الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

7avril06f

Home - Accueil - الرئيسية

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس

Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.

Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
6 ème année, N° 2146 du 07.04.2006
 archives : www.tunisnews.net

Le Monde : Tunisie : Washington dénonce le "harcèlement" de l'opposition
AFP: Réunion de l'Otan avec ses partenaires méditerranéens   
AP: Maroc: réunion entre l'OTAN et les pays du Sud de la Méditerranée vendredi
AFP:  Accord de principe pour associer trois autres pays à une opération de l'Otan
AFP: UE: les importations d'habillement de Chine explosent de 47% en 2005 (IFM)   
Mondher Sfar: Neila Charchour Ou le fiasco du Programme Américain de Démocratie dans le Monde Arabe
Houcine Ghali: le drame de l'opposition tunisienne
Site de la présidence Autrichienne : Ursula Plassnik : « La Tunisie, pionnière du processus de Barcelone »
Jeune Afrique: Printemps 56 : la libération du Maroc et de la Tunisie 
Jeune Afrique: Mohamed Talbi et ses contradictions
 
 

Une interview prévue avec le Pr BEN SALEM … annulée

 

Sous pression des autorités tunisiennes, une interview prévue avec le Pr BEN SALEM de la chaîne ALARABIYA le 06/04/2006 à 20 heures "Paris time" a été annulée.

 

Contact Pr BEN SALEM (en Tunisie) : 0021674274053

                                                              0021697856447

 

0033611710838

عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 

(Source : liste de diffusion « Ahrar Tounes, <عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.>   le 7 avril 2006 à 6h38, Heure de Paris)


Tunisie : Washington dénonce le "harcèlement" de l'opposition
 

Cinq mois après la tenue, à Tunis, du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) organisé par les Nations unies, la situation des droits de l'homme en Tunisie enregistre une nouvelle détérioration, au point de susciter une réaction officielle de la part de Washington.
 
"Les Etats-Unis s'inquiètent des récentes informations sur le harcèlement à l'encontre de militants et d'organisations de la société civile en Tunisie, et notamment de la situation de Neila Charchour Hachicha et de sa famille (...) qui a été, à notre avis, visée injustement", a déclaré, lundi 3 avril, un porte-parole du département d'Etat, avant de citer le cas de l'avocat Mohammed Abbou, emprisonné depuis mars 2005 pour avoir publié sur Internet un article critique à l'égard du président Ben Ali. En grève de la faim depuis le 11 mars, cet avocat de 39 ans est, selon ses proches, dans un état de santé extrêmement préoccupant.
 
"Tout cela s'ajoute aux difficultés faites aux organisations civiles (...) et aux efforts pour limiter la liberté d'__expression des partis de l'opposition légale", a encore indiqué le porte-parole américain, invitant le gouvernement tunisien à prendre "des mesures conformes à ses intentions déclarées de lancer des réformes démocratiques".
 
BRIMADES ET AGRESSIONS
 
Fondatrice du Parti libéral méditerranéen, lancé en 2002 mais jamais agréé, Neila Charchour Hachicha ne faisait pas partie, jusqu'à une date récente, de l'opposition tunisienne. Elle était même considérée comme plutôt proche du régime. Ce sont les tracasseries de la vie quotidienne infligées en Tunisie à toutes les voix un tant soit peu critiques qui ont fini par la faire basculer dans la contestation.
 
A la suite d'un entretien accordé au Monde (16 novembre 2005) puis d'une conférence à Washington à l'American Enterprise Institute sur le thème "Dissidence et réformes dans le monde arabe", et enfin d'un entretien à la chaîne de télévision Al-Jazira, Neila Charchour Hachicha s'est vu infliger le même traitement que des personnalités telles que Souhayr Belhassen, vice-présidente de la Ligue tunisienne des droits de l'homme (LTDH), ou la journaliste Naziba Rjiba, alias "Om Zied", l'une des "plumes" du magazine en ligne Kalima.
 
Tour à tour insignifiantes ou lourdes de conséquences, en tout cas presque toujours impossibles à prouver, ces brimades vont de la privation de passeport à la confiscation de la voiture, au montage photo pornographique mettant en scène l'intéressé ou un membre de sa famille, en passant par l'agression physique. 
 
Florence Beaugé
 
(Source : « Le Monde » du 08 avril 2006)


       
Accord de principe pour associer trois autres pays à une opération de l'Otan
 
 AFP, le 07.04.2006 à 14h31
RABAT, 7 avr 2006 (AFP) - Le secrétaire général adjoint de l'Otan, l'Italien Alessandro Minuto Rizzo, a indiqué vendredi à Rabat que l'Alliance a donné un "accord de principe" pour la participation du Maroc, de l'Algérie et d'Israël à l'opération maritime "Engagement actif", lors d'un point de presse.
Le Maroc, l'Algérie et Israël avaient manifesté un intérêt pour participer à cette opération (Active Endeavour) lancée par l'Otan en Méditerranée après les attentats du 11 septembre 2001.
Il s'agit de patrouilles maritimes pour surveiller la circulation de navires marchands notamment dans le détroit de Gibraltar.
"L'Otan a donné un accord de principe à la participation des trois pays", a indiqué M. Rizzo en réponse à une question de l'AFP.
Les directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des 7 pays participant au "Dialogue méditerranéen" (Israël, Jordanie, Egypte, Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie) et les représentants des 26 pays membres du Conseil de l'Alliance ont participé à la réunion de Rabat, la première du genre tenue dans un pays arabe.
Un fonds pour financer le dialogue social a été proposé par l'Espagne avec le soutien de la Norvège, a indiqué M. Rizzo.
Les participants ont également décidé de mettre en place une "cellule de partenariat" pour faciliter la coopération avec des pays du sud de la Méditerranée, a précisé le responsable de l'Otan.
 
AFP


Réunion de l'Otan avec ses partenaires méditerranéens
   
AFP, le 07.04.2006 à 10h43
                      RABAT, 7 avr 2006 (AFP) - La réunion de l'Otan avec ses sept  partenaires méditerranéens, destinée à relancer leur coopération  politique et militaire initiée en 1995, s'est ouverte vendredi à  Rabat, a constaté un journaliste de l'AFP.
                      C'est la première fois que l'Otan organise une réunion à un tel  niveau dans un pays du Maghreb ou du Proche-Orient. 
                      Les directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères  des 7 pays participant au "Dialogue méditerranéen" (Israël,  Jordanie, Egypte, Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie) et les  représentants des 26 pays membres du Conseil de l'Alliance prennent  part à cette rencontre.
                      Le secrétaire général adjoint de l'Otan, l'Italien Alessandro  Minuto Rizzo, préside la réunion, remplaçant le secrétaire général  Jaap de Hoop Scheffer absent pour cause de "maladie".
                      "Dans le dialogue méditerranéen, on se base sur trois  convictions: l'interdépendance en matière de sécurité entre pays  concernés, la volonté politique de faire face à cette question de la  sécurité et le dialogue comme instrument privilégié", a déclaré M.  Minuto Rizzo à l'ouverture de la réunion.
                      "Il y a un enthousiasme grandissant autour du dialogue  méditerranéen", a-t-il affirmé.
                      Le représentant du ministère marocain des Affaires étrangères,  Omar Hilal, a souligné que "le terrorisme international, les  conflits de haute ou basse intensité, l'immigration clandestine, la  prolifération des armes de destruction massive et le trafic de  drogue et des armes constituent des défis majeurs, non pas au Nord  ou au Sud (de la Méditerranée), mais pour tous les pays de la  région".
                      La réunion doit notamment porter sur "l'avancement du Dialogue  méditerranéen et de notre coopération pratique et politique", avait  indiqué à Bruxelles Jaap de Hoop Scheffer, ajoutant qu'il y "aura  certainement un volet politique et militaire".
                      Le "Dialogue méditerranéen" entre l'Otan et 7 pays du Maghreb et  du Proche-Orient a été lancé en 1995. Ce programme n'avait pas  dépassé le stade de contacts informels à cause du conflit  israélo-palestinien et des réticences de ces pays à se rapprocher de  l'alliance militaire occidentale dominée par les Etats-Unis.
                      Jeudi, à Rabat, quelque 200 militants marocains de gauche ont  manifesté devant le siège du parlement pour protester contre la  tenue de la réunion de l'Otan au Maroc.
 
AFP        


Maroc: réunion entre l'OTAN et les pays du Sud de la Méditerranée vendredi
                     
Associated Press, le 06.04.2006 à 18h40
                      RABAT (AP) -- Le Maroc accueillera vendredi à Rabat une réunion entre les 26 représentants permanents du conseil de l'OTAN (Organisation de traité de l'Atlantique nord) et les sept pays du Dialogue méditerranéen (Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Israël et Jordanie).
                      "Il s'agit de la première réunion du genre dans un pays du monde arabe" soulignait-on au ministère marocain des Affaires étrangères.
                      Cette réunion se tiendra en présence de Jaap de Hoop Scheffer, secrétaire général de l'Alliance atlantique, et de hauts responsables militaires et civils de l'Organisation.
                      Lors du sommet de l'OTAN à Istanbul en juin 2004, l'Alliance atlantique avait appelé à une "coopération renforcée avec les pays membres du Dialogue méditerranéen dans la lutte contre le terrorisme, l'échange d'informations et la gestion des crises".
                      Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, l'OTAN a lancé l'opération "Action Endeavour" en Méditerranée. Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, des navires de l'Alliance patrouillent en mer Méditerranée et escortent des navires civils dans le détroit de Gibraltar. L'initiative est soutenue par les Etats de la région dans le cadre du Dialogue méditerranéen instauré en 1994.
 
Associated Press
 


UE: les importations d'habillement de Chine explosent de 47% en 2005 (IFM)
   
AFP, le 07.04.2006 à 11h18
PARIS, 7 avr 2006 (AFP) - Les importations d'habillement de  l'Union européenne en provenance de Chine ont grimpé en 2005 de 47%  à 16,5 milliards d'euros, suite au démantèlement des quotas depuis  le 1er janvier 2005, a annoncé l'Institut français de la mode (IFM)  vendredi.
 
Les importations textiles (fils, tissus, textiles de maison) de  l'UE venant de Chine ont aussi grimpé en 2005, année où l'UE a  décidé d'ouvrir totalement son marché aux produits chinois. Elles  ont gagné 25% à 4,44 milliards.
 
Au total, l'UE a importé pour 53 milliards d'euros  d'habillement, en hausse de 8% par rapport à 2004, et 20 milliards  d'euros de textiles (+1%).
 
Pour l'habillement, "il y a eu deux gagnants du démantèlement  des quotas en 2005: la Chine, mais aussi l'Inde qui a vu ses  exportations grimper de 32% (à 3,07 milliards)", a commenté Gildas  Minvielle, responsable de l'Observatoire économique de l'IFM, au  cours d'une conférence de presse.
 
"En revanche, la situation de la Tunisie et du Maroc s'est  fragilisée", a-t-il dit. La Turquie, l'Egypte et la Roumanie ont  aussi souffert de ce démantèlement.
 
 
Neila Charchour
Ou le fiasco du Programme Américain de Démocratie
dans le Monde Arabe

 

            Il n’y a plus aucun doute pour les militants démocrates du monde arabe : Le Programme Américain pour la Démocratie dans le Monde Arabe est mort de sa belle mort. Il est définitivement enterré par ses propres promoteurs américains ! Ceux-ci n’ont même pas pu défendre leur illustre et néanmoins courageuse protégée : Neila Charchour. Elle est leur première victime, et espérons qu’elle en reste la dernière.
            Espérons aussi que les centaines de militants du monde arabe qui ont appuyé le programme américains en tirent les leçons et ne se fassent pas ‘couillonner’ à leur tour.
            Les militants arabes doivent savoir que les Américains investissent énormément en Tunisie et ils ont établi des programmes de tous genres avec la Tunisie. Cependant, Ben Ali est en perte de vitesse et il est affaibli et isolé. Le peuple le déteste parce qu’il lui a menti en lui promettant la démocratie et les libertés. Même les hommes d’affaires ne trouvent plus leur compte avec le régime. Et pourtant, il aurait suffi de la part de Bush d’une simple remarque pour que Ben Ali s’exécute. Mais l’administration américaine ne l’a pas fait. Et elle ne l’a pas fait parce qu’elle n’a jamais voulu sérieusement démocratiser le monde arabe. Au fond d’elle-même, elle pense que la démocratie et la liberté sont contraires stratégiquement parlant avec les intérêts se son principal allié : Israël.
            En somme, avec ou sans le pseudo Programme de Démocratisation, le Monde arabe va continuer pour encore quelques décennies à vivre sous la férule des dictatures soutenues par les promoteurs de ce Programme de Démocratisation.
            La situation ne changera qu’avec l’arrivée des Islamistes purs et durs au pouvoir, comme en Palestine. C’est la seule issue qui reste pour le rétablissement de la… démocratie !
 
Paris, le 7 avril 2006
Mondher Sfar
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 

 
 

LE DRAME DE L'OPPOSITION TUNISIENNE

Houcine Ghali, Genève

 

Lorsque le président Ben Ali a chassé Bourguiba du pouvoir le 7 novembre 1987 pou s'y installer sans la moindre légitimité, le peuple tunisien et l'ensemble de la classe politique ont manifesté leur enthousiasme pour la "nouvelle ère" promise et l'alternance qui se dessine.

 

L'artisan du coup d'Etat médical a été plébiscité au delà de son espérance et même le Mouvement de la tendance islamiste ( MTI ), devenue après Ennahdha ( Renaissance ), lui a manifesté un soutien pragmatique en faisant semblant de jouer le jeu de la réconciliation, dans le seul but de glaner une reconnaissance jamais octroyée durant le règne de Bourguiba.

 

L'euphorie engendrée par ce changement inespéré et les promesses tous azimuts dispensées par le "sauveur de la nation" ont grisé un peuple habitué à un paternalisme schizophrénique durant les 30 ans de règne d'Habib Bourguiba.

 

Dix huit ans après, la situation en Tunisie se trouve pire qu'avant : répression sans précédent, brutalité policière, règne de l'arbitraire, pratique courante de la torture, confusion entre le parti dominant ( RCD ) et l'Etat, plébiscites iniques, opposition légale domestiquée, militants des droits humains pourchassés, corruption généralisée et mainmise des composantes des clans au pouvoir sur l'économie du pays.

 

L'absence d'un projet concret qui bouleverse dans les faits l'ordre établi jusqu'à 1987 et qui permet la participation effective des citoyens à leur devenir a engendré désenchantement et frustration. Les rouages du pouvoir continuent de planifier, décider, choisir et présenter les orientations que le peuple doit accepter sans concertation ni délibération préalables.

 

L'opposition officielle s'est contentée de promesses émanant d'un président autoritaire qui a servi plus de vingt ans un pouvoir destourien dominé par un Bourguiba sénile, schizophrène et castrateur. Les plébiscites ubuesques et la promulgation de textes  législatifs par un Parlement  domestiqué constituent de pseudo-pratiques démocratiques qui cachent  mal un despotisme jamais égalé.

 

Pour bien affermir son régime, le général/président a su fabriquer une opposition officielle sur mesure qui fait sans relâche l'éloge de l'artisan de " l'ère nouvelle" sans présenter un quelconque projet ni pour une participation au pouvoir ni pour une possible alternance.

 

Le drame de l'opposition tunisienne réside incontestablement dans son impuissance d'avoir un impact sur les masses laborieuses, les laissés pour compte et les démunis. Ses actions politiques se sont toujours exprimées par les manifestations d'un groupe d'intellectuels concentrés en général à la capitale Tunis et jamais suivies par un élan populaire capable de peser sur les orientations idéologiques du pouvoir en place. Il est bien beau de mettre en avant la revendication des droits humains, l'exigence de la démocratie et la pratique de la liberté, tandis que la majorité des Tunisiens pensent d'abord à avoir un travail et de quoi nourrir leurs familles. Des problèmes concrets comme l'avenir des classes moyennes, de la paysannerie, de la montée des inégalités sociales, du pouvoir d'achat qui ne cesse de se dégrader , de l'explosion du chômage, de la déprime de la jeunesse, du surendettement des familles, de la corruption rampante, de la défaillance de l'Etat providence, de l'arnaque instaurée à travers la fiscalité et les gonflements des factures de l'eau, de l'électricité et du téléphone, ont  été dédaignés par toutes les franges de l'opposition tunisienne et n'ont pas constitué leur cheval de batail permettant la mobilisation de la population.

 

Sur ces points fondamentaux, l'opposition s'est toujours avérée absente, ignorant superbement les intérêts premiers des gens et ne s'occupant que de ses propres fantasmes en cherchant par l'activisme politique une compensation à ses diverses frustrations.

 

 Ni les partis de l'opposition officielle, ni les partis radicaux reconnus, ni les organisations de la société civile bannies mais actives sur la scène politique ne sont parvenus à se mettre d'accord sur un programme minimal de lutte leur permettant de constituer un genre de front commun face au pouvoir destourien. Quelques tentatives dans ce sens n'ont guère aboutit et l'intransigeance des uns n'a d'égale que la volonté des autres à accepter avec délectation les sollicitations du régime issu du 7 novembre 1987.

 

Au sein de l'opposition tunisienne, on assiste donc à des affrontements politico-idéologiques et la lutte politique n'a jamais eu pour socle des programmes, une vision claire du devenir du peuple et une stratégie efficace pour l'alternance au pouvoir.

 

L'expérience de bloc des différentes composantes de l'opposition radicale en Europe de l'Est et en Amérique latine a fini par payer mais sans interpeler en quoique ce soit l'opposition tunisienne avec toutes ses composantes.

 

C'est à croire que les Arabes sont damnés et qu'ils vivent en dehors de l'Histoire, puisque toutes les nations du monde évoluent sauf celle issue du prophète Mohamed!

 

Houcine Ghali, Genève

05.04.2006

 


 

Ursula Plassnik : « La Tunisie, pionnière du processus de Barcelone »

Signature d’un accord-cadre financier bilatéral 

La ministre des Affaires étrangères et présidente du Conseil de l’UE Ursula Plassnik a rencontré ce jour son homologue tunisien, Abdelwahab Abdallah, pour une réunion de travail. La politique européenne de voisinage et le partenariat euroméditerranéen figuraient au centre des débats. Des thèmes bilatéraux et régionaux ont également été abordés, notamment la nouvelle situation au Proche-Orient après la formation du gouvernement palestinien et les élections en Israël ainsi que le dialogue entre les cultures et les religions.

 

« La Tunisie est pionnière dans le processus de Barcelone, dans le cadre duquel l'UE travaille en étroite collaboration avec ses partenaires méditerranéens depuis plus de 10 ans. Ces dernières années nous ont montré l’impact incontestablement positif du processus de Barcelone sur le dialogue entre les pays et sur le développement économique et social dans la région. Par ailleurs, la Tunisie fait également partie des premiers participants à la politique européenne de voisinage au titre de laquelle des paquets de coopération sur mesure se traduisant en plans d'action sont élaborés conjointement. La coopération avec la Tunisie va des questions économiques à la lutte commune contre le terrorisme et l'immigration illégale en passant par le renforcement de l’État de droit et la promotion de la démocratie. C'est un signe encourageant pour toute la région que l'UE travaille concrètement avec la Tunisie afin de créer un sous-comité sur les droits de l'Homme », a expliqué Mme Plassnik.

 

« Les relations bilatérales entre l’Autriche et la Tunisie sont excellentes elles aussi. À l’avenir, nous voulons intensifier le dialogue politique et les relations économiques et cultures », a poursuivi la ministre des Affaires étrangères, évoquant le comité bilatéral ad hoc d'intensification de la coopération qui se réunira pour la troisième fois en automne.

 

« Avec la signature ce mercredi d’un accord-cadre financier, nous espérons être parvenus à intensifier de manière significative nos relations économiques », a conclu la ministre des Affaires étrangères. D’autres accords bilatéraux sur la coopération en matière de sécurité et de protection civile sont en cours d’élaboration.

 

6 Avril 2006

 

(Source : « Site de la présidence Autrichienne 2006 », le 6 avril 2006)

URL: http://www.eu2006.at/fr/News/Press_Releases/April/0504PlassnikAbdallah.html

 


 

 

France-Maghreb : hausse des échanges

par SAMIR GHARBI

 

Selon les statistiques publiées en mars par la Chambre de commerce franco-arabe (CCFA), les échanges de marchandises entre la France et l’Afrique du Nord ont augmenté de 15 % en 2005, pour atteindre 23,4 milliards d’euros. C’est deux fois plus que le commerce de la France avec les pays arabes du Golfe, ou avec l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, et davantage que ses échanges avec la Chine (22 milliards) ou le Japon (16 milliards).

 

Pour mesurer le poids réel de chaque partenaire, nous avons divisé le total des échanges par la population. Résultat : la Tunisie se classe au premier rang avec 530 euros par habitant (de ventes et d’achats à la France en 2005). C’est vingt fois plus que l’Égypte (26 euros) et treize fois la moyenne africaine (40 euros). Pour la Tunisie, c’est d’autant plus important que son commerce avec la France est désormais bénéficiaire : 166 millions d’euros en 2005. Cet excédent contraste avec le déficit enregistré par le Maroc (415 millions) ou l’Algérie (986 millions). 

 

(Source : Jeune Afrique, N° 2360 du 2 au 8 avril 2006)

 

Pour l’unité du Maghreb

Moncef Guen, Président de l’Association du Grand Maghreb

 

J’ai beaucoup apprécié votre éditorial sur les « doyens de l’indépendance » (voir J.A. n° 2357). Il confirme, une fois encore, votre militantisme pour la libération nationale de la Tunisie et pour la cause du Maghreb. L’erreur historique commise par notre génération et celle qui nous a précédés est de n’avoir pas su ou pu faire avancer un Maghreb économique dès les premières années de l’indépendance, aux premiers balbutiements de la planification et quand l’Europe lançait la Communauté du charbon et de l’acier puis, en 1956, le Marché commun. Il n’y avait pas de Sahara occidental à l’époque et l’enthousiasme pour l’unification du Maghreb était à son apogée. Le peuple maghrébin paie lourdement les conséquences de cette erreur.

 

Nous ne devons plus nous croiser les bras. Il faut que deux pays, au minimum, commencent le parcours : Maroc-Tunisie ou Algérie-Tunisie, faute d’Algérie-Maroc. Je suis convaincu que, à l’instar de l’Europe, le premier pas franchi entraînera une évolution naturelle des événements. Beaucoup de jeunes Maghrébins, ainsi que des entrepreneurs et cadres des trois pays, Algérie, Maroc, Tunisie, apprécieront de voir un magazine comme Jeune Afrique poser le problème de l’absurdité du blocage de la construction maghrébine.

 

(Source : Jeune Afrique, N° 2360 du 2 au 8 avril 2006)

 

Citer les Livres avec exactitude

C. Guizonnier, Bordeaux, France

 

Je suis un fidèle lecteur de votre journal, que je lis chaque semaine avec plaisir. En général, j’aime bien les articles de Mohamed Talbi, qui sont toujours objectifs et mesurés.

 

Pourtant, en page 112 de votre numéro 2353, M. Talbi écrit dans son article intitulé « Intox et liberté »: « Le terme terroriste n’existait pas encore pour désigner [le prophète Mohammed], mais il fut introduit dans l’actuel catéchisme de l’Église catholique (§ 2297) avec une allusion à peine voilée à l’islam. »

 

Je suis allé consulter mon catéchisme de l’Église catholique et, au paragraphe 2297, voici ce qui est écrit: « Ces enlèvements et les prises d’otages font régner la terreur et, par la menace, exercent d’intolérables pressions sur les victimes. Ils sont moralement illégitimes. Le terrorisme qui menace, blesse et tue sans discrimination est gravement contraire à la justice et à la charité… »

 

Où M. Talbi voit-il, dans cet article, une allusion à Mohammed et à l’islam ? Il n’est pas bon d’écrire des choses inexactes lorsqu’il s’agit (surtout aujourd’hui) de l’islam et des chrétiens.

 

(Source : Courrier des lecteurs, Jeune Afrique,

N° 2360 du 2 au 8 avril 2006)

Printemps 56 : la libération du Maroc et de la Tunisie

par SAMY GHORBAL

 

Un documentaire de France 5 célèbre le cinquantenaire de l’indépendance des deux anciens protectorats français du Maghreb. Un anniversaire ignoré par les autres chaînes et les grands médias tricolores.

 

Un Mitterrand peut en cacher un autre. Tunis, le 20 mars 1956. Une foule en liesse célèbre la fin du protectorat français. Habib Bourguiba savoure son triomphe : ce jour marque l’aboutissement du combat d’une vie et le propulse au panthéon des grands hommes. Il est et sera pour toujours El-Moujahid el-Akbar, le Combattant suprême. La République française, qui a accepté le principe du retrait graduel en signant les accords de Carthage, le 31 juillet 1954, s’associe à l’événement en dépêchant son garde des Sceaux, François Mitterrand.

 

Paris, mars 2006. Le Maroc et la Tunisie ont fêté, à quelques jours d’intervalle, le cinquantième anniversaire de leur indépendance. Une commémoration qui a rencontré peu d’écho médiatique en France. La presse, hormis L’Express et Le Nouvel Observateur, qui ont chacun consacré un cahier spécial au Maroc, a oublié d’en rendre compte. La télévision, elle, n’a pas bouleversé ses programmes. Seule France 5, la petite dernière des chaînes du service public de télévision, s’est singularisée en diffusant Un printemps 56, très beau documentaire en deux parties (deux fois cinquante-deux minutes), signé Frédéric Mitterrand, le neveu de l’autre…

 

Homme de télévision aux multiples talents (animateur, scénariste, réalisateur), Frédéric Mitterrand, 59 ans, est un amoureux de la Tunisie, pays qu’il considère comme sa seconde patrie, dont il a demandé et obtenu la nationalité, et où il réside une partie de l’année. C’est aussi un familier du Maroc, où il a vécu une partie de son adolescence. Épaulé par son ami Yannis Chebbi, le patron d’origine tunisienne d’Électron Libre, une société de production audiovisuelle indépendante, c’est donc « tout naturellement » qu’il s’est attelé à la réalisation de ces deux documentaires jumeaux, il y a un peu plus d’un an. Construits et découpés de manière similaire, sur un mode narratif, les films accordent une place centrale aux deux héros de la marche vers l’indépendance du Maroc et de la Tunisie, le sultan Mohammed Ben Youssef, le futur Mohammed V, et l’avocat nationaliste francophile Habib Bourguiba.

 

Un choix éditorial à la fois cohérent et discutable, qui simplifie le récit et le rend accessible aux non-initiés, mais qui, s’agissant de l’épisode marocain, présente l’inconvénient de réduire, voire d’occulter le rôle pourtant essentiel d’acteurs comme Abderrahim Bouabid, Abderrahmane Youssoufi, ou encore Mehdi Ben Barka.

 

Mitterrand s’est beaucoup appuyé sur les archives des actualités cinématographiques françaises, des images estampillées « coloniales », mais qui constituent souvent la seule source documentaire disponible. Il s’est attaché cependant, dans ses commentaires et en faisant intervenir des grands témoins, à corriger et mettre en perspective ces documents.

 

Un printemps marocain comporte quelques morceaux d’anthologie. Parmi les scènes les plus marquantes : la prosternation du glaoui de Marrakech, implorant, à genoux, le pardon du sultan après son retour d’exil, et ces rares et inédites séquences de bonheur familial, montrant Mohammed V et ses enfants pique-niquant à la campagne ou batifolant dans une piscine, extraites des archives personnelles de la famille royale, prêtées à l’auteur par la princesse Lalla Amina, la sœur cadette de feu Hassan II.

 

Le film sur la Tunisie, quoique moins riche sur le plan iconographique, est mieux maîtrisé, davantage nuancé et, peut-être, plus émouvant. Bourguiba, que l’on voit sur de nombreux clichés, s’y taille évidemment la part du lion. Mais personne n’est oublié, et surtout pas le bey Moncef, objet d’une extraordinaire vénération populaire, patriote ombrageux et courageux, monté sur le trône en 1942 et déposé un an plus tard par le général Juin, le résident français. Le rôle du syndicaliste Farhat Hached, assassiné, en décembre 1952, à l’âge de 38 ans, par les terroristes de la Main rouge, est également souligné, avec insistance et justesse. Le casting des témoins est rendu remarquable par la présence de celui que les Tunisiens appellent familièrement « Bibi », Habib Bourguiba junior, le fils unique du zaïm, issu de son union avec la Française Mathilde Lorrain, et des anciens ministres Mohamed Sayah, Driss Guiga, Ahmed Mestiri, Béchir Ben Yahmed et Noureddine Hached.

 

Le sens politique du fondateur du Néo-Destour, la formidable magie de son verbe, le magnétisme de son charisme, mais aussi ses accès de mesquinerie, sont décortiqués et analysés avec nuance et lucidité. Mais le témoignage le plus bouleversant est sans conteste celui du vieux militant communiste Georges Adda, lorsqu’il raconte le courage devant la mort de trois militants nationalistes, s’époumonant à chanter l’hymne national alors qu’on les conduit au poteau d’exécution. Instant cruel et magnifique : les murs de la prison de Tunis se mettent à trembler lorsque le chant des patriotes est repris, en chœur, par les 1 000 autres détenus, et couvre le bruit des rafales...

 

Les films, diffusés les 18 et 25 mars 2006 sur France 5, ont fait également l’objet d’une projection spéciale organisée à l’Institut du monde arabe (IMA) dans la soirée du lundi 27 mars, devant l’ambassadeur du Maroc à Paris, Fathallah Sijilmassi. Son homologue tunisien, Raouf Najar, qui devait aussi y assister - et qui était présent lors de l’avant-première, le 16 mars, à France Télévisions -, a en revanche fait faux bond sans explication. Faut-il y voir le signe d’un certain malaise qui règne, en Tunisie, autour de ces cérémonies du cinquantenaire, organisées sans faste particulier ? Le Maroc de Mohammed VI a célébré l’événement en grande pompe, à Rabat, le 16 novembre 2005, avec quelques mois d’avance sur le calendrier officiel* en présence de nombreux invités étrangers, dont les Premiers ministres français et espagnol Dominique de Villepin et José Luis Rodriguez Zapatero. Ce fut l’occasion d’un grand débat national sur le bilan d’un demi-siècle d’indépendance, qui a culminé avec la remise du « Rapport du cinquantenaire » (voir J.A.I. n° 2349).

 

La Tunisie, elle, s’est contentée du service minimum : un discours, à tonalité très économique, du président Zine el-Abidine Ben Ali, devant les cadres et militants du parti, à Radès, le 20 mars, et un défilé militaire le lendemain, aux Berges du Lac. Mais la réflexion sur le bilan et les perspectives d’ouverture politique a été, elle, pour l’instant, soigneusement escamotée. Et la société civile n’a pas eu son mot à dire…

 

(*) La date retenue coïncide en fait avec l'anniversaire du retour d'exil de Mohammed V, le 16 novembre 1955.

 

(Source : Jeune Afrique, N° 2360 du 2 au 8 avril 2006)

 


Mohamed Talbi et ses contradictions

par NEJIB BOUZIRI, LA MARSA, TUNISIE

 

Lors de la polémique née des « caricatures du Prophète », Mohamed Talbi écrit, dans votre n° 2353 du 13 au 18 février 2006, sous le titre « Intox et liberté » : « Ce qui importe, c’est ce qui se profile derrière et cela ressort avec une nette évidence de l’émission Envoyé spécial (France 2, jeudi 2 février 2006, 20 h 50). Tout tient en deux mots : l’islam terrorise et avilit les femmes. Images d’archives à l’appui, ce fut le procès en règle de l’islam qui tue les journalistes, les cinéastes et autres artistes. L’islam avilit les femmes, image de la smala de Mohammed en illustration… »

 

Dans « La grande interview » publiée dans le n° 2346-2347, et sans que l’intervieweur soulève la question, Mohamed Talbi prenait seul l’initiative d’inviter dans ses propos Michel Houellebecq afin que ce dernier puisse clamer que « l’islam est la religion la plus con du monde ». Il ne pouvait pas ne pas voir que ce qui se profilait derrière cette phrase « tient en deux mots » : l’islam est le terreau du terrorisme, il tue les journalistes, les cinéastes, les écrivains, il avilit les femmes, etc. Mais il faut aller plus loin, car, quand Michel Houellebecq proclame que « l’islam est la religion la plus con du monde », il insulte Dieu, le Coran, le prophète Mohammed, Moïse, Jésus et tous les autres prophètes que l’islam reconnaît ainsi que le milliard et demi de musulmans.

 

Mohamed Talbi, qui a si bien vu ce qui se profilait derrière les caricatures du Prophète, non seulement n’a rien vu de ce qui se profilait derrière la phrase de Michel Houellebecq, qu’il considère comme un témoignage, mais il se plaît à dire : « Il a dit que l’islam est la religion la plus con du monde. Pourquoi pas ? » Et ajoute : « Mais il peut dire ce qu’il veut et partout. Je peux dire que le Coran, c’est de la connerie. »

 

Ce faisant, Mohamed Talbi ne s’est sans doute pas rendu compte que, d’une part, il choquait non seulement et en premier lieu les musulmans, mais aussi les autres croyants, et, d’autre part, il encourageait tous ceux qui cherchent à donner une image négative de l’islam, ce que bizarrement il condamne dans son article « Intox et liberté ».

 

Plus loin, dans cet article, il écrit : « Je voudrais décomplexer dans tous les sens les uns et les autres, désintoxiquer par la parole libératrice pour que les relations humaines entre individus et communautés s’établissent sur des bases saines et égalitaires, sans mépris sous-jacent, à l’intérieur et à l’extérieur de toutes les frontières nationales et internationales. »

 

Même si Mohamed Talbi ne nous dit pas quelle est la parole libératrice et ne précise pas quelles sont les bases saines et égalitaires sans mépris sous-jacent, on aurait aimé le voir tenir ces propos dans « La grande interview ».

 

Mais là où Mohamed Talbi atteint les sommets de la contradiction, c’est quand, après avoir affirmé, dans « La grande interview », que la liberté c’est sa religion, au point de donner sa bénédiction à Michel Houellebecq quand ce dernier insulte l’islam, il conclut curieusement son article « Intox et liberté » par la phrase suivante : « Mais je pose cette question au ministre de l’Intérieur : doit-on admettre, au nom de la liberté d’_expression, que l’on dessine la caricature de Mohammed sur les tombes, comme la croix gammée sur les tombes juives ? »

 

(Source : Courrier des lecteurs, Jeune Afrique, N° 2360 du 2 au 8 avril 2006)


Home - Accueil - الرئيسية