الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

30Novembre10f

Home - Accueil

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS 
  10 ème année, N° 3843 du 30.11.2010
 archives : www.tunisnews.net 

Le Mouvement Contre l'Oppression et la mauvaise gouvernance en Tunisie: Tunisie/appel/action
Afef Bennaceur: Fahem Boukaddous toujours opprimé au pénitencier de Gafsanamo
Kalima: Verdict dans l’affaire de Mouldi Zouabi reporté au 8 décembre
Kalima: Condamnation du correspondant de radio kalima à deux mois de prison avec sursis
Kalima: WikiLeaks révèle des informations secrètes sur la Tunisie
Espace Manager: Les rapports de Wikileaks touchent aussi la Tunisie
Le Monde: Wikileaks : l'embarras de Washington au sujet des anciens détenus de Guantanamo
Biju: Wikileaks sur la TUNISIE mauve de BEN ALI
AFP: Tunisie: Jean-Claude Junker en visite officielle à Tunis, après Tripoli
Xinhua: Sida : la Tunisie oeuvre à garantir une prévention optimale
 

C.R.L.D.H.Tunisie
Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
Membre du Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme
21ter rue Voltaire – FR-75011 PARIS  - Tel/Fax : 00.33.(0)1.43.72.97.34 /  Presse : 00 33 6 83 44 77 71 عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. / www.crldht.org

Rencontre avec Sana Ben Achour, présidente de l’ATFD
(Association Tunisienne des Femmes Démocrates)
Inscription obligatoire
 


Cher (e)s ami(e)s,
Nous avons le plaisir de vous inviter à
Une rencontre avec Sana Ben Achour,
Présidente de l’ATFD (association tunisienne des femmes démocrates)

le jeudi 2 décembre  2010  de 19h à 22h
au siège de l’association, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris

Sana ben Achour  traitera de la situation des droits humains et des libertés démocratiques, de la question du genre et du féminisme en Tunisie, des résultats de la 47ème session du Comité des Nations Unies pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes ….
 Il y sera aussi question de dossiers brulants tels que ceux de l’égalité face à l’héritage et des violences faites aux femmes…
La rencontre se faisant sur invitation, il vous est demandé de vous inscrire et de vous munir de la présente pour pouvoir accéder à la salle.
Nous comptons vivement sur votre présence. Amitiés.

Kamel Jendoubi
Président
 

Le Mouvement Contre l'Oppression et la mauvaise gouvernance en Tunisie

Tunisie/appel/action

 
Chers concitoyens,

Le Mouvement Contre l'Oppression et la mauvaise gouvernance en Tunisie qui regroupe des tunisiens patriotes de différents horizons, après mures réflexions constatons avec beaucoup d'amertumes se qui suit:
La Tunisie entame une phase très délicate de son histoire, phase qui à notre avis serait déterminante pour le devenir du pays.
Les autorités, les partis politiques, les organisations et les citoyens sont tous co-responsables du pourrissement de la situation et donc il faudrait réagir en urgence par des actions concrètes pour attirer l'attention des responsables sur le réel danger que court notre pays et trouver ensemble les solutions qui s'adaptent.

Nous estimons qu'il faudrait s'intéresser pour commencer, au sujet des retraites qui à notre avis n'ont pas été discuté convenablement.
Nous considérons que ce problème risque à terme de devenir une bombe sociale à retardement et qu'il serait plus sage de relancer un débat sérieux et démocratique ou les différentes composantes de la société seraient représentées pour définir une stratégie convaincante.  

Et pour se faire entendre nous invitons toutes les forces vives du pays sans distinction, à entrainer avec elle et d'une façon progressive l'ensemble des tunisiens dans une action citoyenne  pacifique qui démarrera le vendredi 10 décembre 2010 "Journée Internationale des Droits de l'Homme" et se poursuivra tout les vendredis de l'année.
Cette action consiste à porter un signe vestimentaire de couleur rouge (écharpe ou chapeau ou tee shirt ou chemise ou veste ou sac ou drapeau etc...) pour marquer notre présence et attirer l'attention sur notre désaccord sans pour autant porter atteinte à l'ordre public.
En plus du signe vestimentaire chaque participant doit diffuser le mot d'ordre autour de lui et entrainer une personne de plus dans le mouvement à chaque vendredi pour activer l'effet boule de neige.

Cette protestation silencieuse sera tenu en tout lieu et région habités par des tunisiens patriotes et continuera chaque vendredi tant que les autorités n'auront pas donné de réponses à nos revendications.
Certes il y aura toujours quelques détracteurs qui essayeront de miner le mouvement mais il faudrait les ignorer car notre réussite ne sera plus qu'une question de temps...

Le Porte Parole du Mouvement
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 

Carte de visite
29 novembre 2010
Fahem Boukaddous toujours opprimé au pénitencier de Gafsanamo

 

J’ai vu aujourd’hui que Fahem avait passé une semaine pénible tant étaient évident le coût de la grève de la faim qu’il a menée dernièrement. Il a souffert d’une infection intestinale associée à une diarrhée aigue et des douleurs gastriques, pour lesquelles il est encore traité. Le médecin qui l’a examiné lundi dernier lui a prescrit des médicaments supplémentaires pour traiter une surinfection de la gorge et l’a averti du danger d’une rechute. Quant aux romans et aux périodiques que je lui avais apportés lors de la dernière visite, il a dit qu’on ne lui avait pas encore transmis alors que des choses similaires ont été remises à d’autres prisonniers dans cette prison et d’autres prisons. Il s’agit de publications en vente dans les librairies et les kiosques et dont le contenu ne peut troubler l’ordre public.

En ce qui concerne la visite directe sans barrières à laquelle ont droit les personnes mariées tous les trois mois et les célibataires tous les quatre mois, Boukaddous a affirmé qu’on ne lui avait pas encore octroyée alors que cinq mois ont passé et qu’il a adressé deux courriers à Noureddine Chaabani, le directeur général des prisons et de la rééducation. Il s’agit d’une manipulation évidente de ce droit et une consécration de la mentalité de coercition. Fahem a déclaré que cela ne le vise pas lui seulement mais toute sa famille dans le cadre du châtiment collectif pratiqué en contradiction avec les lois, les législations, la moralité et le sens de la justice, puis il a ajouté que « les prisons de ce type ne sont qu’un outil de perpétuation de la vengeance contre les personnes critiques du pouvoir et des opposants, aussi la tutelle du ministère de la justice au lieu de celle du ministère de l’intérieur est une mesure fourbe et formelle car la police politique continue à gérer complètement la situation en utilisant tous les moyens pour briser le moral des prisonniers d’opinion et leur santé » et il a conclu en disant que « un régime qui traite ses citoyens comme des otages dans la grande prison, ne peut les supporter que comme des esclaves dans la petite prison, mais la poigne des tortionnaires et le tintement des clés ne peuvent me dompter ni me mettre à genoux, mais ne font au contraire que renforcer ma détermination à briser mes chaînes »

Liberté pour Fahem Boukaddous

Pour que son moral continue d’être plus haut que les murailles

Afef Bennaceur

(traduction ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)


WikiLeaks révèle des informations secrètes sur la Tunisie

Proposé par redaction le Lundi 29 novembre 2010
Wikileaks vient de dévoiler des documents classés secrets qui se rapportent à la Tunisie et relayés par Nawaat, un blog collectif tunisien.
Ce ne sont pas moins de 17  documents  qui tous révèlent la teneur des échanges entre l’ambassade US en Tunisie et le département des Affaires étrangères américain transmis entre le 28 Mai 2008 et le 9 février 2010 et rédigés par l’actuel ambassadeur des États-Unis d’Amérique à Tunis Gordon Gray ainsi que son prédécesseur .
Ces documents montrent que le non-respect des droits de l’Homme en Tunisie est bien réel et fait l’objet de profondes préoccupations de l’ambassade américaine à Tunis.
Cette dernière va jusqu'à suggérer à son département d'Etat le conditionnement de certaines aides au regard des avancées en terme de libéralisation politique, et envisage même de reconsidérer les aides militaires par rapport à ce critère.
Dans l’un des, on découvre qu’il est question de faire pression sur des partenaires européens pour faire avancer les choses sur ce terrain.
On peut encore lire : « La Tunisie est un État policier, avec peu de liberté d’expression et d’association, et de graves problèmes de droits humains.
Le Président Ben Ali est vieillissant, son régime est sclérosé et il n’y a pas de successeur évident. De nombreux Tunisiens sont frustrés par le manque de libertés politiques et éprouvent de la colère envers la famille présidentielle, la corruption, le chômage élevé et les inégalités régionales.  les risques pour la stabilité à long terme du régime sont en augmentation. »
 On y lit également : « Il n’y a aucune chance pour que les élections soient libres et régulières.
La liberté d’expression et la liberté d’association sont sévèrement limitées.
Et on ne permet pas aux partis d’opposition indépendants de fonctionner effectivement. »
Lancé en 2007 WikiLeaks, est un site spécialisé dans la mise en ligne d'informations sensibles et confidentielles ; WikiLeaks a permis de mettre à jour de nombreux scandales comme récemment le dévoilement de documents militaires confidentiels portant sur la guerre en Afghanistan et en Irak

(Source: Le site de "Radio Kalima" le 29 novembre 2010)
Lien: http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid-WikiLeaks-revele-des-informations-secretes-sur-la-Tunisie-347.html

 

Verdict dans l’affaire de Mouldi Zouabi reporté au 8 décembre


Proposé par redaction le Dimanche 28 novembre 2010
La chambre correctionnelle auprès du tribunal de 1ere instance de Jendouba a examiné le 4 novembre le procès du journaliste Mouldi Zouabi, accusé « d’agression aggravée et de diffamation »et a reporté au 8 décembre prochain le prononcé du verdict.
La défense a pu démontrer à la Cour dans ses plaidoiries que l’affaire a été montée de toutes pièces et vise à réduire au silence le journaliste.
D’autre part, la défense a surpris le tribunal, en présentant une pièce prouvant que le plaignant avait récemment subi un accident de la route qui lui a causé une incapacité permanente de 5% pour laquelle il a déjà obtenu réparation et qui prouve sa mauvaise foi.
La défense a donc demandé une autre expertise médicale indépendante et comme mesure conservatoire la non recevabilité de la requête.
Fait surprenant, le président de la cour a demandé à Mouldi Zouabi s’il accepterait une peine alternative à une condamnation privative de liberté !
 Une question qui a fait réagir la défense en protestant contre cette prédisposition de la cour à condamner le journaliste avant même que le procès ne soit achevé et laisse deviner à l’avance le verdict réservé au journaliste.
L’accusé a refusé la proposition du juge qui repose sur une reconnaissance de culpabilité et demandé son acquittement, étant innocent des accusations portées contre lui.
Plusieurs avocats et observateurs ont pris part à ce procès, parmi eux maître Kousseila Zerguine, membre de la Ligue algérienne des droits de l’homme, mandaté par le groupe de travail sur la liberté d’expression en Afrique du nord (WGFENA) ; De nombreux représentants de la société civile tunisienne étaient également présent à l’audience, tels que le représentant de l’Union régionale du travail (UGTT), de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme, du Conseil national pour les libertés en Tunisie, de l’Association tunisienne contre la torture, de l’Association liberté et équité et de l’Association pour les prisonniers politiques.
 Des représentants des partis politiques ont également assisté à ce procès, à l’instar de la Secrétaire générale du Parti démocrate progressiste, le mouvement Ettajdid et le Forum démocratique pour le travail et les libertés.
Quelques représentants des ambassades occidentales en poste à Tunis ont fait le déplacement au tribunal pour assister au procès.

(Source: Le site de "Radio Kalima" le 28 novembre 2010)
Lien: http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid-Verdict-dans-l-affaire-de-Mouldi-Zouabi-reporte-au-8-decembre-346.html

Condamnation du correspondant de radio kalima à deux mois de prison avec sursis


Proposé par redaction le Dimanche 28 novembre 2010
Le tribunal de première instance de Mahdia a condamné mercredi 24 novembre, à 2 mois de prison avec sursis Nizar Ben Hassen, correspondant de la radio kalima à Chebba.
Le journaliste, membre dirigeant de l’association de promotion de l’étudiant de Chebba, avait comparu le 3 novembre devant le tribunal de première instance de Mahdia pour répondre d’accusations de « diffamation et d’atteinte aux bonnes mœurs » suite à une action de protestation pacifique organisée le 27 juin dernier, par l’Association de promotion de l’étudiant de Chebba, devant la mairie pour demander leur droit au financement public.
 Le tribunal cantonal avait prononcé son acquittement au vu de l’absence de preuves étayant cette accusation (le témoin à charge s’étant rétracté et témoigné de l’innocence de Nizar), mais le Procureur de la république a fait appel du verdict. Signalons que le tribunal, était encerclé par un important nombre d’agents de sécurité.
 Comme toujours, les journalistes persécutés ne sont pas poursuivis pour les faits relatifs à leur travail, mais accusés de délits de droit commun pour masquer cette tendance des autorités à réduire au silence les journalistes sans oser en assumer publiquement la responsabilité .
Les faits reprochés à Nizar sont à mettre en lien avec son activité professionnelle sur la corruption.
Il faut rappeler que le déclenchement de ces poursuites a coïncidé avec la publication d’un reportage réalisé par Nizar Ben Hassen à la cité « Al Bratel » de la ville de la Goulette sur une expropriation abusive et une expulsion menée à coup de bulldozers, de citoyens qui sont propriétaires de leurs logements, sur fond d’usurpation de terrains lorgnés par des proches du président.

(Source: Le site de "Radio Kalima" le 28 novembre 2010)
Lien: http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid-Condamnation-du-correspondant-de-radio-kalima-a-deux-mois-de-prison-avec-sursis-345.html
Les rapports de Wikileaks touchent aussi la Tunisie


Des années de rapports diplomatiques (câbles diplomatiques) émanant des ambassades américaines de par le monde sont en train d'être révélées.

En effet, le site spécialisé dans la diffusion de documents officiels WikiLeaks a transmis à cinq journaux partenaires, quelque 250.000 télégrammes diplomatiques venus du département d’Etat à Washington et de toutes les ambassades américaines dans le monde.

The New York Times (Etats-Unis), The Guardian (Grande-Bretagne), Der Spiegel (Allemagne), Le Monde (France) et El Pais (Espagne) décortiquent les documents et sont actuellement en train de publier les premières "bombes".
La Tunisie n'est pas epargnée. le quotidien allemand Der Spiegel indique, dans une carte du monde qu'il a dressé, le nombre de rapports sur chaque pays.  1055 documents concernent la Tunisie et ont un degré de confidentialité variable.

68 documents sont classés secrets - pas pour les étrangers, 55 documents secrets, 60 documents confidentiels - pas pour les étrangers, 475 documents confidentiels, 210 documents non classés - pour usage officiel uniquement et enfin, 187 documents non classés.

Bref, la divulgation par WikiLeaks de ces documents confidentiels ne bouleversera peut-être pas les relations internationales mais va, sans nul doute, embarrasser les diplomates américains lors de leurs prochaines rencontres avec les responsables des pays en question. Et ce n'est pas l'ambassadeur américain en Tunisie, M. Gordon Gray, qui dira le contraire.

(Source : « Espace Manager » Le 29-11-2010)
Lien : http://www.espacemanager.com/macro/les-rapports-de-wikileaks-touchent-aussi-la-tunisie.html

 Wikileaks : l'embarras de Washington au sujet des anciens détenus de Guantanamo

La décision annoncée par le président Barack Obama dès après son élection, de fermer "aussitôt que possible" le centre de détention controversé à Guantanamo (Cuba), a suscité d'autant plus de réactions diplomatiques à travers le monde que Washington a approché plusieurs pays susceptibles d'accueillir des détenus en instance de libération.

Selon un télégramme classé "secret" et daté du 5 février 2009, obtenu par WikiLeaks et révélé par Le Monde, le ministre de l'intérieur du Koweït, cheikh Jaber Al-Khalid Al-Sabah, donne un conseil fatal au diplomate américain qui le reçoit : "Laissez-les mourir." Il reste à ce moment-là quatre prisonniers koweïtiens à Guantanamo. "S'ils sont pourris, ils sont pourris", note le ministre qui ajoute : "Il vaut mieux s'en débarrasser. Vous les avez capturés en Afghanistan, renvoyez-les là-bas en pleine zone de guerre."

A propos de sept trafiquants iraniens de haschisch capturés dans le Golfe quelques semaines plus tôt par la marine américaine alors que leur bateau faisait naufrage, le prince-ministre "sourit largement", et dit : "Dieu voulait les punir et vous les avez sauvés. Ils sont maintenant votre problème. Vous auriez dû les laisser se noyer." Tous les diplomates approchés par leurs homologues américains ne sont heureusement pas sur cette ligne brutale. En février 2009, environ 500 des 800 détenus "originaux" ont été libérés et rapatriés dans leur pays d'origine. Les Américains cherchent des pays d'accueil pour une soixantaine de détenus libérables, mais qui ne souhaitent ou ne peuvent rentrer chez eux.

UNE PUCE ÉLECTRONIQUE SUR LES ANCIENS DÉTENUS

La Lituanie a accepté de prendre deux Ouzbeks. La France, la Suède et d'autres pays européens ont également accepté de recevoir une poignée d'ex-détenus non-nationaux. C'est que, conformément aux ordres du président Obama, il n'est pas question de renvoyer chez eux des prisonniers qui auraient à craindre pour leur santé, voire leur vie. L'une des conditions posées par l'administration américaine aux pays "receveurs" est la latitude qui doit être laissée aux autorités américaines de pouvoir rencontrer, voire réinterroger, les détenus libérés. Le 11 juillet 2007, le Libyen Mohammad Abdallah Mousour Al-Rimi, qui a été renvoyé chez lui dix mois plus tôt, est retrouvé avec plusieurs dents en moins et une mauvaise blessure à la main gauche.

Un autre, Abou Soufiane Ibrahim Ahmed Hamouda, également libéré le 26 septembre 2006, demeure introuvable. L'attaché diplomatique américain à Tripoli soupçonne le pire et envoie une note à Washington : "Le gouvernement libyen réclame un accès aux détenus libyens qui sont encore à Guantanamo. Nous devons explicitement conditionner cette demande aux visites d'anciens prisonniers que nous réclamons." Le 15 mars 2009, John Brennan, le conseiller antiterroriste de M. Obama, est reçu en son palais de Riyad par le roi Abdullah d'Arabie saoudite.

 

Un détenu de la prison de Guantanamo est escorté par deux soldats américains, le 6 décembre 2006.AFP/PAUL J. RICHARDS

Pour ne pas perdre la trace des anciens détenus élargis, le roi a "une idée" qu'il propose aussitôt à son visiteur. Il s'agit d'implanter sur les intéressés une puce électronique contenant plusieurs informations sur eux et permettant de les pister via Bluetooth. On fait ainsi avec les chevaux et les faucons, dit le roi. Brennan, qui a de l'humour, rétorque que certes, c'est une idée, mais "les chevaux n'ont pas de bons avocats".

MAUVAIS TRAITEMENTS ET TORTURES EN TUNISIE?

La Tunisie, outrée par le projet américain d'obtenir, pour 12 prisonniers tunisiens de Guantanamo, des pays d'asile en Europe plutôt que de les rapatrier chez eux, réagit différemment. Le 19 juin 2009, le ministère des affaires étrangères tunisien convoque les ambassadeurs d'Allemagne, d'Italie et d'Espagne. Un diplomate de haut rang n'y va pas quatre chemins : la Tunisie veut récupérer ses nationaux et demande poliment aux trois pays cités de rejeter la demande américaine. Washington craint ouvertement que ses "libérables" soient maltraités dès leur retour chez eux.

Le 22 juin, le chef de la mission américaine à Tunis reçoit ses trois homologues européens plus le Français, le Britannique et le Canadien. Sa mission ? S'informer sur la pratique de la torture dans son pays de résidence. Selon le télégramme américain du lendemain, ni le Français ni l'Espagnol n'ont rien dit. L'Italien ne "voit pas pourquoi" les rapatriés seraient torturés.

L'ambassadeur du Canada, soutenu par celui du Royaume-Uni, est plus net : les dénégations tunisiennes sur la pratique de la torture sont "des conneries". Il a, personnellement, des preuves directes de mauvais traitements et de tortures pratiquées, pendant des mois, précise-t-il, sur un détenu. L'Allemand est d'accord avec lui : quiconque se retrouve en prison en Tunisie pour terrorisme "risque la torture".

 

(Source: ”Le Monde” (Quotidien - France) Le 29-11-2010)


 Wikileaks sur la TUNISIE mauve de BEN ALI;
 


 
 
Par Biju

L'ambassadeur des États-Unis d’Amérique à Tunis Gordon Gray ainsi que tous ses prédécesseurs et les ambassadeurs des pays occidentaux sans aucune exception dénoncent la dictature tunisienne, sur le plan diplomatique et en interne,ma...is ne soyons pas dupes des enjeux qui font fonctionner cette diplomatie occidentale et ses stratégies, pour eux les intérêts du peuple tunisien sont secondaires, tout est question de contrôle et de leadership régional, leurs hommes de main locaux, tant qu'ils sont dociles et aux ordres, peuvent sévir à leur guise dans leur pré carré, en la situation et dans cette effroyable realpolitik, les bons sentiments n'ont pas cours, les véritables alliés des tunisiens , des luttes des démocrates tunisiens dans leur marche vers la libération, seront toujours les sociétés civiles occidentales, tout le reste n'est qu'illusion, et ces "révélations" ont pour seul mérite de les réveiller au déshonneur politique et moral de leurs dirigeants..
Ces documents ne montrent pas que le non-respect des droits de l’Homme en Tunisie est bien réel et fait l’objet de profondes préoccupations de l’ambassade américaine à Tunis, il faut arrêter d'être naïfs, ces documents montrent seulement, que les fonctionnaires de l'ambassade a us, comme les autres, font un simple boulot d'information et ne dénoncent rien en la circonstance, car s'ils représentaient vraiment les principes humanistes qui sont les fondements de leurs sociétés, et la loi internationale le leur permet, voire moralement les oblige, ils seraient en contact permanent et solidaire avec les démocrates tunisiens, opprimés par la dictature de BEN ALI, leur homme de main, qui sans eux, lui et sa maffia, cesseraient d'exister.
Les ambassades des pays démocratiques, qui sont les seuls soutiens de la dictature mauve contre les tunisiens, suggèrent, selon un site tunisien qui prétend tenir l'exclusivité de WIKILEAKS, alors que ces révélations sont publiques et sont sur le net depuis pas mal de temps, effectivement l'imposture la plus dégradante reste quand même le leitmotiv de certains soi-disant opposants, à leur autorité étatique, , le conditionnement de certaines aides au regard des avancées en terme de libéralisation politique, et envisage même de reconsidérer les aides militaires par rapport à ce critère en TUNISIE; c'est un lieu commun et une chanson vieille de quelques décennies, en la matière et à ce sujet BEN ALI est vert de rage, la seule démarche qui fut efficace reste celle de certains démocrates tunisiens en EUROPE, qui avec l'aide de COHEN BENDIT et quelques autres démocrates et politiques européens bloquent toutes les demandes de la dictature tunisienne au niveau des instances de la communauté européenne.
"La Tunisie est un État policier, avec peu de liberté d’expression et d’association, et de graves problèmes de droits humains.
Le Président Ben Ali est vieillissant, son régime est sclérosé et il n’y a pas de successeur évident. De nombreux Tunisiens sont frustrés par le manque de libertés politiques et éprouvent de la colère envers la famille présidentielle, la corruption, le chômage élevé et les inégalités régionales. les risques pour la stabilité à long terme du régime sont en augmentation. ", bien, qui des tunisiens et qui des activistes politiques de l'opinion internationale ignorent cela? Ce qui importe aux tunisiens, ce sont les actions concrètes que peuvent déclencher ces constats contre la dictature de BEN ALI, or jusqu'à maintenant , il n'y'a rien de concret venant de ces démocraties occidentales, le temps passe, les choses empirent, BEN ALI est de plus en plus fou, sa maffia et ses sabirs de plus en plus criminels, et les tunisiens dans leur majorité poussés vers la dégénérescence, le nihilisme et la haine de soi, à ce rythme nous finirons par arriver à nos limites, et le sang coulera dans les caniveaux de TUNIS, nous tunisiens pacifiques et démocrates, nous serons la proie des extrémismes, des droits communs et des politiques interventionnistes des canonnières
On y lit également : « Il n’y a aucune chance pour que les élections soient libres et régulières,
La liberté d’expression et la liberté d’association sont sévèrement limitées.
Et on ne permet pas aux partis d’opposition indépendants de fonctionner effectivement. »
les tunisiens , et tous les gens de bonne volonté en ce bas monde n'apprennent rien de nouveau, à cette farce, cela dure depuis 1956.
 
 

Tunisie: Jean-Claude Junker en visite officielle à Tunis, après Tripoli
 


AFP | 30.11.10 | 18h15

Le Premier ministre et ministre du Trésor luxembourgeois Jean-Claude Junker est arrivé mardi soir à Tunis pour une visite officielle de trois jours, a indiqué l'agence gouvernementale TAP.
M. Junker est arrivé à la tête d'une délégation en provenance de Tripoli, où il a participé aux travaux du sommet Europe-Afrique.
Le président de l'Eurogroupe aura des entretiens avec le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, avec le gouverneur de la Banque centrale, ainsi qu'avec le président de la Chambre des députés (parlement) Fouad M'bazaa.
A son programme figure également la visite d'un institut de l'environnement et de sites archéologiques près de Tunis.
La Tunisie et le Luxembourg sont liés notamment par une convention fiscale et coopèrent dans le cadre de l'accord global de partenariat entre la Tunisie et l'Union européenne.

Sida : la Tunisie oeuvre à garantir une prévention optimale

Publié le 2010-11-30 09:08:42 | French. News. CnTaille du texte
TUNIS, 29 novembre (Xinhua) -- La Tunisie a, depuis l'apparition de cette maladie, oeuvré à garantir une prévention optimale de la maladie auprès notamment des catégories les plus exposées à la contamination, indique un communiqué rendu public lundi à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale du sida qui tombe le 1er décembre.
Elle est ainsi parvenue, depuis 1987, à maîtriser complètement la transmission du virus par le sang et dérivés et à fournir jusqu'à fin août 2010 la trithérapie à 400 personnes vivant avec le virus.
Depuis 2001, tous les malades ont accès gratuitement à ce traitement fourni par les pôles hospitaliers de Tunis, Sousse, Monastir et Sfax et faisant partie désormais des services de soins ordinaires, dit le communiqué.
Selon ce communiqué, 52 nouveaux malades de VIH/sida pendant les 10 premiers mois de l'année 2010.
Depuis 1985, date de détection du premier cas de VIH/sida à l'échelle tunisien, jusqu'à la fin octobre 2010, le nombre total des malades enregistrés en Tunisie a atteint 1.620, y compris les 52 cas apparus cette année.
La Tunisie, ajoute le communiqué, est parvenue, au cours des dix dernières années, à maîtriser le nombre des nouveaux cas de personnes atteintes du VIH/sida à une moyenne annuelle de 65 cas.
La Journée mondiale du sida est placée cette année sur le thème "Accès universel et droits de l'Homme".
 

Home - Accueil - الرئيسية