الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

7mars07f

Home - Accueil - الرئيسية

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس

Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.

Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
7 ème année, N° 2480 du 07.03.2007
 archives : www.tunisnews.net
Luiza Toscane: Solidarité avec la famille Ghali
Abdo Maalaoui: SOS Professeur Moncef BEN SALEM … Le mort  ….
Antoine Sanfilippo: Réponse à " Je me suis mordu tout seul, et si je m’appelais Samy Sarkozy ? "
Youssef Seddik: The last Su'lûk
Stop au déni !  plus que jamais, solidarité entre toutes les femmes ! Commun iqu
AFP: Un vaste projet de mise sur écoutes fait dresser des oreilles en Suède

Solidarité avec la famille Ghali
 

Yasser Ghali

Le tribunal de Première Instance de Tunis a prononcé mardi 6 mars 2007 une peine d’emprisonnement d’un an ferme à l’encontre de Yasser Ghali, en vertu des dispositions du Code pénal. Le chef d’inculpation : réunions illégales, a semé la stupeur chez les siens qui savaient Yasser suivi depuis des années par les services de sécurité, une surveillance incessante, collante, ostentatoire. Comment dans ces conditions tenir des réunions, de surcroît interdites ? Les siens espéraient aussi une sentence plus légère d'autant que personne n'avait été en mesure, lors des audiences précédentes, de confirmer sa présence lors des dites réunions et ils ont été atterrés par la lourdeur de la peine. Yasser Ghali a fait appel de sa condamnation et a rejoint la prison de Mornaguia.
Yasser Ghali, né en 1978 à Sousse, avait été kidnappé sans autre forme de procédure le jeudi 18 janvier, puis avait disparu trois longues semaines avant d’être retrouvé, incarcéré à la prison de Mornaguia.
C’est une famille effondrée qui a accueilli la sentence. Yasser Ghali n’est autre que le frère d’Hédi Ghali, lui-même incarcéré depuis seize longues années, en vertu d’une condamnation à l’emprisonnement à perpétuité prononcée par le tribunal militaire de Bouchoucha en août 1992.


Luiza Toscane
Pour exprimer votre solidarité avec la famille Ghali, écrivez à : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.


 
SOS Professeur Moncef BEN SALEM … Le mort  ….
Abdo Maalaoui
Montréal / Canada
 
Frère Professeur Moncef Ben Salem, du fond de mon ESPRIT je t’offre ceci ….
 
J'ai lu et relis votre courriel plusieurs fois pour essayer de comprendre POURQOUI un humain désire briser un autre être humain ? Pourquoi un musulman veut détruire un autre musulman ? Comment un tunisien peut oser bousiller un autre tunisien ? Comment un État de droit comme la Tunisie peut autoriser des agents de sécurité de commettre des actes inhumains ? Et comment un agent de sécurité qui a fait serment devant Dieu et les officiels de la République de protéger le citoyen, il ose aujourd’hui accepter des ordres incompatibles à sa mission ? Est-il l’agent de la République ou l’agent de sécurité des hommes au pouvoir
 
Pourquoi, nous les tunisiens, nous sommes tombés aussi bas ? Comment un bon peuple aussi accueillant, aussi généreux, aussi valeureux accepte d’assister à une corrida dont le taureau  à abattre n’est pas un animal mais un humain en chair et en os qui peut-être  notre propre père, mère, frère, sœur et enfant ?
 
Décider de tuer à petit feu le professeur Ben Salem, le gouvernement tunisien veut nous montrer QUOI ?
 
Je ne suis pas islamiste, ni communiste, ni capitaliste mais à force de voir et d’entendre ces bêtises humaines, je suis devenu un révolté qui crie et qui supplie les humains d’arrêter ce calvaire.
 
J’arrête de demander  les hommes au pouvoir de mon pays de mettre fin à cette barbarie ! Parce que ca m'a coûté 17 ans d'exil de ma vie !
 
Je tourne vers Allah, je prie et je lance un cri au Seigneur créateur de l’Univers, le Seigneur créateur de l’homme et tous ce qui est entre le ciel et la mer, le Seigneur qui a donné la PAROLE à notre prophète Mohamed afin de nous sortir de la souffrance, de l’errance et de l'ère du clavaire.
 
Je prie le Seigneur qui a tout le pouvoir de mettre fin à ce couchemar dont vivent ses enfants sur la terre de Tunisie. Seigneur nous avons oublié que la Tunisie qui est aussi l’abri de la douzième tribu des enfants d’Israël. Seigneur, as-tu oublié que nous sommes les enfants d’Abraham et d’Ismaël avec qui : Seigneur tu as fait une Alliance de veiller sur nous jusqu’au jour du jugement.
 
Avec le pouvoir du Seigneur, il nous reste frères et sœurs tunisiens que la prière et d'avoir la  foi de la fin (the end) de la tyrannie satanique de ce pouvoir tunisien maléfique.
 
Prions ensemble encorne : Seigneur que le cœur des tunisiens change, il est écrit dans le Coran que tu réagiras !  Seigneur j’ai eu toujours la Foi en toi ! Seigneur, j’étais mort à Njolé (Gabon), lors de mon terrible accident, à la dernière seconde je t’ai demandé de m’accorder encore la vie et tu la fais ! Moi qui étais longtemps athée et mécréant ! Comment aujourd’hui, je peux ne pas témoigner devant mes frères et sœurs perdus de ta grâce. Ils ne savent pas Seigneur que tu as le pouvoir de nous octroyer la vie ou la mort. Tu es le Seigneur de l’amour et non le Seigneur de la haine, tu es le Seigneur de la justice et non le Seigneur de l’oppression, tu es le Seigneur qui a créé Adam aux Jardins d’Éden et non à l’Enfer
 
Seigneur je sais que ta colère est grande et ton châtiment est fort, Seigneur, nous connaissons d’autres régimes qui sont devenus presque des Dieux de l’Homme. Seigneur,  il est écrit qu’il y a un Seul Dieu et que  tu n’accepteras jamais aucun associé à Toi sinon ta colère envahi les mécréants. Tu nous as montré dans le Coran plusieurs histoires, telles que celles : Pharaon, de Lot, et consorts. Le temps récent nous a relaté l’histoire d’Hitler, Staline, Shah, Somoza, Bokassa, Mobutu, Med IV, Saddam, et d’autres
 
Seigneur, je ne souhaite aucun mal à nos dirigeants, pardonne leurs méfaits, ils sont ignorants, ils n’ont rien compris du Coran ! Seigneur donne le courage à nos Imams afin qu’ils sortent pour les faire découvrir la beauté de la vie et extirper de leur cœur la culture de la méchanceté.
 
Seigneur je te prie mille fois, de trouver une solution à ton fils Ben Salem, Seigneur c’est assez ! il ne peut plus résister ! Seigneur ne laisse pas le pouvoir maléfique le tuer, Seigneur ca sera la victoire du Satan… Seigneur, je te prie de libérer Ben Salem afin de montrer ton pouvoir à mes frères et sœurs tunisiens mécréants … que Tu es présent ! Je t’implore au nom de ton fidèle prophète Mohamed de nous démontrer que tu n’as pas oublié que nous sommes tes faibles et fidèles enfants !
 
Le crime que Ben Salem a commis est de croire à ton Coran, il a cru que le pouvoir  sur terre devrait être selon ta volonté et ta voie parce que tu es le chemin. Seigneur tu as ordonné au grand Moise de sortir son peuple de l’oppression et de l’esclavage, tu lui a ordonné de traverser le désert durant 40 ans pour amener son peuple à l’abri de la tyrannie, tu lui as montré le chemin à prendre, il t’a obéit malgré les souffrances qu’il avait supportées, il est arrivé à destination et il a montré à son peuple la terre promise.
 
Seigneur nous sommes les descendants d’Abraham, de Moise par l’affiliation d’Ismail :
 
Seigneur notre terre promise est la Tunisie, nous n’avons pas d’autres lieux où se réfugier, même si je suis de la diaspora mais mon cœur est brisé de ce qu’il se passe dans mon pays. Béni les cœurs vaillants et souffrants parce que je sais Seigneur qu’après la nuit pointera le jour, après l’hiver arrivera le printemps, après la souffrance naîtra la joie et nous serons de nouveau un peuple uni, fraternel et béni et Ben Salem naîtra, ses connaissances et son savoir nous enrichiront…. 
 
Seigneur je te prie, je te prie, je te prie que ta Parole envahi le cœur et l’esprit de nos dirigeants, de nos agents et de mes frères et sœurs tunisiens sanguinaires qui sont tombés dans les griffes de Satan. Seigneur, le mal est devenu plus grand et plus présent. Seigneur délivre nous !!! Seigneur ait pitié de nous !!! Seigneur au nom de ton fidèle messager Mohamed agit ! Agit ! Agit !  Amen ! Amen ! Amen !
 
Abdo Maalaoui
Montréal / Canada

Réponse à " Je me suis mordu tout seul, et si je m’appelais Samy Sarkozy ? "

Par Sami Ben Abdallah
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

Suite à la publication de "  Je me suis mordu tout seul, et si je m’appelais Samy Sarkozy ? " (http://www.tunisnews.net/26fevrier07f.htm ), j’ai reçu plusieurs réactions. Celle de M. ANTOINE SANFILIPPO mérite d’être publiée car elle traduit un certain état d’esprit qui commence à gagner la France.

"J'ai vu et lu ton histoire du chien , mais tu vois je te trouve que tu exagère vraiment en parlant de SARKOSY d'ailleurs ton exagération au sujet du chien qui ta mordu et que tu t'ai rendu compte que tu avais du sang , mais alors tu ne la pas sentie il a pas du te faire trop de mal quand même autrement tu aurais crier fait quelque chose tu t'est simplement rendu compte que ton pantalon était déchiré et que tu saigné.

En revenant a SARKOSY tu lit trop les conneries du canard enchaîné et autre en France on a une liberté extraordinaire un sentiment de sécurité pour nos soins immensément extraordinaire, je suis allé en Tunisie il y a 3 mois pour affaires ,alors j'ai vue quoi des le Pen partout a peine tu bouges une oreille tu est au poste , moi je serai heureux d'avoir une telle sécurité en France je ne critique pas la Tunisie loin de la , Ben Ali a une certaine façon de gouverner mais il ne se passe rien je suis aller dans le souk a Tunis tard la nuit pas de problèmes , simplement tu viens en France tu écoute pierre Paul et comme chez toi tu ne peut pas t'exprimer alors tu critique qui SARKOSY mais tu vois lui il est pas contre l'islam mais il veut des vrais imam pas des salopries qui passent dans les cités et qui sèment la haine il est prêt a faire construire des mosquées enfin tout le contraire que tu penses toi et tes ragots en tout cas ce qui est dommage vois tu c'est que cette génération de gamin de 18 20 ans ne respectent plus rien.

Je suis née a Bizerte en 1947 et quand on est arrivé en France personne avait cette haine indescriptible en 1958 mes frères par ce que je pense toujours que vous êtes des frères a cette époque on entendait pas parler de l'islam comme ça jamais , enfin rouia sache que c'est SARKOSY qui sera président c'est sine qua none en face il a que des ploucs.

VIVE LA TUNISIE MON PAYS QUE J'ADORE "

ANTOINE SANFILIPPO


The last Su'lûk   الصعلوك الأخير

Préface des « Rendez-vous à Jehenne » de Taoufik Ben Brik. Contes poétiques, édition bilingue, Dar El kaws, Beyrouth, 2007

Par Youssef Seddik, philosophe et anthropologue

Quand j’ai demandé à Taoufik Ben Brik quel poète de France ou des Navarre d’Europe a-t-il aimé et le mieux fréquenté, histoire de trouver « le juste ton » pour un rendu français digeste de ce recueil écrit en arabe classique, il m’a donné en guise de réponse une première clef : « C’est Rimbaud… Arthur Rimbaud à l’instant précis où son Bateau ivre a accosté avec sa gueule de bois dans le silence d’Aden, quand l’auteur de Voyelles n’a plus rien dit. Pour moi, a-t-il ajouté, il est là son vrai poème ! »

Poète, Taoufik Ben Brik ? Qui, devant une telle réponse pourra en juger ? Je m’en vais seulement ici conter ce qui fait, pour nous autres, Arabes de culture islamique, que c’est plutôt le silence du poète en effet, non le poème comme l’avait chuchoté Char, qui reste l’unique « zir », l’antique « amour réalisé » d’un « désir demeuré désir »… Et alors il faut qu’en vérité je vous le dise : par chance ou par malheur, c’est selon, pour les Arabies poétiques, la police des poètes n’est pas de ce monde. Si nos polices politiques savaient lire, elles sauraient qu’il n’y a pas dans notre « génie » de Boileau qui tienne, il n’y a pas de Sainte-Beuve, il n’y a même pas, figurez-vous, de Président… Mais il y a le Coran ! Notre police des Lettres, à nous les Arabes, ne se dit pas huilée comme dans le sottisier qui la définit « efficace » : elle est ointe par Dieu en personne : « Quant aux poètes, décrète le seigneur, dans une sourate qui porte même leur nom, seuls les égarés les suivent. Ne vois-tu pas qu’en tout val ils dérivent, et qu’ils disent ce que point ils ne réalisent… »

Depuis ce bannissement sans appel, la République des poètes arabes reste une vaste léproserie. Quelque chose comme une quarantaine perpétuelle qui frappe ces « dérivants en tout val », tout en les conservant à l’abri des normes, là où ils vont développer d’immondes excroissances, d’innommables tumescences et n’avoir, quoi qu’ils auront développé, rien que leurs yeux immunisés pour « bien » pleurer et la souffrance pour espérer trouver la force de mourir un jour de plaisir.
Tout ce que je dis là, n’importe comment, c’est pour que l’on sache, bon sang, qu’un poète arabe le devient comme Taoufik, dès l’instant où il voue son silence à l’instance sans visage qui annule sa voix, au texte divin qui maudit son inscription dans le graphe, son incursion dans la nuit de la Lettre, ce « métal du diable », comme le dit Niffarî, un immense soufi du Xe siècle… C’est alors que le poète arabe se met à aimer à la passion le Coran. Il en attendra humble et infatigable, tel un parieur du loto, une absolution qui, loin d’effacer son péché, l’accueille et le protège.

Tout poète arabe rêve du fier destin de la sainte catin Marie-Madeleine, face au divin pêcheur venu rendre impossible la lapidation, avant qu’il ne l’étreigne et ne monte avec elle dans sa chambre de pécheresse. Qui pourra dire ce qu’ils se sont dit sans blasphémer ou tout au moins sans déroger à la pudeur ?

Sachant tout cela de l’incomparable sort de la poésie arabe, j’ai lu et traduit les textes que voici dans la pudeur de celui qui ne violera à aucun prix l’intimité de Dieu et de la catin ! Je ne dirai, « pour éclairer le lecteur étranger à cette langue arabe », comme l’exige le détestable rôle du préfacier, que ce que l’auteur lui-même m’a autorisé à dire sur quelques-uns de ses modèles, ses références, ses complices. Rien que de la vraie police ou celle de la critique ne puissent connaître pour autant qu’elles tiennent à le perdre. Auquel cas, tant pis pour elles.

Premier modèle de Taoufik, Abû Nuwâs. Poète de toutes les ivresses y compris celles qui vous fait perdre les boussoles de vos trop humaines limites. Il a titillé des vertiges théologique qu’il a toujours déclarés par ailleurs indignes de « foi » :
« Seigneur ! Admettons que le nombre de mes péchés ait été immense. C’est ce que j’ai su, pardi, que plus grande encore était Ta clémence… »

Mettant l’éternel au pied du mur, rendant futile et « illogique » tout repentir, il a fait de la récidive sa voie royale pour s’en tenir à son éternité à lui, toute faite de plaisirs terriens. Et il communique ainsi à ses compagnons de délices ses dernières volontés :
« Si je meurs enterre-moi sous un cep de vigne
Ainsi ses racines abreuveront encore mes os ! »

L’autre référence arabe de Taoufik parmi tant d’autres aussi « hors norme », c’est ce monstre désigné sous le vocable sauvage de Su’louk…

Mot étrange même dans la langue arabe qui l’a mis au monde, Su’lûk tangue entre toutes les équivoques : héros ou brigand, rebelle ou ermite de l’égotisme, justicier de grands chemins ou violeur de la loi tribale, gueux ou prince, sans doute tout cela à la fois ! Des fellaghas, ils frappent un coup et filent dans la nuit. Impossible de les suivre à la trace, trop mobiles, trop insaisissables. Des Mavericks, ces chevaux sauvages qui s’écartent du troupeau. Des Su’lûk, ces poètes brigands de la Jahilia, ces samouraïs sans maître. Le guerrier japonais est un vassal, le su’lûk, paria qui n’a d’attaches que ses vers qui chevauchent les étendues de la désolation. Et les rares Su’lûk répertoriés dans les manuels scolaires qu’une tradition littéraire hypocrite a daigné nous transmettre répondraient tous de l’honorabilité du rétif dont se pare Taoufik notre contemporain : Ta’abbatta Charra et le grand Chanfarâ pour ne citer que les plus curieux.

Ces deux-là sont dans toutes les nostalgies de Taoufik. Le premier était la calamité de sa mère qui lui a donné ce sobriquet impayable, qui veut dire « [En sortant] il a dissimulé sous le bras la malfaisance ». Le second, le plus grand dans son genre, du haut de sa nudité antique, est la voix du désert, l’espace qui n’attend que « ses éclats de vers » pour dire combien les silences y sont diserts. Devenu paria pour tous « les enfants de sa mère », comme il nous a appelé dès l’ouverture de son hymne à la solitude, il s’est juré, dit la légende qui va le momifier dans les livres scolaires, de tuer cent individus sur le tas du bétail des gens sans histoire. Mais il a été lui-même tué après en avoir occis « seulement » quatre-vingt-dix-neuf ! L’un de ses pourfendeurs, bien plus tard, croyant reconnaître son crâne pouffant du rire franc et définitif des vains triomphes, le piétine, se blesse et passe de vie à trépas. Vœu de poète ne saurait mentir.

Et bien, le lecteur apprendra peut-être dans ces bris de vécu, de vœux impies et d’imprécations que nous conte Ben Brik, que rien n’a changé dans le paysage poétique de ces Arabies essoufflées à force de taire leur silence, qui n’ont même plus, que ce soit à Tunis ou au Caire, à Damas ou à Casa, le désir de border leurs voyous, d’en étreindre l’âme frêle et de l’accompagner jusqu’à sa chambre de pécheresse, après avoir paralysé les bras hideux du premier jeteur de pierre.

(Source : le blog médias (de RSF - France), le 6 mars 2007 à 09h00)
Lien : http://www.leblogmedias.com/archive/2007/03/05/the-last-su-lûk.html#more

Stop au déni !

plus que jamais, solidarité entre toutes les femmes !

Journée de lutte des femmes depuis 1910 et de solidarité à travers le monde, le 8 mars peut être aussi un moment de réflexion sur nos actions et notre cheminement et pour réaffirmer notre engagement féministe pour une réelle égalité entre les femmes et les hommes et pour TOUTES les femmes.

Nous nous inscrivons dans la filiation de toutes les féministes de par le monde qui se sont rebellées et ont revendiqué l’égalité des droits : de Nawal Saadaoui à Simone de Beauvoir, en passant par Manoubia Ouertani, Hubertine Auclert, Houda Chaaraoui, Louise Michel, Nazik al-Abid... Toutes ces figures ont marqué notre trajectoire et contribué à bâtir nos revendications communes : l’autonomie, l’égalité et la liberté.

Nous nous inscrivons également dans les mouvements et associations qui se sont développés depuis les années 1970 et qui se sont situés au croisement des dynamiques des mouvements féministes et de celles des mouvements de l’immigration. C'est ainsi que l'une des premières batailles commune, menée et gagnée, a été celle de l’invalidation du décret Stoléru qui prétendait, en 1977, interdire aux femmes et aux enfants de travailleurs immigrés d'avoir un emploi.

Nombreuses parmi celles qui nous ont précédées étaient partie prenante du mouvement de libération des femmes et y ont œuvré pour rendre visible leur lutte et la faire prendre en charge collectivement par toutes les femmes. Celles qui ont suivi ont repris cette même trajectoire. Les initiatives se sont multipliées avec un même objectif, celui de marquer notre solidarité à l'égard de toutes les femmes et de porter les revendications ensemble, au-delà de nos différences objectives et subjectives et de nos parcours. Les associations ont participé aux nombreuses actions collectives organisées dans ces années-là: meeting avec les femmes marocaines à la suite de la mort, après une grève de la faim en prison, de Saida Menedbi en 1978, ou en soutien aux femmes d'Amérique latine, dans les années 1970, manifestations contre l’apartheid, contre la répression, contre les crimes racistes, à partir des années 1980, en solidarité avec les femmes algériennes et les femmes afghanes…

Citons certaines des associations qu'on a pu voir se retrouver dans ces actions: les Nanas beurs, le Groupe "femmes algériennes", l'EMAF, la Coordination des femmes noires, le Collectif de soutien aux femmes sans papiers, le Collectif femmes immigrées, le collectif féministe contre le racisme, le mouvement des femmes noires, le CERFA, le GAMS, de nombreux groupes femmes, la Maison des femmes, le Collectif National pour les Droits des Femmes et bien sûr les associations signataires de ce texte ...Elles se sont inscrites dans les solidarités, en France avec les migrantes, les exilées, les sans-papiers, pour leurs droits et une aide concrète, contre les lois sur l'immigration qui maintiennent ou produisent dépendance, précarité et également sur le plan international. L'action de terrain au plus près des réalités d'oppressions multiples rencontrées par les femmes les ont amenées à dénoncer les violences (familiales, étatiques, discriminations…), y compris les violences spécifiques dont elles sont victimes (excision, mariage forcé…). Ces thématiques ont toujours été abordées par les groupes de femmes sans aucune stigmatisation des populations et des cultures.

Nos associations s'inscrivent dans cette continuité des luttes et elles n'ont cessé de revendiquer la reconnaissance des droits des femmes, tous leurs droits, dans tous les pays où notre parole peut être entendue, à partir du constat que l'idéologie patriarcale a les mêmes effets partout. Aucune société ne reconnaît spontanément le droit à l'autonomie et à l'égalité. Là où des progrès ont été réalisés, ils sont le résultat de luttes persévérantes de femmes.

Les modes de vie se sont différenciés en fonction de l'histoire des peuples, mais les mêmes constantes se retrouvent : relégation des femmes dans la famille, non partage des tâches domestiques et de soin, confiscation de la parole dans la sphère privée comme dans la sphère publique, utilisation comme objets sexuels à travers les représentations de la publicité et le système prostitutionnel, marchandisation des corps, contrôle de la sexualité des femmes qui génère un enfermement au sens propre et figuré, discriminations à différents niveaux pour la formation, l'orientation, la vie professionnelle, non reconnaissance dans la vie politique, instrumentalisation par les religions et surtout violences dans toutes les sphères….

Les inégalités sociales renforcent ces caractéristiques: les femmes sont plus nombreuses parmi les pauvres, les chômeuses plus nombreuses que les chômeurs…. Le capitalisme néo –neo-libéral, responsable de l’accroissement de la pauvreté et de la précarisation de la population féminine, tente de transformer les femmes en consommatrices dociles et de les utiliser comme un volant de main-d'œuvre malléable, en s'appuyant sur le patriarcat.

En promouvant l'illusion du choix, le libéralisme tente d'enterrer la véritable autonomisation, la liberté réelle pour les femmes de décider de leur vie. En ne laissant des marges de choix qu'aux femmes des couches les plus privilégiées, il isole et divise.

Les femmes migrantes et immigrées subissent plus violemment cette situation car à la domination sexiste s'ajoutent les discriminations dues leurs origines et les discriminations "légales" : effets possibles des statuts personnels égalitaires, droits au séjour et droits sociaux dérivés…

Nos luttes contre les statuts inégalitaires et leurs effets discriminatoires en France sont indissociables de notre revendication d’un statut juridique autonome des femmes migrantes, notre soutien aux femmes sans papiers, demandeuses d’asile et réfugiées vise à la reconnaissance des violences spécifiques dont elles sont l’objet.

En menant ces luttes, nous nous sommes inscrites dans le combat plus large des groupes féministes pour le respect des droits. Nous savons que tout progrès dans un domaine, dans un pays est un soutien pour toutes où qu'elles vivent et en cela notre combat est universel.

C'est aussi la raison de la solidarité que nous avons exprimée à l'égard des femmes d'Afrique du sud, des femmes palestiniennes, des femmes afghanes, celle pour laquelle nous avons participé aux forums internationaux : Forum social européen, Forum social maghrébin, Marche mondiale des femmes contre les violences et la pauvreté.

L'oppression peut prendre des formes différentes suivant les pays, mais le patriarcat sévit par delà les cultures et les traditions. Aucun repli communautaire ne saurait y répondre : il reviendrait à accepter l'oppression de son propre groupe.

Décider de "choisir" celles dont les droits valent d'être défendus "à part" conduit à une impasse. Nier les luttes menées au fil des décennies, opposer les femmes les unes aux autres en fonction de leur histoire, "les féministes blanches", "les occidentalisées" (en n'hésitant pas à reprendre l'appellation utilisée par certains hommes politiques des pays du sud opposés à l'égalité) d'un côté, "les indigènes" de l'autre, ou encore , pour d'autres, ne retenir que les revendications correspondant à l'air du temps et préférer la médiatisation à l'action, ne peut que faire le jeu de ceux des politiques qui, dans la situation économique actuelle, veulent utiliser encore davantage la main-d'œuvre féminine comme main-d'œuvre d'appoint, exercent de nouvelles pressions pour le retour au foyer au nom de supposées préoccupations démographiques : Ils n'hésitent pas à stigmatiser l'immigration responsable de tous les maux pour opposer les uns, et les UNES aux autres…. Le déni des luttes historiques, le discours et les pratiques de division du mouvement féministe, le sectarisme, ne font que renforcer un système politique et économique qui entretient les inégalités et s'appuie cyniquement sur l'idéologie patriarcale.

Aujourd’hui aucun groupe ne peut s’approprier la fonction de porte- parole. Les femmes se sont battues durant des siècles contre la confiscation de leur expression. Ce n’est certainement pas en jouant le jeu du communautarisme ni celui de l’instrumentalisation, qu’on arrivera à bâtir un monde égalitaire mais en nous rassemblant autour de la construction de l’égalité effective qui ne souffre d’aucun compromis, ni aménagement.

- C'est ensemble que les femmes doivent se mobiliser contre les obstacles à leurs libertés, qu'ils soient d’ordre social, économique, légal, coutumier ou religieux,

- C'est ensemble, en toute autonomie, qu'elles doivent lutter contre les discriminations sexistes, lesbophobes, racistes, contre la reproduction des rôles traditionnels dans la famille et l'ensemble de la société, contre la domination de genre,

- C'est ensemble qu'elles doivent se retrouver, quelle que soit leur histoire, pour une réelle égalité entre les femmes et les hommes, entre françaisEs et étrangerEs, pour les libertés individuelles et collectives.

Mars 2007

Association de Solidarité avec les Femmes algériennes Démocrates (ASFAD), Association des Tunisiens en France (ATF),

Association pour l’Egalité devant la Loi (APEL),

Pluri-elles Algérie, …

 

Un vaste projet de mise sur écoutes fait dresser des oreilles en Suède

Par Pia OHLIN
AFP, le 7 mars 2007 à 06h53
STOCKHOLM, 7 mars 2007 (AFP) - Un vaste programme de mise sur écoutes concocté par le gouvernement suédois pour lutter contre une menace extérieure suscite une levée de boucliers en Suède où les critiques voient se profiler un Etat "Big Brother".
Le projet de loi, qui sera soumis au parlement jeudi par le gouvernement de centre-droit du Premier ministre Fredrik Reinfeldt, permettrait à l'Agence d'écoutes militaires (FRA) d'élargir considérablement son champ d'action en lui donnant la possibilité d'intercepter toutes les communications, téléphones ou internet, en provenance ou en direction de la Suède.
Actuellement, la FRA, son acronyme en suédois, a essentiellement un rôle de surveillance des ondes dans le cadre militaire. Pendant la Guerre Froide, l'agence était l'oreille de la Suède pour surveiller l'Union soviétique.
Le ministre suédois de la Défense Mikael Odenberg souligne que le changement est nécessaire dans le monde actuel où les communications passent de plus en plus par les câbles à fibre optique.
"Il s'agit de collecter des informations pour la sécurité, la défense et la politique étrangère du pays, pour protéger la Suède de menaces extérieures", a déclaré le ministre à l'AFP.
"Nous voulons être capables de détecter très tôt des menaces militaires et aussi contrer les risques terroristes, la menace des armes de destruction massive, les attaques contre l'internet et aussi protéger nos troupes impliquées dans des opérations internationales", a-t-il ajouté.
Si elle est adoptée, la loi entrera en vigueur le 1er juillet.
Les critiques les plus virulentes sont venues de l'ancien ministre de la Justice, Thomas Bodström, un social-démocrate aujourd'hui dans l'opposition.
"Cela équivaut à donner l'autorisation de mettre sur écoute des millions d'appels téléphoniques, de courriels ou d'autres messages", a-t-il protesté quand le projet de loi est sorti des cartons en janvier dernier.
Contrairement à la police, la FRA n'aurait pas besoin de mandat judiciaire pour mettre sur écoute. Une commission parlementaire des affaires de renseignement militaire devrait néanmoins donner son feu vert.
La FRA n'aurait pas le droit de surveiller une personne enm particulier mais procéderait à des surveillances plus larges à l'aide de mots-clés par exemple.
Plus surprenant que les critiques des partis de gauche et des Verts, celles émanant de l'agence suédoise du renseignement, la Säpo.
Le conseiller juridique de la Säpo, Lars-Aake Johansson, a estimé que le projet était "totamement étranger à notre forme de gouvernement".
"Le gouvernement pourrait exercer un contrôle direct dans des domaines où même la police ne peut pas aller" sans cadre juridique, a-t-il averti. Donner un plus large pouvoir au renseignement militaire "pourrait conduire à violer le droit individuel", a-t-il souligné.
La responsable du barreau suédois, Anne Ramberg, n'est pas en reste.
"Si ce projet est adopté, nous allons devenir le pays le plus en pointe dans la surveillance des citoyens", Etats-Unis compris, a-t-elle déclaré.
Un député de la coalition au pouvoir, Henrik von Sydow, a lui-aussi rejoint le camp des critiques, estimant qu'un gouvernement mal intentionné pourrait détourner ce système "pour des buts totalement opposés à ce qui était prévu à l'origine".
Pour amadouer les critiques, le gouvernement pourrait amender le projet en proposant notamment la création au sein du FRA d'un conseil spécial pour protéger les libertés individuelles.
L'opinion publique est partagée. Un sondage en janvier commandité par le gouvernement montrait que 4 Suédois sur 5 étaient favorables à une surveillance accrue des citoyens par des écoutes ou la mise en place de caméras dans les endroits publics.
Mais un autre sondage de l'institut Skop avait en février des résultats opposés, avec 60% des personnes contre toute écoute.

AFP

Home - Accueil - الرئيسية