الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

05Janvier10f

Home - Accueil

 

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
9 ème année, N° 3514 du 05.01.2010
 archives : www.tunisnews.net 
Amnesty International: Abused prisoner needs urgent medical care
Liberté et Equité: Lotfi Dassi a  été condamné à un mois d’emprisonnement
Ridha Ajmi: Communiqué de presse
AFP: Tunisie: jour de jeûne pour la libération de Ben Brik et Makhlouf (comité)
Nouvelobs: Journée de mobilisation pour Taoufik Ben Brik
L´humanité: L’état de santé du Tunisien Taoufik Ben Brik se détériore
AFP: Le Tunisien Ferchichi, expulsé de France, sans-papier "en semi-liberté" à Dakar
Luiza Toscane: Droits de l’Homme : une année dramatique
Eric Gobeet Larbi Chouikha: Tunisie-  Les organisations des droits de l’Homme: acteurs de l’opposition ou faire-valoir du régime?
Abdel Wahab Hani: AIDOUN Retornados remportent une victoire historique auprès d'Interpol, Manaï se porte bien malgré l'intox, Makhlouf-Eleuch à Tunis, et Latif saisi le Médiateur
Heba Morayef: Is Libya opening up?
AFP: CAN-2010 - Tunisie: Chikhaoui, le grand absent
AFP: Attentat contre la CIA: la Jordanie discrète sur un éventuel agent double
AFP: Canada: Cocktail Molotov contre une mosquée de l'Ontario

Rapport sur la censure sur Internet publié par
L´Observatoire pour la liberté de presse, d'édition et de création (OLPEC)
 
Vous pouvez telecharger l´integalité du rapport sur les liens suivants:
 

Amnesty International
URGENT ACTION
Abused prisoner needs urgent medical care

 Male political prisoner, Ramzi Romdhani has stated that he was tortured on 24 and 25 December. He sustained serious eye injuries that could cause blindness unless treated immediately. He is at further risk of torture and other ill-treatment.
Ramzi Romdhani told his brother, during a visit on 31 December, that he was tortured on 24 and 25 December after he had been transferred to the Department of State Security (DSS) of the Ministry of Interior in the Tunisian capital, Tunis, from the Mornaguia Prison, in the outskirt of Tunis. He said he was tortured for two days and interrogated in connection with other cases. He told his brother that he was beaten, had his nails and fingers burned and his head plunged repeatedly in hot water for about 30 minutes. He was beaten on his eyes and sustained serious eye injuries. During the visit, his brother was able to observe several bruises on his body and burns on his fingers.
Following his return from the DSS to Mornaguia Prison, Ramzi Romdhani was examined by the prison doctor who diagnosed that he must undergo surgery to avoid losing his sight.  It is not known whether he has been permitted an operation.
In April 2009, Ramzi Romdhani is reported to have been tortured and otherwise ill-treated by officers at Mornaguia Prison (see UA 130/09, Fear of torture or other ill-treatment, 19 May 2009), where he is serving a sentence of 29 years’ imprisonment imposed under the 2003 anti-terrorism law in nine separate cases on the same charges. Prison officers beat him with sticks, kicked him while wearing military boots, inflicted cigarette burns on his body, and plunged his head repeatedly into a bucket of water causing him to fear drowning and eventually to lose consciousness.
In August 2009, he was beaten by prison guards and then taken to the DSS where he is reported to have been tortured, including with electric shocks, suspension and simulation of hanging.
PLEASE WRITE IMMEDIATELY in Arabic, French or English or your own language:
n  Demand that the Tunisian authorities ensure that Ramzi Romdhani has access to the medical care he needs;
n  urging them to ensure that he is not subjected to further torture or ill-treatment;
n  calling on them to open a thorough, independent and impartial investigation into Ramzi Romdhani’s allegations of torture and other ill-treatment and bring any officials found responsible to justice.
 
PLEASE SEND APPEALS BEFORE 16 FEBRUARY 2010 TO:

Minister of Interior
Rafik Haj Kacem
Ministry of Interior    
Avenue Habib Bourguiba
1000 Tunis
Tunisia
Fax: + 216 71 340 888
Salutation: Your Excellency
 
Minister of Justice and Human Rights
Béchir Tekkari
Ministry of Justice and Human Rights
31 Boulevard Bab Benat
1006 Tunis - La Kasbah
Tunisia
Fax: + 216 71 568 106
Salutation: Your Excellency
 
And copies to:
Ridha Khemakhem
General Coordinator for Human Rights
Ministry of Justice and Human Rights
31 Boulevard Bab Benat
1006 Tunis - La Kasbah
Tunisia

 
This is the first update of UA 130/09. Also send copies to diplomatic representatives of Tunisia accredited to your country. Please check with your section office if sending appeals after the above date.
URGENT ACTION
medical care needed after prisoner tortured
ADditional Information
Amnesty International has received numerous reports of torture and other ill-treatment by the Tunisian security forces. In virtually all cases, allegations of torture are not investigated and the perpetrators are not brought to justice. Individuals are most at risk of torture when held incommunicado. The most commonly reported methods of torture are beatings on the body, especially the soles of the feet; suspension by the ankles or in contorted positions; electric shocks; and burning with cigarettes. There are also reports of mock executions, sexual abuse, including rape with bottles and sticks, and threats of sexual abuse of female relatives.
As a state party to the Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment, Tunisia is under an obligation to prevent torture and to “ensure that its competent authorities proceed to a prompt and impartial investigation, wherever there is reasonable ground to believe that an act of torture has been committed in any territory under its jurisdiction”.
Tunisian Anti-terrorism Law has been repeatedly criticized by UN human rights bodies and local and international human rights organizations as overly general and broad, and could be used as a repressive measure to curtail legitimate dissent. Similar concerns were reiterated by the Human Right Committee in March 2008 in its concluding observations regarding Tunisia.
Further information on UA: 130/09 Index: MDE 30/001/2010 Issue
 
 

Liberté pour le Docteur Sadok Chourou, le prisonnier des deux décennies
Liberté pour tous les prisonniers politiques
Liberté et Equité
33 rue Mokhtar Atya, Tunis
Tel.Fax : 71 340 860
Libertéعنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
Tunis, le 4 janvier 2010

1) Lotfi Dassi a  été condamné à un mois d’emprisonnement
La sixième chambre correctionnelle, présidée par la juge Faouzi Jebali, a prononcé, lors de sa séance du 4 janvier 2010 au tribunal de première instance de Tunis, son jugement dans l’affaire n°32454. Elle a condamné monsieur Lotfi Dassin une peine d’emprisonnement d’un mois pour collecte de fonds non autorisée en vertu du décret du 8 mai 1922.
Monsieur Lotfi Dassi a été arrêté suite à une distribution d’argent aux populations de Redeyef après les dernières inondations. Ces fonds provenaient de l’association Marhama sans rapport avec le mouvement En Nahdha. Il s’agit d’une association active dans divers pays du monde et dont le siège est à Bonn en Allemagne. Lors de son interrogatoire à l’audience précédente, monsieur Lotfi Dassi avait affirmé que son objectif était d’aider les populations de Redeyef et que ces aides n’avaient aucun lien avec l’activité politique du mouvement En Nahdha. L’activité de cette association est légale et n’a d’autre but que l’aide aux victimes.
[…]
Pour le Bureau exécutif de l’Organisation
Le Président
Maître Mohammed Nouri
(traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)
Communiqué de presse

L’étude de Me Ridha Ajmi, avocat à Genève, vous informe qu’elle a pu détruire les fichiers avancés par le bureau tunisien d’Interpol qui ont servi à l’ouverture d’une procédure de recherche internationale d’un opposant tunisien qualifié arbitrairement de « terroriste ».
 
La procédure a commencé par le dépôt d’une requête de contrôle des fichiers Interpol qui a fini par la destruction du dossier avancé par les autorités tunisiennes. La commission de contrôle des fichiers a jugé que le Bureau tunisien a violé la charte Interpol en présentant un opposant politique comme un criminel, ce qui doit être considéré comme un abus manifeste et une tentative d’instrumentalisation d’Interpol pour la violation des droits de l’Homme.
 
Me Ajmi a soulevé notamment dans sa demande l’article de 2 et 3 des Statuts au sens desquels Interpol a pour but d’assurer et de développer l’assistance réciproque la plus large de toutes les autorisé de police criminelle, dans le cadre des lois existant dans les différents pays et dans l’esprit de la déclaration universelle des droits de l’homme. Sans trop s’étaler sur les violations des droits de l’homme en Tunisie, pays d’origine du requérant, il importe seulement de préciser qu’il fait partie de l’opposition tunisienne en exil, qui a été jugé et condamné pour ses convictions politiques et religieuses, ainsi que son appartenance un parti politique tunisien non reconnu. Par contre, les autorités tunisiennes n’ont jamais apporté la moindre preuve de  son implication dans une quelconque activité criminelle.
 
Me Ajmi a précisé qu’il est regrettable qu’Interpol soit instrumentalisée par un Etat membre, pour régler des comptes d’ordre politique, en violation de la Déclaration universelle des droits de l’homme. En effet, on ne peut permettre à l’Etat tunisien de violer en toute tranquillité l’article 3 des statuts Interpol qui stipule clairement que toute activité ou intervention dans des questions ou affaires présentant un caractère politique, militaire, religieux ou racial est rigoureusement interdite à l’Organisation. Interpol lui a donné raison et décidé par sa Commission de contrôle des fichiers de détruire le dossier de son client tunisien, désormais libre de se déplacer sans soucis dans le monde entier. Cet opposant tunisien examine pour l’instant  la possibilité d’actionner l’Etat tunisien en justice pour le tort moral, physique et matériel qu’il avait subi à cause de la publication injustifié de son portrait comme un criminel présumé sur le site internet d’Interpol sous rubrique « Wanted ».
 
Il va de soi que tout citoyen tunisien qui fait l’objet de cet abus manifeste de la part de l’Etat tunisien a le droit d’écrire à la Commission de contrôle des fichiers de l’OIPC Interpol pour examiner les informations avancées par le bureau tunisien sur la base des articles 2 et 3 des Statuts de cette organisation. L’étude de Me Ridha Ajmi se tient à disposition de tout et chacun à ce propos pour imposer le respect de la loi et de la constitution tunisienne .

 
Ridha Ajmi, av

 
Tunisie: jour de jeûne pour la libération de Ben Brik et Makhlouf (comité)

AFP  05.01.10 | 19h21 

Les journalistes et cybernautes dissidents tunisiens ont affirmé avoir observé une journée de grève de la faim mardi pour la libération de leurs confrères emprisonnés, Taoufik Ben Brik et Zouhaier Makhlouf, selon un communiqué transmis à l'AFP.
La journée de jeûne à l'initiative d'un groupe dit "Comité tunisien pour la protection des journalistes" était destinée à protester contre la condition des deux journalistes détenus et à demander leur libération "sans condition", ont affirmé deux membres du comité.

La grève a été suivie, selon eux, par une trentaine de personnes sur les lieux de travail ou à domicile, une rupture de jeûne collective n'a pu être organisée, a précisé Mohamed Hamrouni.
"C'était un acte pacifique pour attirer l'attention des autorités sur les conditions de nos confrères et nous espérons être entendus", a-t-il ajouté.
Taoufik Ben Brik et Zouhair Makhlouf ont été condamnés respectivement à six et trois mois de prison ferme, le premier pour violences contre une femme, et pour "atteinte au droit de l'image" à l'occasion d'un reportage pour le second.
Leurs défenseurs estiment qu'ils ont été jugés pour leurs articles et production hostiles au régime dans la foulée des élections présidentielle et législatives d'octobre dernier en Tunisie.
Le comité a affirmé avoir reçu l'appui d'opposants, avocats et défenseurs des droits de l'Homme en Tunisie et à l'étranger et envisage d'appeler à une "grève de la faim internationale", selon un de ses membres, Mahmoud Dhaouadi, journaliste au quotidien gouvernemental Assahafa (La Presse).
La plupart des grévistes sont des correspondants de sites d'information en ligne, certains résidant à l'étranger, en France notamment.
Actif sur internet depuis la mi-novembre, le comité n'a pas d'existence légale en Tunisie et ses promoteurs agissent hors du Syndicat national des journalistes considéré comme étant contrôlé par le pouvoir.
 

TUNISIE
Journée de mobilisation pour Taoufik Ben Brik
NOUVELOBS.COM | 05.01.2010 | 18:28
Une cinquantaine de personnes, journalistes et avocats, ont réalisé symboliquement une grève de la faim mardi en soutien au journaliste tunisien dissident détenu.
Azza Zarrad, la femme de Taoufik Ben Brik, le journaliste tunisien dissident détenu à Siliana, à 130 km de Tunis, a annoncé mardi 5 janvier qu'une journée symbolique de grève de la faim avait été observée ce jour-même en Tunisie. Selon elle, une cinquantaine de journalistes tunisiens, mais aussi des avocats et des militants des droits de l'Homme ont observé un jeûne afin de dénoncer les conditions du procès puis de la détention de Taoufik Ben Brik.
Mais la police avait encerclé dès le matin le domicile de plusieurs journalistes, empêchant tout rassemblement d'importance. La maison de Slim Boughdhir, était visée en particulier, selon Azza Zarrad. Ce dernier a déjà eu maille à partir avec les autorités.
D'une manière générale, Azza Zarrad dénonce une série d'intimidations visant elle ou ses proches: téléphones bloqués, connexion internet impossible, etc.
Taoufik Ben Brik a été condamné le 26 novembre pour l'agression d'une femme, mais ses proches dénoncent une manipulation destinée à le faire taire, après des écrits très critiques dans la presse française sur le régime tunisien.
Le journaliste est atteint du syndrome de Cushing, maladie dégénérative des défenses immunitaires, qui nécessite un suivi régulier.

(Nouvelobs.com)


L’état de santé du Tunisien Taoufik Ben Brik se détériore

Le Comité médical de soutien au journaliste alerte sur l’aggravation des problèmes de ses problèmes de santé, qui nécessiteraient surveillance régulière et respect des règles d’hygiène.
« Taoufik ne va pas bien », explique sa femme, Azza Zarrad, à l’Humanité, en écho au communiqué publié quelques jours plus tôt par le Comité médical de soutien de Taoufik Ben Brik. Selon ce texte, signé par quatre médecins tunisiens – Sami Souihli, Khelil Zaouia et Ahlem Belhadj –, « l’état de santé » du journaliste « nécessite la prise de deux médicaments indispensables à sa survie ». Opéré des deux surrénales, avant son emprisonnement, « ce qui a provoqué un hypercorticisme (insuffisance surrénalienne) », le journaliste souffre de plus d’« un syndrome d’allergie naso-sinusienne ». Pour ces médecins, l’état de santé du journaliste « nécessite un suivi et une surveillance régulière par un médecin spécialiste compétent pour cette pathologie lourde ». Avertissant que « des règles d’hygiène draconienne doivent être respectées afin d’éviter toute décompensation pouvant menacer son pronostic vital ». Face à la dégradation de la santé de son mari, et après plusieurs courriers adressés aux autorités tunisiennes, dont le président Ben Ali, courriers restés sans réponse, Azza Zarrad, dont les visites à Ben Brik sont interrompues dès lors qu’est abordée la campagne de solidarité en faveur du journaliste, a observé symboliquement une grève de la faim, le 31 décembre dernier, pour clamer  : « Non à la mort de Taoufik Ben Brik. » La veille, 30 décembre, la police tunisienne avait dispersé un rassemblement devant le local du journal d’opposition al-Mawqaf, organe du Parti démocratique progressiste (PDP).
Ce rassemblement, le premier du genre en Tunisie, exigeait la libération de Ben Brik et du journaliste et membre du PDP Zohair Makhlouf, condamné à trois mois de prison ferme pour un reportage sur la zone industrielle de Nabeul (est de Tunis), ainsi que l’arrêt des atteintes aux libertés démocratiques.
H.Z.
(Source: "L´humanité" (Quotidien - France) le 5 janvier 2009)

Le Tunisien Ferchichi, expulsé de France, sans-papier "en semi-liberté" à Dakar

De Malick Rokhy BA (AFP) – le 5 decembre 2009
DAKAR — Condamné pour terrorisme en France, le Tunisien Yassine Ferchichi a purgé sa peine de prison avant d'être expulsé au Sénégal. Mais il veut revenir en Europe car, à Dakar, il affirme être un "étranger sans papier et en semi-liberté".
"Je suis en semi-liberté depuis mardi dernier (29 décembre). Je suis libre mais je n'ai aucun papier. Je suis livré à moi-même", a-t-il indiqué mardi dans un entretien avec l'AFP et Radio France Internationale (RFI).
"Je ne connais personne ici (au Sénégal). Mes parents sont à Tunis et mes amis en Europe", affirme ce ressortissant tunisien qui dit être né le 14 septembre 1980 à Tunis.
"Seul l'Etat français peut changer les choses. Je n'ai aucun avenir, aucune espérance" sans cela, ajoute le jeune homme qui dit être cuisinier de formation.
Yassine Ferchichi est arrivé dans la capitale sénégalaise le 24 décembre à l'issue de son incarcération en France où il est frappé d'une interdiction définitive du territoire français.
Après avoir été en "observation administrative" dans un commissariat de police de Dakar, il est libre de tout mouvement depuis le 29 décembre mais a "le sentiment d'être étranger" au Sénégal.
"Je souhaiterais retourner dans un pays où je serais couvert par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH)", organisme ayant enjoint la France de ne pas l'expulser en Tunisie, en raison "de risques graves de tortures", selon son avocat.
Le ministère sénégalais des Affaires étrangères a indiqué le 29 décembre que le Tunisien ne pouvait pas être expulsé dans son pays pour des "raisons humanitaires" mais pouvait choisir la destination de son choix.
"Le souhait, c'est d'être en Europe, près de mes contacts", précise cet homme de taille moyenne, vêtu d'un pantalon kaki et d'un T-shirt beige.
"Je n'étais pas d'accord pour venir (à Dakar). Je suis monté dans l'avion menottes aux mains attachées derrière".
Arrêté à Paris en 2005, il avait été condamné en octobre 2008 à six ans et 6 mois d'emprisonnement pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". En cause, sa participation au groupe Ansar al-Fath (les Partisans de la Victoire), dirigé par l'islamiste français d'origine algérienne Safé Bourada, qui aurait projeté des attentats en France.
Bénéficiant de remises de peine, il a été libéré fin décembre.
Selon l'un de ses avocats, Me Joseph Breham, M. Ferchichi avait été arrêté et torturé en 2004 par la police politique tunisienne, puis condamné à deux reprises en Tunisie par contumace, sur le base d'une loi antiterroriste de 2003, pour un total de 32 ans d'emprisonnement.
"J'ai été condamné (pour des accusations liées au terrorisme). Je demande qu'on me laisse prouver le contraire, pour me repentir même si je ne suis pas d'accord" avec ces accusations, ajoute-t-il.
Un "amalgame est souvent très vite fait entre islamiste et musulman", affirme cet homme qui se dit musulman pratiquant.
Le Tunisien loge dans un hôtel de Dakar, qu'il paye sur ses propres deniers. "C'est le système de la débrouille. Je suis venu (à Dakar) avec 3.000 euros. Il ne me reste plus rien. Tout ce que je demande, c'est d'en finir avec ça".

Droits de l’Homme : une année dramatique

 L’article ci-dessous de Luiza Toscane illustre à quel point les états bafouent allègrement les garanties élémentaires dont doivent disposer les citoyens.
La situation des Droits de l’Homme a connu en 2009 une aggravation dramatique : Gaza , Sri-Lanka , Chine, Caucase , Iran, Guinée, Bosnie...(voir les articles de Mémorial 98 sur ce site)
Les grandes puissances pérorent et laissent faire, quand elles n’appuyent pas directement les massacreurs.
La France singulièrement présente un bilan terrible : à l’intérieur avec la xénophobie érigée en arme par le gouvernement, le “grandébat” sur l’Identité nationale, la remise en cause de la presence de la CIMADE dans les centres de retention ; à l’extérieur, la cooperation avec les dictatures revêt des aspects inattendus quand l’UMP signe un accord de cooperation avec le Parti communiste chinois, machine à réprimer et outil principal de la dictature.
En Afrique , la France a fait élire le fils Bongo et P. Balkany, ami et conseiller de Sarkozy, defend D. Camara, chef des massacreurs guinéens.
En 2010 nous poursuivrons notre combat contre l’impunité et le négationnisme, contre le racisme et l’antisémitisme.
Mémorial 98
Yassine Ferchichi, de nationalité tunisienne, terminait une peine de six ans et six mois, assortie d’une interdiction définitive du territoire français, dans une affaire de financement du terrorisme.
Incarcéré à la prison de Fresnes, il avait appris récemment, peu de temps avant sa libération, qu’il faisait l’objet de deux condamnations par contumace en Tunisie, prononcées en vertu des dispositions de la loi antiterroriste promulguée en 2003, totalisant trente-deux ans et six mois d’emprisonnement et quinze ans de contrôle administratif.
Ayant déjà été soumis à de graves tortures, notamment à l’électricité, avant de quitter son pays, il a saisi l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) d’une demande d’asile.
L’OFPRA n’avait toujours pas répondu à la veille de sa libération, prévue le 24 décembre dernier.
Le 22 décembre, son conseil, le cabinet W.Bourdon, saisissait la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH), qui enjoignait aux autorités françaises de surseoir au renvoi de Yassine Ferchichi en Tunisie, en raison des risques graves de torture encourus.
Le 24 décembre, Yassine Ferchichi se voyait notifier le rejet de sa demande d’asile et était conduit dans la foulée de la prison de Fresnes à l’aéroport de Roissy-CDG afin d’être mis à bord d’un avion en partance le jour même pour le Sénégal.
Cette destination inattendue contournait et bafouait la décision de la CEDH notifiée la veille.
Son conseil saisissait immédiatement de nouveau cette cour, qui enjoignait cette fois-ci à la France de surseoir au renvoi de Yassine Ferchichi vers le Sénégal tant que des garanties n’auraient pas été fournies à la Cour quant au non renvoi de Yassine Ferchichi du Sénégal vers la Tunisie.
Passant outre à cette injonction, les autorités françaises n’ont pas fait descendre le requérant de l’avion, pourtant retardé en raison de la requête déposée.
Yassine Ferchichi a donc été renvoyé le 24 décembre au soir au à Dakar où il a été immédiatement gardé à vue, pour des raisons inexplicables, jusqu’au mardi 28 décembre.
Ce renvoi a, au passage, provoqué l’ire des autorités tunisiennes qui ont nié, une fois de plus, l’existence de la torture en Tunisie !
Le 28 décembre, il a été remis « en liberté » sur le territoire sénégalais, sans papiers d’identité, sans statut, sans ressources, mais sous surveillance policière, dans un pays où il n’a aucune attache. De prisonnier, il est devenu un paria.
Depuis sa prison française, il avait rêvé de sa réinsertion et l’avait activement préparée. Seul son rapatriement en France mettra un terme à cette situation sans issue et dangereuse.

Luiza Toscane pour Mémorial 98

(Source: "Memorial 98" le 5 janvier 2010)
http://memorial98.over-blog.com
 

Tunisie

Les organisations des droits de l’Homme: acteurs de l’opposition ou faire-valoir du régime? (*)

par Eric Gobe, Chargé de recherche à l’Institut de recherches et d’études sur le Monde arabe et musulman (IREMAM/CNRS) et Larbi Chouikha, Université de Manouba

En Tunisie, comme dans d’autres États autoritaires, les organisations nationales de défense des droits de l’Homme1 tiennent une place particulière dans la formule politique. Leur existence même peut paraître paradoxale dans la mesure où l’objectif des gouvernants des régimes autoritaires est d’éviter aussi bien l’émergence d’une société civile que d’une élite sociale susceptible de contester ou de concurrencer celle qui dépend du pouvoir politique.

Certes, dans certaines circonstances – sous la pression d’acteurs internationaux ou de revendications internes –, ils peuvent tolérer des processus de relative libéralisation par lesquels ils accordent une marge d’autonomie à certains secteurs de la société. Mais leur visée est d’empêcher ces processus de déboucher sur un renforcement global d’organisations intermédiaires non domestiquées et d’éliminer, autant que faire se peut et en fonction des rapports de force, les conditions permettant la formulation de revendications de caractère politique. Un tel cadre ne peut guère laisser de place à l’épanouissement des libertés publiques et individuelles. Par conséquent, il rend difficile l’existence d’institutions sociales autonomes, a fortiori dans le domaine de la protection des droits de l’Homme. Mais difficile ne signifie pas pour autant impossible.

Dans la conjoncture politique de la fin des années 1970, la Tunisie a connu une première phase de décompression autoritaire qui a permis, entre autres, l’émergence d’une organisation de défense des droits autonome reconnue par les autorités, la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH). En fait, les décennies 1970 et 1980, dans la Tunisie de Bourguiba, se sont caractérisées par la succession de phases de « fermeture » et d’« ouverture » politique en fonction desquelles les diverses associations ou groupements politiques ont vu leurs activités geler ou s’épanouir.

Après l’arrivée au pouvoir du président Ben Ali et plus particulièrement à la suite de la phase de décompression autoritaire des années 1987-89, les espaces autonomes d’expression ont eu tendance à se restreindre. L’objectif du pouvoir politique benalien a été de confiner toutes les activités associatives et politiques dans un espace étriqué, contrôlé par lui et régi par un « code de bonne conduite » implicite et mouvant, fixé en fonction de la conjoncture des rapports de force, auquel tous les acteurs devaient nécessairement se plier sous peine d’être sanctionnés. Cette situation n’a pas empêché à la fin des années 1990, l’émergence de nouveaux acteurs des droits de l’Homme non reconnus, à côté d’une LTDH fragilisée, et qui ont développé de « nouvelles formes d’action visant à contourner la censure systématique et le harcèlement de leurs militants » (Geisser, 2002, p. 347). Mais le potentiel de mobilisation et d’entrainement de ces acteurs des

droits de l’Homme sur d’autres secteurs de la société est quasiment nul2. Il l’est d’autant plus que le régime de Ben Ali, mais aussi celui de Bourguiba en son temps, ont mis en place des mécanismes efficaces d’inclusion et de cooptation des opposants. Apparemment : « Ce que des observateurs extérieurs peuvent présenter comme une contrainte, voire une coercition, un pouvoir de normalisation et de discipline est le plus souvent vécu sur le mode de la normalité, autrement dit comme des règles sinon intériorisées, du moins négociables et sur lesquelles on peut jouer » (Hibou, 2006, p. 17). Toutefois, nous n’irons pas jusqu’à affirmer, en prolongeant les propos de Béatrice Hibou, que les acteurs de l’opposition vivent leurs relations avec les gouvernants sur le mode de la normalité. Certes, plusieurs militants politiques et des droits de l’Homme se sont adonnés, au cours de ces 30 dernières années, aux délices de « l’accommodement négocié », mais cela ne doit pas faire perdre de vue que certains opposants perçoivent et subissent au jour le jour une forme de coercition. Elle ne les empêche pourtant pas d’opérer un passage au politique – parfois à leur corps défendant – en dépit des coûts économiques et sociaux qu’ils peuvent être amenés à supporter (Camau, 2008, p. 521).

La notion clé qui permet d’apprécier la dynamique des relations entre les gouvernants et les organisations des droits de l’Homme et entre courants politiques de l’opposition en leur sein est celle de compromis. Aussi certains acteurs de l’opposition, plus particulièrement dans les associations légalisées, sont à la recherche constante d’espaces de médiation avec les pouvoirs publics. La contradiction entre la recherche d’un compromis à tout prix et l’affirmation d’une posture oppositionnelle explique que la seule association des droits de l’Homme reconnue, la LTDH, constitue un enjeu de confrontations entre acteurs politiques et qu’il s’agit pour le pouvoir de la transformer en une organisation faire-valoir de son discours en matière de droits de l’Homme.

Dans une telle configuration, aucune association de défense des droits de l’Homme est en capacité de faire évoluer le rapport de force avec le pouvoir politique en sa faveur et éprouve des difficultés à survivre en tant qu’organisation autonome.

La LTDH : entre compromis et compromission ?

La LTDH en Tunisie, comme d’autres organisations de la « société civile » a constitué un lieu de refuge du politique dans la mesure où « l’entrée du système institutionnel censé l’abriter lui [a été] refusée » (Burgat, 1990, p. 535). Autrement dit, la LTDH s’est souvent substituée à des partis politiques interdits ou incapables de remplir leur fonction politique. Aussi la Ligue a-t-elle été tout au long de son histoire un enjeu de lutte tant pour les acteurs de l’opposition que pour les gouvernants. Autrement dit, la LTDH constitue un espace politique que les opposants tous poils et les représentants du pouvoir s’efforcent d’investir. Elle constitue aussi un tremplin pour une certaine élite en quête de visibilité publique ou de proximité avec le pouvoir.

La recherche du compromis, nécessaire à la survie de la LTDH, a pu parfois se transformer dans l’histoire de l’organisation en compromission : certains de ses dirigeants ont transigé avec les principes ayant présidé à la création de la Ligue, soit pour faire carrière au sein de l’appareil d’État, soit pour contrer la supposée « menace islamiste » ou encore, de bonne foi, pour garantir la pérennité de la Ligue. Dans toute l’évolution de cette organisation – à l’exception du dernier congrès d’octobre 2000 –, on peut dire que la composition des instances dirigeantes de la LTDH est le résultat d’un dosage subtil de sensibilités politiques, négocié plus ou moins âprement avec le pouvoir.

Pour lire la suite du document, cliquer sur ce lien :

http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/41/06/03/PDF/chouikha_Gobe_LTDH.pdf

(*) Ce texte a été publié dans "L'Année du Maghreb, 5 (2009) p. 163-182"

(Source : le site du CETRI, « Le Centre tricontinental » (Belgique), le 22 décembre 2009)

Lien: http://www.cetri.be/spip.php?article1496&lang=fr

AIDOUN Retornados remportent une victoire historique auprès d'Interpol, Manaï se porte bien malgré l'intox, Makhlouf-Eleuch à Tunis, et Latif saisi le Médiateur

 
 

Par: Abdel Wahab Hani

 
 
Maître Ridha Ajmi, avocat à Genève, vient de remporter une victoire historique, au profit d'un Aïd / Retornado, auprès d'Interpol, contre son bureau tunisien, pour "abus manifeste". Aïd / Retornado Sid Ahmed Manaï se porte bien malgré l'Intox immorale des désinformateurs. Aïda / Retornada Afifa Makhlouf-Eleuch rentre à Tunis assister aux funérailles de sa soeur. Aïd Zouhir Latif saisi le Médiateur administratif de la République.
 
 
 
AIDOUN Retornados remportent une victoire historique auprès d'Interpol:
 
Les Retornados tunisiens viennet de remporter une bataille historique auprés d'Interpol, contre son bureau tunisien, pour "abus manifeste". Les fichiers abusifs ont été détruits sur ordre de la Commission des fichiers d'INTERPOL, sur requête de Maître Ridha Ajmi, avocat à Genève, au profit d'un Aïd / retornado, accusé injustement de "terrorisme". Ainsi la traque aux opposants à l'étranger est caduc. Tout le système bâti par l'ancien Secrétaire d'Etat à la Sûreté nationale, le sieur Mohamed Ali Ganzoui, arrive à son extinction.
 
Cette procédure était conçue pour tracasser les Exilés tunisiens, mais elle n'a jamais aboutie. Aucun pays ne l'a prise au sérieux, ni en Occident ni en Orient. Elle servait tout juste à pourrir la vie des Exilés. Certains ont été arrêtés puis libérés, en vertu des mêmes Accords et Arrangements internationaux en matière d'Extradition.
 
Dans la quinzaine de cas que nous avions suivi de près, notamment ceux des AIDOUN /  Retornados Walid Bennani, Habib Mokni, Sahbi Balti et Wahid Gomri, pour ne citer que les plus médiatiques, les Magistrats européens et arabes ont toujours décidé de la caducité, voire du non sérieux de la demande du Bureau tunisien d'Interpol.
 
Cette décision devrait donner à réfléchir aux décideurs du Ministère de l'Intérieur, notamment à Tahar Fellous Refai, souvent présenté, à l'étranger, avec ses qualités de Vice-Ministre de l'Intérieur, Directeur des Relations Extérieurs et de la Coopération Internationale du Ministère de l'Intérieur, en poste depuis longtemps, ainsi qu'à ses successeurs potentiels.
 
Cette victoire dénote aussi de l'esprit légaliste qui anime les AIDOUN / retornados, par la saisine de toutes les voies de recours possibles.
 
Un grand merci Maître Ridha Ajmi,Avocat à Genève, pour votre foi en la Justice et votre persévérance. Merci aussi à Maître Ahmed Maalej, Avocat au Barreau de Paris pour ses conseils en la matière.
 
Communiqué de l’étude de Me Ridha AJMI , Avocat à Genève :

L’Etude de Me Ridha Ajmi, avocat à Genève, vous informe qu’elle a pu détruire les fichiers avancés par le bureau tunisien d’Interpol qui ont servi à l’ouverture d’une procédure de recherche internationale d’un opposant tunisien qualifié arbitrairement de « terroriste ».

La procédure a commencé par le dépôt d’une requête de contrôle des fichiers Interpol qui a fini par la destruction du dossier avancé par les autorités tunisiennes. La commission de contrôle des fichiers a jugé que le Bureau tunisien a violé la charte Interpol en présentant un opposant politique comme un criminel, ce qui doit être considéré comme un abus manifeste et une tentative d’instrumentalisation d’Interpol pour la violation des droits de l’Homme.

Me Ajmi a soulevé notamment dans sa demande l’article de 2 et 3 des Statuts au sens desquels Interpol a pour but d’assurer et de développer l’assistance réciproque la plus large de toutes les autorisé de police criminelle, dans le cadre des lois existant dans les différents pays et dans l’esprit de la déclaration universelle des droits de l’homme. Sans trop s’étaler sur les violations des droits de l’homme en Tunisie, pays d’origine du requérant, il importe seulement de préciser qu’il fait partie de l’opposition tunisienne en exil, qui a été jugé et condamné pour ses convictions politiques et religieuses, ainsi que son appartenance un parti politique tunisien non reconnu. Par contre, les autorités tunisiennes n’ont jamais apporté la moindre preuve de son implication dans une quelconque activité criminelle.

Me Ajmi a précisé qu’il est regrettable qu’Interpol soit instrumentalisée par un Etat membre, pour régler des comptes d’ordre politique, en violation de la Déclaration universelle des droits de l’homme. En effet, on ne peut permettre à l’Etat tunisien de violer en toute tranquillité l’article 3 des statuts Interpol qui stipule clairement que toute activité ou intervention dans des questions ou affaires présentant un caractère politique, militaire, religieux ou racial est rigoureusement interdite à l’Organisation. Interpol lui a donné raison et décidé par sa Commission de contrôle des fichiers de détruire le dossier de son client tunisien, désormais libre de se déplacer sans soucis dans le monde entier. Cet opposant tunisien examine pour l’instant la possibilité d’actionner l’Etat tunisien en justice pour le tort moral, physique et matériel qu’il avait subi à cause de la publication injustifié de son portrait comme un criminel présumé sur le site internet d’Interpol sous rubrique « Wanted ».

Il va de soi que tout citoyen tunisien qui fait l’objet de cet abus manifeste de la part de l’Etat tunisien a le droit d’écrire à la Commission de contrôle des fichiers de l’OIPC Interpol pour examiner les informations avancées par le bureau tunisien sur la base des articles 2 et 3 des Statuts de cette organisation. L’étude de Me Ridha Ajmi se tient à disposition de tout et chacun à ce propos pour imposer le respect de la loi et de la constitution tunisienne ..


Ridha Ajmi, av
 
 
Halte à l'Intox: Aïd / Retornado Sid Ahmed Manaï n'a pas été agressé, il se porte bien et plante ses oliviers dans son Sahel natal:

Contrairement aux rumeurs savantes circulées hier soir, notre ami Aïd / Retornado Sid Ahmed Manaï n'a pas été "agressé à Sousse", ni " laissé à mort", comme le prétend l'intox. Il se porte bien et plante ses oliviers dans son Sahel natal. Ce Grand ami plante l'Avenir de la Tunisie, alors que les Nabbaras cultivent leurs mauvaises herbes et plantent leur propre discrédit.

Joint au téléphone par ses amis qui se sont affolés, Aïd / Retornado Sid Ahmed s'est insurgé contre les faussaires.

La fausse infomation, savemment orchestrée sur FaceBook hier soir, et mise en ligne par un ancien escroc, converti à la dissidence sur le tard, visait à discréditer Aïd / Retornado Sid Ahmed Manaï et à jeter le trouble dans la marche des AIDOUN / Retonados, en se plaçant pompeusement, de surcroit, dans la peau du Conseil amical.

Les services de propagande, de désinformation et d'intox s'activent ces derniers temps, comme ils l'ont fait il y a cinq ans sur le glorieux Tunezine et les autres forums dissidents, pour pourrir le peu d'espace public de liberté, acquis de haute lutte sur le net.

Ces troupes de désiformateurs gravitent autour d'acnciens officiers de la sécurité militaire, en mal de reconnaissance, et qui se sont tropmés de guerre, d'époque, de siècle et de monde tout simplement. Ils ont pu être grossis par d'anciens escroc dans une logique de règlements de comptes mesquins, ainsi que par certains opposants sincères en mal de discrous, certains journalistes en mal de terrain et héals par une cohorte d'innocents internautes manipulés jusqu'à la moelle. Le pseudo-nymat d'une certaine pseudo-dissidence faisant l'éloge de l'anonymat a fait le reste.

Toutefois, ni la dissidence réelle et digne, ni la véritable opposition, ni les observateurs de bonne foi, ne sont tombés dans le panneau. Il faut dire que depuis la fin du 20e siècle, il existe une véritable culture sur l'Internet qui permet très vite de rpurer les canulards, les buzz, les rumeurs malintentionnées et l'intox.

Ce qui fait qu'avant de réagir, le premier réflexe de l'Observateur avisé et/ou de l'Acteur responsable ou du simle Citoyen honnête, est de très vite de repérer et de vérifier le bienfondé de la masse des informations en circulation. C'est ainsi que certains auteurs et certaines sources ont été très vite démasqués et discrédités, malgré leurs muliples pseudos/vies.

La culture de l'nternet c'est de remonter directement à la source, avant d'accréditer le contenu, puis de décortiquer l'Information et l'analyser, avant de s'en servir.

En ces moments de doute, nous exaltons tous les acteurs honnêtes de l'information, et surtout du net tunisien, d'observer la plus grande vigileance en ces moments de doute et de coups bas, entretenues par certaines officines sombres et malheurusement par certains milieux dits de l'opposition.. Le manque du Discours politique, la carence frappante de l'analyse, l'absence de vision politique, la coupure totale de la réalité, l'absence du sens de la mesure, greffés à une" superfluité humaine" maladive, pour paraphraser Hannah Arendt, ont poussé certains compatriotes au dsespoir qui se manifeste par un adosssement à une culture de ragots, propice à la désinformation et à à l'intox.

Nous profitons de cette occasion pour adresser tous nos voeux publiques du nouvel an de l'hégire 1431 et du nouvel an grégorien 2010, Santé, Prospérité, Bonheur, Espérence à notre grand ami Aïd / Retornado Sid Ahmed Manaï, l'homme du célèbre Appel "Labbayka Ya Watani" (Ô pour toi ma patrie, je retourne vers toi), la veille de son dépot de passport auprès de notre Consulat général à Paris.

Nous commençons ainsi ces nouvelles années 1431/2010, en ce début des deux mandats, présidentiel et législatif, avec une grande promesse d'espérance dans l'Avenir, comme jamais. Les nabbaras de tout bord peuvent passer leur chemin. La caravane passe...
 
 
 
Aïda / Retornada Afifa Bouraoui-Eleuch rentre demain pour les funérailles de sa soeur:
 
Aïda / Retornada Afifa Makhlouf-Eleuch, épouse du Aïd / Retornado Dr Ahmed Eleuch et soeur de l'acnein prisonnier politique Bouraoui Makhlouf, devrait rentrer demain matin mercredi 6 janvier 2010 pour assister aux fénérailles de sa soeur Mongia Makhlou veuve Gandour, prévu demain au cimetière de Sousse.
 
Toutes nos condoléanes aux Makhlouf, Eleuch, Gandour et les familles alliées pour cette douloureuse disparition. Que Aïda / Retornada Afifa puisse rentrer dans son pays sans tracasseries.
 
 
Aïd / Retornado Zouhir Latif saisi Madame le Médiateur administratif de la République:
 
Aïd / retornado Zouhir Latif, Reporter globtrotter, citoyen tunisien et sujet de sa Gracieuse Majesté la reine d'Angleterre, vient de saisir les services du Médiateur administratif de la République, en requête contre les Ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères, pour l'obtention de son passeport. Nous reproduisons ici le texte de la saisine:
 
عناية السيدة الموفق الادارى للجمهورية التونسية

تحية وبعد

أنا زهير بن الحاج قاسم اللطيف من مواليد القيروان فى 15سبتمبر 1961 أعمل كاعلامى ومستشارا سياسيا لبرنامج الغذاء العالمى التابع للأمم المتحدة كنت قد تقدمت الى سفارة الجمهرية التونسية بلندن لتجديد جواز سفرى الذى انتهت مدة صلوحيته منذ سنة 2007 و قد مر على طلبى هذا أكثر من عام الان ولا اجابة واضحة من السفارة ولا من كل الاتصالات التى قمت بها عبر الهاتف فى تونس مع العلم وأن اخر تاريخ لدخولى تونس كان مارس 2005 وليس لى أية تتبعات عدلية
ورغم أننى أحمل الجنسية البريطانية والتى تسهل لى التنقل فى أية دولة أزورها الا أن حقى فى جواز سفرى التونسى هو حق لن أتنازل عليه وهو من أبسط حقوق المواطنة كما أنى أناشدكم بان ترقى ادارتنا وسفاراتنا الى التعامل مع المواطنين التونسين مهما اختلفت آرائهم السياسية والفكرية يشكل حضارى يتماشى ومتطلبات العصر والخطاب الرسمى الذى ترفعه السلطات التونسية
,انى لأكتب لكم وكل ثقة فى تلق رد منكم فى أقرب الاجال كما هو منصوص فى موقعكم
تقبلوا احترامى وتقديرى
زهير الطيف
لندن


 
Blocage aux Consulats généraux à Lyon, Milan et dans l'ensemble de la péninsule italienne:
 
Nous reviendrons très prochainement sur ces blocages incompréhensibles qui nuisent aux dossiers des AIDOUN / Retornados
 
 

 

Is Libya opening up?

Libya's first independent press conference on human rights hints at possible political reform

Heba Morayef

As a researcher for Human Rights Watch, I travelled to Libya last month for a press conference marking the publication of our latest report about the country. It was an unprecedented occasion. The press conference was attended by Libyan and international journalists, former prisoners and by family members of prisoners – and it was the first time an independent human rights organisation had been allowed to publicly criticise Libya's human rights record in Tripoli.

In the days before we arrived, I received emails and calls from Libyans. Dissidents abroad warned me that the press conference was a set-up, that nobody would be able to ask real questions. Libyans in Tripoli asked me what permission slips they would need to get into the conference room, and former prisoners asked for a way to contact me, in case hotel security stopped them. The excitement was palpable because this was not just a news conference but also a testing ground for a new and fragile space of free expression.

The beginning was inauspicious. The evening before, internal security agents stopped three members of the committee representing families of prisoners killed in the 1996 Abu Salim prison massacre from boarding a plane in Benghazi. Two others were stopped 350km from Benghazi and told not to go anywhere near Tripoli for a week. A former political prisoner was stopped outside the hotel and told to go home. Only one international journalist was able to get a visa.

But at the conference we spoke openly of the repressive legal framework that restricts freedom of expression and bans independent organisations. We criticised the security services for their lawless approach to "law enforcement". We spoke of the right of the families of those killed in the Abu Salim prison massacre to know the truth about what happened, to see those responsible punished, and to receive the remains of their relatives to give them a dignified burial. We knew the room would be full of security and that those attending might be too intimidated to ask questions.

But they spoke out. After some questions from Libyan independent journalists, the first family member bravely raised his hand to tell the story of his brother who was killed in the Abu Salim prison massacre. He held up his brother's picture and spoke of the pain of not knowing where he was for 15 years; he said he finally received a fake death certificate this year, with no information about how his brother died. After the news conference, he told me that the security agents in the room had called him in for interrogation. He did manage to get home to Benghazi safely.

It is difficult to draw conclusions about the significance of one news conference, or whether it heralds true political reform, given the lack of transparency in Libya's decision-making. Decision-making is highly personal, so any improvements that aren't institutionalised into law can be withdrawn at any point, making the future unpredictable. Libyan commentators are still debating this issue online. "We don't understand why we have this space," one lawyer told me, "and I've stopped trying to understand, because it's all about personalities. All I know is that when they withdraw, we grab the opening and push for specific demands, and sometimes we make small reforms happen."

What is clear, however, is the bravery of those in Libya who are taking the risks: writers such as Jamal al-Haji, imprisoned for complaining about torture; the journalists who expose themselves to criminal prosecution through their writing; the former prisoners fighting for compensation; the lawyers who get their prisoners released on procedural grounds; the justice secretary's fight to uphold the rule of law; and Abu Salim families who despite their long suffering – or perhaps because of it – are willing to risk arrest to publicly demand justice and dignity. In the face of laws that provide severe penalties for criticising officials and the ubiquitous security agents, who actively ensure that critics remain in fear for their safety, their courage is astounding.

For years Libyans were too scared to communicate with the outside world because of the risk of imprisonment under laws that prohibit "tarnishing Libya's reputation" or "communicating with foreign officials". To the Libyans who tried to travel to Tripoli to meet us, who spoke publicly at our news conference, who phoned or emailed us and came to meet us despite the risk of surveillance, I salute you.

(Source : le site du « The Guardian » (quotidien – grande Bretagne), le 4 janvier 2009)

Lien : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/libertycentral/2010/jan/04/libya-human-rights-reform



 

CAN-2010 - Tunisie: Chikhaoui, le grand absent

AFP, le 5 janvier 2009 à 16h57

PARIS, 5 jan 2010 (AFP) - Le grand espoir du FC Zurich Yassine Chikhaoui, blessé à un genou depuis de long mois, est comme prévu le grand absent de la liste des 23 joueurs de l'équipe de Tunisie qui disputera la CAN-2010 en Angola (10-31 janvier).

La défection de l'attaquant de 23 ans, qui pourrait retrouver le terrain en club pendant la compétition africaine, devrait permettre au jeune meneur de l'Espérance de Tunis Ousemma Darragi d'endosser la responsabilité du jeu des Aigles de Carthage.

La liste des 23 joueurs :

Gardiens : Aymen Mathlouthi (Etoile), Adel Nefzi (Club Africain), Farouk Ben Mustapha (CA Bizertin)

Défenseurs : Souheil Berradhia (Etoile), Khalil Chammam (Espérance), Radhouane Felhi (1860 Munich/GER/D2), Karim Haggui (Hanovre/GER), Bilel Ifa (Club Africain), Ammar Jemal (Etoile), Yassine Mikari (Sochaux/FRA), Khaled Souissi (Club Africain)

Milieux de terrain : Chaouki Ben Saada (Nice/FRA), Ousemma Darragi (Espérance), Zouheir Dhaouadi (Club Africain), Chedi Hammami (CS Sfaxien), Khaled Korbi (Espérance), Haythem Mrabet (CS Sfaxien), Mohamed Ali Nafkha (Etoile), Houcine Ragued (Slavia Prague/CZE)

Attaquants : Ahmed Akaichi (Etoile), Amine Chermiti (Al-Ittihad/KSA), Issam Jemaa (Lens/FRA), Youssef Msakni (Espérance).


 

Attentat contre la CIA: la Jordanie discrète sur un éventuel agent double

AFP, le 5 janvier 2009 à 16h10

Par Randa HABIB

AMMAN, 5 jan 2010 (AFP) - mman observait mardi un silence embarrassé sur l'implication dans l'attentat suicide ayant tué sept membres de la CIA le 30 décembre en Afghanistan d'un de ses ressortissants qui, selon des sites islamiques, agissait comme agent double pour Al-Qaïda. Selon la chaîne américaine NBC News, citant des sources occidentales du renseignement, ce Jordanien a été identifié comme Humam Khalil Abu-Mulal al-Balawi et il aurait été recruté par les services de renseignement de son pays, tout en travaillant comme agent double à la solde d'Al-Qaïda Il avait été envoyé en Afghanistan avec pour mission de retrouver le numéro deux du réseau Al-Qaïda, l'Egyptien Ayman al-Zawahiri, selon cette chaîne. Il y travaillait avec un officier des services de renseignement jordaniens, identifié par l'agence de presse officielle jordanienne Petra comme Ali bin Zeid, le huitième homme tué dans l'attentat. Le ministre de l'Information Nabil Sharif, interrogé par l'AFP, a catégoriquement démenti ces informations. "Les "renseignements jordaniens ne sont nullement impliqués dans de telles opérations", a-t-il indiqué. Des membres de la famille du capitaine Ali bin Zeid, 33 ans, cousin éloigné du roi Abdallah II, ont affirmé à l'AFP qu'il se trouvait "en mission en Afghanistan depuis 20 jours" au moment de l'attentat. Son corps a été rapatrié samedi et des obsèques militaires organisées en présence du roi Abdallah II et de la reine Rania. Petra l'a présenté comme un "martyr du devoir", sans autres précisions. "La Jordanie doit être embarrassée car leur coopération avec la CIA a été rendue publique par la mort du capitaine Ali, ce qui a des échos négatifs auprès d'une population majoritairement anti-américaine", a déclaré à l'AFP un diplomate occidental. Selon les milieux islamiques à Amman, le kamikaze présumé -appelé aussi "Abou Doujana al-Kharassani"-, était âgé de 36 ans et était médecin. Il était originaire de la ville majoritairement pauvre et islamique de Zarka (23 km nord-est d'Amman). Il avait été arrêté puis recruté par les services de Renseignements jordaniens pour qu'il infiltre les rangs d'Al-Qaïda et qu'il se rapproche du numéro deux du mouvement, Ayman al-Zawahiri", selon le site islamique Ana Mouslim (je suis musulman). "Il a passé des mois entre l'Afghanistan et le Pakistan et a fourni des informations aux Américains, que les Moujahidine voulaient leur faire parvenir. Chaque fois que ces informations ont pu être vérifiées par les Américains, leur confiance en Abou Doujana grandissait", selon le site. Le site fournit des détails sur l'attentat indiquant que "Abou Doujana" devait rencontrer l'équipe de la CIA basée à Khost, dans l'est de l'Afghanistan, sous prétexte qu'il disposait d'informations urgentes relatives à Ayman al-Zawahiri. A son arrivée il n'a pas été fouillé, un membre de la CIA aurait même dit, selon le site, "C'est notre homme, inutile de le fouiller". "Abou Doujana" aurait ensuite dessiné "un plan sur un bout de papier pour déterminer une cible". "Il leur a dit: +Approchez pour bien voir+. Une fois tous les agents de la CIA réunis autour de lui, il s'est fait exploser après leur avoir dit: +Maintenant nous approchons de notre but exactement comme vous avez fait avec Baitullah Mehsud"+ (leader des Taliban au Pakistan tué en août 2009 par un tir de missile américain au Waziristan), précise le site.

 
05Janvier10f
AFP


 

Canada: Cocktail Molotov contre une mosquée de l'Ontario

AFP, le 4 janvier 2009 à 02h57

MONTRÉAL, 4 jan 2010 (AFP) - es inconnus ont lancé lundi une bouteille incendiaire contre une mosquée de la ville canadienne de Hamilton, dans l'Ontario (est), mais celle-ci a brûlé sans mettre le feu au bâtiment, a rapporté la police locale citée par la chaîne de télévision publique CBC. Une vitre a été brisée par un jet de pierre puis un cocktail Molotov a été lancé ou placé à l'intérieur de la fenêtre peu après minuit dans la nuit de dimanche à lundi. "Cela aurait pu être très grave. Le bâtiment entier aurait pu brûler", a dit le responsable de l'Ecole islamique de Hamilton, Zakir Patel, cité par CBC. La police a ouvert une enquête. Elle examine notamment les enregistrements des caméras de surveillance placées sur des bâtiments voisins. Hamilton compte un demi-million d'habitants. Quelque 2% d'entre eux sont musulmans, selon le dernier recensement. Les incidents de ce genre sont relativement rares au Canada. Il s'agit le plus souvent de jets de pierres contre les fenêtres.

 

 

Home - Accueil - الرئيسية