الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

05Fevrier11f

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
10 ème année, N° 3910 du 05.02.2011
archives : www.tunisnews.net

Human Rights Watch: Tunisia: Prison Visit Ends 20-Year Ban
AFP: Tunisie : deux tués dans une manifestation contre la police au Kef
AFP: Tunisie: Incidents à Sidi Bouzid après la mort de deux détenus dans un poste de police
AP: Tunisie: deux morts dans l'incendie d'un poste de police à Sidi Bouzid
AFP: La Tunisie indemnise les familles de martyrs et renoue avec Paris
AP: Tunisie: chute de 40% du tourisme en janvier
AFP: Alliot-Marie a aussi utilisé le jet tunisien pour une excursion dans le sud
AFP: Tarak Ben Ammar prépare un film sur le "martyr" Mohamed Bouazizi
AFP: Tunisie: le gouvernement allège le couvre-feu mais reste vigilant
AFP: Le PDG de Fram confiant dans la reprise du tourisme en Tunisie
AP: Tunisie: 11 cas d'immolation dont cinq morts
Le Collectif Vive la Tunisie Libre et Prospere : La verité sur la campagne contre Hedi Baccouche
3loullou: Le RCD de Montréal ou le recyclage rhizomatique
Abdo Maalaoui: La jalousie assassine l’esprit de la SOLIDARITÉ au Canada …
Sonia D.: RCD.....Dégage
REVUE DE PRESSE

 

Human Rights Watch

Tunisia: Prison Visit Ends 20-Year Ban

 
By granting us access, Tunisia's transitional government has taken a step toward transparency in its prison operations that we hope will continue and extend to local organizations.
 
Eric Goldstein, deputy Middle East and North Africa director at Human Rights Watch
Government Should Ease Overcrowding, Let Families Visit Death Row Inmates
(Tunis) - Tunisia's interim government should ease overcrowding and reverse a policy imposed more than 15 years ago to deny inmates facing the death penalty any contact with their families, Human Rights Watch said today. Human Rights Watch made the requests to the new justice minister, Lazhar Karoui Chebbi, after visiting two Tunisian prisons. The visits ended a 20-year ban on access to Tunisian prisons by human rights organizations.
On February 2, 2011, the two-member Human Rights Watch delegation visited Bourj er-Roumi, a large prison complex near the city of Bizerte where there was an inmate mutiny as the previous government fell. The delegation visited Mornaguia Prison, Tunisia's biggest facility, on February 1. The researchers interviewed prisoners in private, including two facing the death penalty who had been deprived of all contact with their family, one for three years and the other for 10.
The events that occurred at Bourj er-Roumi will be the subject of a separate communiqué.

"By granting us access, Tunisia's transitional government has taken a step toward transparency in its prison operations that we hope will continue and extend to local organizations," said Eric Goldstein, deputy Middle East and North Africa director at Human Rights Watch. "The transitional government also needs to break with the inhumane treatment of prisoners practiced by the ousted government."
As an immediate step, Human Rights Watch said, the transitional government should allow Tunisia's 140 death-row prisoners to receive family visits like other prisoners. The transitional government should also allow prisoners confined to severely overcrowded cells more time outside them each day, Human Rights Watch said.
A Justice Ministry official told Human Rights Watch that prior to President Zine al-Abidine Ben Ali's ouster, Tunisia, a country of 10.5 million inhabitants, had 31,000 prisoners. It was the highest per capita prison population of any country in the Middle East and North Africa except Israel, according to the International Centre for Prison Studies. One of the first promises made on behalf of the transitional government by Prime Minister Mohamed Ghannouchi was an imminent amnesty for all political prisoners. However, a draft law approved by the cabinet has yet to become law. In the meantime, the judiciary has granted conditional release or pre-trial provisional release to about half of Tunisia's more than 500 political prisoners.
Access to Tunisia's Prisons
The Tunisian Human Rights League was the last independent human rights organization to visit a Tunisian prison, in 1991. But the government ended the group's visits shortly after it began.

Ben Ali's government promised on April 19, 2005, to give Human Rights Watch prompt access to prisons. Five-and-a-half years later, negotiations on the terms of the visits had gone nowhere. The government set what Human Rights Watch considered unreasonable conditions for the visits and failed to respond to counter-proposals.
Tunisia has allowed regular visits since 2005 by the International Committee of the Red Cross (ICRC), a humanitarian organization that - in contrast to organizations like Human Rights Watch - does not make its findings public but instead presents reports to the ministries in charge. The ICRC visits Tunisia's prisons, which are administered by the Justice Ministry, as well as the official pre-arraignment detention centers (garde à vue) administered by the Interior Ministry. Prison Visits for Death Row Inmates
A Justice Ministry official told Human Rights Watch that Tunisia has about 140 prisoners facing the death penalty, half of them in Mornaguia Prison, 14 kilometers west of Tunis. The previous government retained the death penalty in law, but has practiced a de facto moratorium on executions since 1994, meaning some inmates have been on death row for more than 15 years.
The prison administration decided in the mid-1990s to deny death row inmates any contact with family members. All other prisoners have been allowed brief weekly visits from family members and may also correspond with them. This policy also deprives death row prisoners of the home-cooked meals and fruit that families are allowed to deliver to other prisoners regularly. Prison staff privately expressed frustration about this policy to Human Rights Watch, saying it complicates their job of managing a uniquely challenging group of inmates.
This policy apparently has no basis in any publicly issued directive, Human Rights Watch said. It violates Tunisia's Law 2001-52, of May 14, 2001, Governing Prisons, which gives all prisoners without distinction the right to visits by their relatives "according to the laws in effect" and to exchange correspondence with them "via the administration" (article 18 (2) and (3)).
Tunisia's government should move to abolish the death penalty as a punishment that is inherently cruel and inhuman. Such a measure, if passed, should also immediately result in the commutation of the sentences of those condemned to die.
"Tunisia should abolish the death penalty first and foremost, but in any event, it should immediately give prisoners on death row the same rights to family visits and correspondence as other prisoners" Goldstein said.
Prison Conditions
The Human Rights Watch visits to Mornaguia and Bourj er-Roumi prisons each lasted seven hours, enough time for only initial impressions, Human Rights Watch said. To make a thorough evaluation and accurately prioritize the needs and problems of the prison population would require repeat visits to men's, women's, and juvenile detention centers by a delegation with medical expertise, and further interviews with staff, prisoners, their families, and former prisoners.
In Mornaguia, however, the delegation observed severe overcrowding in the larger cells and inadequate opportunities for physical activity.
Most of the prisoners are held in poorly ventilated group cells of about 50 square meters, each with about 40 prisoners. The high-ceilinged rooms have rows of barely separated double-and triple-decker beds against the side walls and a passageway less than two meters wide down the middle, leading to toilets set apart from the main room by a wall but no door. There is no room for tables or chairs.
Confined in rooms with far less than 1.5 square meters per person, prisoners have no space for exercise. The majority neither work nor receive vocational training and are only allowed to leave their cells twice a day for periods of 45 to 60 minutes and for weekly showers and weekly family visits. They eat in the cells, sitting on their beds and storing food on the floor or on a ledge above the beds. The outdoor courtyard Human Rights Watch visited where prisoners go when they are allowed out of their cells was cramped, damp, draped with prisoner laundry, and too small to permit exercise.
The cramped conditions appear to constitute inhumane and degrading treatment, Human Rights Watch said.
Interviews with former prisoners and some in these prisons who have served time in other prisons in Tunisia confirm that these crowded conditions in large group cells are the norm for most inmates in prisons around the country. They also said that the crowding and overall conditions were harsher in the 1990s than today.
International human rights instruments provide no single norm for the amount of living space that prisoners should have. One standard, recommended by the European Committee for the Prevention of Torture, is a minimum space per prisoner of four square meters. In any event, for prisoners confined to cramped quarters, having more time outside the cell makes the crowding easier to endure.
Each inmate had his own bed in the rooms visited by Human Rights Watch. However, inmates said that there have been periods when some inmates lacked their own beds and slept on the floor.
The reduction of the prison population since Ben Ali's departure should ease overcrowding. Other policy options that could also ease overcrowding include implementation of the amnesty for political prisoners, encouraging judges to hand out alternative sentences where appropriate and to consider the capacity of the prison system to absorb new prisoners when issuing sentences, paroling prisoners before the completion of their term, and the construction of additional cells. These options, however, require a public debate and in some cases sizable budgetary allocations, Human Rights Watch said.
A comparatively easy and low-cost measure to alleviate overcrowding in the short-term would be to allow prisoners additional daily time outside their cells, Human Rights Watch said. The measure would require additional staff time and the necessary logistical arrangements, but would constitute a meaningful interim step until the government is able to ensure that prisoners have adequate living space.
Political Prisoners
The Justice Ministry said that at the time the transitional government took office, slightly more than 500 prisoners were being held for politically motivated offenses. The number was close to the estimate given by the International Association for Solidarity with Political Prisoners, an independent Tunisian human rights organization.
About 150 remain incarcerated, 87 serving sentences under the anti-terrorism law and another 56 awaiting trial, according to a Justice Ministry official. A few additional prisoners are serving politically motivated sentences not under the anti-terrorism law but under the ordinary penal code or military law.
During the events surrounding the president's ouster, 11,029 prisoners escaped, of whom 2,425 had voluntarily surrendered as of February 3, a Justice Ministry official said. Since then, the judiciary has used its prerogative under the law to release conditionally 3,240 criminal prisoners, some of them first-time offenders who had served half their sentences and others who are recidivists and who were eligible for release after having served two-thirds of their sentences.
A Justice Ministry official said that 128 prisoners convicted under Tunisia's 2003 anti-terrorism law were among those who escaped and that they have been urged to return to custody. Another 177 serving sentences under the anti-terrorism law were among those released conditionally and another 100 facing trial under that law were freed provisionally.
The escapes and releases have cut Tunisia's prison population by more than one-third in three weeks. This has reduced overcrowding, but less than might be expected because the severe damage inflicted during the recent events on some prisons, including Bourj er-Roumi, Monastir, and Kasserine, has reduced the number of available beds and led to massive transfers to other prisons.
The Anti-Terrorism Law
Nearly all of those still in detention for politically motivated offenses were convicted under the anti-terrorism law. Among this population, almost none were convicted in connection with specific terrorist acts or possession of weapons or explosives. Instead, they were charged with such offenses as "membership in a terrorist organization," planning to join jihadists in Iraq or Somalia, recruiting others for that purpose, or of having knowledge of crimes and failing to notify the police.
Only two prisoners from the banned Islamist Nahdha party remain in prison: Ali Farhat, 52, and Ali Abdallah Saleh Harrabi, 53, both from the southern city of Douz. Like the majority of Nahdha members imprisoned in the past, they were convicted of nonviolent offenses such as membership in, or collecting funds for, an "unrecognized" association, and attending "unauthorized" meetings. Human Rights Watch met both men at Mornaguia, where they are serving sentences of about six months.
Allegations of Torture, Unfair Trials
Those imprisoned under the anti-terrorism law, practically without exception, gave more emphasis in their interviews this week to the conditions they endured while in garde à vue detention at the Ministry of Interior in Tunis than to their post-conviction conditions in prison. They said that while they were held incommunicado in the Interior Ministry, officers in street clothes beat or otherwise tortured them into confessing and/or signing a statement that they were prevented from reading.
At their trials they repudiated their statements, they said. Those who said they had raised the allegations of torture got no response from the court, which ended up convicting them. In most cases, these detainees said that Judge Mehrez Hammami had presided over their trial. Hammami, who gained a reputation for his record in convicting people charged with politically motivated offenses, has reportedly been transferred since Ben Ali's departure from the courtroom to a research post in the Justice Ministry.
The allegations of torture and unfair trials raise questions about the disposition of current prisoners who are not released under any eventual amnesty law and who claim they were convicted on the basis of confessions extracted through torture, or who otherwise claim to have been the victims of patently unfair trials, Human Rights Watch said.
Given the routine practice of torture and of the multiple violations of the rights of defendants to a fair trial under the prior government, the transitional government should ensure there are effective appeal mechanisms for prisoners who believe they were unfairly excluded from the amnesty, Human Rights Watch said.
The Prison Visits
The Mornaguia administration imposed no obstacles to Human Rights Watch interviews with three prisoners whose names it had submitted in advance and four others it had selected on the spot. They included four sentenced for politically motivated offenses and three for ordinary criminal offenses. The prisoners chose the interview locations and were told they could decline.
Bourj er-Roumi is one of several prisons where there was severe violence in the days surrounding the ouster of Ben Ali, costing the lives of 2 guards and 72 prisoners, including 48 in a fire in Monastir Prison, according to the Ministry of Justice. At Bourj er-Roumi, on January 14, prisoners broke down the doors of their cells and set fire to them. The facility's administration says that guards shot dead ten prisoners before order was restored three days later. Another died of a heart attack and a twelfth died at the hands of other prisoners.
Human Rights Watch will publish a separate communiqué about the events at Bourj er-Roumi prison.
Given the recent violence, the atmosphere was far tenser at Bourj er-Roumi. The Human Rights Watch visitors were accompanied to the cellblocks by armed soldiers and large numbers of officials. The prison was just beginning to repair the damage, so it was not possible to assess normal conditions there, even preliminarily. Four prisoners at Bourj er-Roumi agreed to speak individually to Human Rights Watch in a private office and appeared to speak candidly. Three others declined to be interviewed.
Imed Dridi, Mornaguia's director, said the prison was built in 2006 to accommodate 4,600 prisoners. It held 5,200 prisoners at the end of 2010 and now holds about 4,900, all adult men. The population includes both pre-trial and convicted prisoners.
Hilmi ech-Cherif, Bourj er-Roumi director, said the prison, built during the French colonial era, now has 1,429 prisoners, about half the population it had before the mutiny. The other prisoners were either released or transferred to other prisons; 12 died in the mutiny, as noted above.
Human Rights Watch thanked the prisoners and administration of Mornaguia and Bourj er-Roumi prisons for their willingness to receive and speak to the delegation.
"Tunisia's transitional government has taken a critical step toward transparency in opening prisons to outside observers who can share their findings publicly," Goldstein said. "It should now resolve to improve the treatment of prisoners, which was one of the darkest aspects of the human rights picture under President Ben Ali."
 
Tunisie : deux tués dans une manifestation contre la police au Kef

 

AFP le 05/02 à 20h21
Deux personnes ont été tuées samedi dans des affrontements entre des manifestants et des policiers dans la ville du Kef, dans le nord-ouest de la Tunisie, a indiqué à l’AFP une source au ministère de l’Intérieur. D’après l’agence gouvernementale TAP, les manifestants voulaient le limogeage du chef de la police de la ville du Kef pour « abus de pouvoir dans l’exercice de ses fonctions ». Selon des sources syndicales jointes par l’AFP au Kef, 200 à 300 personnes se sont rassemblées devant la préfecture du Kef pour réclamer le départ du commissaire Khaled Ghazouani. La manifestation a dégénéré en affrontements lorsque ce dernier a giflé une manifestante, provoquant la colère de la foule qui a tenté de s’introduire au poste de police avant d’y mettre le feu. La police a répliqué en tirant et deux manifestants, âgés de 19 ans et 49 ans, ont été tués, selon ces sources. Trois autres manifestants ont été grièvement blessés et transférés dans un hôpital de Tunis, selon la TAP et des sources syndicales. La veille, plusieurs centaines de personnes avaient manifesté devant un poste de police de Sidi Bouzid, berceau de la « révolution du jasmin » dans le centre du pays, après la mort de deux personnes qui y étaient détenues. Le ministre de l’Intérieur, Farhat Rajhi, a confirmé leur mort, affirmant qu’il s’agissait d’un crime qui pourrait être l’oeuvre de partisans de l’ancien régime du président Ben Ali, qui a fui le pays le 14 janvier.

 
Tunisie: Incidents à Sidi Bouzid après la mort de deux détenus dans un poste de police


TUNIS - Plusieurs centaines de personnes ont manifesté vendredi soir devant un poste de police de Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne dans le centre du pays, après la mort de deux personnes qui y étaient détenues, ont déclaré des responsables et témoins.
Les corps portant des traces de brûlure ont été amenés à l'hôpital régional de la ville, a dit une source hospitalière sous le couvert de l'anonymat, sans pouvoir expliquer les circonstances de leur décès.
Les deux personnes, identifiées par des témoins comme Aden Hammami et Ridha Bakari Nsiri, ont été récemment arrêtées et étaient détenues dans un poste de police de Sidi Bouzid où elles sont mortes.
S'exprimant sur la chaîne privée Nesma, le ministre tunisien de l'Intérieur, Farhat Rajhi, a confirmé leur mort, affirmant qu'il s'agissait d'un crime qui pourrait être l'oeuvre de partisans de l'ancien régime.
"C'est un crime mystérieux, ils étaient les seuls détenus dans ce poste", a dit le ministre évoquant la piste de partisans du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) du président déchu Zine El Abidine ben Ali ou l'oeuvre de policiers de l'ancien régime.
"Une enquête a été ouverte et doit examiner toutes les hypothèses", a ajouté le ministre.
Plusieurs centaines de manifestants en colère se sont rassemblés devant le poste après l'annonce du décès et ont mis le feu à trois voitures de police avant l'intervention des pompiers, a indiqué un témoin à l'AFP.
C'est de Sidi Bouzid qu'est partie la révolte populaire d'un mois qui a chassé du pouvoir le président Zine El Abidine Ben Ali, après l'immolation le 17 décembre par le feu d'une jeune marchand de fruits de la ville, Mohamed Bouazizi, excédé par des humiliations policières répétées.
(©AFP / 04 février 2011 21h53)
 

 
Tunisie: deux morts dans l'incendie d'un poste de police à Sidi Bouzid


AP 05/02/11 13:41
TUNIS (AP) — Deux hommes ont péri dans l'incendie d'un poste de police dans la nuit de vendredi à samedi à Sidi Bouzid, berceau de la révolte populaire qui a conduit à la chute du président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, a annoncé samedi l'agence gouvernementale TAP.
C'est dans cette ville déshéritée du centre-ouest du pays qu'un jeune marchand ambulant de fruits et légumes, Mohamed Bouazizi, s'était immolé par le feu le 17 décembre 2010, déclenchant un soulèvement qui s'est propagé ensuite à toute la Tunisie.
Selon l'agence TAP, les deux hommes décédés, âgés d'une quarantaine d'années, avaient été arrêtés vendredi matin pour "ébriété, détention d'armes blanches et désobéissance parentale". Adel Hammammi et Ridha Bakkari se trouvaient en garde à vue dans une cellule du poste de police au moment où le feu s'est déclaré.
Le premier tentait de "semer l'anarchie" et le deuxième faisait l'objet d'une plainte déposée par son père qui l'accusait de l'avoir agressé, a déclaré un avocat au micro de Mosaïque FM. Le procureur de la République et le juge d'instruction en charge de l'affaire se sont rendus samedi matin sur les lieux et ont ordonné une autopsie des deux corps, a précisé l'avocat.
Aussitôt après le drame, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues de Sidi Bouzid pour exprimer leur colère.
Intervenant sur le plateau de la chaîne privée Nessma, le ministre tunisien de l'Intérieur Farhat Rajhi n'a pas exclu que l'incendie soit l'oeuvre de "personnes infiltrées", en allusion au clan de Ben Ali et aux partisans de son Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).
Interrogé par l'Associated Press, le président du comité de soutien aux populations de Sidi Bouzid Attia Athmouni a accusé des "parties appartenant au RCD de vouloir porter atteinte aux acquis de la révolution en perpétrant des actes de désordre". Selon lui, le calme est revenu samedi après "une manifestation pacifique au cours de laquelle les habitants ont dénoncé ces pratiques". AP

La Tunisie indemnise les familles de martyrs et renoue avec Paris

De Jacques LHUILLERY (AFP) – Le 4 fevrier 2011
TUNIS — La "Tunisie nouvelle" commence à indemniser les familles des "martyrs de la révolution", trois semaines après la chute du président Ben Ali, alors que Paris et Tunis disent avoir "dissipé les malentendus" lors d'un premier contact direct.
Jeudi, les autorités ont commencé à accorder des compensations aux familles des personnes tuées à Ben Arous, dans la banlieue sud de Tunis, durant les semaines d'émeutes qui ont fait tomber le régime.
Selon un communiqué officiel, le gouvernement a décidé d'allouer 20.000 dinars (10.300 euros) par mort et 3.000 dinars (1.546 euros) par blessé.
Le 1er février, le chef de la mission du Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU, avait avancé le chiffre d'au moins 219 morts et 510 blessés.
Signe du retour à la normale qui se confirme, le gouvernement a décidé d'alléger à partir de samedi le couvre-feu en vigueur depuis le 12 janvier, a annoncé l'agence officielle TAP. Il courra de minuit à 04H00 locales.
La journée complète de travail est également rétablie dès lundi dans les administrations et entreprises publiques. Pendant les semaines de la révolte et le début de la transition les fonctionnaires ne travaillaient que le matin.
Le pays est toujours confronté à des grèves sectorielles ou de petites manifestations, mais globalement, la machine économique a redémarré, notamment au port de Radès (Tunis), qui concentre 70% de l'activité import-export du pays.
En revanche les mines de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) dans la région de Gafsa (centre-ouest) sont paralysées par des demandeurs d'emplois, a annoncé vendredi l'agence TAP.
La CPG et le Groupe chimique tunisien (GCT), deux entreprises publiques, perdent depuis deux semaines "environ 3 millions de dinars" (1,5 million d'euros), selon l'agence.
Concernant le tourisme, un secteur vital, une délégation de l'ensemble des compagnies aériennes et voyagistes français est attendue la semaine prochaine à Tunis pour rencontrer les autorités.
Au plan diplomatique, la France et la Tunisie post-Ben Ali ont eu vendredi un premier contact direct à Paris et assuré avoir "dissipé les malentendus".
Après un déjeuner de travail avec la chef de la diplomatie française Michèle Alliot-Marie, son homologue Ahmed Abderraouf Ounaïs n'a pas tari d'éloges sur son hôtesse, vivement critiquée en France et par la presse tunisienne pour sa gestion de la crise.
Il l'a notamment remerciée pour son "plaidoyer pour la cause de la Tunisie" à Bruxelles, où la France a demandé d'accélérer le processus d'octroi à la Tunisie du statut avancé, qui permet un traitement douanier préférentiel pour les échanges et une libéralisation des visas.
"Michèle Alliot-Marie a anticipé notre souhait d'engager un dialogue en profondeur et de dissiper les malentendus sur l'intelligibilité du mouvement social tunisien, sur la révolte nationale qui est une quête de la dignité et de la répartition égalitaire des revenus de la nation, trop longtemps détournés au profit de quelques familles", a-t-il dit.
De son côté l'Union européenne a gelé vendredi les avoirs de 46 proches du clan Ben Ali et de son épouse Leïla Trabelsi, en plus de l'ancien couple présidentiel. "Il s'agit pour l'essentiel de membres des deux familles" Ben Ali et Trabelsi, a indiqué à l'AFP une source diplomatique.
Enfin une délégation de parlementaires européens a rencontré vendredi le premier ministre Mohammed Ghannouchi. Le chef de la mission, Jose Ignacio Salafranca a déclaré à l'agence TAP avoir exprimé "la solidarité du parlement européen et de l'Union européenne, et l'appui au processus de transition démocratique".

 
Tunisie: chute de 40% du tourisme en janvier


AP 04/02/11 20:54

TUNIS (AP) — Un des principaux secteurs pourvoyeurs de devises étrangères et d'emplois en Tunisie, le tourisme a subi le contrecoup de la "révolution du jasmin" qui a secoué le pays pendant plusieurs semaines.
Lors d'une conférence de presse, le nouveau ministre du Tourisme Mehdi Haouas a fait état d'une chute de 40% des chiffres enregistrés en janvier (entrées et recettes) par rapport au même mois de 2010. Il s'attend à un déficit plus sévère pour le mois de février.
Le tourisme, qui contribue à hauteur de plus de 6% au PIB de la Tunisie et emploie quelque 400.000 personnes, avait procuré en 2010 des recettes de l'ordre de 3,5 milliards de dinars (plus de 1,8 milliard d'euros).
Malgré cette baisse, M. Haouas s'est dit "très optimiste" pour l'avenir en se basant sur "l'amélioration notable de la situation sécuritaire". "Nous voulons rassurer tous les pays amis qui envoient leurs ressortissants en vacances en Tunisie qu'ils peuvent désormais le faire dans la sécurité totale en plus d'une atmosphère de liberté absolue", a-t-il dit.
Pour sauver la saison touristique, ce jeune membre du gouvernement de transition venu de Marseille où il était établi, a dévoilé "des mesures d'urgence" qui prévoient notamment une offensive en direction des tours opérateurs de pays comme la France, l'Allemagne, l'Italie et la Grande Bretagne.
En plus du soleil et de la mer, il souhaite que les professionnels tunisiens "garantissent un accueil de grande qualité" aux visiteurs. Selon lui, "la révolution que vient de connaître le pays offre des opportunités nouvelles dans la mesure où elle a révélé au monde entier un peuple extraordinaire".
Aussi, s'est-il dit persuadé que "cette année sera exceptionnelle" pour le tourisme tunisien. "Si ce plan de sauvetage n'aboutit pas, il faudra me trouver un remplaçant", a-t-il ironisé.
Présent à la conférence de presse, le président de la fédération turque des agences de voyages (TURSAB) Bassaran Ulosoy a dit vouloir "tendre la main aux amis tunisiens qui traversent une période difficile". A la tête d'une organisation regroupant 6.500 agences de voyage, il a promis de faire passer le nombre de touristes turcs en Tunisie de 20.000 actuellement à 200.000 dans les deux années à venir. AP

 


Alliot-Marie a aussi utilisé le jet tunisien pour une excursion dans le sud


(©AFP / 05 février 201117h03)
PARIS — La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, a utilisé le jet d'un ami tunisien pour une durée supérieure aux vingt minutes évoquées cette semaine, affirme samedi le Nouvel Observateur sur son site internet, en évoquant une excursion dans le sud du pays.
La ministre avait indiqué mercredi avoir voyagé pendant 20 minutes à bord du jet privé d'Aziz Miled pour se rendre à Tabarka (nord-ouest). Selon le nouvelobs.com, Mme Alliot-Marie et ses proches ont repris ce jet le 29 décembre afin de se rendre à Tozeur, dans le grand sud tunisien, évitant ainsi de traverser des villes en révolte.
Intervenant sur plusieurs chaînes de télévision, Mme Alliot-Marie avait expliqué avoir l'habitude, lorsqu'elle rencontrait Aziz Miled, un ami de longue date, de faire avec lui des excursions, que ce soit en Tunisie ou dans le sud-ouest de la France, près de sa ville de Saint-Jean de Luz.
Elle avait précisé avoir fait fin 2010 lors de ses vacances en Tunisie une excursion avec Aziz Miled, sans préciser où ni avec quel moyen de locomotion.
"Visiblement certains cherchent à faire rebondir cette affaire alors qu'il n'y a aucun élément nouveau", a rétorqué samedi l'entourage de la ministre, interrogé par l'AFP. "Michèle Alliot-Marie elle-même a parlé spontanément de cette excursion" sur des médias mercredi alors qu'on l'interrogeait sur la compatibilité de ses fonctions avec le recours à un avion privé, a-t-on ajouté de même source.
Mercredi, devant l'Assemblée nationale, la ministre avait expliqué: "Arrivant après Noël à Tunis, un ami qui allait à Tabarka, lieu final de destination avec son avion, m'a effectivement proposé de voyager avec lui plutôt que de faire les deux heures de voiture, il n'a à aucun moment mis son avion à ma disposition, je l'ai accompagné pendant vingt minutes".
La révélation de ses vacances en Tunisie, avec ses parents et son compagnon Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement, alors que la révolte contre Zine El Abidine Ben Ali avait commencé, puis le fait d'avoir bénéficié du jet d'Aziz Miled, a provoqué une polémique en France.
Sa démission a été demandée par l'opposition, les critiques se focalisant sur l'image écornée de la diplomatie et sur le comportement en public comme en privé des ministres français.
 

Tarak Ben Ammar prépare un film sur le "martyr" Mohamed Bouazizi


(©AFP / 04 février 201117h53)
TUNIS — Le producteur de cinéma tunisien Tarak Ben Ammar a annoncé vendredi à l'AFP qu'il préparait un film sur le jeune Tunisien Mohamed Bouazizi, dont le suicide par le feu a accéléré la chute du régime du président Zine El Abidine Ben Ali.
"C'est un film d'un producteur tunisien, par un réalisateur tunisien (Mohamed Zran) et sur un jeune Tunisien. Personne d'autre ne peut le faire à notre place", a déclaré M. Ben Ammar, selon qui l'écriture du scenario est déjà en route.
Le tournage de ce long métrage en langue arabe, dont le titre et la distribution ne sont pas encore connus, devrait débuter dès le mois de mai prochain dans différentes régions de Tunisie, "principalement à Sidi Bouzid".
C'est dans cette petite ville rocailleuse au milieu d'une région d'oliviers et d'amandiers au centre du pays que le 17 décembre un jeune vendeur de fruits et légumes, Mohammed Bouazizi, s'est immolé par le feu après une énième humiliation policière, marquant le déclenchement de la révolution tunisienne qui a culminé avec la fuite de Ben Ali le 14 janvier.
"Les recettes du film iront à sa famille et ses descendants à vie. Ce film est une manière de rendre som nom universel, d'en faire un symbole", explique encore M. Ben Ammar.
Mohamed Bouazizi, poursuit-il, "est devenu sans le vouloir l'âme et l'ambassadeur de la Tunisie et de son peuple par un acte humain et pas politique".
"Je veux produire ce film afin que nos enfants n'oublient pas la révolution et son symbole qui n'est ni un homme d'affaires, ni un intellectuel, mais un simple citoyen", ajoute Tarek Ben Ammar.
Son objectif: "faire un film international de qualité" comme "Hors la loi", celui du réalisateur français d'origine algérienne Rachid Bouchared.
Ce long métrage retrace de la fin des années 1930 à l'indépendance algérienne en 1962, le destin de trois frères à travers les tumultes de l'histoire franco-algérienne.
Pour le réalisateur Mohamed Zran, Mohamed Bouazizi est devenu par son geste "un symbole de la jeunesse tunisienne, éternellement et mondialement".
Le film sera "une adaptation libre" de la vie du jeune Tunisien "jusqu'à l'acte terrible de son immolation", a-t-il expliqué à l'AFP.

 


AFP - Publié le 05/02/2011 à 13:18 - Modifié le 05/02/2011 à 13:20

Tunisie: le gouvernement allège le couvre-feu mais reste vigilant


Le gouvernement tunisien pariait samedi sur une amélioration de la situation sécuritaire, en allégeant une nouvelle fois le couvre-feu, mais reste vigilant face à une situation sécuritaire et sociale encore incertaine, trois semaines seulement après la chute de Ben Ali.
Les autorités ont annoncé vendredi soir une réduction de deux heures du couvre-feu qui s'appliquera dès ce samedi de minuit à 04H00 locales, "en raison de l'amélioration de la sécurité dans le pays".
La Grande-Bretagne a d'ailleurs levé vendredi sa mise en garde sur les voyages en Tunisie, en accordant un satisfecit au gouvernement transitoire: "On en est encore au tout début. (...) Mais la Grande-Bretagne pense que ces actions sont encourageantes".
Vital pour le pays, le tourisme devrait retrouver au printemps son niveau d'avant les troubles qui ont fait fuir des milliers d'étrangers, assurait vendredi le ministre du Tourisme Mahdi Houas.
Le couvre-feu a été allégé une première fois le 26 janvier (22H00-04HOO), depuis son instauration le 12 du même mois, deux jours avant la fuite du président Zine El Abidine Ben Ali.
Vendredi soir, on sentait déjà à Tunis comme un début d'insouciance retrouvée sur l'avenue Habib Bourguiba, théâtre il y a peu des manifestations monstres qui ont fait tomber Ben Ali le 14 janvier. Des jeunes jouaient au football sur le trottoir.
En bas de l'avenue, quelques blindés de l'armée sont bien encore là devant le ministère de l'intérieur, mais les mitrailleuses des tourelles sont bâchées.
Des grappes d'à peine quelques dizaines de jeunes font encore parfois des allers et retours sur les "Champs Elysées de Tunis" avec des slogans anti-RCD (le parti de Ben Ali) mais quand ils buttent sur les blindés, ils font gentiment demi-tour et repartent dans l'autre sens.
Le gouvernement de transition ne baisse pas pour autant la garde. Le souvenir de l'"assaut" donné lundi par des centaines de personnes contre le ministère de l'intérieur est encore frais.
Le ministre, Farhat Rajhi, avait dû s'enfuir du bâtiment, il y a peu encore forteresse imprenable du régime policier de Ben Ali. Le lendemain il parlait à la télévision d'un "complot contre l'Etat".
A l'intérieur du pays, la situation reste incertaine: vendredi soir, plusieurs centaines de personnes ont manifesté devant un commissariat à Sidi Bouzid (centre) après la mort de deux personnes qui y étaient détenues. Trois voitures de police ont été incendiées, selon un témoin contacté par l'AFP
Pour le ministre de l'Intérieur, il s'agit d'un crime qui pourrait être l'oeuvre de partisans de l'ancien régime.
Le gouvernement, qui développe son programme d'indemnisation aux familles des victimes de la répression de janvier, est par ailleurs confronté à une grogne sociale persistante dans les mines de phosphate de Gafsa (centre-ouest) paralysées par des demandeurs d'emploi qui bloquent les sites.
Depuis deux semaines, les deux sociétés publiques CPG (Compagnie des phosphates de Gafsa) et Groupe chimique tunisien (GCT) perdent environ 3 millions de dinars (1,5 million d'euros) chaque jour, selon l'agence TAP.
Alors que douze membres du parlement européen poursuivaient samedi leur mission de soutien et d'information à Tunis, le Parti socialiste français a apporté "son soutien à toutes les forces démocratiques engagées dans la construction d'une Tunisie nouvelle", au terme d'une mission dans le pays.
Pas un jour ne se passe désormais sans que l'équipe en charge de la transition ne reçoive des soutiens extérieurs.
Ainsi le Danemark a-t-il annoncé un renforcement de son soutien aux réformes démocratiques en Tunisie, mais aussi en Egypte, avec un budget de 1,34 million d'euros pour aider notamment "les médias libres et la société civile".
Le PDG de Fram confiant dans la reprise du tourisme en Tunisie


 AFP / 05 février 2011 19h51

TUNIS — Le PDG de Fram, 2e tour opérateur français a exprimé samedi à Tunis sa confiance dans la reprise du tourisme en Tunisie, durement frappé par les semaines de troubles qui ont conduit à la chute du président Ben Ali le 14 janvier.
Fram, qui opère quatre hôtels dans le pays dont deux en propriété, est "entièrement disposé à soutenir la relance du tourisme tunisien", a déclaré Antoine Cachin, à l'issue d'un entretien avec le ministre du tourisme Mehdi Houas.
La Tunisie, a-t-il poursuivi, "a été et continue à être l'une des toutes premières destinations de Fram Voyages avec plus de 100.000 touristes français par an", a-t-il ajouté.
Vendredi, Mehdi Houas avait indiqué que le tourisme devrait retrouver au printemps son niveau d'avant les troubles qui ont fait fuir des milliers de visiteurs étrangers.
"Nous nous attendons à une reprise vers le printemps. D'ici là nous devons rassurer les tours-opérateurs sur l'état de la sécurité du pays et engager une campagne de promotion", avait-il dit lors d'une conférence de presse.
Vendredi également, la Grande-Bretagne a levé sa mise en garde sur les voyages en Tunisie. "Il y a maintenant un nouveau gouvernement largement représentatif et qui a signalé son intention d'engager des réformes politiques. La Grande-Bretagne pense que ces actions sont encourageantes", avait noté le Foreign Office ministère dans un communiqué.
Premier pourvoyeur de devises, le secteur touristique couvre 60% du déficit de la balance commerciale de la Tunisie et représente 6,5% du produit intérieur brut. Le secteur emploie plus de 350.000 personnes sur dix millions d'habitants.
En raison des troubles, le mois de janvier a enregistré une baisse de 40% des recettes par rapport à la même période de l'an dernier et février sera également "moins bon", selon le ministre.
"Nous faisons le tour des pays européens et nous aurons dans le prochains jours des contacts intensifs avec les tours-opérateurs et je pense que le secteur peut récupérer vers le printemps", a-t-il ajouté.
Une délégation de l'ensemble des compagnies aériennes et voyagistes français est attendue la semaine prochaine à Tunis pour rencontrer les autorités, alors que le couvre-feu en vigueur depuis le 13 janvier les pénalise lourdement.
A cet égard, les autorités ont annoncé vendredi un allègement du couvre-feu en vigueur, qui s'appliquera à partir de samedi de minuit et 04H00 locales.
Il avait été instauré le 12 janvier, deux jours avant la chute et la fuite de Zine El Abidine Ben Ali.
Tunisie: 11 cas d'immolation dont cinq morts


AP 05/02/11 21:17
TUNIS (AP) — Onze personnes au total se sont immolées par le feu lors des troubles qui ont secoué la Tunisie pendant plus d'un mois et demi, dont cinq ont succombé à leurs blessures, a déclaré samedi le responsable du centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous, près de Tunis, Ridha Bouzid.
Cette vague avait été déclenchée le 17 décembre dernier à Sidi Bouzid, une région déshéritée du centre-ouest tunisien, par un acte de désespoir d'un jeune vendeur ambulant de fruits et légumes.
Mohamed Bouazizi, devenu un symbole, s'était aspergé d'essence et y avait mis le feu après la saisie de sa marchandise par des agents municipaux qui l'ont giflé et insulté et le refus de tout responsable local d'écouter sa plainte. Depuis, dix jeunes l'ont imité dans d'autres régions du centre, de l'est et des environs de la capitale.
M. Bouzid, cité par l'agence officielle TAP, a par ailleurs recensé dans son établissement 10 morts atteints par balles.
De son coté, le chef du service de chirurgie générale, le Dr Ayoub Zoghlami, a déclaré que 97 autres personnes touchées par balles ou des pierres ont été admises au centre dont quatre sont encore sous contrôle médical.
Le Haut commissariat des Nations Unies avait auparavant fait état d'un bilan global de 219 morts dans les rangs des manifestants et des prisonniers, outre deux gardiens de prison qui ont péri dans des incendies d'établissements carcéraux. AP
 
LE COLLECTIF VIVE LA TUNISIE LIBRE ET PROSPERE (CVTNLP)
LA VERITE SUR LA CAMPAGNE CONTRE HEDI BACCOUCHE


 Au moment une campagne de dénigrement est orchestrée par des gens mal intentionnés a l’encontre de Monsieur Hedi Baccouche ,il est peut être utile de souligner que les mensonges de cette campagne ne peuvent porter atteinte qu’a leurs auteurs. 
Cette campagne malveillante ne peut en aucune manière altérer la réputation de ce grand militant.
 Il serait nécessaire de rappeler que Monsieur Hedi Baccouche ,un patriote sincère a passé plusieurs années de sa vie en prison lors du combat  contre le colonialisme,alors qu’ il n’avait pas 18 ans.
Il a en outre été arrêté et détenu en France,pour avoir aider nos frères Algériens pendant leur lutte pour l’indépendance,alors qu’il était étudiant.
En Algérie il jouit de l’estime et de la considération de nos frères algériens.
Monsieur Baccouche a servi son pays avec abnégation aux cotés de Feu Habib Bourguiba : comme directeur adjoint du parti, gouverneur, Président directeur général  de plusieurs sociétés nationales, consul général, ambassadeur, ministre et enfin premier ministre.
Ce choix a ces postes n’est pas le fruit du hasard mais grâce a ses qualités de patriote et de grand serviteur de l’Etat.
Il a été nommé à ces postes par des gens valeureux comme Habib Bourguiba et Hedi Nouira.
 
Pendant qu’il était conseiller de Feu Hedi Houira le pays a connu des élections législatives avec des listes élargies ( les premières  dans l’histoire de la Tunisie) et cela après le règne absolu du parti unique avec liste bloquée.
Au cours du congrès du parti en 1979 c’est à son initiative que les ténors du parti unique et les caciques et les ultra ont été battus. ce qui lui a valu la colère de Bourguiba et l’exil a Lyon comme consul général.
L’ histoire retiendra qu’ après le 7 novembre et pendant son passage au Premier Ministère « de novembre 1987 a septembre1989 » il a été a l’origine de la création du conseil constitutionnel, de la libération de plusieurs milliers de détenus politiques (islamistes et autres) ,de la libéralisation de la presse ( le journal El Fajr ) de la suppression de la cour de sureté de l’ Etat ,de la réglementation de la détention préventive, de l’assainissement de nos relations avec les pays voisins.
Tous les tunisiens se souviennent toujours de l’atmosphère de liberté qu’ils ont vécue pendant les deux années que Monsieur Baccouche a passé au Premier Ministère.
En réalité les dérives de Ben Ali ont commencé après le départ de Monsieur Baccouche du Premier Ministère.
L’ancien Président Ben Ali dans son exil saoudien doit regretter maintenant de s’être séparer d’un Premier Ministre avisé, pondéré, ouvert au dialogue et ayant le sens de l’Etat.
 
Le contentieux entre les deux hommes avait pour raison l’obstination de Monsieur Baccouche à lutter contre la corruption des clans ,des partisans, des courtisans et des gens intéressés  qui entouraient Ben Ali .
En fait le combat de Monsieur Baccouche,pendant qu’il était au Premier Ministére  pour la sauvegarde de l’Etat,et la protection  des deniers publics lui ont valu le courroux de Ben Ali et de son entourage.
Monsieur Baccouche était également animé du souci constant de mettre en application les idéaux de la déclaration du 7novembre (démocratisation de la vie publique, mise en application de la justice sociale et réalisation de l’équilibre régional).
Ce contentieux entre l’ancien Président et son Premier ministre était nourri et amplifié par le clan des ambitieux qui entouraient Ben Ali et Monsieur Baccouche fut remercié car Ben Ali voulait le pouvoir a lui seul et les courtisans trouvaient Monsieur Baccouche encombrant car il constituait un obstacle sérieux a leurs desseins de s’approprier l’Etat (la privatisation de l’Etat comme disait un homme de confiance de Ben Ali).
 
Pendant la traversée du désert de Monsieur Baccouche et pendant les 20 ans qui suivirent le clan des gens intéréssés d’abord et ensuite les familles proches de Ben Ali se sont appropriés l’Etat s’enréchissant sur le dos des tunisiens.
Certains courtisans de Ben Ali, ceux la même qui mènent  l’actuelle campagne de dénigrement contre Monsieur Baccouche ont essayé de  l’impliquer mensongèrement dans un complot contre la sureté de l Etat. Un livre a  été consacré a ce recombulesque complot (cf : Supplice Tunisien : le jardin secret du General Ben ali de Ahmed Mannai préfacé par Gilles Perrault aux Editions la Découverte/Témoin Juin 1995), et ce dans le but  de se débarrasser d’un témoin gênant  et d’un concurrent potentiel sérieux.
L’accusation lui était faite d’être à l’ origine de la constitution d’un front contre Ben Ali car Monsieur Baccouche ne cachait pas ses réserves sur la politique suivie par Ben Ali et ses dérives.
Ce livre détaille les réserves de Monsieur Baccouche sur Ben Ali et son clan.
Faut il rappeler que  Monsieur Hedi Baccouche n’a jamais été au pouvoir lorsque le sang des tunisiens a coulé et que Monsieur Baccouche a été rappélé au pouvoir après les grandes crises qu’a connues la Tunisie et pour ouvrir une période de détente (événements  de 1978-1984-1987 ).
C’est ainsi que chaque fois qu’il revenait au pouvoir des milliers de prisonniers politiques retrouvaient la liberté (syndicalistes, intégristes et gauchistes ont été libérés et que le mouvement syndical reprenait son autonomie n’en déplaise aux auteurs de l’actuelle campagne de dénigrement ?
Faut il rappeler aussi que lors d’un congrès du parti socialiste en France auquel il a été invité après son départ du Premier Ministère,il a prononcé un discours jugé par certains très critique pour le régime de Ben Ali.
Des gens bien intentionnés ont vite rapporté ses propos a l’ancien dictateur.
Une campagne de presse a été orchestrée contre lui par des journaux a la solde du pouvoir ( El Adath) les articles de ces journaux sont toujours là pour attester de cette campagne démontrant la véracité du proverbe :les paroles s’en vont les écrits restent !
Peu avant son départ du Premier Ministère a  la foire de Sfax Monsieur Baccouche fustigeant le libéralisme sauvage et le capitalisme aveugle préconisé par le FMI et entériné par Ben Ali a mis l’accent publiquement sur la nécessité de modifier la politique du pays pour corriger les déséquilibres sociaux et régionaux et de suivre une politique de solidarité sociale pour lutter contre les inégalités .
 
En prononçant  ce discours Monsieur Baccouche ne cachait pas son désaccord total avec les choix économiques de Ben Ali dictés par le FMI.
Ce discours fut l’occasion inespérée pour B Ali de se débarrasser de Monsieur Baccouche.
Ben Ali était du reste en colère contre Monsieur Baccouche : on venait de lui rapporter que Hedi  Baccouche avait tenu a un journaliste du Monde  des propos très critiques a l’égard de l ancien dictateur  et de ses méthodes de gouvernement.
Depuis son départ du Premier Ministère aucun contact n’a eu lieu entre l ancien Président et son premier ministre.
Il est peut être utile d’ affirmer solennellement que B Ali n’ a jamais consulté Monsieur Baccouche a aucun moment durant les vingt dernières années.
Nommé membre de la Chambre des Conseillers ,véritable chambre d’enregistrement et bien que figurant sur la liste protocolaire il était constamment surveillé et suivi, son téléphone était sous écoute et ses proches ont connu des tracasseries innombrables et continues.
Pendant les deux décades précédentes personne ni a la Présidence, ni au Gouvernement ne le consultait et on se passait bien de son opinion sur les affaires publiques.
 Ben Ali ayant décidé d’autorité la mise a la retraite de Monsieur Baccouche et les collaborateurs de l’ancien dictateur appliquaient ses instructions a la lettre.
Ayant des relations d’estime et d’amitié avec de nombreux responsables en Europe,dans les Pays Arabes et Islamiques et même en Asie et en Amérique,il était souvent a l’ Etranger pour donner des conférences,en France, en Algerie, au Maroc ,en Egypte,en Jordanie,en Russie, en Iran, au Liban, en Syrie, en Chine, aux Etats-Unis.
Partout il était chaleureusement accueilli par les plus hautes autorités de ces Pays ou il prônait dans ses conférences l’unité du Magreb Arabe, l islam tolérant ,l’entente entre les Peuples et la justice sociale et la solidarité entre les peuples ,la modernité et l’ouverture sur le monde.
En Tunisie un ordre était donné a  la presse par le sinistre Abdelwahebb  Abdallah  pour observer un black out total sur les activités de Monsieur Baccouche.
Monsieur Hedi Baccouche,un témoin gênant, et un homme encombrant était a la retraite, et bien a la retraite.
Ordre était donné a la presse de ne plus en parler.
Monsieur Baccouche jouit d’ une réputation solide d’un nationaliste pur,d’un grand serviteur de l’Etat,dévoué pour l’interet general, d’ un homme ouvert au dialogue, intelligent pondère et réfléchi.
Ses concitoyens qui ne le connaissent pas sont souvent surpris par sa modestie et sa disponibilité.
Les campagnes de dénigrement des gens mal intentionnés ou manipulés ne peuvent jeter le discrédit que sur leurs auteurs.
Dans la mémoire de nos concitoyens sa réputation est intacte n’en déplaise a certains.
Dans son exil saoudien Ben Ali doit regretter amèrement d’avoir trahi la Déclaration du 7 novembre, ce contrat moral, cet engagement solennel  qui le liait au peuple.
 Monsieur Baccouche en le rédigeant  personnellement traçait a grand trait l’avenir qu’il souhaitait pour son pays ,cette déclaration est toujours d’actualité.
La trahison continue  de cette Déclaration par Ben Ali et ses complices, tout au long des vingt dernières années a fini par nourrir le désenchantement, la colère, et enfin la Révolution.
Ben Ali a trompé Monsieur Baccouche, comme il a trompé son peuple.
 Ben Ali a violé son serment de respecter la constitution et de mettre en application la déclaration du 7novembre.
L histoire condamnera Ben Ali et son clan mafieux pour leurs mensonges et leur trahison.
L’homme qui a trompé son peuple ,violé son engagement, détruit son pays  et  manqué irrémédiablement a son honneur de militaire en fuyant lâchement son pays sera tenu par l’histoire comme un grand criminel.
Mais Ben Ali aura donné bien malgré lui a son peuple l’occasion, au cours de cette valeureuse révolution  de prouver au monde que les tunisiens sont des hommes fiers, dignes et valeureux!
 LE COLLECTIF VIVE LA TUNISIE LIBRE ET PROSPERE
 CVTNLP
Le RCD de Montréal ou le recyclage rhizomatique


Si le dictateur est tombé et avec lui ses symboles et sa famille de mafieux, le système dictatorial que je compare au concept de Rizhome développé par Deleuze, demeure. Un rizhome, contrairement à la racine, présente plusieurs petits centres qui ont tendance à se reconstituer une fois la tête coupée. Ces décentralisation et reconstitution sont le lot de la cellule du RCD à Montréal aujourd’hui.
Tout d’abord, j’aimerais préciser que le parti-État sévissait dans les universités canadiennes à travers les associations des étudiants tunisiens. Ces dernières s’inscrivaient comme associations culturelles, bénéficiaient des privilèges des universités et profitaient ainsi de leur plate-forme pour créer une banque de données localisée des étudiants tunisiens, parallèlement à celle de la mission universitaire tunisienne. Ces associations « culturelles » faisaient de la politique et recevaient régulièrement des cadres du ministère de l’Intérieur. Leurs tâches, dissimulées derrière les activités socio-culturelles lesquelles se limitaient à aller à Niagara Falls et à organiser un méchoui durant l’Aïd, consistaient à fliquer les Tunisiens, avoir leurs emails, surveiller les récalcitrants et recruter parmi les nouveaux qui veulent obtenir une bourse d’exemption.
Après ce préambule, je voudrais parler du recyclage de ces associations maintenant que leur chef a été déchu. Je vous raconte les faits et vous laisse juger.
Deux semaines avant la chute du dictateur, un groupe de Tunisiens libres a formé un collectif de solidarité avec les Tunisiens de Sidi Bouzid et Kasserine (Je précise que je ne fais pas partie du comité organisateur et que le collectif n’y est pour rien dans ce post). Ils ont organisé quelques rassemblements devant le consulat tunisien de Montréal. S’ils étaient une dizaine la première fois, leur nombre a vite augmenté et est passé à une quarantaine, lors du deuxième rassemblement et une centaine lors du troisième. Au pic de la révolte en Tunisie, le comité a décidé d’organiser une réunion au local d’Alternatives Québec. Une centaine de personnes était présente et le mot d’ordre a été lancé : Il était question d’organiser une manifestation gigantesque dans les rues de Montréal pour dénoncer le massacre commis par le dictateur et ses sbires. Entre-temps, la veille de la manifestation, le dictateur est tombé, ce qui a fini par donner du courage à la majorité tunisienne silencieuse de Montréal qui est venue en nombre. La manifestation qui comptait plus de cinq mille personnes (sept mille est le nombre des Tunisiens de Montréal) a été un franc succès et le collectif a donc décidé d’organiser des réunions d’échange entre Tunisiens pour discuter des modalités de l’aide, du gel des biens du clan mafieux au Canada, etc.
Toutefois, une personne que je ne nommerai pas et qui était présente lors de la première réunion a profité du mailing-list du collectif pour envoyer une invitation organisée par « Ma Tunisie », un groupe que personne ne connaît et qui vient tout juste d’être créé après le 14 janvier. Les organisateurs du collectif se sont excusés de cette maladresse dans l’envoi des mails en cc et non en cci et ont précisé en toute bonne foi, malgré cet incident, que le collectif n’a pas le monopole des activités tunisiennes et que toute autre initiative est encouragée. L’association « Ma Tunisie » invitait donc les Tunisiens à une rencontre dimanche dernier à l’espace famille, une salle que le consulat loue dans un immeuble cossu et qu’il réserve aux Tunisiens qui font allégeance au parti-État.
J’ouvre une parenthèse ici pour dire que d’autres Tunisiens ont demandé la salle après le 14 janvier, bien sûr, en pensant que le favoritisme est révolu, mais la surprise était grande face au refus des responsables du consulat.
Je suis allé sur place pour la première fois dans cet espace qui désormais appartient à tous les Tunisiens de Montréal. La salle dont les murs sont mauves était comble et les gens debout. Quelques têtes connues des sbires de Ben Ali se relayaient au micro. Puis, est monté sur scène un jeune étudiant pour parler de l’association des étudiants tunisiens à Sherbrooke, une petite ville à 150km de Montréal. Il a commencé par dire que l’association n’est pas politique, qu’ils ne font pas de politique, mais seulement du culturel et que selon les règlements de l’université, pour avoir le permis d’association, il faut montrer patte blanche et se garder de faire de la politique. Il a répété cela plusieurs fois. Après, il a commencé par présenter sur Powerpoint des photos, lesquelles d’après lui représentent une manifestation de solidarité avec le peuple tunisien. Sur la première photo, on voit du noir, quelques lumières, deux personnes à peine visibles avec un drapeau tunisien et c’est écrit en gros sur la photo : « La vidéo de Radio Canada ». Il a ensuite passé d’autres slides où l’on voit écrit : « Faites passé le message sur les événement en Tunisie ». Décidément, ils ont tout fait à la hâte. Petite précision s’impose ici. Ce sont les cancres qui adhèrent à ces associations et qui militent au sein d’elles par pur opportunisme afin d’avoir des bourses, d’où les prouesses grammaticales de la phrase citée. Il a ensuite changé de slide et mis le nom de Bouazizi sur un fond musical en souhaitant que vive la révolution tunisienne. À ce moment-là, les âmes sensibles ne pouvaient que l’interrompre sur fond du fameux “DIGAGE“, devenu désormais slogan national. Aussitôt fait, les sbires de la structure rizhomatique se sont jetés sur les âmes sensibles pour les bousculer et leur reprocher leur manque de civisme tout en demandant instinctivement les noms de ces brebis galleuses – instinct de flic – avant de se ressaisir et de s’éclipser comme un menteur qui venait de commettre un lapsus l’inculpant.
Voilà donc les faits, je vous laisse seuls juges de ce recyclage rizhomatique ou du retournement historique des suppôts de la dictature à des partisans acharnés de la révolution. Ce changement en soi ne poserait pas problème s’il se limitait au retournement de veste devenu sport national. Mais ce qui est grave, c’est que ces mêmes personnes, celles qui ont envoyé au trou un certain Haroun Mbarek et qui ont harcelé plusieurs autres personnes, ont gardé le même modus operandi (récupération, mensonges, intimidation, etc.), les mêmes privilèges et les mêmes passe-droits du consulat. La Révolution ne fait que commencer.

3loullou

(Source:
www.nawaat.org le 4 fevrier 2011)
Lien: http://nawaat.org/portail/2011/02/04/le-rcd-de-montreal-ou-le-recyclage-rhizomatique/

 La jalousie assassine l’esprit de la SOLIDARITÉ au Canada


 

Abdo Maalaoui, Montréal, Canada

L'ennemi de la liberté et de la démocratie est le doute, le soupçon, la désolidarisation, l'accusation gratuite, la méfiance, etc... La dictature tunisienne nous a injecté le virus de la haine, de la jalousie et « el hogra » envers autrui !

J'ai milité depuis 40 ans pour voir un jour la Tunisie libre et les Tunisiens solidaires. Cette Révolution allumée par les jeunes qu'on a souvent traité injustement de divers adjectifs négatifs. Le jour J, ils n'ont pas hésité de montrer leurs poitrines aux vraies cartouches de l'ennemi.. Nous avons payé très cher et le sang des jeunes pauvres et  innocents a coulé... Afin que le Tunisien s'exprimer librement et à jamais...

Monsieur Alloulou a observé toute cette Révolution, étendu confortablement dans son salon devant sa chaîne de télévision. Il a fait comme le loup … Il s’est levé pour prendre son micro-ordinateur et il a commencé de tirer sur ceux et celles qui ont bravé le froid canadien parce qu’ils sont devenus le miroir de son échec… puisqu’il n’a rien foutu. Alors Monsieur Alloulou malheureux d’avoir rater le bateau … il a pris son clavier et il a commencé de tirer, il a ciblé en premier lieu celles qui ont été les plus combatives à Montréal. Comme il est petit, il voulait se montrer  avec les grands, malicieusement,  il a choisi Nawaat pour crucifier publiquement le symbole de la lutte pour cette liberté à Montréal, il a oublié que l’histoire a glorifié Jésus et a humilié Judas ! 

Voilà que le petit Judas tunisien du Canada a voulu accuser injustement des jeunes tunisiennes qui ont commis un seul crime : celui d'appeler les Tunisien(ne)s du Canada à la SOLIDATIÉ pour soulager nos frères et sœurs du fardeau de la misère et de la pauvreté.

Notre Judas  Alloulou a toujours mangé froidement, il n’a jamais connu la souffrance et l’angoisse du lendemain ?

Bref, j'étais à la première réunion de Ma Tunisie, j'ai écouté et j'ai pleuré de joie de voir comment cette jeune étudiante tunisienne Mariem se battait pour exprimer son cri de cœur afin d'aider autrui. Devant une salle complètement chauffée et devant des Tunisien(ne)s qui ont soif de s’exprimer ! ..

J'ai un honneur et un privilège de parler avec Mariem à quelques occasions pour avoir des conseils administratifs sur MA TUNISIE, c'est mon devoir de l'aider ! Je ne suis pas le seul, il y a eu d'autres vieux, en langage africain, qui l'ont fait aussi bénévolement ! Comment peut-on  refuser d’aider nos jeunes ?

Et voilà que Judas Alloulou profite de Nawaat pour tenir des propos injustes et humiliants pour celles qui ont investi un temps fou et beaucoup d'énergie rien que pour aider...

Je demande à Judas  Alloulou maintenant que tu as craché gratuitement ton venin sur des innocentes, est-ce que tu peux nous montrer le chemin à emprunter pour préserver cette LIBERTÉ. ?

On n'a rien compris, la Révolution vient de commencer, elle a besoin de votre SOLIDARITÉ dans divers secteurs et c'est sain de diversifier les organisations selon nos diverses compétences...

Je comprends Mariem et ses sœurs ont ciblé le secteur de la Solidarité, mais je suis entrain de mettre en oeuvre un projet intégré de pêche et d'aquaculture pour aider les jeunes pêcheurs ruraux et les jeunes filles  rurales  aquacultrices, c'est ma compétence et son mon "dada" pourquoi voulez-vous que j'adhère à quelque chose que je suis moins bon ? En plus Mariem a eu la gentillesse de demander votre avis, quant a moi, je suis professionnel, je connais mon domaine, j’ai décidé d’investir mon temps et mon argent … est-ce que je suis obligé de demander votre avis ? Mais NON.. ? On est dans un pays libre … ou chacun de nous peut choisir sa mission et les gens compétents avec qui il veut partager sa conception !

Au Québec, je suis dans le domaine de l’économie solidaire depuis 1976, je suis militant contre la dictature depuis bientôt 40 ans, personne ne peux m'accuser. J'ai payé dix (10) longues années d'exil à cause de la dictature de Ben Ali, j'étais fliqué par les gens du Consulat de Tunisie à Montréal, l'Ambassade et quelques-uns uns du RCD. Il ne faut pas paniquer ! Je n’ai pas à avoir peur, j’ai agi selon mes convictions, je suis chanceux, le temps m’a donné raison. J’ai la FOI dans ce que j’ai fait. Avec l’âge,  j’ai compris que  la Vie est un combat, chacun a fait son job ! Mon job à moi est de militer, leur job à eux est de me surveiller et de me «stoler». C'est vraie que j'étais une menace pour eux !

Je ne suis pas naïf, au sein de l'Ambassade de Tunisie au Canada ainsi  du Consulat et de la Cellule RCD de Montréal, j'ai rencontré des gens honnêtes, compétents, généreux qui ont beaucoup donné à notre communauté tunisienne du Québec... Ils ont payé souvent de leur poche. Ils n'ont pas besoin de privilèges du pouvoir au contraire le pouvoir les a utilisés pour faire la promotion de la Tunisie sur leur dos. Pour moi, ces gens ont aussi servi leur pays !

Hier, ils ont été mes adversaires, aujourd'hui nous avons gagné ! Ils ne sont pas devenus mes ennemis, au contraire ils sont toujours mes frères égarés ! Est-ce que je dois les liquider, est-ce que je dois les lyncher ? Est-ce que je dois les humilier ? Est-ce que je dois les insulter ? Est-ce que je dois les abaisser ? Non jamais..!

J'étais dans le Centre tunisien, j'ai rencontré quelques uns, je les ai salué avec respect,  je suis prêt à les protéger des têtes brûlées, à les respecter, à continuer de les aimer ? Longtemps, j’ai prôné la violence, avec l'âge et l'expérience, j’ai compris : Ce n'est pas avec la haine qu'on va édifier notre liberté, c'est avec l'Amour de l'un envers l'autre SI  on veut construire une Tunisie Nouvelle !... Pourtant dix ans d'exil, de harcèlement et de mépris. C’est mon droit de me venger !...

J'ai lutté toute ma vie contre tout ça ! Aujourd'hui on a gagné l’accès à notre Liberté et à la Démocratie, vous voulez que je tombe dans le même piège qu’eux ? Non Jamais !

Mariem et ses sœurs, vous avez  fait ce que vous  devriez faire... Vous êtes de la race des lionnes qui se battaient pour avancer, n'écoutez pas ce petit renard méloïdé, n’écoutez pas Judas raconté ?  Il ne peut y aller  nul part, il est cuit ! Donne-lui la chance de se repentir ! Parce que je sais qu’un jour, il va découvrir sa petitesse d’esprit et sa grande jalousie. Mariem, ce n'est pas avec des gens comme lui que la Tunisie va se libérer ou va avancer... Je suis fière de ce que vous êtes entrain de faire ! Je suis solidaire avec vous ! Comme avec toutes les autres organisations d’hier et d’aujourd’hui qui ont pour MISSION d'aider à soulager la misère de nos familles pauvres en Tunisie... Un grand merci !

عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

RCD.....Dégage


 

Par SONIA.D
 
Dans une démocratie, le peuple a droit à la vérité, toute la vérité et rien que la vérité; ce qui m'amène à constater d'une façon rationnelle que cette démocratie totale  est encore loin être  une réalité en TUNISIE, les vieilles méthodes et les vielles pratiques ont décidément la peau dure, et ce gouvernement  fantoche, de continuité RCD, BEN ALI est encore à TUNIS? Ne peut donner que des résultats négatifs et Ne fournir qu'un travail bâclé et honteux.
Demain le monde entier et les Hommes de bonne volonté, les consciences libres, si notre pays continue d'être la proie des dérapages et des déviances dans le sillage de ce gouvernement RCD, 7 NOVEMBRE BIS; Le monde dira sûrement, la TUNISIE par son peuple et la grandeur de ses enfants avait chassé du pouvoir le sanguinaire tyran BEN ALI, mais malheureusement aujourd'hui, devant l'inertie et la suffisance des politiques, le peuple tunisien s'est fait berner, et que ce pays  sombre encore dans ses travers grâce à des caciques de l'ére BEN ALI, et à de faux opposants collaborateurs et irresponsables.
Pour ce gouvernement  putschiste dans le bon sens du terme qui veut baser sa légitimité sur le mensonge, les coups bas comme celui fasciste de la place de la CASBAH et le chantage pour  tromper les tunisiens et bafouer la légitimité révolutionnaire, le temps est un allié précieux. IL NE FAUT jamais cesser de le contester et de lui dire ses quatre vérités, le temps qu'il demande pour  faire ses preuves est une opération de piraterie, et ce ne sont pas les godillots et les pions du PDP ou d'ETTAJDID qui pourront  garantir sa représentativité.Il faut faire comprendre à cette comédie mauve que les  tunisiens sont convaincus de la légitimité révolutionnaire, et convaincus de leur minable  stratégie aliénée aux intérêts supranationaux, il faut  faire comprendre à cette assemblée de truands et d'ego sans principe que le mensonge en politique constitue un abus de confiance et un bris de contrat, car une révolution est une sorte de fiducie, le contrat passé entre le peuple et ses représentants a été paraphé par le sang des dizaines de nos MARTYRS, blessés et disparus depuis 1956, alors que l'imposture aujourd'hui, au pouvoir en TUNISIE, confisque par la trahison la révolution des tunisiens. Le peuple cède à ses mandataires, les politiciens, le soin d’administrer la chose publique et il se réserve le droit d’évaluer leur travail à intervalles réguliers, mais cela ne peut se faire que dans une situation claire, pas dans une mise en scène du RCD. Si le peuple est insatisfait, il a le pouvoir de les congédier et de les remplacer,aujourd'hui les tunisiens sont les victimes d'un autisme criminel et antidémocratique .
Il est évident que les tunisiens n'ont jamais mandatés ces représentants RCD ni pour les représenter , ni même pour  gérer  cette période de transition, la très grande majorité de l'opposition démocratique et légitime, qui n'a jamais collaboré avec BEN ALI, a été mise mise sur la touche par ce putsch du 7 NOVEMBRE BIS DE GANNOUSCHI, L'opposition démocratique est sur la touche, ANCHABBIi , ou BRAHIM ne représentent qu'eux mêmes, voire , des groupuscules sans aucune personnalité, les militants honorables du PDP ou d'ETTAJDID, et il y' en a , devraient s'absoudre de la vilenie de leurs chefs et aller respirer ailleurs un air moins vicié. Entre un peuple révolté et qui s'est libéré tout seul et un pouvoir politique, ne serais que pour une période de transition, il doit y avoir, non seulement une relation de confiance, mais aussi un contrat explicite, fondé sur le droit des citoyens de choisir leurs représentants à n'importe quel niveau et à n'importe quelle période.Un gouvernement de transition qui soit représentatif des réalités tunisiennes doit être composé par toutes des singularités politique, sauf le courant du parti unique  RCD de la dictature qui doit être dans le box d'accusé, Mais aujourd'hui en TUNISIE c'est le contraire qui se passe.
 
 Or, pour qu’une démocratie soit authentique, les citoyens doivent pouvoir faire un choix en toute connaissance de cause, en disposant de toute l’information nécessaire, ce n'est pas le cas aujourd'hui en TUNISIE où on voit un ministre de l'intérieur, aussi intègre et honnête soit -il, nous affirmer qu'il n'existe pas plus de 50.000 policiers en TUNISIE, l'écart des chiffres est tellement aberrant , que je finis par croire  que ce brave homme a été trompé par son administration, encore truffée  de tueurs de la police politique, avaler ce genre de couleuvres est très grave. Un gouvernement où on voit un ministre des affaires étrangères aller en FRANCE rendre  visite à son intime MAM, celle qui voulait voler au secours de son ami BEN ALI en  lui fournissant des armes pour mater  et assassiner encore plus les révoltés et les braves tunisiens, ce ministre des affaires étrangères qui est un larbin  de l'ancien régime, qui se confond en courbettes et prétend parler au nom des tunisiens, mais de quels tunisiens? La réponse est évidente, ce ministre des affaires étrangères, représente une TUNISIE réactionnaire qui est encore et plus que jamais  belliciste.
La tactique du mensonge, de ce gouvernement RCD, qui gère l'urgence à la méthode BEN ALI, s'autorise tout, et ne se connait pas de limites;  sont  et plusieurs  usurpateurs veulent nous faire croire   que s’indigner de tels travers est, par conséquent, inutile ou constitue une perte de temps. Pourtant, s’il y a toujours  des injustices en TUNISIE, faut -il ignorer leur source, la seule identifiée, faut-il les accepter et baisser les bras ? Le danger est, justement, d’accepter cette politique du mensonge et de la considérer comme normale. Un risque d’autant plus grand que ce mensonge de du gouvernement GANNOUSCHI est devenu, dans les cercles fermés des médias et des cénacles la norme professionnelle, en fait, ces derniers ont justes changé de maîtres , et de plus en plus subtils.
 
Et cerise sur le gâteau, bon appétit  gouvernement de GANNOUSCHI, ANCHABBI, BRAHIM devant l'horreur de  la rhétorique fasciste de certaines poupées de chiffon, leur protégé, fils d'un notable RCD, qui salit la nation et pis, la révolution. Et la dépouille des morts, et la conscience des vivants, son cas tient plus de la psychiatrie que du pénal.
« Je déteste le mot martyr. Glorifier la mort c’est moyen-âgeux. On a besoin d’une meilleure éthique pour le 21 siècle. » Cette réflexion est passée, jeudi 3 février, sur le Twitter de Slim Amamou.
Et sur NESSMA TV, ce goret vomit  son fiel,  sans qu'aucune de ces plumes aux ordres ne lui réponde "Je ne dois rien à BOUAZIZI", qu'il délire, alors pourquoi il est dans ce gouvernement  qui se gave de l'argent public ? Voilà notre présente réalité, et on nous dit que  ce type est un ministre représentatif du gouvernement GANNOUSCHI, mais  en fin de compte, cet imbécile ne fait qu'ânonner ce que tous les pions, les alimentaires de ce gouvernement fantoche pensent; BOUAZIZI et tous ceux des tunisiens qui sont morts pour la liberté, sont représentatifs des tunisiens et sont leurs ennemis, comme hier, ils étaient les irréductibles ennemis de leur patron déifié BEN ALI.
 

MAM/Tunisie: un second voyage en jet ?


 

Mise en cause pour ses vacances controversées en Tunisie, la ministre des Affaires étrangères est de nouveau montrée du doigt. Selon une information publiée par le site Internet du Nouvel Observateur, Michèle Alliot-Marie n’aurait pas uniquement utilisé un jet privé au début de ses vacances tunisiennes pour 20 minutes, comme elle l'avait expliqué.

Le site de l’hebdomadaire évoque en effet un aller-retour fait dans le même appareil le 29 décembre, évitant ainsi à la ministre et son compagnon de traverser des villes en révolte. À bord du même appareil, appartenant à l’homme d’affaires tunisien Aziz Miled, la ministre se serait rendu à Tozeur, dans le grand sud tunisien. "Une agence locale, Nomade, a été chargée d’organiser la visite", ajoute le nouvelobs.com.

Interrogée mercredi à l’Assemblée, MAM avait pourtant affirmé à propos de son ami tunisien, Aziz Miled : "Il n'a à aucun moment mis son avion à ma disposition, je l'ai accompagné pendant vingt minutes de trajet en avion". Elle avait précisé avoir fait fin 2010 lors de ses vacances en Tunisie une excursion avec Aziz Miled, sans préciser où ni avec quel moyen de locomotion.

"Visiblement certains cherchent à faire rebondir cette affaire alors qu'il n'y a aucun élément nouveau", a rétorqué aujourd'hui l'entourage de la ministre, interrogé par l'afp. "Michèle Alliot-Marie elle-même a parlé spontanément de cette excursion" sur des médias mercredi alors qu'on l'interrogeait sur la compatibilité de ses fonctions avec le recours à un avion privé, a-t-on ajouté de même source.

Source : « Le Figaro » Le 05-02-2011

Cohn-Bendit fustige "l'attitude extrêmement bête" d'Alliot-Marie


 

Malgré  les appels à clore la polémique, les réactions continuent, samedi 5 février, dans la classe politique, à propos de l'usage par Michèle Alliot-Marie d'un avion privé appartenant à des proches du président déchu Ben Ali en Tunisie.

Daniel Cohn-Bendit a ainsi évoqué  sur Europe 1 "une attitude extrêmement bête". Moquant les nombreuses approximations de la ministre des affaires étrangères quant aux circonstances de ce voyage touristique, effectué alors que les troubles enflaient en Tunisie, il a jugé que "celle-là, elle doit faire n'importe quoi mais certainement pas ministre des Affaires étrangères, point à la ligne".

En Allemagne "son parti l'aurait poussée à démissionner, je suis presque sûr", juge encore l'eurodéputé franco-allemand, pour qui la situation est "complètement aberrante". Il critique une "forme d'amnésie" ayant consisté à ne pas voir "le backchiche, la corruption" en vigueur sous le régime de l'ex-président tunisien Ben Ali. "On a pris Alliot-Marie la main dans le sac", mais "cette amnésie là, elle est pour justifier des années et des années de comportements de soutien à des Ben Ali, des Moubarak etc..", juge-t-il.

"ON POUSSE LE BOUCHON TROP LOIN"

A contrario, le ministre de la coopération, le centriste Henri de Raincourt, a pris la défense de sa ministre de tutelle, fustigeant une "polémique minable, indigne et pitoyable". Pour lui, "Ce qui compte, c'est naturellement l'honnêteté, l'exemplarité, le respect d'un certain nombre de valeurs".

Henri de Raincourt dénonce, après l'affaire Bettencourt, une forme de "chasse aux sorcières" : "Est-ce que j'ai le droit de monter dans la voiture qui appartient à un des mes amis, qui est chef d'entreprise ? On va finir par se poser la question, parce qu'on pousse le bouchon tellement loin que lorsqu'on est un élu, on ne pourra plus rencontrer quelqu'un qui exerce dans le milieu médical, industriel ou économique. Ca devient absolument stupide".

Source: “Le Monde.fr” Le 05-01-2011

Violences en Tunisie : l'ombre de Ben Ali plane encore


 

Le regain de violence survenu ces derniers jours en Tunisie rappelle que malgré le départ de Ben Ali, les hommes de l'ancien despote ne sont pas prêts à quitter le pouvoir.

Meziane est encore sous le choc. Ce propriétaire de café à Kasserine, à l'est du pays, n'est pas prêt d'oublier la journée de dimanche. « Cinq jeunes âgés de 15 à 18 ans sont venus me menacer », se désole-t-il. « Ils m'ont dit que si je ne fermais pas mon café lundi, ils reviendraient le brûler, avec moi à l'intérieur. »

La mort dans l'âme, Meziane a donc mis la clé sous la porte le temps d'une journée, comme l'ensemble des commerçants de Kasserine. Dans les rues de la ville désertée par ses habitants, un curieux cortège a défilé : « Des jeunes armées de couteaux ou de haches hurlaient », ajoute l'homme d'âge mur.

Originaire de Kasserine, Meziane est catégorique : il n'a reconnu aucun visage. « A leur allure, on pouvait voir que c'était des vagabonds. » Des bâtiments publics ont été incendiés, la bibliothèque pillée.

Des bandes de jeunes sèment la terreur

Kasserine n'est pas un cas isolé. Partout en Tunisie, des bandes de jeunes sèment la terreur depuis la fuite de Ben Ali le 14 janvier. Le vide sécuritaire dénoncé par les habitants a en outre été renforcé par la grève menée par les policiers. « Il y a un énorme sentiment d'insécurité ici », confirme de Tunis Fouad Boukari journaliste
à Radio France. Après la promesse du gouvernement d'augmenter leur salaire, les policiers ont repris leur service.

Rabhi Samir, professeur à Kasserine et militant des droits de l'homme, dénonce un coup monté. « Ces jeunes sont des mercenaires payés par les grosses têtes des sections régionales du RCD, le parti de Ben Ali », assure-t-il. « Ils ont pour mission de rependre le chaos pour que le RCD soit perçu comme le seul parti capable de maintenir l'ordre. »

Preuve de l'implication du l'ex-parti unique selon le militant : le tract distribué hier aux habitants de Kasserine. Rabhi Samir lit le texte à haute voix : « Nous allons annoncer la guerre contre tous les gens qui propagent des rumeurs contre les hommes intègres de Kasserine. »

Dans les noms évoqués sur le tract se trouve celui de Kamel Hamzaoui. « Même s'il n'est plus au comité central du RCD depuis quatre ans, tout le monde ici sait qu'il agit dans l'ombre du parti, qu'il décide tout grâce à son pouvoir de financement », clame le professeur.

La dictature est encore debout

Avec ses débordements, une évidence s'impose aux yeux de Selim Ben Hassen, leader du mouvement d'opposition Byrsa : même si le despote est tombé, la dictature, elle, est toujours debout. Malgré le changement de gouvernement opéré le 27 janvier, les fidèles de Ben Ali ne sont pas encore tous partis.

La tension est montée à son comble lundi quand 2 000 à 3 000 jeunes ont envahi le ministère de l'intérieur. Farhat Rahji, à sa tête, et Rachid Ammar, chef d'état-major de l'armée de terre, ont échappé de peu à la mort.

Interviewé par la chaîne privée Hannibal TV mardi, le ministre a dénoncé un coup de force d'une partie du ministère de l'Intérieur suite à sa promesse de juger les coupables de pillages. Selim Ben Hassen est persuadé que beaucoup de responsables des forces de sécurité roulent encore pour l'ancien système :

« Si certains déstabilisent le pays en espérant encore que cela fasse revenir Ben Ali, d'autres, coupables d'exactions en tout genre, ont conscience que de nombreuses archives sont empilées dans les administrations et les commissariats.

Quand on a torturé quelqu'un, on n'a pas forcément envie que cela devienne public. »

Difficile de se débarrasser des pros-Ben Ali

Pour Eric Gobe, chargé de recherche au CNRS spécialiste du Maghreb, la résistance d'une partie de la classe politique est une évidence :

« l'appareil de sécurité a été mis en place par Ben Ali, qui avant d'être président a été ministre de l'intérieur. Il a mis en place des hommes qui lui font totalement allégeance. Il va donc être difficile de se débarrasser d'eux, il ne vont pas partir comme ça. »

L'intervention télévisée de Farhat Rahji a été très appréciée en Tunisie. L'annonce du limogeage de 42 hauts responsables de l'Intérieur a été perçue comme une volonté de tirer un trait sur l'ère Ben Ali. Rabhi Samir, militant de Kasserine, reste cependant prudent : « On a de l'espoir de voir la situation s'améliorer, mais il reste beaucoup à
faire. »

Tunisie, lendemains de revolutions


 

A contre-coeur, ils ont repris le chemin de Kasserine. Hamzaoui, un agriculteur reconverti dans la sculpture sur bois et ses amis qui depuis le départ de Ben Ali campaient sur la place de la Kasbah, voulaient obtenir la démission de tous les ministres  « d’ancien régime ».  Ils disaient qu’ils ne laisseraient personne leur confisquer « leur » révolution, celle des sans grade, des déshérités de cette région du sahel ou tout à commencé. N’était ce pas eux qui avaient payé le plus lourd tribut à la liberté? A Kasserine, cette ville dont beaucoup de Tunisiens du nord avouent aujourd’hui avec mauvaise conscience n’avoir jamais entendu parler avant les « évènements », il y a eu plus de 50 morts pendant la Révolution. Aujourd’hui, après avoir réussi a obtenir la démission de 4 ministres, les révoltés de la Kasbah ont été délogés par les gaz lacrymogènes de la police qui vient de reprendre du service. Et le premier ministre de Ben Ali, Mohammed Ghannouchi est resté en place à la fureur de ces hommes déterminés à ne plus jamais se laisser faire. « s’ils essayent de nous tromper, nous reviendrons » jure Hamzaoui sur la route qui le conduit de Tunis à Kasserine.

A Kasserine, comme après toutes les révolutions, c’est l’heure des règlements de comptes et des purges. Il faut savoir avec qui se montrer. A qui ne pas serrer la main. Il y a les résistants de dernière heure qui crient plus fort que les autres contre l’ancien régime, ceux qui retournent tranquillement leur veste. Et puis il y a miliciens de la police secrète qui  pratiquent la politique de la terre brulée, vandalisent les écoles et les hangars : ils savent qu’ici dans la ville des laissés pour compte de la croissance tunisienne qui compte le taux de chômage, de prisonniers, de suicides et de divorces le plus élevé du pays, on ne leur pardonnera pas. Moncef , le propriétaire d’une usine de carrelage a glissé dans sa poche une liste de 21 personnes recherchées par la population de Kasserine. Y figurent le maire, le gouverneur et les chefs de la police politique mais surtout les personnages les plus hais du système ben Ali, les Omdas. Ces agents du gouvernement qui exigeaient de l’argent en échange d’une place à l’hôpital ou d’un emploi. Et puis il y a le représentant de la « famille », Griri Ali, celui a qui les Trabelsi avaient accordé le monopole de  la contrebande avec l’Algérie, toute proche, contre un pourcentage. La population  lui a déjà réglé son compte et Griri Ali panse ses blessures à l’hôpital sous bonne garde avant de rendre des comptes…

Tout le monde a son histoire a raconter, qui brosse à petites touches le système mafieux et Kafkaïen  qui  loin des usines à touristes d’Hammamet ou de Nabeul, a gangrené jusqu’au plus petit village de Tunisie. Il y a le propriétaire du hammam qui a du fermer boutique parce qu’il n’arrivait pas à faire un don de 5000 dinars à la caisse de solidarité géré directement par Ben Ali, il y a ce chef de service à l’hôpital qui a osé remettre en cause un des décisions du président et qui a été enregistré par un de ses collègues avec son téléphone portable, non par orthodoxie idéologique mais parce qu’il voulait lui prendre sa place. Et puis il y a Abdelkader, un instituteur, accusé d’appartenir  à un mouvement islamiste parce qu’il allait trop souvent à la mosquée et qui depuis sa sortie de prison en 1990 doit signer une feuille de présence tous les jours à deux postes de police distants de 160 km l’un de l’autre…

Dans la cité de Zoor, un des quartiers les plus pauvres de Kasserine, Afaf Idoudi, 17ans reçoit allongée dans une petite pièce plongée dans la pénombre.  Pendant la révolution, elle a reçu une balle dans la jambe alors qu’elle suivait l’enterrement d’un de ses jeunes voisins, tué d’une balle dans la tête par un tireur d’élite. Quand elle a dit au Omda qu’elle n’avait pas d’argent à lui donner contre cet emploi de serveuse payé 70 euros par mois, il lui a conseillé d’emprunter…A son chevet, son frère Bilal, n’a le droit que de travailler un mois par an à l’hôtel Yasmine beach d’Hammamet parce qu’il fréquente trop la mosquée. Juste après la démocratie, c’est la liberté de culte que revendique aujourd’hui cette jeunesse déshéritée de Kasserine. Tous racontent les harcèlements qu’ils ont subi par ce qu’ils ont choisi envers et contre tout de porter le hijab ou la barbe « sous Ben Ali, la religion c’était notre seul espace de liberté » explique Bilal qui votera pour Ennahda, le parti islamiste, aux prochaines élections.

Dans ses nouveaux bureaux, Ahmed Néjib Chebbi, le ministre du développement régional, que l’on présente comme un des possibles futurs présidents de la Tunisie, sait que l’avenir démocratique de son pays se joue là, chez cette jeunesse  déshéritée de Tala, Sidi Bouzid ou Kasserine qui par frustration s’est réfugiée dans la religion. « si nous n’arrivons pas à répondre aux besoins sociaux des gens, nous allons sauter et Dieu sait qui gagnera alors… la Tunisie, pionnière et vitrine de ce mouvement de démocratisation du monde arabe a besoin de 5 à 10 milliards de dollars pour faire face à ses défis…Aidez nous ! »

Source : « Le nouvel observateur » Le 04-02-2011

Rire avec la révolution

Quand les Tunsiens se moquent de leur ancien dictateur


 

Jamais les Tunisiens n’ont été autant portés sur l’humour que depuis le soulèvement populaire qui a entrainé la chute de Zine El Abidine Ben Ali. Sur Internet, ils s’en donnent à cœur joie en brocardant le dictateur déchu et ses homologues arabes. Petit florilège.

Rira bien qui rira révolté : cela semble avoir été le leitmotiv des Tunisiens tout au long de la « Révolution du Jasmin ». Certes, l’humour politique était déjà très prisé sous la dictature de Zine El Abidine Ben Ali, mais on riait sous cape. Et puis, on a l’impression que les Tunisiens n’ont jamais été aussi inspirés en railleries de tous genres que depuis le soulèvement populaire qui a secoué le pays ces dernières semaines. Les réseaux sociaux Facebook et Twitter, qui ont permis aux Tunisiens de se mobiliser pendant les manifestations ayant entraîné la chute du régime de Ben Ali, sont les principaux vecteurs de cet humour de résistance. Tout une série de blagues sur le président déchu et sa famille est, en outre, recensée sur plusieurs sites Internet. Quelques exemples :

- Urgent : en se réveillant ce matin, le roi d’Arabie saoudite a découvert qu’il lui manquait de l’argent, Leila est passée par là ?

- Offre spéciale : pour un Zine El Abidine et un Moubarak dégagés, un kadhafi offert ! Offre valable jusqu’au 14/02/2011.

- Petite annonce. Offre d’emploi N°140111 : On cherche un nouveau président pour la Tunisie, Expérience : débutant accepté. Type de contrat : CDD. Qualités requises : orphelin, fils unique, stérile, et surtout chauve pour qu’il ne fréquente pas les salons de coiffures. (La famille de l’épouse du président déchu Leïla Trabelsi, une ancienne coiffeuse, a mis la Tunisie en coupe réglée).

- Commentateurs : "avant, en Tunisie, on avait 10 millions de commentateur sportifs, maintenant on a dix millions de commentateurs politiques."

- Ben Ali nous avait promis 300 000 emplois. Il nous a offert 10 millions de postes... De gardien de quartier, (en allusion aux comités de vigilance formés par les Tunisiens pour défendre les quartiers des milices armées de Ben Ali).

Source: “Afrik.com” Le 05-02-2011

Indemnisation des proches des « martyrs de la révolution »


 

Trois semaines après le renversement du président Zine El-Abidine Ben Ali, la Tunisie commence à dédommager les familles des victimes de la « révolution du jasmin ».

Le gouvernement provisoire a commencé à octroyer des indemnisations aux familles des personnes qui ont péri à Ben Arous, dans la banlieue sud de Tunis, au cours des semaines d'émeutes qui ont conduit à la chute du régime. Les autorités de transition verseront 20 000 dinars (14 000 $) par personne décédée et 3000 dinars (2100 $) par blessé, selon un communiqué officiel.

Le dernier bilan provisoire de l'onu rapportait 219 morts et 510 blessés lors du soulèvement.

Signe que les troubles s'estompent depuis quelques jours, le gouvernement de Mohammed Ghannouchi a décidé de rétablir dès lundi prochain la journée de travail complète dans les administrations et les entreprises publiques. Depuis le début de la contestation, les fonctionnaires ne travaillent qu'en matinée.

De brèves grèves sectorielles (transports en commun, employés intérimaires à Tunis Air) et de petites manifestations (employés de la radio nationale) perturbent encore le pays, mais dans l'ensemble, l'activité économique du pays a repris son cours normal.

Les fonds de 46 proches du clan Ben Ali gelés

De son côté, l'Union européenne (UE) a affirmé vendredi qu'elle gelait les avoirs de 46 proches du clan du chef d'État déchu Ben Ali et de son épouse Leïla Trabelsi.

« Il s'agit pour l'essentiel de membres des deux familles » Ben Ali et Trabelsi, a indiqué à l'Agence France Presse une source diplomatique. Jusqu'à présent, seul l'ancien couple présidentiel était sur la liste européenne de gel des avoirs qui a été établie par les autorités tunisiennes.

Source: ”radio-canada” Le 04-02-2011

Nadia Chaabane Un nom qui ne fait guère consensus chez les Tunisiens, « la révolution du jasmin! »


 

Linguiste, vice-présidente de l’association des Tunisiens en France, initiatrice de l’Appel des femmes tunisiennes du 23 janvier.

Beaucoup de ceux qui ont participé à cette marche vers la liberté contestent cette appellation et la refusent. Ils l’ont exprimé à maintes reprises devant les médias mais il faut croire que ces derniers sont sourds et loin d’être démocratiques au point de s’octroyer le droit d’abuser de leur pouvoir pour véhiculer ce nom et l’imposer aux Tunisiens.

Le jasmin est souvent associé à la Tunisie de la carte postale et des affiches dans le métro parisien. Une Tunisie fantasmée. Car pour les Tunisiens, le décor avait un envers et des coulisses, beaucoup plus sombres et sordides. Aujourd’hui les Tunisiens n’ont pas envie d’être folklorisés et n’ont pas envie que leur œuvre soit réduite à une vision orientaliste et «carte-postalienne». Curieuse manière de saluer un peuple que de l’usurper de son œuvre.

Avec 219morts et 510blessés, selon le rapport encore provisoire du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’onu, cette révolution n’embaume pas le jasmin. Notre révolution s’est faite et continue à se faire avec beaucoup de douleur, de peur et de sang.

Le nom n’étant pas encore déposé, j’ai vérifié, il serait peut-être temps de laisser aux Tunisiens le choix du nom de leur révolution. Ils ne se reconnaissent nullement dans ce terme chargé de stéréotypes et «d’andalouserie» de pacotille, d’autant que Ben Ali lui-même a employé ce mot, en 1987, lors de sa prise de pouvoir. Et le jasmin de Ben Ali est tâché du sang des Tunisiens.

Cette révolution est d’abord celles des «sans»: sans présent ni avenir, sans rien, sans rêves. N’ayant plus rien à perdre, ils nous ont rappelé que la dignité se paie au prix fort. Alors, par respect de la mémoire des martyrs, notre révolution s’appelle la révolution tunisienne, elle s’est faite à mains nues, pour la dignité et la liberté, et elle restera dans l’histoire pour cela. Vous n’écrirez pas notre histoire à notre place!

Source : « l’humanite » Le 05-02-2011

Tunisie : révolte ou révolution ?


 

« Oui, la révolution est en marche ! Et pas seulement en Tunisie. » c’est avec ses mots simples que j’ai donné, en ma qualité de modérateur, mon avis favorable à la publication, sur le site Agoravox, d’un article qui parle de la révolte réussie de nos voisins Tunisiens. Ces mots me sont venus spontanément, sans aucun effort intellectuel ni hésitation quant à leur formulation. Pour moi, cela va de soi que ce qui s’est passé en Tunisie est une révolution au sens classique du terme. Et, avec « pas seulement en Tunisie », vous l’aurez compris, l’allusion est clairement exprimée : l’onde de choc se propagera inéluctablement vers les pays voisins dont les populations connaissent les mêmes déboires que le peuple frère de Tunisie.

En fait, depuis quelques jours, je m'interroge sérieusement sur le sens à donner aux manifestations de rue qui se sont produites en Tunisie et qui ont forcé l'ex Président Ben Ali à prendre la poudre d’escampette et à fuir, "comme un voleur", de son pays : révolte ou révolution  ?

A mon sens, il y’a une sacrée différence entre ces deux mots. La révolte ne porte généralement que sur un fait précis et est le fait d’une catégorie bien précise de personnes, par exemple des mineurs ou des dockers qui contestent leurs conditions de travail ou leur misérable salaire. Dans ce cas, il n’ya pas le feu en la demeure et le problème peut être facilement réglé si les autorités en charge de cette catégorie de travailleurs savent user de la carotte au lieu du bâton. En revanche, lorsque les manifestants ou les émeutiers s’emparent de la rue et ne veulent plus déguerpir malgré les moyens sécuritaires utilisés par les pouvoirs publics en place, cela veut dire que quelque chose de plus sérieux est entrain de se tramer : la révolution.  La révolution qui met sens dessus dessous tout un pays ou parfois même toute une région, le Maghreb dans ce cas-là, ne cherche pas moins qu’un changement radical de toutes les structures existantes, toutes les politiques suivies jusque là. On ne doit pas se contenter de demi mesures. La "rue arabe", comme on aime bien l'appeler en Occident,ne devrait plus se laisser berner par des promesses et rien que des promesses. Sans Vouloir verser dans l’extrémisme, je dirais qu’à un changement radical, il faut opposer une réponse radicale. La révolution française de 1789 ne s’est imposée qu’après qu’il y eut des têtes coupées et exposées dans les lieux publics sur des piquets. Arrêtons-nous à cet exemple sinon les débats risquerons d'être chauds, brûlants même.

Et, apparemment, je ne suis pas le seul à essayer de comprendre dans quel contexte ces évènements doivent être placés. Ainsi, Lecomte, un auteur d'Agora vox, dans son dernier écrit intitulé " La Tunisie de l'après Ben Ali", se pose, lui aussi, la même question. Voilà ce qu'il en dit : " Pour certains il s’agit là de la première révolution dans un pays arabe, pour d’autres c’est un MAI 68 maghrébin susceptible de servir d’exemple aux régimes voisins voire à plusieurs autres états arabes". Effectivement, nous n'avons pas encore assez de recul pour pouvoir procéder à une bonne analyse géopolitique de la situation et la classer ensuite dans le cadre qui lui convient le mieux  : révolte des laissés-pour-compte qui, au fil des jours va certainement s'essouffler et s'estomper ou, au contraire, révolution au sens Gramscien du terme (c’est-à-dire ayant impliqué également l’élite intellectuelle tunisienne) qui, tôt ou tard, s’étendra à l’ensemble de la région et provoquera un changement radical sur le plan politique de tout le Maghreb et peut être même du Moyen-Orient. Et on le voit d’ailleurs, jour après jour, les « masses arabes » se soulèvent un peu partout, de façon un peu timide pour les unes (Algérie et Yémen) ou au contraire avec fracas comme c’est le cas actuellement en Egypte.

Il faut dire que, du moins jusqu’à l’heure actuelle, peu de journalistes et d’analystes politiques se sont sérieusement penchés sur le véritable sens à donner à cette insurrection des tunisiens contre un régime autoritaire qui les maintenait sous une chape de plomb depuis au moins vingt trois ans. La raison en est que personne ne s’attendait à « ce coup de tonnerre sous un ciel serein » d’une Tunisie à l’apparence trompeuse si douce et où il faisait si bon vivre pour … les touristes européens ! Les émeutes de Tunisie, par leur ampleur et leur durée, ont donc surpris tout le monde. Les Tunisiens qui passaient aux yeux de leurs voisins de l’Ouest (les Algériens) pour des gens qui ont une peur bleue de leurs services de sécurité se sont, en fin de compte, révélés assez coriaces et n’entendent nullement lâcher prise jusqu’à la satisfaction de tous leurs revendications à savoir :

< faire table rase du passé (qui leur fait rappeler beaucoup de mauvais souvenirs) en éliminant du pouvoir et le RCD et les caciques de ce parti politique qui a mis le pays en coupe réglée

< rebâtir une société plus juste et plus libre en faisant appel à toutes les forces saines du pays. Ces forces saines existent, on ne s’en doute pas. La Tunisie est, en effet, un pays dont la population est à majorité jeune et instruite. De plus cette jeunesse a fait preuve, tout au long de ces émeutes, d’une maturité et d’une conscience politiques qui laissent le monde entier sans voix, coi quoi ! Elle ne s’est à aucun moment laissé envahir par le pessimisme quant à l’aboutissement ou non de son combat juste et légitime. Dès le départ, on l’avait bien compris, son slogan, même s’il n’était pas inscrit sur des pancartes ou des banderoles, ne pouvait qu’être vaincre ou mourir ! Et ils ont vaincus ! « Le mur de la peur » est tombé dans le monde arabe selon l’éditorialiste du journal Le Monde de ce jour (le 29 JANVIER) et nous sommes nombreux à partager largement ce sentiment. Nous en sommes même fiers : que la peur ait changé de camp. 

Evidemment, toute révolution commence d’abord par une révolte.

La plèbe se révolte contre l’ordre établi (par la bourgeoisie) mais elle peut ne pas maitriser le cours de l’évènement, et c’est à ce moment-là qu’entre en jeu le rôle de l’intellectuel qui doit porter à bout de bras cette révolte pour en faire une révolution.

En gros, c’est cette logique qui a été mise en œuvre et bien respectée en Tunisie : un jeune homme s’immole par le feu et c’est l’étincelle qui met le feu aux poudres. Les avocats (intellectuels) et le syndicat des travailleurs (UGTT) prennent la relève en encadrant de façon parfaite et bien ordonnée le mouvement de contestation qui, au bout de quelques jours seulement, aboutit à la chute du gouvernement et du parti RCD au pouvoir depuis 23 ans.  

En somme, ce que les Etats-Unis et la CIA n’ont pu faire avec leur feuille de route pour le Grand Moyen-Orient (après la guerre du Golf et la chute de Saddam Hussein), la rue arabe en ébullition est en train de le concrétiser. Les régimes autoritaires qui ont tenu en laisse pendant longtemps leurs peuples respectifs sont entrain de tomber les uns après les autres, effet domino oblige.

Ces derniers jours, on a beaucoup glosé sur les évènements dramatiques qui secouent certains pays du monde arabe ; chacun y va de son commentaire. Pour certains, ces évènement ressemblent à tous points de vue à Mai 68, pour d’autres c’est la première révolution au sens propre du terme qui a commencé en Tunisie et qui, tel un Tsunami, ne manquera pas d’emporter d’autres pays de la sphère arabo-musulmane et cela pour la simple raison que ces pays présentent beaucoup de similitudes non seulement sur le plan religieux et culturel mais aussi sur le plan de la nature de leurs régimes politiques : tous dictatoriaux et corrompus jusqu’à la moelle. 

C’est plutôt la FIN des dictatures et non la FAIM des peuples qui poussent la "rue arabe’ à la révolte pour ne pas dire REVOLUTION.

Source : « agoravox » Le 05-02-2011

 

Tourisme, La Tunisie rassure un partenaire turc


 

«Nous sommes ici sous les consignes de notre ministère du tourisme, pour aider la Tunisie à sortir de l’impasse, et lui tenir la main dans ces moments difficiles », dit en prélude Bassaran Ulosoy, président de l'association des agences de voyage Turques  (TURSAB),  lors d’une conférence de presse donnée hier à Tunis, aux côtés de Mehdi Houas, ministre tunisien du Commerce et du Tourisme. Une délégation turque composée de représentants de compagnies aériennes, de tours opérateurs (TO), et des membres du ministère du tourisme turc,  sont arrivés hier à Tunis, pour évaluer la situation sécuritaire et entamer des débats sur la manière de renforcer la destination Tunisie.  

Selon les dernières statistiques, les recettes du secteur du tourisme en Tunisie ont accusé une chute de 40% pour le mois de janvier, par rapport au même mois de l’année dernière. Une situation prévisible, avec l’avènement de la Révolution Tunisienne, et les remous qui l’ont accompagné. «Les touristes présents au mois de janvier étaient en majorité ceux arrivés en décembre, il n’est pas exclu que nous ayons encore une baisse des rentrées au mois de février», confie le ministre tunisien membre du gouvernement de transition, avant d’ajouter : «Le seul gage d’une année prospère est le retour de la sécurité et de la stabilité, ce vers quoi nous allons progressivement. D’ailleurs, la semaine prochaine verra la levée du couvre-feu puisque la situation sécuritaire s’améliore de jour en jour ». Et au président de la TURSAB de rebondir : «Nous nous sommes réunis récemment en Turquie, et avons conclu que cette année allait être une bonne année pour la Tunisie, je suis confiant».

L’hôte turc, a par ailleurs affirmé, qu’il encourageait tous les TO de son pays, installés à travers le monde, à augmenter leur trafic vers la Tunisie. Actuellement la Tunisie, draine quelques 20 000 touristes turcs par an, un chiffre dérisoire comparé aux 9 millions de turcs qui passent leurs vacances à l’étranger. Mehdi Houas, a par ailleurs dit vouloir rassurer les pays amis, « ils peuvent envoyer leur compatriotes en Tunisie, en toute sécurité et dans un climat de liberté ».

Interrogé, sur l’avenir de la mise à niveau du tourisme en Tunisie, le ministre a répondu avoir prévu un plan d’urgence pour sauver la saison à court terme, «pour l’instant nous allons vendre le produit tunisien tel qu’il est, en rassurant les TO sur l’état sécuritaire du pays. Ensuite nous travaillerons à faire hisser la qualité du produit tunisien, et à ne plus brader la destination Tunisie», a-t-il dit. Il fut un temps où la Tunisie était méconnue par les peuples des contrées lointaines.

La Révolution tunisienne a voulu que tous les médias du monde en parlent. « Nous allons essayer de rebondir sur cette chance », a fait remarquer le ministre tunisien.
Par ailleurs, le président de la TURSAB avait fait la promesse, lors de cet entretien, de multiplier le nombre de touristes turcs en Tunisie, par dix, dans les quelques années à venir.

Source: ”globalnet” Le 05-01-2011

Tunisie: Chutte de 40% du tourisme en janvier


 

Un des principaux secteurs pourvoyeurs de devises étrangères et d'emplois en Tunisie, le tourisme a subi le contrecoup de la "révolution du jasmin" qui a secoué le pays pendant plusieurs semaines.

Lors d'une conférence de presse, le nouveau ministre du Tourisme Mehdi Haouas a fait état d'une chute de 40% des chiffres enregistrés en janvier (entrées et recettes) par rapport au même mois de 2010. Il s'attend à un déficit plus sévère pour le mois de février.

Le tourisme, qui contribue à hauteur de plus de 6% au PIB de la Tunisie et emploie quelque 400.000 personnes, avait procuré en 2010 des recettes de l'ordre de 3,5 milliards de dinars (plus de 1,8 milliard d'euros).

Malgré cette baisse, M. Haouas s'est dit "très optimiste" pour l'avenir en se basant sur "l'amélioration notable de la situation sécuritaire". "Nous voulons rassurer tous les pays amis qui envoient leurs ressortissants en vacances en Tunisie qu'ils peuvent désormais le faire dans la sécurité totale en plus d'une atmosphère de liberté absolue", a-t-il dit.

Pour sauver la saison touristique, ce jeune membre du gouvernement de transition venu de Marseille où il était établi, a dévoilé "des mesures d'urgence" qui prévoient notamment une offensive en direction des tours opérateurs de pays comme la France, l'Allemagne, l'Italie et la Grande Bretagne.

En plus du soleil et de la mer, il souhaite que les professionnels tunisiens "garantissent un accueil de grande qualité" aux visiteurs. Selon lui, "la révolution que vient de connaître le pays offre des opportunités nouvelles dans la mesure où elle a révélé au monde entier un peuple extraordinaire".

Aussi, s'est-il dit persuadé que "cette année sera exceptionnelle" pour le tourisme tunisien. "Si ce plan de sauvetage n'aboutit pas, il faudra me trouver un remplaçant", a-t-il ironisé.

Présent à la conférence de presse, le président de la fédération turque des agences de voyages (TURSAB) Bassaran Ulosoy a dit vouloir "tendre la main aux amis tunisiens qui traversent une période difficile". A la tête d'une organisation regroupant 6.500 agences de voyage, il a promis de faire passer le nombre de touristes turcs en Tunisie de 20.000 actuellement à 200.000 dans les deux années à venir

Source : « Le Nouvel Observateur » Le 05-02-2011

Les défis de la révolution


 

La révolution démocratique qui a chassé Ben Ali du pouvoir en Tunisie, celle qui a commencé en Egypte, et les mouvements du Yémen à la Jordanie pour renverser les régimes autoritaires et promouvoir des élections libres et les droits de l'homme bouleversent le monde arabe. Celui-ci était resté en marge des grandes vagues de transition démocratique de la fin du xxe siècle, qui avaient renversé les régimes militaires d'Amérique latine comme les "démocraties populaires" d'Europe de l'Est, mais aussi les dictatures de nombre de pays musulmans non arabes, de l'Indonésie à la Turquie, pour instaurer des élections pluralistes.

Le monde arabe semblait resté à l'écart de cette histoire universelle. Coincé de l'extérieur par le conflit avec Israël et par l'ubiquité de la rente pétrolière, il paraissait pris à l'intérieur entre l'enclume autoritaire et le marteau islamiste, écrasant les aspirations démocratiques. Le 11 septembre 2001 avait redoublé ce cercle vicieux dont ni les opérations militaires dirigées par les Etats-Unis au Moyen-Orient accompagnées d'incantations à la démocratisation, ni les attentats récurrents d'Al-Qaida suivis d'exhortations au djihad ne permirent de sortir. Une décennie plus tard, ce cercle peut-il être brisé, et comment ?

Tout processus révolutionnaire est causé par la coalescence de divers groupes sociaux antagonistes en temps normal, soudainement rassemblés pour chasser du pouvoir un dirigeant ciblé par la contestation. Une fois celui-ci tombé, les composantes de la coalition révolutionnaire se disputent le pouvoir jusqu'à ce que l'une instaure un nouveau régime politique - comme l'ont montré les révolutions française, russe ou iranienne. Qu'en est-il en Tunisie et en Egypte ? Comment les diverses forces sociales et les divers groupes politiques ou religieux se disposent-ils et composent-ils ? Quelles sont les options possibles ?

En Tunisie, la tentative d'immolation par le feu, le 17 décembre 2010, du jeune vendeur ambulant dont la charrette avait été confisquée, Mohamed Bouazizi, mort de ses blessures le 4 janvier, s'inscrivait dans un contexte social tendu, notamment depuis la révolte des mineurs de Gafsa, en 2008. Il donna à la frustration populaire latente un emblème et une icône ; au contraire des attentats-suicides djihadistes, cette immolation ne cherchait à tuer personne d'autre que celui qui l'avait commise, et par son extraordinaire force symbolique, elle fut le cri déclencheur de la révolte. Elle mobilisa d'abord des jeunes urbains pauvres des régions délaissées de la Tunisie centrale, puis des étudiants déclassés, des diplômés chômeurs.

Ce mouvement parvint à dire une exaspération générale qui dépassa les revendications d'un seul groupe social localement circonscrit et, dix jours plus tard, les manifestations, en touchant la capitale, changeaient de nature. Le relais fut pris par les classes moyennes, salariées comme libérales, d'autant plus lassées par la prédation et le racket du clan Ben Ali que la Tunisie n'est pas un pays rentier, mais tire ses performances économiques du dynamisme de ses entrepreneurs. Or, ceux-ci, en s'alliant avec la jeunesse pauvre en référence au sacrifice de Bouazizi, constituèrent une coalition qui isola un régime appuyé sur sa police - alors que l'armée, dont Ben Ali se méfiait, s'était peu compromise avec lui, et que le corps des officiers pouvait se reconnaître dans les classes moyennes mobilisées contre le pouvoir.

Il semble que la pression de l'état-major a été le déclencheur de la fuite de Ben Ali le 14 janvier - outre les incitations venues de Washington. Malgré les violences et pillages de nervis de l'ancien régime, destinés à effrayer les classes moyennes pour les détourner de la révolution, les manifestations ont contraint les instances politiques de transition à purger le gouvernement intérimaire des politiciens de l'ancien parti au pouvoir. La force des couches moyennes urbaines, dans un pays de 10 millions d'habitants, la formation de beaucoup de leurs porte-parole en France et leur attachement à une lecture laïque de la démocratie leur donnent des atouts pour la compétition électorale dans un pays où toute la loi et la Constitution sont à réécrire.

De leur capacité à offrir des perspectives à la jeunesse pauvre dépendra leur maintien à la tête du mouvement révolutionnaire, face au bouleversement radical des hiérarchies sociales auquel aspirent spontanément les déshérités, et à la rupture culturelle à quoi tendent les islamistes. Ceux-ci, en Tunisie, sont divisés, comme ailleurs dans le monde sunnite - à l'inverse de l'Iran de 1979, où Khomeyni avait pris la tête d'un clergé chiite mobilisé jusqu'à sa prise de contrôle total du pouvoir.

Le mouvement Al-Nahda n'a pas joué de rôle visible dans la révolution, et son dirigeant historique, Rached Ghannouchi, est rentré de Londres, accueilli par un petit groupe de fidèles qui se réclame du parti islamo-démocrate turc AKP de Tayyip Erdogan. Sur le plan des valeurs, ils ne pourraient l'emporter sur les classes moyennes libérales que s'ils parvenaient à incarner une alternative crédible en parlant le langage de la foi et celui de la démocratie, en galvanisant ensemble le peuple et les classes moyennes pieuses. L'AKP a bénéficié du discrédit des kémalistes qui avaient soutenu les coups d'Etat militaires, Khomeyni de la puissance économique du bazar. Rien de pareil en Tunisie, où les intellectuels et militants laïques ont été persécutés par la police du régime déchu, et où le souk est beaucoup plus faible que les secteurs économiques contrôlés par la bourgeoisie modernisatrice.

L'intifada égyptienne (comme l'appellent ses partisans) a commencé avec l'exemple tunisien, mais le mouvement s'inscrivait là aussi dans une série de frustrations populaires intenses : le Mouvement du 6 avril 2008, qui a coordonné les manifestations, se réfère à la longue grève des ouvriers du textile de Mahalla. Il a été renforcé par le verrouillage des élections législatives de novembre-décembre 2010, qui a décrédibilisé le régime aux yeux des citoyens, et par les effets du massacre des fidèles rassemblés pour le Nouvel An dans une église d'Alexandrie - qui l'a affaibli à l'international en ouvrant une polémique sur le peu de cas fait de la sécurité des chrétiens d'Orient. Mais le rapport des forces en présence et leur distribution sont différents sur les rives du Nil et en Tunisie.

Contrairement à la puissance des classes moyennes libérales de ce pays, celles d'Egypte pèsent bien moins démographiquement dans un pays de plus de 80 millions d'habitants, dont la majorité vit dans une pauvreté sans équivalent en Tunisie. Les grands entrepreneurs, liés à Gamal Moubarak, et dont le fidèle Ahmed Izz, magnat de l'acier, contrôlait l'appareil du parti, n'ont pas permis l'émergence d'une bourgeoisie opposante. Ainsi, les manifestations, si elles suscitent de fortes sympathies dans toutes les classes sociales, peinent à trouver des relais pour transformer la révolte en une coalition révolutionnaire capable de faire tomber le pouvoir.

Le pétrole, les revenus du canal de Suez, le tourisme, constituent une rente contrôlée par l'état-major, des rangs duquel Moubarak est issu ; les chefs de l'armée craignent qu'il paraisse chassé sous la pression populaire. Ils mettent en balance la pérennité au pouvoir de leur corps - remplacer un président impopulaire par un autre général mieux famé - avec sa cohésion - hésiter à sacrifier le raïs tant qu'il compte des relais capables d'organiser des contre-manifestations, de recruter des nervis qui agressent les opposants. A une armée divisée tant que Moubarak reste en place fait face une opposition mal organisée.

Les Frères musulmans, fondés en 1928, disposent du réseau le plus dense en Egypte de relais sociaux, d'associations caritatives, et contrôlent dans les faits la plupart des ordres professionnels - médecins, ingénieurs, journalistes, etc. Et la masse des manifestants s'est considérablement accrue dès qu'ils ont appelé à descendre dans la rue le 28 janvier. Mais ils sont divisés sur la stratégie politique : certains s'accommoderaient de participer à une démocratie militaire transitoire, dans une perspective de type AKP, d'autres refusent de se salir les mains pour préserver l'idéal d'Etat islamique. D'autant que les Frères doivent faire face à la puissance du courant salafiste, moralement rigoriste et intransigeant, violemment antichrétien, mais hostile, comme ses inspirateurs saoudiens, à toute action contre l'Etat, tant qu'il demeure nominalement musulman.

Enfin, les djihadistes, décimés par les services du général Souleiman, le nouveau vice-président, font peser une hypothèque que la propagation du chaos ne permettrait pas d'ignorer. Une jeunesse urbaine pauvre, pléthorique, entassée dans les immenses banlieues gonflées par l'exode rural, est avide des promesses de la modernité et d'un peu de bien-être, et beaucoup redoutent qu'elle ne soit prête à en découdre : les opposants sauront-ils la faire espérer, verra-t-elle son avenir chez des généraux qui promettent des réformes démocratiques après le retour de l'ordre, ou basculera-t-elle dans le camp islamiste ?

Tels sont les défis sociaux, politiques et religieux de la révolution démocratique arabe naissante

Source: “Le Monde.fr” le 05-02-2011

«La Tunisie a réussi la première révolution 2.0»


 

De son bureau de Paris, alors que ses compatriotes tunisiens manifestaient pour demander la fin du régime de Ben Ali, Sami Aloulou s'est senti impuissant. L'architecte de 28 ans était bien loin des rues de Sidi Bouzid et de Tunis. Mais il était toujours très près de son ordinateur.

«Pendant que les grandes villes s'embrasaient, j'ai senti le besoin de me joindre à la lutte à partir de Paris. C'est là que Facebook s'est imposé», raconte le jeune homme, assis dans le salon de ses parents, dans un des quartiers les plus cossus de la capitale tunisienne.

Du jour au lendemain, Sami Aloulou s'est joint avec une trentaine de personnes au groupe Anonymous et est devenu un combattant du web. «Notre champ de bataille, c'était le web. J'étais puceau dans ce genre d'intervention. On faisait circuler de l'information. On intervenait dans des forums de discussion. On envoyait des messages d'espoir. Pendant la révolution, ma vie est devenue complètement virtuelle.»

L'information relayée par l'internet mobilisait les manifestants. Inversement, les protestataires qui faisaient face à la police avec courage donnaient du courage aux militants du web. «Chacun intervenait à sa manière. Mais on peut dire que les vidéos (de la répression des manifestations) relayées sur Facebook ont été un vecteur primordial de la colère collective», estime Sami Aloulou.

Du virtuel au grand coup

Le groupe auquel il appartenait est devenu célèbre le jour où les plus habiles de ses membres ont réussi à pirater plusieurs sites gouvernementaux ainsi que celui de la banque Zitouna, qui appartenait au clan du président Zine el-Abidine Ben Ali.

Un jeune blogueur, Slim Amamou, soupçonné d'avoir participé à cette opération, a été arrêté à Tunis le 6 janvier, emprisonné et malmené par la police avant d'être relâché le 13, la veille de la chute du régime.

Cette libération a été l'une des dernières tentatives de Ben Ali pour calmer les esprits avant qu'il ne soit forcé de s'enfuir. Du jour au lendemain, Slim Amamou est devenu le symbole du front internet de la révolution tunisienne. Il a été nommé secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports dans le gouvernement de transition - une nouvelle qu'il a diffusée sur Twitter.

Fin heureuse, dangereux combat

C'est là une fin heureuse pour cette dangereuse bataille souterraine, note Sami Aloulou. Même s'il était à Paris pendant les manifestations, à des années-lumière des gaz lacrymogènes et des tirs des snipers, le soldat virtuel d'Anonymous était convaincu que ce qu'il faisait était risqué. Pour garder la haute main sur le web tunisien, dans un pays où 30% de la population appartient à la grande famille des internautes, le régime de Ben Ali disposait d'une large équipe de cyperpoliciers dont les principaux mandats étaient de restreindre l'accès aux sites contestataires et de traquer les dissidents. Des dizaines d'entre eux ont été arrêtés depuis 10 ans. Les militants de la diaspora craignaient que leurs familles ne subissent des représailles.

Selon Sami Aloulou, les mêmes cyberescouades tentaient aussi de faire de la propagande pendant les manifestations de décembre et de janvier. «Notre rôle était de faire de la contre-propagande. L'information non vérifiée circulait et tout s'embrasait très rapidement», note le jeune homme, avec un peu de recul.

Après le départ de Ben Ali, Sami Aloulou a pris le premier avion pour Tunis afin de célébrer la victoire, qui, croit-il, est en partie celle des militants de l'internet. «La Tunisie a réussi la première révolution 2.0, estime-t-il. Les Iraniens ont essayé, mais nous, nous sommes allés jusqu'au bout.»

Source: “Cyberpress” Le 05-01-2011

Mystère au ministère de l'intérieur tunisien


 

Pendant que la révolution démocratique s'enracinait dans une série de pays arabes, en particulier avec l'embrasement de la situation en Egypte, celle de la Tunisie n'est toujours pas réglée, où le processus promet d'être long et compliqué.

Cette semaine s'est produit un fait étrange et inquiétant, la prise d'assaut par plus de 2000 individus armés se revendiquant de la "sécurité intérieure" du ministère, le ministre lui même ne trouvant son salut qu'en une fuite éperdue. Cette quasi tentative de coup d'état n'a pas fait la une de la presse française, les seuls à en rendre compte étant  dans  un premier temps la version tunisienne de "business News" et le site web d'"Arrêt sur Image". Ce silence assez singulier (même si "l'actualité chaude", c'est l'Egypte) renforce le sentiment d'étrangeté de l'affaire elle même.

 

"M. Rajhi assure qu’il s’agissait bel et bien d’un complot contre l’Etat et le gouvernement transitoire et qu’il n’a dû son salut, avec le général Ammar, qu’à un miracle à un point tel qu’il n’a pensé qu’à sauver sa peau. Il est parti sans son manteau, ses lunettes et son portable. Lunettes et portables qui lui ont été dérobés ! " Voilà comment le magazine "Business News" présente "l'affaire" .. Quelques jours aprés le départ de Ben Ali et le remplacement d'un cabinet ministériel constitué par de vieux cheveaux de retour du "systéme Ben Ali" par des ministres moins compromis dans la complicité avec le systéme (même si tous, et notamment M. Rajhi, ne sont pas des "opositionnels", mais de hauts fonctionnaires ayant fait preuve d'une certaine neutralité) une attaque majeure prend pour cible le ministère de l'intérieur, sans que cela titille la curiosité des principaux journaux sauf "Le Monde" qui a écrit un entrefilet, mais sans parler de ce quasi coup d'état en particulier, mais en  la noyant dans un ensemble de considération sur les exactions de l'ancienne "police politique" du régime.  

 La question apparait en effet bien mystérieuse, et les  objectifs des conjurés ne semblent pas trés évidents. Leurs motivations ne pouvaient se limiter au fait de voler less lunettes et le manteau du ministre de l'intérieur. Prendre d'assaut un des centres du pouvoir d'état requiert une préparation minutieuse et des complicités nombreuses. En effet ce jours là, la police était en "grève politique", selon les déclarations de M. Rajhi lui même. De plus Business News poursuit de façon plus étrange encore :  "Et dire que le directeur général de la sûreté nationale n’a arrêté personne. Après avoir informé le ministre qu’une cinquantaine d’assaillants avaient été retenus, il est revenu pour annoncer qu’il les a laissé partir !".On peut se poser de sérieuses questions sur le contrôle réel de la situation par un  gouvernement qui apparait comme un gouvernement fantoche, uniquement capable de donner une apparence de normalisation. Quels étaient les objectifs réels des troupes félones, et n'assiste t on pas à une entreprise de mystification, plus digne d'un mauvais polar que d'un scénario politique. 

Il n'empéche que le silence de la majeure partie de la presse française (ni Libération, ni Le Figaro, ni même Mediapart n'en ont parlé) est aussi incompréhensible. 

Source: ”Mediapart” Le 04-02-2011

Tunisie-Egypte : Les Fous de Dieu ne Veulent Pas d’un Cercle de Feu Autour Israël


 

La transition a commencé en Égypte après la nomination de Omar Souleiman comme vice-président ; ce fin connaisseur et négociateur du dossier israélien est en effet un clone parfait que recherchaient les États-Unis de Obama, nouvel éperon de l'alternance politique. Les Frères musulmans qui avaient entamé la contestation aux bords du Nil, comme jadis Habid Achour en Tunisie, sont restés dans une attitude prudente, comme en Tunisie. La brusque fermeté de Obama envers Moubarak étonne d'autant que le Raïs égyptien est toujours là, malgré un "Vendredi du départ" qui n'a rien donné à l'arrivée : le revirement spectaculaire de l'Occident pr$ete plus à sourire, aussi bien dans le cas tunisien qu'égyptien, qui a aidé à ruiner les maigres économies du Tiers-monde en fermant les yeux sur des détournements qui l'arrangeaient bien avec le financement de certains partis politiques locaux et de politiciens tout aussi véreux. L'Iran islamique qui se réjouit d'un prétendu réveil islamique devrait d'ailleurs doucher l'enthousiasme de façade de l'Occident soudain en bonne intelligence avec les peuples martyrisés naguère, et la propédeutique d'un président américain apparemment encore en apprentissage des réalités internationales.

Rached Ghannouchi rentré en Tunisie après 20 ans d'absence du pays et à la faveur de la révolution de Jasmin n'envisage pas se présenter à la présidentielle, de peur de d'aider à vérifier la position de de Téhéran ; le chef historique du mouvement islamiste tunisien se pose désormais en «modéré» ; comme pour les Frères musulmans égyptiens, il devra faire face au cruel dilemme d'une attente démesurée de populations désireuses du "here and now" (tout, tout de suite) et un pragmatisme qui recommande aux Tunisiens et Égyptiens d'avancer à pas mesurés, pour ne pas altérer la marche accélérée du peuple libéré de l'obscurantisme dans lequel le pouvoir l'avait plongé pendant près de trente ans dans les deux cas.

En Égypte, Baradei veut cristalliser aujourd'hui les frustrations et devenir le seul interlocuteur mandaté par tous pour négocier la transition ; les Frères musulmans, tout en essayant de récupérer la tension sociale, se font tout petits, pour ne pas perdre au change en devenant encombrants pour eux-mêmes, pour les Égyptiens et les partenaires du pays des pharaons au premier rang desquels figurent essentiellement les États-Unis et...Israël.

Ben Ali et Hosni Moubarak auront pourtant joué jusqu'au bout leur partition dans la recherche d'une paix globale et durable au Proche et Moyen-Orient. Non sans effet manifeste ou latent dans l'esprit des acteurs nouveaux ou anciens de la région.

La poussée islamique contenue par les plus fidèles alliés américains de la région semble ainsi devoir désormais se complaire dans une attitude de prudence, en attendant les suites du processus de paix au Proche-Orient ; si Ben Ali a fini par plier, devant un apparent lâchage des Occidentaux soudain assez revigorés pour saisir ses biens, Moubarak, dernier garant de la paix avec Israël, devrait rester au pouvoir avec son clone Souleiman, son probable remplaçant à la tête de l'État, une fois l'effervescence retombée.
Les fous de Dieu n'ont pas voulu fermer la boucle du cercle de feu qui encercle l'État hébreux soumis aux pressions islamistes avec le nouveau Liban de Nagib Mikati, bras armé de la Syrie et de l'Iran , avec le concours local du Hezbollah. Les urgences de l'heure peuvent bien reléguer l'épineux sujet du Tribunal international sur le Liban (TSL) aux calendes grecques, le temps de régler l'essentiel pour ceux qui sont encore en vie.

Source: “pressafrik” Le 05.01-2011

Arab uprisings: why no one saw them coming


 

The west failed to 'see like citizens' and missed the signs that people in Egypt, Tunisia and Yemen were at breaking point

Why did diplomats, policymakers, analysts and academics fail to see and understand the growing popular unrest in Tunisia, Egypt and other Arab countries?

It seems that the reasons why we thought a revolution impossible were wrong, our identification of the agents of change was misguided and our understanding of how collective mobilisation happens was too narrow. We need new ways to capture what is happening on the ground through the eyes of these countries' people.

Failing to make sense of the protests

Egypt has witnessed a number of protests in the past five years. Demonstrators clearly showed that they were defying the restrictions of political activism and breaking through the fear barrier. We missed these hints of public dissent because these forms of collective action did not fit our checklist of what constitutes the "right kind" of citizen mobilisation that would shake an authoritarian regime.

The constant flare-up of protests, sit-ins, demonstrations and encroachments on public space all led by citizens, whether workers in their thousands or young Egyptian Christian youth more recently, were often dismissed as too small, inconsequential or too narrow in their demands to be of significance for regime change.

However, to assume that the masses would not rise shows how dismissive we have been of the power of unruly politics.

The impact of state security on citizens' lives

While policymakers and analysts focused on the oppressive role of the police force in dealing with the formal institutions and establishments – the media, the political parties – the extent and scope of state security monitoring of ordinary citizens was almost entirely neglected. The domestic intelligence service had created unsustainable levels of paranoia, fear and distrust that gripped citizens in Egypt, Yemen and Tunisia. By focusing on the formal institutional actors, we failed to "see like citizens" and missed out on the experiences citizens faced on a day-to-day basis.

Citizens tried to adapt to living with security services (and the thousands of informers) breathing down their necks. But with the increasing economic deprivation, the provocations of a regime that does democracy through rigged ballots and the absence of choices elsewhere, their breaking point was clearly nearing.

Economic figures that don't add up on the ground

The official economic story, measured by the international community in terms of economic growth, suggested that Tunisia, Egypt and Yemen were weathering the economic crises. Yet on the ground, the story was very different.

In Yemen, as part of research by the Institute of Development Studies on the impact of the economic crises on the poor, interviews conducted with families in Sana'a in April 2010 revealed the extent to which a war in the north, inflation and diminishing economic opportunities were taking their toll on their survival. Families were having to cut down severely on food and reduce their children's school attendance because conditions had become so dire. The poor were fully aware of why this was happening: a corrupt government blind to the people's suffering.

When the conventional saviours have no saving powers

Current understanding of the democracy process pinpoints three groups believed to be instrumental in challenging authoritarian regimes: political parties, the Islamist movement and human rights associations and other civil society organisations. In short, the focus has been on highly institutionalised actors operating in the formal, public sphere.

Opposition parties did not catalyse, organise or lead the citizen movements who took to the streets in Egypt or Tunisia. They were almost missing from the scene at the outset. As for the human rights groups, their role in awakening citizens or mobilising them into activism has been minimal, almost nonexistent.

Human rights organisations, like some vocal political party activists, have been instrumental in exposing the violation of human rights by existing regimes. But foreign funding for democracy promotion has led to it becoming increasingly professional in nature, and in some instances to depoliticisation as well. In a bid to prove that civil society organisations are the sites for igniting social activism, western policymakers and scholars have looked to development and human rights organisations for engagement in contentious politics – but in the process missed out on where the organic activism was unfolding.

Political analysts and scholars have been strongly advocating for the west to forge dialogues with "moderate" Islamist forces on account of their large popular support base and the fact that they represent the most significant political opposition to existing authoritarian regimes. But we may have all grossly overestimated the power of the Islamists on the ground. The Muslim Brotherhood's position on the protests that erupted in Egypt on 25 January was ambivalent, and even when they joined in the uprising on the Friday "day of fury", it was evident that they were not leading, nor did they have a conspicuous presence.

Seeing like citizens

Informed by social movement theory about actors, agency and how change happens, we ended up asking the wrong questions as to why the people have risen. In Egypt, Tunisia, and Yemen, was there an organised social movement? Certainly not. Did they have visible leadership? No. Did they have a massive, or at least significant following? Not in the conventional sense of a mobilised constituency.

Our analytical perspectives failed to enable us to "see like citizens" and understand that people were overcoming barriers of fear and reaching breaking point.

However, it is not too late to be responsive: international diplomats need to side with the people now. Otherwise, it is not only the legitimacy of the current Egyptian regime that is at stake, but also the legitimacy of the entire international human rights framework.

Source: “The Gaurdian” Le 05-02-2011

Syria Is Not Egypt, but Might It One Day Be Tunisia?


 

Egypt's President Hosni Mubarak has yet to answer his people's demands to step down, but echoes of that call are reverberating around the region. In a frantic effort to stave off the potentially destabilizing protests that already ushered out the Tunisian government, Jordan's king dismissed the Prime Minister and the cabinet, and Yemen's president has promised that neither he, nor his son, will run in the 2013 elections. Speculation on who will be the next to fall has taken on the aspects of a Middle Eastern Mad-Libs game: swap out the proper name here, change a negative adjective qualifying a corrupt regime there, and substitute a few action verbs describing the government reaction to produce the new narrative for each country. The latest name to come up? Syria's President Bashar al-Assad. Middle East watchers, perhaps more hopeful than informed, point to a new facebook page — The Syrian Revolution 2011 — which has garnered 15,000 fans in the scant week it has existed, as proof that Assad's regime is the next to go.

But don't expect the successor of the 47-year-old regime, which he inherited from his father in 2000, to be packing his bags anytime soon. Syria may suffer the same political alienation, economic dislocation and corruption that plagues most of the region's regimes, but its government also holds a unique position that sets it apart from the others: that of a pariah state. Assad's Syria is the only country in the Arab world that is not beholden to Western influence or support.(See TIME's exclusive pictures of the turmoil in Egypt.)

In a recent interview with the Wall Street Journal, Assad exhibited a remarkable degree of schadenfreude while describing the differences between Syria and Egypt. Egypt, he said, is supported financially by the United States, while international sanctions, he hinted, keep his government true to the anti-Americanism of the Arab street. "You have to be very closely linked to the beliefs of the people," he said. "When there is divergence between your policy and the people's beliefs and interests, [it] creates disturbance." It was an oblique jab at Mubarak's pro-Israel stance, one that has made him very unpopular both at home and elsewhere in the Middle East.

But if an unpopular foreign policy were enough to topple a regime, triumphant protestors would be picking through the rubble of collapsed governments from Algeria to Pakistan. "There are two components that make a people rebel against a ruling party," says Omar Nashabe, a long-time Syria watcher and correspondent for the Beirut-based Arabic daily Al-Ahkbar. The first, he says, is socio-economic, and has to do with basic rights and the services of the government. The second is political and ideological. "Mubarak failed on both levels. His government failed to provide for the people. And instead of working in the true interests of Egyptians, he was serving the true interests of the United States. That made him lose credibility." Syrians may be afflicted by poverty that stalks 14% of its population combined with an estimated 20% unemployment rate, but Assad still has his credibility, according to Nashabe.

That may be true, at least for the time being. But playing to popular sentiments won't keep Assad immune from the massive changes sweeping the region, says Nadim Houry, Human Rights Watch's researcher for Syria and Lebanon. "If the lesson Assad takes from Egypt is that it's all about foreign policy, he is learning the wrong one." Mubarak's policy towards the U.S. and Israel was just one grievance on a long list for the protesters, but it wasn't the main one. While the occasional anti-Israel slogan could be heard at Tahrir Square, it was largely drowned out by demands for better treatment and dignity. "The main grievance was the daily humiliation at the hands of the security services," says Houry. "It was about the corruption, the lack of economic development. And those elements are all present in Syria."(See video of the violent struggle for Tahrir Square.)

What Egypt's protest movement also had — at least after the first week — was the support of the United States and other Western countries that joined the chorus demanding Mubarak to step down. The United States has threatened to withdraw its substantial support for the Egyptian Army, a move certain to make the military leadership consider its options carefully. The U.S. has no such leverage over Syria, which has been subjected to sanctions since 2004, when it was accused of supporting terrorism, destabilizing Iraq, and meddling in Lebanon (Charges Assad routinely denies).

Sanctions have also had the unintended consequence of limiting in Syria the presence of the foreign democracy-promotion organizations that were instrumental in fomenting political organization and awareness in Egypt over the past several years. And while computer-savvy elites can circumvent the official ban on Facebook via proxy servers, a significant number of supporters for the protest "to end the state of emergency in Syria and end corruption" on Syria's "Day of Rage Feb 4 and 5," will be protesting in cities outside of Syria.

On Wednesday evening a small group of dissidents did manage to gather for a candlelight vigil in support of the activists in Egypt's Tahrir square, but they were quickly attacked by a mob of what they assumed were plain-clothes police. When the main organizer, Suheir Atassi, went to the local police station to file a complaint, she was slapped and accused of being a "germ" and an agent of foreign powers, according to Human Rights Watch. In Aleppo, another protest organizer, Gassan Najar, was beaten and arrested, according to Syrian democracy activists

Syria has been under a continuous State of Emergency since 1963. Among other restrictions this limits the freedom assembly and speech, and any political opposition to the ruling Baath party is forbidden. But other limitations have been loosened under Assad, and there is now a fledgling independent media and the beginnings of economic reform. The government has encouraged cultural development and tourism. In many ways it could be said that Assad was attempting to drive Syria down the same path as Tunisia. Until, of course, he saw the Tunisian experiment of offering economic development in exchange for political freedoms implode early last month. In his interview with the Journal, Assad seemed confident that new political and economic reforms, though slow, would eventually give the Syrian people what they want in a way that would not provoke chaos. "Today is better than six years ago," he said. "But it is not the optimal situation. We still have a long way to go because it is a process. To be realistic, we have to wait for the next generation to bring this reform."

That was last week. These days, he might want to consider speeding things up a little. "If Assad looks down on the roofs of Damascus or Aleppo," says Nashabe, "he will see all the satellite dishes capturing the pictures of people taking to the streets of Cairo and Alexandria and calling for freedom, calling for the stepping down of a dictatorship, calling for freedom from the predations of secret police and oppression of the media." He adds, "I think Assad is smart enough to push forward the reforms that he has already started in a very practical way." If not, Syria may yet be the next name entered in the Mad-Libs blank for "Threatened Arab Regime."

Source: “Time” Le 05-02-2011

Lien: http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2046426,00.html


 

Dr Monia FERCHIOU-CHERIF:

Lettre ouverte à la Télévision Nationale Tunisienne


 

Je suis citoyenne tunisienne, mère de famille, et j’ai le regret de devoir attirer votre attention sur l’invraisemblable léthargie de votre institution.

Il est vrai que si notre révolution s’était déroulée au siècle passé, elle aurait nécessairement investi les murs de la radiotélévision nationale ; internet nous en a dispensés. Il n’en est pas moins vrai que le vent de la liberté d’expression a nécessairement soufflé sous vos fenêtres.

 

 Mais si la révolution a frappé à votre porte, il semblerait qu’elle soit restée sur le perron. Jusqu’à quand allons nous zapper des reportages sur les paysages et la faune de notre pays ? Jusqu’à quand allons nous zapper sur des interviews en vase clos, menés avec condescendance et circonspection ? Jusqu’à quand allons nous zapper un JT propagandiste  staliniste ?

Où sont les débats avec des interlocuteurs de toute classe sociale pouvant poser directement les vraies questions : Quels sont les projets des commissions formées par ce gouvernement provisoire ?

Quelles sont leurs prérogatives, leurs limites, leurs délais ? A qui, a quoi, vont servir leurs travaux ?

Où sont les juristes, les spécialistes en droit constitutionnel qui peuvent nous expliquer vers quoi nous allons, pourquoi nous nous sommes battus. Cette constitution sera-t-elle changée avant les prochaines élections présidentielles ou après ? Si plusieurs options se dessinent qui fera le « bon » choix ?

Où sont les enquêtes de journalistes sur les personnalités actuellement au gouvernement  (même) provisoire que la majorité des Tunisiens qui ont manifesté ne connaissent pas ? Quel est leur CV, qui sont-ils, comment ont-ils été choisis, par qui ?

Où sont les reportages sur l’actualité du Sud, sur les partis politiques qui existent, se forment ou se « déforment » ?

Ne serait-il pas temps de changer votre langue pseudo littéraire que personne (ou si peu) ne comprend par du tunisien accessible à tous ? Resterons-nous pour l’éternité condamnés à la nostalgie de Douagi et Haddad ? Ne serait-il pas temps de faire l’inventaire de vos étagères et de dépoussiérer tout ce que la censure y aura rangé ? Notre paysage culturel se limite –t-il à ce que vous proposez ?

A quand le direct sur nos ondes et nos écrans ? N’y a-t-il, pour nous Tunisiens et Tunisiennes, que le micro-trottoir enseigné dans nos écoles de journalisme ? Le zapping sur les chaînes étrangères est-il notre lot à jamais ?

Une terrible tristesse se dégage de votre programmation qui n’a d’égale que votre solitude. Avec toute ma compassion, une auditrice et spectatrice désespérée.

Source: “Le Temps” Le 05-02-2011

Le futur président de la République sortira-t-il de la télé ?


 

 

Les différents partis politiques qui jusqu’au 13 janvier 2011 étaient bâillonnés,  ont eu leur  droit de cité dans nos médias.  Et c’est tant mieux pour la liberté de pensée et pour l’appartenance politique dans notre pays. Mais qu’en est-il des meetings politiques qui en découlent ? On aime un peu, beaucoup, passionnément ?

 

Dans moins d’un mois, nous Tunisiens, serons en mesure de pouvoir voir enfin du moins par écrans interposés les meetings du Parti démocrate progressiste (PDP) et celui du  mouvement Ettajdid. Ils ont été passés en revue lors du journal de 20 H qui s’ouvre désormais à tous les courants politiques  même les plus radicaux.  Les partisans du « Parti communiste des ouvriers de Tunisie » (PCOT), ceux « d’Ennahdha », et  encore ceux du « Congrès pour la République »  longtemps relégués aux oubliettes voire même persécutés, brimés, torturés, oppressés et opprimés retournent à leur pays, la Tunisie. Certains parmi eux préfèrent rester à l’écart de la vie politique alors que d’autres participent au bouillonnement politique qui s’opère et se propage à tous les échos. Et nos médias ne se font pas prier pour annoncer les scoops et inviter les figures de proue de cette nouvelle scène politique sur les plateaux télévisés et radiophoniques, voire même sur les colonnes des journaux. « c’est de bonne guerre. » remarque notre consœur Faouzia Mezzi, sociologue et journaliste lors d’une rencontre organisée par le CREDIF jeudi dernier où l’on a évoqué entre autres, la question de l’invisibilité de la femme journaliste lors des évènements ayant suivi le 14 janvier. Dans la foulée Mme Mezzi  a dressé  une « typologie des journalistes tunisiens » de l’après révolution. «  Des journalistes ayant été marginalisés auparavant ont trouvé leur filon avec le changement de la conjoncture politique. Il y a ceux qui ont été obligés de travailler selon la ligne éditoriale  imposée à l’époque et qui sont prêts aujourd’hui à faire des efforts pour surfer sur la vague de la révolution. Mais il y a ceux qui se sont retrouvés dans l’impossibilité de changer de style d’écriture. Ils sont conditionnés et ne peuvent s’exprimer que dans la langue de bois. » dit-elle. « Mais les journalistes doivent maîtriser les subtilités du monde de la politique en se familiarisant avec les différents partis et en se renseignant sur l’histoire des  faits politiques pour pouvoir mener à bien un débat. Car aujourd’hui on assiste à un show médiatique qui requiert un minimum de connaissances en la matière. »  fait remarquer de son côté Zied Krichen lui aussi présent au siège du CREDIF.

Star system

Le rédacteur en chef du magazine « Réalités » a donné un autre son de cloche,  en évoquant le « star system » qui commence à  retrouver tout son sens dans nos médias. Il suffit de participer à quelques  débats télévisés et le tour est joué ! «  j’ai toujours travaillé dans un magazine sans pour autant avoir de la notoriété auprès du commun des mortels, alors que mon portrait accompagne chaque publication. J’ai participé,  il y a peu à quelques émissions sur nos chaînes nationales et du coup je suis sollicité dans la rue par des gens qui m’arrêtent pour me donner leur avis sur mes déclarations et en me proposant les leurs. » fait-il remarquer.

Qu’on le veuille ou pas, le show politique auquel prennent plaisir certains parmi nos concitoyens  fera des célébrités politiques au détriment d’autres  qui n’auront pas la possibilité ou la volonté de se faire à la DICTATURE du système médiatique. C’est carrément marche ou crève. Et ceux qui resteront à la traîne ne seront que des figurants sur la scène politique.

Notre prochain Président de la République, est-ce qu’on le connaît ? Pas pour l’instant. Mais une chose est sûre, le Président tunisien élu du peuple sortira de nos écrans de télévision.  On ne zappe pas nos chaînes nationales pour le moment.

Source: “Le Temps” Le 05-02-2011