الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

6mai06f

Home - Accueil - الرئيسية

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس

Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.

Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
7 ème année, N° 2175 du 06.05.2006
 archives : www.tunisnews.net

Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques: Communiqué
Association des Journalistes Tunisiens:  Communiqué à l’occasion de la journée internationale de la liberté de presse
CPJ: Egypt: Nobel laureate Mahfouz calls for release of jailed Arab journalists
AFP: Attentat de Djerba: report du procès de Belgacem Nawar
AP: Terrorisme: nouveau report du procès du complice présumé de l'attentat de Djerba
Luiza Toscane: Une réponse qui tarde à venir...
Amel Bejaoui: Entre l'encre et le sang, en Algérie,  il n'y a pas photo
Sahib al Himar: A propos de La pétition "Pour un leader démocratique Tunisien"  
M’hamed JAIBI: Mise à niveau de l'info: Faire du «4eme pouvoir» un vrai «contre-pouvoir»
L’Humanité: Le printemps du doc tunisien
 

Sauvez la vie de Mohammed Abbou

Sauvez la vie de tous les prisonniers politiques

 

Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques

33 rue Mokhtar Atya, 1001, Tunis

Tel : 71 340 860, fax : 71 351 831

 

Tunis, le 6 mai 2006

 

Communiqué

 

La famille du prisonnier politique Elies Ben Béchir Ben Mohammed Romdhane, qui effectue une peine de longue durée (dont il a déjà purgé dix ans), nous a informés qu’elle n’a pu rendre visite au prisonnier précité depuis plus d’un mois et demi.

 

Leur dernier contact avec lui remonte à la période où il était à la prison de Borj El Amri. Ils avaient alors été privés de visite au prétexte qu’il était puni. La semaine suivante,  on les avait informés qu’il avait été transféré à la prison d’El Houareb, et la semaine d’après, ils ont eu la surprise de se voir asséner l’argument de la punition. Ses frères Rached et Tarek ainsi que sa sœur Rachida ont tenté de lui rendre visite le matin du 06 /05/06 à la prison d’El Houareb, mais ont été refoulés, toujours au même prétexte.

 

Les membres de la famille ont fait part de leur angoisse et de leurs inquiétudes sur son sort. Il avait déjà été incarcéré à la prison d’El Houareb et avait rencontré des problèmes avec l’administration.

 

Son renvoi dans cette prison peut être considéré comme une double peine. Quant à une grève de la faim, elle lui causerait des dommages. Ils craignent pour sa santé et veulent obtenir des nouvelles.

Il convient de mentionner que le père du prisonnier est né en 1918, que sa mère est née en 1926, qu’ils ont à cœur de revoir leur fils, et que toute perturbation serait pour eux lourde de conséquences.

 

Elle mettrait sa mère en danger d’autant qu’elle est cardiaque et porte un stimulateur facilitant la circulation sanguine. Leurs trajets de Jendouba, où ils habitent, jusqu’à Kairouan, sont une maltraitance. L’éloignement de leur fils sur une distance de quatre gouvernorats est contraire à la loi sur les prisons.

 

Le président de l’Association

Maître Mohammed Nouri

 

(Traduction ni revue ni corrigée par les auteurs de la version originale, LT)


Association des Journalistes Tunisiens

 

 Communiqué à l’occasion de la journée internationale de la liberté de presse

 

    A l’instar de tous leurs confrères du monde, les journalistes tunisiens célèbrent aujourd’hui, 3 mai 2006, la journée internationale de la liberté de la presse. L’Association des journalistes Tunisiens réaffirme, à cette occasion, son attachement aux valeurs fondatrices de cette journée, particulièrement, la défense de la liberté d’opinion, d’_expression et la liberté de la presse qui constituent le fondement essentiel du droit à la citoyenneté et du succès de tout processus démocratique et de la consolidation de la bonne gouvernance.

    Les journalistes tunisiens étant conscients de l’ampleur des dangers qu’encourt le travail journalistique dans tous les pays du monde, et les exactions que subissent les confrères, surtout dans l’accomplissement de leur mission et qui vont jusqu’à l’enlèvement et parfois même la liquidation physique dans plusieurs endroits du monde, l’AJT réaffirme sa totale solidarité avec tous les confrères qui, malgré les difficultés, les menaces et les obstacles ont assumé leurs responsabilités dans l’accomplissement de leur mission avec dignité et intégrité .

   L’AJT avait, à plusieurs reprises, pris position et dénoncé la prise des journalistes pour cibles dans l’accomplissement de leur travail tout en leur exprimant sa solidarité.

   Au plan national, l’AJT n’a jamais manqué à son devoir dans la défense des collègues victimes d’exactions et qui se sont adressés à l’Association et qui se sont conformés à ses principes militants et à son mode d’action pour régulariser leurs situations, ce qui a permis de réintégrer nombre d’entre eux dans leurs postes d’origine où dans d’autres établissements de presse.

    L’AJT, exprime son attachement à la Fédération internationale des journalistes (FIJ) en sa qualité de cadre professionnel international, le plus adéquat et le plus adapté, pour rassembler et mobiliser tous les journalistes du monde dans la défense de l’intégrité de la profession, de ses nobles principes et des droits de ses membres.

    L’AJT, salue, par la même occasion , l’important rôle joué par l’Union arabe des journalistes (UAJ) pour la promotion de la profession et de la situation des journalistes dans le monde arabe et pour l’immunisation du secteur de l’information contre les tentatives d’intrusion étrangères .

    L’AJT s’est opposée avec force contre toutes les tentatives d’instrumentalisation de la profession pour des causes non professionnelles. L’AJT, et par souci de protection du métier de journaliste, a milité pour l’indépendance de la profession et la défense de sa déontologie.

    L’AJT réfute catégoriquement les tentatives d’intrusions américaines et européennes dans l’espace médiatique à travers des moyens financiers pour orienter les outils influents sur l’opinion publique. L’AJT, réaffirme, en contrepartie, la disposition des journalistes à poursuivre leur combat pour l’indépendance, celui de la dignité de la profession.

 Pour le comité directeur

 Le président

 Faouzi Bouzayène

Association des Journalistes Tunisiens

----------------------------------------------

 

Suite à l’intervention de l’AJT

Régularisation de la situation de 37 journalistes

 

 

    Une séance de travail a réuni, mercredi 3 Mai 2006, le Comité directeur de l’Association des Journalistes Tunisiens (AJT) et le ministre de la Communication et des relations avec la Chambre des députés et la Chambre des Conseillers.

   Au cours de la réunion, le ministre a informé le Comité, qu’en réponse aux doléances de l’AJT, le Président de la République a ordonné la régularisation de la situation de 36 journalistes dont 35 appartenant à l’Etablissement de la Radio et Télévision Tunisienne (ERTT), aux niveaux central et régional.

   Cette régularisation a concerné les collègues suivants :

 Titularisations :

 Tunis : -Saloua Mejri-Chaker Becheikh-Bechir Seghari-Amel Chahed-Yosr Belhaj Aleya-Asma Taïeb

Le Kef : -Jannet Gaïess

 Monastir -Lassaad Saker-Khadija Belhaj Hamida-Fatma Kraïem-Zohra Ben Kamla-Walid Guambra-Raoudha Rakkez

 Sfax -Samir Husseïni-Zied Khanfir-Fedoua Jerbi-Mongi Akacha

 

 Contractuels:

Tunis -Lassaad Saber-Fatin Hafsia-Mounir Souissi-Sassi Gasrini-Leila Dhoukar- Moez Jelibi- Mabrouk Kaïeb-Hammadi Ghidaoui-Fedoua Chtourou-Abderrazek Tabib-Yheb Chaouch

 Le Kef Hassen Krimi-Nesrine Arfaoui

 Gafsa Ridha Othmani-Hania Azaza-Mounir Bennaceur

 Tataouine -Boutheina Kharraz-Abdallah Maatoug

 

   Par la même occasion, et sur décision présidentielle, la situation de notre collègue Mourad Allala a été régularisée.

    Tout en se félicitant de cette décision présidentielle, l’AJT exprime ses remerciements au Président de la République pour l’intérêt qu’il porte à l’action de l’AJT et aux journalistes.

   Par ailleurs, et au cours de la même journée, notre collègue Selma Jelassi a été officiellement recrutée en tant que journaliste reporter au journal Ach-Chaab, suite à l’intervention de l’AJT en sa faveur auprès de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT).

    A cette occasion, le Comité Directeur de l’AJT, tout en félicitant les collègues concernés par cette régularisation, leur souhaite plein succès dans leur mission.

 

 Pour le Comité Directeur

 Le Président

Faouzi Bouzayène


 

Egypt: Nobel laureate Mahfouz calls for release of jailed Arab journalists

 

New York, May 5, 2006—The Committee to Protect Journalists joins acclaimed Egyptian writer Naguib Mahfouz in calling on Arab governments to free jailed journalists including two Egyptian reporters detained last week while covering demonstrations in Cairo. Mahfouz, who won the 1988 Nobel Prize for literature, launched his appeal in an interview with the semi-official Egyptian daily Al-Ahram on Wednesday, World Press Freedom day.

 

"I am calling on this day, World Press Freedom day, for the release of all the journalists imprisoned in the Arab world in cases related to freedom of opinion and for the need to drop all sentences issued against journalists involved in publication cases," Mahfouz said.

 

Dozens of journalists face criminal prosecution and the threat of imprisonment in the Arab world under repressive press laws and penal codes that criminalize free speech. At least four journalists are behind bars today for their journalistic work, according to CPJ research.

 

Egyptian newspaper journalists Saher al Gad of Al-Geel and Ibrahim Sahari of Al-Alam Al-Youm were detained by security agents in Cairo last week. They were covering demonstrations in support of two judges who were appearing before a disciplinary committee for calling parliamentary elections in November and December fraudulent. The reporters have been accused of “disturbing public order,â€