الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

04maj08f

Home - Accueil

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس

Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.

Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
8 ème année, N°  2903 du 04.05.2008
 archives : www.tunisnews.net
AISPP: Hafedh Mezhoudi, une famille assiégée !
Vérité-Action: P é t i t i o n  - A l’attention de Monsieur Nicolas SARKOZY
Luiza Toscane: Encore un report du procès de Sameh Harakati
APA: La liberté de la presse entre ouverture et statu quo en Tunisie
Abdelaziz Agoubi: Monsieur Philippe Léglise - Un grand ami de la Tunisie libre
Hichem Skik : le paysage mediatique en Tunisie
Le Quotidien: «Bourguiba et les Médias…» : A livre ouvert…
Houcine Bardi: Plaidoyer pour une « schizo-analyse » collective

Liberté pour tous les prisonniers politiques
Liberté pour Abdallah Zouari, le journaliste exilé dans son propre pays

Association Internationale de Soutien aux Prisonniers politiques
43 Rue Eldjazira, Tunis
e-mail :
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

Tunis, le 3 mai 2008

Hafedh Mezhoudi, une famille assiégée !

Des agents de la police politique de Menzel Bourguiba ont encerclé vendredi 2 mai le domicile de l’ex prisonnier politique Hafedh Mezhoudi après qu’il eût protesté publiquement, après la prière du vendredi, contre la politique visant à affamer sa famille : son frère a été empêché de travailler et sa sœur, diplômée de Institut Supérieur de documentation depuis 1997 a été privée d’emploi à plusieurs reprises à cause de l’arrestation de son frère. Pour rappel, sa mère et son petit frère souffrent d’un handicap.
La famille d’Hafedh Mezhoudi a contacté la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme et la fédération de Bizerte du Parti Démocratique Progressiste, ainsi que l’association Liberté et Equité et la section de Bizerte de l’AISPP après que les membres de la police politique eurent tenté d’investir le domicile. En dépit de cette tentative de kidnapping, Hafedh Mezhoudi a refusé de sortir tant qu’il ne recevrait pas de convocation officielle.
[…]
Pour la section de Bizerte
Othman Jemili
(traduction d’extraits, ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)
 

Dans le cadre de sa particiation au salon international du livre à Genève du 30 avril au 4 mai, Vérité-Action fait signer deux pétitions: l'une adressé au président français et l'autre de soutien aux journalistes grévistes. Vous pouvez signer cette pétition directement dans notre stand ou en envoyant un email sur : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 

Vérité-Action

P é t i t i o n 1

A l’attention de Monsieur Nicolas SARKOZY

Président de la République française

 
Monsieur Le Président,

Votre dernière visite en Tunisie et les propos que vous avez tenu à l’occasion de cette visite d’Etat nous a profondément choqué.

Lors de cette visite, et alors que tout le monde connaît ce qui passe en Tunisie, vous avez déclaré que l'espace des libertés progresse et que la Tunisie n’a pas de leçons à apprendre de quiconque en matière de démocratie et de droits de l’homme.

Cela a été également le cas lorsque le représentant de la France, lors de l’examen périodique universel du rapport de la Tunisie par devant le Conseil des droits de l’homme le 8 avril 2008, n’a soulevé aucun reproche et a distribué des éloges gratuites faisant croire à un paradis des droits de l’homme. 

Or, comme vous le savez certainement, Monsieur le Président, dans la Tunisie d'aujourd'hui les libertés sont quotidiennement bafouées, les défenseurs des droits de l'Homme subissent une répression sévère, la justice comme la presse sont sous contrôle et la démocratie est les plus grand absent depuis maintenant plus de 20 ans du règne du président Ben Ali.

Au vu de cette situation, nous soussignés :

1.     Manifestons par la présente notre solidarité avec la société civile tunisienne ;

2.     Exprimons notre indignation et notre condamnation devant la complaisance de votre discours à l'égard du régime Ben Ali ;

3.     Appelons la France à assumer ses valeurs fondatrices en soutenant le combat des tunisiens pour la démocratie et le respect des droits de l’homme loin de tous  calculs de court terme qui ne servent qu’à renforcer la dictature.


Pour signer la pétition envoyez un email à : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 
P é t i t i o n 2
 

Depuis le début des années 1990, les composantes de la société civile tunisienne subissent les tracasseries des autorités policières. Des journalistes, des avocats, des étudiants, des familles de prisonniers d’opinion, des personnalités politiques, des représentants d’ONGs ou partis politiques et mêmes des jeunes citoyens, subissent sans cesse les agressions, le harcèlement et les arrestations à la moindre revendication ou protestation.

Tout récemment, depuis le 14 mars 2008 : quatre éditions d'Al-Maoukif, l'hebdomadaire du Parti démocratique progressiste (PDP) ont été saisis, sans aucune explication. Les procès dans le cadre de la loi anti-terrorisme se multiplient. Les nombreuses arrestations suite aux protestations populaires dans le bassin minier de Gafsa et d’autres événements portant atteinte aux libertés.

Au vu de cette situation, nous soussignés, manifestons par la présente notre solidarité avec les composantes de la société civile tunisienne et appelons le gouvernement tunisien à :

Cesser toutes les formes de censure et de limitation de la liberté d’expression et la libération du journaliste Slim Boukhdir
La réponse aux revendications du rédacteur en chef et le directeur d'Al-Mawkif organe du parti démocrate progressiste (PDP), Rachid Khéchana et Mongi Ellouze, qui ont entamé une grève de la faim illimitée jusqu'à la cessation des manœuvres administratives et judicaires provoquées par le pouvoir pour étouffer Al-Mawkef
Répondre aux attentes et aux revendications des citoyens du bassin minier à Gafsa
Garantir la liberté d'association, de réunion, d'expression et d'opinion
Mettre fin instamment aux pressions et attaques contre les défenseurs des droits de l’homme et les militantes et militants de la société civile, et leur permettre de mener à bien leurs activités sans interférence ni menace
Se conformer aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par la Tunisie. notamment la mise en œuvre des recommandations du comité des droits de l’homme de l’ONU réuni à New York en mars 2008.

 
Encore un report du procès de Sameh Harakati

15 mars, 18 avril, 2 mai, le procès de Sameh Harakati en appel ne s’est toujours pas ouvert. Initialement prévu pour vendredi dernier, il a été repoussé au 23 mai prochain, la Cour d’Appel s’étant «aperçue » qu’un des accusés, Slim Arfaoui, n’avait pas été extrait de sa cellule pour être conduit au tribunal. La convocation serait parvenue à la prison de Mornaguia, alors que ce dernier est maintenant incarcéré à Bizerte…
Pour rappel, Sameh Harakati, arrêtée le 7 novembre 2006, a été condamnée à onze ans d’emprisonnement dans une affaire de droit commun par le Tribunal de première Instance et incarcérée à la prison pour femmes de la Mannouba. S’estimant victime de dénonciations calomnieuses, elle a toujours clamé son innocence. Elle a été battue quotidiennement à la prison de la Mannouba, puis sanctionnée et privée de visites.
Sameh Harakati était mineure au moment des faits qui lui sont reprochés. Elle a maintenant vingt ans et est mariée. Elle n’a pas d’antécédents judiciaires.

Luiza Toscane

Se reporter aux blogs :
Tunisie-harakati.mylivepage.com
www.tunisie-detention.cmonsite.fr
sameh.bloguez.com
 

 
 Voici le numéro 104 d'ELKHADRA .Bonne lecture

عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
http://elkhadra.over-blog.com/
***********************************************
   

   -LA LETTRE DE L'aispp
   - POETES VOS PAPIERS
   - NICOLAS BEN ALI      
   _ LETTRE DE A. HAROUNI
   _Un grand ami de la Tunisie libre
   - La nébuleuse
   - BEN ALI SOUS LA BOTTE A SARKO...LA LIBERTE DES TUNISIENS AUSSI    
   - Military or Market-Driven Empire Building:
   - Tunisie: Lune de miel franco-tunisienne
   - Dissident tunisien Moncef Marzouki
   - Haitham Sabbah, Most Famous Palestinian Blogger
   - ASSABILONLINE .NET
    -ELBATHA
   - Des caniches à vendre...
   - La démocratie plutôt que Ben Ali
   - Le "business" évangélique à Jérusalem
   - Droits humains dans le monde arabe
   - Droits humains dans le monde arabe
   - Témoins de moralité sans moralité
   - Le Hamas
   - FITNA RELIGIEUSE
   - Même le FIGARO se pose des questions
   - BAKCHICH.INFO VS SARKO/BEN ALI
   - K.TRAOULI...
 - Earth Hour
   - Accès refusé
   - Le président Sarkozy au chevet du dictateur Ben Ali
   -"Saint-Empire d’Occident"

Tunisie - Médias
La liberté de la presse entre ouverture et statu quo en Tunisie
 
APA-Tunis (Tunisie) Deux responsables d’un hebdomadaire de l’opposition légale tunisienne Rachid Khechana et Monji Ellouze, poursuivent une «grève de la faim illimitée» pour dénoncer les harcèlements dont leur journal, Al-Mawkef, fait l’objet selon eux, de la part du pouvoir, au moment où la Tunisie célèbre, à l’instar de la communauté internationale la Journée mondiale de la liberté de la presse.
Depuis le 14 mars dernier, quatre éditions d’Al-Mawkef, organe hebdomadaire du Parti démocratique progressiste (PDP) ont été saisies et ses comptes en banque bloqués, sans aucune explication.
En signe de protestation, des membres du personnel ainsi que des activistes du PDP ont décidé de distribuer eux-mêmes le dernier numéro dans les rues de la capitale Tunis.
Khechana, rédacteur en chef d’Al-Mawkef, un des trois journaux d’opposition qui subsistent en Tunisie et Secrétaire général adjoint du PDP, passera le 10 mai en justice avec Chebbi, Directeur de la publication, pour répondre de pertes à hauteur de plusieurs centaines de milliers de dollars que le journal aurait causé à des distributeurs d’huile alimentaire, Al-Mawkef ayant publié que leurs produits étaient frelatés et demandé qu’ils soient soumis à des analyses.
Ces sociétés réclament 500 000 dinars (274 000 Euros) de dommages et intérêts. En cas de condamnation, le journal devra fermer.
«La situation est intolérable, notre journal ne reçoit pas de publicités, ne vit que de ses ventes et se retrouve aujourd’hui menacé de disparition», déclarait fin avril Khechana lors d’une conférence de presse tenue au siège du PDP, deux jours avant la visite de Nicolas Sarkozy en Tunisie.
Khechana, 55 ans, et Ellouze, 59 ans, avaient justifié la grève de la faim comme «ultime moyen de défense», indiquant que des dirigeants du PDP, dont la Secrétaire générale Maya Jeribi, avaient tenté de vendre le journal à la criée dans le rues de Tunis pour protester contre «la censure déguisée».
L’Union Nationale des Journalistes Tunisiens, constituée en janvier dernier, vient de publier un manuel de formation et un guide de référence sur les questions liées aux « reportages sur les Droits de l’Homme ».
Ce manuel, qui attendait d’être publié depuis 2006, n’avait reçu son autorisation de publication que le mois dernier, lorsque le gouvernement avait levé l’interdiction qui frappait de nombreux ouvrages en Tunisie.
«Le Code de la presse comprend entre 40 et 50 chapitres restrictifs», a déclaré à APA samedi un journaliste tunisien qui pense que la Tunisie devrait plutôt «créer une charte nationale des médias qui rassemble toutes les parties ».
Le 3 avril dernier, une cour d’appel de Tunis a confirmé la condamnation à un an de prison du journaliste Slim Boukhdhir.
Boukhdhir, qui travaille pour le quotidien londonien Al-Quds Al-Arabi et pour la chaîne de télévision Al-Arabiya, a été initialement condamné à de la prison en décembre 2007 pour «comportement insultant envers un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions » après une altercation avec un policier qui le suivait.
Certains ont rapporté que le procès de Boukhdhir était «une vraie farce, le juge n’accordant aucune attention aux avocats de la défense».
Le président tunisien avait déclaré vendredi que l’Etat s’est employé à «développer ce secteur (de la presse) à la faveur des multiples décisions et mesures qui ont touché ses différents aspects juridique, réglementaire et politique ».
Le président Ben Ali estime que ceci « a permis d’enrichir le paysage médiatique en Tunisie, de consolider ses potentialités humaines et techniques, et de le doter de tous les moyens à même de promouvoir son rôle dans l’enracinement des fondements de la démocratie, l’approfondissement de l’esprit de dialogue et de consensus, et dans le soutien de notre processus de développement ».
Les propos du président français Nicolas Sarkozy affirmant que «l’espace des libertés progresse » en Tunisie ont suscité un tollé chez les défenseurs des droits de l’Homme en France et en Tunisie.
«Si des garanties ont été données à monsieur Sarkozy pour que les libertés progressent, tant mieux ! C’est notre demande », s’est étonné Mokhtar Trifi, président de la Ligue tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH).
«Malheureusement, sur le terrain, nous n’avons pas remarqué de progrès notables, c’est peut-être même le contraire qui se passe en réalité aujourd’hui », a-t-il ajouté.
 
TM/aft/mn/APA
04-05-2008
 
(Source: L'  Agence de Presse Africaine APA le 04 mai 2006)
 

 
Monsieur Philippe Léglise,
Un grand ami de la Tunisie libre

M. Philippe Léglise est un grand ami de la Tunisie libre, qui a ouvert les colonnes du Progrès de Lyon aux opposants tunisiens dès 1991, et il s'est toujours tenu à nos côtés pour briser le mur de silence érigé par les médias français qui ne voulaient pas à cette époque entendre parler de l'opposition à Ben Ali autrement qu'en termes de méchants « nahdaouis » ou d'anciens ministres en disgrâce. Cette période est révolue, mais le souvenir ne doit pas être pour autant effacé.
Il y a quelques jours, j'ai envoyé à M. Léglise le texte publié par Amnesty International : « Triste continuité de la politique française en Tunisie » critiquant les propos de M. Sarkozy tenus lors de sa dernière visite en Tunisie.
Sa réaction n'a pas tardé, en m'envoyant ce message où il exprime sa colère contre les propos du président français et où il présente au peuple tunisien les excuses du peuple français.
Je lui ai répondu en lui expliquant qu'il n'est pas responsable des propos de son président, mais dans sa réponse il m'a expliqué : «  je ne suis pas fondamentalement d'accord avec vous lorsque vous dites que les paroles de Sarkozy ne sauraient engager le peuple français. En droit français, le président de la république, quand il est élu, parle au nom de la France. C'est à dire... de moi aussi. Et quand il dit de telles inépties, je me sens obligé de m'en excuser auprès des gens que je sais bléssés. »
Tel est Monsieur Philippe Léglise, un homme juste, tout d'une pièce.
Il mérite notre admiration et notre considération.
Tous ceux parmi mes compatriotes qui souhaiteraient lui écrire peuvent le faire à cette adresse : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

Voici son premier message suivi de ma réponse.

Abdelaziz Agoubi

M. Philippe Léglise à M. Abdelaziz Agoubi

Subject: Triste continuité de la politique française en Tunisie
Date: Wed, 30 Apr 2008 20:45:05 +0200


Mon cher Abdelaziz

Depuis hier, je voulais vous envoyer un mail. Je suis consterné par les propos de Sarkozy. Mais je ne suis pas surpris. A Dakar, l''an dernier, dans un discours, il avait déjà montré son vrai visage par un discours colonialiste, méprisant et quasiment raciste envers les noirs.
Cette fois-ci, ce sont les Tunisiens qui font les frais de sa politique etrangère. C'est lamentable. D'abord sur le fond, puisque la France entière sait bien, depuis un moment, que la dictature tunisienne est l'une des plus féroces du bassin méditerranéen. Si Sarkozy ne le sait pas, c'est qu'il ne veut pas le savoir.
Alors on aurait pû (peut-être) comprendre - mais sans l'admettre - qu'il choisisse de se taire sur la question des Droits de l'Homme, pendant ses quelques jours en Tunisie.
Au lieu de ça, il fat pire Presque monstrueux. Ildonne doublement quitus à Ben Ali et à sa clique.
D'abord en déclarant que l'espace de libertés progresse. Ce qui est un mensonge éhonté et  une perversion de l'esprit.
Ensuite en signant des contrats dont on sait très bien que ce ne sont pas des contrats avec la Tunisie , mais avec les familles qui gravitent autour de Ben Ali.On est à la limite de la pratique du grand banditisme et de la mafia. C'est révoltant.
Alors, même si je n'ai aucune légitimité pour le faire, je vous présente, à vous et au peuple tunisien opprimé, les  excuses de tous les Français qui ont trouvé Sarkozy effrayant.

Et je resterai à vos côtés pour d'autres combats, comme ceux que nous avons menés ensemble depuis 1991.
Amitié

Philippe Léglise, journaliste
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.


M. A. Agoubi à M. Philippe Léglise

Cher Philippe,

Permettez-moi cher ami de vous remercier du fond du coeur pour ce nouveau témoignage de sympathie avec le peuple tunisien qui souffre depuis des décades sous un régime qui n'a plus rien à voir avec la politique au sens primaire du mot, mais comme vous l'avez bien décrit vous-même : « On est à la limite de la pratique du grand banditisme et de la mafia », une « dictature des plus féroces du bassin méditerranéen ».
Vous êtes bien placé pour dire cette vérité que l'on oublie souvent de rappeler et de dire tout haut, y compris au sein d'une certaine opposition peu sensible au sort des hommes et des femmes qui souffrent dans leur chair depuis que cette malédiction a frappé notre peuple un certain 7 novembre 1987 avec ses morts, ses bagnards d'un autre âge, et toute une population humiliée et terrorisée par une flicaille qui a fait de la torture et de la violence physique et morale contre tout un peuple la colonne vertébrale de tout un régime et l'arme privilégiée dans la protection de la maffia présidentielle.
Vous êtes, dis-je, bien placé pour le dire, vous qui nous avez soutenu la cause tunisienne depuis 1991 quand la terreur sévissait – et qui sévit encore de nos jours - dans les rues et les maisons des citoyens innocents à Tunis et ailleurs, dans les villes et les campagnes arrachant hommes et femmes de leurs lits pour les violer et les torturer, sans espoir de sortir d'un trou noir dans lequel ils ont basculé parce que leur nom s'est trouvé par hasard sur un carnet d'adresses d'un suspect ou arraché sous la torture, ou glané dans une conversation téléphonique.
Vous vous êtes révolté contre cet innomable et vous nous avez ouvert les colonnes du Progrès de Lyon pour que la voix de l'opprimé puisse sourdre de dessous une chappe de silence imposée avec la complicité d'un Occident aveuglé par la propagande de Carthage, et dont certains de ses dirigeants ou représentants sont oublieux des valeurs sacrées attachées à la personne humaine pour lesquelles la France résistante a pourtant payé le prix du sang pour dire non à la barbarie.
Cher ami, les paroles blessantes de Sarkozy ne sauraient engager le peuple français qui a toujours été aux côtés des causes justes et dont vous êtes un des représentants les plus sincères; elles n'engagent qu'une minorité d'affairistes et de nostalgiques de la coloniale. Ne vous excusez pas pour un acte qui viole tout d'abord la conscience et les sentiments profonds du peuple français tout entier.
Notre crainte et notre obsession aujourd'hui, comme hier, c'est la perpétuation de la torture dans notre pays, une politique et un fléau qui continuent à humilier et à briser tout un peuple. C'est un crime contre l'humanité qui est une grande hypothèque pour tout combat pour notre dignité, et pour tout projet d'émancipation et de libération. La torture continue à être pratiquée dans tous les centres de police, dans des villas banalisées et en premier lieu dans les bureaux mêmes du Ministère de l'Intérieur où siège le Ministre de l'Intérieur lui-même. La Cour européenne vient de le reconnaître officiellement en accusant la Tunisie dans son jugement du 28 février dernier de pratique « grave » de la torture, sans que malheureusement les milieux de l'opposition tunisienne n'aient jugé bon de prendre bonne note de ce grand événement qui dépasse même le cadre tunisien.
Disons-le tout haut : l'urgence en Tunisie c'est l'éradication de la torture, et il n'y a pas d'autre urgence, et il n'y a pas d'autre priorité. C'est notre vrai combat contre la maffia de Carthage, et notre vrai combat pour la libération de la Tunisie.
Merci du fond du coeur pour votre engagement à nos côtés, et nous comptons bien, cher ami, comme nous l'avons fait depuis toujours, sur vous pour dire à Sarkozy que ce n'est pas une Méditerranée des dictateurs, de la police et de la torture que nous voulons, mais une Méditarranée fraternelle qui est déjà en construction à travers nos luttes communes pour un monde solidaire et humain.
Je vous demanderais de bien vouloir me permettre de faire partager votre message de sympathie avec mes compatriotes tunisiens pour leur rappeler que la vraie France est toujours à leur côté.
Recevez, Cher Philippe, mes salutations les plus cordiales,

Abdelaziz Agoubi
Villefranche-Sur-Saône, le 1er Mai 2008

LE PAYSAGE MEDIATIQUE EN TUNISIE

 

  Le point de vue de Hichem Skik

Si on examine le paysage médiatique dans notre pays du point de vue quantitatif, on constate indubitablement une augmentation continue du nombre de media et une diversification de leur statut juridique : de nouveaux journaux paraissent, de nouvelles  stations de radio,  des chaînes de télévision sont créées ; ces media sont publics ou privés, nationaux ou régionaux, généralistes ou thématiques etc.

 Mais, bizarrement, malgré cette multiplicité numérique et cette diversité juridique  le citoyen a la nette impression – à quelques rares exceptions près, sur lesquelles je reviendrai - que le paysage médiatique est resté immuable depuis plusieurs décennies.

C’est que cette  diversité de statut est plus juridique que pratique, plus apparente que réelle. En effet :

·         les organes officiels, gouvernementaux et officieux ont certes connu des changements importants sur les plans technique, formel etc. Mais ils n’ont pratiquement rien changé à leur tonalité, à leur discours politique .Toujours la même présentation idyllique de notre réalité ( il ne s’y passe que des choses positives : pas ou presque d’inondations ni de tornades ni de tremblements de terre ni d’attentats terroristes ni de révolte populaire dans le bassin minier de Gafsa… grâce à la politique clairvoyante et à  la vision futuriste de nos responsables,comme en témoignent nos réalisations avant-gardistes ; le peuple est solidement resserré, dans une unité sans faille, autour de sa sage direction, le monde entier, lui aussi unanime, n’a d’autre préoccupation que de faire l’éloge de notre réussite sur tous les plans : les seules voix discordantes sont le fait d’extrémistes de mauvaise foi et de  nostalgiques de la période coloniale, jaloux de nos réussites) .Toujours la même monopolisation de toutes ces tribunes par le pouvoir et le parti au pouvoir, agissant, depuis plus de cinquante ans, comme un régime de  parti unique, en se souvenant parfois qu’une dose de pluralité ferait bonne impression et donnant alors la parole à d’autres voix, mais… des voix qui  ressemblent comme deux gouttes d’eau à la voix officielle.

·         les « privés » auxquels on attribue des autorisations ne sont pas n’importe qui : alors que plusieurs demandes de radios et de télés privées ont été déposées depuis longtemps, les heureux bénéficiaires d’autorisations ont tous été soigneusement triés sur le volet : des « gens de confiance » dont on est sûr que, non seulement ils respecteront les « lignes rouges »- qu’on leur dicte ou , le plus souvent qu’ils s’imposent  et qu’ils imposent vigoureusement à leurs journalistes- mais qu’ils sauront aussi  se rendre utiles  en se faisant les thuriféraires de la  politique officielle, avec la même vision unilatérale, la même langue de bois, les mêmes tics, car puisant à la même source : l’Agence de presse censée être nationale, mais qui est, en fait, officielle… comme tout le reste.

Par cet aspect, la plupart des media, anciens ou nouveaux, se ressemblent étrangement, au point que, comme l’a relevé le chef de l’Etat lui-même  il y a déjà plusieurs années, et cela n’a guère changé depuis ! - on a souvent l’impression d’avoir affaire au même journal, à la même station, à la même chaîne.

·         Faute de pouvoir montrer leur originalité sur le plan de la politique intérieure et pour attirer des lecteurs ou des auditeurs- et, surtout, de la publicité, une véritable manne, objet d’une concurrence acharnée entre  eux-  la plupart de ces media se rabattent sur des thèmes moins dérangeants(pour le pouvoir,bien sûr) et au succès garanti : sport à gogo, faits divers plus croustillants les uns que les autres…et politique internationale, réduite presque exclusivement aux conflits de Palestine, d’Irak et d’Afghanistan, eux-mêmes traités sur le mode émotionnel, jouant sur les sentiments, exacerbant les ressentiments, favorisant dans le public- et particulièrement chez les jeunes- le passionnel, l’irrationnel, l’extrémisme.

Mais même par cet aspect, ces media ne se distinguent que très peu les uns des autres : ils tirent à qui mieux mieux sur les mêmes ficelles, cherchent à racoler les mêmes publics et (surtout !) se livrent la même concurrence effrénée pour la même publicité, qui occupe chez eux le même espace, de plus en plus considérable.

On conçoit, dès lors, que les Tunisiens se tournent  de plus en plus souvent vers des médias étrangers, principalement des chaînes satellitaires qui adoptent un ton plus libre, moins stéréotypé, et donc plus persuasif et proposent les unes une information plus objective  ou plus « engagée » dans le sens souhaité par la majorité du public, les autres des variétés considérées comme plus vivantes, moins artificielles que celles des media officiels.

L’attrait exercé par ce type de media ne va, cependant, pas sans « risque » , car il y a, dans tout cela, à boire et à manger : des programmes divertissants et des programmes abêtissants, des programmes d’information et des programmes de manipulation, des programmes élargissant les horizons et des programmes favorisant le dogmatisme, des programmes prônant l’ouverture , la compréhension  et le dialogue et des programmes faisant la promotion du repli, de l’intolérance et de la violence.

Face à ce dernier danger, on a cru intelligent de les combattre avec les mêmes armes .On a, ainsi, lancé une station radio dont les programmes, exclusivement religieux, sont destinés à promouvoir une conception modérée de l’islam. L’expérience est trop récente pour en évaluer les effets, mais d’après mes observations, cette station ne concurrence, pour l’instant, que les radios nationale et régionales, ainsi qu’une radio « privée » qui était écoutée surtout par les jeunes…et les taximen : bien mince résultat ! Sans parler du risque de conforter, non pas le sentiment religieux -qui n’a, apparemment, besoin de l’aide de personne pour bien se porter- mais une forme de religiosité austère, rigoriste,bigote, hostile aux divertissements, à la musique etc. : là, cela serait carrément se tirer une balle dans le pied !

Heureusement pour nous, dans le paysage médiatique, tout n’est pas  morose, voire déprimant, il y a quelques îlots moins sombres,  qui donnent des raisons d ‘espérer :

   -Il y a des media privés- des journaux, mais aussi, dans une certaine mesure, une chaîne de télévision- qui déploient des efforts pour faire leur travail en obéissant à des impératifs essentiellement professionnels .Mais leur tâche est rude, les tentations trop grandes et les pressions trop fortes : il est si facile, s’ils déplaisent, de leur mettre des bâtons dans les roues ! Les moyens sont nombreux, le plus efficace étant sans doute la fameuse publicité, qui peut se tarir brusquement…

   -Il y a les media des partis d’opposition–en fait des journaux papier- . Les trois hebdomadaires -Mouatinoun, Al Mawqef et Attariq Al Jadid- constituent une réelle exception dans le paysage médiatique, du point de vue de la marge d’autonomie dont ils bénéficient (ou qu’ils se donnent) par rapport aux autres media. Cette marge s’est récemment accrue par la suppression du dépôt légal – en fait une censure préalable. Leur existence, leur liberté (relative !) de ton, la régularité (relative aussi !) de leur parution laissent espérer qu’ils pourront contribuer à créer une véritable opinion publique dans notre pays, susceptible d’imposer le respect effectif du pluralisme en général et plus particulièrement dans l’information, pour qu’elle puisse jouer son rôle de « contre-pouvoir ».                                                                                                             Hélas ! Là aussi, le chemin est semé d’embûches, et la vie de ces journaux est loin d’être un long fleuve tranquille ! Les subventions légales et la publicité  d’Etat ne sont pas accordées à tous. Responsables et rédacteurs sont toujours sous  tension, se demandant –faute d’information officielle- ce qui est « publiable » et ce qui ne l’est pas…Malgré cela,on n’est jamais à l’abri de différentes sortes de « tracasseries » : elles viennent d’atteindre un degré de gravité intolérable pour l’un de ces trois journaux, Al Mawqef, qui subit ces dernières semaine un véritable harcèlement au niveau de sa distribution, ce qui risque de mettre en danger l’existence même de notre confrère et réduirait gravement l’espace de pluralisme.

-          Un autre motif d’espoir est constitué par les journalistes qui sont de plus en plus nombreux à s’élever contre les conditions qui leur sont faites, notamment dans les media officiels et officieux. Et ils ne dénoncent pas seulement leur situation matérielle et leurs conditions de travail : ils s’élèvent désormais, et ouvertement, contre la censure dont ils font l’objet et « les ordres venus d’en haut » qu’on oppose à leurs protestations.

-            Quand on sait la toute puissance des directions des media officiels, directement sous les ordres du gouvernement, et la bienveillance dont bénéficient les patrons de presse lorsqu’il s’agit de « tenir » leurs journalistes, on ne peut que rendre hommage au courage de ces journalistes qui se lèvent pour défendre leur dignité et celle de leur beau métier.   

-            Cette prise de conscience des journalistes et, surtout, leur volonté de défendre eux-mêmes leurs droits matériels et moraux vient de se concrétiser par la création d’un syndicat des journalistes autonome, débarrassé de toute tutelle: pour moi, c’est là le principal motif pour espérer que notre pays connaisse enfin une information indépendante, objective et, surtout, plurielle.

-          Pour terminer, je citerai ce formidable moyen de communication qu’est internet, créé pour assurer une communication planétaire, sans entrave de temps, d’espace ou de censure. Quand on sait les difficultés que connaissent les internautes dans notre pays et la véritable tutelle qu’exercent sur nous les Autorités pour décider des sites qui nous conviennent et de ceux qui ne nous conviennent pas, on peut s’étonner que je classe internet parmi les motifs d’espoir. En fait, je pense surtout à l’intelligence que déploient nos compatriotes pour réussir à contourner tous ces obstacles, notamment à travers les blogs, qui constituent désormais un espace de liberté auquel ont recours des jeunes -et aussi des moins jeunes, je l’avoue- de plus en plus nombreux.

     Hichem Skik

(Source LExpression ( Hebdomadaire – Tunisie) du 02 au 08 mai 2008)


 

PLAIDOYER POUR UNE « SCHIZO-ANALYSE » COLLECTIVE

H. BARDI

« La mort naturelle de l’Esprit d’un peuple peut se manifester par la nullité politique »

Hegel, La raison dans l’Histoire, 10/18, p. 90-91.

« Si, dans un même Sujet, deux actions contraires sont provoquées, il devra se faire un changement nécessairement, soit dans l’une et l’autre, soit dans une seule, jusqu’à ce qu’elles cessent d’être contraires »

Spinoza, L’éthique, Folio, p. 354.

Ce papier écrit à la hâte et qui se voudrait succinct ne vise nullement à passer au crible tout le verbiage, fourni s’il en fût (on y tire à boulets puantes dans tous les sens), de l’ami Hamadi, mais de réagir sereinement et de « manière constructive » —comme aimaient à le répéter mes vieux camarades— à certaines questions dont il faut tout de même lui reconnaître le mérite de les avoir effleurées...

Je retiendrai essentiellement deux idées qui me paraissent dignes d’intérêt dans le flot langagier déversé par Hamadi, sur pratiquement tout le monde, durant le mois d’avril. La première porte sur la critique du stalinisme persistant chez une certaine gauche tunisienne qui se dit radicale, et la deuxième concerne l’actualité indéniable de la « question sociale » en Tunisie.

D’aucuns pourraient protester de l’impertinence d’une nième réouverture du « dossier stalinien », dont l’Histoire (avec un grand « h ») s’est, depuis fort longtemps, chargée d’en sceller définitivement le sort. Combat d’arrière-garde, superfétatoire et inutile renchérissent ceux, tournés vers l’avenir, pour qui l’affaire est close et la messe bel et bien dite.

Nous n’en pensons pas moins, à dire vrai. Mais il est parfois des clous rouillés (parsemés dans notre pauvre demeure qui menace de s’effondrer) qui aiment à s’attirer, à intervalle quasi-régulier, les coups du marteau salvateur (celui de Nietzsche, si vous voyez ce que je veux dire). Si nous avons décidé d’en asséner celui-ci, c’est que Hamadi a fait montre de frilosité, de partialité et de manque flagrant d’objectivité (on n’ira pas jusqu’à dire qu’il a frôlé la malhonnêteté intellectuelle). D’où, d’ailleurs, son échec à atteindre la cible... pourtant statique ! Et comme celui qui « arrose » mal s’expose, par la force des choses, à ce qu’il soit arrosé à son tour, nous nous donnerons à cœur joie de lui diriger ce « jet »...

Dans le premier texte (commis par « H » en réponse à un article dithyrambique sur Staline, propagé par le journal en ligne Al Badil : « Staline ou « les socialisme des imbéciles » ») qui avait pour point de départ (mais seulement pour point de départ, car rapidement l’auteur égare sa boussole —si tant est qu’il en avait une !— et nous inflige un indigeste marathon labyrinthique) l’idée « juste » consistant à vilipender le stalinisme à la tunisienne qui s’obstine encore, non sans une particulière bêtise anhistorique, à nier avec une malhonnêteté sidérante les crimes monstrueux commis par la dictature bureaucratique stalinienne à l’encontre de millions d’hommes, de femmes et d’enfants, sacrifiés sur l’autel nauséabond du « capitalisme bureaucratique d’Etat » ; cette « gauche » amnésique qui s’agrippe effrontément, sans rougir le moins du monde, au plus grand mensonge de l’histoire de l’humanité, qui a réduit le « socialisme » à une construction d’usines (l’industrialisation), reléguant ainsi au magasin des accessoires futiles l’essence même de ce que devait être l’idéal socialiste, à savoir : révolutionner les rapports humains en vue de les asseoir sur le respect de la dignité irréductible de chacun, abolir l’exploitation de l’homme par l’homme (et non pas substituer l’exploitation bourgeoise et koulak par l’exploitation bureaucratique), et instaurer la démocratie ouvrière... au-dedans comme en dehors des partis politiques (et non pas seulement du PCUS !)

Cet idéal a été foulé aux pieds des Tchékistes et autres Guépéou —à la solde des Staline, Zinoviev, Kamenev, Boukharine... (Avant que ces derniers ne soient, à leur tour, broyés par la machine infernale stalinienne) — qui semaient la terreur d’un bout à l’autre de l’URSS, emprisonnant par centaines de milliers, sous les mêmes toits pénitentiaires et à l’intérieur des mêmes camps de concentration, les opposants de tous bords : mencheviques, socialistes révolutionnaires, sociaux-démocrates, communistes, socialistes, anarchistes, religieux, etc. ; qu’on qualifiaient de « contre-révolutionnaires », de « saboteurs », de « petits-bourgeois », et j’en passe...

L’ami Hamadi ne va donc pas à l’essentiel dans sa critique des « survivances staliniennes » chez les nostalgiques tunisiens du « soviétisme ». Il ne développe guère une critique radicale de l’horreur dictatoriale bolchevique. Celle-ci n’étant en fait que l’aboutissement d’une politique bureaucratique anti-prolétarienne, originairement conçue et mise sur pied par Lénine lui-même, soutenu par Trotski (qui avait désormais pris l’habitude, depuis son ralliement au bolchevisme ambiant, de s’aligner aveuglement sur les positions du maître Vladimir Illich...). N’est-ce pas ce duo (et notamment l’exécutant, « le camarade » Trotski qui se trouvait alors à la tête de l’armée rouge) qui, en 1921, a réprimé dans un bain de sang la révolte des marins de Kronstadt ? : Plus de dix milles en ont été froidement fusillés ! Ceux qui ont réussi à s’enfuir en Finlande ont reçu l’assurance d’être amnistiés à leur retour en Russie. Ils furent eux aussi fusillés !

Il n’est pas dans notre intention ici d’évoquer toutes les horreurs perpétrées au nom du « communisme » (qu’il soit dit « de guerre » ou autre), de la nouvelle politique économie (NEP), du plan quinquennal, ou de nous appesantir sur les  sombres chapitres de Brest-Litovsk, des Goulags, et autres « procès iniques » orchestrés par la dictature stalinienne, etc., mais seulement de rappeler modestement quelques vérités historiques aussi élémentaires qu’évidentes pour celui qui accepte/veut/n’a pas peur de regarder la réalité en face ; la réalité non-étriquée et dans toute sa complexité... hélas souvent déplaisante, et dont les bornes ne peuvent être arbitrairement délimitées par l’évocation, teintée de « religiosité profane », d’un Lénine, encore moins un Trotski...

L’ami Hamadi a donc occulté, sans en donner l’air, la complicité passive de Trotski qui s’est longtemps refusé à voir dans le pouvoir instauré au lendemain de la révolution d’octobre, une dictature bureaucratique sanguinaire qui s’est imposée au dessus (et par-dessus) des/les travailleurs par la terreur aussi généralisée qu’impitoyable. Cette complicité s’origine dans le dédain, qui ne s’est jamais démenti, manifesté par l’auteur de « La révolution trahie » [livre dans lequel, faut-il le rappeler, Trotski considère que le pouvoir alors en place est fort bien « un pouvoir ouvrier », et que les méthodes répressives, sanguinaires et dictatoriales employées par la clique stalinienne dès avant le plan quinquennal, sont « des méthodes socialistes qui ont fait leurs preuves » !!] à l’égard de la classe ouvrière et —surtout— de la paysannerie russe dépouillée jusqu’à l’os...

Fidèle, en effet, jusqu’au bout des ongles au dogmatisme léniniste fait, entre autres aberrations, du système de parti unique « guide du prolétariat » et son « rédempteur », il postule avec morgue l’incapacité rédhibitoire des travailleurs à s’auto-organiser et pose comme vérité « officielle absolue » leur impuissance à participer librement aux affaires de l’Etat, lesquelles doivent par conséquent rester à jamais le domaine réservé du Comité central... Là réside le point commun (fondamental) entre Lénine, Staline et Trotski. Les évènements (et les écrits post-octobre de Trotski) confirment sans l’ombre d’un doute son approbation de principe de « l’industrialisation poussée et rapide » même au prix de l’esclavage de masses. Tant que Staline applique la politique prônée naguère par « l’opposition » —disait en substance l’ancien pourfendeur du « socialisme dans un seul Etat »—, et même s’il va « un peu trop loin » dans l’inhumaine exploitation en particulier de la paysannerie, l’on ne peut qu’approuver dans sa globalité une pareille politique, tout en « critiquant » (pour se donner bonne conscience) quelques unes de ses « déviations ».... Trotski, n’en déplaise à ses fervents adorateurs, n’est au fond que le théoricien, non pas seulement d’une politique autoritariste, mais de tout un régime dont Staline a été le fidèle réalisateur ! (A. Ciliga, Au pays du mensonge déconcertant, 10/18).

Ceci étant dit, revenons à présent à nos staliniens qui, certes ne sont —fort heureusement— guère nombreux, mais leur simple persistance en marge de la scène politique locale (et seulement locale) en ce début de XXIème siècle n’est pas dépourvue de signification.

Ce qui est frappant dans l’attitude des staliniens tunisiens a trait à ce que la psychanalyse qualifie de « refus du principe de réalité ». En effet, par crainte d’accomplir un travail de deuil (par définition pénible et douloureux) idéologique, politique et historique (voire même philosophique), ils refusent de prendre au sérieux les révélations atroces faites par les contemporains des révolutionnaires russes, et encore moins celles rendues publiques par les quelques rescapés des Goulags, sans parler des nombreux témoignages authentiques d’intellectuels sincères déçus de ce qu’ils ont pu découvrir de visu, et non par ouie dire, dans le pays « des soviets ». Quand ils n’écartent pas cette littérature, aujourd’hui abondante et accessible, d’un revers de main dédaigneux n’y voyant qu’« une habituelle propagande impérialiste, anti-socialiste, etc. », les inconditionnels du Père/dictateur vous rétorquent qu’il n’y avait guère de choix, dans un contexte de guerre civile, d’agression étrangère (les armées blanches), et de sous développement. Lorsque vous leur rappelez que l’exploitation et l’oppression, tout autant que la stratification « catégorielle » (sic) de la société du temps de Staline (mais pas que du temps du « Père fouettard » !) n’avaient rien à envier à celles de la Russie tsariste, et qu’elle était davantage encore plus inhumaine que celles des régimes capitalistes (où il est au moins permis de faire grève, d’avoir des syndicats, des partis politiques, des associations, et de protester...). Il vous répondent à l’unisson : c’est le prix à payer pour la construction du « socialisme », « on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs »... Foutaises ! Nous leur répliquons (après C. Castoriadis, C. Lefort et E. Morin) que ce n’est nullement le socialisme qui était à l’œuvre en URSS, mais la pire des barbaries... car perpétrée au nom des nobles idéaux progressistes, égalitaires et humanitaires...

Ce qui est encore déroutant chez les « stal-tun » c’est que leur amnésie volontaire se trouve doublée d’une schizophrénie (psychose, comme tout un chacun le sait, incurable !) particulièrement avancée. Que dire, en effet, de ces gauchistes qui, tout en s’agrippant aussi discrètement qu’ils peuvent (la honte n’est pas loin !) à la faucille et au marteau staliniens (le premier pour « cueillir » les têtes qui pensent mal le deuxième sert à les écraser), luttent actuellement avec, je pense, une sincérité qui n’est pas feinte, pour les libertés politiques, le pluralisme, la tolérance, la démocratie et les droits de l’homme ! Le cerveau —le leur— se trouve pour ainsi dire scindé en deux : une zone d’interactions neuronales primitives qui demeure fidèle jusqu’à la servilité au mensonge, à la dictature, à l’oppression, à l’exploitation bureaucratique d’une sauvagerie inouïe ; et une autre zone encore frêle « dévouée » et dédiée presque entièrement à la liberté politique et à la démocratie « bourgeoise » ! Et il ne sert strictement à rien d’inviter les concernés à tenter ne serait-ce qu’une seule « association » (dans le sens toujours psychanalytique) entre ces deux mondes diamétralement opposés, et qui ne « cohabitent » pas moins au sein de cette même unité bizarre qu’est le cerveau compartimenté « stal-tun » !

Dans « Schizophrénie & société » (Encyclopaedia Universalis) Deleuze dit que « Le caractère spécial des machines schizophréniques vient de ce qu’elles mettent en jeu des éléments tout à fait disparates, étrangers les uns aux autres » et l’auteur de l’Anti-Œdipe d’ajouter « À la limite, le schizophrène fait une machine fonctionnelle avec des éléments derniers, qui n’ont plus rien à voir avec leur contexte, et qui vont entrer en rapport les uns avec les autres à force de ne pas avoir de rapports : comme si la distinction réelle, la disparité des différentes pièces devenait une raison pour les mettre ensemble, conformément à ce que les chimistes appellent des liaisons non localisables » (l’italique est de Deleuze).

Quid alors de la logique, de la cohérence, du bon sens, autrement dit de cette « chose du monde la mieux partagée [qu’est] la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d’avec le faux » (Descartes) ?

Comment peut-on prôner, lutter, militer, pour les lumières, pour la Liberté (politique entre autres) en y concédant parfois un lourd tribut (emprisonnement, torture, exil, etc.) et rester, tel le Méphistophélès de Goethe, l’esclave du « malin » ?

Comment pourrait-on revendiquer aujourd’hui une quelconque crédibilité dans le combat démocratique tunisien, tout en continuant à coller au plus près de l’horreur dictatoriale d’hier ?

Il est sans doute grand temps pour nos « stal-tun » de se livrer sans plus tarder à une réelle « schizo-analyse » ! Ils y gagneront, croyez-moi, en clarté et en cohérence. Et nous n’en serons que mieux renseignés sur leurs réelles intentions politiques !

 

Houcine Bardi
Docteur en Droit
Avocat au Barreau de Paris

  

 

Culture
«Bourguiba et les Médias…» : A livre ouvert…

Vient de paraître à compte d’auteur «Bourguiba et les Médias : Dialectique du pouvoir et de la propagande» de notre confrère Khaled Haddad du journal Echchourouq. Une fenêtre entrouverte sur les médias aux temps du premier président de la Tunisie. «Rien n’a été inventé, d’après l’auteur,  mais le tout est tiré de son propre discours, unique dans son genre». Vu et revu avec le recul, quelques décennies après. Une lecture parmi tant d’autres qu’on respecte.
Dans l’histoire des médias de l’ancien régime, il y a eu tant de grosses zones ombragées et une épaisse toile d’araignée, tramée autour des ondes et des écrans. A l’époque, c’était l’écran total. «Où rien (ou presque) ne filtrait qu’après autorisation», d’après le journaliste Khaled Haddad qui a revisité cet univers et tenté de soulever le voile sur un chapitre de notre récente histoire, celui du 4e pouvoir. Pour l’auteur, ce n’était pas la mer à boire pour cette plongée sous marine qui grouille d’infos. «J’ai relu ce qu’a écrit l’ancien président de sa propre plume pour L’Action, journal du parti. J’ai passé beaucoup de temps à fouiner dans les archives de cette époque. L’époque était grandement marquée par Bourguiba, le «journaliste». Qui se voulait un orateur hors pair, et qui se voulait présent sur tous les supports. Surtout sur le petit écran, son faible. C’était sa façon d’être omniprésent dans la tête de tous et de toutes», pense à haute voix Khaled Haddad. Qui, après une maîtrise en lettres arabes datant de 1995, s’est trouvé emporté par le souffle journalistique. Le fruit de ses études : un master en 2007 consacré aux  analyses des faits divers de l’histoire politique.
L’homme s’est donc glissé entre les plis des journaux écornés et jaunis par le temps. Et, à travers l’humidité, il a senti l’odeur de l’encre noire qui bavait de diverses lectures. A sa manière, il a décortiqué ce qu’il avait sous les yeux. Sur Bourguiba, l’énigme de l’entre-deux guerres mondiales. L’étude lui a paru intimement liée aux activités d’un homme, à son entourage et à des influences de toutes parts des années 1930 jusqu’à 1987, la fin d’un règne, la fin d’un discours. La fin d’un autre discours. C’était toute une tranche de vie, grandement rythmée. C’était une écume de passages et de matraquages qui a échoué au bord de ce livre. La jaquette élégante de cet ouvrage de format moyen scelle 344 pages. Dont cinq réservées à la préface. Une sorte d’entrée en matière. Une matière étalée sur deux parties. La première passe en revue les discours écrits avant 1956, année de l’Indépendance. «En 1967, avec la télévision, Bourguiba passe à d’autres pratiques. C’est de remplir l’écran par le discours qui ne fonctionne que par et pour le gouvernement en place», précise l’auteur. « La deuxième moitié paraphe une autre époque. Celle qui s’étalera jusqu’à1987. Bourguiba accentue les traits de sa personnalité, déjà prononcés. La télévision est devenue son espace. Il se disait, le peuple doit me voir tous les jours…», commente le journaliste, qui a consolidé son point de vue par une foule de témoignages vivants. Outre les avis des journalistes au sein du gouvernement de l’époque, il a passé le micro à d’autres confrères de la presse privée, d’opposition ou tout simplement proche du parti. Ils sont les Abdelhamid Ben Mustapha, Wahid Brahem, Belhassen Ben Arfa, Abdellatif Fourati et Slaheddine Jourchi. Et ce n’est pas terminé. Car il lui a dû greffer à son étude quelques interviews. Avec des gens qui ont côtoyé de très près l’ancien président dans les années 1960-70 et 80. Quatre ministres de l’époque ont répondu présents à l’invitation de Khaled Haddad. On pense ici à Mohamed Sayah, Tahar Belkhodja, Mohamed Masmoudi et autres Mustapha Filali. «L’ouvrage est une sorte d’analyse. C’est un livre documentaire. Qui raconte la vie d’un homme et par-delà, d’un pays», ajoute le journaliste.
Vendredi 25 avril, une rencontre dédicace a eu lieu à la librairie El Kitab de l’avenue Habib Bourguiba. C’était devant un parterre de gens intéressés. Ce samedi 3 mai, une autre rencontre sera organisée au stand de Cérès à la Foire du Livre du Kram. Pour les plus curieux, ne pas s’abstenir…
Z. ABID  

(Source: Le journal "Le Quotidien " (Quotidien - Tunis) le 03 mai 2008)


 

 

Home - Accueil - الرئيسية