الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

03Juin11f

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
11 ème année, N°4028 du 03.06.2011
archives : www.tunisnews.net

FIDH: Tunisie : A quand la levée des réserves à la CEDAW ?
La Haute Insatance Indépendante pour les élections décide L’élection de la Constituante aura lieu le 16 octobre
Le Post: Dernières nouvelles toutes fraiches des familles Ben Ali-Trabelsi.
AP: Naufrage de clandestins au large des côtes tunisiennes: 150 corps retrouvés
Naufrage de migrants: la Tunisie dément
AFP: Tunisie: recul de 7,8% du PIB au premier trimestre 2011
AFP: Arrestation en Tunisie d'une soeur de Ben Ali
Business News:Ali Chaouch devant le juge d’instruction
L’avocat de Zine El Abidine Ben Ali écrit à Business News
Kapitalis: Ennahdha, et les scénarios américains pour la Tunisie
Le Temps:Partis/ Nouvelle identité et nouveau discours d’Ennahdha
Leaders: Quand Ennahdha deviendra t-il un parti comme les autres ?
Le Temps: Constituante/ Présence d’observateurs internationaux - Formalité «initiatique», selon les Tunisiens
La Presse: Elections — Présence d’observateurs étrangers - Ingérence démocratique
Mansour EL Feki:Une démocratie tronquée: La marginalisation des tunisiennes et tunisiens résidents à l’étranger
Slim Dali:Soutien financier à la Tunisie : le compte est bon
Chakib El Khayari:« Je ne veux pas que le Maroc devienne la Tunisie ou la Lybie »
EMHRN:Syria: Amnesty must be completed and accompanied by immediate End to Killings

Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)
 
Communiqué
Tunisie : A quand la levée des réserves à la CEDAW ?
 

 
 
Paris, le 3 juin 2011 - La FIDH lance un appel au gouvernement tunisien de transition pour qu’il démontre son engagement concret en faveur de l’égalité des droits, en levant l’ensemble des réserves émises à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW).
 
En effet la Tunisie, qui a ratifié cette Convention en 1985, a émis des réserves aux dispositions concernant la transmission de la nationalité (article 9 (2)), le mariage et le divorce (article 16) et le choix de résidence (article 15 (4)), empêchant ainsi les femmes tunisiennes de jouir pleinement de leurs droits. Si le Conseil des ministres du premier gouvernement de transition avait annoncé, le 1er février dernier, la mise à l’étude de la levée des réserves de la Tunisie à la CEDAW, cette décision est restée sans suite.
 
Le mois dernier, le gouvernement du Maroc a franchi ce pas important en levant toutes les réserves à la CEDAW. Ainsi il a ouvert la voie à des réformes législatives permettant la transmission par les femmes de leur nationalité, ainsi que l’égalité des droits dans les domaines du mariage, du divorce et de l’héritage.
 
« Cette avancée majeure pour le respect des droits de femmes au Maroc doit servir d’exemple à la Tunisie et la pousser à poursuivre ses efforts dans ce domaine », a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. « Aujourd’hui nous attendons du gouvernement tunisien qu’il s’exprime sur l’avancement de ce projet ».
 
« Nous rappelons encore une fois qu’il n’y a pas de démocratie possible sans égalité entre les hommes et les femmes », a conclu Sana Ben Achour, présidente de l’ATFD, « La levée des réserves est essentielle afin de permettre aux femmes de jouir pleinement de leurs droits et de participer – sur un pied d’égalité - à la construction de la Tunisie ».
 
Contacts presse :
Arthur Manet : +33 1 43 55 90 19 / +33 6 72 28 42 94
Karine Appy: +33 1 43 55 14 12 / +33 6 48 05 91 57


La Haute Insatance Indépendante pour les élections
décide L’élection de la Constituante aura lieu le 16 octobre



Après des remous concernant la date des élections, la Haute Instance indépendante pour les élections a tranché hier d’une manière ferme et défintive: «Les élections auront lieu bel et bien le 16 octobre prochain». Au cours de la même réunion, la Haute Instance a entamé le débat sur les points techniques et logistiques pour réussir l’opération électorale.

Ammar N’miri

(Source: “Le Temps” (Quotidien – Tunisie) le 3 juin 2011)
 
 

Dernières nouvelles toutes fraiches des
familles Ben Ali-Trabelsi.

03/06/2011 à 14h14 - mis à jour le 03/06/2011 à 14h23 |

La police tunisienne a réussi jeudi 2 juin 2011 vers 20h30 à arrêter Najet Ben Ali, sœur de l’ancien président, a indiqué une source autorisée au ministère de l’Intérieur. Cette information a été confirmée sur les ondes de la radio Express FM par l'attaché de presse du Ministère de l'Intérieur, Néji Zaïri.

Cette dernière s'était réfugiée dans une maison de Sousse, ville située à 150 km au sud de Tunis. L'arrestation a eu lieu à 20h30. Un mandat d’amener a été lancé à son encontre par un juge d’instruction du Tribunal de Sfax.

Najet Ben Ali, a fait fortune dans la friperie, marché dans lequel elle avait la mainmise sur tout le territoire tunisien, s'octroyant plus de 60% du chiffre d'affaire du secteur.

Par ailleurs nous apprenons la "résurrection" de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali. Pourquoi employer le terme de résurrection? Et bien souvenez-vous de l'information qui circulait millieu février dans la presse : Zine el-Abidine Ben Ali "était dans le coma après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral. Une information confirmée par ses proches le 17 février.

Car, le président déchu vient de donner signe de vie, selon Al Jazeera Ben Ali a fait appel à un avocat libanais de renommé, Akram Al Azouri, pour assurer sa défense devant les tribunaux tunisiens et internationaux.Ce dernier a entamé sa mission tambour battant en déclarant que son client est victime de campagne de dénigrement et de lynchage.

Sa première attaque est dirigée contre n'importe quelle instance qui aurait décidé ou annoncé le gel des biens de son client sans passer par les voies judiciaires. En précisant qu'elle serait passible de poursuites judiciaires pour diffamation ou atteinte à l'intégrité de la personne.

L'ex-président tunisien est astreint à une obligation de silence imposée par le royaume Saoudien, mais touché par l'information qui révèle que le Qatar a émis une ordonnance judiciaire qui autorise le gel des avoirs et des biens de sa famille et de ceux de sa femme, il a réagit et opté pour un bras de fer.

Selon Kapitalis, la Tunisie espère qu'une décision similaire soit prise par l'Arabie Saoudite qui héberge Ben Ali et sa famille. Les services du cabinet royal ont reçu les commissions rogatoires émises par le gouvernement tunisien. Kadhem Zine El Abidine, représentant du ministère de la Justice se dit confiant sur la suite de cette démarche. Selon lui Riyad répondra favorablement à la demande de gels des biens et des avoirs ainsi qu'à l'extradition de l'ex-président et de sa famille.

La police italienne, elle, a satisfait aux demandes des autorités judiciaires tunisiennes concernant la mise sous séquestre des biens du président déchu et des membres de sa famille. Selon l'agence Tunis Afrique presse, les autorités italiennes ont saisi un bateau de luxe, enregistré au nom de Kaïs Ben Ali, neveu de l'ex-président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali. D'allure sportive, ce yacht de trois étages pour 14 mètres de long, est un modèle Atlantique 43 d'une valeur estimée à un million d'euros.

Kaïs Ben Ali est le fils de Moncef Ben Ali reconnu comme trafiquant de drogue, condamné par contumace en France à 10 ans de prison et décédé en 1996 sans avoir purgé sa peine. A ce jour, le neveu de l'ex-président Zine el-Abidine Ben Ali est toujours en liberté.

Selon la radio Europe 1, le yacht était ancré dans le port de la petite île italienne de Lampedusa. Il avait accosté après les émeutes de la mi-janvier qui ont chassé le président Ben Ali du pouvoir.

Le colonel Gavino Putzu de la police financière a déclaré que ce yacht était utilisé par l'ensemble de la famille de l'ex-président, et qu'il sera restitué au peuple tunisien. Il a également précisé que la Tunisie a demandé à son pays de geler les avoirs de 47 membre de la famille Ben Ali.

D'autre part, selon Kapitalis, à la demande du gouvernement tunisien, Interpol a accepté d’inscrire des mandats d’amener internationaux contre 42 personnes parmi les proches de Ben Ali sur sa liste rouge et de les communiquer à ses États membres, notamment au Canada où réside Belhassan Trabelsi, le frère de Leila Ben Ali, et aussi au Qatar où s'est réfugié Sakher El Materi, gendre de Ben Ali.

Le parquet tunisien doit rapidement monter des dossiers judiciaires solides s'il veut obtenir l'extradition des personnes recherchées et le rapatriement des avoirs détenus à l'étranger par ces mêmes personnes. Le peuple tunisien espère tellement récupérer rapidement, les biens injustement spoliés par Ben Ali, son épouse et ses acolytes.

Sources : Express FM, RFI, Business News, Mosaïque FM, Kapitalis, Tunis Afrique Presse, Kapitalis, Europe 1, Kapitalis,
 
(Source: “Lepost.fr” 03/06/2011 à 14h14 - mis à jour le 03/06/2011 à 14h23 | )

 
Naufrage de clandestins au large des côtes tunisiennes: 150 corps retrouvés

The Associated Press –le 3 juin 2011
GENEVA — Quelque 150 corps de candidats à l'immigration, venus de Libye, ont été retrouvés vendredi, après le naufrage de leur bateau au large des côtes tunisiennes, a annoncé l'agence des Nations unies pour les réfugiés.
"Nous savons que figurent parmi les 150 de nombreux enfants et femmes", a déclaré Adrian Edwards, porte-parole du HCR. Environ 578 des 850 personnes embarquées sur le bateau ont survécu au naufrage de mercredi. Les rescapés ont été conduits dans des camps de réfugiés, où ils recevront aide et conseil, a-t-il précisé.
L'embarcation venue de Libye était tombée en panne mardi soir près des îles Kerkennah du sud tunisien alors qu'elle se dirigeait vers les côtes italiennes.
Les opérations de secours menées par les unités des garde-côtes et de l'armée tunisienne mercredi et dans la nuit ont permis d'évacuer quelque 570 passagers du chalutier tombé en panne.
Deux personnes sont décédées et ont été transportées vers le service de médecine légale. AP

 

Naufrage de migrants: la Tunisie dément


AFP
03/06/2011 | Mise à jour : 17:28 Réagir
La garde maritime tunisienne, responsable des opérations de secours au large des côtes, a démenti avoir repêché aujourd'hui des corps de migrants portés disparus hier après un naufrage, contrairement aux affirmations du Croissant Rouge local.

"Nous avons récupéré seulement deux corps hier" et "nous avons suspendu les opérations de recherche à cause du mauvais temps", a assuré le directeur de la garde maritime, Lotfi Baili. "Nous n'avons pour l'instant que deux corps" de migrants morts la veille, a confirmé le lieutenant-colonel Tahar Landoulsi, chef de la garde maritime à Sfax (sud), d'où sont menées ces opérations.

Le Croissant Rouge à Sfax avait auparavant affirmé à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Genève qu'entre 120 et 150 cadavres de migrants avaient été récupérés, sur plus de 200 disparus dans un naufrage. "Le Croissant Rouge tunisien a confirmé jeudi qu'il y avait encore des corps dans l'eau et que des opérations de repêchage étaient en cours", avait indiqué plus tôt l'OIM dans un communiqué de presse, en précisant que, selon la même source, "150 personnes, majoritairement originaires d'Afrique sub-saharienne, sont mortes et leurs corps ont été transportés à l'hôpital de Sfax".

Le coordinateur du Croissant Rouge tunisien à Sfax, Moez Barkallah, avait affirmé que 123 corps avaient été repêchés et transportés à la morgue. Contacté de nouveau après le démenti des autorités, ce médecin du Croissant Rouge s'est montré moins affirmatif en indiquant qu'"il ne s'agi(ssai)t pas d'informations officielles" et qu'il n'avait pas vu les corps lui-même à la morgue.

Entre 200 et 270 migrants fuyant la Libye ont disparu hier au large des côtes tunisiennes et près de 600 autres ont pu être secourus, alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Italie à bord d'une embarcation qui a fait naufrage. Les secouristes avaient perdu tout espoir hier soir de retrouver ces disparus vivants.
(Source : « Le Figaro » (Quotidien – France), le 3 Juin 2011)
 

Tunisie: recul de 7,8% du PIB au premier trimestre 2011

 
AFP / 03 juin 2011 10h25
 
TUNIS - La Tunisie, où une révolte populaire a fait chuter en janvier le régime du président Ben Ali, a vu son PIB chuter de 7,8% au premier trimestre 2011, plombé notamment par la chute des revenus touristiques, selon l'Institut national de la statistique (INS) cité par l'agence officielle TAP.
 
Au quatrième trimestre 2010, la Tunisie avait enregistré un taux de croissance de 1,6%.
 
En glissement annuel, la croissance de l'économie tunisienne a régressé de 3,3% à prix constants au premier trimestre 2011.
 
L'INS impute ce net recul à la baisse respective de la valeur ajoutée des secteurs des industries manufacturières (-4,6%) et non manufacturières (-8,6%).
 
L'activité économique dans le secteur des services a quant à elle baissé de 6,1% au premier trimestre sur un an, sous l'effet notable du recul de l'activité dans les secteur liés au tourisme.
 
D'après l'INS, la valeur ajoutée dans les services hôteliers, cafés et restaurants a affiché une baisse de 35% sur la période, et le secteur des transports a enregistré une diminution de 18,5%.
 
Le secteur agricole, a, pour sa part, contribué de manière positive à l'allègement de la baisse du rythme de la croissance économique nationale, note la TAP, sans fournir de chiffres.

 
Arrestation en Tunisie d'une soeur de Ben Ali

AFP Vendredi 3 Juin 2011
Tunis - L'une des soeurs de l'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, Najet Ben Ali, a été arrêtée jeudi soir dans la région de Sousse, à 150 km au sud de Tunis, selon une source autorisée auprès du ministère de l'Intérieur, cité par l'agence officielle TAP.
Najet Ben Ali faisait l'objet d'un mandat d'amener, souligne la TAP sans préciser pour quel motif.
Le président déchu est réfugié en Arabie saoudite depuis sa fuite le 14 janvier. Plusieurs pays européens ont gelé ses avoirs et ceux de sa famille, qui s'était considérablement enrichie sous sa présidence.
Trente-trois membres de son clan et de celui de sa seconde épouse Leila Trabelsi avaient été interpellés dans les jours suivant la chute de son régime.

Ali Chaouch devant le juge d’instruction


L’ancien ministre Ali Chaouch a été interrogé hier par le juge d’instruction du 5ème bureau. L’interrogatoire a tourné autour de la période durant laquelle Ali Chaouch était secrétaire général du RCD et à propos de personnels de différents ministères détachés auprès de l’ancien parti au pouvoir et des privilèges en nature (voitures notamment) qu’obtenaient ces personnes.


Après l’avoir interrogé durant 2h15, le juge d’instruction a décidé de laisser Ali Chaouch en liberté, après lui avoir fait remplir une fiche anthropométrique.
(Business News)
(Source: “Le Temps” (Quotidien – Tunisie) le 3 juin 2011)

L’avocat de Zine El Abidine Ben Ali écrit à Business News
 


03/06/2011

Suite à l’article « Zine El Abidine Ben Ali lance des menaces via son avocat », publié dans nos colonnes le jeudi 2 juin 2011, Me Akram Azoury, du cabinet Azoury et associés, et avocat de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali, nous a envoyé de Beyrouth en date du vendredi 3 juin, un courrier dans lequel il affirme que son client nie catégoriquement posséder des biens matériels ou immobiliers à l’étranger.
Voici le courrier de Me Azoury tel que nous l’avons reçu et en téléchargement le communiqué de presse qu’il a publié en langue arabe.

Messieurs,
Je vous remercie d’avoir publié ma déclaration concernant l’annonce par certaines autorités nationales du gel des avoirs du Président Zine El Abidine Ben Ali et tiens néanmoins à préciser que ma déclaration du 1er juin 2011 avait pour objet de nier l’existence d’avoirs appartenant au Président Zine El Abidine Ben Ali en dehors de la Tunisie et par conséquent d’exhorter les différentes autorités qui annoncent des mesures conservatoires de gel d’identifier à l’opinion publique les avoirs qu’elles sont présumées avoir gelés en application de l’obligation d’impartialité de toute autorité publique car publier une mesure de gel sans en informer le public de son résultat porte le public à croire que les avoirs prétendument gelés existent effectivement, alors qu’en réalité les prétendus avoirs n’existent pas.
Vous trouverez ci-joint à toute fin utile le texte intégral de ma déclaration.
(Source: “Business News” le 3 juin 2011)
9ème Congrès des femmes démocrates
Egalité, citoyenneté et dignité

 

Sous le double signe « La marche des femmes continue pour l’égalité, la citoyenneté et la dignité » et « Démocratie et parité ». L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) organise, aujourd’hui, à 15 heures, à l’Hôtel Africa, à Tunis, son 9ème congrès. Après l’allocution de la présidente de l’Association Mme Sana Ben Achour, un sondage sur les attentes politiques des femmes sera présenté et suivi par les prises de paroles des invités.


Quant aux élections du comité directeur elles se dérouleront demain au siège de l’Association, on s’attend à ce que l’alternance à la tête de l’ATFD soit respectée comme ce fut le cas lors des précédents congrès.
Lutte
Signe de temps et grâce à la Révolution, ce congrès ne sera pas sous haute surveillance policière et ne se tiendra pas dans les locaux étroits du siège de l’Association comme c’était le cas avant le 14 janvier. L’ATFD était interdite d’organiser ses réunions, ses conférences de presse et ses congrès dans les lieux publics.
L’ATFD a été fondée par le mouvement autonome des femmes qui, depuis les années 1970 a eu, à travers différentes structures, des formes d’expression diverses. Mais l’association a été légalisée en 1989. Elle œuvre depuis à la réhabilitation de la lutte des femmes, à la transformation des mentalités patriarcales, à la participation des femmes à la vie civile et politique et à la reconnaissance sans restriction de leur pleine citoyenneté.

Néjib SASSI

(Source: “Le Temps” (Quotidien – Tunisie) le 3 juin 2011)
http://www.letemps.com.tn/article-56422.html

Vendredi, 03 Juin 2011 08:08
Les Etats-Unis ne sont pas indifférents au processus de transition en Tunisie. Quel est leur scénario préféré pour notre pays? Ce scénario a-t-il pour nom: le parti islamiste Ennahdha? Par Ridha Kéfi

C’est, en tout cas, ce qu’affirment nos confrères de ‘‘Maghreb Confidentiel’’, en soulignant les contacts au plus haut niveau qu’a eus récemment Hamadi Jebali, le secrétaire général d’Ennahdha, au cours de sa visite à Washington.
M. Jebali a participé à un forum organisé le 9 mai par le Center for the Study of Islam & Democracy (Csid), dirigé par le Tuniso-américain Radwan Masmoudi et financé par le Département d’Etat américain, le National Endowment for Democracy, l’US Institute of Peace, etc., entre autres think tanks proches des cercles de décision à Washington. Que M. Jebali ait ou non rencontré, comme l’affirme ‘‘Maghreb Confidentiel’’, les deux sénateurs Joe Libermann et John Mc Cain, les responsables américains les plus impliqués dans l’accompagnement de la transition démocratique dans le monde arabe, l’équipe du membre du Congrès John Kerry, ou encore Margaret Nardi, la directrice de l’Office of Maghreb Affairs au Département d’Etat, cela ne démontre rien et, du reste, importe peu. Ce qui est essentiel, en revanche, c’est de constater un regain d’intérêt de l’administration américaine pour les mouvements islamistes dans le monde arabe en général et en Tunisie en particulier.

Une force politique montante
Les Américains seraient-ils disposés à avaliser et à accompagner l’arrivée d’un parti islamiste modéré et vaguement ouvert à la tête d’un pays arabo-musulman, la Tunisie en l’occurrence, le pays de la région le plus ouvert à la modernité occidentale? Pourquoi les Américains accepteraient-ils d’adouber Ennahdha, fut-il l’un des partis islamistes les plus modérés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, après l’Akp au pouvoir en Turquie?
On pourrait avancer les raisons suivantes:

  • les mouvements islamistes sont les plus populaires et les mieux implantés dans la région. Au terme de plusieurs décennies de combat, au cours desquelles ils ont été durement réprimés, avec la complicité passive des Occidentaux, ils ont gagné de haute lutte la reconnaissance voire la sympathie de larges franges de la population qui, hier encore, ne leur étaient pas acquises ou leur étaient franchement opposées;
  • après la chute des dictatures, en Tunisie et en Egypte, et bientôt en Libye, en Syrie et au Yémen, les capitales occidentales ont découvert une scène politique quasi-désertique, ou éclatée, ou inconsistante, en tout cas sans expérience de gouvernement, et où seuls émergent, par leurs qualités mobilisatrices, les islamistes;
  • en Tunisie, le parti Ennahdha, longtemps soupçonné de propension à la violence, ne cesse de montrer patte blanche, affichant le visage avenant d’un mouvement ouvert, modéré, consensuel, prêt à toutes les concessions et, surtout, favorable à une transition sans heurts;
  • Ennahdha et la plupart des autres partis islamistes autorisés en Tunisie depuis la chute de la dictature semblent bien placés pour faire une entrée en force dans la prochaine Assemblée nationale constituante; ce qui en fait des acteurs de premier ordre de la scène politique tunisienne au cours des prochaines années. Ils sont, pour ainsi dire, incontournables, et les Américains, dont le pragmatisme s’encombre rarement de partis-pris idéologiques, semblent disposés à rattraper le temps perdu et à nouer des liens utiles avec une force politique montante;
  • dans sa communication politique, Ennahdha ne montre plus aucune animosité à l’égard de l’Occident, alors qu’il a de bonnes raisons d’en vouloir à cet Occident qui a longtemps soutenu les dictatures soi-disant laïques. Mieux: le parti islamiste tunisien proclame aujourd’hui haut et fort son attachement à la liberté religieuse et ne fait pas mystère de ses options libérales en matière économique. Contrairement à de nombreux partis de gauche, il ne porte aucun grief contre l’économie de marché. Ce qui constitue, on s’en doute, un gage de crédibilité et de respectabilité aux yeux des Américains;
  • last but not least, les Américains observent la région comme un ensemble géopolitique où l’effet domino peut fonctionner dans un sens comme dans l’autre. Avant, les dictateurs de service – qui étaient, accessoirement, des agents de la Cia et des porte-drapeaux de la normalisation avec Israël – leur ont fait comprendre qu’il n’y a de choix qu’entre la dictature et le terrorisme, entre Ben Ali et Ben Laden, pour emprunter l’expression d’un célèbre éditorialiste parisien. Or, leurs analystes se rendent compte aujourd’hui, un peu tardivement il est vrai, que la dictature est le terreau même du terrorisme, l’une nourrissant l’autre et s’en nourrissant elle-même en retour.

Le pari sur l’islamisme soft à la turque
Je me suis échiné, en différentes occasions, au cours des dix dernières années, à vouloir expliquer cette équation à des responsables politiques et des diplomates occidentaux, qui ne voulaient rien en entendre. Ils sont nombreux aujourd’hui à vouloir nous l’expliquer… à leur tour!
Vu de Washington, le pari sur l’islamisme soft à la turque pourrait être une solution pour la crise politique qui s’installe dans la région, et la Tunisie pourrait en être le laboratoire. Par sa taille, son histoire, ses spécificités démographiques, culturelles et politiques, la Tunisie est le pays arabo-musulman qui présente les meilleures dispositions pour une rapide sortie de crise.
Notre pays a offert le mode d’emploi de la révolution aux autres pays de la région. Il pourrait leur offrir aussi le mode d’emploi d’une transition sans heurts: tous les Occidentaux y croient, les Américains plus que les autres. Il n’y a que nous qui en doutons encore…
Qu’on nous comprenne: les Américains n’ont pas nécessairement de préférence s’agissant de la force politique qui prendra en main demain le destin de la Tunisie. Mais ils préfèrent avoir de bonnes relations avec toutes les forces existantes, y compris les islamistes.

(Source: “Kapitalis” le 3 juin 2011)

Lien: http://www.kapitalis.com/fokus/62-national/4203-ennahdha-et-les-scenarios-americains-pour-la-tunisie.html


 
Partis/ Nouvelle identité et nouveau discours d’Ennahdha
… «Même les femmes non voilées sont les bienvenues», déclare Hammadi Jébali

 


Une nouvelle identité visuelle pour le parti Ennahdha c’est aussi une manière de dire que le parti se fait à l’évolution qui s’opère dans le monde et est à l’écoute du pouls d’une société avide de changements. Sauf que là, le secrétaire général d’Ennahdha précise que cette rencontre est purement culturelle ! Soit. Et comme tout est culture, ou presque, il était question de prouver qu’Ennahdha développe la culture de la communication, en nous montrant l’art et la manière. Et comment ! On dépêche un jeune communicateur qui donne un exposé en arabe et en français (quoique bourré de fautes).
Celui-ci montre point par point les phases de préparation de cette nouvelle identité visuelle « On doit se démarquer des autres partis qui deviennent assez nombreux. En plus Ennahdha veut communiquer avec les jeunes. Autant être porteur de leurs valeurs et de leurs aspirations aux changements. » avance-t-il.
Une colombe, une étoile et un olivier
L’identité visuelle du parti telle qu’elle a été présentée par ce jeune nahdhaoui, nous renvoie à l’image d’une colombe dirigée vers le haut se préparant au décollage, complétée d’une branche d’olivier symbolisant paix et prospérité. Le tout forme un cercle étreignant une étoile, illustrant les cinq préceptes de l’Islam. Les couleurs laissent parler un camaïeu de couleur bleu rappelant le ciel bleu et la couleur pure et cristalline de l’océan se mariant à la couleur rouge sang de notre drapeau national. Il y a lieu de remarquer que malgré la portée symbolique de ce logo il est un peu trop chargé pour être facilement assimilé tout comme c’est le cas souvent de certains propos tenus par les dirigeants du parti.
A commencer par cette nouvelle orientation du parti où l’on remarque, pantois, la présence d’une femme non voilée placée à la tribune. « Est-ce une image de façade ou est-ce le signe avant-coureur d’un changement qui concerne aussi bien le fond que la forme ? » demande le journal Le Temps- Hammadi Jébali qui y répond souligne qu’ Ennahdha est avant toutes choses « un parti civil». « Le voile est un choix personnel et on croit aux libertés individuelles et collectives. Même un père ne doit pas imposer à sa fille le Hijab. » fait remarquer notre interlocuteur.
Et même si le secrétaire général du parti a insisté sur le fait que le politique est absent de cette rencontre, cela n’a pas empêché les journalistes présents de lui poser quelques questions portant notamment sur le financement d’Ennahdha dont les ressources sont nettement supérieures à d’autres partis fragilisés de par leur manque de moyens matériels à déployer. Hammadi Jébali invoque pour cela le fait que son parti retire sa légitimité dans le militantisme de sa base où 30 000 nahdhaouis ont été réprimés, opprimés et persécutés à souhait de par le passé. Côté financement du parti, Jébali se dit non obligé de présenter des justificatifs en ce sens, puisque les autres partis ne le font pas. « Il faut demander des comptes à tous les partis. Dans ce cas je le ferais volontiers.» dit-il.
Autre question qui dérange ? Il y en a bien entendu. Cette fois-ci cela concerne la campagne menée par certains partisans d’Ennahdha contre tous ceux qui critiquent leur parti sur Facebook. Hamadi Jébali en bon orateur, a pu encore une fois tirer son épingle du jeu. « Ces internautes qui traitent de mécréants ceux qui désapprouvent Ennahdha ne représentent en rien les valeurs de notre parti qui se veut à l’écoute de toutes les critiques. On peut se tromper et rectifier le tir. On n’est pas des anges.»dit-il. Au diable les préjugés. Et sans pour autant en émettre un, le parti Ennahdha semble donner un discours qui se veut au diapason mais jusque-là il n’est pas assez convaincant.

Quand Ennahdha deviendra t-il un parti comme les autres ?

2011 est d’ores et déjà une année exceptionnelle pour le mouvement Ennahdha. C’est l’année du trentenaire, l’année de la sortie de la clandestinité après des années de répression et de la légalisation. Sera-t-elle aussi l’année du triomphe électoral, comme l’espèrent secrètement les militants ? Pour le moment, les dirigeants d’Ennahdha savourent leur revanche : « Ben Ali n’est plus là, le RCD n’est plus là, par contre, notre mouvement est bien présent et ne s’est jamais aussi bien porté », commentera Hamadi Jébali, jeudi lors de la réunion de présentation du logo du parti.
 
« La Tunisie a changé. Le monde a changé », n’a cessé de répéter le Secrétaire général du mouvement au cours de cette réunion. Pourquoi dès lors, « le parti ne changerait-il pas ? ». Ce changement pour Ennahdha se décline sous différentes formes : « nous voulons être un parti moderne dans sa gestion, dans son fonctionnement interne, dans les prises de décision » dans son identité visuelle à travers le nouveau logo : un aigle déployant ses ailes prêt à s’envoler formant un cercle avec des feuilles d’olivier avec au milieu une étoile rouge représentant les cinq piliers de l’islam et au dessous le nom du parti et sa devise : Liberté-justice-développement, histoire de se démarquer des autres partis. Changement aussi dans le look de ses cadres et de ses militants. Ils avaient fière allure ces dirigeants bon chic bon genre, rasés de près, la mise bien soignée avec, à l’extrémité de la tribune, telle une pasionaria, une jeune demoiselle, Asma, au visage avenant comme celui que voudrait se donner le parti, « maîtrisarde en criminologie », précise t-elle, avec sa chevelure bouclée, son jean serré et son gilet modern fashion. Se doute t-elle un instant qu’elle pourrait servir d’alibi à un parti qui, quoiqu’il dise, n’a pas encore fait sa révolution copernicienne en matière d’émancipation féminine, et de bien d'autres sujets en s'en remettant à tout propos, comme référant, au "salaf essalah", en continuant à séparer les hommes des femmes dans ses meetings, en envisageant à demi-mots la légalisation de la polygamie « dans certains cas », en multipliant les petites phrases pour, aussitôt, se déjuger devant la levée de boucliers qu’elles provoquent à propos notamment du travail des femmes, de la mixité et de bien d’autres acquis. Asma n'en a cure. Son engagement au sein d’Ennahdha « est mûrement réfléchi et n’a été pris sous aucune contrainte ».
 
En excellent dialecticien, Hamadi Jébali essaye de rassurer, faisant face au feu roulant des questions des journalistes avec beaucoup de détermination, mais sans pour autant emporter la conviction. Il est vrai que l’assistance, où la gent féminine était bien représentée, était décidée à lui porter la contradiction en se référant à des exemples précis comme la multiplication des excommunications تكفير décrétées par des internautes se réclamant d’Ennahdha sur facebook, les agressions contre les femmes dans les lieux publics, le hiatus flagrant entre la rhétorique et la pratique. Le dirigeant nahdhaoui désavoue, invoque le manque de discipline de certains militants, sauf qu’au détour d’une phrase, il évoque les «thawabet», les constantes, un terme suffisamment imprécis pour autoriser tous les abus, toutes les volte-faces, toutes les dérives
 
Le parti des 30000 prisonniers. C’est en ces termes que Hamadi Jebali qualifie son parti pour rappeler la répression bien réelle qui s’est abattue sur lui depuis les années 80. Cela n’est pas sans rappeler « le parti des 76000 fusillés », comme se définissaient les communistes français au lendemain de la 2ème guerre mondiale. Le PCF a mis 61 ans pour devenir un parti de gouvernement (sans tenir compte du Front Populaire où il s'était contenté d'appuyer le gouvernement Blum sans y participer et du court intermède de la libération) et au prix d’une révision déchirante de son idéologie (abandon de la lutte des classes, du matérialisme historique, rejet du centralisme démocratique et en s'en remettant au jeu démocratique). Le mouvement Ennahdha est-il en mesure aujourd’hui de changer réellement, non pas en se contentant d’un simple toilettage, mais en procédant à un véritable aggiornamento, en cédant sur des points sur lesquels une grande partie de la population n’est pas près de transiger comme le montrent les multiples interpellations dont les Nahdhaouis sont l’objet de la part des citoyens et, in fine, en cessant de se considérer comme le seul exégète autorisé (par qui ?!) de la parole divine ?
 
K. Omrane
 
(Source: www.leaders.com.tn 2011-06-02)
Lien: http://www.leaders.com.tn/article/quand-ennahdha-deviendra-t-il-un-parti-comme-les-autres?id=5364

Constituante/ Présence d’observateurs internationaux
Formalité «initiatique», selon les Tunisiens

 
La présence des observateurs internationaux à l’élection de l’Assemblée constituante en Tunisie a été présentée comme une simple invitation à la communauté internationale à assister à cette fête électorale organisée, pour la première fois, après la chute de la dictature, dans une ambiance absolument démocratique, ont indiqué, ce jeudi 2 juin 2011, à Tunis, des partenaires et acteurs tunisiens directement impliqués dans ce processus dont le porte parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution , de la réforme politique et de la transition démocratique, Ghazi Ghrairi.
 
Une conférence internationale de deux jours s’est ouverte, ce jeudi 2 juin 2011, à Tunis sur ‘’le rôle des observateurs internationaux pour des élections transparentes’’, à l’initiative du Centre des études méditerranéennes et internationales (CEMI), en partenariat avec la fondation allemande Konrad-Adenauer Stiftung. Or, la Tunisie compte faire appel à des observateurs internationaux, spécialement de l’Union européenne, pour suivre le déroulement de l’opération électorale relative à l’élection de l’Assemblée constituante, à une date encore indéterminée, le gouvernement l’ayant fixé au 24 juillet, alors que la Haute Instance indépendante des élections a proposé celle du 16 octobre.
 
Or, d’après le débat qui s’est instauré à cette occasion, une participation internationale à un processus électoral national, dans des situations pouvant être jugées de ‘’critiques ‘’ et ‘’incertaines’’, sous certains angles, comme celle que vit la Tunisie, dans le sillage de la Révolution du 14 janvier, peut connaître des dérives et des dérapages, allant jusqu’à l’intervention directe et la prise en main par la Communauté internationale des élections pour en garantir la crédibilité, comme il est arrivé en Côte d’Ivoire, ou encore à Haïti et au Cambodge.
 
Le Conseil de Sécurité de l’ONU a pris des résolutions qui qualifient ‘’de délits et de crimes’’ les atteintes au processus électoral démocratique, et peut donc décider des interventions pour rétablir le droit , comme il s’est produit à Haïti où les Etats-Unis s’étaient intervenus au nom de la Communauté internationale et du droit international pour rétablir dans ses droits le président haïtien Arstide qui a été démocratiquement élu, mais a été évincé du pouvoir par un coup d’Etat militaire. Le même scénario s’est produit dernièrement en Côte d’Ivoire.
 
A cet égard, Ghazi Ghrairi a écarté totalement des scénarios et issues aussi tragiques pour le processus démocratique en Tunisie et s’est dit confiant dans la capacité du peuple tunisien à réussir la transition démocratique, dans les meilleures conditions, avec ses propres moyens.
 
Selon lui, la présence des observateurs internationaux, aux prochaines élections en Tunisie, ne serait même pas du domaine de l’assistance technique et logistique, ni non plus pour étayer la validité des élections, mais une participation à une fête '' initiatique'' consacrant une Révolution populaire pacifique qui a suscité la sympathie et le soutien dans tous les pays et chez tous les peuples du monde entier.
 
C’est ce qui explique qu’il y a eu beaucoup de demandes émanant de diverses personnalités et organismes à l’étranger pour être accrédités comme observateur international aux élections de la Constituante en Tunisie.
 
Les observateurs internationaux participent d’ailleurs, de façon régulière, au suivi des élections organisées dans les démocraties occidentales traditionnelles et leur contribution est devenue tellement ordinaire qu’on n’en parle même pas.
 
D’après le professeur Chafik Saïd, doyen honoraire de la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, la participation des observateurs internationaux à l’organisation des élections nationales revêt soit la forme d’une assistance technique demandée par l’Etat concerné, soit la forme d’une intervention internationale directe et d’une prise en charge totale de l’opération par la Communauté internationale représentée par l’ONU, dans des situations critiques. Cette intervention directe s’est produite dans de nombreux pays, du Mexique au Pakistan, en passant par d’autres pays en Afrique et même en Europe (au Kosovo, entre autres).
 
L’observation n’est pas le contrôle
 
A cet égard, il faut distinguer le contrôle des élections et leur observation. Les deux procédures diffèrent totalement.
 
Ghazi Ghrairi a assuré que le contrôle des élections de la Constituante sera effectué par des éléments tunisiens à tous les niveaux et à tous les étapes, en allant de l’établissement des listes des électeurs, et la validation des listes des candidats à ces élections, au contrôle des procès-verbaux des bureaux de vote et la proclamation des résultats définitifs.
 
Aux côtés des observateurs internationaux, il va y avoir également des observateurs nationaux, et à ce niveau également, on a enregistré beaucoup de demandes à cet effet, émanant, notamment, d’associations de défense des valeurs citoyennes en général .
 
Selon Ghazi Ghrairi, la transparence de ces premières élections tunisiennes post révolutionnaires est déjà garantie, a priori, par les mesures prises d’un commun accord et sur la base d’un consensus national entre les différentes parties prenantes, en ce qui concerne leur organisation, notamment la décision de charger de l’opération, une Autorité publique indépendante du gouvernement et de toutes les autres institutions publiques, en l’occurrence, la Haute Instance indépendante pour les élections, outre la décision relative au mode de financement de la campagne électorale qui stipule que ce financement sera exclusivement public. Il a admis que la politique et l’argent interfèrent.
 
C’est la Haute Instance indépendante pour les élections qui octroie les accréditations d’observateurs nationaux et internationaux.
 
Or, comme l’a fait remarquer Ahmed Driss, directeur du CEMI, le rôle des observateurs internationaux est problématique, car ils peuvent cautionner des élections qui ne soient pas transparentes, tandis que certains en Tunisie voient dans leur présence aux élections une ingérence dans les affaires intérieures, confondant, souvent, mission d’observation et mission de contrôle et de surveillance.
 
Chafik Saïd a souligné la nécessité de ne pas focaliser abusivement sur l’opération électorale qui n’est qu’un élément parmi tant d’autres dans le processus de transition démocratique. Il s’agit d’une œuvre de reconstruction politique générale, selon lui.
 
De son côté, Klaus D.Loetzer, nouveau représentant de la Fondation Konrad-Adenauer Stiftung, en Tunisie , qui a, néanmoins, séjourné plus de trente ans dans divers pays africains, s’est déclaré persuadé que le peuple tunisien qui a su accomplir avec éclat une Révolution pacifique exemplaire contre la dictature et le despotisme, réussira à relever le défi de la transition démocratique, avec l’appui et le soutien matériel et moral de la Communauté internationale, comme ce fut le cas de l’Allemagne, sous la conduite du chancelier Konrad Adenauer, après la chute de la dictature nazie, à le fin de la deuxième guerre mondiale.
 
Des experts et des spécialistes de Tunisie et de plusieurs pays européens dont d’anciens observateurs d’élections, ont été invités à animer cette rencontre.
 
 
Salah BEN HAMADI
 
 
(Source: “Le Temps” (Quotidien – Tunisie) le 3 juin 2011)

 
Elections — Présence d’observateurs étrangers
Ingérence démocratique

 
Peut-on avoir confiance en les observateurs internationaux qui supervisent les élections de l’Assemblée nationale constituante ? Les observateurs internationaux, bien qu’objectifs et neutres, pourraient néanmoins valider des élections qui ne seraient pas transparentes et démocratiques, contrairement aux exigences des normes internationales.
Quelles garanties à mettre en place afin que les observateurs internationaux ne refassent pas le coup de leurs prédécesseurs qui exprimaient leur admiration et leur considération pour les élections organisées, durant plus de 23 ans, par le régime déchu et cautionnaient à l’unisson leurs résultats avec leurs taux amplifiés ?
Ces interrogations et ces problématiques ont dominé le débat lancé, hier, à la faveur de la conférence internationale sur «Le rôle des observateurs internationaux pour des élections transparentes» organisée par le Centre des études méditerranéennes et internationales en partenariat avec la fondation allemande Konrad-Adenauer.
Aussi, le Pr Ahmed Driss, directeur du Cemi (Centre des études méditerranéennes et internationales), pose-t-il d’emblée la problématique «d’accepter ou de ne pas accepter la présence d’observateurs internationaux à l’occasion de l’élection de l’Assemblée constituante qui représente un événement majeur pour la définition du futur démocratique de la Tunisie».
«Le gouvernement transitoire a déjà tranché, souligne-t-il, en appelant l’Union européenne à dépêcher une mission d’observateurs qui auront pour charge d’accompagner l’opération électorale de la future Constituante durant toutes ses phases : inscription sur les listes électorales, proclamation des résultats, affichage des listes électorales, oppositions exprimées par les personnes dont les noms auraient été omis, campagne électorale proprement dite, couverture médiatique selon les normes internationales, organisation des bureaux de vote, opération de vote elle-même et dépouillement des bulletins».
 
 
Quels avantages, quels inconvénients ?
 
 
Dans son rapport introductif, le Pr Chafik Saied, doyen honoraire de la faculté de Droit et des Sciences politiques de Tunis, a essayé de brosser un tableau historique des différentes formes d’observation internationale des élections dans le monde, plus particulièrement dans les pays qui ont vécu ces dernières décennies des transitions démocratiques, à l’instar des pays de l’Europe de l’Est, de l’Amérique du Sud et de l’Afrique.
«La résolution onusienne 45150 relative à l’observation internationale vise à renforcer le principe de l’organisation d’élections périodiques et honnêtes, loin de tout esprit d’atteinte ou de violation de la souveraineté des pays où se déroulent ces mêmes élections, souvent à leur demande dans la mesure où ils sollicitent une assistance technique pouvant prendre plusieurs formules : observation, accompagnement de toutes les étapes de l’opération électorale (budget, logistique, formation du personnel, etc.», précise-t-il.
Quels avantages un Etat solliciteur de l’assistance électorale pourrait-il en tirer ?
Le Pr Chafik Saied évoque la validation des élections, l’affirmation de la légitimité politique du pouvoir en place.
Quant aux inconvénients qu’on pourrait déceler à travers les missions d’observation, on pourrait évoquer les incidences négatives qui peuvent résulter du comportement des observateurs outrepassant leurs prérogatives et exerçant une réelle ingérence attentant à la souveraineté du pays cible (exemple : l’opération «Restaurons la démocratie à Haïti»).
Le Pr Ghazi Ghraïri, porte-parole de la Haute instance de la réalisation des objectifs de la révolution, est on ne peut plus clair, transparent et convaincant : «Il ne peut y avoir d’élections libres, transparentes et démocratiques sans la présence d’observateurs internationaux. Il y a un lien organique entre l’observation et la transparence des élections».
L’Instance supérieure indépendante pour les élections, qui est une autorité publique agissant en toute autonomie et liberté, va accréditer des contrôleurs tunisiens qui seront chargés de la validation des résultats issus de l’opération de vote, des observateurs étrangers et des observateurs tunisiens qui seront recrutés parmi les associations citoyennes (l’Isie commence déjà à recevoir les demandes d’accréditation exprimées par les associations tunisiennes).
Et le Pr Ghraïri d’ajouter que la loi électorale qui régira l’élection de l’Assemblée constituante dispose que «les observateurs internationaux doivent témoigner d’une expérience avérée et d’appartenance à des organisations et associations spécialisées qui ont fait leurs preuves. Toutefois, ces mêmes observateurs n’auront aucun droit de validation des élections».
Il tient à clarifier la confusion qui règne dans certains esprits à propos des contrôleurs et des observateurs. Ainsi, insiste-t-il, les élections de la Constituante «se dérouleront sous le contrôle exclusif des contrôleurs tunisiens alors que les observateurs étrangers assureront une mission de supervision et de suivi ni plus ni moins».
 
 
Un processus de partenariat et d’accompagnement
 
 
M. Sorin Mihail Tanasescu, ambassadeur de Roumanie à Tunis, a relevé dans son intervention qu’une élection «bien organisée confère une grande légitimité au gouvernement qui en résulte et que les élections transparentes donnent beaucoup de force à l’Assemblée constituante».
«Dans l’Union européenne, nous voulons que la transition démocratique tunisienne réussisse. La présence des observateurs étrangers ne comporte aucune atteinte à la souveraineté de la Tunisie. Ce n’est point un processus intrusif d’ingérence mais bien un processus de partenariat et d’accompagnement», affirme-t-il en soulignant sa conviction que la classe juridique tunisienne «réputée pour sa compétence et son savoir-faire saura trouver les solutions idoines aux problèmes liés à l’organisation des élections de la Constituante».
Pour M. Samir Taïeb, membre de la Haute instance de réalisation des objectifs de la révolution, «la présence des observateurs étrangers contribuera à faire connaître les normes internationales en matière de transparence, renforcer la crédibilité, la légalité et la légitimité du processus électoral et fera atténuer la violence et les dérives».
«Toutefois, les observateurs étrangers, ajoute M. Taïeb, doivent remplir certaines qualités dont en premier lieu le respect de la souveraineté du pays où ils exercent, l’objectivité et la non-intervention dans le débat politique national. Ils doivent éviter également de livrer des jugements sur des événements auxquels ils n’ont pas assisté et essayer de se tenir à l’écart des conflits d’intérêts».
MM. José Antonio de Gabriel et Emmanuel Geny experts internationaux en matière d’élections, ont essayé de lever les inquiétudes et les doutes persistant dans certains esprits quant à la réalité des objectifs des missions des observateurs internationaux et aussi quant à leur indépendance.
Ils ont notamment souligné que «cette inquiétude est légitime et compréhensible. Seulement, il faut lui répondre par la transparence et montrer que les observateurs sont réellement indépendants et œuvrent dans un cadre d’objectivité et de neutralité absolues, qualités essentielles des observateurs qui exercent leur mission comme l’entendent les normes internationales et le guide des bonnes pratiques, ainsi qu’un code de bonne conduite que tout observateur est appelé à signer avant d’entamer sa mission».
M. Geny a annoncé que la mission d’observation de l’Union européenne sollicitée par le gouvernement provisoire comptera 66 observateurs, soit 32 équipes (chaque équipe comportant un observateur et une observatrice) qui proposeront au terme de leur mission un rapport général contenant leurs observations sur la marche des élections et leurs recommandations en vue d’apporter les rectifications requises et d’introduire les améliorations qui s’imposent.

 
 
 
Auteur : A. DERMECH
 
 
(Source: “La Presse” (Quotidien – Tunisie) le 03-06-2011)
 

Une démocratie tronquée: La marginalisation des tunisiennes et tunisiens résidents à l’étranger.


Par: Mansour EL Feki, universitaire, Montréal, Canada

Une première entorse à la démocratie au détriment des tunisiennes et tunisiens résidents à l'étranger, 218 sièges seront désignés au sein de l'Assemblée Nationale Constituante dont 19 seront réservés aux Tunisiens à l'étranger.

Les tunisiens de la diaspora représentent un peu plus que 10% de la population tunisiennes et par conséquent, ils doivent occuper 10% des sièges de l'Assemblée Nationale Constituante; minimalement, dans une structure démocratique, 22 sièges leurs reviennent systématiquement; je ne sais pas par quel calcul statistique la commission aboutit a 19 sièges. Notez que les tunisiens et tunisiennes au Canada et aux états unis ne seront pas représenté tandis que 3 sièges sont réservé à nos concitoyens qui sont supposés être en Libye, faut il informer la vénérable institution, que, de fait, ils sont en Tunisie et vont voter en Tunisie.
Il serait plus équitable d'octroyer minimalement 2 sièges par continent, le reste serait octroyer au prorata du nombre de la population résidente, ainsi, il ne peut y avoir de personne non représenté et en même temps une prise en charge du nombre de résidents.

Les tunisiennes et tunisiens de la diaspora sauront prendre leurs responsabilités, après avoir été un alibi de l'office des tunisiens à l'étranger de l'administration déchue, aujourd'hui, la situation n'est pas meilleur, ils sont marginalisés d'une façon déclarée, après les tergiversations des islamistes qui voulaient exclure les binationaux on assiste à la marginalisation de 10 % de la population. Au moment ou des démocraties confirmées tel que la France, l'Italie, ... font tout pour consolider le lien d'appartenance de leurs ressortissants et les faire participer dans la vie politique de leur pays d'origine, le replie identitaire des islamistes et leur frilosité idéologique veule donner une inflexion à la tunisianité pour que celle-ci devienne idiosyncrasique, petite et mesquine, à l'image de leur référentiel idéologique.
Toute démocratie bâtie de la sorte sera tronquée!

Mansour EL Feki
 

Soutien financier à la Tunisie : le compte est bon
 


La révolution de la dignité en Tunisie comme en Egypte a été menée par des peuples réclamant plus de liberté, d'égalité, de solidarité et de justice sociale ; des valeurs partagées par les pays de la rive nord de la Méditerranée ainsi qu'outre-Atlantique. Dans cette phase critique qu'est la transition d'un régime dictatorial à un régime démocratique, il est donc impérieux que ces pays soutiennent la Tunisie, qui peut apparaître comme un exemple, un laboratoire pour la fondation d'une démocratie dans un pays dont une des cultures est arabo-musulmane.

Au-delà des yeux du monde qui sont tournés vers la Tunisie, les pays de la région observent attentivement l'évolution de cette transition, qui selon l'enlisement ou la réussite de l'expérience, pourra créer des incitations à renforcer un pouvoir autocratique ou à engager des réformes. L'investissement pour la transition, condition qui garantira le succès de l'établissement d'un régime démocratique en Tunisie - qui peut être considérée comme un bien public mondial, selon la formule utilisée par le Premier Ministre Mr Caïd Essebsi - sera porteur d'effets collatéraux positifs de toute part. C'est le sens de l'initiative Invest in Democracy et de la tribune publiée dans le quotidien français « Le Monde » le 18 mai et signée par des économistes de renommée mondiale, qui soulignent notamment l'important potentiel économique de la Tunisie et appellent à soutenir le pays. Par ailleurs, ces économistes, au premier rang desquels Stiglitz, Attali, Aghion, estiment le coût d'un plan de soutien à 20 à 30 milliards de dollars sur cinq ans, soit 2 à 3% du coût de la réunification allemande et inférieur au coût d'un à deux mois de la guerre en Irak, ce qu'avait par ailleurs déjà relevé Elyès Jouni lors d'un entretien sur le même quotidien, le 19 avril.
Le Premier Ministre tunisien accompagné du Ministre des Finances, a ainsi appelé les dirigeants du G8, réunis les 26 et 27 mai à Deauville, a adopter un plan d'appui à la révolution tunisienne d'un coût de financement de 25 milliards de dollars sur cinq ans, soit 5 milliards par an. Ainsi, à l'issu de ce sommet, les chefs d'Etats du G8, ont décidé de mobiliser 40 milliards de dollars pour l'Egypte et la Tunisie sur les trois prochaines années. Ce financement se décompose en trois volets : 20 milliards de dollars de financements multilatéraux (dont 5 milliards par la Banque Européenne d'Investissement, plus de 6 milliards par la Banque Mondiale), 10 milliards de dollars d'engagements bilatéraux (dont 1 milliard par la France) et 10 milliards promis par les pays du Conseil de Coopération du Golfe. La contribution du FMI, qui n'est pas incluse dans le financement qui vient d'être relevé, devrait s'élever à 35 milliards de dollars pour l'Egypte et la Tunisie. En définitive, ce sont 75 milliards de dollars qui devraient être mobilisés pour financer des plans de soutien transitoires aux deux pays qui tentent de parachever leur révolution de la dignité. Dans la mesure où les montants alloués à chacun de ces deux pays sera décidé en fonction des projets et programmes présentés, il paraît peu évident de faire une évaluation par rapport aux besoins exprimés par la Tunisie. En revanche, depuis le 14 janvier, divers montants de différents bailleurs ont été communiqués. Que représentent-ils, à quoi serviront-ils ? Sont-ils nécessaires ?

Divers financements pour soutenir la Tunisie en 2011

La Banque Européenne d'Investissent (BEI) a été une des premières institutions multilatérales à procéder à un renforcement de l'aide en faveur de la Tunisie, lors d'une visite de son vice-président à Tunis, le 3 mars. Ainsi, après avoir engagé 480 millions d'euros en 2010, la BEI propose une enveloppe comprise entre 600 et 870 millions d'euros pour l'année 2011. Ces fonds seront mobilisés pour finaliser une série de projets déjà contractés et d'en développer de nouveaux, comme un programme visant à développer et moderniser les infrastructures routières à l'instar de l'axe Tunis-Sidi Bouzid-Gafsa, pour un montant de 163 millions d'euros. Le financement de projets de zones défavorisées est aussi au centre de ce soutien avec un engagement à hauteur de 310 millions d'euros.
La Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD) se sont engagées dans le cadre d'un appui budgétaire d'urgence à hauteur de 1 milliards de dollars pour 2011, pour absorber le chômage des jeunes et soutenir la société civile. Ce sera un crédit à long-terme, à un taux d'intérêt flottant autour de 3%, selon les options du gouvernement tunisien et dont le remboursement sera échelonné en fonction de l'évolution de l'activité économique. Le contrat de 500 millions de dollars de la BM sera d'ailleurs signé avant la fin du mois de juin, selon le président du Groupe de la Banque, Robert B. Zoellick, qui a précisé qu'une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pourrait être constituée par d'autres contributeurs. Selon l'avancée de la voie de la modernisation de l'économie de la Tunisie, la BM a affirmé qu'elle serait prête à octroyer un financement d'un montant de 1,5 milliard de dollar pour 2011-2012 et qui aurait pour objectif de renforcer le soutien au budget tunisien et d'appuyer des projets d'investissements, notamment dans les régions du centre-ouest.

L'Agence Française de Développement (AFD) a annoncé un financement de 350 millions d'euros autour de deux axes d'interventions : favoriser l'activité économique et développer le volet emploi-formation. Deux conventions ont été signées à Deauville par le Ministre des Finance tunisien M. Jaloul Ayed et le Directeur général de l'AFD, M. Dov Zerah, pour le financement destiné à l'appui à la relance de l'économie tunisienne de 185 millions d'euros et 15 millions d'euros pour la construction de l'Ecole nationale d'ingénieurs de Bizerte. Cette première tranche de 200 millions d'euros est un prêt à décaissement rapide qui va permettre d'appuyer les priorités définies par le gouvernement tunisien.
Enfin, d'autres bailleurs pourront apporter leur soutien financier à la Tunisie, à l'instar de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) qui devrait prochainement pouvoir intervenir en Afrique du Nord, après avoir révisé ses statuts. Aussi, la BERD aurait l'intention d'investir 2,5 milliards d'euros par an dans les pays du sud de la Méditerranée, au premier rang desquels, la Tunisie.
Au total et parmi les montants identifiables, plus de 3 milliards d'euros, soit environ près de 4,5 milliards de dollars, seraient injectées cette année en Tunisie. On est proche des 5 milliards de dollars demandés par le Premier Ministre pour 2011. Cependant, il faut que les engagements promis soient effectivement signés et que ce soutien envers la Tunisie ne s'érode pas.

Des sources de financements nécessaires et bienvenus

L'ensemble des financements qui ont été annoncés ne sont pas des dons pour la Tunisie, mais bien des prêts. Ce soutien financier de la part de la communauté internationale a donc un coût, ce que fustigent certains groupes qui considèrent caricaturalement que la Tunisie sera dilapidée et vendue aux bailleurs de fonds. Rappelons que depuis la Révolution, la confiance des marchés privés envers les perspectives économiques de la Tunisie s'est altérée, ce qui s'est traduit par la dégradation de la note souveraine du pays par les agences de notations internationales (Moody's, Fitch Rating, Standard and Poor's). La conséquence de ce manque de confiance est qu'il en coutera plus cher à la Tunisie de lever des fonds sur les marchés internationaux. Or, le pays doit gérer le contexte critique de la transition pour édifier un régime démocratique et pour répondre aux aspirations de la Révolution. Cela à un coût et les marges de manœuvre sont limitées, compte tenu de sa situation budgétaire fragilisée à cause de la morosité de l'activité économique[1], d'une part et parce qu'elle doit honorer le remboursement de sa dette d'autre part. Le recours aux banques de développement et autres bailleurs de fonds, est donc celui qui est le moins coûteux pour la Tunisie pour deux raisons principales : il permet l'accès à divers financements à un coût du crédit bien moins onéreux que sur les marchés financiers. Ajoutons aussi que le financement qui sera accordé à la Tunisie est exceptionnel. En effet, le manque de visibilité et l'incertitude vis-à-vis de l'évolution économique et politique d'un pays, est un argument souvent avancé par les institutions financières internationales pour justifier leur parcimonie face aux situations de crises. Enfin, il est parfois avancé que l'aide bilatérale (de pays à pays) ne sert que les intérêts des pays donateurs. L'aide liée c'est-à-dire une aide octroyée si le bénéficiaire fait appel pour son utilisations aux biens et services du donateur, est une pratique peu commune depuis plus d'une décennie[2]. Cependant, il convient d'ajouter que l'aide publique au développement est une des composantes de la politique extérieure d'un Etat et qu'on ne peut attendre qu'elle soit complètement désintéressée. Ce qui importe ce sont bien les bénéfices certains que la Tunisie va pouvoir retiré de ce soutien pour répondre à des problématiques de court terme et de moyen terme, et qu'ils soient supérieurs au coût de l'emprunt.

Si des événements exogènes ne viennent pas créer une grande instabilité en Tunisie, alors il est raisonnable de penser que cette confiance, si nécessaire, des instituions financières internationales et des Etats, va se renforcer et va alors appeler des investissements privés. Il en va aussi de l'intérêt des nations du monde libre. Outre le soutien à des valeurs communes que sont la liberté, l'égalité dans un pays démocratique, le potentiel de codéveloppement entre la Tunisie et l'Europe notamment, est très important. La Tunisie, comme ses partenaires, devront donc mutuellement s'entre-aider en démontrant à l'ensemble du monde, que le choix de la démocratie est un choix gagnant.

Slim Dali pour El Mouwaten
http://www.elmouwaten.com/modules.php?name=News&file=article&sid=128
 

[1]Depuis la Révolution, les prévisions de croissance de l'économie tunisienne pour l'année 2011, sont passés de 2% à 1,3% puis moins de 1% actuellement. Le taux de chômage pourrait passer de 13% à 20% de la population active portant le nombre de chômeurs à 700 000 dont 170 000 diplômés de l'enseignement supérieurs, selon le ministère tunisien des affaires sociales.
[2]L'aide liée est une pratique interdite à l'AFD. Aussi, selon l'OCDE, 88% de l'aide publique au développement mondiale en 2007 était déliée

 

« Je ne veux pas que le Maroc devienne la Tunisie ou la Lybie »


Vendredi 3 juin 2011 | Posté par Imane Youssfi | Partager

A l'occasion des 50 ans d'Amnesty International, une journée débats, rencontres et concerts était organisée près du bassin de la Villette, à Paris. Chakib El Khayari, journaliste marocain emprisonné pour avoir dénoncé la corruption dans son pays, en était l'invité spécial. RECIT ET INTERVIEW.

Samedi après-midi, le beau temps est au rendez-vous. Le soleil tape fort sur la place de la Rotonde, près de Stalingrad (XIX° arrondissement). Le public est encore timide en ce début d’après-midi. La manifestation contre le racisme dans la rue voisine fait concurrence aux 50 ans d’Amnesty International. L’ONG a disposé ses stands un peu partout sur la place ainsi qu’une scène. Le public se promène sur la place et près de la fontaine pendant qu’une table ronde sur la défense des droits de l’homme a lieu, elle ne réunit pas des foules. Elle est suivie d’un entracte, deux Dj montent sur scène et mixent des sons rap et hip-hop. Le public commence à affluer.

Chakib El Khayari est la star de la journée, il est très demandé. Ce journaliste marocain, président de l’association Rif des droits de l’Homme (ARDH) a été condamné en juin 2009 pour « insultes aux institutions publiques et infraction à la législation ». Il lui a été reproché d’avoir nui à la réputation de son pays en dénonçant un trafic de drogue et la complicité de certains responsables publics. Tout a commencé lorsqu’il a accepté de participer à un reportage pour M6, dans l’émission Enquête exclusive. Chakib a été libéré le 14 avril dernier suite à une grâce accordée par le roi du Maroc, Mohamed VI.

A 16 heures, il participe à la table ronde « Monde arabe, de la désespérance à l’espoir » animé par Mohamed Kaci (TV5 Monde) et d’autres invités : Abdulhamid Alatassi (membre de la fondation de Damas en Syrie), Fahem Boukaddous (journaliste et cofondateur du Comité tunisien de protection des journalistes en Tunisie), Hassiba Hadj Sahraoui (Directrice adjointe d’Amnesty International Moyen-Orient et Afrique du Nord). Le débat tourne autour de des révoltes dans le monde arabe. « Le changement démocratique a envahi le monde arabe, il ne pouvait pas échapper à la Syrie », s’exclame Abdulhamid Alatassi. Il se dit « contre toute intervention militaire en Lybie » et accuse les dirigeants arabes et notamment Bachar Al Assad de « crime contre l’humanité » qu’il propose de « trainer devant les tribunaux ».

Chakib El Khayari reste encore intimidé lors de ses interventions et prend du recul sur les événements qui secouent le monde arabe. « Je ne suis pas d’accord avec l’appellation “printemps arabe”, je préfère parler de révolte des peuples. Les peuples d’Afrique du Nord sont d’origine berbère, pas arabe. » Optimiste sur la situation au Maroc, il estime que le gouvernement marocain « envoie des signaux qui ne plaisent pas à la population », comme l’arrestation de journalistes. « Cela signifie qu’il n’y a pas de changement au niveau de l’Etat. Je ne veux pas que ce qu’il s’est passé en Tunisie et en Lybie se produise au Maroc ».

Etonné Mohamed Kaci lui demande pourquoi. Le journaliste marocain avoue sa peur de la répression et la « peur que la situation s’aggrave ». Il souhaite notamment que la langue berbère soit reconnue comme langue officielle au Maroc « si ce n’est pas le cas, les berbères ne voteront pas la nouvelle constitution. Tout le monde parle d’une monarchie parlementaire mais dans le cadre d’un Etat de loi », beaucoup de choses restent à changer au Maroc selon lui.

Fahem Boukaddous évoque quant à lui le « besoin du respect de la volonté des peuples tunisiens ». Selon lui le « grand problème » en Tunisie concerne les élections démocratiques, « le président transitoire a fixé la date du 24 juillet alors que l’Assemblée élue a fixé la date du 16 octobre ». « Notre révolution c’est aussi la votre », dit-il en conclusion.

Hassiba Hadj Sahraoui a été très présente dans les pays d’Afrique du Nord qui ont participé aux révoltes. Son travail l’amène à couvrir la situation des cinq pays d’Afrique du Nord et aussi en Iran. « Mon rôle est de documenter sur la violation des droits de l’homme, pas de faire la révolution avec ces peuples. Ces pays ne veulent pas du tout d’une intervention des pays occidentaux, ils le disent eux-mêmes : “notre révolution on l’a faite tout seul”. Par exemple, les Tunisiens attendent des gestes beaucoup plus clairs, ce ne sont pas des milliards du G8 qu’ils attendent mais la reconnaissance de la politique étrangère. Et pour le moment on ne l’a pas. » Même si elle admet que « certains acceptent beaucoup mieux certaines critiques d’Européens plutôt que celles d’un ressortissant ».

La conférence touche à sa fin, tout le monde se réunit face à la scène pour porter un toast à la liberté. Chakib El Khayari monte sur scène en présence de Geneviève Garrigos, la présidente d’Amnesty International France. « Je remercie Amnesty qui m’a soutenu depuis le premier jour de ma captivité. J’ai reçu 3500 lettres de leur part », dit-il ému au micro. Son frère Amin, avait rêvé de sa libération en décembre dernier, il a dû attendre moins d’un an pour que son rêve puisse s’exhausser.
Imane Youssfi

Interview de Chakib El Khayari

Comment vous sentez-vous depuis votre sortie de prison ?

Je suis heureux, pas parce que je suis sorti, mais parce que je peux enfin voir ma famille, mes amis et les gens qui m’ont soutenu. Il ne me restait que neuf mois avant ma libération, ce n’est pas grand-chose.

Comment se sont passées vos années de captivité ?

Personnellement je n’ai pas beaucoup souffert comme beaucoup de prisonnier. Ils savaient que j’étais un cas spécial, que j’étais innocent et que c’était un dossier géré par l’Etat. On me respectait dans l’établissement. J’ai eu un soutien international. Dès le premier jour de ma captivité Amnesty a diffusé un communiqué pour demander ma libération. Les 5-6 premiers mois ont été difficiles, j’étais privé de réchaud, je ne mangeais que des conserves, des choses qui ne nécessitaient pas d’être cuisinées. Mais les visites se passaient bien.

Pourtant, en deux ans, vous avez été transféré dans quatre prisons différentes (Casablanca, Oukacha, Taza et Meknès) .
 
Pourquoi ?

Dans le cas des transferts on ne nous dit pas pourquoi. C’est un droit de l’Etat.

Comment votre famille l’a vécu ?

C’était difficile pour ma famille, surtout de faire plus de 1000 km (aller-retour) par semaine pendant 10 mois pour venir me rendre visite.

Avez-vous eu des nouvelles de M6 avec qui vous avez collaboré pour un reportage dans l’émission Enquête exclusive sur les trafics de drogue à Beni Chiker (au Maroc)?

(Rires) C’est là que tout a commencé. Non, je n’ai jamais eu de nouvelles, ni mon frère Amin, mais cela ne m’intéresse vraiment pas.

Vous en voulez à Mohamed VI ?

Non, je ne lui en veux pas.

Comment expliquez-vous que les marocains soient très attachés à leur roi ?

Les marocains ne souhaitent pas le départ de Mohamed VI. Ils savent qu’il y a beaucoup de lobbies autour de lui, qu’il ne gouverne pas tout seul et qu’il ne peut pas gérer tout ça.

 
Qu’avez-vous fait depuis votre libération ?

Depuis un mois et demi j’ai beaucoup voyagé . Je suis journaliste de profession et je n’ai pas encore repris.

Est-ce qu’aujourd’hui vous maintenez les propos que vous avez tenus avant votre arrestation ?

Oui, aujourd’hui plus qu’avant ! Je continue le combat.

Syria: Amnesty must be completed and accompanied by immediate End to Killings



Copenhagen – 3 June 2011. While the Euro-Mediterranean Human Rights Network (EMHRN) welcomes the Legislative Decree No. 61 of May 30 granting “general amnesty for crimes committed before 31 May 2011”, it reiterates its deepest concern as for the fate of hundreds of prisoners of conscience who remain in detention as well as for persistent threats on human rights activists and peaceful protestors in the country.

“The Syrian authorities must immediately release all prisoners of conscience including all persons arbitrarily detained due to their participation in peaceful demonstrations”, EMHRN executive director Marc Schade Poulsen said today “It must also halt the use of lethal force and torture against demonstrators and the Syrian citizens”.

The EMHRN warmly welcomes the liberation of human rights lawyer Mohannad Al Hassani, president of the Human Rights Organization in Syria “Sawassyah” and lawyer Ismail Abdi (board member of EMHRN member organization CDF), as well as several prominent pro-Democracy activists including Mahmoud Issa, a leader of the Communist Labor party and Mechaal Tammo, member of the political bureau of the Kurdish Future party. On 23 May, the Syrian authorities has released human rights lawyer Anouar Al Bunni after he finished his term.

The Amnesty only pardons half penalties for felonies, which will leave a number of political detainees in prison. This situation includes the cases of well known rights activists, including physician Kamal Al Labwani, the journalist Ali Abdallah, as well as the young female blogger Tal Al Malouhi. The EMHRN also stresses that the decree did not cover cases of persons arrested in relation to the movement of protest such as pro-democracy activists Najati Tayara or human rights lawyer Abdallah Khalil.

The EMHRN recalls that most human rights activists in the country are compelled to hide because of threats from state security apparatus, which systematically raid their houses, sometimes arresting members of their family to force activists to surrender. Wael Hamada, the husband of human rights lawyer Razan Zaitouneh, and his brother Abdulrahman are held incommunicado since their arrest respectively on 12 May and 30 April. The EMHRN fears they may be tortured.
The Amnesty also applies to members of Muslim Brotherhood sentenced on the basis of law 1980/49. However the EMHRN reminds that this law, which punishes with death penalty members of the Muslim Brotherhood, remains in force. It also regrets that the Amnesty decree excludes members of the Brotherhood in exile.
The EMHRN considers that while the amnesty is a positive measure as such, it comes late as a reaction to the growing movement of peaceful protest in the country and is insufficient.

The EMHRN urges the Syrian authorities to ensure that:
- the shooting of peaceful protestors stops immediately;
- army units are withdrawn from the cities immediately;
- the amnesty includes all political detainees without exception;
- the amnesty is accompanied by the end of arbitrary detentions, ill treatments and acts of torture

The EMHRN urges the Syrian authorities to conduct genuine reforms that allow for the respect of freedom of expression, freedom of association and freedom of assembly, and recalls that those who are responsible ofthe grave, widespread, and systemic human rights violations in Syria should be brought before independent and impartial jurisdictions.

For more information, please contact
Henriette Irminger Sonne, +45 30828337 ; Shaima Abou Alkheir: +20 101077207