Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/1/6/a/tunisnews.net/httpd.www/libraries/cms/application/cms.php on line 470 02Out10f
طباعة
الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

02Out10f

Home - Accueil

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
10 ème année, N° 3723 du 02.08.2010
 archives : www.tunisnews.net 

Afef Bennaceur: Appel  Au Syndicat des médecins et à toutes les associations médicales
FAJ Alarmed over Increasing Legal and Security Threats to Journalists in Africa
Kamel Labidi: Circle of media repression widens over Tunisia’s history
Liberté: Bordj Bou-Arréridj - Deux terroristes, dont un Tunisien, arrêtés
Magharebia: La Banque Mondiale salue la Tunisie pour son climat d'investissement
Times of Malta: January drugs find in Tunisia leads to more arrests in Malta
Tekiano: L’orientation en star du web en Tunisie
Le Temps: Assurance maladie… Prise en charge de l’hypertension artérielle -  Pertes «sèches» pour la CNAM !
Magharebia: Tunisie : La loi sur le mariage et la propriété fait polémique
Richard Hétu: L'islamophobie a-t-elle un parti?
Appel 
Au Syndicat des médecins et à toutes les associations médicales

2 août 2010
 
Mon mari, le journaliste Fahem Boukaddous, est enfermé à la prison civile de Gafsa depuis le 15 juillet dernier en dépit de son état de santé dégradé qui a encore empiré du fait de sa nouvelle situation.
Nul n’ignore que mon mari est affecté depuis les années 90 d’asthme chronique et d’infections pulmonaires qui ont souvent entraîné son hospitalisation dans le secteur public tunisien ; de même nul n’ignore que les conditions générales en prison faites de pollution, de maladies et de pressions psychiques sans parler du tabagisme passif dans des cellules exigües et peu aérées favorisent les crises d’asthme à répétition qui sont une menace vitale. C’est ce qui est arrivé à Fahem il y a quelques jours où il a failli perdre la vie suite à une crise, selon les dires du médecin de la prison en personne.
Face à la gravité de la situation et à la prolongation du silence gouvernemental, j’appelle tous les médecins et toutes les associations médicales à faire triompher la vie et à unir leurs voix à celles de ceux qui exigent la libération de mon mari.
Liberté pour Fahem Boukaddous
Afef Bennaceur
(traduction ni revue ni corrigée par l’auteure de la version en arabe, LT)
 

FAJ Alarmed over Increasing Legal and Security Threats to Journalists in Africa

 
 

The Federation of African Journalists (FAJ), the African regional affiliate of the International Federation of Journalists (IFJ), is extremely disturbed and concerned by the growing tendency towards enactment and enforcement of more repressive, complicated legal sanctions against journalists.


In Senegal, Cameroon, Tunisia and Burundi, journalists and their leaders face constant harassment and threats to their safety as part of a brazen campaign to curb the right to freedom of expression in Africa.

"African journalists are increasingly facing governments- inspired violence that is intended to silence the independence and credible voice of journalism. Increasingly, these assaults and campaign of elimination are also targeting human rights defenders and democratic forces that fight for journalists' and peoples' right to impartial and receive free information," says FAJ President Omar Faruk Osman,.

On 10 July 10, the Senegalese First Cabinet of the Regional Court of Dakar summoned Abdou Latif Coulibaly, Chief Editor of the Weekly Gazette to answer charges of concealment of administrative and private documents. The judge ordered the indictment of the journalist but released him on bail pending conclusion of investigations. Senegalese journalists consider that the indictment which is based on concealment of documents, constitutes in its content a serious attack to the principle of the right that guarantees under Senegalese substantive law an absolute protection  for journalists' sources of information.

"This is the most shocking and reprehensive case to be conceived by the government's prosecutors in their blatant attempts to manipulate national laws against independent journalism. This case, initiated by a private company and supported by the authorities, sets a negative precedent against investigative journalism. This mischievous, politically motivated and deliberate act of harassment against Abdou Latif Coulibaly must stop," Omar Faruk said.

In Cameroun, Alex Gustave Azebaze, First Secretary of the National Syndicate of Cameroonian Journalists (SNJC) and also IFJ Executive Committee member, Thierry Ngongang, Editor-in-Chief of the privately-owned Spectrum TV; Annani Rabier Bindzi, journalist at Canal 2 International TV and Dr Aboya Endong Manasse, Editor of the bi-monthly newspaper Africa Top Secret have collectively been facing a long, complicated, devastating and tiresome trial since January 2010. Their ordeal stems from their participation in a 2008 TV debate on the police investigations of the "Albatross" saga, the failure to explain how a Boeing 727 purchased for the President's fleet was never received, six years after local journalists, led by Azebaze revealed the scandal while working for Le Messager.

"Our Cameroonian colleagues are held up and stranded in extremely dangerous and tiresome legal battle that meant to take away their time, energy and resources. Once they have been sufficiently worn down, they will be eliminated, freedom of the press will be further eroded and fear and self censorship will replace independent thinking in the hearts of media practitioners," said Omar.

"I reiterate our call for an end to these unjustifiable legal proceedings and once again demand the grave action of closing down their outlets be reversed and our colleagues are allowed to resume their normal and useful service to the journalistic profession," he declared.

"This is the longest legal action journalists' union leadership faces in Africa and we will not close our eyes to this facade of sham legal action."

Zied El-Heni, member of the leadership of the National Syndicate of Tunisian Journalists (SNJT) and the Steering Committee of FAJ has been followed unremittingly and painstakingly by security operatives of Tunisian Government for defending freedom of expression and campaigning for the release of detained colleague Boukadous Fahem who provided coverage of the uprising in the mining region of southern Tunisia. He was summoned by the Crime Squad on July 23, 2010 to answer charges of defamation, though he was released after four hours of detention after he insisted and defended the legality of his writings that have not violated the code of the press. On Tunisia's National Day, 25 July 2010, Zied published an open letter to the district attorney in which he expressed his indignation at the manner in which the Crime Squad had been given leave to investigate a matter of opinion. The next day, the Crime Squad called him to their offices.

"These repeated and unrelenting attacks against union leader Zied Elheni and the right to free expression is one example of the gross human rights violation that ordinary Tunisians endure daily. Security operatives in Tunisia are a major threat to journalists and have been responsible for several attacks against journalists. The Tunisian government has a duty to protect its citizens from brutal elements in the security forces and must ensure that this assault of journalists stops with immediate effect.  The continuing attacks on Zied El-Heni, an elected African journalist's leader will only increase global attention to the deplorable situation in Tunisia. Our message is clear: stop going after our colleagues and allow them to express themselves freely and fearlessly," the FAJ President stated.

Journalist Jean Claude Kavumbagu, Editor of Net Press news agency in Bujumbura, Burundi, was arrested from his office by Colonel David Nikiza, Police Chief in the western part of Burundi. He was arrested after he had published an article on 12 July in which he talked about Somali extremists group Al-Shabaab's threats to attack Burundi and was critical of Burundian security forces. He was charged with treason and faces life in prison if convicted. When he was arrested, the police did not follow the proper legal procedures of Burundi and he is being held in contravention of Burundi's criminal procedure code which states pre-trail detention of the journalists for limited situations. Interestingly the law under which Jean Cloude is charged only applies during war time.

"This has no other explanation except a deliberate misuse of state institutions to harass journalists. All laws were bypassed in circumstances that can only be interpreted as vindictive action by officers abusing their positions to settle personal scores.  Jean Claude never committed such a serious act of betrayal of his nation and there is no point in charging him with treason. We feel that he will not have a fair trial and we want him freed immediately," Omar Faruk Osman said.

The Federation of African Journalists is committed to devising new strategies to tackle the increasing abuse of legal processes and wanton attacks by security operatives against journalists.

FAJ stands in full support and solidarity with its affiliates: Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC), Burundi Journalists' Union (BJU), Syndicat des Professionnels de l'Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS) and Syndicat National des Journalistes tunisiens (SNJT).

(Source: africa.ifj.org  29 July 2010)

Lien: http://africa.ifj.org/en/articles/african-journalists-alarmed-over-increasing-legal-and-security-attacks-on-journalists

 


Circle of media repression widens over Tunisia’s history


 
By Kamel Labidi/CPJ Middle East Representative
 
The escalating attacks on critical journalists in Tunisia are unprecedented since the establishment of the first Arab-language newspaper in the North African country, 150 years ago this July.

Unlike scores of newspapers launched later by political activists to rally against the second-class-citizen status imposed on Tunisians in the wake of the French occupation in 1881, the weekly Arra'id Attunisi solely mirrored the views of the local authorities and echoed news mainly carried by Egyptian and Turkish papers. After the country’s independence in 1956, it became the official gazette.

The price for critical journalism during the 75-year French Protectorate was sometimes costly. In 1911 Arab-language newspapers were banned for nearly 10 years. And in 1912, Ali Bach Hamba, editor of Le Tunisien, the first Tunisian French-language newspaper, and some of his colleagues were forced into exile. Other writers were jailed. All were all accused of being behind social unrest that led to repression and bloodshed in Tunis.

But there were times of tolerance for freedom of expression during the French occupation unseen after the country’s independence in 1956, and particularly since Gen. Zine El Abidine Ben Ali toppled President Habib Bourguiba in a bloodless coup 23 years ago. Despite the colonial climate of segregation and humiliation, “journalists enjoyed then more freedom and censorship was less stifling than today,” Mohamed Talbi, 89, former dean of the Tunis Faculty of Arts and currently president of the banned Observatory for the Freedom of Press, Publishing and Creation (OLPEC) told CPJ.

Bourguiba and his companions, who led the resistance to French occupation, established groups and critical newspapers, such as L’Action Tunisienne. Rarely, however, were they targeted by the kind of vengeful persecution like that of ailing journalist Fahem Boukaddous. His wife and lawyers told CPJ that his acute health problems could lead to his death in prison. Scores of political prisoners have died of lack of medical care in the country’s notorious prisons over the past two decades.

The imprisonment in October of Zouhair Makhlouf and Taoufik Ben Brik was just as rancorous. Since his release in April, Ben Brik has been constantly harassed and receiving anonymous threats on the phone and his home and visitors under tight police surveillance.

The circle of repression of critical journalism has not stopped widening since Ben Ali’s top advisers ordered the closure of the independent weekly Ar-Rai a few weeks after his coup. The last and banned issue carried a column by CPJ International Press Freedom Award winner Naziha Réjiba casting doubt on the ability of the new ruler to lead Tunisia toward democracy.

Scores of Tunisian journalists have been forced into exile. And more foreign correspondents have been expelled or denied entry to Tunisia under Ben Ali than under most of his Arab counterparts, according to CPJ research. One of the latest to be denied entry to cover the mock elections in October was Florence Beaugé of the French daily Le Monde. Yet the price paid by local journalists is much higher and never stopped rising.

On July 27, Zied El Heni of the democratically elected board of the National Syndicate of Tunisian Journalists evicted in 2009 (and a leading figure in the African Federation of Journalists) spent several hours at a police station in Tunis for his blogging. He wrote an article titled “Jailing Fahem Boukaddous, a sad day in the history of Tunisian press" on his blog, which is blocked locally. 

No wonder Tunisia has topped the lists of enemies of the press and the Internet worldwide and prompted more alerts and reports and letters to its president than any other Arab ruler from international groups committed to freedom of expression, including a coalition of 20 IFEX members.

Attacks on freedom of expression intensified before Ben Ali’s reelection in October 2009 for a fifth term and in the wake of the publication in France of a critical book, La Régente de Carthage, on the rising political and economic influence of his wife, Leila Trabelsi, and his ubiquitous relatives and in-laws. At least four journalists received death threats, and oblique tactics to harass and to drag reporters into courts and to block websites and prevent the distribution of beleaguered opposition news papers—particularly Al-Mawkif—have been on the rise over the past months.

Like Rejiba, many believe that the decision to intensify the war on freedom of expression is intended to shield Ben Ali’s family from criticism at a time when their influence over the country’s economic and political institutions, including the media and the judiciary, is increasing rapidly. The sudden adoption in mid-June by the Tunisian Chamber of Deputies of a bill that reinforces the arsenal of legislation used to stifle of freedom of expression is widely seen as a new weapon to further protect the ruling family from scrutiny.

So far concern expressed by Tunisia’s European and U.S. allies have prompted only the customary and groundless claim by the government that all documented facts about press freedom violations, whether gathered by human rights researchers or Western diplomats, were based on “false information.” In July, the Tunisian ministry of foreign affairs said the U.S. State Department spokesman, who had deplored “a decline in political freedoms in Tunisia,” should have spoken instead about “the increasing strength of these freedoms both in theory and in practice.”

(Source: cpj.org/blog/ le 2 aout 2010)

lien:http://cpj.org/blog/2010/08/circle-of-media-repression-widens-over-tunisias-hi.php


Bordj Bou-Arréridj
Deux terroristes, dont un Tunisien, arrêtés


Par : C. B.

Deux personnes, dont l’une est de nationalité tunisienne, ont été arrêtées, le week-end dernier, à Bordj-Ghedir, à 30 km au sud-est du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. “L’implication” de ces deux personnes dans des “projets” terroristes est avérée, et l’enquête est toujours en cours, a-t-on appris de sources sécuritaire et locale. Rappelons que c’est grâce à la vigilance des citoyens et des services de sécurité que les deux hommes ont été démasqués alors qu’ils étaient dans ce village limitrophe à M’sila et Sétif.

(Source: "Liberté" (Quotidien - Algerie) le 2 aout 2010)

La Banque Mondiale salue la Tunisie pour son climat d'investissement


2010-08-01
Selon un rapport établi par la Banque Mondiale, la Tunisie figure parmi les pays du Moyen-Orient et du Maghreb appliquant le moins de restrictions sur les investissements étrangers. TAP rapporte, vendredi 30 juillet, que le rapport "Investing Across Borders 2010", qui a été rendu public le mois dernier à Vienne, affirme que la Tunisie encourage les investissements étrangers en simplifiant les procédures et les opportunités d'afflux financiers dans de nombreuses sphères commerciales. Le pays s'ouvre de plus en plus aux tractations menées avec les pays du Maghreb, de l'Europe et au-delà.
 
(Source: magharebia.com le 1er aout 2010)

January drugs find in Tunisia leads to more arrests in Malta

 

Another two men have been arrested by the police in connection with investigations which started in January when 50kg of cannabis were found in the possession of a Maltese man in Tunisia.
The first arrest, of a 19-year-old man, was made in a house in Marsaxlokk on Friday, the police said. A 38-year-old man from Fgura was also arrested in connection with the case.
A 40-year-old Egyptian man resident in Malta was arrested and arraigned in January, shortly after the arrest of the Maltese man in Tunisia.
The police said they also arrested another three men over the weekend in connection with drug investigations.
A 41-year-old man was arrested at his house in Hamrun on Sunday after reports of heroin trafficking.
Another man, aged 36, was arrested in Bugibba after being found in possession of ecstasy and cocaine that were ready for trafficking.
A 30-year-old man from Cospicua was arrested in Birkirkara on Sunday-Monday night after he was found in possession of ecstasy and LSD.

(Source: Times of Malta" Monday, 2nd August 2010 - 19:53CET)
 

L’orientation en star du web en Tunisie

 

L’orientation universitaire est au cœur des préoccupations des Tunisiens en général, et de nos jeunes internautes en particulier. Et la portée de l’intérêt d’une catégorie de la population est désormais quantifiable via les outils made by Google.

En Tunisie, les recherches sur les termes www.orientation.tn a observé un bond de 1050% faisant de lui le terme le plus recherché sur Google depuis la Tunisie sur les 30 derniers jours. En retrouve également le mot orientation mais sous différentes formes d’écriture (“www.orientation.tn 2010” +900%, “orientation.tn” +550%, “orientation” +250%) de la 2ième à la 4ième place. C’est dire que l’orientation universitaire est au cœur des préoccupations des Tunisiens en général, et de nos jeunes internautes en particulier. Et la portée de l’intérêt d’une catégorie de la population est désormais quantifiable.

Google Insight for search est un service de la firme de Mountain View qui se base sur les mots clés saisis par les internautes sur son moteur de recherche. On peut y découvrir les tendances des recherches par pays sur une période bien déterminée.

Pour les IP tunisiennes, Google insight for search nous apprend donc plus les centres d’intérêt et les comportements des Tunisiens sur le Net. Sur les 30 derniers jours, les recherches des internautes tunisiens sur Google tournaient autour de l’orientation universitaire.

Donc finalement, la recherche sur l’orientation universitaire depuis les IP tunisiennes était de l’ordre de +2750% en seulement 30 jours. Toujours dans le même esprit, on notera également l’augmentation du nombre des recherches sur le terme  www.inscription.tn qui se positionne à la 7ième place du classement avec +60% de fréquence de recherches.

Les internautes tunisiens se sont également intéressés au foot. On retrouve ainsi les termes “Esperance de tunis” à la dixième et dernière place, mais ces mots clés ont observé un bond de +50 en 30 jours sur le nombre des recherches sur Google.

Sur les 7 derniers jours par contre, ces centres d’intérêt ont changé selon l’actu du moment. On retrouve ainsi à la première place le terme “om” pour Olympique de Marseille concernant le match qui s’est joué avec le PSG à Tunis, en deuxième la chaine de télé nationale “Tunis 7” et en troisième et quatrième position “la Météo”. Ceci pourrait s’expliquer par les baisses de température et les rafales de vents qui se sont abattus brusquement sur la Tunisie durant le weekend après une semaine caniculaire.

Le terme orientation quant à lui persiste dans le classement mais il se dégringole à la 9ième et 10ième place. On notera toutefois l’apparition de l’URL du ministère de l’enseignement supérieur (www.mes.tn) dans ce classement à la +70% de taux de recherches durant les 7 derniers jours.

(Source: Tekiano.com le 2 aout 2010)
Source: http://www.tekiano.com/net/web-2-0/2-7-2494/l-orientation-en-star-du-web-en-tunisie.html

 


 

                                                                                  Assurance maladie… Prise en charge de l’hypertension artérielle
                                                                                                              Pertes «sèches» pour la CNAM !


 

    Il est des  maladies (pas encore toutes hélas) dites chroniques ou au long cours dont les traitements sont non seulement pris en charge intégralement par la CNAM  mais qui ne sont pas soumises à un plafond dans le remboursement. Ces  pathologies sont classées parmi  les Affections Prises en Charge Intégralement (APCI) par la CNAM, et ce conformément à la liste des APCI fixée par arrêté conjoint des ministres chargés de la santé publique et de la sécurité sociale.

L’hypertension artérielle entrant dans ce cadre sous le code (05) selon la liste des maladies prises en charge intégralement par la CNAM et remise aux professionnels de la santé (médecins, pharmaciens, laborantins, etc.)
Seulement voilà : les décideurs de la CNAM pour des raisons qui leur sont propres prirent une décision concernant un médicament qui est le moins que l’on puisse dire inexpliquée voire étrange :
Le Ramipril/hydrochlorothiazide (Tritazide) est commercialisé sous trois formes  (à 28 %) : 5mg /25 mg à 34,166 dinars ; 10mg /25mg à 42,080 dinars et 10 mg/ 12,5 mg à 42,080 dinars également.
On aurait refusé la prise en charge par la caisse de cette même molécule médicamenteuse commercialisée sous ses trois formes qu’on aurait à la limite accepté la mort dans l’âme !
Mais le hic dans l’affaire, c’est que les responsables donnèrent des instructions à ne prendre en charge intégralement que la forme 5mg/25 mg et de contraindre les patients à assumer par leur moyens les deux autres formes à 10/25 et 10/12,5.
Qu’à cela ne tienne,  la parade fut rapidement trouvée par les médecins confrontés à ce refus irrationnel et incongru, prescrire la forme 5/25 à raison de deux comprimés par jour au lieu d’un seul comprimé de 10/25 par jour et le tour est joué. Le malade au lieu de se procurer une seule boîte à 10 s’en procure deux à 5 !
Le plus grand perdant dans l’affaire n’est autre que la CNAM contrainte de débourser au lieu des 42,080 dinars le prix de la boîte de 10, la somme de 34,166 x 2 = 68, 332 dinars le prix de deux boîtes de 5 avec une perte sèche mensuelle par opération et par malade de l’ordre de 26,252 dinars !
Il serait grand temps de revoir la donne et surtout l’approche en autorisant et en prenant de nouveau en charge la commercialisation des deux formes à 10mg  car le plus grand perdant dans l’affaire n’est autre que la CNAM avec des sommes faramineuses à débourser et qui serviraient à résoudre moult autres problèmes encore en instance dans ses arcanes…
Mohamed Sahbi RAMMAH
 
(Source: "Le Temps" (Quotidien - Tunisie) le 1er aout 2010)
Que Dieu nous assiste !

 

Par Fathi El Mouldi
Ce n’est pour le moment qu’une rumeur- météo et elle annonce un Ramadan bien chaud.
En effet on dit que la chaleur atteindra les sommets, et avec le jeûne, ça va être la fête du sommeil.
Heureusement qu’il y a la plage, mais avec la soif, plonger ne doit pas être sage…
 
(Source: "Le Temps" (Quotidien - Tunisie) le 1er aout 2010)
Tunisie : La loi sur le mariage et la propriété fait polémique

02/08/2010
Les couples mariés, en Tunisie, expriment des opinions tranchées sur une loi régulant le partage des biens dans le mariage, plus d'une décennie après son adoption.
Par Mona Yahia pour Magharebia à Tunis — 02/08/10
Il est en ce moment bien difficile de trouver un quartier en Tunisie où il n'y a pas un mariage, car de nombreux tunisiens choisissent l'été pour finaliser leurs unions. Toutefois, si les jeunes mariés découvrent le caractère fugace des festivités du mariage, ils découvrent également que les engagements les liant peuvent durer beaucoup plus longtemps.
Autrefois, le mariage n'était qu'un seul contrat d'engagement entre les époux. Mais une loi votée en 1998 et régulant le partage des biens entre les conjoints est venue compliquer les choses. Depuis, les jeunes mariés ont eu la possibilité de choisir un régime de communauté de biens ou de séparation universelle.
La loi stipule que le système du partage des biens est une option que les jeunes époux peuvent choisir au moment de la signature du contrat de mariage ou à une date ultérieure. Elle cherche à identifier une part donnée du bien ou des biens individuels en tant que propriété partagée entre les deux époux. Le couple peut choisir la date, les possibilités et la manière dont le système sera adopté.
Mourad Taiebi, avocat, dit à Magharebia : "Le partage des biens ne s'applique qu'aux propriétés acquises après le mariage. Les biens possédés avant ne font pas partie de ce système".
Hajer Nefzi, étudiant de 26 ans, affirme : "C'est une loi qui fait état des droits et des devoirs des deux parties afin d'éviter les problèmes après le mariage".
Mais de nombreux tunisiens contactés par Magharebia déclarent que la loi n'a servi qu'à en créer de nouveaux.
"Au commencement, le notaire demandait aux époux durant le mariage - et avant que les invités n'arrivent - quel était le système qu'ils avaient choisi", dit Mohammed Kaptani, notaire, à Magharebia. "Et cela causait souvent beaucoup d'embarras chez les deux parties".
"Il a donc été décidé que les deux époux devraient faire ce choix avant le mariage, afin d'éviter toute gêne", ajoute-t-il.
Aujourd'hui, avant la cérémonie, le fiancé et sa promise doivent remplir un document relatif à la loi. Ce document est intégré dans le dossier du couple.
Une recherche effectuée par le Centre de Recherches, d'Etudes, de Documentation et d'Information, qui opère sous l'autorité du Ministère des Affaires de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Personnes âgées, révèle que l'argent est à l'origine de multiples conflits entre les époux.
L'étude réalisée par le Centre, sous le titre "Les Fonds et la Gestion du Revenu Familial par les Epoux", a évalué la popularité du système de partage des biens. Environ 89.3% des tunisiens mariés ont déclaré aux chercheurs qu'ils avaient rejeté ce système.
Les résultats préliminaires de cette enquête, qui ont été présentés en 2008, ont révélé que le problème central ne semble pas être le montant d'argent possédé, mais la manière de le dépenser.
Douze années après que la loi ait été appliquée, les tunisiens expriment encore à son sujet des opinions bien marquées.
"On ne devrait pas limiter le mariage à ses aspects matériels et financiers", regrette Sami Zgal, 39 ans, ingénieur des médias. " Si un mari et une femme ont la même vision des choses, et s'il existe des sentiments d'amour mutuels entre eux, les aspects matériels diminueront naturellement".
Employée dans une entreprise de communication, Yossra, qui ne donne que son prénom, déclare : "Je regrette d'avoir choisi le système du partage des biens. Il se trouve que mon mari n'a rien hormis son salaire. Alors, il faut que je travaille dur, et lui récolte les fruits de mon labeur".
"Mon mari est riche et il m'a imposé le système de la séparation de biens, parce qu'il s'inquiétait de ce que je demande à partager ses richesses ou que j'exige mes droits", raconte Salma, professeure à l'Université, qui a demandé à garder l'anonymat afin de protéger sa confidentialité.
Jalel Ben Hmida, ouvrier, explique qu'il a opté pour la séparation de biens parce qu'il a "perçu que l'objectif n'était pas de construire un mariage", mais de partager tout ce qu'il avait.
Les anciennes générations des pères ou des mères considèrent généralement la loi comme une source de problèmes et de querelles familiales.
"Je ne vois aucune utilité à cette loi. Si un mari et une femme vivent dans l'harmonie, parler du partage des biens devient inapproprié. A notre époque, le respect et l'honnêteté étaient les bases du mariage", dit Sayeda Herar, âgée de 70 ans.
 
Source: magharebia.com le 02 aout 2010)

L'islamophobie a-t-elle un parti?

(New York) La publicité télévisée s'ouvre sur les mots «l'audace du djihad» écrits en lettres blanches sur fond noir. Suivent les images des avions s'encastrant dans le World Trade Center et de corps tombant des tours. Dans le même temps, une voix hors champ se fait entendre.

«Le 11 septembre, ils nous ont déclaré la guerre. Et pour célébrer le meurtre de 3 000 Américains, ils veulent construire une mosquée monstrueuse de 13 étages à Ground Zero. Cette mosquée est un monument à leur victoire. Et une invitation à d'autres», dit le narrateur sur un ton menaçant.

À la mi-juillet, deux chaînes de télévision américaines, CBS et NBC, ont refusé de diffuser cette pub, car elles jugeaient inacceptable l'amalgame entre les responsables des attentats contre le WTC et les promoteurs d'un centre communautaire musulman comprenant théâtre, piscine, gymnase et salle de prière, dont l'emplacement se trouve à deux blocs de Ground Zero.

Conçue par le National Republican Trust PAC, une organisation vouée à «la perpétuation de l'héritage de Ronald Reagan», la publicité controversée illustre la propension à l'islamophobie de plusieurs opposants à un projet qu'ils appellent abusivement la «mosquée de Ground Zero».

Il faut préciser que le projet de l'imam new-yorkais Faisal Abdul Rauf, reconnu pour son travail en faveur de la coexistence des religions, n'est pas le seul à susciter des réactions islamophobes ces jours-ci aux États-Unis. La construction de centres islamiques ou de mosquées dans certaines municipalités, dont Murfreesboro (Tennessee) et Temecula (Californie), suscite également une vive opposition qui confine parfois à l'intolérance ou à la haine.

 

«Ils détruisent la communauté. Ils détruisent le pays», a déclaré vendredi un des participants à une manifestation anti-mosquée à Temecula dont les organisateurs avaient encouragé les citoyens à défiler avec leurs chiens parce que les «musulmans haïssent les chiens».

Républicains

Le projet new-yorkais est cependant celui qui domine l'attention, non seulement à New York, mais également dans le reste des États-Unis. Ne craignant pas d'être associés à l'islamophobie ambiante ou de lui donner un vernis de respectabilité, plusieurs politiciens républicains, dont deux candidats potentiels à la Maison-Blanche, Sarah Palin et Newt Gingrich, ont exprimé récemment leur opposition à la construction du centre communautaire musulman.

 

L'ex-candidate à la vice-présidence a ainsi appelé les «musulmans pacifistes» à «répudier» un projet dont elle a assimilé la réalisation à un acte violent. «Il poignarde les coeurs», a-t-elle écrit sur son compte Twitter. De son côté, l'ex-président de la Chambre des représentants a laissé entendre que les musulmans auront le droit de construire une mosquée près de Ground Zero lorsque les juifs ou les chrétiens pourront construire des églises et des synagogues en Arabie Saoudite.

Sarah Palin et Newt Gingrich ne nagent pas à contre-courant. À New York même, une majorité de citoyens sont opposés à «la mosquée de Ground Zero», selon au moins un sondage. Le candidat républicain au poste de gouverneur de l'État, Rick Lazio, en a pris bonne note et a mis au défi son adversaire candidat démocrate, Andrew Cuomo, de participer à un débat portant uniquement sur ce projet appelé Cordoba House.

Même en Caroline-du-Nord, un candidat républicain à la Chambre des représentants a admis obtenir un vif succès dans sa circonscription rurale grâce à ses dénonciations d'un projet qui a reçu l'appui de tous les responsables new-yorkais et de plusieurs religieux juifs et chrétiens. Après avoir évoqué l'idée d'une «mosquée» près de Ground Zero devant une foule de fermiers et d'anciens combattants, il a confié à un journaliste du New York Times : «La réaction a été unanime. Il y avait du dégoût et du dédain pour cette idée.»

Tournure inattendue

Le débat autour de la Cordoba House a pris une tournure inattendue vendredi lorsque la Ligue antidiffamation (ADL), une des plus importantes organisations de lutte contre l'antisémitisme et le racisme aux États-Unis, a annoncé son opposition au projet. Tout en dénonçant l'intolérance de certains opposants, l'ADL est arrivée à la même conclusion qu'eux?: «Construire un centre islamique à l'ombre du World Trade Center» est une mauvaise idée.

 

Mais qu'en est-il des droits des citoyens musulmans?? Selon le directeur de l'ADL, Abraham Fox, ces droits ne sauraient avoir la prépondérance sur la douleur des proches des victimes du 11 septembre, dont plusieurs sont opposés au projet de l'imam Rauf. C'est un peu ce que disait Sarah Palin en comparant la Cordoba House à un coup de poignard dans le coeur.

 

Et les islamophobes de se féliciter de ces nouveaux et précieux appuis à leur cause.

(Source: Cyberpresse.ca le 02 aout 2010)

 

Home - Accueil - الرئيسية