Prenez votre responsabilité M. le Juge » Le Temps: Un incendie ravage une usine à Nadhour Al Jazeera:Tunisia urged to reopen Hached case


Liberté pour tous les prisonniers politiques Liberté pour le Docteur Sadok Chourou Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques 43 rue Eldjazira, Tunis Aispptunisie@yahoo.fr Tunis, le 25 décembre 2009

Ali Rouahi suspend sa grève de la faim

Au terme de seize jours de grève de la faim pour son passeport, Ali Rouahi, ancien prisonnier politique, a répondu à l’appel d’une délégation de militants de droits humains l’exhortant à arrêter sa grève pour ne pas mettre en péril son intégrité physique. La délégation qui lui a rendu visite vendredi 25 décembre était composée Maître Anouar Kousri, vice Président de la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme, de monsieur Faouzi Sadkaooui, membre du comité directeur de l’Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques et de monsieur Khaled Boujemaa, de l’organisation Liberté et Equité. Ils lui ont demandé de stopper sa grève et lui ont fait part de la détermination de leurs organisations a suivre le dossier de son passeport […] Pour l’Association Le comité directeur (traduction d’extraits, ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)  


Yassine Ferchichi est détenu au Sénégal

 Arrivé jeudi 24 décembre à 21 heures par le vol Air France 718 qui assurait la liaision Roissy-Dakar, Yassine Ferchichi a été remis aux autorités sénégalaises. Il est depuis lors détenu et interrogé dans les locaux de la police au Sénégal. Libéré de la prison de Fresnes (94-France) le 24 décembre, Yassine Ferchichi avait reçu une notification de renvoi au Sénégal qu’il avait refusé de signer. Immédiatement conduit à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, il avait été  placé en zone d’attente internationale. Yassine Ferchichi, citoyen tunisien condamné en France à six ans et six mois d’emprisonnement et à une interdiction définitive du territoire français dans le cadre d’une affaire liée au terrorisme, avait déposé une demande d’asile auprès de l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), demande qui avait été enregistrée au mois de septembre dernier. Le rejet de sa demande lui a été notifié…. le 24 décembre, soit le jour de sa sortie de prison. Yassine Ferchichi, qui avait déjà connu interpellations et tortures graves en Tunisie, avait appris pendant son incarcération en France, qu’il avait été condamné à deux reprises en Tunisie par contumace en vertu des dispositions de la loi antiterroriste. Il totalisait 32 ans et 6 mois d’emprisonnement et 15 ans de contrôle administratif. Mardi 22 décembre, le cabinet William Bourdon avait saisi la Cour Européenne des Droits de l’homme qui avait enjoint le 23 décembre à la France de surseoir à tout renvoi de Yassine Ferchichi en Tunisie, le temps d’un examen au fonds de la requête. Contournant cette décision, la police française l’avait conduit, ligoté et sous escorte policière, dans un avion en partance de Roissy pour Dakar. Luiza Toscane, 27 décembre  


Liberté pour le Docteur Sadok Chourou, le prisonnier des deux décennies Liberté pour tous les prisonniers politiques Liberté et Equité 33 rue Mokhtar Atya, 1001, Tunis Tel/fax : 71 340 860 Libertéequite@gmail.com Tunis, le 26 décembre 2009

Nouvelles des libertés en Tunisie

[…] 3)Arrestation d’Azzouz Ben Salah Ben Moncef Bouderbala à Chgarnia. Sa famille ignore ce qu’il est advenu de lui Des agents de la police politique ont arrêté mercredi 23 décembre 2009 le jeune Azzouz Ben Salah Ben Moncef Bouderbala, originaire de Chgarnia dans la région d’Enfidha, dans le gouvernorat de Sousse et l’ont conduit dans un lieu inconnu après avoir perquisitionné le domicile de sa famille, sans mandat du procureur de la République. Le jeune Azzouz Bouderbala est né le 28 février 1987, il est étudiant […] à Moknine. […] Pour le bureau exécutif de l’Organisation Le Président Maître Mohammed Nouri (traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)  


Le prononcé du jugement dans l’affaire des détenus de Nabeul est attendu à la fin décembre

Assabilonline, Tunis Dans la matinée du 26 décembre 2009, s’est ouverte au Tribunal de Première Instance de Tunis, l’audience consacrée à l’examen de l’affaire de Monji Ben Abdallah, Mohammed Lassoued et Jalel Boubakri, pour « tenue de réunion ». L’audience a été reporté au 30 décembre prochain, pour le délibéré et le prononcé du jugement. […] En collaboration avec Seyyid Mabrouk, militant des droits humains, Tunisie Source : Assabilonline, 26 décembre 2009 (traduction d’extraits, ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)  


Tunisie : Procès de Taoufik Ben Brik, « Prenez votre responsabilité M. le Juge »

    le 27 Décembre, 2009 | Jurez Monsieur le Juge. Dites je jure de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.   Monsieur le Juge : avez-vous reçu, lors du procès du journaliste et poète Taoufik Ben Brik que vous avez présidé, des instructions vous dictant la sentence de six mois de prison ferme que vous deviez  prononcer ce jour là ? -Avez-vous subi des pressions vous imposant la manière de diriger ce simulacre de procès ? -Passons aux détails  Monsieur le Juge: Pourquoi n’avez-vous pas permis aux avocats de présenter leur argumentations ou de procéder à un contre interrogatoire. Pourquoi n’avez-vous pas accepté la demande d’expertise de la signature falsifiée apposée en bas de l’enquête judiciaire ? Pourquoi n’avez-vous pas cherché à savoir où était passé le PV n° 5 disparu du dossier ? Pourquoi n’avez-vous pas exigé la présence des témoins. Existent-ils seulement ces témoins, puisque le numéro de leur carte d’identité est inexistant? Pourquoi n’avez-vous rien voulu entendre des requêtes des avocats concernant la remise en liberté de M Taoufik Ben Brik ?   Connaissant le verdict  par avance vous avez levé la séance avant même qu’elle n’ait débuté. Vous en aviez assez entendu. Assez de perte de temps ! Votre condamnation n’est-elle pas un affreux  déni de justice ? Avouez que ce procès bafoue clairement les principes fondamentaux de la justice. Vous n’avez même pas cherché à sauver les apparences et à faire croire à un procès équitable. Quelle mauvaise comédie !  Vous avez obéi aux instructions. Mais depuis quand les instructions sont-elles au dessus de la loi ? La constitution ne prévoit-elle pas la séparation des pouvoirs ? Vous nous faites vivre un cauchemar. Vous avez une famille que vous voulez préserver et protéger, dites-vous. Ce n’est pas une excuse. Taoufik Ben Brik a lui aussi deux beaux enfants que vous privez de la présence du  père. Taoufik Ben Brik a sacrifié sa liberté pour vous offrir un peu de dignité. Savez-vous ce que pensent ses deux enfants de vous ? Ils font chaque jour votre procès et vous condamnent d’avoir condamné leur père, ils vous condamnent pour avoir accepté de jouer le jeu du bouc. Leur père risque à tout moment de mourir. Certes, son cœur bat, il respire, il prend régulièrement ses médicaments …mais ceci n’est pas suffisant. Il suffirait d’une hypoglycémie dont il ne se rendrait pas compte lors de son sommeil, .ou qu’il ne trouve rien à avaler… pour qu’il trépasse….Ce serait horrible, non ! L’affaire Ben Brik n’est pas de votre compétence. Vous avez cependant accepté, en toute conscience, d’y jouer un  petit rôle, celui d’un figurant ayant accepté de jouer le mauvais rôle avec notre argent. A qui incomberait la responsabilité ? Avez-vous pensé à votre propre part de responsabilité ?   La vérité, est que c’est une affaire entre ZABA le grand et Taoufik Ben Brik le poète soûlouk. Toi, le Grand, toi qui a pris le poète pour otage. L’affaire est hors constitution. Cette parodie de justice n’a pas besoin de durer plus longtemps. Tu as offert à Taoufik Ben Brik, malgré toi, une grande victoire celle, pour l’avoir embastillé, d’être élu l’homme de l’année 2009, aux côtés d’OBAMA, On n’arrête pas l’histoire. … Mais si Taoufik Ben Brik venait à mourir, nous serons tous condamné pour n’avoir pas prêter assistance à personne en danger. L’histoire l’enregistrera. AZZA ZARRAD épouse de Taoufik Ben Brik (Source: « Le Matin » (Quotidien – Algerie) le 27 decembre 2009)  

Un incendie ravage une usine à Nadhour

 
 Un grave incendie a complètement détruit, hier, à Nadhour, Gouvernorat de Zaghouan l’usine suédoise «AutoLive» spécialisée dans la construction des accessoires de voitures. L’incendie qui c’est déclaré vers 15h a ravagé la totalité du bâtiment qui s’étale sur plus de 3 mille mètres carrés. Les agents de la protection civile se sont rapidement dépêchés sur les lieux afin de maîtriser les flammes qui persistaient, jusqu’à l’écriture de ces lignes, et ce à cause de la nature des produits hautement inflammables que contenait l’usine.  On ne déplore pas de victimes humaines mais les dégâts matériels se chiffrent en milliards. Selon les premiers éléments de l’enquête un produit inflammable serait à l’origine du drame. L’enquête suit son cours. (Source: « Le Temps » (Quotidien – Tunisie) le 27 decembre 2009)


Tunisia urged to reopen Hached case

Tunisia has been urged to reopen the case relating to the 1952 assassination of a prominent leader, after a documentary film on the killing threw up possible new evidence. Nour al-Din Hached, the son of trade union leader Farhat Hached, has urged the authorities to disclose all details behind the killing. He said he believes the killing was a « political crime » and constituted « state terrorism » because it was made by colonial authorities and the French state, Tunisia’s former colonial power. Hached’s appeal came after the Al Jazeera Documentary Channel aired a film on the life and circumstances surrounding the killing of his father. Ubaid al-Braiki, a member of the executive bureau for Tunisia’s general labour union, said the union would look into Hached’s request. Damning testimony The documentary film included testimony from a member of a secret French organisation known as The Red Hand (La Main Rouge) who said he was responsible in part for Hached’s assassination. « I believe what I did was legitimate, and I would do it again if I had to, » Antoine Melero said. « Hached’s assassination was definitely committed by La Main Rouge in agreement with French government officials in Tunisia. « The group that has committed the assassination was never prosecuted in Tunisia, it was sent back to France as agreed with the Tunisian authorities. » There was no immediate comment on the allegations from French officials. Ex-president implicated Melero also implicated Habib Bourguiba, the late Tunisian president, in the killing. « Bourguiba played a key role as he knew about Hached’s assassination, » Melero said in the film. « He was content with Hached’s assassination as was France » because it wanted to hand over the rule to Bourguiba, » he said. « I believe that Tunisia’s independence was expected long time before then, and France knew that. It wanted to hand over the power to one of its friends, and that is why it chose Bourguiba. » Farhat Hached was viewed by many Tunisians as a symbol of the country’s struggle against the French colonisation. He was killed on December 5 on the outskirts of the city of Tunis when armed attackers opened fire on his car.  (Source: Al Jazeera.net le 27decembre 2009)

 

Home – Accueil الرئيسية

 

أعداد أخرى مُتاحة

28 avril 2004

Accueil TUNISNEWS   4 ème année, N° 1439 du 28.04.2004  archives : www.tunisnews.net الصحافة: دور الخطاب الديني في نشر قيم الإعتدال

+ لمعرفة المزيد

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.