الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

7juin06f

Home - Accueil - الرئيسية

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس

Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.

Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
7 ème année, N° 2207 du 07.06.2006
 archives : www.tunisnews.net

Committee to Protect Journalists: TUNISIA: CPJ protests media repression
L’Audace: Trabelsi arnaque toujours
L’Audace: Balade a Paris avec des barbouzes du ministre Ganzoui
L’Audace: Ben Ali Baba, les  deux millions de castrés du rcd et de l’impotence des corps constitues
L’Audace: Interpol saisi
Bakchich: La croisière s’amuse
AFP: Attentat de Djerba: l'unique complice du kamikaze jugé mercredi
AFP: Attentat de Djerba: Belgacem Nawar clame son innocence, la défense boycotte
AFP: Liberté de la presse: régression ou avancées fragiles en Afrique du Nord
Reuters: Call centres breathe life into Tunisian job market
La Liberté : Le monde arabe privé de Mondial
AP: Mondial: inquiétude au Maghreb et surtout en Algérie où les téléspectateurs risquent d'être privés de matchs
Nasreddine Ben Hadid: En réponse à Omar S’habou : Dérision ou dé-raison ????
Nour al Houda: Malheur aux vaincus
Intervention de Mourad Dridi au Congrès fondateur d’Alternative Libérale, du 14 mai 2006, à La Cigale
Jeune Afrique: Les privilégiées de la République

 

Committee to Protect Journalists

330 Seventh Avenue, New York, NY 10001 USA    
Phone: (212) 465­1004     Fax: (212) 465­9568    
 Web: www.cpj.org     E-Mail: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
http://www.cpj.org      Contact: Abi Wright   
e-mail : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.        Telephone:  (212) 465-1004 x-105

TUNISIA: CPJ protests media repression
 

The Committee to Protect Journalists notes with alarm in a letter to Tunisian President Zine El Abidine Ben Ali incidents that suggest hostility towards the media, and a failure to defend freedom of __expression. CPJ calls on the government, in light of the president’s message to Tunisian journalists on World Press Freedom Day that freedom of __expression and of the press are “fundamental rights of the individual,” to implement the standards it publicly espouses by releasing jailed journalists and ending the harassment of reporters, writers, and their families.

June 6, 2006
 
His Excellency Zine El Abidine Ben Ali
President of the Republic of Tunisia
Presidential Palace
Carthage, Tunis
Via facsimile: +216 71 744-721 
Your Excellency:
 
We are writing to you as president of a country that is an elected member of the newly established United Nations Human Rights Council, to urge you to uphold the right to press freedom in Tunisia. The Council, which will meet later this month for the first time, is the main U.N. body tasked with promoting human rights. As an elected member Tunisia is required to “uphold the highest standards in the promotion and protection of human rights,” according to the U.N. General Assembly resolution that established the Council.

The Committee to Protect Journalists notes with alarm a series of incidents that suggest hostility towards the media, and a failure to defend freedom of __expression guaranteed by international law.

In particular, we are deeply troubled by the continuing, unjustified imprisonment of Mohamed Abbou, and the harassment of Hammadi Jebali and his family. Abbou and Jebali have been targeted solely for expressing their views.

 Abbou, a human rights lawyer and contributor to Tunisnews, a Web site blocked in Tunisia like several other news and human rights Web sites, was arrested in Tunis by secret police on March 1, 2005. On April 28, he was sentenced to three and a half years in prison because of an Internet article that allegedly “defamed the judicial process” and was “likely to disturb public order.”

 Abbou compared torture in Tunisia’s prisons to conditions in Iraq’s infamous Abu Ghraib jail. We consider the charges against him to be groundless, and in violation of the most basic press freedom standards.

His sentence is particularly troubling given the documented interference of the executive branch in the judiciary. Not only human rights groups but also governments with friendly ties with Tunisia maintain that the judiciary lacks independence. “The executive branch and the president strongly influenced judicial procedures, particularly in political cases,” according to the latest Country Report on Human Rights Practices in Tunisia by the United States Department of State.

Abbou went on hunger strike more than once to protest dire conditions and harassment in prison as well as the intimidation of his wife, whose weekly visits were often arbitrarily ended after two or three minutes.

 Hammadi Jebali, formerly editor of Al-Fajr, the now-defunct weekly newspaper of the banned Islamist party Al-Nahda, was released in February after more than 15 years in prison for publishing an article calling for the abolition of military tribunals, as well as belonging to Al-Nahda. CPJ welcomed his release, but was shocked to find out that he and his family were soon subjected to a cycle of police harassment reminiscent of the harassment imposed on him before his 1991 arrest.

 Jebali told CPJ that plainclothes police are posted in front of his house in Sousse. They follow him everywhere, and harass even friends and relatives. Furthermore, an examining magistrate has recently charged Jebali and his wife with “attempting to bribe a civil servant” while Jebali was still behind bars. The couple is due to appear before the magistrate tomorrow in Tunis to answer what human rights lawyers call a groundless charge.

 There appears to be a widening cycle of repression of journalists in Tunisia as evidenced by the arbitrary imprisonment of Abbou; the harassment of his wife, and of Jebali and his family; and the brief detention on May 11, and again on June 3, of Lotfi Hajji, president of the independent Tunisian Journalists Syndicate, which was prevented in September from holding its general assembly, in violation of Tunisian and international law.

On June 3, a large group of plainclothes policemen forced Hajji, who is also a correspondent for the Al-Jazeera satellite television channel, into a police car at Barcelona Square in Tunis. They drove him to a police station in Bizerte, 37 miles (60 kilometers) northeast of Tunis, and held him there for nearly four hours. The incident occurred after Hajji attended a news conference at the Tunisian section of Amnesty International. Police accused Hajji of “spreading false information likely to disturb public order,” Hajji told CPJ. In a story that ran a day earlier on Al-Jazeera’s Web site, Hajji quoted a statement by a local human rights group about the alleged torture of a Tunisian prisoner, and the alleged desecration of the Quran by a prison official. Hajji was detained in early May for several hours by police who accused him of holding "a secret meeting at his home."

  These incidents of legal harassment contradict the government’s publicly stated commitment to international standards of freedom of __expression and the press, in particular, on the occasion of its hosting in November 2005 of the second phase of the World Summit of the Information Society, an international conference on the future of the Internet, and its assumption in April of a seat on the United Nations Human Rights Council.

 In light of your Excellency’s message to Tunisian journalists on World Press Freedom Day that freedom of __expression and of the press are “fundamental rights of the individual,” we call upon the government of Tunisia to immediately start implementing the standards it publicly espouses by releasing Abbou, dropping charges against Jebali and his wife, and ending the harassment of Tunisian journalists, writers, and their families.
 
Thank you for your attention to these important issues. We look forward to your reply.
 
Sincerely,

Ann Cooper
Executive Director

CC
His Excellency Mohamed Nejib Hachana, Tunisian Ambassador to the United States
The Honorable C. David Welch, Assistant Secretary of State for Near Eastern Affairs
The Honorable William J. Hudson, U.S. Ambassador to Tunisia
American Society of Newspaper Editors
Amnesty International
Article 19 (United Kingdom)
Artikel 19 (The Netherlands)
Canadian Journalists for Free __Expression
Freedom Forum
Freedom House
Human Rights Watch
Index on Censorship
International Center for Journalists
International Federation of Journalists
International PEN
International Press Institute
Michael G. Kozak, United States Assistant Secretary for Democracy, Human Rights, and Labor
The Newspaper Guild
The North American Broadcasters Association
Overseas Press Club
Reporters Sans Frontières
The Society of Professional Journalists
World Association of Newspapers
World Press Freedom Committee

CPJ is a New York–based, independent, nonprofit organization that works to safeguard press freedom worldwide. For more information, visit www.cpj.org.
 
Balade a paris avec des barbouzes du ministre ganzoui

Mercredi 19 avril, il était 20 h 30 à la Gare du Nord, lorsque les malabars de Ganzoui prennent en filature Slim Bagga. L’homme habillé en blouson noir et jeans et l’autre en blouson beige et jeans étaient manifestement sous commande et excédés. Ils parlent de leurs mobiles, ils courent dans tous les sens et Slim les a repérés et leur a fait faire un petit tour à Paris. Terminus : le restaurant « La Botte d’ Italie » sur Les Grands Boulevards, où de 21 heures à minuit 30, nos barbouzes grelottaient pendant que Slim dînait . Un moment, il pensa même leur faire envoyer une pizza.

On savait que les agents de la DST sont des sous-marins.

Avec Ganzoui, nous savons que nos agents incompétents, qui se sont fait prendre comme des enfants sont des barbouzes à la tête dans le cambouis…

Pauvre Tunisie ! Pauvre police !!

(Source: L'Audace numéro 135 -136 ,juin 2006)


Trabelsi arnaque toujours

 
Une société allemande de câblage, installée en Tunisie,  dans une ville du Sahel,  dans le cadre de la loi de 1972 facilitant l’implantation d’entreprises étrangères à récemment faillie fermer ses portes mettant dans la rue 300 ouvriers, donc 300 familles.

De quoi s’agit –il ?

Son directeur qui est Tunisien, a été contacté au mois d’avril par le frère de sa sœur, le mafieux Benhassen Trabelsi, qui lui a proposé un actionnariat. Le directeur tunisien lui a alors répondu qu’il n’était qu’un simple employé chez les Allemands. « Il faut le leur dire », rétorqua le mafieux .

Ce qui fut fait. Mais les Allemands ont refusé un quelconque partenariat arguant du fait qu’ils n’avaient pas besoin des services de M.Trabelsi. Et de poursuivre leurs argumentations en soutenant que, de toutes façons, leurs produits fabriqués en Tunisie sont destinés à l’export et non pas à la consommation intérieure.

A son tour, le directeur de cette usine prévient Benhassen Trabelsi de la décision des allemands. Et c’est alors que le frère de sa sœur s’est emporté en menaçant les industriels étrangers de leur mettre le fisc sur le dos, de casser leur entreprise en Tunisie. « Je leur casserais les reins » a t-il dit.

Prévenus, les Allemands ont pris la résolution de fermer l’entreprise ; ils ont proposé au directeur tunisien un poste au Maroc et lui ont suggéré de licencier les 300 ouvriers non sans leur donner leur droit.

Les autorités locales ont été aussi prévenues.

Ce qui mérite l’attention au cours de cette crise, c’est que le directeur tunisien de l’entreprise allemande a été contacté par un flic qui lui demanda de l’accompagner à l’usine. Il accepte, et, arrivés devant l’entreprise, l’on remarqua  le stationnement de cinq voitures. On demande à ce directeur de grimper dans l’une d’entre elles, et se trouva nez à nez avec le Président Ben Ali.

« Faites en sorte que cette usine ne ferme pas ; dites aux Allemands que le Président s’occupe de votre affaire personnellement, et je suis sensible à toutes les tracasseries que vous avez subies ».

Les Allemands sont finalement restés, et aucun poste n’a été supprimé.

Commentaire : comment faire dans ce pays mafieux pour commenter les abus de la famille régnante ? Faut-il que le Président lui-même monte au créneau à chaque abus ? Est-ce son rôle ? Où est le Préfet ? Où est le ministre du Commerce ?  Où est le ministre de l’Economie ? Où est l’autorité de l’Etat ?

Pas plus de commentaires, aux lecteurs de juger. 
 
Arnaque, encore…
 
Un immigré tunisien a ouvert, il y a peu de temps, un bowling au Lac de Tunis. Son entreprise s’avéra prospère. Imed Trabelsi, le fils caché de sa mère, convoqua alors le directeur et lui intima l’ordre de se mettre en commerce avec lui. En d’autres termes, il lui asséna la proposition de s’associer avec lui. Il faut rappeler que c’est généralement comme cela que les Trabelsi pillent les entrepreneurs prospères : on commence par leur proposer une association malgré leur volonté, et ensuite on les évacue de leurs propres biens.

Toujours est-il que le propriétaire du bowling a refusé. Imed Trabelsi insista en faisant miroiter ses menaces habituelles. « Combien vaut ton bowling ? ». Et l’entrepreneur de répondre : « J’ai investi 3 milliards dans cette affaire (environ 2,5 millions d’euros) »

Le propriétaire compris alors qu’il avait intérêt à récupérer une partie de son investissement et céder la place aus mafieux en vogue. Imed Trabelsi fini par accepter de lui verser 2 milliards de dinards (1,650 millions d’Euros).

Et le bowling appartient maintenant au fils caché de Leila.

Vive les quilles pour ceux et celles qui savent les utiliser.
 
Groupe chimique enfin :
 
Et encore des arnaques…
 
M. Gobta est le représentant du groupe chimique en Inde. Du temps où il était PDG de l’entreprise qu’il a saignée, Kaïs Dali a toujours bloqué les commissions du responsable Indien que ce dernier évalue justement à 1,5 millions de dollars (1,3 millions d’euros).

La contestation du responsable Indien est, par ailleurs, due au fait qu’il n’a jamais arrosé certains cadres du Groupe chimique, et à leur tête l’ancien PDG mafieux Kaïs Dali.

M. Gobta a récemment déposé plainte auprès du nouveau PDG du groupe chimique pour obtenir ce qu’il lui reviens de droit.

Pendant ce temps, comme nous l’avons mentionné dans notre dernière édition de « L’Audace » Kaïs Dali a été promu par les clans mafieux au pouvoir en tant que PDG de l’entreprise pétrolière : L’Etape. Cela doit donner du Kérosène à Laïla Ben Ali lorsqu’elle fait ses courses rue du Faubourg St-Honoré…

(Source: L'Audace numéro 135 -136 ,juin 2006)

BEN ALI BABA, LES  DEUX MILLIONS DE CASTRES DU RCD ET DE L’IMPOTENCE DES CORPS CONSTITUES

Comment un régime disposant d’un gouvernement, c’un cabinet noir, de centaines d’ambassadeurs, de 150 000 policiers en arrive à traiter avec ses opposants et dissidents,  par le biais d’un charlatan et d’un industriel âgé de 28 ans pour les amadouer et tenter de les faire rentrer dans les rangs ?
 
Depuis quand un pouvoir dictatorial mis à l’index par la communauté internationale passe-t-il par des a-politiques pour régler un problème politique? Les laudateurs du régime pourront toujours prétendre que ce pouvoir est une vieille femme usée qui a encore de beaux restes ; et pour cause, puisque des VRP le défendent encore.
 
Nous croyons, pour notre part, que ce régime est véritablement usé, discrédité, y compris par cette opposition qui a semblé pendant de longues années terne, molle et incapable de l’affronter.
 
Trois personnes se sont en effet ainsi constituées en VRP pour tenter d’approcher l’opposition au cours de ces trois derniers mois, en Tunisie et en Europe, leur promettant monts et merveilles, en se disant proches du Président dont le seul souci serait de rassembler et de réconcilier.
 
« L’audace » a naturellement été contactée et nos lecteurs sauront tout en page 8 et suivantes. Dans un souci de transparence, nous leur livrerons tout. D’abord en rappelant à nos lecteurs que ce journal n’est ni à vendre ni à acheter. Il disparaîtrait ou se réadapterait si les prisonniers sont tous libérés un jour et si les opprimés recouvreront leurs droits. Pour le moment rien n’indique que le pouvoir ait l’intention de faire des gestes concrets de nature à desserrer l’étau et impulser un souffle nouveau de liberté et de réconciliation. Ces gesticulations n’ont pour but que de diviser.
 
C’est pourquoi, j’ai cru de mon devoir de n’interroger que les dissidents de la première heure, ceux qui avaient compris dès l’avènement de ce régime que ce pouvoir est imposteur, menteur et manipulateur. Le Professeur Marzouki, le professeur Ben Jaafar, le mouvement Ennahdha, Om Zied et le journaliste militant, Taoufik Mathlouthi n’ont jamais varié de position, contrairement à d’autres qui avaient valsé avec les loups en espérant empocher les dividendes d’une dictature partagée. Ils s’expriment donc sans concession dans ce dossier mensuel (pages 10 et suivantes).
 
Ce que nous voulons en fait c’est d’une Tunisie plurielle et qui soit la fierté du Monde arabe. Nous ne voulons pas de retraite anticipée en contrepartie de moyens financiers émanant de caisses noires. Car cet Etat et son Président, ce régime et les clans dévastateurs qui gravitent autour de lui croient perfidement que chaque homme a un prix. Eh bien non !!! Trois fois non !
 
L’avenir de notre pays nous impose de refuser d’être une simple valeur marchande. Ben Ali, sa femme et ses 2 millions de serviteurs ont déjà causé de dégâts pour notre patrie. Ils sont désormais contestés par 10 millions de Tunisiens qui développent leur haine et leur refus de l’injustice tout en demeurant pour le moment silencieux. D’un autre côté, ce pouvoir insolent qui se dit proche du peuple ne semble pas réaliser que la marmite chauffe. Plus grave : c’est une cocotte minute qui risque d’exploser à tout moment à la face de l’arrogance d’une mafia et de responsables irresponsables.
 
Ce n’est donc pas en dépêchant un industriel auprès de l’opposition la plus irréductible que ce pouvoir s’en sortira ou tentera de retarder sa chute.
 
Bourguiba, en Homme d’Etat, autoritaire certes, mais peu manipulateur ou arrogant, savait reculer lorsque le peuple avait de nouvelles exigences de liberté et d’équité. C’est à ce titre que la majorité le regrette encore 19 ans après avoir été dépossédé du pouvoir et 6 ans après sa mort. Il avait un projet pour notre pays. Or, l’équipe qui gouverne aujourd’hui n’a d’autre projet que de se maintenir et de dilapider, en famille et entre copains et coquins, les deniers de l’Etat. Leur seul salut est de s’en aller et de laisser la Tunisie aux Tunisiens…
 
Ne s’improvise pas successeur de Bourguiba qui veut : le loup est mort et les cloportes n’ont pas fini leur métamorphose…
 
Slim BAGGA   
 
(Source: L'Audace numéro 135 -136 ,juin 2006)
 
Interpol saisi
                    

La police internationale a été saisie début mai du vol d’un bateau appartenant au PDG  de la banque Lazare à Paris. Ce bateau était accosté sur le port de Corse. Grâce à un réseau structuré, chapeauté par la famille Trabelsi, ce bateau a été volé et sa destination en a été le port de Sidi Bou Saïd à Tunis. Ce que les Trabelsi ignoraient, cependant, c’est que grâce à un système GPS, nouvellement mis sur pied, on peut identifier la destination et le cheminement des bateaux. C’est ainsi que le patron français a saisi Interpol. Et Tunis ne peut contrecarrer la procédure. Le bateau, nominé CV 75 princess, avait été bel et bien volé en Corse sur commande de Imed Trabelsi, le fils caché de Leïla Ben Ali (officiellement son neveu), il était en train de le repeindre et d’y organiser des soirées festives lorsqu’ Interpol débarque sur Sidi Bou Saïd. Après les Ferrari volées à Cannes et Monte-Carlo,  dont on change le numéro de série avant de rouler impunément à Tunis, après le trafic de contrebande de cigarettes, la famille mafieuse de la femme du Président vole à présent des bateaux et fait honte à la Tunisie.

(Source: L'Audace numéro 135 -136 ,juin 2006)
 
 
La croisière s’amuse

mercredi 7 juin 2006 par Ignacio Manga

La famille Trabelsi dispose d’un nouveau joujou, un yacht de milliardaire ! Seul petit souci, la bicoque appartient à un grand banquier français...
Un superbe joujou est arrivé dans la baie de Sidi Bou Saïd, la station balnéaire de Tunis, mi-mai : un yacht, modèle princesse V58 qui coûte « plus de 1 millions d’euros, mesure 18 mètres et ‘’trace‘’ grâce à ses deux moteurs de 900 chevaux », décrit le Canard Enchainé du 7 juin. Flambant neuf et majestueux, la bicoque est devenu l’attraction majeure du port, une étape obligée lors des sorties familiales. Mais comme le révèle le Canard, la petite barque est arrivée du côté de Carthage sans l’aval de son propriétaire. Bruno Roger, l’éminent patron de la banque d’affaires Lazard Frères, s’est fait dérober son bateau dans le port de Bonifacio, en Corse-du-Sud voilà un mois.
Mais qu’il se rassure, Bakchich a appris que son humble navire est entre de bonnes mains. Acheminé par deux skippers français jusqu’à son nouveau lieu de mouillage, il a rapidement trouvé preneur. Ni plus ni moins qu’un membre du clan Ben Ali. En l’occurence, Imad Trabelsi, le neveu de la toute puissance Leïla, épouse du président tunisien. Le nouveau propriétaire du bateau est d’ailleurs tout fier de son nouvel achat. Selon les témoins, il a paradé à la barre du yacht les trois dernières semaines. Prudent, l’ami Imad s’est cependant adjoint les services d’un ancien officier de la marine national tunisienne pour maîtriser une bête dont il raffole.
Petits arrangements entre amis
Les enquêtes conjointes des pandores français et de la compagnie d’assurances de Bruno Roger ont mesquinement interrompu ses promenades : le yacht a été mis sous scellé en attendant de savoir s’il sera rendu à son propriétaire. Au désespoir, le neveu de Leïla la coiffeuse a noyé son chagrin dans l’alcool et a juré que « si le bateau quitte la Tunisie », il le brûlera. Il serait dommage d’en arriver à une telle extrémité. Fort heureusement, les rapports entre la France et la Tunisie sont au beau fixe. Et une solution commence à faire son chemin. L’Etat tunisien serait prêt à racheter la bicoque chapardée à son propriétaire français, Bruno Roger qui, une chance, est un proche de Jacques Chirac... En échange, de nombreuses facilités pourraient être offertes au groupe Lazard, s’il lui venait à l’idée d’installer une succursale à Tunis. Qui sait, Imad Trabelsi l’emmènera même peut-être faire un tour sur « son » yacht.
 
(Source:Le site Bakchich le 7 juin 2006)
 

الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات
 
Association Tunisienne des femmes democrates
67، شارع الحرية 1002 تونس   -  ص ب 107 حي المهرجان 1082 تونس
67, Avenue de la Liberté 1002 Tunis Tunisie / BP 107 Cité Mahragène 1082 Tunis Tunisie.
Tél: (216)71 831135 Fax: (216) 71 83152  Email : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 
Invitation

L'Association Tunisienne des Femmes Démocrates a le plaisir de vous inviter à la séance d'ouverture de son 7ème Congrès  sous le mot d'ordre  :

" Pas de citoyenneté sans égalité
et pas de démocratie en l'absence des libertés"

et ce  le vendredi 9 juin 2006à 18h au local de l'ATFD sis 67, Avenue de la Liberté 1002 Tunis.
      
   
Est prévue au programme une manifestation culturelle avec de la musique et de la poésie.
Nous vous transmettons nos vives salutations.
 
P. Le Comité Directeur
La Présidente  Ahlem Belhaj
 
ATF
INVITATION
 
 
Notre camarade et ami, Monsieur Mohamed JOUINI, ancien Secrétaire Général co-fondateur de l’ATF, a été nommé Professeur des Universités françaises.
A cette occasion, le Bureau Nationalde l’ATF vous invite à la réception qui sera organisée en son honneur,

Le 10 juin 2006 à 19 h 00.
Au siège de l’ATF : 130, rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris

M° Poissonnière, ligne7, Gare du Nord et Barbès

le Bureau Nationalde l’ATF
 
 
Attentat de Djerba: l'unique complice du kamikaze jugé mercredi

 AFP, le 7 juin 2006 à 12h29
TUNIS, 7 juin 2006 (AFP) - Le Tunisien Belgacem Nawar, qui risque la peine mort pour participation à l'attentat de Djerba (sud) en 2002, a nié les charges retenues contre lui, à la reprise de son procès mercredi devant le tribunal de première instance de Tunis, a constaté un journaliste de l'AFP.
 
Quatorze touristes allemands, cinq Tunisiens et deux Français avaient été tués dans l'attentat, revendiqué par le réseau terroriste d'Al-Qaïda d'Oussama Ben Laden.
 
Belgacem Nawar est accusé notamment de "complicité d'assassinat avec préméditation" avec son neveu, Nizar Nawar, le kamikaze mort carbonisé dans le camion-citerne qu'il avait fait exploser le 11 avril 2002 devant la synagogue de la Ghriba dans l'île de Djerba.
 
Unique accusé en Tunisie, Belgacem Nawar, 43 ans, risque la peine de mort.
 
Interrogé brièvement mercredi par le président de la 4ème Chambre criminelle du tribunal de première instance, il a totalement nié les faits qui lui étaient reprochés, indiquant avoir, seulement, assisté son neveu pour l'achat d'un véhicule.
 
Soupçonné d'avoir aidé Nizar à faire monter une citerne remplie de gaz sur le camion, Belgacem Nawar a été arrêté au lendemain de l'attentat et incarcéré dans une prison de Tunis.
 
Il doit aussi répondre de "participation à une association de malfaiteurs" (nldr: Al-Qaïda) et de "complicité pour détention et fabrication de matières explosives".
 
La défense s'est retirée en cours d'audience, les avocats ayant demandé en vain de prendre connaissance au préalable du contenu de l'interrogatoire de leur client par les juges allemands.
 
L'Allemagne et la France ont collaboré à l'enquête sur l'attentat, et Belgacem Nawar a notamment été entendu par le juge antiterroriste français Jean-Louis Bruguière.
 
La 4ème Chambre criminelle, présidée par le magistrat Tarak Braham, a mis l'affaire en délibéré et son jugement pourrait être annoncé mercredi.
 
En France, plusieurs membres de la famille Nawar résidant dans ce pays ont été interrogés par la police et trois ont été mis en examen en 2002 par le juge Bruguière, notamment Walid Nawar, le frère du kamikaze.
 
AFP

   Attentat de Djerba: Belgacem Nawar clame son innocence, la défense boycotte 
   
AFP, le 7 juin 2006 à 16h58
    TUNIS, 7 juin 2006 (AFP) - Le Tunisien Belgacem Nawar, qui  encourt la peine capitale pour sa participation présumée à  l'attentat de Djerba (sud) en 2002 revendiqué par Al-Qaïda, a clamé  son innocence devant la justice tunisienne,  qui l'a jugée mercredi  en l'absence de ses avocats.

    Belgacem Nawar, 44 ans, qui comparaissait devant le tribunal de  première instance de Tunis, a nié les charges retenues contre lui  affirmant tout ignorer des desseins terroristes de son neveu, Nizar  Nawar, le kamikaze mort dans le camion-citerne qu'il avait fait  exploser le 11 avril 2002 devant la synagogue de la Ghriba dans  l'île de Djerba.

    Quatorze touristes allemands, cinq Tunisiens et deux Français  avaient été tués dans l'attentat, revendiqué par le réseau  terroriste Al-Qaïda d'Oussama Ben Laden.
    Unique accusé à être jugé en Tunisie dans l'affaire qui a des  ramifications en France, en Espagne et en Allemagne, Belgacem a été  inculpé de "complicité d'assassinat avec préméditation",  "participation à une association de malfaiteurs" (nldr: Al-Qaïda) et  "complicité pour détention et fabrication de matières explosives".
    Interrogé brièvement par le président de la 4ème Chambre  criminelle du tribunal de première instance, il a nié les faits qui  lui étaient reprochés, reconnaissant seulement avoir assisté son  neveu pour l'achat d'un véhicule qu'il devait utiliser dans un  commerce.

    S'agissant de l'argent et des papiers d'identité de Nizar  retrouvés en sa possession, l'accusé a soutenu qu'ils y avaient été  placés à son insu par son neveu.
    Peintre tôlier, Belgacem a été arrêté au lendemain de l'attaque  et incarcéré dans une prison de Tunis, les enquêteurs l'accusant  d'avoir aidé Nizar à faire monter une citerne remplie de gaz sur le  camion qu'il a lancé contre la synagogue de Djerba, prestigieux lieu  de culte juif visité par des touristes.
    L'accusé a été interrogé durant une vingtaine de minutes par le  juge Tarak Braham en l'absence de ses avocats, qui ont boycotté le  procès après avoir demandé en vain de disposer au préalable du  contenu de l'interrogatoire de leur client par des juges allemands.

    L'Allemagne et la France ont collaboré à l'enquête, et Belgacem  Nawar a notamment été entendu par le juge antiterroriste français  Jean-Louis Bruguière.
    Mes Bechir Essid, ancien bâtonnier et Samir Ben Amor ont  protesté contre une "justice trop expéditive pour un accusé risquant  la peine de mort", Me Ben Amor qualifiant le procès de "scandale  judicaire sans précédent".

    Le tribunal avait déjà reporté le procès le 6 mai à la demande  des avocats, qui n'avaient pas été appelés à son ouverture formelle  le 26 avril dernier.
    Me Ben Amor avait demandé une expertise médicale et des soins  pour son client, "objet de tortures ayant entraîné une surdité  partielle".
    La 4ème Chambre criminelle a mis l'affaire en délibéré et son  jugement était attendu mercredi.

    En France, trois membres de la famille Nawar résidant dans ce  pays ont été mis en examen par le juge Bruguière, notamment Walid  Nawar, le frère du kamikaze, soupçonné d'avoir acheté le téléphone  satellitaire avec lequel ce dernier aurait appelé Khaled Cheikh  Mohammed, quelques instants avant l'attentat.
    Cet homme, un Pakistano-koweïtien, actuellement détenu au secret  par les Etats-Unis, est présenté comme "le principal architecte" des  attentats du 11 septembre 2001.
    En Espagne, la justice a condamné le 10 mai dernier un homme  d'affaires, Enrique Cerda et un Pakistanais, Ahmed Rukhsar, à cinq  ans de prison pour participation au financement de l'attentat de  Djerba.
   
 AFP
 

 
Liberté de la presse: régression ou avancées fragiles en Afrique du Nord


Par  Abdelfettah FAKIHANI
 AFP, le 7 juin 2006 à 09h58
CASABLANCA (Maroc), 7 juin 2006 (AFP) - La plupart des pays d'Afrique du Nord connaissent une régression de la liberté de la presse, alors que des avancées fragiles ont lieu au Maroc et en Mauritanie, ont affirmé les participants à une conférence à Casablanca.
 
Des représentants de syndicats de journalistes et d'Ong du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, de Libye et d'Egypte participaient à une rencontre de deux jours parrainée par l'Unesco, ouverte mardi à Casablanca sous le thème: "Etat de la liberté de la presse en Afrique du Nord".
 
"Une réunion pareille aurait été impossible en Tunisie", a affirmé Sihem Bensedrine, représentant le Conseil national (tunisien) des libertés. Pour toute l'Afrique du Nord, elle a appelé à une "solidarité horizontale" entre les journalistes et les Ongs "pour faire face aux reculs".
 
Dans l'Algérie voisine, "la presse est en nette régression", juge - au nom du Collectif pour la liberté de la presse en Algérie - Fatiha Benchicou, épouse du journaliste Mohamed Benchicou, qui purge une peine de deux ans de prison.
 
 "Quelque 2.200 terroristes ont été grâciés et libérés récemment alors qu'on envoie des journalistes en prison, voilà le contraste aujourd'hui en Algérie", a ajouté Mme Benchicou.
 
Pour le seul mois de mai 2006 en Egypte, quelque 600 citoyens ont été arrêtés et accusés d'avoir insulté le président de la république, a affirmé Jamal Eïd, directeur exécutif de l'Ong égyptienne Human Rights info
 
Liant la liberté de la presse aux libertés publiques, son compatriote Jamal Fahmi - un responsable du Syndicat des journalistes égyptiens - estime qu'"aucune presse libre n'est concevable si les votes des citoyens sont falsifiés comme ce fut le cas lors des dernières législatives en Egypte".
 
La situation de la presse est "pire" en Libye, juge Ali Zidane Mohamed, de la Ligue libyenne des droits de l'Homme. "Il y a quelque 10 quotidiens tous détenus par le pouvoir", dit-il à l'AFP, ajoutant que "la Libye se trouve à la fin du peloton, voire en dehors", des pays d'Afrique du nord en ce qui concerne les droits de la presse.
 
Les participants ont jugé la situation de la presse au Maroc globalement plus avancée que dans les autres pays de la région.
 
"Mais c'est le stade le plus sensible", estime Younès Moujahid, secrétaire général du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), appelant à "des réformes constitutionnelles pour se diriger vers une véritable démocratie (...) et abandonner les fameuses lignes rouges (monarchie, intégrité territoriale et religion) dressées contre la presse".
 
"Le retour en arrière est possible au Maroc", estime Mohamed Brini, directeur du journal socialiste marocain Al Ahdath Al Maghribia. "La législation marocaine n'est pas libérale et les magistrats qui jugent les journalistes ignorent tout du fonctionnement de la presse", souligne-t-il.
 
"Mais qu'est ce qui explique la désaffection des lecteurs marocains?", s'est demandé Ali Amar, directeur général du Journal Hebdomadaire (Maroc). Depuis le milieu des années 1990, le nombre de journaux vendus dans le royaume est passé de 300.000 exemplaires par jour à environ 200.000 aujourd'hui, toutes tendances confondues, a-t-il déploré.
 
"Il y a des avancées comme au Maroc et en Mauritanie, des reculs en Algérie et en Tunisie, et il y a des pays qui ne bougent pas comme la Libye", résume à l'AFP Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation Reporters sans frontières (RSF).
 
Le coup d'Etat en Mauritanie a mis fin aux poursuites engagées par l'ancien régime contre les journalistes, a assuré le chef de RSF. "Pour la presse, le coup d'Etat a été positif, et c'est terrible de le dire", a-t-il ajouté.
 
AFP

Arrivée de la délégation tunisienne en Allemagne

Reportage Tunisie-Foot du 05-06-2006

Par: Lasmaris

 

URL: http://www.tunisie-foot.com/ipb/index.php?showtopic=15609&st=0

 

(Publié le 06-06-2006 à 05h22 sur le forum de « Tunisie-Foot ») 
 


 

Mondial: inquiétude au Maghreb et surtout en Algérie où les téléspectateurs risquent d'être privés de matchs


 Associated Press, le 7 juin 2006 à 14h38
ALGER (AP) -- Passionné de football, le Maghreb s'inquiète: les Algériens sont au bord de la dépression collective à l'idée de ne pas suivre la Coupe du monde de football sur le petit écran, en raison du cryptage de chaînes par satellite, tandis que les télespectateurs marocains ne sont toujours pas assurés de pouvoir suivre la compétition, pour une affaire de droits de retransmission.
En Algérie, les chaînes de télévision françaises diffusées sur le bouquet satellite TPS sont désormais cryptées, donc inaccessibles. Une énorme désillusion, notamment pour les habitants des quartiers populaires, où l'on espérait pouvoir oublier les tourments du quotidien le temps d'une Coupe du monde (9 juin-9 juillet).
Comble de désespoir, même les chaînes satellitaires arabes ne diffuseront pas les matchs de la Coupe du monde, l'exclusivité étant acquise par le milliardaire saoudien Cheikh Salah Abdellah Kamal, propriétaire d'ART (Arab Radio and Television) pour le Maghreb et le Moyen-Orient.
Et, pour voir les matchs sur ART, les Algériens doivent acheter une carte coûtant l'équivalent de 100 dollars (78 euros). Soit une fortune, surtout pour les jeunes, en proie au chômage.
Face au verrouillage, les regards se braquent maintenant sur les "hackers", devenus par la force des choses acteurs clés de l'affaire. Eux-mêmes, experts jusqu'ici pour "craquer les codes", s'avouent vaincus devant le nouveau système de verrouillage.
Le problème prend l'allure d'une affaire d'Etat en Algérie et les politiques s'en mêlent. Le Premier ministre Abdelaziz Belkhadem a dépêché lundi son ministre de la communication et le directeur de la télévision au Caire, où se tient la réunion des responsables de la télévision arabes.
Objectif: convaincre le milliardaire saoudien patron d'ART de rétrocéder les droits de diffusion des matches à l'Algérie. "Nous avons soumis, face à l'obstination de la partie détentrice des droits de retransmission, plusieurs propositions et nous attendons une réponse", expliquait mardi Haraoui Habib Chawki, directeur de la télévision algérienne, se disant prêt pour "des négociations liées à l'aspect financier" en cas d'accord de principe d'ART.
En attendant l'issue de ces négociations de dernière minute, certains ont pris les devants. Des gérants de cafés ont déjà acquis des cartes TPS pour l'équivalent de 420 dollars (326 euros) ou des cartes ART pour 100 dollars (78 euros) pour des diffusions publiques des matches.
Au Maroc, le ministre de la Communication Nabil Benabdellah, interpellé au Parlement sur la question des droits de retransmission, a expliqué que les deux chaînes de télévision publique n'ont pas les moyens de débourser les 110 millions de dirhams (10 millions d'euros) réclamés par ART. Pour le moment, alors que les négociations se poursuivent également avec l'opérateur saoudien, seule la retransmission d'un résumé de 20 minutes de chaque match est déjà acquise.
Pour les inconditionnels, le piratage des chaînes satellitaires, notamment françaises, n'est pas possible avec le renforcement des systèmes de cryptage. L'achat du décodeur ART coûte 1.400 dirhams (130 euros), le salaire minimum au Maroc étant de 1.800 dirhams (environ 170 euros) mensuels.
En Tunisie, la chaîne publique Canal-7 a acquis les droits de transmission TV sur canal terrestre des trois matches que disputera l'équipe nationale au premier tour du Mondial (14 juin contre l'Arabie Saoudite, 19 juin contre l'Espagne et 23 juin contre l'Ukraine). Elle retransmettra aussi les demi-finales, le match de classement et la finale.
 
Selon le directeur général de l'ERTT (Etablissement de la radio-télévision tunisienne), Mustapha Khammari, en dépit d'un "accord" de dernière minute avec le détenteur de ces droits, le prix accordé à l'ERTT demeure "toujours très cher". Il n'a pas fourni d'autres précisions. D'après son propriétaire Larbi Nasra, la chaîne privée "Hannibal TV" a également acquis les droits de retransmission sur canal terrestre de sept matches, dont les trois de la Tunisie.
 
Pour les autres rencontres, le récepteur analogique, tombé en désuétude, revient en force pour capter la plupart des chaînes françaises ouvertes, notamment TF1 et M6, qui diffusent nombre des matches, explique Chédli Bedkhaïla, technicien supérieur spécialiste des paraboles. Quant aux chaînes cryptées, informaticiens et autres génies du fer à souder vont s'efforcer de les "patcher", c'est-à-dire d'en contourner les protections.
En cas d'échec, les télespectateurs tunisiens auront toujours la ressource, grâce à des récepteurs numériques, de capter, en clair, une multitude de chaînes européennes, dont les allemandes ZDF et ARD, accessibles sans cryptage sur le satellite Astra. Et l'italienne RAI Uno qui a prévu de diffuser 25 matches de Coupe du
monde. 

Le monde arabe privé de Mondial

 

TéLéVISION · L'avidité d'un opérateur saoudien risque de priver les foyers arabes de Zidane et Co. L'affaire touche aussi le président de la FIFA. Ultimes tractations...

 

sid hamed hammouche

 

«Si la télévision algérienne ne réussit pas à acheter les droits de la Coupe du monde de football... elle sera réduite en cendres!» Très sérieuse, cette menace sort de la bouche de Boualem, un Algérois fou du ballon rond. Et dans le monde arabe, Boualem n'est pas le seul à pester contre la FIFA et Sepp Blatter, mais surtout contre le milliardaire saoudien Cheikh Salah El Kamel.

 

A deux jours du coup d'envoi de la Coupe du monde en Allemagne, Cheikh Salah El Kamel est devenu de Rabat à Amman, l'incarnation du diable. Son groupe de télévision ART, le Canal+ du monde arabe, a acquis en exclusivité les droits de retransmission du Mondial pour les pays du Maghreb et d'Orient.

Facture piquante

 

Même en cassant leurs tirelires, les chaînes nationales de ces pays n'ont pas pu conclure d'accord avec le groupe saoudien pour diffuser les matchs en direct. La télévision à péage saoudienne, basée en Italie, n'est pas intéressée par la commercialisation de ces droits aux télévisions nationales. Elle veut plutôt saisir l'événement du Mondial pour vendre ses bouquets numériques et ainsi gonfler son nombre d'abonnés. Et l'offre de l'opérateur ART s'annonce plutôt salée!

 

Pour voir Zidane courir derrière le ballon rond, le téléspectateur arabe moyen devra débourser entre 120 à 200 euros (entre 1à 3 mois de salaire). ART vend même une carte à 400 euros aux cafés et aux restaurants. Ils pourront attirer la clientèle en retransmettant sur grand écran les matchs.

La rue menace

«Désormais ce Mondial devient un rêve non pas pour les joueurs mais pour nous les téléspectateurs», regrette avec un pincement au cœur Hamid, depuis son café dans la casbah d'Alger. «Il y aura des émeutes dans la rue arabe si les télés nationales ne s'activent pas pour trouver une solution honorable. On peut jouer avec tout sauf avec le foot», ajoute-t-il sur un ton sérieux et menaçant.

 

Même son de cloche à Casablanca, où Salah peine à contenir ses nerfs: «Pour les Maghrébins, c'est la poisse. Nous comptions suivre les matchs via les chaînes française comme TF1, M6 ou Eurosport. Mais on apprend que les rencontres seront cryptées. Tout le monde se lance dans les opérations de piratage».

La crise diplomatique

Au Caire, à Amman et à Beyrouth, des voix appellent tout simplement au boycott médiatique du Mondial. A Tunis, Zaher se demande: «Jusqu'où pourra aller le business du foot?» Les matchs de la Tunisie, pays qualifié, pourraient être retransmis sur la chaîne privée Hannibal TV. Une chaîne qui ne couvre de loin pas tout le territoire tunisien. Et la télévision publique va diffuser uniquement les matchs du 1er tour. «Ainsi l'argent du foot, mélangé aux pétrodollars saoudiens, nous tombent comme des tuiles sur la tête. Une gifle pour les autorités du monde arabe!»

 

L'affaire tourne même à la crise diplomatique entre les capitales arabes et Riyad. Ainsi plusieurs pays de la région ont écrit aux autorités saoudiennes pour mettre la pression sur le patron d'ART. Au Maroc, le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, a même affirmé que le «Maroc n'assume aucune responsabilité de la non-retransmission par les chaînes nationales des matchs». D'une même voie, les députés égyptiens crient: «Nous sommes sous la pression du public alarmé par le fait de se voir privé de Mondial». Les parlementaires ont invité la population à écrire des lettres de dénonciations au patron de la FIFA Sepp Blatter.

 

Pour calmer la colère de la rue, en Algérie, le chef du gouvernement Abdelaziz Belkhadem dit avoir pris l'affaire en main sans promettre les images du Mondial. Il a envoyé son ministre de la Communication au Caire assister à une réunion de l'Association des radiodiffuseurs arabes. Cette dernière a pour objectif de dénoncer l'avidité du patron de ART et de trouver l'ultime voie de recours conte la FIFA, afin de ne pas priver le monde arabe des directs du Mondial.

 

(Source : « La Liberté » (Suisse) du 07.06.2006)



Call centres breathe life into Tunisian job market

By Sonia Ounissi
 
REUTERS, le 7 juin 2006 à 03h02
TUNIS, June 7 (Reuters) - Seated before a computer screen in a small, busy room in north Africa, Fatma Khalfallah asks the Frenchman at the other end of the telephone line whether he would like to receive a free catalogue of frozen meals.
 
Khalfallah's new job at the Maghreb Call Center (M2C) in Tunisia's capital has opened a window on the future for the 26-year-old, who had been unable to find work despite holding a degree in finance and a masters in quality management.
 
"I chose to be a telemarketer to escape unemployment instead of wasting time and waiting at home for a miracle to happen," she said.
 
French IT firms keen to lower their payroll costs are piling into former colony Tunisia, which offers political stability, low overheads and a growing army of well-educated young people desperate for employment.
 
The government says there were 49,000 university graduates in 2005, up from just 3,600 in the early 1980s, and the number is expected to jump to 300,000 by 2009.
 
France is Tunisia's top foreign trading partner and investor, and most Tunisians learn French from the age of seven, emerging from school with the fluency and flawless accents needed to sell insurance, phone lines or apartments to even the most reluctant customers.
 
As a result, more than 40 call centres have sprung up in the country of 10 million, absorbing 5,000 job seekers.
 
After a brief flirtation with socialism in the 1960s, Tunisia has welcomed foreign investors to boost growth and fight unemployment. Over the past decade, foreign investment has created an average of 260,000 jobs a year.
 
GROWTH SECTOR
 
The basic salary at the Maghreb Call Center is 450 Tunisian dinars ($343) per month, while the French minimum wage is over 1,200 euros ($1,545).
The agents at the call centre work for eight hours a day, logging up to 250 calls, with a 15 minute break every two hours. "It's obvious the work in a call centre is so stressful, but better to suffer than to die," says Khalfallah. "I'm satisfied with my job and I want to progress." "Before, I saw the call centre work as just a way to get
some pocket money," says employee Mustapha Nehdi. "But now I'm keen to have a good career in this field, which should develop strongly in the coming years."
Some experts predict major growth in Africa's call centre industry thanks to cheap labour, good language skills and time zones that chime with western Europe.
In research published this month, London-based market analysis firm Datamonitor said the number of call centre agent positions in north Africa -- which includes Egypt, Morocco and Tunisia -- would triple by 2010 to around 23,000. At the Maghreb Call Center, there are plans to expand. Set up in 2004, the centre -- a subsidiary of French company USDI -- has recruited 30 to 35 people, two-thirds of whom have some higher education and one-third of whom hold a degree. It aims to expand the workforce to 150 in the next three years.
 
SHOT IN THE ARM
 
Creating jobs is a priority in Tunisia. According to government data, unemployment stands at 13.9 percent, with university graduates accounting for 60 percent of the jobless.
The government is targeting annual growth of 6.3 percent over the next decade to trim the jobless rate to 10 percent. "Call centres have given the country a much needed shot in the arm", says Majdi Ben Mleh, in charge of staff training at M2C. "They help lure more foreign investment and alleviate the unemployment burden."
Likening human resources to raw materials, M2C manager Mourad Berrageh says the key quality in a potential call centre agent is not knowledge but the human touch.
"Call centres ... create jobs for people with different levels of instruction and deal with various sectors -- banking, property, services," he said.
The staff of M2C say the benefits are many -- friendly office, enriching experience, good salary, and security. "I don't risk unemployment while working in a call centre,"
says supervisor Baddreddine Ouhibi. "It's an insurance for tomorrow."
 
REUTERS

 

A l’aimable attention des  honorables lecteurs de ce site :

Comment fructifier l’histoire ?

 

Cette question se pose avec douleurs et insistance, tant le passé nous fait mal doublement. Une fois par l’acte lui-même, une deuxième fois à travers cette logique d’amnésie qui semble toujours nous frapper. Notre «élite» dépositaire «logiquement» de notre présent et surtout de notre avenir, semble être tenue par une «nucléarisation» qui pousse à une amnésie dangereuse et combien coûteuse. Ahmed Ben Salah, Wassila, Ahmed Mestiri ont bien créé l’histoire, mais devons-nous poser à ceux qui l’ont subie ??? Nous portons ici une réponse non personnelle à un de nos confrères les plus célèbre, non dans u souci de régler un compte ou solder «une ardoise» !!!

 

 

En réponse à Omar S’habou :

Dérision ou dé-raison ????

 

Nasreddine Ben Hadid

عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 

Il faut reconnaître à chacun et à tous, ce droit incontestable de dire, de parler et surtout de s’exprimer, mais aussi ce devoir lui aussi incontestable de porter un témoignage, une vision, ou encore une critique et une analyse, qui peuvent porter des éclaircissements ou même être tranchante, là ou la mémoire [individuelle] est par nature relative, sélective et aussi émotionnelle et partielle.

 

Nul ne peut disposer ou prétendre de ce mythique monopole de la vérité, cette vérité tant adulée, tant bannie !!!

 

Il faut reconnaître à notre confrère Omar S’habou un statut «entre-entre» [une traduction littéraire de la fameuse citation arabe], il est plus qu’un journaliste et moins qu’un politicien [dans le sens actif et engagé du terme], ses dires et actions ne peuvent être perçues comme de simples «écritures» ou des banales «paroles», son passé atteste de l’homme «hybride» !!!

 

Son texte concernant Monsieur Ahmed Ben Salah est plus qu’un simple témoignage ou une manière de retrouver une mémoire, Omar S’habou se place – comme il l’a toujours dit et fait – en témoin actif et partenaire engagé de la vie politique auquel il a pris part.

 

Ce texte – le chose peut se comprendre – constitue une manière de saluer un homme auquel notre homme voue un respect incontestable et inconditionnel, mais devons-nous nous demander ou demander à Omar S’habou de porter ce regard critique du journaliste qui doit être «l’historien de son présent», non seulement à travers cette dimension narrative mais plutôt à savoir poser la conscience journalistique au-dessus de ces liens intimes – et combien dangereux – qui peuvent «polluer» le conscience journalistique.

 

Omar S’habou semble oublier ou plutôt met au placard de l’histoire une réalité combien douloureuse. Le nom de Ahmed Ben Salah semble être sellé à la période de «la collectivisation», le passé syndical et encore le militantisme semblent prendre le strapontin de l’histoire. Omar S’habou a concentré toute la logique ou plutôt a uniquement vu l’homme et son histoire selon cette dualité pére-fils au moment où ce «bas peuple» semble patauger !!!

 

Entre prodigue et prodige, tel a été et sera le destin de Ahmed Ben Salah, ses talents incontestables et – combien admirés de la part de notre confrère – ne lui ont pas permis de voir ou de constater que ce bon peuple ne veut guère de «ce paradis» que la machine officielle ne cessait de son temps de louer.

Il va de soi de placer l’acte dans son temps et aussi comprendre l’homme – et de le juger – dans son environnement, mais aussi il faut dire que le devoir de l’histoire impose à chacun et à tous de porter un regard critique de ce passé contesté et contestable.

 

On ne peut mettre en doute les capacités, les mérites ou l’honnêteté de Ahmed Ben Salah, mais il reste toujours celui qui a voulu marier un «socialisme primaire» à un «féodalisme archaïque et réducteur», l’homme a été la cause d’un désastre ou disant-le partenaire d’une machine qui a porté au chaos toute la machine agricole de la Tunisie.

 

Ses équations, ses théories et encore plus ses ambitions [personnelles ou nationales] peuvent-elles expliquer, légitimer ou même cautionner ces [ou ses] actes… Ahmed Ben Salah doit au peuple et à l’histoire non pas la vérité dans le sens de relater les faits, mais plutôt cette critique totale et absolue :

Comment la machine du pouvoir a pu prendre le «peuple» – au nom duquel tout se fait – pour «un ramassis de poussière» ???

 

Nous constatons avec amertume et même désolation que toute l’histoire de cet homme – à comprendre Ahmed Ben Salah – s’est réduite à travers la presse et les livres en une logique «horizontale», à savoir ses relations avec Bourguiba, ses contemporains et aussi son limogeage, son procès, sa fuite et encore son témoignage et ses critiques. Rares pour ne pas dire inexistants, ceux qui ont posé cette question combien douloureuse et dangereuse :

 

Pourquoi ceux qui pensent avoir porter la liberté au peuple ont été les premiers à «confisquer» cette liberté ? Le colonialisme par mépris et paternalisme, eux par «amour» et toujours par paternalisme. La raison importe certes, mais l’acte laisse toujours des séquelles.

 

Nous assumons pleinement que l’histoire ne peut se résoudre au premier degré, par de simples questions qui viennent aplatir la vision et réduire les champs d’analyse, mais la question du passé peut porter des éclaircissements concernant un présent.


 

SOMMAIRE du N° 56 d’«El Khadra », mis en ligne le 7 juin 2006

elkhadra.org



PLAIDOYER POUR UN LIBÉRALISME DES LUMIÈRES
Par
Derbali

http://elkhadra.org/plaidoyer.htm

*******************************

L’HISTOIRE DE LA TUNISIE EXOGENE
Racontée à ma petite sœur.
Par
Biju

http://elkhadra.org/storyoftunisia.htm

**********************************
Malheur aux vaincus
Par
Nour el houda

http://elkhadra.org/maheur.htm

**************************************

TUNISIE: Habib Mokni, le M.T.I, l'Islam et le Pouvoir

http://elkhadra.org/hamok.htm

***************************************

L’équitation dans la civilisation arabe et musulmane du Ve au XXe siècle
Par
ABDOU

http://elkhadra.org/eekitationnds.htm

*********************************************

L’école à la base de tout.
Par
Bilel

http://elkhadra.org/ecolebase.htm

*******************************************

Sans repère, on se perd.
Par
Sonia.D

http://elkhadra.org/repereperd.htm

****************************************

Les ennemis de la lumière
Par
Salah Karker

http://elkhadra.org/ennemis.htm

********************************************

CHRONIQUES PALESTINIENNES

http://elkhadra.org/chronike.htm

***********************************************

De la gouvernance ou la constitution politique du néo-libéralisme
HAMADI.O

http://elkhadra.org/gouvernanceou.htm

**********************************************
Bulletin N°2, publié par le think-tank LEAP/E2020 le 15 Février 2006. Newropeans-Magazine remercie LEAP/E2020 d'autoriser exceptionnellement la parution de cet extrait.

http://elkhadra.org/extaraitguerre.htm

***************************************************************

 DOCUMENTS A CONSULTER

-Adonis - Ghandi - Che Guevara

-Fake TV News: Widespread and Undisclosed

-وثيقة البرغوثي
قراءة تحليلية نقدية


http://elkhadra.org/read53.pdf

***************************************************
 


 

Malheur aux vaincus

Nour al Houda

 

Les appels et les écrits  de MONCEF MARZOUKI , ces derniers temps , sont  honorables et saisissants, comme ceux  de Chabbi et d’autres,(oui , pour la forme du texte et toute le reste , on connaît la chanson ,ceux qui n’ont rien à dire jouent sur la syntaxe et la phraséologie , mais en politique c’est toujours le fond qui compte , tout le reste c’est du verbiage) .

 

Nous sommes peut-être à un tournant , où les leaders politiques tunisiens doivent, ainsi ,défier les règles du jeu imposés par ben Ali ,se mettre"hors sa loi" de ses procédures de l’abject , appeler les tunisiens à organiser la désobéissance civile , et ne plus accepter la terreur et les lâches compromis d'un dictateur , qui pour sauver sa peau , vend notre pays , notre honneur et notre avenir à la foire aux bestiaux.

 

Ce texte de MM (n'en déplaise aux moroses et aux jaloux) comme les déclarations de Chabbi et d’autres sont nécessaires , nous devons les diffuser le plus possible auprès des nôtres , et surtout dans les milieux populaires tunisiens , que les banques de données et les carnets d'adresses fonctionnent à plein , c'est notre travail maintenant , au delà des différences partisanes , entretenir le feu , pousser le mouvement à faire boule de neige ,faire le lien avec toutes les forces vives de notre nation ; avec ce genre d'appel , ces politiques tunisiens jouent leur propre vie , il est évident et plus que nécessaire de ne pas les laisser seuls face à la machine criminelle de ben Ali .

 

Si on arrive à mobiliser les tunisiens en Tunisie et partout ailleurs sur cette question , nous aurons fait la preuve auprès du peuple tunisien et des autres peuples , que la Tunisie c'est autre chose que ben Ali , nous aurons fait la preuve de sa cécité , de son illégitimité et de sa nuisance .Nous aurons fait la preuve que si les tunisiens sont unis sur l'essentiel , c'est à dire la mort de la dictature , nous pourrons malgré tout , malgré les 200.000assassins de la machine répressive de ben Ali , malgré Chirac , Bush , SHARON , malgré les opportunistes tunisiens et les abrutis de tout bord , malgré NOUS , briser , unis , le cercle de la peur , de la violence et du mutisme .

 

Cet appel de MM , est dans la folie furieuse de ben Ali un cas de casus belli contre la mort , le mutisme , la violence et la lâcheté que nous impose la dictature , faisons que la réplique aveugle et morbide de ben Ali se trouve face à une forte mobilisation , et que les MM , Chabbi , ZOUARI, YAHYAOUI , BEN SALEM et les autres , ne soient pas les seuls tunisiens à avoir la conscience tranquille dans le devoir accompli , et n'assistant pas désabusés et peureux à la répression qui ne manquera pas de s'abattre sur eux, s'ils sont isolés.

 

La voie est tracée , il ne tient qu'à nous , pour que nous résistons aux monstres et gagner notre liberté , nous n'avons plus le droit de dire que nous ne savions pas .Inspirons nous de nos fréres palestiniens , qui dans la tourmente  , contre tous imposent leurs idéaux de vie et de liberté ,  les rares fois où les tunisiens ont pris leur courage à deux mains et bravé la machine répressive , les rares fois où ils sont descendus dans la rue toutes opinions confondus , c'est pour la cause palestinienne,pourquoi ne feraient –ils pas pour leur pays et leur patrie ?c’est parceque l’opposition démocratique n’a aucun projet d’avenir , c’est parcequ’elle s’est  perdue dans des combats d’arriére garde , des palabres théoriques  qui tient de l’éloge des égo et des statuts ,  que ces grands "penseurs mondains" quittent un peu la pose et descendent sur terre , dire n'importe quoi sous le charmes des applaudisseurs et des petits écervelés magouilleurs et sans aucun principes ,n’est qu’un miroir pour les alouettes , la seule vérité qui importe est celle du terrain , celle des gens , l’emphrase politicienne est un luxe qui ne nous est pas encore  accessible .En fait , les limite à cette petite pensée , plus que conformiste et frileuse , pédante , ridicule donne de l’air à la dictature.

 

Absolument , comme le dit si bien MM c’est vraiment la situation  de la honte , la honte bue jusqu’à la lie , bien sûr les habituels courtisanes de la langue de bois , les défaitistes de tout bord nous surinent qu’on doit pas être plus royalistes que le roi , que les tunisiens sont amorphes , attentistes , presque content de leur sort  , ce qu’ils oublient de dire c’est que les tunisiens sont  sous une mortelle pression et stratégiquement ,c’est aux démocrates  , aux politiques de l’oppositions  qui naturellement revendiquent leurs leadersheps face au monde de réveiller les consciences sur le désastre national , d’ emmener l’opinion internationale à tenir compte de nos  revendication sans renoncer à rien .Les oligarchies qui nous saignent , eux comme les néocolonialistes leurs maîtres ,  sont dans la peur d’une société tunisienne libre et reconstituée et d’une société arabe démocratique , parce que , je ne vous apprend rien , la société tunisienne porte en elles des potentialités redoutables , capable  de dynamiser les autres sociétés arabes , c’est une société cosmopolite , laïque et civilisée , l’illusion de l’incompatabilité de la société arabe avec la démocratie  est un leurre et un mensonge qui ne  ne résistent  à aucune analyse éthique , humaine ou scientifique , la société qui nous est imposée par la dictature  est bâtarde dans tout le sens du terme , historique , culturel et social , c’est une société violente , soumise , humiliée et détruite  par le négationnisme et la terreur.

 

Les articles de MM  ainsi que la réaction de la majorité des forumiers sur les différents sites  , les articles sur TUNISNEWS , sont en fait dans la droite ligne du vouloir intime et criard de la société tunisienne , et du vouloir évident de la majorité des arabes qui sont demandeurs de démocratie , de liberté et d’honneur.La Tunisie comme tous ces régimes arabes prostitués et tyranniques , nous la jouent sur l’air de l’immaturité et des conjonctures politiques et économiques , comme si chez la majorité des arabes il y’a confusion sur le sujet ,comme si la démocratie allait empirer le mal  , alors qu’elle la seule solution  à nos malheurs et à notre déchéance dont ils sont l’unique source. .Ce que nous exigions ce sont notre liberté et notre démocratie , c'est-à-dire , celles , établies et exigeantes , pratiquées comme partout dans le monde libre , celles qui supposent les urnes et , l’application des règles basiques et communes à toutes les sociétés libres , c'est-à-dire un homme ,  une voix.Dans ce schéma qui est naturellement apocalyptique pour nos dictatures , pour nos oppresseurs quelque qu’ils soient , nos ennemis  et Toute la ligue arabe passeront à la trappe , sans aucun doute.

 

Prétendre que le peuple tunisien ne soucie guère de ce qui se passe dans son espace historique et culturel , celui de l’arabisme et de l’Islam par exemple , ou de la nécessité des relations plus qu’étroites avec eux  , n’a rien de rationnel dans les réalités du monde ou nous vivons, ne pas respecter l’intime conviction des peuples , c’est au fond donner raison à cette logique colonialiste et dictatoriale , qui joue sur la perte du temps , la lassitude des arabes et musulmans de changer le cours de l’histoire , d’écrire leur histoire eux même.

 

Ce genre de raisonnement est pervers et contre-productif , nos frères emprisonnés , torturés et liquidés , en tunisie ou partout ailleurs dans le monde arabe , eux qui subissent vraiment le feu et le fer , la haine et le sang , ne sont jamais résolus à ce genre de renoncements , ils sont plus optimistes que certains « analystes » qui tirent des plans sur la comète , en baillant aux corneilles dans leur confort petit bourgeois , par analyse j’entend bien sûr les pensées qui comptent , pas la petite racaille qui dansent sur les forums , ceux là sont tout justes bons pour couper les citrons , il y’en a même qui nous affirme , que l’opinion de leur famille et ses amis politiques , font l’opinion des tunisiens par rapport à la question tunisienne ou tout autre problème , ALLAH yazidna ilman , ces nuisibles là sont rétrogrades et bornés et aboient la démocratie entre la poire et le fromage , pour le reste il l’a limite à l’opinion de leurs familles idéologiques , souvent antinationales et au petit cercle de leurs comparses d’une partie de rami , pourquoi pas ?chaque opinion est respectable , mais ces délires  ne sont pas  une opinion , c’est tout juste des délires immatures et de la suffisance qui tient du syncrétisme , pour ne pas dire du crétinisme.

 

Oui les régimes arabes médiocrates se valent tous dans cet inventaire de l’ignominie , tous ces dictateurs criminels sont soumis à un ordre , un désordre organisé à nos dépends qui les tient en otage , et nous mettent nous tous ,peuples décimés , dans notre espace et sur la mappemonde , au clou chez leurs usuriers , nous sommes , grâce à ces criminels, hypothéqués pour longtemps (à ce sujet précis , tous les peuples opprimés se reconnaissent dans la lutte du peuple palestinien par exemple  , quand des retardés mentaux tunisiens nous suggèrent de nous occuper que de nos douars).Croire qu’il y’a une possibilité de compromis avec l’horreur  , croire qu’il y’a la moindre possibilité de compromis avec ben Ali , c’est encore défoncer des portes ouvertes et se bercer d’illusions ; il faut être justement pragmatique et se rendre à l’évidence , comme tous les opprimés , notre liberté , il va nous falloir aller la chercher de nous même et en payer le prix , celle-ci ne pourra être effective qu’en solidarité avec tous les combats pour les libertés sur cette terre , y compris et en priorité celle des palestiniens , défaire nos peurs  et nos conditionnements, c’est supprimer des  alliés de poids à ben Ali.

 

Les mollusques qui se complaisent dans le verbiage , ceux là ,qui en méprisant toute réalité dans une frénésie démagogique , croient détenir la solution à tous les problèmes de la Tunisie , on les a bien vu à l’œuvre depuis cinquante au pouvoir avec le mégalomane Bourguiba , et fasciné par la révolution des jasmins et le miracle tunisien , selon saint ben Ali le maffieux , il serait peut-être temps pour eux , de faire leurs examens de conscience et de se résoudre au travail et à l’humilité , pour le reste , justement, les tunisiens sont majeurs et vaccinés..

 

Tout compromis ou compromissions avec la dictature en Tunisie se feront  contre le sentiment des tunisiens, personne ne peut dire le contraire ou faire l’impasse sur cette réalité, Sadate et Moubarak l’avaient fait et ils ont plongé l’Egypte dans des tourments d’une autre envergure, croire que cela n’arrivera jamais en Tunisie ? je n’en ferais jamais le pari .

 

A force de tirer le diable par la queue , les apprentis sorciers ouvriront la boîte de pandore , et là , bon appétit , on verra toujours les éternels bons samaritains tirer leurs plans sur la comète et encore faire dans l’hypocrisie et le mensonge.notre détermination  s’imposera  à ben Ali qui est plus isolé que jamais ,et au vu de la tournure qu’on prit les événements depuis quelques temps ,il est plus que prévisible qu’il essaie tous sortes de tours de passe-passe et de subterfuges , malheureusement aussi , c’est un manège qui arrange bien aussi les calculs d’une certaine nomenklatura tunisienne , une corporation qui n’accepte pas la constitution de ce bloc démocratique qui l’a met sur la touche , elle s’accommoderait bien d’un ben Ali , mis encore bien plus sous contrôle , qui subitement deviendrait ouvert à « eux » et partageux ; depuis longtemps ils sont en stand-by , à la disposition de l’interventionnisme étranger , cet interventionnisme qu’ils appellent de tous leurs vœux , là,  son représentant à pris la tronche criminelle de ben Ali  , pour mieux désespérer dans cette guerre psychologique , toute velléité de résistance qui prétends à s’organiser sur le plan tunisien , ou arabe ou musulman , voilà où nous en sommes , ben Ali fait de la dictature , eux font de l’opportunisme , dans notre situation et celle des arabes c’est la même chose , la faiblesse des démocrates arabes , par manque de cohérence et de pragmatisme ,  donne leurs véritables dimensions à ces deux liberticides.

 

(Source : l’e-mag «El Khadra », N° 56 mis en ligne le 7 juin 2006) 


 


Intervention de Mourad Dridi au Congrès fondateur d’Alternative Libérale, du 14 mai 2006, à La Cigale
 

mercredi 7 juin 2006,  par Le Libre Tunisien

Bonjour à tous,

Tous réunis ici, nous avons choisi d’être des femmes et des hommes libres.
Nous tunisiens avons également choisi d’être des Hommes libres, d’être deslibres tunisiens.

Aujourd’hui, après l’embrigadement des masses arabes par des idéologiestotalitaires successives, le nationalisme, le socialisme et l’islamisme,convaincre de l’universalité de la liberté et de l’individu n’est pas
une tache aisée. Surtout lorsqu’on est confronté à une certaine mauvaise foi idéologique qui voit dans l’individu et dans la liberté, des notions occidentales.

La pire des choses qui peut arriver à la liberté, c’est de se trouver confinée par des théories fallacieuses à un espace géographique, à  l’homme occidental, à une culture chrétienne et à une classe bourgeoise. Les mouvements pro liberté chinois, bosniaques, géorgiens, ukrainiens, biélorusses, égyptiens, libanais ont montré, qu’indépendamment, de sa couleur, de sa religion, de son sexe, de sa classe, de sa culture ;
l’homme est né libre.

Il est nécessaire de le rappeler au nom de notre combat pour la liberté.
Qu’avant les John Locke, les John Milton. Qu’avant les penseurs libéraux du 18ème, 19ème et 20ème siècle, le Moyen Âge a connu des libéraux dont le penseur libre tunisien Abdar Rahman Ibn Mohamed Ibn Khaldoun. Ibn Khaldoun n’est pas seulement le père fondateur de la science économique et de la science sociale moderne mais il est surtout le premier qui a mis en
avant, qu’une économie libre et un choix libre sont à la base d’une forte cohésion sociale, nécessaire à un pays stable.

Non, l’homme arabe ne porte pas en lui la servitude. Oui, je suis tunisien, oriental, de culture musulmane, d’un quartier populaire de Tunis, la cité Ibn Khaldoun, et je suis un homme libre. Oui, je suis  libre
parce que j’ai choisi d’être un homme libre. Oui, je suis libre parce  que je porte la liberté en moi.

En revanche, tout au long du 20ème siècle les hommes politiques arabes  ne se sont pas privés d’importer des idéologies totalitaires, comme le nationalisme et le socialisme, pour asservir leur peuple et se
retrouver ainsi dans l’impasse.

Ce dont a besoin le monde arabe aujourd’hui, afin de renaître de ses cendres, c’est d’une deuxième phase libérale complémentaire, dans son essence avec celle initiée il y a plusieurs décennies par l’égyptien Rifaa Tahtawi et le tunisien Khair-Eddine Pacha.
Il est temps qu’une politique libérale, au vrai sens du terme, rende à l’homme arabe sa liberté naturelle. Cette liberté injustement confisqué par les pouvoirs successifs.

C’est de cette réalité arabe que la nécessité d’un mouvement libéral, populaire, réformiste et patriote, auquel j’appelle, trouve toute sa plénitude pour sortir la Tunisie du blocage sociétal, économique et
politique dans lequel elle se trouve.

Ce mouvement libéral tunisien ne peut avoir aujourd’hui d’autre  finalité que celle de créer les conditions nécessaires et les institutions adéquates pour que la liberté inscrite en l’homme soit vécue par tous
les Tunisiens.

J’entends par Institutions adéquates, des institutions libres et indépendantes, dont l’objectif est d’être un rempart pour la liberté individuelle et qui ont un pouvoir de contrôle et de destitution. Cela pour deux raisons essentielles :

-   D’une part, parce que sans limitation de ses pouvoirs, tout homme  est un despote ou un dictateur potentiel. Si aujourd’hui, le régime  tunisien est un régime liberticide et que Ben Ali est un despote, c’est
essentiellement parce les institutions du pays sont incapables de jouer leur rôle en cas de violations de la constitution ou de la loi. Je ne dis pas cela pour dédouaner Ben Ali mais pour insister sur un risque : tout opposant qui appelle au départ de Ben Ali est susceptible de se  comporter exactement comme lui s’il se retrouvait à la tête de l’Etat.

Or, je ne conçois pas notre combat pour la liberté en Tunisie comme un combat pour la substitution d’un despote par un autre, à l’instar de la ferme des animaux de George Orwell.

-   D’autre part, parce que les institutions libres et indépendantes  sont les seules garantes d’une alternative pacifique même dans le cas de l’ascension des islamistes au pouvoir. Le modèle turc constitue un
excellent exemple à méditer.

Afin de débloquer la situation dans laquelle se débat le monde arabe, il faudra intégrer les islamistes dans le jeu démocratique, voir faire l’expérience des islamistes au pouvoir. Parce qu’à l’instar de ce qui
s’est passé hier avec le socialisme. Il y’a fort à parier que c’est l’exercice islamiste du pouvoir qui tuerait l’islamisme, en montrant  que l’islam politique ne peut pas être la solution aux problèmes de la
cité.

Il s’agit là de l’enjeu politique des prochaines décennies.

Dans le cas de la Tunisie, seul un mouvement libéral, porteur de la conscience et des aspirations du peuple tunisien, est capable de nous sortir de la paralysie sociétale et politique actuelle, en conciliant
la liberté et l’intégration des islamistes tunisiens à la démocratie libérale.

Il est temps pour les libéraux indépendants, les libéraux du parti au pouvoir, les islamistes libéraux de se retrouver autour d’une  plate-forme politique libre les plaçant au centre de l’échiquier politique. Pour
enfin proposer aux tunisiens une alternative réelle et crédible et donner aux institutions tunisiennes une légitimité qu’elles n’ont jamais eu.

Merci

BIAT

Titrisation, première !

 

Technique consistant, pour une banque, à transformer en titres tout ou partie d’un portefeuille de prêts pour se refinancer sur le marché et se procurer des liquidités, la titrisation a fait son entrée en Tunisie. C’est la Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT) qui en a pris l’initiative.

 

Son président, Chekib Nouira, a annoncé, le 25 mai, la « réussite » de la première opération de titrisation de créances hypothécaires à travers le lancement, avec l’assistance technique de Maghreb Titrisation, une société marocaine spécialisée dans l’ingénierie financière, d’un fonds commun de créances doté de 50 millions de dinars.

 

L’opération procure à la BIAT des liquidités qu’elle compte utiliser pour distribuer des crédits à 25-30 ans au profit du secteur immobilier. Sur le plan comptable, cela permet à la banque d’améliorer son ratio « crédit sur capitaux propres ». 

 

(Source : Jeune Afrique N°2369 du 4 au 10 juin 2006)

 

La Tunisie à Chantilly

Depuis vingt-cinq ans, le sellier et couturier Hermès sponsorise le Prix de Diane à Chantilly, une des courses de chevaux les plus célèbres du monde. Traditionnellement, il place la journée sous le signe d’un pays. Dimanche 11 juin, la Tunisie sera à l’honneur.

 

Hermès a construit un village éphémère inspiré de Sidi Bou Saïd sur l’hippodrome pour accueillir ses 10 000 invités, parmi lesquels Tijani Haddad, ministre du Tourisme tunisien, et Raouf Najar, ambassadeur de Tunisie à Paris.

 

Côté animations : démonstration de cavaliers de la tribu des Zlass, musiciens et danseurs. La manifestation permettra de récolter des dons pour aider les enfants infirmes de Tunisie sous l’égide de l’association Handicap International. 

 

(Source : Jeune Afrique N°2369 du 4 au 10 juin 2006)

 

Youssef Seddik et Fawzia Zouari à Tunis

Les écrivains Youssef Seddik et Fawzia Zouari, celle-ci par ailleurs collaboratrice de Jeune Afrique, animeront, le 17 juin, à la Médiathèque Charles-de-Gaulle de Tunis, une rencontre au cours de laquelle ils évoqueront leur statut d’intellectuels tunisiens en France.

 

Chargé de conférence à l’École des hautes études en sciences sociales, le philosophe et anthropologue Youssef Seddik a publié, entre autres, un essai intitulé On n’a jamais lu le Coran.

 

Notre collaboratrice Fawzia Zouari, quant à elle, est romancière. Son dernier livre, La Retournée, vient de paraître en poche chez Ramsay. 

 

(Source : Jeune Afrique N°2369 du 4 au 10 juin 2006)

 


 

Les privilégiées de la République

par RIDHA KÉFI

 

Une loi instituant un nouveau régime de travail à mi-temps pour les femmes devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2007.

 

Dans un discours prononcé le 20 mars à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance, le président Zine el-Abidine Ben Ali a annoncé la promulgation prochaine d’une loi instituant pour les femmes un nouveau régime de travail à mi-temps. En fait, un tel régime existe déjà dans la fonction publique depuis 1985. Celles qui en bénéficient perçoivent déjà la moitié de leur salaire. Elles devraient bientôt en percevoir les deux tiers.

 

Dans une conférence de presse donnée le 3 avril au siège de l’Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE), Zouheir M’dhaffar, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Fonction publique et du Développement administratif, a précisé que les femmes soumises à ce nouveau régime continueront de bénéficier de conditions d’avancement et de promotion normales, des allocations familiales, de leur pension de retraite et de l’intégralité de leurs congés.

 

Le projet de loi définissant le champ d’application du nouveau régime, ainsi que les droits et obligations de ses bénéficiaires, a été examiné le 18 mai par un Conseil des ministres présidé par le chef de l’État. Il devrait l’être prochainement par la Chambre ?des députés. Date prévue de son ?entrée en vigueur : le 1er janvier 2007.

 

Selon nos informations, le nouveau régime ne concernera que les femmes ayant le statut d’agent de l’État, des collectivités locales et des entreprises publiques à vocation administrative. Celles-ci pourront en bénéficier, à leur demande, après accord de leurs supérieurs hiérarchiques directs. Elles devront cependant être âgées de 20 ans à 50 ans, avoir un ou plusieurs enfants de moins de 16 ans (âge légal du travail) ou un enfant handicapé profond. Le bénéfice de ce régime sera limité à une période de trois ans renouvelable deux fois, selon les besoins de l’enfant et le nombre d’enfants à charge. Selon les estimations officielles, quelque 69 000 salariées, sur un total de 156 000 employées de la fonction publique, devraient bénéficier de ces nouvelles dispositions.

 

Depuis l’indépendance, les Tunisiennes sont privilégiées par rapport aux femmes des autres pays où l’islam est religion d’État. Le code du statut personnel promulgué, dès 1956, par Habib Bourguiba les protège en effet contre la répudiation et la polygamie et leur accorde le droit de demander le divorce. Devenues électrices et éligibles en 1959, elles ont obtenu le droit à l’avortement dès 1965 - dix ans avant les Françaises !

 

Après son accession à la magistrature suprême, en 1987, Ben Ali s’est employé à compléter ce dispositif juridique. Dans son programme pour la présidentielle d’octobre 2004, il s’est même engagé à faciliter l’accès des femmes à des métiers valorisants, tout en leur permettant de concilier vie familiale et vie professionnelle. Concrètement, il souhaite qu’à échéance de 2009, date de la prochaine présidentielle, la participation des femmes dans les instances relevant des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire soit portée à 30 %.

 

Son projet de loi réglementant le travail à mi-temps a été salué par la plupart des Tunisiennes, mais a néanmoins suscité quelques critiques. Le 24 avril, par exemple, l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) a appelé les autorités à l’abandonner purement et simplement. À l’en croire, le futur texte risque de « porter préjudice aux principes de l’égalité entre les sexes et de la non-discrimination dans le travail défendus par les conventions internationales ». En outre, selon Ahmel Belhadj, la présidente de l’ATFD, il participerait d’une « vision patriarcale » et aurait pour véritable objectif de renvoyer les femmes à leurs foyers et de limiter leur rôle à l’éducation des enfants.

 

Le débat est donc ouvert. Et il ne concerne pas uniquement les femmes, même si les hommes tardent à faire entendre leur voix. Il est vrai que ceux qui sont mariés profiteront également, indirectement, de la nouvelle loi.

 

Dans un discours prononcé le 20 mars à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance, le président Zine el-Abidine Ben Ali a annoncé la promulgation prochaine d’une loi instituant pour les femmes un nouveau régime de travail à mi-temps. En fait, un tel régime existe déjà dans la fonction publique depuis 1985. Celles qui en bénéficient perçoivent déjà la moitié de leur salaire. Elles devraient bientôt en percevoir les deux tiers.

 

Dans une conférence de presse donnée le 3 avril au siège de l’Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE), Zouheir M’dhaffar, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Fonction publique et du Développement administratif, a précisé que les femmes soumises à ce nouveau régime continueront de bénéficier de conditions d’avancement et de promotion normales, des allocations familiales, de leur pension de retraite et de l’intégralité de leurs congés.

 

Le projet de loi définissant le champ d’application du nouveau régime, ainsi que les droits et obligations de ses bénéficiaires, a été examiné le 18 mai par un Conseil des ministres présidé par le chef de l’État. Il devrait l’être prochainement par la Chambre ?des députés. Date prévue de son ?entrée en vigueur : le 1er janvier 2007.

 

Selon nos informations, le nouveau régime ne concernera que les femmes ayant le statut d’agent de l’État, des collectivités locales et des entreprises publiques à vocation administrative. Celles-ci pourront en bénéficier, à leur demande, après accord de leurs supérieurs hiérarchiques directs. Elles devront cependant être âgées de 20 ans à 50 ans, avoir un ou plusieurs enfants de moins de 16 ans (âge légal du travail) ou un enfant handicapé profond. Le bénéfice de ce régime sera limité à une période de trois ans renouvelable deux fois, selon les besoins de l’enfant et le nombre d’enfants à charge. Selon les estimations officielles, quelque 69 000 salariées, sur un total de 156 000 employées de la fonction publique, devraient bénéficier de ces nouvelles dispositions.

 

Depuis l’indépendance, les Tunisiennes sont privilégiées par rapport aux femmes des autres pays où l’islam est religion d’État. Le code du statut personnel promulgué, dès 1956, par Habib Bourguiba les protège en effet contre la répudiation et la polygamie et leur accorde le droit de demander le divorce. Devenues électrices et éligibles en 1959, elles ont obtenu le droit à l’avortement dès 1965 - dix ans avant les Françaises !

 

Après son accession à la magistrature suprême, en 1987, Ben Ali s’est employé à compléter ce dispositif juridique. Dans son programme pour la présidentielle d’octobre 2004, il s’est même engagé à faciliter l’accès des femmes à des métiers valorisants, tout en leur permettant de concilier vie familiale et vie professionnelle. Concrètement, il souhaite qu’à échéance de 2009, date de la prochaine présidentielle, la participation des femmes dans les instances relevant des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire soit portée à 30 %.

 

Son projet de loi réglementant le travail à mi-temps a été salué par la plupart des Tunisiennes, mais a néanmoins suscité quelques critiques. Le 24 avril, par exemple, l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) a appelé les autorités à l’abandonner purement et simplement. À l’en croire, le futur texte risque de « porter préjudice aux principes de l’égalité entre les sexes et de la non-discrimination dans le travail défendus par les conventions internationales ». En outre, selon Ahmel Belhadj, la présidente de l’ATFD, il participerait d’une « vision patriarcale » et aurait pour véritable objectif de renvoyer les femmes à leurs foyers et de limiter leur rôle à l’éducation des enfants.

 

Le débat est donc ouvert. Et il ne concerne pas uniquement les femmes, même si les hommes tardent à faire entendre leur voix. Il est vrai que ceux qui sont mariés profiteront également, indirectement, de la nouvelle loi.

 

(Source : Jeune Afrique N°2369 du 4 au 10 juin 2006)

 


L’Iran n’est pas la Libye

R.K., Tunisie

 

« Pourquoi le précédent libyen ne pourrait-il pas servir de modèle au règlement de la crise iranienne, comme l’admettent aujourd’hui les responsables américains ?» se demande le Financial Times (J.A. n° 2367). Il y a plusieurs raisons - iraniennes - qui expliquent pourquoi le précédent libyen n’a aucune chance de servir de modèle.

 

En voici quelques-unes : les Iraniens, contrairement aux Libyens, n’ont rien à se reprocher. Car ils n’ont agressé aucun pays limitrophe ni commandité des attentats contre des avions de ligne étrangers. Certes, on les accuse toujours de protéger les réseaux terroristes, mais on n’en a apporté aucune preuve tangible. Pour l’instant, ces réseaux sont constitués d’éléments djihadistes sunnites, et non chiites. Les Iraniens ont été eux-mêmes victimes d’attentats terroristes et d’agressions militaires américaines, notamment la destruction en vol d’un avion de ligne iranien en 1987, qui a causé la mort d’une cinquantaine de civils. Téhéran serait bien inspiré de demander des réparations à Washington - c’est le contraire de l’affaire de Lockerbie.

 

De même, les Américains ont longtemps armé et poussé Saddam, leur allié d’hier, à faire la guerre à l’Iran. Le programme nucléaire iranien, contrairement à celui de la Libye, est bien avancé. Pourquoi Téhéran accepterait-il de démanteler sans sérieuse contre-partie. Contrairement à Kaddafi, dont le pouvoir est illégitime, Mahmoud Ahmadinejad est élu plus ou moins démocratiquement.

 

Son élection est d’ailleurs la conséquence directe des pressions américaines, qui ont rallumé le sentiment nationaliste perse. On pourrait trouver bien d’autres raisons qui démontrent aux Américains que leurs analyses, souvent trop schématiques, ne résistent pas à l’épreuve des réalités. Comme dans l’affaire de l’Irak, où ils sont embourbés jusqu’au cou, ils continuent de prendre leurs désirs pour des réalités.

 

(Source : Jeune Afrique N°2369 du 4 au 10 juin 2006)


Home - Accueil - الرئيسية