الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

30janvier03

Accueil

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس

Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.

Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

 
TUNISNEWS
3ème année, N° 985 du 30.01.2003
LES TITRES DE CE JOUR:
 
L’A.D.P.M: Solidarité internationale avec les deux journalistes tunisiens en grève de la faim
Semaine d’@ction pour la libération de Zouhayer Yahyaoui
Message urgent de Mme. Danielle Dussault, écrivaine
LTDH:communiqué
LTDH: Infos Express 29 janvier 2003
LTDH: Infos Express 30 janvier 2003
EDLDT:Un Front uni pour la libération de tous les prisonniers politiques
EDLDT: Rencontre avec un ours polaire
Me Abderraouf Ayadi: Les avocats font barrage à la dernière tentative de casser leurs rangs
Tunisie Réveille Toi :L'opposition réelle est l'opposition vivante !
Olivier Dupuis: Tunisie: harcelement de maitre ayadi, nouvelle demonstration d'illegalite mesquine d'un regime finissant
John Le Carré:Confessions d'un terroriste
AP:Les douanes françaises saisissent 32.000 montres contrefaites à Fos-sur-Mer destinés à la .. TUNISE!!!
AFP:30.000 montres de contrefaçon (destinés à la Tunisie) saisis dans un port du sud de la France
Reuters:Tunisair postpones $543 mln fleet expansion
La Presse:Tunisie-Soudan
la Presse :Poursuivre la coordination entre toutes les structures intervenantes

infotunisiePremière librairie ''on line'' en Tunisie


 حركة النهضة بتونس:  الاخ منير الاسود في ذمة الله تعالى
كونا: تونس تحتفل بالسنة الوطنية للكتاب هذا العام‏
كتاب جديد لمؤلف تونسي مقيم بفرنسا:أوهام الإسلام السياسي
الشيخ راشد الغنوشي: رحيل عالمة الإسلاميات آن ماري شمّل
رفيق عبد السلام:خطاب دولة التجزئة العربية: «الوطن» أولا وأخرا
رشيد خشانة:  قمة المناكفة الأميركية - الفرنسية؟
القدس العربي :مذكرة نصيحة سعودية جديدة تطالب بالاصلاح ومحاربة الفساد
سميرة الصدفي :   متحف قرطاج يستقطب آلاف السياح الأوروبيين والآسيويين

بسم الله الرحمان الرحيم

الله أكبر  إنا لله وإنا إليه راجعون

الاخ منير الاسود في ذمة الله تعالى

بقلوب حزينة وراضية بقضاء الله ومحتسبة مصابها عنده سبحانه تنعى حركة النهضة أحد أبنائها الاخ منير الاسود الذي وافاه الأجل في مستشفى الرازي للأعصاب شمال العاصمة.

وكان الاخ منير رحمه الله تعالى قد اعتقل سنة 1991 وتعرض لتعذيب شديد وضرب على الرأس مما اصابه بإعاقة عقلية شبه كاملة وظل دون علاج لأكثر من سنة. و حين اطلق سراحه تم الاحتفاظ به في مستشفى الاعصاب الى أن وافاه الاجل شاهدا على جريمة القتل البطيء التي فرضتها سلطة 7 نوفمبر على عشرات الآلاف من خيرة ابناء بلادنا وعلى حجم الظلم المسلط على التونسيين.

ان حركة النهضة إذ تزف إلى الجنة -إن شاء الله- فارسا آخر من فرسانها نحسبه شهيدا سقط في ميدان الشرف دفاعا عن الإسلام والمستضعفين فإنها:

-        ترفع أخلص التعازي إلى عائلة الفقيد رحمه الله تعالى وخاصة الى شقيقه السجين السياسي السابق الأخ حافظ الاسود وزوجته وأطفاله الثلاثة.

-        تحمل السلطة مسؤولية حالات الموت بسبب التعذيب الوحشي والاهمال الصحي في السجون.

30 جانفي 2003 الموافق 27 ذوالقعدة 1423

حركة النهضة بتونس

الشيخ راشد الغنوشي

 

Journée Mondiale de Solidarité avec les Prisonniers Politiques en Tunisie

Le 31 janvier et le 1er février 2003

  Depuis plus de 12 ans, des milliers de citoyens Tunisiens subissent, l’emprisonnement, la torture, l’isolement et les traitements dégradants juste en raison de leurs opinions politiques. Leurs familles n’ont pas cessé d’être victimes de harcèlement continu.     Libérer les Prisonniers Politiques en Tunisie   Un millier d’entre eux croupissent encore dans les geôles Tunisiennes, privés des soins les plus élémentaires. Plus d’une dizaine sont déjà décédés suite à une détérioration grave de leur état de santé.

L'initiative courageuse du juge dissident M. Mokhtar YAHYAOUI, de Maître Saïda AKREMI et de leurs compagnons, qui ont brisé le tabou et osé rendre publique une organisation de soutien aux prisonniers politiques a été l’occasion pour le régime de reprendre de plus belle ses agissements liberticides. Brutalisés et violentés tour à tour, ces courageux militants n’ont pas faillis à ce qu’ils considèrent comme leur devoir sacré.

   

Soutenir les Défenseurs des Droits de l'Homme en Tunisie

  Sous l’égide de : la Coordination Organisatrice de la Journée Mondiale de Solidarité avec les Prisonniers Politiques En Tunisie.

A l’appel de : ACAT (France), France Liberté (France), ACHR (France), CIDT-TUNISIE (France), CNLT (Tunisie), Association Internationnale de Solidarité avec les Prisonniers Politiques en Tunisie AISPPT (Tunisie), CRLDHT (France), Femmes contre la Tortures (Royaume-Uni), SOS Tunisiene (Allemagne), Aufruf Freiheit (Allemagne), l’Appel de la Liberté (Suède), CDPPT (France), FIFANEC (Royaume Uni), Solidarité Tunisienne (France), UGTEF (France), Insieme Per la Tunisia (Italie), Femme pour la Liberté (France), DTMK (Norvège), Association Zeitouna (Suisse), ADMP (Canada)

Avec le soutien et la participation de : Le Juge Mokhtar Yahyaoui (CIJT), Mme Karmousse (France Liberté), Mme Françoise leys (Amnisty International), Mme Françoise Brillé (Médecin du Monde), M. Gilles Perrault (Ecrivain, Groupe de Travail sur la Tunisie), M. Jean-François Poirier (Philosophe, GTT), M.Najib Hosni (Avocat, Collectifdes avocats de 1992, Défenseur des D.H.),M. Moncef Ben Salem (Mathématicien, Tunisie), Mme Monique Crenn (Agir ensemble pour les droits de l’Homme), Mme. Lise Garon (Professeur, université Laval, Canada), M. Moncef Marzouki (Président du CPR, Défenseur des D.H), M. Abdallah Zouari (Journaliste, ancien détenu), Mme Sihem ben Sedrine ( Porte parole CNLT), M. Khémaïs Chammari ( Ex-vice-président de la LTDH), ATJA (Association Tunisienne des Jeunes Avocats), Mme Radhia Nasraoui (Avocate et défenseur des D.H.), Mme Saîda Akrémi (Sécritaire Générale de l'AISPPT, Avocate), M. Mohamed Nouri (Président de l'AISPPT, Avocat), M. Samir ben Amor (Avocat, AISPPT), M. Abdelwahab Matar (Avocat, CNLT), M. Abderraouf Ayadi (Avocat, CPR), Mme Olfa Lamloum (chercheuse en Sciences Politique), Radio Méditerrannée, PFP, M. Hamma Hammami (Président du POCT et ancien prisonnier), Jamel Jani (ADMP) ...

   

Oeuvrer ensemble pour mettre fin aux calvaires des Prisonniers Politiques et des Défenseurs des Droits de l’Homme en Tunisie

  Programme:
Vendredi 31 Janvier

Conférence de Presse à 16h

16h - 19h Exposé: Livres et rapports sur la Tunisie, créativité des détenus dans les prisons, liste et portraits des prisonniers en isolement 19h - 23h Conférence: la situation des prisonniers politiques et l'isolemet, la situation des prisonniers et leurs familles aprés l'élargissement, et la situation des défenseurs des droits de l'homme Samedi 1er Février Rassemblement de 15h30 à 17h30 19h30 - 22h30 Dîner - débat
   

Mettre fin à l’impunité des tortionnaires et commanditaires

     

Adresse: Salle AGECA 177, Rue Charone 75011 Paris Métro: Alexendre Dumas Contact&soutien

 
 


 
 

Semaine d’@ction pour la libération de

Zouhair Yahy@oui

 

Arrêté sans motif et de façon arbitraire (par des policiers du Ministère de l’Intérieur en civil, sans aucun mandat d'arrêt) le 4 juin 2002, torturé, son dossier falsifié, gardé au secret pendant une semaine, Zouhair Yahyaoui alias Ettounsi webmaster de  TUNeZINE.com a été condamné le 10 juillet 2002 à 24 mois de prison après un non-procès sans qu'aucune plaidoirie relative aux chefs d'accusation n'ait été prononcée ni aucune instruction des affaires n’a été même entamée.

Ne supportant plus les douleurs atroces qu'il endure depuis plusieurs jours (reins, dents, migraine), ne supportant plus l'absence de réponse à ses demandes répétées de soin et les conditions inhumaines d’emprisonnement, Zouhair Yahyaoui a décidé d’entamer une grève de la faim, qui perdure depuis le vendredi 17 janvier 2003, pour protester contre les conditions de détention et exiger sa libération.

 

Les associations, organisations et partis appellent à :

 

 

Réunion Publique

 

Mardi 04/02/2003 à partir de 19h00

A la Salle St-Bruno

 9 rue St Bruno 75018 PARIS (métro La chapelle)

 

Rassemblement

Jeudi 06/02/2003 à 17h30

A  a fontaine des innocents (métro Châtelet-Les Halles)

 

Pour :

·       La libération immédiate et inconditionnelle de Zouhair Yahyaoui (Ettounsi) qui n'a fait qu'exercer sa liberté d’__expression.

·       L'ouverture de l'espace Internet entier aux tunisiens, et l'arrêt de la politique de censure arbitraire que pratique le régime à l'encontre de tous les sites dissidents.

·       La libération de tous les prisonniers d’opinion en Tunisie.

 A l'appel de : Comité pour la Libération de Zouhair Yahyaoui http://www.tunezine.com, 
 Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, Assemblée des Citoyens ORiginaires de Turquie,
 ASsociation de Défense des Droits de l’HOmme au Maroc,
 Association les Amis de la Fondation Lounés Matoub (paris),
 Amnesty Internationale (section canadienne francophone),
 Association des Tunisiens en France,
 Association des Travailleurs Maghrébins en France,
 ATTAC (groupe Méditerranée),
Centre d'études et d'initiatives de solidarité internationale,
Comité International de Soutien à Zouhair Yahyaoui,
 Collectif des familles de disparus en Algérie,
Comité pour la Libération de Zouhair Yayoui (Tunis),
Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie,
Convergence des Démocrates Marocains à l'Etranger,
 Espace du Dialogue pour les Libertés et la Démocratie en Tunisie,
Fédération Internationale des Droits de l’Homme,
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives,
Fondation Lounès Matoub (Algérie),
 Free Intellectual for Freedom and Against the NeoColonialism,
 Hourriya/Liberté,
Jeunesse des Démocrates Marocains à l’Etranger,
Ligue des Droits de l’Homme,
 Organisation Mondiale Contre la Torture,
 Réseau EuroMéditérranéen des Droits de l’Homme,
Reporters Sans Frontières, Solidarité Tunisienne, Tunisie Réveille-toi ! ,
 Union Général des Etudiants Tunisiens - France,
 Union de la Jeunesse Magrébine,
Union de la Jeunesse Communiste Tunisienne,
Vérité et Justice pour l'Algérie…

Et le soutien des : Les Alternatifs, Ettajdid (France), Congrès Pour la République, Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés, Ligue Communiste Révolutionnaire, Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie, Les Verts...

 

 
Message urgent de Mme. Danielle Dussault, écrivaine 
 
Message urgent

Je m'appelle Danielle Dussault. Je suis une écrivaine du Québec. Depuis le mois de novembre, j'ai été sensibilisée à la cause de Zouhair Yahyaoui. Nous avons organisé ici au Québec une activité (Livres comme l'air) dans le cadre du salon du livre de Montréal pour tenter d'établir le contact avec des écrivains emprisonnés partout à travers le monde. J'étais jumelée à Zouhair Yahyaoui.
Le jeudi 30 janvier aura lieu une manifestation devant le consulat de la Tunisie à Montréal, j'aimerais ici intervenir pour la libération de Zouhair Yahyaoui qui fait une grève de la faim depuis le 17 janvier et à qui on refuse les soins médicaux.
Il faut faire vite et agir ! Les êtres libres servent souvent de boucs émissaires pour cacher la froide vérité d'une communauté qui ne tourne pas rond.
Venons en aide à Zouhair Yayhaoui et faisons des pressions auprès du gouvernement tunisien afin qu'il le libère.

Danielle Dussault, écrivaine
http://ecrivaille.multimania.com

 

 

 
 
Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l´Homme

Tunis le, 14 janvier 2003

communiqué

(traduit de l´Arabe)
 


Le tribunal de 1ère instance de Monastir a condamné  le 08 janvier 2003 par contumace le nommé Chakib Ben Abdellatif Ben Frej, Président d´une cellule du RCD de la région de Ksibet El Mediouni à une amende de 50 dinars.

M Chakib Ben Fredj a violenté le 07 avril 2002 le camarade Hédhili Abderrahmen, membre du Comité Directeur de la LTDH avec un objet contendant qui lui a causé de graves blessures à la poitrine et à l´oreille.

Cet incident s´est déroulé lors de sa participation à une marche, de solidarité avec le peuple palestinien, dont le point de départ était le local de la section de la LTDH à Ksibet El Médiouni, ce qui est étonnant, c´est que le camarade Hédhili Abderrahman n´a été ni convoqué, ni informé de la date de l´affaire qui a été fixée, en dehors des jours habituels des sessions du tribunal.La date de cette session n´a pu être connue qu´à la suite d´une enquête faite auprès du secrétariat du tribunal.Le juge Habib Triki ( il s´agit du même juge qui a prononcé le jugement portant annulation du contrat de location du local de la section LTDH de Monastir ) a refusé de soumettre Abderrahman Hédhili à un examen pour fixer le taux d´incapacité permanente ( l´on sait que lorsque le taux est supérieur à 20% l´affaire devient pénale.Malgré l´insistance des avocats Mes. Jmour et kousri, le juge a refusé de reporter cette affaire et de la traiter selon la procédure d´usage.

La LTDH dénonce une fois encore la violation des droits de la défense chaque fois qu´il s´agit de procès dans lesquels sont impliqués des militants. Elle appelle les autorités judiciaires àn assumer ses responsabilités et à maintenir la Justice hors de toute instrumentalisation et à agir pour que la magistrature sauvegarde son indépendance.Par ailleurs, le tribunal de Gafsa a prononcé le 02 Janvier 2003, un verdictde 13 mois de prison à l´encontre de MM. Ali Chortani et Moudher Jannet ( en état d´arrestation ) et Said Ferjani ( résident à l´étranger et considéré comme en fuite ) et ce, pour maintien d´organisation non reconnue et collecte de fonds non autorisée. D´autres personnes étaient traduits dans cette affaire, ils ont été acquittés.

La LTDH représentée par sa section de Gafsa, a suivi cette affaire en désignant des avocats pour la défense des accusés dans un procès considéré par la Ligue comme un procès d´opinion. Elle rappelle que les procès de ce genre constituent une violation de la Constitution et des Conventions Internationales ratifiées par la Tunisie qui garantissent la liberté d´organisation. Elle enregistre que, lors de ce procès, les accusés n´ont pas été appelés à préciser les relations qu´ils entretenaient avec l´organisation à laquelle ils sont accusés d´appartenir. De ce fait, ils n´ont pas bénéficier des conditions minimales d´un procès équitable. La Ligue continuera donc à suivre cette affaire, dans laquelle MM. Chortani et Jannet se sont pourvus en cassation. Pour l´Heure, elle appelle à la libération des deux détenus  .

 
Ligue Tunisienne pour la défense des droits de l´homme
Infos Express 29 janvier 2003
 


La LTDH a été convoquée  lundi 27 janvier 2003 à comparaître mardi 24 fevrier 2003 devant  le tribunal de 1ere instance de Gabes suite a une plainte portée contre la LTDH par M Sghaeir Gafrache membre du parti au pouvoir RCD et adhérent de la section de Gabes de la LTDH  ce procès  vise à annuler le congres de la section Gabes qui s´est deroulé le  Nord et Sfax sud décidés par le comité directeur pour le 1er et le 2 février 2003 . 

 
Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l´Homme

 

Tunis le, 27  janvier  2003

COMMUNIQUE
( traduit de l´arabe )
 

Le Tribunal de 1ère instance de Tunis a examiné ce jour 27 janvier 2003 la nouvelle affaire contre la LTDH, engagée par trois adhérents de la Ligue et membres du RCD ( parti au pouvoir ) et demandant à la justice d´ordonner la suspension de l´exécution de la décision prise par le Comité Directeur de créer une nouvelle section de la Ligue à Sfax-Nord.

Trente avocats se sont constitués pour représenter la LTDH ? dont son président Maître Mokhtar Trifi, le Doyen de l´Ordre des Avocats Me. Béchir Essid et le Président de la section de Tunis de l´Ordre des Avocats Me. Abdessattar Ben Moussa.

A la demande de la défense, l´affaire a été renvoyée au jeudi 30 janvier 2003. Quant à l´affaire sur le fond présentée par les mêmes personnes demandant l´annulation de la décision du Comité Directeur de créer une 2ème section à Sfax, elle doit être examinée par la Chambre Civile du Tribunal de 1ère Instance de Tunis le 25 Février 2003.


Le Président de la LTDH
Mokhtar Trifi

Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l´Homme
Infos Express 30 janvier 2003

 


Le juge en référé a décidé aujourd´hui 30 janvier 2003 de surseoir à l´exécution de la décision du comité directeur de la LTDH de créer une nouvelle section à Sfax en attendant le jugement sur l´affaire au fond  qui doit être examinée par la Chambre Civile du Tribunal de 1ère Instance de Tunis le 25 Février 2003 , plus de 38 avocats se sont constitués   pour la défense ;  etaient   présents lors de ce procès des représentants d´associations de la société civile et de partis politiques . Rappelons que la LTDH fait l´objet de 2 procès intentés par des membres du parti au pouvoir ( RCD )  de Sfax et de Gabès  pour annuler le congrès de la section de Gabès qui a vu échouer les candidats du RCD  et pour annuler la décision de créer une nouvelle section à Sfax  dans le but de bloquer le processus de restructuration de la LTDH et visant son indépendance

*****************************

La LTDH a organiser mercredi 29 janvier 2003 une réception a l´honneur des membres du conseil d´administration de l´institut Arabe des droits de l´homme ( M Hassib Ben Ammar  président d´honneur de  ,  M Taeib Baccouche président de L´IADH , Mme Leila Charaf ,  M Mohamed Fayek , M Farouk Abou Issa , M Mohamed Nour Farhat , et M Yahia Jemal  ) lors de cette réception M Mohamed Fayek a donné une conférence
 
Un Front uni pour la libération de tous les prisonniers politiques

Penser et agir pour la libération de tous les prisonniers politiques sans exception est un devoir humanitaire et politique qui incombe à chaque citoyen dans le pays. Garder ses distances vis à vis de cette cause est une lâcheté et une trahison à l’esprit collectif et aux devoirs qu’a chaque citoyen vis à vis du reste des citoyens dans le pays. Ceux qui hésitent encore à soutenir cette cause pour des calculs politiciens mesquins, ne font qu’isoler eux-même du reste de la société.
L’histoire ne leur pardonnera pas leur hésitation et leur lâcheté. Cette cause, en principe, doit être un dénominateur commun entre tous, de gauche comme de droite. Toute notre mouvance lutte tous les jours pour cette cause.
 
Tous prêts, sans aucune condition préalable de n’importe quel genre, de mettre la main dans la main avec tous ceux qui sont prêts de militer pour cette cause.

Contester contre le régime dictatorial pour son maintien de ces innocents en tôle, dans des conditions inhumaines, dans le simple but d’assouvir la soif de sa haine sans limite, par la simple publication des communiqués est un minimum incompressible pour le soutien de la cause.
 
Mais la simple publication des communiqués de soutien pour ces prisonniers, et de contestation contre le régime qui veut les exterminer, l’un après l’autre, dans les prisons, est-elle suffisante pour obliger le dictateur à les libérer ? Non, elle n’est pas suffisante. Depuis longtemps, nous lisons chaque jour des dizaines de communiqués de ce genre, sans que ces prisonniers soient libérés. Que faut-il faire de plus alors ?

La création de l’AISPP est une très bonne initiative, malheureusement, sa marge de manœuvre à l’intérieur du pays n’est pas très grande. C’est pour cela, elle doit mettre en place dans toutes les capitales occidentales des relais. La marge de manœuvre de ces relais est nettement plus importante.
 
Ces relais doivent renforcer les liens avec les sociétés civiles dans toutes les capitales et les pousser à agir efficacement pour la cause des prisonniers. Ils doivent multiplier les contacts avec toutes les administrations de ces pays et faire des grandes pressions sur elles pour qu’elles fassent à leur tour leur pression sur le dictateur pour relâche ses victimes et cesse de se comporter comme un animal sauvage.

Les relais de l’AISPP à l’étranger doivent organiser, en forte collaboration avec les communautés tunisiennes et les sociétés civiles, en place, des manifestations de masse, appelant à la libération des prisonniers politiques en Tunisie.
Que le désordre et les divisions restent lointaines de l’action pour cette noble cause. Que tous les efforts se multiplient, soient unis et se canalisent sous l’égide de l’AISPP pour mener à bien le programme de libération des nos prisonniers politiques.

Il faut agir en urgence absolue dans ce sens. Les prisonniers sont en désespoir total, ils se sentent délaissés et ils se sont emparés de leur propre cause, pour s’en charger de sa défense par le seul moyen qu’il leur reste, leurs corps, leur santé, c’est à dire leur vie. Aujourd’hui, deux figures emblématiques, Hamadi Jebali et Zouhaïr Yahyaoui, font usage de cette carte très dangereuse.
 
Chaque jour qui passe les rapproche de l’irréparable. Agissons tous, sans exception, et vite alors, avant qu’il ne soit trop tard. Cette fois-ci, les abstentionnistes sont les ennemis du peuple.

Faisons tout, pour que la journée internationale de solidarité avec les détenus politiques, pour le vendredi 31 janvier et samedi 1 février, soit sans précédent et nous rapproche de la libération de nos prisonniers.

Par cette occasion, nous saluons chaleureusement le combat héroïque de notre peuple, le combat de l’AISPP et le combat de toutes les autres associations de soutien pour nos prisonniers politiques.

A bas la dictature sauvage de Ben Ali. Vive La Tunisie Libre, démocratique, sans prisonniers politiques.

EDLDT
Salah Karker
30/01/2003


EDLDT
 
Soutien à l'AISPP
 
Bonjour,
 
Par le présent mail L'Espace de Débat pour les Libertés et la Décocratie en Tunisie (EDLDT) animé par Salah Karker apporte son plein soutien à l'AISPP et à tous les autres organisateur de la journée internationale de soutien pour les prisonniers politiques.
Toutes les décisions qui vont être prises, à cette occasion, nous engagent.
Nous sommes corps et âme pour cette cause.
 
Pour l'EDLDT
Salah Karker
30/01/2003

 

Rencontre avec un ours polaire

«  Libérons Jébali, dénonçons Ben Ali; libérons Yahyaoui, dénonçons Ben Ali ! », tout en chantant et en manifestant avec le reste de la « gang », je ne quittais pas des yeux une voiture 4x4 garée devant le consulat tunisien à Montréal. C’était une voiture de la GRC (Gendarmerie Royale du Canada), à l’intérieur de laquelle se trouvait un gendarme. Au début, la présence de ce flic taciturne m’inquiétait.  A chaque cri « Halte à la torture en Tunisie ! », je pensais qu’il allait surgir de sa voiture avec sa matraque pour nous disperser. Mais, vous n’allez pas me croire, il n’avait même pas de matraque !

Tout au long de la manif, le gendarme est resté derrière le volant de sa bagnole. Ils nous regardait avec des yeux calmes comme si nous étions des gamins en train de jouer avec des boules de neige. Son calme m’énervait.. Par moments j’avais envie de cogner sur la voiture pour le faire bouger.  Nous avons eu beau crier des slogans, agiter un drapeau rouge sang, exhiber des pancartes, le bonhomme ne bougeait pas d’un pouce ! Il était aussi tranquille qu’un ours polaire en état d’hibernation.

   C’est seulement aujourd’hui que j’ai appris que les policiers canadiens étaient fainéants. Je proteste contre leur inacceptable et scandaleuse inactivité. Messieurs les gendarmes, je vous rappelle que vous êtes payés par nos impôts, alors bougez bon sang !

Omar Khayyâm

Les avocats font barrage à la dernière tentative de casser leurs rangs

 

 

Après la levée de la scéance et le report de l'Assemblée générale extra-ordinaire, annoncé par le Bâtonnier, Maître Béchir Essid, pour non observation du quorum, les Avocats ont quitté la salle des réunions de l'Hôtel El-Mechtel l'après-midi de ce dimanche 19 janvier 2003, en scandant: "Avocature libre, libre, et la police dehors", "Avocature libre, libre, et la Cellule dehors" et en chantant "Nul ne vivra en Tunisie s'il la trahit".

Le tout s'est déroulé dans un climat de révolte et de rage à l'encontre des manoeuvres du pouvoir. Celui-ci a opté, une nouvelle fois, pour la tentative de casser l'Union des avocats et bloquer leurs institutions, par le biais d'ordres donnés aux membres de la "Cellule". Cette structure politique parallèle, a été créée par le pouvoir policier au tout début des années 90, avec la complicité de l'ex-Bâtonnier Abdelwaheb El Bahi, pour maintenir la tutelle du pouvoir sur la profession et orienter les décisions de ses organes élus et légitimes.

Les méthodes de la "Cellule" comprennent aussi: le sabotage et la perturbation des activités, lorsque bon leur semble, et l'empèchement de l'observation du quorum par l'intrusion dans les salles de réunion, sans respect du réglement, qui exige la signature des registres officiels de présence, dressés par le Conseil de l'Ordre des Avocats.

La "Cellule" compte près de 300 avocats parmi ceux qui raflent le contentieux de l'Etat et des entreprises publiques, en contre partie des "services" rendus au pouvoir et contre la profession, contre son union et contre son indépendance.

Elle compte aussi nombre d'anciens fonctionnaires du Ministère de l'Intérieur (Gouverneurs, Délégués) et elle représente, avec l'institution judiciaire, le vivier dans lequel ledit Ministère puise pour la nomination de ses Hauts fonctionnaires. Deux "membres" ont été nommés au poste de Gouverneur à Monastir et à Kasserine. Le pouvoir a ouvert la porte du Parlement à certains, et les autres attendent la récompense!

Les figures connues de la "Cellule", et des collaborateurs des services, se sont présentés à la salle de réunion le 19 janvier 2003. Ils ont refusé de s'inscrire sur les listes de présence, ainsi qu'un ancien Bâtonnier, Me Abdelwaheb El Bahi.

Les ordres ont été donnés aux autres, venus de l'intérieur du pays, d'attendre les consignes dans leurs chambtres d'hôtel, réservées au "Diplomate", Avenue Hédi Chaker à Tunis (non loin du lieu de la réunion), dans l'attente du décompte des présences. Ce n'était seulement qu'en cas de réunion du quorum qu'ils pouvaient venir assister aux travaux et mettre en oeuvre le reste des ordres, afin de manipuler les décisions.

Ce plan n'est qu'un nouveau chapitre d'une attaque globale et aux multiples facettes, qui a débuté par des campagnes de presse poursuivies jusqu'au jour de la réunion. Ce, avec la multiplication des accusations de l'actuel Bâtonnier en le rendant responsable de la détérioration des conditions du secteur, en semant le doute sur son action et en dénonçant sa gestion des organes de la profession.

La police politique a pris la relève en séquéstrant la totalité des invitations adressées aux confrères. Ceux-ci ont informé le Conseil de l'Ordre qu'ils n'avaient rien reçu et qu'ils avaient en effet été privés du service de la poste! Le fax du Conseil de l'Ordre n'a pas échappé, lui non plus, au contrôle de la police politique, qui fait le tri de ce qu'elle juge bon à transmettre au Barreau. Des ordres ont été donnés pour harceler le Bâtonnier dans ses déplacements et ses contacts avec les confrères dans les régions.

A ne citer que le Procureur de la République près le tribunal de Première Instance de Kairouan, qui a ordonné au président de la section régionale du Barreau à Sousse, de quitter la salle de la Bibliothèque des magistrats tant que c'est "Béchir Essid" qui préside la réunion avec ses confrères.

Révélation au grand jour du rôle du pouvoir dans la politisation du secteur:

Le pouvoir, et ses prolongements, n'a cessé de répéter, dans ses discours, que la maladie qui gangrène le secteur n'est autre que sa politisation. Il en est venu à en accuser le Bâtonnier et un certain nombre de membres du Conseil de l'Ordre, ainsi que d'autres. Mais c'est le véritable rôle politique du pouvoir, à travers la "Cellule", qui se révèle au grand jour.

Son apparition soudaine et son sabotage des organes légitimes de la profession, en application des directives du parti du régime, ont fait que la réponse des avocats a été politique par les slogans qu'ils ont scandés.

L'ambiance et la chaleur de l'enthousiasme dans lesquelles s'est terminée la première réunion du 19 janvier 2003 et la dénonciation du pouvoir par les avocats, ont déplacé le combat à un niveau politique que le régime ne cherchait pas.

Il voulait faire apparaître une divergence et une cassure interne dans les rangs des avocats. Les 506 Avocats présents, de la base, (ce qui est un nombre important vu la privation du Conseil de l'Ordre du service de la poste) ont pu se rendre compte des visées et stratégies malsaines du pouvoir.

Les confrères ont ainsi fait le tri dans leurs rangs et dénoncé une "secte", qui a accepté de mettre son temps et ses énergies au service des organes officiels du pouvoir. Ceux-là mêmes qui les manipulent, les logent et leurs donnent des ordres, à l'instar des agents d'exécution. C'est pour cela que les Avocats ont crié: "Avocature indépendante et police dehors". C'est cette image de flic que le pouvoir a choisi pour les avocats qui se nourrissent du contentieux de l'Etat. (Cette richesse nationale aurait du être gérée dans la transparence et non utilisée pour créer un organe parallèle de sabotage aux structures légitimes et démocratiquement élues)

S'attaquer aux services de la répression policière et dénoncer les plans du pouvoir visant à casser la profession, réduire son indépendance et la domestiquer: cela a eu pour conséquences de transformer le conflit.

Cette transformation lui a donné une dimension politique qui a perturbé le pouvoir.

 Il sait que les avocats dans nombre de pays européens suivent de près ce qui arrive à leurs confrères tunisiens. Ceux-ci ont adressé au Conseil de l'Ordre de nombreux communiqués de soutien venus d'Avocats et de Magitrats du Canada, des Etats-Unis d'Amérique, de France, de Belgique et des Pays Bas.

L'Assemblée générale extra-ordinaire n'a pas eu lieu pour débattre des deux points inscrits à son ordre du jour. Le premier concernant les atteintes à l'intégrité physique de l'avocat et la violation de son cabinet. Et le second, la détérioration des conditions de la profession.

Mais le message adressé par l'ensemble des avocats au pouvoir a largement exprimé ce dont celui-ci avait peur: l'attachement à l'indépendance de la profession et l'esprit de sacrifice pour défendre la dignité de l'avocat et son intégrité.

Ce message est adressé après que les représentants du pouvoir, au sein même du Conseil de l'Ordre, aient tenté de fermer les yeux sur les agressions et de faire croire au démarrage du train des réformes: La revalorisation à 100 DT de l'indémnité des commissions d'office, la généralisation du second appel des causes dans l'esnsemble des tribunaux et la réservation de sièges aux premiers rangs, pour les avocats! (quelles réformes!)

Mais les avocats apparaissent plus attachés à leur dignité, leur union et leur indépendance. Ils l'ont démontré comme ils l'ont fait par le passé: Au moment de la grève du printemps 2000 suite à l'agression par violences aggravées de la police politique contre certains confrères. Au moment de la lutte contre les projets de démentèlement du Barreau et son remplacement par trois entités régionales.

En choisissant un Bâtonnier indépendant et ancien prisonnier politique du pouvoir policier. Et au moment de la grève du 7 février 2001 en réponse aux agressions policières contre les avocats et leurs clients lors de la scéance même, dans l'enceinte du tribunal.

 Le démantèlement de cette structure étrange ("La Cellule"), aux rôles politique et policier révélés, devient-il un préalable à toute négociation future avec le pouvoir?

Me Abderraouf Ayadi

Membre du Conseil de l'Ordre National des Avocats

Tunis, le 20 janvier 2003

(Texte publié en arabe sur Tunisnews le 21 janvier, traduit en français par AW Hani pour le compte de l'Audace de Tunisie: http://www.audace.fr, N° 96, février 2003, pp: 20-21)

 

DEBATS ENTRE TUNISIENS

L'opposition réelle est l'opposition vivante !


POUR LES ASSISES DU FRONT DE SALUT NATIONAL

par hasni

Seule l'opposition vivante aboutira à la mise en œuvre du Front de salut national par l'élaboration du plan de sortie de ce régime.
Après avoir maintenu leur formation dans un semi coma politique, les responsables des actuelles formations doivent soit se rallier au mouvement d'union nationale, soit se démettre de leur fonction afin de laisser à la place à ceux qui veulent agir en leur sein.

Le temps des petits calculs de couloir, des alliances de circonstance, de la personnalisation excessive est fini. Le temps est venu pour les Tunisiens de s'unir.

L'opposition au régime tunisien représenté par son Président Ben Ali n'est plus un vague concept mais bien une réalité, une réalité plurielle qui veut se retrouver autour d'un dénominateur commun : l'action pour l'alternance ! Une opposition réaliste qui sait qu'elle doit mettre en œuvre une méthode de travail en commun, la définition d'un programme politique et social de transition, la formation de ses cadres et non pas une opposition théorisant et conceptualisant jusqu'à être abstraite elle-même.
L'opposition vivante est rationnelle et pragmatique, toute opinion confondue, elle se retrouve sur le terrain. Ce n'est pas cette opposition éclectique, éparpillée et à peine visible. Elle est fonctionnelle, opérationnelle.
Elle n'a plus besoin que d'une chose pour se mettre définitivement en marche : la tenue de ses premières assises.
Pour être efficaces et pour que les résultats de ses décisions soient reconnues par tous, il est indispensable que ces assises soient placées sous la responsabilité d'une personnalité dont l'honnêteté et la neutralité ne font aucun doute pour tous.

Pour l'auteur, le juge Mokhtar Yahyaoui est le mieux placé aujourd'hui, du fait de ses compétences professionnelles et de ses qualités humaines, au nombre desquelles, et non des moindres, son ouverture aux différents courants de pensée. Mais des assises pour quoi faire ?
Dans la tâche difficile qui attend l'ensemble des Tunisiens, à savoir gérer au mieux des intérêts de la Tunisie et des Tunisiennes et Tunisiens la phase de transition vers un gouvernement d'alternance, la réponse à cette question a le mérite d'être simple. Il faut gérer les « fondamentaux » d'une alternance à une succession de régimes qui ont eu comme point commun de ne pas prendre en considération l'avis des tunisiens.

Les fondamentaux :
 La Constitution : une série d'amendements de ce texte fondamental en ont dénaturé et travesti l'esprit et la lettre. Il est donc impératif de refonder la Constitution autour du peuple, de l'équilibre et de l'indépendance des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Les participants aux assises devront définir les principes essentiels et la procédure de révision de la Constitution en vue de la création de la nouvelle République tunisienne, c'est à dire définir les modalités de l'élection d'une assemblée nationale constituante.
 La libération des prisonniers d'__expression : (pour l'auteur, il est difficile de parler d'amnistie générale dans la mesure où il ne reconnaît pas la légalité des jugements pour délits d'opinion, de religion ou de sexualité) l'ensemble des associations de défense des droits de l'homme devront fournir la liste des personnes incarcérées en raison de leurs opinions, de leur religion, de leur sexualité à une commission nationale pour la libération des détenus d'__expression afin qu'il procède à l'examen de chaque cas. Dans l'attente de cet examen, les personnes désignées seront mises en liberté immédiate sans caution financière. La commission nationale dressera la liste des crimes et délits imputables aux responsables de l'ancien régime ou à leurs associés civils qui ne sauraient être amnistiés et saisira les instances compétentes pour engager les poursuites.
 Un gouvernement d'union national pour la transition : des mesures conservatoires devront rapidement être prises afin de stopper net les conséquences des choix économiques et sociaux irréfléchis, mais dans le respect des engagements internationaux. Ce gouvernement d'union national pourrait être une émanation du front de salut national dont il est question de plus en plus.

Mais contrairement à l'opinion développée par Ivan (Le Résistant-14 http://www.elmounaadil.ifrance.com/elmounaadil), ce front de salut national est une émanation de la société politique et donc du peuple et non pas celle de la société civile dont le rôle dans cette phase de transition sera d'orienter les décisions prises par ce gouvernement.

De la même manière, on ne peut pas affirmer aujourd'hui que « En Tunisie, un front populaire ou un front de salut national à l'image de ceux qui ont existé en Europe du dernier siècle ne pourra jamais, à notre sens, voir le jour, pour la simple raison que les forces de gauches tunisiennes, qui sont souvent d'extrême gauche, n'ont pas l'adhésion du peuple et l'assise populaire nécessaire pour un vrai mouvement populaire susceptible de rompre avec le régime de Ben Ali ».

Effectivement, concevoir la donne politique comme une simple opposition gauche / droite n'est pas concevable dans la mesure où personne n'est capable d'estimer les forces en présence et de plus, cela revient à imaginer l'avenir de la Tunisie en fonction des seules expériences passées et de surcroît par rapport aux seules modèles occidentaux existants.

Ces assises doivent permettre à la Tunisie de trouver la voie qui lui sera propre et non pas le moyen d'installer un modèle de société inspirée par des modèles existants. La Tunisie a besoin d'un modèle sur mesure, répondant aux aspirations du peuple, à ses capacités économiques, à ses choix sociaux, etc...
Voilà pourquoi, un programme minimum commun devra être défini autour des priorités de ce gouvernement transitoire. Pour Salah Karker, ces priorités sont les suivantes :

 Démocratisation de la société, lutte contre le chômage et la marginalisation, et lutte contre la corruption et la délinquance politique et économique. (http://www.elmounaadil.ifrance.com/elmounaadil, numéro 14).

La démocratie a plusieurs formes, dont la plus répandue est la République, mais un concept est transversal à chacune des formes possibles : c'est la souveraineté au peuple. Celle ci peut s'exprimer là aussi de différentes manières lors des différentes élections : directement ou indirectement.

En fonction des équilibres retenus par la Constitution, le régime peut être à dominante parlementaire ou présidentielle. Etant un fervent partisan de la participation maximum de la population aux décisions qui la concerne, l'organisation administrative décentralisée et déconcentrée est la seule solution pour avoir des institutions accessibles à tous.

Bien entendu, exercer ses libertés et ses droits n'est pas une habitude en Tunisie, et c'est pourquoi le maximum d'espace devra être laissé aux débats, aux réflexions, aux critiques, dans les médias ou sur d'autres places publiques. Mais si les idées sont importantes, rien ne remplace la mise en situation réelle. C'est pourquoi le modèle Porto Allegre pourrait être une solution.

 Concernant le chômage, véritable bombe à retardement tunisienne, les axes proposés par M. Karker sont de bon sens, même si le financement des mesures (développement de l'initiative privée, relance de l'agriculture, programme de grands travaux) permettant de ramener le chômage de 30 à 10 % en 10 ans n'est pas précisé. Pourtant, j'ajouterai deux ou trois choses qui me semblent essentielles pour préparer au mieux la jeunesse à entrer dans le monde actif avec un maximum de chances. Il s'agit d'une part de l'enseignement et la formation professionnelle.

Le premier sujet est important et doit faire appel aux compétences de nos enseignants et chercheurs afin de mieux définir les programmes en fonction des prévisions de besoins économiques, étant entendu que ces besoins économiques ne sont pas la simple résultante des contraintes imposées par le seul commerce extérieur mais bien avec l'objectif de parvenir à l'autosuffisance dans l'ensemble des domaines économiques.

La formation professionnelle doit permettre à chaque tunisienne et à chaque tunisien au cours de sa vie d'accéder à des formations qui leur permettront de s'adapter à l'évolution du marché du travail ou qui favoriseront leurs épanouissements personnels. Pour ce faire, un recrutement important des enseignants et leur propre formation doit être assuré, les budgets de la recherche considérablement augmentés et des investissements consentis pour la rénovation et la construction des écoles, lycées et universités.
Après un audit de l'ensemble des services du Ministère de l'Intérieur et l'estimation des besoins liés à la sécurité civile, ces mesures pourront être financés pour le fonctionnement par une diminution équivalente du nombre de fonctionnaires de police et pour l'investissement par l'utilisation des fonds récupérés par le service anti-corruption.
 Lutter contre la corruption peut se faire par des campagnes massives d'informations sur les risques courus pour ceux qui donnent ou perçoivent de l'argent. Si je m'oppose fermement à la proposition de Salah Karker sur les jugements publics pour ces faits, la justice doit rester sereine et éloignée de toutes les passions politiques ou religieuses - car on peut être corrompu ou corrupteur sans être un traître aux intérêts supérieurs de l'ةtat, ce sujet doit faire l'objet de mesures très fortes.

Pour cela, au risque de faire de sourire, je pense qu'un service « d'incorruptibles » doit être créé en associant des enquêteurs chevronnés, des inspecteurs des finances et du fisc, des banquiers, des juristes.

Ce service doit pouvoir disposer de possibilités d'investigations étendues de manière exceptionnelle et limitées dans le temps afin d'identifier les personnes concernées, corrompues et corruptrices, les biens immobiliers, les avoirs financiers, etc... afin de les confisquer et de les mettre à disposition du budget de l'ةtat.

Les fonds ainsi récupérés pourraient non seulement être utilisés, par exemple pour les investissements dans le secteur de l'enseignement, mais également constituer la ligne budgétaire pour indemniser l'ensemble des prisonniers politiques.

D'autres sujets peuvent apparaître comme des priorités dans une phase de transition (la sécurité extérieure, la santé, les régimes sociaux, le logement, …) et les approcher laisse entrevoir l'importance du travail qui est à faire pour la mise au point de programmes efficaces.

(Source : la lettre d'information du site "Tunisie Réveille Toi !"
(http://www.reveiltunisien.org/fr),)
(Article publié par HASNI le mercredi 29 janvier 2003,
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article=367)


 

TUNISIE: HARCELEMENT DE MAITRE AYADI, NOUVELLE DEMONSTRATION D'ILLEGALITE MESQUINE D'UN REGIME FINISSANT
 
Bruxelles, le 30 janvier 2003. Le 16 janvier 2003, Maître Abderraouf Ayadi, secrétaire général du CNLT et membre du Conseil de l'ordre des avocats, a fait l'objet de mauvais traitements de la part de la police des frontières à son retour d'un voyage de Paris. Il a subi une fouille au corps et a été délesté de tous ses documents personnels. (Documents du CNLT, dossiers professionnels, publications) en violation flagrante des lois en vigueur.
 
Ces mauvais traitements qui avaient déjà été réservés à maître Ayadi, le 9 janvier, lors de son départ pour Paris, s'inscrivent dans une longue liste d'agressions dont les juges et les avocats tunisiens font l'objet de la part des autorités tunisiennes.
 
Question d'Olivier Dupuis, secrétaire du Parti Radical Transnational et député européen, à la Commission européenne
"Que pense la Commission du recours systématique par les autorités tunisiennes aux intimidations sous des formes diverses des juges et avocats tunisiens ? Quelles sont les initiatives que la Commission a prises ou entend prendre pour amener les autorités tunisiennes à mettre un terme à ce genre de pratiques ? Plus généralement, que pense la Commission de la dégradation continue de la situation des Droits de l'Homme en Tunisie?"
 

Olivier Dupuis
Member of the European Parliament
http://www.radicalparty.org/
tel. +32 2 284 7198
fax +32 2 284 9198

 

LE MOT DE LA FIN!

Un tribunal argentin confirme la validité des poursuites contre d'ex-tortionnaires 

 

          BUENOS AIRES, 30 jan (AFP) - Un tribunal argentin a confirmé  jeudi en appel la validité de la procédure engagée à l'encontre de  douze anciens tortionnaires lors de la dernière dictature militaire  (1976-1983), a-t-on appris de source judiciaire.

Les inculpés, parmi lesquels l'ancien chef militaire Guillermo  Suarez Mason, sont suspectés d'avoir organisé la "disparition" de  militants de l'ex-organisation armée Montonero (péronistes de  gauche), a-t-on précisé de même source.

Cette procédure est suivie avec attention en Argentine car elle  s'appuie sur de précédentes décisions de justice - actuellement  examinées par la Cour suprême - invalidant les deux lois accordant  l'impunité aux quelque 1.200 anciens militaires suspectés de  violation des droits de l'homme sous la dictature.

Les lois dites de "l'obéissance due" et du "point final" avaient  été adoptées par le Parlement argentin sous la pression des  militaires après le retour à la démocracie, lors de la présidence du  radical Raulf Alfonsin.

AFP

 

Point de vue

Confessions d'un terroriste,

 

 

par John Le Carré

L'accès de folie que connaît l'Amérique est, à mes yeux, le pire de tous ceux qui jalonnent son histoire : pire que le maccarthysme, pire que la baie des Cochons, et potentiellement plus catastrophique à long terme que la guerre du Vietnam.

La réaction au 11 septembre 2001 doit dépasser les espoirs les plus fous d'Oussama : comme à l'époque de McCarthy, les droits et les libertés publiques que le monde entier envie à l'Amérique se voient systématiquement grignotés.

La traque des ressortissants étrangers sur le sol américain se poursuit sans fléchir. Les "permis de séjour" d'origine nord-coréenne et moyen-orientale disparaissent dans des prisons secrètes sur des accusations secrètes émises en secret par des juges. Les Palestiniens résidant aux Etats-Unis, jadis déclarés apatrides et donc non extradables, sont aujourd'hui remis à Israël pour "réimplantation" à Gaza et en Cisjordanie, où ils n'avaient peut-être jamais mis les pieds.

La Grande-Bretagne joue-t-elle le même jeu ? C'est fort probable. Une petite trentaine d'années, et nous finirons par avoir le droit de savoir.

Une fois encore, la complaisance des médias américains conjuguée au souci de certains intérêts commerciaux fait qu'un débat qui devrait faire rage sur chaque place de village se trouve relégué dans les colonnes élitistes de la presse de la Côte est : "Voyez le cahier A, page 27, si vous arrivez à la trouver et à la comprendre."

Jamais gouvernement américain n'a si farouchement caché son jeu. Faut-il que le secret soit bien gardé pour que les services de renseignement eux-mêmes soient dans le noir (rappelez-vous : c'est à ces organisations que nous devons le plus cuisant échec de l'histoire du renseignement : le 11 septembre 2001) !

La guerre qui menace a beau avoir été planifiée des années avant qu'Oussama Ben Laden ait frappé, c'est néanmoins lui qui l'a rendue possible. Sans lui, la junte bushienne en serait encore à tenter de se justifier sur des sujets aussi épineux que le mystère de son élection, pour commencer ; l'affaire Enron ; son favoritisme honteux à l'égard des déjà-trop-riches ; son indifférence irresponsable envers les pauvres du monde entier, l'environnement et une pléiade de traités internationaux abrogés unilatéralement ; sans compter la caution apportée aux incessantes violations des résolutions de l'ONU par Israël.

Mais Oussama a balayé tout cela sous le tapis fort commodément. Les pro-Bush ont le vent en poupe. 88 % des Américains veulent la guerre, paraît-il. Après une nouvelle rallonge de 60 milliards, le budget de la défense américain atteint les 360 milliards de dollars. Une merveilleuse nouvelle génération d'armes nucléaires américaines est en gestation, conçue pour répliquer aux armes nucléaires, chimiques ou biologiques détenues par les "Etats voyous". Donc, nous pouvons tous respirer.

Non contente de décider unilatéralement de qui peut ou non détenir ces armes, l'Amérique s'est adjugé le droit de déployer à son gré ses armes nucléaires, où et quand ses intérêts, ses amis ou ses alliés lui semblent menacés.

Reste à savoir qui ces amis et alliés seront dans les années à venir, et, comme souvent en politique, cela est loin d'être évident. On se fait de gentils amis et alliés, donc on les arme jusqu'aux dents, et puis, un jour, ils cessent d'être des amis et alliés, alors on leur balance une bombe atomique.

Il convient d'avoir à l'esprit la lenteur et la pondération avec lesquelles le gouvernement américain a soupesé l'option de bombarder l'Afghanistan au lendemain du 11 septembre. Heureusement pour nous tous, mais surtout pour les Afghans, dont la complicité dans les attentats était bien moindre que celle du Pakistan, il s'est restreint à 25 000 tonnes de bombes antipersonnel "conventionnelles", qui, au total, n'ont guère fait plus de dégâts qu'une petite bombe atomique, de l'avis général.

Mais, la prochaine fois, ce sera du sérieux.

Cette guerre que disent soutenir 88 % des Américains est de nature beaucoup plus délicate à cerner. Une guerre de quelle durée, je vous prie ? A quel coût en vies américaines ? A quel coût pour le contribuable américain ? A quel coût (car la plupart de ces 88 % d'Américains sont parfaitement respectables et humanistes) en vies irakiennes ? Même s'il s'agit sans doute aujourd'hui d'un secret d'Etat, l'opération "Tempête du désert" a coûté à l'Irak deux fois plus de vies humaines que toute la guerre du Vietnam à l'Amérique.

Que Bush et sa clique aient réussi à détourner la colère des Américains d'Oussama Ben Laden sur Saddam Hussein constitue l'un des plus beaux tours de passepasse de l'histoire de la communication. Succès total. Selon un récent sondage, un Américain sur deux tient aujourd'hui Saddam Hussein pour responsable de l'attentat contre le World Trade Center.

Ainsi manipulée, mais aussi menacée, intimidée, harcelée, maintenue dans un état permanent d'ignorance et de peur, la population américaine s'assujettit aux autorités. Avec un peu de chance, cette névrose savamment orchestrée devrait offrir les prochaines élections sur un plateau à Bush et à ses affidés.

Tous ceux qui ne sont pas avec M. Bush sont contre lui. Pis encore (cf. son discours du 3 janvier), ils sont avec l'ennemi. Ce qui est bizarre, parce que je suis aussi farouchement opposé à Bush qu'impatient de voir tomber Saddam – mais pas selon les conditions et les méthodes de Bush. Et pas sous la bannière d'une hypocrisie aussi éhontée.

Le colonialisme américain à l'ancienne est sur le point de déployer ses ailes d'acier au-dessus de nos têtes. Les "Américains bien tranquilles" infiltrant des communautés sans méfiance sont plus nombreux qu'au plus fort de la guerre froide.

L'aspect le plus écœurant de cette surréaliste guerre annoncée est peut-être la tartuferie religieuse qui enverra les troupes américaines au combat. Bush a la mainmise sur Dieu.

Et Dieu a des opinions politiques bien précises.

Dieu a confié à l'Amérique le soin de sauver le monde par tout moyen qu'elle jugera bon.

Dieu a fait d'Israël la clef de voûte de la politique américaine au Moyen-Orient, et quiconque y trouve à redire est :

a) antisémite ;

b) antiaméricain ;

c) avec l'ennemi et

d) terroriste.

Dieu a aussi de méchantes relations. En Amérique, où tous les hommes sont égaux à Ses yeux sinon aux yeux les uns des autres, la famille Bush compte un président, un ex-président, un ancien chef de la CIA, le gouverneur actuel de la Floride et l'ancien gouverneur du Texas. Bush senior a quelques bonnes guerres à son actif et la réputation méritée d'avoir frappé les pays satellites désobéissants de la foudre de l'Amérique. Parmi les petites guerres qu'il a lancées de sa propre initiative, celle contre son ancien copain de la CIA, Manuel Noriega du Panama, qui l'avait bien servi pendant la guerre froide mais a fini par prendre la grosse tête.

Voilà ce qu'on appelle le pouvoir à l'état brut, et les Américains le savent.

Quelques indices ?

George W. Bush, 1978-1984 : cadre supérieur dans la société pétrolière Arbusto-Bush Exploration. 1986-1990 : cadre supérieur dans la société pétrolière Harken.

Dick Cheney, 1995-2000 : président-directeur général de la société pétrolière Halliburton.

Condoleezza Rice, 1991-2000 : cadre supérieur dans la société pétrolière Chevron, qui a donné son nom à un pétrolier.

Et cetera.

Mais aucune de ces petites collusions n'entache l'intégrité de l'œuvre de Dieu. On ne plaisante pas avec les vraies valeurs. Et on sait où vos enfants vont à l'école.

En 1993, l'ancien président George Bush séjournait en libérateur dans l'émirat si démocratique du Koweït pour y collecter les remerciements quand quelqu'un a essayé de l'assassiner. Or, selon la CIA, ce "quelqu'un" était Saddam Hussein. D'où le cri de Bush junior : "Le monsieur, il a voulu tuer mon papa."

Mais cette guerre n'en est pas pour autant personnelle, non ! Elle est nécessaire, elle constitue l'œuvre de Dieu et elle vise à apporter la liberté et la démocratie au pauvre peuple irakien opprimé.

Pour devenir un membre acceptable de l'équipe Bush, il faut aussi croire au Bien absolu et au Mal absolu, apparemment, et Bush, efficacement secondé par ses amis, sa famille et Dieu, est là pour nous aider à distinguer l'un de l'autre. (Il me semble d'ailleurs que c'est Mal d'avoir écrit cette remarque, mais il faudrait que je vérifie.)

Ce que Bush se refuse à nous dire, en revanche, c'est la véritable raison pour laquelle nous partons en guerre. L'enjeu n'est pas l'Axe du mal, c'est le pétrole, l'argent et des vies humaines. Saddam, pour son malheur, est assis sur le deuxième plus grand champ pétrolifère du monde. Son voisin l'Iran posséderait les plus grandes réserves mondiales de gaz naturel. Or, Bush veut mettre la main sur les deux, et ceux qui l'y aideront recevront leur part du gâteau. Pas les autres.

Si Saddam n'avait pas de pétrole, il pourrait torturer et assassiner ses compatriotes à sa guise. D'autres dirigeants le font tous les jours (pensez à la Turquie, à la Syrie, à l'Egypte, au Pakistan), mais eux sont nos amis et alliés.

Je soupçonne fort que Bagdad ne représente en fait aucun "danger immédiat" pour ses voisins, et encore moins pour l'Amérique et la Grande-Bretagne. Les armes de destruction massive, si Saddam en possède encore, ne feront pas le poids face aux jolis joujoux qu'Israël ou l'Amérique peuvent lui expédier en moins de cinq minutes.

L'enjeu n'est pas une menace militaire ou terroriste imminente, mais l'impératif économique de la croissance américaine.

L'enjeu est le besoin qu'éprouve l'Amérique de faire la démonstration de sa suprême puissance militaire à nous tous – à l'Europe, la Russie et la Chine, à la pauvre petite Corée du Nord prise de folie et au Moyen-Orient –, le besoin de montrer qui gouverne l'Amérique au pays et qui doit être gouverné par l'Amérique à l'étranger.

L'analyse la plus charitable du rôle joué par Tony Blair dans toute cette histoire est qu'il ait cru pouvoir chevaucher le tigre à seule fin de le manœuvrer. Peine perdue. Au lieu de cela, il lui a donné une légitimité factice et une voix douce. Et je crains que ce même tigre ne l'ait désormais acculé dans un coin pour de bon. Ironie du sort, George W. lui-même se sent peut-être un petit peu dans la même situation.

Dans la Grande-Bretagne à parti unique, Blair a été élu aux plus hautes fonctions de l'Etat par environ un quart de l'électorat en raison d'une participation médiocre. A supposer la même apathie citoyenne et la même prestation lamentable des partis d'opposition aux prochaines élections, Blair ou son successeur obtiendront de nouveau le pouvoir absolu avec une proportion encore plus faible des inscrits.

Summum du ridicule : alors même que le discours de Blair l'a envoyé dans les cordes, aucun des deux leaders de l'opposition britannique ne peut lui porter le moindre coup. C'est là le drame de la Grande-Bretagne autant que celui de l'Amérique : le gouvernement saborde sa crédibilité à force de mensonges et de boniments, la prétendue alternance parlementaire se contente de briguer sa casquette, et les électeurs, eux, leur tournent tout simplement le dos. Les politiciens sont incapables d'admettre que nous ne sommes pas dupes.

En Grande-Bretagne, la question n'est donc pas de savoir quel parti formera un gouvernement après le désastre qui s'annonce, mais qui en sera le chef.

Pour Blair, point de survie politique possible hors une mobilisation internationale et un sursaut improbable de l'ONU à la dernière minute qui forceraient Bush à rengainer sans coup férir. Mais qu'arrivera-t-il si le plus grand cow-boy du monde rentre bredouille, sans la tête du tyran ?

La pire hypothèse pour Blair serait que, avec ou sans l'ONU, il nous entraîne dans une guerre qui aurait pu être évitée, si tant est que la volonté de négocier sérieusement ait jamais existé – une guerre qui n'a pas plus fait l'objet d'un débat démocratique en Grande-Bretagne qu'en Amérique.

Ce faisant, Blair aura contribué à provoquer des représailles d'une ampleur imprévisible, de profondes dissensions en Angleterre et des troubles dans tout le Moyen-Orient, mais il aura aussi détérioré pour des décennies à venir nos relations avec l'Union européenne et le Moyen-Orient. Vive la politique étrangère éthique !

Il y a bien une solution intermédiaire, mais elle n'est pas facile : Bush fonce sans l'approbation de l'ONU et Blair reste au vestiaire. Et là, adieu la "relation spéciale" !

Les remugles de pharisaïsme qui empestent l'Amérique ne sont pas sans rappeler les plus tristes heures de l'Empire britannique, et j'ai honte quand j'entends mon premier ministre justifier par d'onctueux sophismes de premier de la classe une expédition ouvertement colonialiste.

Si cette guerre se déclare, nous la mènerons dans le but de protéger la feuille de vigne de notre relation spéciale avec l'Amérique et de récupérer notre part du gâteau pétrolier, mais aussi parce que, après toutes ces démonstrations publiques d'affection à Washington et Camp David, Blair ne peut pas se défiler devant l'autel.

"Mais Papa, est-ce qu'on va gagner ?

– Bien sûr, mon enfant. Ce sera fini avant même que tu te réveilles.

– Pourquoi ?

– Parce que, sinon, ça va énerver les électeurs de M. Bush et ils risqueraient de ne pas voter pour lui, finalement.

– Mais est-ce qu'il y aura des morts, Papa ?

– Personne que tu connaisses, mon chéri. Rien que des étrangers.

– Je pourrai tout regarder à la télévision ?

– Seulement si M. Bush est d'accord.

– Et après, tout redeviendra normal ? Personne ne fera plus jamais de choses horribles ?

– Chut, mon enfant. Dors."

Vendredi dernier en Californie, un de mes amis américains s'est rendu en voiture au supermarché du coin, avec sur son pare-chocs un autocollant qui disait : "La paix, c'est patriotique aussi". Le temps qu'il ait fait ses courses, l'autocollant avait été arraché.

Traduit de l'anglais par

Isabelle Perrin

©David Cornwell 2003.

John Le Carré est écrivain.
Ce texte est la version augmentée d'une intervention dans le débat sur la crise irakienne publiée sur le site d'openDemocracy :
www.opendemocracy.net

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 19.01.03


Les douanes françaises saisissent 32.000 montres contrefaites à Fos-sur-Mer destinés à la .. TUNISE!!!
     

Associated Press, le 30.01.2003 à 13h10
    
MARSEILLE (AP) -- Les douaniers français ont saisi 32.000 montres contrefaites le 10 janvier dernier dans un container sur le port de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), ont annoncé les douanes jeudi.
Cette cargaison illicite se trouvait dans un container en provenance de Hong Kong qui était destiné à la Tunisie.
Dans des cartons dissimulés derrière des valises, les douaniers ont mis la main sur 17.446 fausses montres Adidas, 8.500 imitations de la marque Calvin Klein et 4.400 fausses Seiko. Des contrefaçons de montres Ralph Lauren et Christian Dior se trouvaient également dans le lot.
Par ailleurs, les douanes ont découvert le week-end dernier, un stock de 780 faux appareils photo numériques Canon dans un entrepôt à Marseille. Ces appareils se trouvaient dans des mallettes qui contenaient également des fausses piles et des faux trépieds de la
même marque.
          Cette nouvelle affaire a débuté par l'interpellation, samedi dernier, dans la périphérie de la cité phocéenne, d'un automobiliste italien qui transportait cinq de ces appareils dans son véhicule. Cet homme de 50 ans a été interpellé. Il a longuement été interrogé avant d'être relâché.
          "Cela semble être un réseau international dans la mesure où l'on retrouve une marchandise de qualité assez moyenne importée de Chine", a indiqué à l'Associated Press François Brivet, directeur adjoint de la division des douanes de Marseille-Port.
          Ces faux appareils numériques ont transité par un port italien avant d'être acheminés en France par voiture ou par camion. Cette marchandise était destinée au marché local. La société Canon envisage de porter plainte, ont précisé les douanes de Marseille.
 
Associated Press

 

30.000 montres de contrefaçon (destinés à la Tunisie) saisis dans un port du sud de la France 

 

PARIS, 30 jan (AFP) - Les douanes ont saisi jeudi matin dans le  port de Fos-sur-Mer (sud) plus de 30.000 montres de contrefaçon,  dissimulées dans un conteneur en transit entre Hong-Kong et la  Tunisie, a indiqué jeudi le ministère français du Budget.

"Les agents des douanes de Fos/Port Saint-Louis ont découvert la  marchandise, à l'intérieur de 150 cartons, dans un conteneur en  transit, en provenance de Hong-Kong et à destination de la Tunisie",  précise le ministère dans un communiqué.

"Les contrefaçons étaient dissimulées derrière 80.000 montres et  120 valises de marque inconnue, régulièrement déclarées, qui ont  également été saisies comme “marchandises ayant servi à dissimuler  la fraude”, ajoute-t-il.

Les douanes ont également saisi à Marseille (sud) plusieurs  centaines d'appareils photo de contrefaçon, a précisé le ministère.

AFP

 


 

 

Tunisair postpones $543 mln fleet expansion

TUNIS, Jan 30 (Reuters) - Flag carrier Tunisair has shelved a 700 million dinars ($543.05 million) plan to buy 12 aircraft because of a downturn in air travel, its chief executive said on Thursday.

"We have abandoned this purchase plan for now because of this world crisis," Rafaa Dkhil of the loss-making airline told Reuters late on Wednesday.

He was speaking after a news conference with Pierre Fabre, head of aero engine-maker CMF, a joint venture between General Electric Co and France's Snecma [SNEC.UL].

Fabre held talks with government officials and businessmen about investment opportunities in Tunisia. Tunisair is one of CMF's main clients in Africa.

Asked whether Tunisair may proceed with the plan to expand and renew its fleet in the future, Dkhil replied "not before the end of 2006".

Tunisair was due to launch an international tender before the end of 2002 to acquire the 12 planes. It had planned to buy two aircraft a year from 2005 until 2011.

The airline started in 1989 to renew its 29-plane fleet, which includes 18 Airbus A320s and A300-600s and 11 Boeing 737-500s and 737-600s. Its last purchase was an Airbus A320 for $49 million in June.

But an uncertain outlook for the industry, where many airlines are suffering losses amid an economic downturn and a decline in air travel, has stunted Tunisair's ability to pursue an aggressive expansion strategy.

Its losses have deepened over the past three years and official forecasts show the airline staying in the red in 2003 and the following three years.

The company, in which Air France has a 3.9 percent stake, posted its first loss in four decades in 2000. Its net loss widened more than 50 percent in 2001 to 59.6 million dinars and to 70 million dinars in 2002.

The airline sees its loss worsening to 78.3 million dinars in 2003 before gradually narrowing to 23.3 million by 2006.

((Reporting by Lamine Ghanmi, editing by Clelia Oziel; Tunis newsroom, +216-71 787538, fax +216-71787454, عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته..))

($1=1.289 dinars)

REUTERS

 

Tunisie-Soudan

Promouvoir les relations bilatérales et instaurer un partenariat efficient

KHARTOUM (TAP) — M. Moncef Ben Abdallah, ministre de l’Industrie et de l’Energie, s’est entretenu avec M. Ali Osmane Mohamed Taha, premier vice-Président de la République du Soudan, qui l’a chargé de transmettre ses salutations fraternelles au Président Zine El Abidine Ben Ali ainsi que les sentiments de considération et de respect du peuple soudanais pour sa personne et son admiration pour les réalisations accomplies par la Tunisie.

M. Ali Osmane Mohamed Taha a exprimé, à cette occasion, le souhait de son pays d’établir avec la Tunisie de solides relations de coopération et de mettre à profit l’expérience de la Tunisie en matière de partenariat avec l’Union européenne, et ce, dans le cadre des efforts tendant à promouvoir les relations du Soudan avec l’Union européenne.

Il a relevé notamment les résultats positifs auxquels les deux parties sont parvenues au cours de la visite de M. Ben Abdallah au Soudan, affirmant la détermination du gouvernement soudanais à encourager toutes les initiatives visant le développement de la coopération dans l’intérêt des deux pays.

De son côté, M. Ben Abdallah a transmis les salutations du Président Zine El Abidine Ben Ali au Président soudanais M. Omar Al Béchir et ses vœux de progrès et de prospérité au peuple soudanais.

Par ailleurs, M. Ben Abdallah a affirmé la volonté du Président Zine El Abidine Ben Ali de promouvoir les relations tuniso-soudanaises et les hisser au niveau des aspirations des deux pays.

Le ministre de l’Industrie et de l’Energie s’est, par ailleurs, entretenu avec M. Majzoub Al-Khalifa Ahmed, ministre de l’Agriculture et des Forêts, sur les opportunités existant en matière de coopération bilatérale dans le domaine agricole qui offre de grandes possibilités de promotion, notamment concernant l’exécution des projets intéressant les grandes cultures.

Le ministre a également eu une séance de travail avec M. Mostapha Osmane Ismael, ministre des Affaires étrangères, au cours de laquelle les deux parties ont passé en revue les différents volets de la coopération existant entre les deux pays et les mécanismes propres à la dynamiser, notamment ceux qui ont déjà prouvé leur efficacité.

Le ministre soudanais a, pour sa part, mis en exergue le rôle que n’a cessé de jouer la Tunisie dans le renforcement de l’œuvre arabe unie et dans la défense des causes justes tant sur la scène régionale qu’internationale.

M. Ben Abdallah s’est, en outre, entretenu, au siège de l’Union générale, à Khartoum, avec des hommes d’affaires soudanais, où un exposé sur les réformes structurelles de l’économie tunisienne réalisées par le gouvernement tunisien a été présenté, l’objectif étant de renforcer l’économie de marché, l’initiative privée, l’ouverture sur le reste du monde et l’attraction de capitaux étrangers au profit de l’investissement dans divers domaines, notamment dans le domaine des industries agroalimentaires, du cuir et chaussure, du tissage et du textile.

(Source: La Presse du 30 janvier 2003)

 


 

Suivi de la situation sanitaire dans les régions touchées par les inondations

Poursuivre la coordination entre toutes les structures intervenantes

Dans le but d’assurer le suivi de la situation sanitaire dans les régions touchées par les inondations au nord du pays, et en application des instructions présidentielles de mobiliser toutes les potentialités afin de répondre aux besoins sanitaires et préventifs engendrés par les conditions climatiques exceptionnelles, M. Habib M’barek, ministre de la Santé publique, a présidé, hier matin, au siège du département, une séance de travail groupant les directeurs régionaux de la santé publique concernés et nombre de responsables des directions centrales.
Le ministre s’est félicité, à cette occasion, des différentes interventions des équipes médicales et d’hygiène sanitaire permanentes et mobiles pour fournir les prestations nécessaires aux citoyens où qu’ils soient et maîtriser la situation sanitaire et épidémiologique.
Il a souligné la nécessité d’assurer la disponibilité des moyens de traitement et de prévention dans tous les cas et de manière continue dans les établissements de santé permanents, dans les centres d’hébergement et auprès des citoyens en cas de nécessité.
Le ministre a, par ailleurs, souligné l’importance de faire preuve de vigilance dans la surveillance épidémiologique, l’hygiène du milieu et la protection de l’environnement, à travers la fourniture des médicaments et des désinfectants et l’intensification du contrôle médical et de la sensibilisation sanitaire.
M. Habib M’barek a insisté, à cet égard, sur la nécessité de poursuivre la coordination entre les structures sanitaires intervenantes et les structures régionales et nationales concernées en vue de garantir davantage la bonne situation sanitaire générale à long et moyen terme.

(Source: la Presse du 30 janvier 2003)

 
FLASH INFOS    
        
 


 L'opposition réelle est l'opposition vivante !
par hasni le mercredi 29 janvier 2003

Seule l'opposition vivante aboutira à la mise en œuvre du Front de salut national par l'élaboration du plan de sortie de ce régime.
Après avoir maintenu leur formation dans un semi coma politique, les responsables des actuelles formations doivent soit se rallier au mouvementd'union nationale, soit se démettre de leur fonction afin de laisser à la place à ceux qui veulent agir en leur sein. Le temps des petits calculs decouloir, des alliances de circonstance, de la personnalisation excessive est fini. Le temps est venu pour les Tunisiens de s'unir. L'opposition aurégime tunisien représenté par son Président Ben Ali n'est plus un vague concept mais bien une réalité, une réalité (...)

 http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article67

 Un front de salut oui, mais pourquoi faire et avec qui ?
par Ivan le mercredi 29 janvier 2003

Qui pourrait ne pas être d'accord avec Mokhtar Yahyaoui à propos de son état des lieux de la Tunisie ? Qui pourrait contester en Tunisie aujourd'hui, à l'ère de Ben Ali, l'arbitraire, la mise à mort des institutions et de la Constitution, l'absence de liberté d'_expression et de liberté de la presse, la disparition d'une justice indépendante et le viol de la dignité des tunisiens, même s'il y a des personnes, des Tunisiens, qui par lâcheté, opportunisme ou hypocrisie ferment les yeux sur tout cela ? Qui pourrait nier, à l'exception de quelques nostalgiques et hommes de main, la subordination et l'annexion des oppositions et le noyautage de toutes les organisations nationales ? Et qui (...)
par angelica le mercredi 29 janvier 2003

J'ai eu la chance de faire le tour de la Tunisie deux fois. Je connais mon pays du Nord au Sud, village par village. Je connais la Tunisie en plein
Sahara. J'ai même parlé avec quelques Touaregs. J'ai marché à pieds dans tout le Nord... je marche encore et encore, non-stop. Un jour on se verra.
Deux villages restent dans ma mémoire à jamais, c'est Tamazret (Sud-Ouest) et Amdoun (Nord-Est).
Tamazret le 4/juin/2000 :
Impossible à imaginer ou d'en rêver. Je suis entré depuis le Nord, descendant la montagne, l'image en face est magique, le sol est déchiré de
tous côtés, à gauche et à droite, ces déchirures sont tellement  profondes qu'il est impossible qu'elles soient faites par un (...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article80

 L'information non-indépendante d'un « indépendant
par Ivan le mercredi 29 janvier 2003

En lisant le récit de l'assemblée ou plutôt de la non assemblée générale extraordinaire du Conseil de l'Ordre des avocats de la plume de Nizar
Bahloul , on ne peut que se rendre compte une fois de plus de l'état d'asservissement dans lequel se trouve le magazine « Réalités ». Si pour
une personne non avisée, lire sous « Réalités » le récit de l'assemblée de l'ordre des avocats peut laisser croire à une certaine ouverture ou
indépendance, l'autre récit de cette même assemblée par Abdel Wahab Hani montre à quel point le récit de « Réalités » est au moins biaisé.
Hormis ce qui pourrait être considéré comme une querelle de chiffres, 500 pour l'un ou 800 pour l'autre, le biais présent (...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article93


 CYBER @CTION 71 : LIBEREZ ZOUHAIR YAHYAOUI
par Tunisie, réveille-toi! le mercredi 29 janvier 2003

RAPPEL
Participer à la Cyber @ction 71 : LIBEREZ ZOUHAIR YAHYAOUI
1100 retours en une semaine et demi
P.S : Pour envoyer une lettre au Président de la République française vous n'avez nullement besoin d'un timbre seulement une enveloppe suffit.
Alain UGUEN Association Cyber @cteurs un réseau de 10 500 correspondants
152 rue F.Pelloutier
29000 QUIMPER ou KEMPER
Tél : 02 98 90 49 34 Fax : 02 98 52 09 58

www.cyberacteurs.org

CYBER @CTION 71 : LIBEREZ ZOUHAIR YAHYAOUI(...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article63

 
 La guerre quasi-certaine contre l’Irak profite au régime tunisien 
mardi 28 janvier 2003

Elève modèle de l'Etat aligné sur les recommandations des instances monétaires et financières mondiales, la Tunisie est plus que jamais
livrée à sa dictature. Avec d'une part, le terrorisme comme alibi pour étrangler toute opposition et d'autre part, une politique économique et
financière suivant à la lettre les recettes impopulaires et inhumaines de la mondialisation néo-libérale sauvage ; la Tunisie de Ben Ali semble peusoucieuse des condamnations répétées des grandes ONG mondiales du fait (...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve!

 Le directeur de Borj Erroumi réprime des détenus en grève de la faim
- mardi 28 janvier 2003

AISPP 33, rue Mokutar Atayya, Tunis Tél : +216 71 256 647 Fax : +216 71
354 984

Urgent : Le directeur de Borj Erroumi réprime des détenus en grève de la faim (communiqué traduit de l'arabe par AW Hani, sur la foi de        l'e-original)
Tunis le 26 janvier 2003
Plusieurs prisonniers politiques ont entamé une grève de la faim depuis le 7 janvier, à la prison de Borj Erroumi (prison de haute sécurité, située dans l'extrème nord du pays). Il s'agit de Mrs Noureddine Gandouz, Nabil(...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve!

Comité international pour le journaliste Tunisien Hammadi Jebali  
-
lundi 27 janvier 2003

Comité international pour le journaliste Tunisien Hammadi Jebali Communiqué 1 Mr Hammadi Jebali journaliste et ex-rédacteur en chef du
quotidien arabophone tunisien " Al Fajr " est arrêté et condamné le 6 octobre 1990 à 6 mois de prison avec sursis et 1500 dinars d'amende
pour "incitation à la violation des lois en vigueur" et "appel à l'insurrection". Cette condamnation fait suite à la publication, le 16 juin 1990 (ce qui avait valu au journal sa suspension pendant trois mois), d'un (...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve!1

 POUR UNE AMNISTIE GENERALE EN TUNISIE: GREVE DE LA FAIM DE HAMADI JBALI
-
lundi 27 janvier 2003

Bruxelles, le 27 janvier 2003. Monsieur Hamadi Jebali, directeur de l'hebdomadaire Al Fajr, organe du mouvement islamiste Ennahda, dont il
est l'un des dirigeant, est détenu depuis 1990. M. Hamadi Jebali a été condamné en 1992 - au terme d'un procès qui n'a respecté en rien, selon les ONG présentes, les critères du procès juste et équitable - à 16 ans d'emprisonnement par le tribunal militaire de Bab Saadoun, pour
appartenance à une association non reconnue. Le 13 janvier 2003, M. (...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve!

 LTDH, infos express,
26 janvier 2003  - dimanche 26 janvier 2003
Ligue Tunisienne pour la défense des droits de l'homme Infos Express 26 janvier 2003


Nouvelle offensive contre la LTDH
 La LTDH a été convoqué le samedi 25 janvier 2003 à comparaître lundi 27 janvier 2003 devant Le juge en référé près le tribunal de 1ere instance de <Tunis suite a une plainte portée contre la LTDH par 3 adhérents de la section de Sfax de la LTDH (Fayçal Sallami , Ala El Oukil et Mohamed Noureddine Khedher appartenant au (...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve 

 Hammadi JBALI : 13 eme jour de grève de la faim  
samedi 25 janvier2003
Hammadi JBALI : 13 eme jour de grève de la faim
La famille du prisonnier d'opinion Hamadi Jbali en grève de la faim  depuis le 13 janvier 2003 à la prison de Nadhour à Bizerte a pu le rencontrer à l'occasion de la visite hebdomadaire effectuée aujourd'hui. Hamadi Jbali se porte Bien et affirme sa détermination de continuer son action jusqu'à la réalisation de ses revendications. Il exprime sa reconnaissance et ses remerciements à tout ceux qui l'ont soutenu ou
exprimer leurs solidarité. (...)

 
http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve
 
Iraq
Cher(e)s ami(e)s tunisien(ne)s, cher(e)s ami(e)s de la Tunisie,

Je lis dans vos forums que la guerre fait le jeu de Ben Ali. Je me permets d’ajouter que la paix à tout prix fait le jeu de Saddam Hussein et de tous les dictateurs. Qui en paient le prix ? Les Iraquiens, les
Tunisiens, tous ceux pour qui la liberté, la démocratie et l’Etat de Droit sont indissociables de la paix ou, mieux encore, sont les conditions mêmes de la paix.

Et si, par conséquent, la véritable alternative n’était pas entre la guerre et la paix mais entre la guerre d’un côté, la démocratie, la liberté, l’Etat de Droit et la paix, de l’autre !

Tel est le sens de l’appel que le Parti Radical Transnational a lancé et que plus de 4.000 personnes ont signé en l’espace de quelques jours: l’exil pour Saddam et la création d’une administration provisoire
des Nations Unies chargée de garantir les droits fondamentaux de tous les Iraquiens et de mettre en place les institutions permettant l’avénement d’un gouvernement démocratique en Iraq.

L’appel peut être signé sur www.radicalparty.org

En espérant pouvoir compter sur votre soutien,

Amicalement,

Olivier Dupuis
Member of the European Parliament
http://www.radicalparty.org/
tel. +32 2 284 7198
fax +32 2 284 9198
 
 
Perturbation des transports entre Mateur et Jdeïda
Le train assurant la desserte entre Tunis et Mateur connaît ces derniers jours d'importantes perturbations. Affectée, voire endommagée par les dernières inondations, la voie ferrée au niveau de Jdeïda, est devenue non fonctionnelle.
Les usagers de cette ligne qui font une navette quotidienne connaissent à cet effet d'énormes difficultés pour se déplacer. Nombre d'entre eux ont été obligés de loger chez des parents à Tunis, en attentant que la desserte soit rétablie.

(Source : Le Temps du 30 janvier 2003, d’après le portail Babelweb)
 
Légère secousse tellurique à Mastouta
Les services sismologiques ont enregistré, hier, à 9h28 heure locale, une légère secousse tellurique dans la zone de Mastouta (gouvernorat de Béja). Les habitants de la zone ont ressenti cette secousse d'une densité de 2,5 degrés sur l'échelle de Richter.
 
(Source : La Presse du 30 janvier 2003, d’après le portail Babelweb)
 
LTDH : L'affaire de la section de Sfax
La décision de justice concernant l'affaire de la section de LTDH de Sfax doit être connue aujourd'hui, la chambre des référés du tribunal de première instance de Tunis va ou bien annuler la tenue des congrès des deux sections à Sfax prévus par la Ligue le 1er et le 2 février 2003 ou bien donner raison à la Ligue en attendant le jugement de l'affaire sur le fond le 26 février 2003.
Le comité directeur de la LTDH a décidé de créer une deuxième section à Sfax et de tenir ainsi deux congrès distincts au lieu d'un seul. Cette décision n'a pas été du goût de trois militants de la section de Sfax qui ont porté l'affaire devant la justice.
 
(Source : Le Temps du 30 janvier 2003, d’après le portail Babelweb)
 
Le chiffre du jour : 31
Trente et un projets parmi les soixante-neuf, présentés lors de la journée de partenariat de Béja , tenue le 26 décembre dernier ont suscité l'intérêt des banques et des sociétés d'investissements.
C'est un taux qui reflète le bon rendement de telles rencontres très utiles pour le développement régional. Ces 31 projets qui touchent l'agroalimentaire, les matériaux de construction, la chimie, le textile et la mécanique, sollicitent une enveloppe d'investissements de 22 millions de dinars.
 
(Source : Le quotidien du 30 janvier 2003, d’après le portail Babelweb)
 
 
Batam : Situation mi-figue, mi-raisin
Deux communiqués Ur la situation de Batam ont été publiés. Le premier émanant, de la société elle-même, stipulant que les redressements effectués sur les éléments d'actif et de passif arrêtés à la date de la désignation de l'administration judiciaire ont révélé une situation négative de la société Héla Batam et par conséquent, ses fonds propres ont été totalement absorbés».
 
De quoi ne pas réconforter les propriétaires des actions Batam. Le second émanant Conseil du Marché Financier (CMF) sur la situation de cette société où il est notamment mentionné que les discussions entre le groupe Batam, les banques et les fournisseurs du groupe sont sur le point d'aboutir sur un programme qui comporterait plusieurs points.
 
(Source : Le quotidien du 30 janvier 2003, d’après le portail Babelweb)
 

تونس تحتفل بالسنة الوطنية للكتاب هذا العام‏
 

 تونس 30-1 (كونا)-

قال وزير الثقافة والشباب والترفيه التونسي عبد ‏الباقى الهرماسى ان برنامج السنة الوطنية للكتاب التى تشهدها تونس طيلة ‏‏العام الجارى سيتضمن اكثر من 100 نشاط وتظاهرة متصلة بصناعة الكتاب بجوانبها‏المختلفة.‏    

واوضح الهرماسى ان هذه التظاهرات والانشطة ذات ‏‏الصلة بالكتاب ستتمحور فى مواضيع مختلفة تهتم بالابداع وانتاج المضامين وبصناعة ‏‏الكتاب واقتصادياته والوسائط المتعددة وتسويق الكتاب وترويجه .‏  

كما يتناول برنامج الاحتفال بسنة الكتاب فى تونس هذا العام ايضا حضور الكتاب ‏التونسي بالمعارض الدولية والكتاب والمطالعة فى الوسط العائلي والكتاب والمطالعة ‏‏فى الاوساط الشبابية والمدرسية والجامعية اضافة الى الانشطة ذات الصبغة الاعلامية ‏‏والتحسيسية للمعارض الرامية الى التعريف بالكتاب والمكتبات.‏  

وذكر ان معرض تونس الدولى للكتاب الذى سيقام فى نهاية ابريل القادم سيهتم ‏‏اساسا بمسائل النهوض بالكتاب وكذلك الشان بالنسبة الى شهر التراث الذى سيقام من ‏‏18 ابريل الى 18 مايو القادم تحت شعار (التراث المكتوب) ضمن اطار السنة الوطنية ‏‏للكتاب فى تونس.‏  

وقال انه سيتم ادخال اصلاحات جذرية على مهرجان الاغنية التونسية الذى سيصبح ‏‏بدايته من سنة 2004 (مهرجان الموسيقى التونسية) وينظم كل سنتين لتشجيع الانتاج ‏‏الموسيقى فى اللهجة التونسية سواء بواسطة تتويج الاغانى البارزة فى صيغتها ‏المعهودة او بواسطة تتويج مشاريع فنية متكاملة فى شكل عروض متكاملة تستغرق ما بين ‏20 و30 دقيقة.‏    

واشار وزير الثقافة التونسى الى ان الدورة ال39 لمهرجان (قرطاج) الدولى ستقام ‏‏هذا العام خلال الفترة من 11 يوليو الى 23 اغسطس القادم موضحا ان الافتتاح ‏‏والاختتام لهذا المهرجان سيكونان بعرضين تونسيين.‏  

وكان الرئيس التونسى زين العابدين بن على قد قرر اعلان سنة 2003 السنة الوطنية ‏ ‏للكتاب فى تونس وذلك بمناسبة الاحتفال باليوم الوطنى للثقافة يوم 31 مايو الماضى.

(المصدر: وكالة كونا الكويتية للأنباء بتاريخ 30 جانفي 2003)

 

Première librairie ''on line'' en Tunisie

30/01/2003--La première librairie en ligne a été lancée récemment, par les éditions ''L'univers du livre'' maison d'édition tunisienne oeuvrant depuis plusieurs années dans le domaine de l'édition, de la distribution et de la vente du livre.

Cette nouvelle conception de commercialisation du livre a pour but de le rapprocher du lecteur tunisien et de l'informer sur les publications nouvelles des maisons d'éditions tunisiennes et étrangères, d'autant que l'année 2003 a été proclammée année nationale du livre.

Cette librairie virtuelle qui figure sur le site internet des éditions ''L'univers du livre'' à l'adresse suivante : www.univers-livre.com.tn, constitue une nouvelle formule de commercialisation et de distribution du livre en Tunisie.

On y trouve plusieurs rayons répartis par catégories et par thèmes dont notamment, la littérature française et arabe, les sciences humaines, les livres de poche, les dictionnaires, les publications tunisiennes, les rendez vous culturels ainsi que la promotion des ouvrages nouveaux.

Grâce à cette librairie virtuelle, les internautes auront l'occasion de consulter la liste des nouvelles publications en langue arabe, en français et en anglais édités par des maisons tunisiennes ouétrangères et seront aussi informés des ouvrages en promotion et vendu avec ''un prix spécial Tunisie''.

Le contact avec les clients est également établi soit par les news letters ou par e-mail. Actuellement, plusieurs titres nouveaux sont mis à la disposition du public dans cette librairie ''on line'' qui sera renforcée dans les prochains jours, par de nouvelles bases de données dans le but de promouvoir la commercialisation du livre en ligne.

(Source : www.infotunisie.com ) 

 

كتاب جديد لمؤلف تونسي مقيم بفرنسا:

أوهام الإسلام السياسي

المؤلف:
عبد الوهاب المؤدب

المترجم:
محمد بنيس

 عدد الاجزاء: 1
سنة النشر: 2002
الطبعة رقم: 1
الناشر: دار النهار
صفحة: 229
 ISBN: 2-84289-410-3

تعريف الناشر:

ان اعتداء 11 ايلول / سبتمبر الرهيب الذي ضرب في عمق الولايات المتحدة هو جريمة، ارتكبها اصوليون اسلاميون. وهو يشكل الذروة القصوى في سلسلة اعمال ارهابية سلكت خطا تصاعديا، اعيد نقطة انطلاقه الى العام 1979، الذي شهد انتصار الخميني في ايران واجتياح الجيش السوفياتي افغانستان.

لقد كان لهذين الحدثين نتائج عززت الحركات الاصولية وساعدت في نشر عقيدتها. ومن اجل فهم تشكل هذه العقيدة يلزم الغوص في عمق الماضي للتحقق من الكيفية التي تهيأت بها القراءة الاصولية لكل من القرآن والسنة. فلا بد من استعادة الطريقة المتبعة في علوم التفسير والفقه كي نتبين اين يفسح هذا النص للتعصب او لتشجيع اولئك الذين لا يحتفظون من روحية السلام الا بالدعوة الى الحرب. ويجب ان نكتشف اين ينغلق هذا النص على تحديث المعنى، وأين يمكن تطويعه بما يسمح بفهم جديد للموقع الذي نما فيه انغلاق التفسير والفقه.

اذ من المهم ان نعرف ان كان من الممكن قراءة هذا النص بمنهج فكري معاصر. كما يجب الوقوف على عمليات تطمس الجانب البطولي في الاسلام وتشوهه عندما تعمم مفهوم العدو، وان في زمن السلم.

وهذه مراجعة للكتاب من طرف صحيفة النهار البيروتية:

بقلم: حاكم مردان  - النهـار

عبدالوهاب المؤدب ليس مثل الذين يكتبون في شأن الاسلام السياسي وينتقدون الردة الاصولية فيه على نحو موارب وتنظيري همه "الدوبلة" و"الزوربة" عن حقائق بات يعرفها الجميع، وكل يحاول بحسب غرضه "الشخصي" التستر عليها، بل يطرق المؤدب في كتابه "اوهام الاسلام السياسي" موضوعه مباشرة ويضع يده على الجرح من دون ان تأخذه في الحق لومة لائم.

ويكشف دونما سعي الى اثارة فضيحة، انما بروية الباحث وصبره وأناته، عمق تفكيره وسر هذين الردة والانتشار للأصولية في ابشع اشكالها وأغباها.

وعلى كثرة ما قرأ المرء في هذا الشأن تكاد الحقيقة تضيع في سبيل النظريات والاسانيد والمقابسات بين اصولي، وآخر متنور، كأن العالم كله وليس الاسلامي فحسب انقسم على حين غرة بينهما ولا طريق ثالثاً بين الظلمة والنور. وعلى مدى الاقسام الاربعة في كتاب المؤدب يسعى المؤلف في تسهيل الامر على القارئ ببساطة الباحث، مدخلاً المعلومة في نصه بقرينتها في الواقع، مما يقرّب الى الاذهان، حتى البسيطة منها، حقيقة ما يحصل في عالمنا اليوم وكيف تحول بعض من شراذم المسلمين وأدعيائه الى زعماء يشار اليهم بالبنان وتطاردهم اكبر دولة في العالم عدة وعتاداً، بل يثيرون اعجاب العامة بهم، ومنهم مَن اعتبر ان هؤلاء هم الذين سيعيدون الى الاسلام غَلَبَتَه الاولى وينصرون دين الله بعدما توارى مخذولاً في زوايا الارض.

يعرض المؤلف في القسم الاول من كتابه تحت عنوان "اسلام مفجوع بفقدان غَلَبَتَه" للداء المتأصل في كل فكر عامة وفي الدين خاصة فكماً "كان التعصب هو داء الكاثوليكية، والنازية مرض المانيا، فمن المؤكد ان الاصولية هي داء الاسلام"، مميزاً بين اسلامين الأول المنفتح على الآخر المتسامح والذي يدعو الى الاحترام والثاني المتشدد في نصوصه وأفعاله والذي يدعو المؤلف الى التنكر له.

وعليه، يتوغل الكاتب في سيرة الاسلام والمسلمين (مفكريهم خاصة) الذين أثروا التراث الانساني بانتاجاتهم واضحوا سبب نهضة اوروبا الحالية التي بدأت منذ القرن الخامس عشر التفكير في "فك الارتباط العضوي بين السياسي والديني"، مستنيرين بكتاب "فيلسوف قرطبة" ابن رشد وكتابه "فصل المقال": "في هذا الكتاب ينهج فيلسوف قرطبة الفكر الذي وضعه الكندي (796-873) اول فيلسوف تأثر في بغداد بالفكر الهيليني"، وهكذا "انتقل تداول الافكار من اليونانية الى العربية فاللاتينية والعبرية ثم الى اللغات الحية الاوروبية".

الا ان هذه المسيرة من التواصل الفكري انقطعت في اللغة العربية بينما استمرت في اوروبا حتى صارت الاخيرة على ما عليه اليوم. ويستعين الكاتب بأمثلة في تاريخ المسلمين الذي برز فيه مفكرون متنوّرون وقادة لا يقلّون عنهم عمقاً وفهماً لحقيقة الدين، وما حصل في بغداد ايام المأمون كاد يكون عصراً للأنوار ونهضة فكرية اذ انتهج الخليفة العباسي سبيل المعتزلة في تفسير النص وتأويله ومن ثم مسؤولية الانسان الكاملة عن افعاله ورفض القدرية، وكانت فرصة ذهبية للعالم الاسلامي والعربي عامة لو ان التجربة رافقها بناء مؤسساتي يواصل الانجازات التي تمت في ذلك العهد، لكن تضافر الجهّال من العامة والاسلام النصي مشفوعاً بعلماء الدين بمفاهيمهم الجامدة للنصوص وعدم توافر حرية ابداء الرأي للمعارضين وقمعهم على ايدي المعتزلة، جاء دور هؤلاء الاخرين بعد موت المأمون ومجيء المتوكل الذي نكّل وأتباعه بالمعتزلة، مما جعل التجربة تتجمد في زمانها وتذهب ادراج الرياح.

لا يسعنا ونحن نقرأ القسم الاول من كتاب المؤدب الا التساؤل في استغراب واضح عن الدين المتنور الذي كان ينادي، حتى وقت قريب، بالتسامح والتقرب من الآخر ويستشهد المؤلف بأكثر من مفكر وشخصية اسلامية (ابن عربي، محمد عبده، عبدالقادر الجزائري، علي عبدالرازق) وهم يدعون الى تحرير المرأة واحترام حرية الآخرين في عباداتهم واعلان آرائهم والأخذ من اوروبا بأسباب التقدم ونبذ الاساطير وإحكام العقل في الشؤون الدينية والدنيوية: كيف تحوّل هذا الدين "من تفكيك الاساطير الى اعادة تركيبها، ومن خلع حجاب المرأة الى اعادة استعماله، وباختصار تغيّر بنا الزمن. فالعالم في تغّربه انتقل من النمط الاوروبي الى النمط الاميركي".

في القسم الثاني وعنوانه "اصل الاصولية وفصلها"، ييعرّج المؤلف على نشأة المملكة العربية السعودية كونها منبع الاصولية لاتخاذها مذهب ابن حنبل، صاحب احد المذاهب الاربعة والمسمى باسمه والداعي الى العودة الى نصوص القرآن والأخذ بها حرفياً ونبذ ما عداها وتطوير هذا المذهب - في اتجاه اكثر تشدداً لا ريب - على يد أحد اتباعه الراديكاليين المعروف بابن تيمية، حتى قيام الدعوة السعودية على يد ابن عبدالوهاب في القرن الثامن عشر، وهذا الاخير هو ثالثة الاثافي، فاذ اكتفى الاول (احمد بن حنبل) بالعودة الى النص القرآني والتزامه حرفياً، طالب الثاني (ابن تيمية) بمحاربة وتكفير كل فكر خارج على النص وان كان في روح الاسلام وصلبه، كالمتصوفة مثلاً او المفكرين المسلمين الذين تأثروا بالفكر الهيليني، راح محمد ابن عبدالوهاب الذي التحق بآل سعود في محاولة للامساك بالسلطة على شبه الجزيرة العربية يتهم بالزندقة ويرمي بالكفر كل من يعارضه، وكان "من الضروري التركيز على بعض التفاصيل التي تنم عن عمق اجتهادات ابن حنبل وابن تيمية على حد سواء، تمييزاً لهما عن مريدهما النجدي الفظ، ابن عبدالوهاب، الذين كان من الاجدى ان يبقى لضحالة افكاره طي النسيان".

كانت غزوات ابن عبدالوهاب ضد العتبات المقدسة في العراق (النجف وكربلاء) واستباحت دماء الابرياء (المجرمون في رأيه والكفرة ماثلة في ذاكرة هاتين المدينتين لما لحقهما من خراب على ايدي اصحابه وهدمه كل مَعْلَم تاريخي من فجر الاسلام او ما قبله حتى بات صب الباطون على اي من هذه الآثار عملاً في صلب مهمات المسلم (الوهابي).

وفي مقاربة فذة يورد المؤلف ما حصل في افغانستان على ايدي حركة طالبان وتحت بصر العالم وسمعه لدى تفجير تمثالي بودا بدعوى انهما صنمان جاهليان مع انهما ليسا موضوعاً للعبادة. وهنا يتساءل المؤلف ماذا لو ان تدخل الولايات المتحدة جاء لهذا السبب، وخاصة ان التمثالين مصنفان بحسب الامم المتحدة من التراث العالمي، ولكانت اميركا جنبت نفسها تفجير البرجين وأربعة آلاف ضحية سُحقوا تحت الحديد والاسمنت والزجاج.

غير ان التساؤل الاخطر والاهم الذي يطرحه المؤلف يتمثل في التماثل التاريخي في نشأة كل من العربية السعودية والولايات المتحدة، وبالعودة الى كتاب "الديموقراطية في اميركا" والى توكفيل، حيث ينص الفصل الثاني من الكتاب "الذي ينم عنوانه وحده عن منهجه المعتمد على الجذور والسلالات.

فالعودة الى الماضي وفهمه يساعدان في فهم حاضر الامم ومستقبلها". ففي القانون الذي اعتمدته ولاية كونكتيكوت عام ،1650 حيث يعود توكفيل الى التشريعات التأسيسية، خطرت للمشرعين في تركيزهم على القانون الجنائي فكرة غريبة تقضي بالاستعانة بالكتب المقدسة عندما يبدأون بتأكيد "ان كل من يعبد إلهاً غير الرب يحكم عليه بالاعدام"، ثم يلي ذلك ما بين عشرة احكام اثني عشر حكماً من النوع نفسه، مستمدة حرفياً من سفر "التثنية" ومن سفر "الخروج"، ومن سفر "اللاويين".

ويردُ فيها ان عقوبة التجديف والسحر والزنا والاغتصاب هي الموت، والعقوبة نفسها تصيب "الولد الذي يهين والديه". وهنا يصوغ المؤدب جواب سؤاله الآنف على النحو الآتي: "فعندما اقرأ نصاً من هذا النوع ينتابني احساس بأن المملكة العربية السعودية الوهابية والولايات المتحدة الطهرية قد غطستا عند ولادتهما في ماء واحد".

الا ان الدين في اميركا بحسب توكفيل "هو الذي افضى الى الانوار، والتقيد بالقوانين الالهية، وهو الذي يقود الانسان الى الحرية"، في حين افضى الدين على طريقة محمد ابن عبدالوهاب (التبسيطية الوهابية) الى العبودية والظلامية. لكن صاحب العقيدة الوهابية "الغافل عن عبوديته وعماه، يسير جنباً الى جنب مع الاميركي.

وكلا الشريكين مزوّد مراجع تأسيسية متشابهة في ظاهرها" وهكذا يسلح الاميركي الوهابي ويدربه على التقنية التي تساعده على التنفس تبعاً للايقاع الاميركي حيثما وجد في العالم. وفي حالة التصاحب هذه يحقق الوهابي الثروة المادية ويوظفها في نشر دعوته. وتحقيق الثروة نوع من التمجيد لجذوره الروحية. ألم يعلن ابن حنبل ان تحقيق الثروة واجب شرعي؟ ألم يشدد ابن تيمية على ان وضع الثروة في خدمة الدين فريضة تستوجب العقاب على كل من يتقاعس عنها؟".

اذن، احداث 11 ايلول هي من نوع السحر الذي انقلب على الساحر، او كما في بيت المتنبي:


          ومن يجعل الضرغام بازاً لصيده              تصيده الضرغام فيما تصيدا

كان من نتيجة تحالف السعودية والولايات المتحدة ولادة بن لادن مقاتلاً اسلامياً بدأ بمحاربة السوفيات في افغانستان وعندما انتهى دور هؤلاء وذهب الاتحاد السوفياتي ادراج الرياح انتهى بالانقلاب على اسياد الامس ومرشديه في مغاور افغانستان، وكما حصل للرئيس السادات حين اقترب من الاخوان المسلمين لضرب اليسار والقوى القومية فانقلب عليه هؤلاء على يد خالد الاسلامبولي وانتهى اغتيالاً، كذلك احداث 11 ايلول وانقلابة بن لادن حيث يسهب المؤلف في القسم الثالث من الكتاب "الاصولية في مواجهة الغرب"، فيما صار الجميع تقريباً يعرفون افرازاته على صعيد العالم بعامة والبلاد العربية بخاصة، فما بات يُعرف بالعرب الافغان الذين سُرحوا بعد اندحار الشيوعية في افغانستان عادوا او عاد بعضهم الى بلدانهم الاصلية فكان من حصيلة ذلك احداث الجزائر التي لا تزال مستعرة ومحاولة اغتيال الرئيس حسني مبارك في اديس ابابا وقتل السياح في مصر، ألخ، ومنهم من توجه الى اوروبا وكان من نتيجة ذلك ازدياد مشاعر الكراهية للأجانب (نحن) هناك وصعود النازية الجديدة.

كل ذلك يصل والعالم العربي في تقهقر إما ارضاء لهذه الموجة الاصولية المدعمة بقوة البترودولار او للابقاء على كراسي الحكام ثابتة كما هي الى مزيد من القمع وكم الافواه وقتل الحريات. وهكذا اقصي الاسلام المتنور المتسامح ليحل مكانه الاسلام الغاضب الناقم الحقود.

الا ان المؤلف لم يعد يأتي على ذكر "فك الارتباط العضوي بين السياسي والديني"، فالاسلام كما هو معروف دين دولة، دنيا وآخرة، ولا يعدم في كل عصر وأوان ان يأتي امثال ابن تيمية او محمد ابن عبدالوهاب ليفسروا النصوص على هواهم وما تمليه من نزعات عصابية لا ترتبط بالدين بقدر ارتباطها بنشأتهم صغاراً او انتمائهم القبلي او الظروف الحياتية التي وجدوا فيها، والتاريخ يخبرنا ان الخوارج، وكانوا من اتباع الامام علي عليه السلام، خرجوا عليه لعلة في انفسهم فغالبيتهم من قبائل تميم التي اعتادت الغزو والنهب والسلب ولم تترسخ تعاليم الاسلام في نفوسهم، فالطبع غلاّب كما نعرف.

لذا لم يعجبهم ان يقاتلوا (يغزوا بمفهومهم) وينالوا الغنائم (الاسلاب بعرفهم) وان ينتظروا حصصهم كغيرهم من المسلمين في الطابور، لذا انشقوا عن إمامهم، وبدعوة الاسلام النقي استباحوا ديار الاسلام وقتلوا اطفال المسلمين ونساءهم وعجائزهم. وفات المؤلف، في اعتقادي، الالتفات الى هذه الناحية في التركيبة النفسية لهؤلاء، فاسلام البدو الاعراب غير اسلام اهل المدن، والأخيرين يتفاوتون من مدينة الى اخرى والامر نفسه ينطبق على الديانتين المسيحية واليهودية.

ان وجود المسلم في مجتمع متنور متعدد وعلى سوية حضارية يجعل الاول يتضامن مع الحياة العامة، فالمجتمع الجزائري مثلاً ميال بطبعه الى العنف فجاء اصوليوه على شاكلته، وسيادة الطبائع البدوية في شبه الجزيرة ولدت في نفوس مسلميها ما يشبه البيئة الحاضنة لأفكار التطرف الى وجود المال (البترودولار) والحليف المستعد دوماً لتلبية حاجاتهم من التكنولوجيا الحديثة (الولايات المتحدة)، وأخيراً حين حاول المؤلف ان يبين ما في المسلمين والقرآن تحديداً من آيات للسماحة وتقبل الآخر، وفاته ان القرآن نفسه كما يقول الامام علي عليه السلام "حمّال اوجه"، ولا يعدم في كل زمان ومكان ان يأتي احدهم ويختار ما تلائم نزعته من اوجه فيه، وكان الاجدر البحث في السبل التي تصل بالمجتمعات الى فصل الدين عن الدولة بدلاً من البحث في التاريخ عن شذرات صارت معدومة في ايامنا هذه عن دين ومتدينين متنورين!

(المصدر: موقع "أدب وفن" التابع لصحيفة النهار البيروتية)

بسم الله الرحمن الرحيم
 
رحيل عالمة الإسلاميات آن ماري شمّل

بأسى شديد تلقت حركة النهضة نبأ رحيل علامة الاسلاميات الكبيرة الفقيدة البروفسورة السيدة  آن ماري شمّل التي وافاها الأجل عن سن ناهزت الثمانين أمضتها في محراب الاسلام متعلمة ومعلمة، ذائدة عن حماه: فقد أتقنت العربية في سن الخامسة عشرة، وحصلت على شهادة الدكتوراة من جامعة برلين قسم الدراسات الاسلامية وهي في سن التاسعة عشرة. انطلقت بروح مشرقة وحس مرهف وعقل لماح تتوغل في مختلف حقول الاسلام وتراثه ولغاته العربية والفارسية والتركية والأردية جائلة متأملة في حدائق معارفه الزاهرة الأدب والتصوف والفلسفة والفقه فما زادها طول التأمل والتجوال خلال ما يناهز ثلاثة أرباع قرن غير مزيد من العشق لموضوع بحثها والتولّه به، كاشفة عن كنوز منه عظيمة مجهولة،لم تتردد في نشرها والتبشير بها والذود عنها، حيثما حلت محاضرة بمختلف اللغات الاسلامية والغربية، قد نذرت نفسها وانقطعت بالكلية لهذه المهمة، متنقلة بين أروبا والولايات المتحدة وتركيا والباكستان ووطنها الاصلي محاضرة في جامعاتها ومراكزها العلمية ناشرة خلال ذلك عشرات المؤلفات والبحوث كشفا عن كنوز الاسلام وحضارته وتصديا لمدارس الاستشراق الاستعماري والصهيوني. وكان "محمد رسول الاسلام" أهم كتبها، حيث عبرت عن عمق تقديرها لرسالة الاسلام وحضارته، ما أثار عليها عصبة الارهاب الفكري اتهاما لها بأن الحب لرسول الاسلام عليه السلام دافعها الحقيقي فردت بكلمة واحدة "نعم إني أحبه". ومن كتبها "الملك لك..عالم الاسلام :رحلة في الاعماق" ولم تكن تعوزها روحية وفدائية العلماء المجاهدين لتقف في وجه الحملات الكبرى على الاسلام كتلك التي اتخذت من مواقف بعض المسلمين إزاء أعمال أدبية تافهة لسلمان رشدي ولسميّته البنغالية نسرين، منطلقا لحملة شعواء على الاسلام وتراثه. فلم تتردد في إدانة تلك الأعمال وإظهار مدى ما طفحت به من ضروب الاثارة والتجريح والنيل من مقدسات المسلمين مما لا علاقة له بالأدب ولا بالعلم. وهو ما أتاح الفرصة لقوى الارهاب الفكري أن تشن عليها حملات متلاحقة لتدميرها. ولكن ذلك لم يفت في عضدها ولم يثلم عزمها، بل واصلت الدفاع عن الاسلام وتراثه معتصمة بمنهاجها العلمي الصارم وما يفصح عنه من نتائج في تحد شامخ لتلك القوى، فلم تتردد حتى وهي في سن الثمانين من مواصلة جهادها ضد مشعلي نيران الحروب الحضارية والدينية ممن يعملون جنبا الى جنب مع البنتاغون ومع جيش الاحتلال الاسرائيلي من تجار الحروب ومنظّري الموجة الاستعمارية الجديدة. ورغم ما تتوفر عليه تلك القوى من أسلحة فتاكة على كل صعيد فقد صمدت هذه السيدة العظيمة كالطود الأشم وانتزعت لها في عالم تظن تلك القوى الارهابية أنها قد بسطت عليه هيمنتها المطلقة مكانة متميزة فاستقبلت حيثما حلت بآيات التبجيل حتى سميت باسمها شوارع في مدائن اسلامية مثل لاهور وحصدت أرفع الجوائز التقديرية داخل بلدها وخارجها مثل جائزة السلام العالمية وجائزة الناشرين، رغم صراخ واحتجاج قوى التعصب العدمية المتوحشة.
لقد مثّل تراث الراحلة الناسكة المتبتلة من جهة جسر تواصل متين بين الاسلام والغرب ومدخلا جادا للتعرف على الاسلام وتراثه، ومثّل من جهة ثانية امتدادا مشرّفا للاستشراق الألماني الجاد الزاخر بالأعمال العظيمة في حقول الأدب والحضارة والفقه.. بما يجعل الراحلة من جهة أعمالها الأدبية تلميذة لشعراء وأدباء ألمان عظام عشقوا وخدموا الحضارة الاسلامية مثل غوتة، وسميّة لزميلة لها رحلت منذ بضع سنوات قد نالت أعمالها شهرة عظيمة في العالم الاسلامي أعني  الفقيدة زغريد هونكه.
وسواء لقيت هذه السيدة العظيمة والعلامة النحريرة ربها على دين الاسلام، وهو ما يرجحه بعض المقربين منها وكذا تراثها الضخم في خدمته، أو على دين آخر، فحقيق على المسلمين وعلى كل أنصار تجسير ودعم علاقات التعاون والتثاقف بين الحضارات ولا سيما أقرب حضارتين الى بعضهما: حضارة الاسلام وحضارة الغرب أن يمجدوا ذكراها وأن ينشروا آثارها ومآثرها في العالمين في زمن يبلغ فيه هدير حرب بوش على الإسلام وحضارته وعلى السلم في العالم أقصاه تحت لافتة زائفة: الحرب ضد الارهاب والدفاع عن السلام العالمي، للتستر على الأهداف الحقيقية: الهيمنة الامريكية على منابع النفط سبيلا للهيمنة على العالم.
حركة النهضة من منطلق قناعتها بالسلم وبالحوار والتثاقف والتعاون والتكامل بين الحضارات والعرفان بقدر هذه السيدة العظيمة آن ماري شمّل والامتنان لها، ترفع تعازيها إلى أسرتها وزملائها والى الشعب الألماني الذي كرّمها والى كل أنصار السلام والاسلام  والحوار.
"يا أيها الناس إنّا خلقناكم من ذكر وأنثى وجعلناكم شعوبا وقبائل لتعارفوا إن أكرمكم عند الله أتقاكم إن الله عليم خبير" سورة الحجرات

الشيخ راشد الغنوشي


 
 

خطاب دولة التجزئة العربية: «الوطن» أولا وأخرا

بقلم: رفيق عبد السلام (*)

التمست الكثير من النخب العربية في انكسار المشروع القومي وتتالي الاخفاقات العربية، مبررا كافيا للتشكيك في جدوى التضامن والتكامل العربيين، بل في نفي وجود هوية سياسية عربية وإسلامية جامعة مقابل التشديد على الهويات المحلية القٌٌُُُُُُطرية التمست الكثير من النخب العربية في انكسار المشروع القومي وتتالي الاخفاقات العربية مبررا كافيا للتشكيك في جدوى التضامن والتكامل العربيين، بل في نفي وجود هوية سياسية عربية وإسلامية جامعة مقابل التشديد على الهويات المحلية القٌٌُُُُُُطرية، وقد نزع بعضها نحو تأسيس مشروعية الانخراط في روابط اقليمية أخرى كالرابطة الأوسطية أو الأوروبية مثلا بديلا عن هياكل عربية، مع ترذيل حتى ما هو قائم من كيانات تضامنية، مازالت على ضعفها ووهنها، رمزا للتواصل والتآزر العربي - الإسلامي مثل الجامعة العربية ومنظمة المؤتمر الإسلامي واتحاد المغرب العربي ومجلس التعاون الخليجي.

لسنا مبالغين اذا قلنا إن من أخطر الظواهر الملازمة لتاريخ العرب والمسلمين الحديث هي ظاهرة الدولة القطرية أو دولة التجزئة كما اصطلح الخطاب القومي على تسميتها. فحالة التجزئة هذه حولت المنطقة العربية والإسلامية إلى كيانات مقطوعة الأوصال بعضها عن البعض، ليس فقط على مستوى العوازل الجغرافية وما يسمى بـ"الحدود الوطنية "بل على مستوى التوجهات الثقافية والسياسات التعليمية وهوية الأنظمة السياسية ونوعية الارتباطات الخارجية.

ولعل الظاهرة الأكثر خطورة في هذا المجال، هي السياسات الثقافية العامة المنتهجة في الأقطار العربية التي تنحو في الغالب منحى انعزالي انفصاليي، حيث يعمل كل قطر عربي على ترسيخ هوية محلية بالاستناد إلى دعاوى تاريخية موهومة في الغالب أو مجتزأة من سياقاتها العامة "نبشا" عن الأصول التكوينية لهذه الكيانات المستحدثة، وبذلك غدا يتحدث المصري عن الأصول الفرعونية القديمة لمصر الحديثة، ويستند التونسي واللبناني إلى الجذور الفينيقية القديمة، ويستدعي العراقي الأصول البابلية، والسوداني الأصول النوبية والمغربي يستعيد التقاليد المخزنية...، ويضاف إلى ذلك تفجير المناكفات السياسية والنزاعات الحدودية بين الدول العربية...

وهكذا نجد أنفسنا أمام كيانات قومية متصلبة الشرايين لا تشدها روابط مشتركة أو قواسم جامعة، وعوضا عن أن تكون الثقافة السياسية عامل دمج وتوحيد تصبح عامل تفكيك وشرذمة حتى لما هو موحد وتواصلي بطبعه كالرابطة الدينية واللغوية مثل، ان تصبح جغرافية الجيرة عامل تدابر وتقاطع لا عامل تواصل وتعاضد.

لقد حاولت بعض النخب الفكرية والسياسية في العالم العربي والإسلامي تأسيس مشروعية ايديولوجية وسياسية لكيانات التجزئة الحديثة بالاستناد إلى ما تسميه حقائق التاريخ العربي والإسلامي الذي كان في صورته الغالبة على حد زعمها تاريخ انقسام ودول سلطانية جهوية عدا حقبة محدودة لا تزيد على ثلاثة قرون من تاريخ الإسلام القديم سادت فيه دولة الخلافة الجامعة، ومن ثم اعتبار كيانات الانقسام العربي الحديثة مولودا طبيعيا في مجرى التاريخ السياسي العربي. ولكن لا يخفى على الباحث الجاد والقارئ المنصف للتاريخ العربي والإسلامي ما تحتوي عليه هذه الرؤية من وجوه الوهن والتضليل.

صحيح أن تاريخنا السياسي لم يكن اندماجيا موحدا في الغالب كما تتصوره المخيلة عامة، ولكن من التزييف والتلبيس ادعاء التواصل التاريخي بين كيانات التجزئة الحديثة والدولة السلطانية القديمة لأن هذه الأخيرة كانت أقرب في حقيقة الأمر إلى ما أسماه ابن خلدون بدولة الانقسام التي ترتبط في حالات تمددها الجغرافي أو انكفائها تناسبا مع قوة العصبية المحلية أو ضعفها ولم تكن كيانات سيادية محددة المعالم في حدودها الجغرافية وأسيجتها القومية، ولا قدرت على تأسيس مشروعيتها الذاتية بل خلافا لكل ذلك كانت هذه الدولة الانقسامية تؤسس مشروعيتها الايديولوجية والسياسية بالاستناد إلى قيمة الوحدة والارتباط برمزية الشرعية الجامعة حتى في أكثر حالات ضعف نظام الخلافة ثم تلاشيه لاحقا، أما دولة التجزئة الحديثة فهي في الغالب ترى نفسها أمة برأسها وصاحبة السدانة الروحية والمشروعية السياسية العليا التي لا تعلوها أي مشروعية أخرى، فلها حدودها القومية ونشيدها الوطني الخاص ورموزها السيادية والقانونية الخاصة ولها هويتها الإيديولوجية الذاتية.

ومما يزيد الأمر علة - على علاته - كون دولة التجزئة هذه لم تعد مجرد أمر واقع قد فرضته السياسات الاستعمارية الغربية وميزان قوى ليس من اليسير تجاوزه أو القفز فوقه بل أصبحت أمرا مرغوبا فيه ومحروسا من طرف نخب الدولة في الداخل أكثر مما هي محروسة من قوى الخارج.

لقد أدركت أجيال المقاومة والاستقلال مثلا منذ وقت مبكر كما هو الأمر بالنسبة للأمير عبد القادر في الجزائر وعبد الكريم الخطابي في المغرب وسعد زغلول في مصر والشيخ عبد العزيز الثعالبي في تونس، أدركت هذه القيادات أن هنالك متطلبات محلية لا يمكن تجاهلها لكل قطر أو جهة إقليمية من الجهات العربية، ولكن ذلك لم يدفعها إلى نوع من الانعزالية القًٌَُُطرية تحت دعاوى "المصالح الوطنية المحلية".

فقد كان كل هؤلاء منخرطين في معارك التحرير المحلي ولكن بصفاء كامل على مستوى ولائهم العربي - الإسلامي وبحرص شديد على مد جسور التواصل والتضامن مع المحيط العربي والاسلامي الواسع كلما اتيحت الفرص المناسبة لذلك، كما كان الأمر مع قضية فلسطين مثلا التي التف، حولها أغلب القيادات العربية والإسلامية منذ تشكل بوادر مشروع التوطين الصهيوني والأطماع الاستعمارية الغربية.

أما النخب الدولاتية الجديدة وجيوب المصالح المرتبطة بها فإنها أصبحت تنظر إلى هذا القفص القطري أمرا مرغوبا فيه لذاته وإنجازا عظيما لا يمكن التفريط فيه، وبذلك حصل التقاء موضوعي، وحلف بين هذه النخب الحاكمة ومراكز السيطرة الدولية.

والغريب في الأمر أن منطق الدولة الانقسامية العربية يعود إلى الواجهة مجددا متخفيا هذه المرة خلف "الوطن أولا"، وهكذا يبدو التذيل للقوى الأجنبية وفتح الأراضي والأجواء أمامها، مع إدارة الظهر لشركاء الجيرة واللغة والدين عنوانا على الوطنية، وتفانيا في خدمة الوطن، وليت الأمر مصلحة وطنية فعلا، وليس مروقا على الوطن والأمة وتعديا على الملة والدين.

(*) كاتب وباحث تونسي مقيم في لندن

(المصدر: صحيفة الشرق القطرية الصادرة يوم 30 جانفي 2003)

 

قمة المناكفة الأميركية - الفرنسية؟

 بقلم: رشيد خشانة     

منذ سنوات لم تصل المناكفة الاميركية - الفرنسية في شمال افريقيا الى ما بلغته هذه الأيام من حدة تخلت عن القفازات الديبلوماسية. وارتدى الصراع، الذي ثار على خلفية اتفاق التجارة الحرة الاميركية - المغربية، طابعاً غير سياسي مثلما تقتضي المرحلة الراهنة التي يطغى عليها الاقتصاد.

فمنذ اعلان الرباط وواشنطن عزمهما على التوقيع على الاتفاق، انطلقت الانتقادات الفرنسية اللاذعة على لسان وزير التجارة الخارجية فرنسوا لوس الذي اعتبر، خلال زيارته الاخيرة للرباط، انه لا يحق للمغرب ان ينتمي الى منطقتين للمبادلات الحرة في وقت واحد. ورد مسؤول اميركي بأن "عهد الانتداب انتهى" في اشارة الى الاحتلال الفرنسي لشمال افريقيا.

الثابت ان الاتحاد الاوروبي لا يزال يستأثر بالحصة الرئيسية من المبادلات التجارية للبلدان المغاربية، ويمكن القول ان عناصر موضوعية في مقدمها الجغرافيا ترشح أوروبا للمحافظة على هذا الموقع فترة طويلة اخرى. إلا أن اميركا، التي تبشر بعالم جديد يقوّض أركان العالم القديم ويقوم على حرية التجارة، تسعى إلى الحصول على منطقة نفوذ اقتصادي واستراتيجي في شمال افريقيا بوصفه الشطر المكمل لخطتها الخاصة بالشرق الاوسط.

وعلى هذا الاساس طرحت منذ سنوات على العواصم المعنية فكرة الشراكة الاقتصادية المغاربية - الاميركية، لكن واشنطن لم ترصد لها الاعتمادات الكافية لانها تعتقد ان استمرار الخلافات الجزائرية - المغربية يحول دون قيام سوق ذات حجم مقبول يمكن ان تشكل حافزاً للمستثمرين الاميركيين في ظل اقتصاد يقوده القطاع الخاص.

وبهذا المعنى يتوقع ان يكون اتفاق التجارة المغربي - الاميركي، الذي افتتح المفاوضات في شأنه الممثل التجاري الاميركي روبرت زيلك والوزير المغربي الطيب الفاسي الفهري أخيراً في واشنطن قليل التأثير في تنشيط المبادلات الثنائية على رغم العزم المشترك على ازالة الحواجز الجمركية بين البلدين لكنه سيفتح السوق المغربية بالتأكيد امام شركات الخدمات والكومبيوتر والتقنيات المتقدمة الاميركية.

وما يهم الأميركيين أكثر من الحصاد التجاري هو ان الاتفاق، الذي يرجح التوقيع عليه قبل نهاية العام الجاري، يشكل احد العناصر في منظومة متكاملة ترمي إلى تعزيز الحضور السياسي والعسكري والثقافي الاميركي في المنطقة على حساب اوروبا.

ففي العراق، كما في شمال افريقيا ترمي واشنطن إلى الاستفراد بالعالم وتهميش أوروبا التي بدت مع انضمام عشرة اعضاء جدد اليها مرشحة لمنافستها على الزعامة الاقتصادية في الامد المتوسط، خصوصاً في وجود قاطرة المانية - فرنسية غيورة على استقلالها عن واشنطن.

ماذا فعل المغاربيون على الصعيدين الثنائي والجماعي كي يواجهوا استحقاقات العولمة وانفتاح الاسواق؟ مزيداً من الانغلاق وسد الحدود بين بعضهم بعضاً، والنتيجة ان انضمامها لمنطقة التجارة الحرة العربية ظل عمليا مجرد اعلان نيات، فيما استمر الحجم الاكبر من المبادلات المغاربية يسير في خط عمودي أي مع دول الشمال اساساً.

(المصدر: صحيفة الحياة الصادرة يوم 30 جانفي 2003)

 

مذكرة نصيحة سعودية جديدة تطالب بالاصلاح ومحاربة الفساد

وقعتها 104 شخصيات وطالبت باطلاق الحريات وانتخابات حرة ووقف هدر المال العام وحقوق للمرأة

لندن ـ القدس العربي :

فاجأت مجموعة من المفكرين وقادة الرأي في المملكة العربية السعودية الأسرة الحاكمة بمذكرة جديدة حملت عنوان رؤية لحاضر الوطن ومستقبله تضمنت مجموعة من المطالب الاصلاحية للنظام السياسي، وللقضاء، وتطالب باللامركزية والشفافية والتوزيع العادل للثروة.

ووقع هذه المذكرة اكثر من مئة شخصية سياسية من مختلف ألوان الطيف السياسي والديني السعودي. ومن بين الموقعين وزراء سابقون واساتذة جامعات وكتاب ورجال اعمال. وتضمنت القائمة ايضا خليطا من الليبراليين ورجال الدين وشخصيات من الطائفة الشيعية في المملكة العربية السعودية.

وحاول الموقعون تقديم العريضة الي الأمير عبد الله بن عبد العزيز شخصياً، ولكنهم وجدوا مماطلة من مستشاريه وبعض المسؤولين في مكتبه، ولجأوا الي البريد السريع المضمون لارسالها، وارسلوا نسخاً منها الي جميع الأمراء الكبار في الأسرة الحاكمة.

وعلمت القدس العربي ان الأمير عبد الله بن عبد العزيز عندما اطلع علي العريضة الوثيقة، بادر الي الايعاز للمسؤولين في مكتبه للاتصال بالموقعين عليها ودعوتهم للقائه في اليوم التالي، اي مساء الاربعاء الماضي، وقد حضر اللقاء حوالي ثلاثين شخصا من الموقعين سمحت ظروفهم بالحضور علي عجل من بينهم الدكتور عبد الله الحامد، والدكتور متروك الفالح، وعبد الحميد مبارك آل الشيخ، وفهد صالح جمال.

وذكرت مصادر مقربة من تلك الشخصيات ان الأمير عبد الله استمع باهتمام الي تلك الشخصيات، وقال لهم بالحرف الواحد ان مطالبكم هي مطالبي وانه يسعي بكل جدية من أجل الاصلاح ووقف هدر المال العام.

وكان الأمير عبد الله بن عبد العزيز قد اعلن انه تقدم بمشروع اصلاحي الي جامعة الدول العربية لترتيب الأوضاع الداخلية في الدول العربية لتحقيق نهضة شاملة. وقالت مصادر سعودية ان هذا المشروع سيكون الفقرة الرئيسية علي جدول اعمال مؤتمر القمة العربي المقبل الذي سيعقد في المنامة في شهر اذار (مارس) المقبل.

وركزت المذكرة علي تدهور الخدمات العامة في المملكة وتفاقم الدين العام (هناك من يقدره بحوالي مئتين وخمسين مليار دولار) وانتهاك حرمة المال العام، والتدني الملحوظ في الدخول وتفجر العنف، وانحسار دور المهتمين بالشأن العام ودعاة الاصلاح.

وقالت ان كل هذه الأمور باتت حديث القاصي والداني، واسترعت اهتمام الهيئات والمنظمات الدولية المعنية، الأمر الذي حدا بالموقعين ان يعبروا عن قلقهم الشديد لما هو جارٍ، يحدوهم الأمل الكبير في مراجعة لجذور هذه المشكلات من أجـــل اتخاذ خطوات اصلاحية منهجية لايقاف التدهور الحاصل ووضع الوطن كله علي المسار الحقيقي للاصلاح والتقدم والنهوض.

وطالب الموقعون بعقد مؤتمر وطني للحوار حول جذور الاحتقان والبحث عن حلول منهجية تتمثل في جميع المناطق والفعاليات علي اختلاف ألوانها وتوجهاتها من ذوي الألباب والنهي الذين عهد عنهم سابقة العمل للصالح العام والاهتمام الجاد والواعي بقضايا الوطن من اجل وضع الاساس لمسار اصلاحي شامل يتحمل اعباءه ويدعمه

ويذكر ان مذكرة نصيحة مماثلة صدرت قبيل ازمة اجتياح الكويت من قبل القوات العراقية، وطالبت باصلاحات مماثلة، ولكن لم يحدث اي تطبيق عملي لها، وتطورت الي معارضة اسلامية تمثلت الأولي في الحركة التي اقامها الدكتوران سعد الفقيه ومحمد المسعري في لندن، وحملت اسم هيئة النصيحة والاصلاح، ثم الحركة الاخري الأشد تطرفاً التي تبناها الشيخ اسامة بن لادن التي طالبت وما زالت باخراج القوات الامريكية من الجزيرة العربية.

ومن اللافت ان موقعي مذكرة النصيحة السعودية الثانية التي حملت اسم رؤية لحاضر الوطن ومستقبله عكسوا معظم ألوان الطيف السياسي والديني والمناطقي في السعودية، وكان ابرزهم الشيخ احمد صلاح جمجوم وزير الاقتصاد السعودي السابق، ومحمد سعيد طيب الليبرالي الذي تعرض للسجن اكثر من مرة، والدكتور متروك الفالح الاستاذ في جامعة الرياض، والكاتب عابد خزندار، والاسلامي محمد صلاح الدين.

وعلمت القدس العربي ان هذه المذكرة باتت محور المداولات والمناقشات في مختلف التجمعات والديوانيات السعودية، ومازال من غير المعروف كيف سيكون تجاوب السلطات مع ما ورد فيها.

(نص المذكرة واسماء الموقعين  منشورة في الصفحة عدد 13 من جريدة القدس العربي الصادرة بلندن يوم 30 جانفي 2003: http://www.alquds.co.uk:8080/2003/01Jan/30JanThu/Quds13.pdf)

متحف قرطاج يستقطب آلاف السياح الأوروبيين والآسيويين

تونس - سميرة الصدفي     

مضى اثنان وعشرون قرناً على تدمير قرطاج، عاصمة الدولة الفينيقية التي كانت احدى القوتين الرئيسيتين في العالم القديم، على أيدي غريمتها روما في معركة "زاما" (100 كيلومتر غرب العاصمة تونس) التي انهزم فيها القائد العسكري هنيبعل، لكن العاصمة القديمة ما زالت تستقطب آلاف السياح الذين ينتشرون على الربوة الجميلة المطلة على المدينة الأثرية ويفتحون سفر التاريخ.

تتوقف الباصات السياحية أمام كنيسة قرطاج التاريخية التي تحولت الى فضاء للحفلات السمفونية والمعارض التشكيلية والعروض المسرحية لينزل منها السياح ويتوجهوا الى "متحف قرطاج" المجاور. لكن الجميع يتوقفون في الساحة الكبيرة قبل ان يدلفوا من باب المتحف ليلقوا نظرة بانورامية على عاصمة هنيبعل، فهذه أعلى نقطة مطلة على قرطاج المتمددة على سفح الربوة نحو الساحل الفضي، مثل اميرة فينيقية ناعسة. ويشرح الدليل للسياح ان أليسار الآتية من مدينة صور اشترت قطعة أرض على ربوة "تيرسا" وشيدت عليها "قرط حداشت" (المدينة الجديدة).

إلا ان جمال الموقع لا يستمد سحره من عبق التاريخ، وانما يجد الزوار في هذا المكان أحد أجمل المناظر الطبيعية في البلد، ففي نهاية السفح توجد الموانئ الفينيقية التي كان يأوي اليها اسطول قرطاج والى جوارها القصر الرئاسي الحالي، والى الشمال جبل "المنار" وعليه مدينة سيدي بوسعيد البيضاء المعلقة على قمة الجبل، والتي تعتبر قبلة السياح الذين يزورون تونس. أما على اليمين فتبدو سلسلة الضواحي الساحلية التي تشبه كثيراً من المدن المتوسطية تمتد الى العاصمة تونس. حتى جبل "أبو قرنين" المطل على الضفة المقابلة من خليج تونس، والذي يبدو كما لو أنه يحرس قرطاج، فيظهر في عدسات السياح من هذه الربوة صافياً آسراً بغاباته الكثيفة ومدنه الصغيرة المنتشرة على ساحل البحر متسلقة السفوح.

يدلف السياح الى المتحف فيتوهون بين الآثار المؤلفة من التماثيل والفسيفساء والأعمدة والمخطوطات والأواني التاريخية، ويستمعون الى شروح من الأدلة عن المستوى الحضاري الذي وصلت اليه العاصمة الفينيقية ومستعمراتها في المتوسط وافريقيا. ومن المتحف تنزل الباصات الى الربوة الخضراء وبيوتها الفخمة الى بقايا المدينة على ساحل البحر بمعابدها وشوارعها وحماماتها ومسرحها التاريخي المهيب وموانئها فيجولون عليها مشياً، ويتوقفون عند نقاط عدة ليستمعوا الى معلومات عن مصدر الرخام والفسيفساء والمواد الأخرى الآتية من مناجم "شمتو" شمال تونس والتي استمرت بعد هزيمة قرطاج تمون روما بأفضل أصناف الرخام.

لكن الرومان لم يبقوا من العاصمة العتيدة بعد معركة "زاما" سوى خرائب لم يترددوا عن ذر الملح عليها حتى لا تنهض مجدداً وتنافسهم.

مع ذلك، ما زال اسم قرطاج يستقطب آلاف الأوروبيين والاميركيين واليابانيون المفتونين بتاريخها والذين يتشبهون بحضارتها البحرية، لكنهم يقولون "انها هزمت، اما نحن فتعلمنا من هزيمتها حتى لا نجابه المصير نفسه". وأقيم في طوكيو كما في واشنطن ناديان يحملان اسم هنيبعل.

تاريخ وثقافة

ومن التاريخ القديم يعود قطار الذكريات الى العصور الحديثة، فالسياح يزورون عادة كنيسة قرطاج التي انشأها الفرنسيون أواخر القرن الماضي والتي اقيمت في محيطها الاحتفالات بالذكرى المزدوجة لمرور قرن على احتلال الجزائر ونصف قرن على احتلال تونس العام 1931. وما زال كبار السن من التونسيين يذكرون كيف غطى آلاف الرهبان الحاملين صلباناً ضخمة على صدورهم ربوة "بيرسا"، واعتبروا تلك المناسبة بمثابة حملة صليبية جديدة، ما أثار حـــفيظة الحركة الوطنية التي تصادمت مع سلطات الاحتلال. لكن الكنيــسة التي أقفلت بعد الاستقلال وصارت اليوم فضاء للــعروض الثقافية، ما زالت تحتفظ بجمالها المستمد من عمارتها الفريدة، ولا يمر السياح من متـــحف قرطاج الملاصق لها من دون إلقاء نـــظرة على نوافذها وقاعاتها ونقوشها وأعمدتها.

قصور ملكية

وعند ساحل البحر معلم حديث آخر هو قصر أمين باي آخر ملوك تونس ومنه أعلن رئيس الوزراء الفرنسي الأسبق بيار منديس فرانس منح تونس الحكم الذاتي عام 1954، ويجد الزوار في القصر تحفة معمارية تختزل اجمل أنواع الزركشة والتزويق الفني التي عرفتها تونس في القرون الماضية والتي تقوم معالم واضحة منها في القصور الملكية القديمة في ضاحيتي باردو ومنوبة.

إلا ان قرطاج ليست تاريخاً وآثاراً فقط فهي تأخذك الى جوارها الساحر: "سيدي بوسعيد" بمقاهيها المنتشرة على أرصفة ميناء اليخوت وبيوتها الفخمة المعلقة فوق الجبل، و"المرسى" التي تستقبل الزوار بجـــفون نصـــف مغمضة، و"قـــمرت" التي تـــضم سلـــسلة من الفـــنادق الفخمة من فئتي أربع وخـــمس نجـــوم والممتدة على خط يفصل بين البحر والجبل. هناك ينطلق السياح العائدون من رحلة التاريخ بين معـــالم قرطاج ليسبحوا في البحر الدافئ وينسوا ربما المعارك السابقة بين اسطولي قرطاج وروما التي كان الدليل السياحي يصـــف قبل قليل وطيسها الحامي.

(المصدر: صحيفة الحياة الصادرة يوم 27 جانفي 2003) 

 
 
 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l'aide précieuse de l'association :
Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
Box 62

127 22 Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308   
Fax:(46) 8 464 83 21  
e-mail:
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

To Subscribe, please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
To Unsubscribe, please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
ِA
rchives complétes de la liste : http://site.voila.fr/archivtn


** En re-publiant des articles, des communiqués, des interventions de toutes sortes tirées d’un grand nombre de sources disponibles sur le web ou envoyés par des lecteurs, l’équipe de TUNISNEWS n’assume aucune responsabilité quant à leur contenu.

** Tous les articles qui ne sont pas signés clairement par « L’équipe TUNISNEWS » n’expriment pas les points de vue de la rédaction.

** L'équipe de TUNISNEWS fait tous les efforts possibles pour corriger les fautes d’orthographe ou autres dans les textes qu’elle publie mais des fautes peuvent subsister. Nous vous prions de nous en excuser.

Accueil

قراءة 708 مرات