24 septembre 2007

Home – Accueil

TUNISNEWS
8 ème année, N° 2680 du 24.09.2007

 archives : www.tunisnews.net

Grève de la faim de 24h pour la liberté de réunion en Tunisie Le 23 septembre 2007 Mustapha Kraïem: Monsieur Taïeb Baccouche, il faut assumer avec courage la responsabilite de ses opinions et de ses actes Le Courrier (Suisse): Jeûne de solidarité avec les démocrates tunisiens Nawaat: Le « projet Sama Dubaï » : encore un scandale Palestine Times :How did Suha Arafat amass all these millions? afrik.com:Polémiques et tensions autour des expulsions d’étrangers


Les dirigeants du PDP en grève de la faim – video


Grève de la faim de 24h pour la liberté de réunion en Tunisie Le 23 septembre 2007

DÉFENDONS LE DERNIER CARRÉ DES LIBERTÉS EN TUNISIE  


La secrétaire générale du Parti démocrate progressiste, Mme Maya Jribi et le directeur du journal « Al Mawkif » et fondateur du parti, Maître Ahmed Néjib Chebbi ont entamé le jeudi 20 septembre à Tunis une grève de la faim illimitée. Ils protestent ainsi contre la décision politique sous couvert juridique du régime tunisien de priver le parti de son siège central à Tunis. Au moment où ces locaux sont menacés de fermeture, d’autres ont déjà subi ce sort les uns après les autres. Cette campagne du régime a également touché d’autres espaces libres à l’instar des locaux de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) dont les activités ont été paralysées ; et les sièges condamnés à l’exception de celui de Tunis où les accès sont filtrés par la police et limités aux seuls membres du Comité directeur. Le régime n’a cessé ces dernières années de resserrer l’étau sur toutes les composantes de l’opposition et de la société civile indépendante. Il ne reste d’ouvert que les 80 m2 que le Parti démocrate progressiste (PDP) veut maintenir comme espace de liberté et de réunion à tous. Depuis plus de treize ans, ce local loué au nom de l’hebdomadaire « El Mawkif », organe du parti, est également le siège central du PDP. Nous, militants tunisiens à l’étranger, citoyens et résidants en France, en Angleterre, en Suisse, en Allemagne, en Suède et au Canada déclarons avoir entamé, le dimanche 23 septembre 2007, une grève de la faim de 24 heures en solidarité avec Mme Maya Jribi et Me Ahmed Néjib Chebbi. Nous exprimons ainsi notre totale solidarité avec le Parti démocrate progressiste et considérons que cet épisode est la suite d’une série de répression continuelle que subissent les partis de l’opposition défendant leur indépendance et désirant pratiquer leurs droits du libre exercice politique que leur procure la loi. Nous exigeons la garantie, à tous les partis et organisations de la société civile, des conditions de l’exercice politique dans l’espace public. Les participants à la grève de la faim France Fatma Ksila, secrétaire générale du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie Kamel Jendoubi, président, Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme Khemais Ksila, secrétaire général de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) Tahar Ben Hassine, directeur de la chaîne de télévision El Hiwar Moncef Guedour, chef d’entreprise Mohamed Lakhdar, Lala, militant d’ancienne date Dr. Moncef Marzouki, président du CPR (qui souligne sa solidarité avec toute lutte contre le despotisme, malgré ses réserves concernant les grèves de la faim) Adel Thabet, porte-parole en France du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT), Ameur Larayedh, chef du bureau politique Nahdha, Paris Mouhieddine Cherbib, président, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR) Tarek Ben Hiba, militant associatif de l’immigration, des droits de l’Homme et syndicaliste Abdelwahab El-hani, journaliste tunisien en exil Sofiane Makhlouf, psychologue Adel Hamzaoui, solidarité tunisienne – Paris Hédi Jilani, libraire Omeyya Seddik, chercheur en science politique et militant associatif Hichem Abdessamad, intellectuel tunisien Béchir Dhahri, militant associatif Habib Ouarda, libraire Mohamed Ben Saïd, juriste Kamel Chaabouni, Ali Aloui, Iyed Dahmani, porte-parole du Bureau PDP à l’étranger en France Suède Adel Ayadi, porte-parole du Bureau PDP en Suède Moncef Bouhajeb, ingénieur en informatique Allemagne Morsel Alkesebi, rédacteur en chef www.tunisalwasat.com Suisse Safwa Aïssa, présidente Vérité-Action Mohamed Ben Hinda, président Association de tunisien en suisse Larbi Guesmi, président Zeitouna en Suisse. Bouzid Mohamed, citoyen tunisien à Genève Anouar Gharbi, Tahar Guilai, Membre association Zeitouna en Suisse El Kout Ismail, membre du bureau juridique et d’information de l’association Ez-Zeitouna en Suisse Angleterre Cheikh Rached Ghannouchi, président du mouvement Nahdha Canada Sonia Daly, chargée de projets Marie Papazoglou, étudiante Dalel Brik, étudiante Stéphanie Boutin, enseignante Jean-Sébastien Lavallée, enseignant Ezzedine Derbali, commerçant Sofiane Chtioui, informaticien Jlassi Abdelaziz, Mohamed Zrig, Association des droits de la personne au Maghreb Taïeb Boubaker, Association des droits de la personne au Maghreb Dr Bachar el-Solh, médecin- président, Forum musulman du Canada Mohamed Kamel Chérif, Forum musulman du Canada Ehab Lotayef, professeur à l’Université Mc Gill, président de Parole-arabe Ghassen Ben Khélifa, secrétaire général du Bureau PDP à l’étranger au Canada Haroun Bouazzi, responsable des relations avec les partis et organisations au Canada Mounir Dhif, responsable financier du Bureau PDP à l’étranger au Canada Fraj Brik, responsable des forums du site du PDP « PDPinfo.org » au Canada Mohammed Ali Saïdane, responsable du site du PDP « PDPinfo.org » au Canada Jamel Jani, porte-parole du Bureau de PDP à l’étranger au Canada Dimanche 23 septembre 2007

A L’attention des lecteurs de « L’Audace » en Suisse

 
Nous tenons à signaler à nos lecteurs que le point de vente de « L’Audace » a Genève a changé.Désormais, le journal est disponible à la librairie arabe L’Olivier, 5 rue de Fribourg , Genève

Sommaire du numéro 79 d’ELKHADRA http://elkhadra.over-blog.com  

 
Il est grand temps de rallumer les étoiles http://elkhadra.over-blog.com/article-12469388.html ************************************************** ITTAJDID du RCD Par biju http://elkhadra.over-blog.com/article-12483126.html **************************************************** Limites de la Cyberdissidence Par _Z_ http://elkhadra.over-blog.com/article-12565976.html ***************************************************** Du Consumérisme Par Derbali -Réponse au texte de _z_, « Les limites de la cyberdissidence » http://elkhadra.over-blog.com/article-12565581.html ****************************************************** TEXTES DE K.TRAOULI. http://elkhadra.over-blog.com/article-12555423.html ******************************************************** L’ARMADA de l’apocalypse http://elkhadra.over-blog.com/article-12538273.html *************************************************** A Letter from PALESTINE http://elkhadra.over-blog.com/article-12533228.html ****************************************************** Le sionisme : théologie de la conquête et de la terreur http://elkhadra.over-blog.com/article-12531156.html ******************************************************* Leïla, première drame http://elkhadra.over-blog.com/article-12531041.html ****************************************************** Tortionnaires feudataires http://elkhadra.over-blog.com/article-12518984.html *********************************************************** Le Zéro et l’Infini http://elkhadra.over-blog.com/article-12518382.html *************************************************************** HOLLY RAMADAN http://elkhadra.over-blog.com/article-12511108.html ********************************************************** SIDA EN TUNISIE http://elkhadra.over-blog.com/article-12499195.html ********************************************************* La voix de son maître Par RIM http://elkhadra.over-blog.com/article-12498926.html ****************************************************** # La désobéissance civique … l’arme absolue ? http://elkhadra.over-blog.com/article-12478215.html ************************************************************ La conscience comme une méduse échouée sur le sable http://elkhadra.over-blog.com/article-12478017.html ************************************************************** RADIO ZITOUNA PAR A. ZOUAOUI. http://elkhadra.over-blog.com/article-12477206.html *************************************************************** SCHNOUF en Berbérie http://elkhadra.over-blog.com/article-12461448.html ****************************************************************** De cœur et d’esprit http://elkhadra.over-blog.com/article-12436178.html ******************************************************************* Bakchich schow http://elkhadra.over-blog.com/article-12423472.html ********************************************************************** Le Judenrat palestinien Par Khaled Amayreh http://elkhadra.over-blog.com/article-12401535.html ************************************************************************* Ben Laden Show http://elkhadra.over-blog.com/article-12381064.html ************************************************************************** Magouilles US http://elkhadra.over-blog.com/article-12380439.html ************************************************************************* Résilience http://elkhadra.over-blog.com/article-12359575.html ***************************************************************************** L’Implication de l’entité sioniste dans la sale guerre en Colombie http://elkhadra.over-blog.com/article-12349253.html ****************************************************************************** De l’endogamie entre Média et Politique en France « L’embedded à la française »   Par  René Naba http://elkhadra.over-blog.com/article-12335091.html ******************************************************************************* Tunisie: Fort potentiel touristique http://elkhadra.over-blog.com/article-7111953.html


MONSIEUR TAÏEB BACCOUCHE, IL FAUT ASSUMER AVEC COURAGE LA RESPONSABILITE DE SES OPINIONS ET DE SES ACTES

 
Mustapha KRAÏEM   Tiraillé par sa mauvaise conscience, M. Baccouche se dépense sans compter à blanchir ses anciennes activités et ses vieilles prises de positions. Pour cela, il n’hésite pas de recourir à des pratiques crapuleuses, dont il rend coupables ses anciens collègues et amis. Quant à l’égard de ses adversaires, il use d’un discours délirant, qui véhicule le mensonge et le dénigrement systématique. Venons plutôt aux faits. Il commence par m’accuser d’oublier « les règles de déontologie les plus élémentaires ». M. Baccouche a vraiment la mémoire courte. Il semble oublier le scandale qu’il a provoqué quand il fut invité au début des années 80 à un séminaire universitaire. Il avait présenté sous sa signature une étude sur le syndicalisme nord-africain qu’il avait copiée sur un chapitre paru dans mon ouvrage : La classe ouvrière tunisienne et la lutte de libération nationale, étude qu’il avait par surcroît, traduite et publiée dans le journal Ech-Chaâb sous son nom, sans se soucier de mentionner ni l’ouvrage ni le véritable auteur. A l’époque, Secrétaire Général de l’U.G.T.T., M. Baccouche n’a pas jugé utile de répondre à mon étonnement, exprimé par la voie de la presse. Un prétendu universitaire, coupable de plagiat manifeste a-t-il le droit de donner des leçons de déontologie ? Baccouche m’accuse d’attribuer mes informations à des « informateurs ou témoins que je cite avec ambiguïté ». Il semble oublier la masse énorme de sources contradictoires que j’avais utilisées et qui sont citées dans mon ouvrages : sources d’archives, presse locale et internationale, lettres de personnalités de partis et de syndicats européens, déclarations et écrits de responsables politiques et syndicalistes tunisiens dont certains, comme Mongi Kooli, Directeur du P.S.D, ou Ahmed Mestiri, ancien Secrétaire Général du M.D.S ne lui étaient pas du reste hostiles, enfin des syndicalistes, toutes tendances confondues ! Tout ce que j’ai écrit à propos de T. Baccouche est le produit d’une confrontation de toutes les sources contradictoires et je n’avais retenu que les faits qui avaient fait l’objet d’un consensus généralisé. Abdelhamid Belaïd, témoin honnête, comme l’affirme Mr. Baccouche, fut consulté en présence de K. Salhi et avait confirmé tous les faits que j’avais mentionnés. Je persiste et signe que toutes les informations parues dans mon ouvrage relèvent d’une vérité, contrôlée et vérifiée dans le cadre d’une attitude d’objectivation de ma subjectivité et dans un effort d’analyse avec une prise de distance pour atténuer aux maximum les jugements exprimés par les témoins cités qui – et cela je ne l’ai pas mentionné dans mon ouvrage – traitent Mr. Baccouche de « duplicité, de mensonge et d’hypscrisie ». Ce sont là des jugements qui furent exprimées à plusieurs reprises et notamment par A. Bouraoui, l’ancien ami et collègue de Baccouche et cela dernièrement dans le séminaire, organisé par la fondation Temimi au cours de l’été 2007. Ces mêmes jugements sont enregistrés à l’Institut supérieur d’Histoire de Mouvement National au cours d’un interview, réalisé pendant plus de huit heures tout au long de quelques jours par Monsieur Bouraoui, il y a déjà plus de dix ans. Taïeb Baccouche passe son temps à publier des démentis tantôt pleurnichards, tantôt agressifs à l’encontre de ses anciens collègues qui portaient des accusations graves contre lui comme ce fut le cas dernièrement avec sa lettre du 13 septembre 2007, adressée au journal Ech-Chaâb, organe officiel de l’U.G.T.T. Le plus délirant toutefois sont les accusations ridicules qu’il porte à mon encontre. Dois-je rappeller à Taïeb Baccouche que depuis l’âge de seize ans, j’étais au sein du mouvement étudiant qui comprenait alors les élèves des lycées, puis syndical, un militant pour la démocratie et les droits de l’homme. Cette activité avait fait de moi une cible du pouvoir politique depuis les années soixante. Les tentatives de Baccouche de lier mon nom à celui de mon frère, ancien ministre, est une tentative misérable alors que tous les militants connaissaient le conflit, révélé du reste par la presse, entre mon frère et moi à propos de nos positions politiques, à un moment ou T. Baccouche faisait le siège de mon frère à qui il rendait quasi quotidiennement visite pour lui soumettre ses rapports sur ce qui se passait à l’U.G.T.T. T. Baccouche a la caractéristique de dénigrer ses anciens compagnons. Tout le monde sait que Baccouche devait, dans une certaine mesure, son élection à la tête de l’U.G.T.T. grâce à Nouredine Hached, alors président de la commission syndicale nationale. Dans le privé, et devant des personnalités dignes de foi, M. Baccouche n’hésite pas aujourd’hui de lancer des accusations gravissimes contre N. Hached. Taïeb Baccouche m’accuse d’avoir profité indûment de l’U.G.T.T « sur tous les plans, documents, missions, argent ». A propos des documents, je reconnais que Mr. Habib Achour avait appuyé ma demande de consultation des archives du Ministère tunisien de l’Intérieur. Cette autorisation ne concernait que les documents remontant à la période coloniale. Aucun document intéressant l’époque post-coloniale ne m’a été présenté. Est-ce là un profit ? A propos de missions, je me souviens qu’en 1975, alors que j’étais membre du Bureau du syndicat de l’enseignement supérieur, dont T. Baccouche était secrétaire général, on m’avait désigné pour une mission syndicale de quelques jours au Caire. C’était l’unique missions qui m’ait été accordée par l’U.G.T.T. Il est vrai qu’au lendemain du 26 janvier 1978, j’avais accepté de représenter l’U.G.T.T légitime dans des congrès internationaux –C.I.S.L et B.I.T. – C’était dans un moment de répression généralisée où rares étaient les syndicalistes qui acceptaient de telles missions, tant les risques étaient considérables. J’avais accompli ce que je considérais mon devoir de défenseur de la démocratie. Je n’avais alors profité d’aucun avantage matériel. Bien le contraire ! A propos d’argent, je dois dire que c’était moi qui fut matériellement désavantagé au profit de l’U.G.T.T. J’avais cédé mes droits d’auteur à la centrale syndicale pour mon ouvrage de sept cents pages, Nationalisme et syndicalisme en Tunisie, en contre partie d’une somme de quatre cents dinars qui m’a été réglée en plusieurs mensualités. Quant à mon ouvrage la classe ouvrière, j’ai dû à un moment (1978-1980), où aucune institution n’acceptait de publier cet ouvrage, de contribuer de mes propres deniers pour assurer sa parution. Vous m’accusez, Oh quel crime ! D’avoir figuré non pas à la tête comme vous le dites mais en bas d’une liste concurrente à la vôtre. Vous poussez le ridicule jusqu’à inventer un scénario chimérique qui sort aujourd’hui de votre imagination. Dans un congrès les candidats présentent des programmes et les congressistes ne sont pas intéressés par le souci de règlements des comptes personnels. Mr Baccouche, votre angoisse fut continuellement centrée sur votre ambition de conquérir le Secrétariat général de l’U.G.T.T. C’est une ambition légitime, mais chez vous, elle tourne à la pathologie en considérant que tout partenaire syndicaliste était un concurrent potentiel susceptible de vous ravir le poste. J’apprends par votre lettre que vous m’avez considéré un concurrent dangereux. Dans l’absolu, tout syndicaliste avait le droit de chercher à vous remplacer si les militants lui accordaient leurs confiance. Personnellement, je n’ai jamais eu l’ambition d’accéder au Bureau Exécutif pour deux raisons. D’abord, je vous mets au défi de citer une seule personne « qui m’a fait miroiter » cette ambition. Je dois avouer qu’au lendemain du 26 janvier, ce n’était plus un honneur d’être responsable au sein d’un B.E. d’une centrale syndicale que Taïeb Baccouche et ses partisans avaient assujettie au Néo-destour. Par ailleurs, je me considère, contrairement à vous, un universitaire-chercheur et je suis convaincu, contrairement à vous, que j’ai la chance d’exercer le meilleur métier du monde, que je ne suis pas prêt à échanger, comme vous, contre une sinécure pour profiter des missions et de l’argent, mais cette noble ambition, vous nous pouvez même pas la concevoir. Votre « cas » ma fait penser à l’étude réalisée par l’économise Mahmoud Abdel Fadhil de l’Université du Caire, qui avait effectué une typologie des intellectuels, fascinés par la politique et le pouvoir. Je me contente de citer ce qu’il appelle l’intellectuel roublard. C’est dit-il le type intellectuel le plus dangereux. C’est une personne d’une grande intelligence et d’une énorme ambition… Ces intellectuels sont méfiants à l’égard d’autrui et méprisants du public… Ils ont opté pour l’utilisation de leur intelligence pour la satisfaction la plus rapide de leurs intérêts et la réalisation de leurs ambitions. Ils sont toujours prêts à fournir les arguments pour justifier n’importe quelle politique. Ils parient sur la mémoire courte des gens. Ils évitent d’affronter le problème posé et d’y trouver une solution. Ils détournent le fond du problème en soulevant un autre problème et donner ainsi des leçons gratuites, sans pour autant envisager une nouvelle attitude susceptible de résoudre la question. Ils refusent d’envisager une autre alternative ou un autre projet d’avenir, mais insistent au contraire sur l’absence totale de perspective, de façons à souligner que toutes les alternatives sont pires que la situation présente. Ils refusent d’afficher leurs opinions devant les despotes pour éviter de porter atteinte à leurs intérêts et à leurs positions ([1]). Il est difficile dans ce papier de mentionner les méfaits de votre gestion en tant que secrétaire Général. Je retiens deux choses fondamentales : Vous avez brisé net le mouvement d’autonomie du mouvement syndical en replaçant l’U.G.T.T. sous le coupe du parti. Vous avez surtout cautionné des élections législatives que vous savez totalement trafiquées en acceptant que votre petit groupe de parlementaires continuent à siéger au sein de l’Assemblée, confisquant ainsi la souveraineté populaire. Au lieu de vous en prendre à ceux qui essayent d’analyser votre conduite en les agressant mensongèrement, je vous recommande de méditer ce proverbe : Quand on a une maison en verre, il est insensé de jeter des pierres sur les maisons d’autrui.   Mustapha KRAÏEM  
([1]) Mahmoud Abdel Fadhel, L’intellectuel arabe et la course derrière le gain et le pouvoir. En arabe.


 
 

 

Jeûne de solidarité avec les démocrates tunisiens

BENITO PEREZ

 

« La faim et non la soumission. » Dans le caveau de la librairie Al-Diwan aux Pâquis, le calicot résume l’action des neuf grévistes. Depuis hier et jusqu’à ce soir, ces militants suisses et tunisiens ne s’alimentent plus en solidarité avec le « mouvement citoyen en Tunisie ». Soutenus par une vingtaine d’organisations locales[1], les grévistes entendent attirer l’attention sur le combat de leurs sept homologues qui jeûnent à Tunis depuis le 18 octobre dernier afin d’amener le gouvernement à respecter les libertés publiques[2].

Pour les grévistes genevois, l’action de ces sept personnalités –issues de partis et de corporations différentes– illustre le réveil des Tunisiens perçu depuis quelques mois. Avocats, journalistes, syndicalistes, militants politiques ou humanitaires, les opposants au gouvernement se recrutent désormais dans tous les secteurs. « Même les magistrats, défenseurs traditionnels du régime, ont rejoint la contestation », se félicite le libraire tunisien Mohammed Ben Henda. Faisant taire quelque peu ses divergences, l’opposition se rassemble aujourd’hui autour d’une triple revendication : respect des libertés d’association et de presse, et élargissement des 500prisonniers politiques.

Le succès, hier, d’une journée de lutte des enseignants et étudiants contre le rapprochement entre Tunis et Tel Aviv, est également vue comme le signe de la radicalisation du mouvement social, selon Anis Mansouri, du Comité Tunisie en Suisse.

Une combativité renforcée par les projecteurs dirigés sur le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). « Ben Ali doit se mordre les doigts d’avoir tant voulu l’organiser », brocarde M.Ben Henda. A cinq jours de l’ouverture, alors qu’arrivent les premiers journalistes, les visites de diplomates auprès des grévistes se succèdent. De même que les manifestations de soutien partout dans le monde arabe, qui mettent une pression nouvelle sur le président.

En revanche, la discrétion de la Suisse, « hôte d’honneur du SMSI de Tunis », et le rapport dithyrambique livré récemment par la présidente du Conseil national de retour de Tunis, irritent. « Avec la Tunisie, comme naguère avec l’Afrique du Sud, la Suisse démontre une aptitude indéniable à ne voir qu’une face de la médaille… » ironise Marie-Eve Tejedor, de solidaritéS.

En parallèle au Sommet citoyen de Tunis, les activistes genevois prévoient de mener des actions le 16 novembre prochain, date de l’ouverture du SMSI. Le point d’orgue devrait être un cortège auto-vélo dans les rues de Genève. Un stand au marché aux puces et un lâcher de ballons devant la TSR sont aussi au programme[3].

Note : [1]Association des Tunisiens en Suisse, Aide sanitaire suisse aux Palestiniens, Centre Europe-tiers monde, CODAP, Urgence Palestine, Les Communistes, Conférence universitaire des associations d’étudiant-e-s, Déclaration de Berne, Forum des Tunisiens de Genève, Maison Populaire, Meyrin-Palestine, Mouvement pour le socialisme, Parti du travail, solidaritéS, Union des Tunisiens en Suisse, Vérité-Action (FR), Zeitouna. [2] Nos éditions des 4 et 7 novembre. [3] De son côté, Vérité et Action met sur pied une expo sur les droits humains en Tunisie, du 15 au 17 nov. à la Maison des associations, et une manif sur la place des Nations, le 16, à 16h.  

(Souece: Le Courrier (Suisse)  le Vendredi 11 Novembre 2005)


Le « projet Sama Dubaï » : encore un scandale, mais celui-là dépasse tout ce que l’on a connu et tout ce que l’on pouvait imaginer !

 
 
J’en ai le souffle coupé ! Dans cette édition 72 de Canal ElHiwar, même le journaliste qui a mené l’entretien avec maître Laouini, lequel a exposé les accords entre l’Etat Tunisien et Sama Dubaï, avait du mal à croire ses oreilles et contenir sa stupeur. Bien plus encore, certaines dispositions de ces accords accordant sur le papier des prérogatives allant au-delà de ce que l’on pourrait qualifier d’exorbitant, l’avocat lui-même avoue ne plus rien comprendre tant il nage en pleine irrationalité. Tout en exposant quelques-unes des clauses ahurissantes, il n’a cessé de demander à ce que les autorités tunisiennes s’expliquent sur leurs sens tellement elles apparaissent politiquement et économiquement inconcevables. Si, en effet, le sens juridique des mots semble souvent limpide, leur portée nous fait entrer en pleine irrationalité. Sauf à envisager l’inenvisageable : l’aliénation d’une portion de la richesse nationale en la forme d’une portion extensible du territoire tunisien, y compris l’aliénation de la souveraineté de la nation tunisienne sur cette même portion du territoire : rien que ça ! Jamais, peut-être, le journaliste de Canal du Dialogue n’a autant éprouvé le besoin de la présence d’un représentant du gouvernement tunisien pour porter la contradiction à l’exposé de l’avocat pour dire « non …non, ce n’est pas du tout cela …, il y a un grand malentendu ». Et c’est un sentiment partagé par le téléspectateur tant le contenu des concessions accordées à Sama Dubaï s’avère effectivement inconcevable. Dès le début de l’entretien, les révélations de l’avocat sont si assommantes que l’on a cette fausse impression qu’il est directement allé à ce qui paraît comme le plus choquant. Et puis les minutes défilent et, avec elles, les révélations les unes plus incroyables que les autres abasourdissent le citoyen téléspectateur. Et je vous avoue que l’exposé est si cauchemardesque qu’à de nombreuses reprises je me suis demandé « mais quand maître Laouini va-t-il s’arrêter ?». Mais le cauchemar des révélations va s’éterniser sur près de 40 minutes (1 h 6 min 26 s à 1 h 46 min 30 s). Je n’ai plus rien à dire, Je vous laisse sombrer à votre tour dans ce cauchemar. PS : SVP si quelqu’un a eu entre les mains les documents de ces accords, qu’il les poste. Astrubal, le 23 septembre 2007 http://www.nawaat.org http://astrubal.nawaat.org   (Source : Forum « Taht Essour” de nawaat.org, le 23 septembre 2007) Lien : http://www.nawaat.org/forums/index.php?showtopic=14959


 

How did Suha Arafat amass all these millions?

 
Khalid Amayreh There have been consistent reports that Suha Arafat, widow of the late Palestinian leader Yasser Arafat, has withdrawn tens of millions of dollars’ worth of investments from Tunis, prompting the Tunisian authorities to strip her of the Tunisian citizenship. Some news agencies reported mid-August that Suha’s investments in Tunisia were estimated to be in the vicinity of $40 million. Well-connected sources in Ramallah have intimated that Suha Arafat “inherited” hundreds of millions of dollars registered under her deceased husband’s name in several European banks. The vast bulk of the money is believed to have belonged to the Palestine Liberation Organization (PLO). This writer sought to raise this subject with several Palestinian officials in Ramallah. The officials agreed to speak rather reluctantly and only on condition of “anonymity” citing the “sensitivity of the subject.” I spoke to one veteran official in Ramallah, who I was told is responsible for dealing with “the issues of administrative and financial corruption.” The man didn’t ask for anonymity, but I have opted to not mention his name lest he be physically harmed by the gurus of corruption or fired from his job. M.A. (his initials) said he was well aware of the “subject” and would love to see “real journalists dig for the truth.” “You know and I know that this is the Palestinian people’s money. These millions didn’t belong to Yasser Arafat, they belong to the Palestinian people. Besides, the fact that these millions were embezzled or arrogated four or five years ago doesn’t mean that it is hopeless or too late to set the record straight. “On the other hand, we can’t just indict Suha Arafat or anybody else based on rumours and unsubstantiated reports.” M.A. said the first culprit in this issue is the Palestinian Legislative Council, which he said should have placed the subject on the top of its agenda from the very inception. “I don’t know why they didn’t discuss the subject. I think the failure to discuss this paramount matter amounted to a breach of trust and betrayal of the people.” I confronted Hasan Khreishe, deputy-speaker of the Palestinian Legislative Council, with these serious accusations and asked him what he knew about Suha Arafat’s alleged millions. Khreishe, speaking cautiously and circumspectly, said the Legislative Council didn’t start an investigation into Suha Arafat’s wealth because “we didn’t have credible evidence warranting launching an investigation.” I asked the veteran MP, who in 2003 headed the investigation of the so-called cement scandal, if he knew the fate of PLO secret accounts and investment schemes in Palestine and abroad. Khreishe said he didn’t know much and the little he knew came from the media. Asked if he thought the Palestinian government should seek to obtain information from foreign governments, including the Tunisian government, as to details of bank accounts belonging to Arafat’s widow, Khreishe said “this is the government’s business, not ours.” When further asked if he would press the Palestinian government to ask foreign governments for information on Suha Arafat’s financial details, Khreishe sought to evade the question, saying that “this matter is more judicial than legislative, and that the ball was in the media’s court to produce concrete evidence incriminating Suha Arafat. “Two hundred million dollars” Very few people were aware of Yasser Arafat’s financial assets during his lifetime. One of these was Muhammad Rashid, the late Palestinian leader’s economic advisor, who is now living in Cairo. Rashid has consistently refused to give details of Arafat’s secret bank accounts and other assets, saying he would report only to the Palestinian Authority. According to an al-Jazeera report a few years ago, Arafat had written a will leaving some of his fortune to his wife and their daughter, Zahwa. However, other reports said Arafat left no will, leaving most of his fortune in the hands of Rashid and Suha. However, it is uncertain if Rashid behaved single-mindedly with Arafat’s financial empire, or if he “settled things” quietly with Suha following Arafat’s death. At the time of his death, Arafat’s assets were estimated at $200 million by the Forbes magazine. Forbes listed him ninth in its ranking of the world’s wealthiest heads of state, even though he was a ruler without a country and many of his people were (are) suffering from abject poverty. Other sources, including the American Central Intelligence Agency (CIA), put Arafat’s fortune at $6 billion, a figure exaggerated according to several PLO figures I have talked to. Suha Tawil, 30 years younger than Arafat, married the PLO leader in 1992 in Tunisia where she worked for the PLO headquarters in Tunis. Suha returned with Arafat to Gaza where the couple lived alternately in Gaza and Ramallah. However, in 2001, she took their child, Zahwa, to Paris, where they continued to live until late 2005, when they moved to Tunis. Suha lived a lavish and luxurious life in the French capital where it was rumoured that the money she spent per month would cover the basic needs of 5,000 Palestinian refugees in a place like Jabalya in the Gaza Strip. In 2004, the French authorities began investigating the transfer of $11.5 million from Swiss bank accounts to accounts in France controlled by Suha Arafat. Then Suha reportedly lambasted the French authorities for ordering the investigation. “What is so strange for the Palestinian president to send any amount of money to his family and his wife, who is protecting the Palestinian interests abroad, and the money came and will come legally?” Suha was quoted as saying during an interview with the London-based Saudi-financed al-Hayat Arabic newspaper. Following Arafat’s death in November 2004, and wishing to settle “the problem” with Suha quietly, Palestinian Authority leaders, e.g. Fateh leaders, reportedly struck a deal with Suha whereby she agreed to receive a large amount of Arafat’s fortune as well as a monthly stipend of tens of thousands of dollars for the rest of her life, all in return for shutting her mouth. While the exact details of Suha’s present fortune are still not known, it is very likely that the bulk of her assets has been arrogated from monies that belonged to the Palestinian people. Suha was not known as a businesswoman and she didn’t hail from a particularly rich family. Her mother, Rimonda Tawil, published a weekly magazine in East Jerusalem called al-Awda, which was financed by the PLO. And she inherited very few assets from her father. So, how did she amass all this wealth, all these hundreds of millions of dollars? In simple English, it seems we are talking about a huge theft by every conceivable standard of logic. I know that a suspect is innocent until proven guilty. However, in this case, the guilt screams to the seventh heaven. People don’t just make hundreds of millions that easily and in such a short period of time. Besides, Yasser Arafat’s bank accounts, secret or otherwise, didn’t belong to him personally but to the Palestinian people. More to the point, the late Palestinian leader, with all due respect to his struggle for freedom and statehood, had no right to leave hundreds of millions or tens of millions of dollars to his wife and daughter. These millions were not his. They belonged to the people. Hence, it is imperative that the Palestinian society raise the issue and exert meaningful pressure on government officials so that they immediately order a full and comprehensive investigation into Suha Arafat’s finances. The people of Palestine have every right to know where every cent of Suha’s millions came from, and if a genuine investigation is carried out and incriminating evidence is obtained, then the PA will have to seek her extradition so that she will stand trial for corruption and embezzlement of the Palestinian people’s money. This is a test case not only for the Palestinians resolved to fight corruption, but also for the seriousness of our quest for independence and statehood. After all, corrupt politicians who cover up corruption and protect the grand thieves can’t be entrusted with the fate of the people and the country. (Source: Palestine Times (Quotidien – Palestine), le 5 septembre 2007) Lien : http://www.ptimes.org/main/default.aspx

 

Polémiques et tensions autour des expulsions d’étrangers Dans le Gard, la politique Hortefeux fait des vagues

 
Le durcissement de la politique d’expulsions de sans-papiers dans le Sud de la France entraîne des polémiques nourries et une tension croissante dans certains départements… par Tijani B.                                                                                                               A Nîmes dans le Gard, trois sans-papiers originaires de Tunisie se sont évadés du centre de rétention administrative (CRA) le dimanche 16 septembre. Ils étaient retenus dans ces locaux dans l’attente de leur expulsion. L’information n’a été rendue publique qu’à la fin de cette semaine. Ces ressortissants tunisiens seraient parvenus à démonter une fenêtre avec leur brosse à dents avant de prendre la fuite. Cette évasion a ravivé les tensions dans ce département du sud de la France où un CRA a ouvert en juillet dernier. D’une capacité de 128 personnes, ce centre monte progressivement en puissance sur fond de vive polémique au tribunal de grande instance de Nîmes, chargé d’examiner, en plus du tribunal administratif, la situation des sans-papiers. Une éviction très contestée Ainsi, au TGI de Nîmes, le changement de fonctions du magistrat chargé notamment du contentieux étrangers a suscité de nombreux commentaires dans le monde judiciaire. Ce juge des libertés et de la détention (JLD), qui occupait ce poste depuis quatre ans a été, brusquement, retiré de cette fonction contre sa volonté. Un nouveau JLD a donc été installé début septembre. L’éviction du juge Jean-Pierre Bandiera a provoqué des réactions en cascade au palais de justice de Nîmes où beaucoup de magistrats et d’avocats voient dans cette décision une dimension hautement politique s’apparentant à une purge. Parallèlement, les avocats du barreau de Nîmes ont engagé une bataille procédurale estimant que dans de multiples cas, les libertés fondamentales n’ont pas été respectées, notamment à cause des délais jugés trop longs pour que la justice décide du sort des personnes interpellées. C’est le juge des libertés qui doit décider de la régularité de la procédure d’expulsion et dire ou pas si une personne doit être maintenue en rétention, assignée à résidence ou remise en liberté. Tout récemment et dans la plupart des cas, le nouveau JLD a validé les procédures d’expulsion initiées par le préfet du Gard, Dominique Bellion. Lequel aux côtés de dix-huit autres préfets, a été convoqué le 12 septembre à Paris par le ministre de l’Immigration, Brice Hortefeux, qui leur a rappelé que les objectifs d’expulsion n’avaient pas été atteints. Une bataille judiciaire acharnée Dans le Gard donc, le climat est particulièrement tendu s’agissant des arrestations. La bataille judiciaire menée par les avocats et les associations, s’est poursuivie le 19 septembre devant la cour d’appel de Nîmes qui a relâché la plupart des personnes maintenues en rétention par le nouveau juge Jean-Michel Oulès. La cour a en effet estimé que les libertés publiques n’avaient pas été respectées. Ce dimanche 23 septembre à Nîmes, un nouvel événement s’est produit au CRA avec la tentative de suicide d’un sans-papier, qui a relancé la polémique sur les conditions de traitement de ces personnes. Sans que soit contestée la politique suivie, ce sont les méthodes adoptées qui ne semblent pas toujours dignes d’un pays de droit. (Source : www.afrik.com, le 24 septembre 2007) Lien : http://www.afrik.com/article12532.html

 


 

Home – Accueil الرئيسية

 

أعداد أخرى مُتاحة

18 avril 2005

Accueil TUNISNEWS 5 ème année, N° 1794 du 18.04.2005  archives : www.tunisnews.net الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين: بيــان لجنة الدفاع

+ لمعرفة المزيد

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.