الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

05Juillet11f

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
11 ème année, N°4060 du 05.07.2011
archives : www.tunisnews.net
 

AP: Tunisie: Ben Ali dénonce une "parodie de procès"

AP: Tunisie: deux morts dans l'incendie d'une prison à Kasserine (centre-ouest)

AP: Tunisian party launches campaign for 1st free vote

Reuters: Ousted Tunisian leader gets 15-year jail term

Reuters: Two killed in Tunisia prison escape bid

Le Monde: Economie tunisienne: "signes encourageants" pour le ministre français Besson

Rue 89: Pour la Révolution, il plaque la France et rentre en Tunisie

WMC: Des touristes algériens ont-ils été agressés en Tunisie?

Slate Afrique: Les graffeurs tunisiens s'invitent dans les villas Trabelsi

24 heures: Revoir l’argent de Ben Ali restela priorité No 1 pour les Tunisiens

Espace Manager: Audience Télé: Watanya 1 confirme son leadership en Tunisie

Israel Infos: Pour la nouvelle démocratie tunisienne,pas de normalisation avec Israël

WMC: Tunisie-Partis politiques : Kamel Morjane, «nous ambitionnons, une croissance économique à 2 chiffres»

Le Temps: Kamel Letaïef: Partout et nulle part !

Salah DARGHOUTH: Tunisie-Emploi: Le chômage, onde de choc de la révolution tunisienne

Farouk Ben Ammar: La révolution tunisienne est-elle déjà morte?


 

Tunisie: Ben Ali dénonce une "parodie de procès"


 

AP le 05-07-11 à 16:50

Le président tunisien déchu Zine el Abidine ben Ali a de nouveau dénoncé une "parodie de procès" mardi, au lendemain de sa condamnation par contumace à 15 ans et demi de prison et 108.000 dinars d'amende (un peu plus de 54.000 euros) pour détention d'armes, de stupéfiants et de pièces archéologiques.

L'ex-chef de l'Etat, chassé du pouvoir par un soulèvement populaire qui l'a fait s'enfuir en Arabie Saoudite le 14 janvier après 23 ans de règne autoritaire, a réagi par l'intermédiaire d'un communiqué diffusé par courrier électronique par son avocat français Jean-Yves Le Borgne.

"Le président Ben Ali constate avec regret que la justice tunisienne est instrumentalisée dans le seul but de l'abattre politiquement" et "que des reproches artificiels et créés de toutes pièces sont articulés contre lui", selon ce communiqué.

Le chef de l'Etat déchu estime "qu'un procès absurde lui est fait dans des conditions expéditives et en l'absence d'une véritable défense" et "que la décision le condamnant à nouveau est invalidée par cette parodie de procès qui ne sert pas l'image du pays".

Lors du premier procès qui avait eu lieu le 20 juin, Zine el Abidine ben Ali et son épouse Leïla Trabelsi avaient été condamnés à 35 ans de prison ferme chacun et 91 millions de dinars (environ 45 millions d'euros) d'amende pour détournement de fonds et malversations.

Tunisie: deux morts dans l'incendie d'une prison à Kasserine (centre-ouest)


 

AP le 05-07-11 à 16:02

TUNIS (AP) — Deux détenus sont morts asphyxiés et plusieurs autres ont été grièvement blessés dans un incendie survenu mardi dans une prison de Kasserine, une ville du centre-ouest tunisien, selon l'agence de presse officielle TAP, qui évoque une tentative d'évasion.

D'après l'agence, qui se réfère à une source de la direction générale des établissements pénitentiaires, le drame a été provoqué par des détenus qui ont mis le feu à des matelas dans une tentative d'évasion.

Une source médicale à l'hôpital de Kasserine a fait état de 17 blessés, dont cinq dans un état grave qui ont été placés sous respiration artificielle.

L'intervention des équipes de la protection civile appuyées par les forces de l'ordre et l'armée a permis de maîtriser la situation. Des blindés militaires et des unités sécuritaires ont été déployés tout autour de la prison pour contenir la foule des proches des détenus venus s'enquérir du sort de ces derniers, a ajouté la TAP.

Depuis la chute à la mi-janvier du régime de l'ancien président Zine el Abidine ben Ali, qui a engendré un vide sécuritaire, des évasions massives se sont succédé dans plusieurs régions du pays dans des circonstances similaires. Elles ont engendré une soixantaine de morts, tandis que des milliers de prisonniers ont pu prendre la fuite. Bon nombre se sont soit rendus d'eux-mêmes, soit ont été rattrapés par les forces de sécurité et l'armée. AP

Associated Press, le 4 juillet 2011 à 20h24 GMT
Tunisian party launches campaign for 1st free vote

BOUAZZA BEN BOUAZZA, Associated Press
 
TUNIS, Tunisia (AP) - One of Tunisia's most prominent political parties launched its campaign on Monday ahead of the country's first free election after decades of autocratic rule.
Maya Jbiri, the head of the center-left Progressive Democratic Party told journalists that thousands of the party's activists were heading to the countryside to educate the people about the nation's new democracy.
Tunisia on Jan. 14 overthrew long time dictator Zine El Abidine Ben Ali, ending decades of his iron-fisted rule and ushering in a new era of political freedom as well as uncertainty.
Tunisians in October will elect members of an assembly that will write a new constitution. The country for now is being ruled by a caretaker government and has been rocked by continuing unrest raising fears that its transition to a democracy won't succeed.
"The responsibility for the success of this transitional period rests on all the parties and the elements of civil society," said Jbiri, the first woman to lead a political party in Tunisia.
Almost 100 political parties have appeared since the end of Ben Ali's repressive regime, though most have little organization and remain unknown to the public at large.
The PDP is one of the best known and most organized parties in the country - after the Islamist Ennahda.
The leftist party's efforts come after similar ones by Ennahda, which was brutally repressed by the previous regime but has since made a dramatic comeback, staging rallies throughout this country of 10 million.
Led by Rachid Ghannouchi, Ennahda is one of the most progressive Islamist groups in the Arab world, but its rise has raised fears among many in Tunisia, which has one of the more secular societies in the Middle East.
The party pulled out of the commission preparing for the next elections, in part because Ghannouchi said some members were pursuing a vendetta against Ennahda and trying to demonize it.
On June 26, Tunisians were shocked when about 100 ultraconservative Muslims known as Salafis, attacked a movie theater showing a controversial movie with secular themes, wounding a number of people inside.
 
Reuters, le 4 juillet 2011 à 21h09 GMT
Ousted Tunisian leader gets 15-year jail term

* Ben Ali convicted in absentia of drugs and weapons charges
* Lawyers boycott trial, calling it a sham
* Former president already sentenced on other charges
By Tarek Amara
 
TUNIS, July 4 (Reuters) - A Tunisian court sentenced former president Zine al-Abidine Ben Ali in absentia on Monday to more than 15 years in prison for illegal possession of drugs and weapons.
 
Lawyers for Ben Ali, ousted in January and now in Saudi Arabia, boycotted the one-day trial, calling it a sham. The ousted president was handed a 35-year sentence for other crimes including theft last month.
 
Ben Ali's overthrow in January after weeks of protests inspired the wave of "Arab Spring" uprisings across the Middle East and North Africa.
 
The judge sentenced Ben Ali to 15 years and six months, adding that the six months had been added for illegal possession of archaeological artifacts. The judge also handed down a fine of 108,000 Tunisian dinars ($79,250).
 
Ben Ali was convicted of possession of drugs with the intent to sell them and illegal possession of weapons.
 
At the hearing, one of his lawyers asked the judge for a delay so he could persuade Ben Ali to return to Tunisia to face trial. Judge Touhami Hafian refused to grant the petition.
 
"In that case we are withdrawing from this hearing, which does not meet the right to a fair trial," the lawyer said.
 
The Lebanese law firm representing Ben Ali issued a statement saying that the hearing "violates all the norms of a just trial".
 
As the legal team walked out, members of the public yelled: "Get out! You have betrayed Tunisia by defending Ben Ali" and "You should have defended the young people killed by Ben Ali's weapons!"
 
The hearing continued without the lawyers present.
 
One lawyer who is not involved in the case said a rush to judgment would undermine any effort to extradite Ben Ali.
 
"With this kind of trial, we are missing the chance to bring Ben Ali from Saudi Arabia and are making it more difficult," Naceur Laouini told reporters.
 
"A quick trial like this does not win over international opinion."
 
In a statement released last month, the former president said the charges were a fabrication. He said the weapons were ceremonial gifts and that the drugs had been planted.
 
Ben Ali and his wife Leila Trabelsi were each given 35 years in prison last month after being found guilty of theft and illegally possession of jewellery and large sums of cash.
 
Reuters, le 5 juillet 2011 à 13h46 GMT
Two killed in Tunisia prison escape bid

 
 
TUNIS, July 5 (Reuters) - Two people were killed on Tuesday when inmates set a Tunisian prison on fire in an escape attempt, the justice ministry said.
 
Tunisia's caretaker leaders have struggled to restore stability since protests forced President Zine al-Abidine Ben Ali to leave the country in January.
 
As well as frequent prison escapes there have been violent protests, riots and, according to residents, a rise in crime.
 
Witnesses told Reuters ambulances rushed to the prison in Gassrine, about 300 km (185 miles) southwest of Tunis, to take dozens of injured people to the local hospital.
 
"The fire was caused by an attempt to escape by several prisoners, who set fire to their mattresses, resulting in the deaths of two people," the justice ministry said in a statement.
 
It was not immediately clear if any of the prisoners had managed to escape.
 
Tunisia's revolution inspired uprisings in Egypt and elsewhere in the Arab world.
 
Economie tunisienne: "signes encourageants" pour le ministre français Besson

 
Le ministre français de l'Industrie Eric Besson, a relevé des "signes encourageants" dans l'économie tunisienne, lors d'une visite à Tunis au cours de laquelle ont été signés deux accords de coopération énergétique.
"L'économie tunisienne a quelques bons indices, plutôt encourageants, à l'exception du tourisme", a déclaré à l'AFP M. Besson. Il a notamment cité le secteur de l'industrie du textile et a relevé "un climat social apaisé dans les entreprises".
Au cours de sa visite, M. Besson et son homologue tunisien Abdelaziz Rassaa ont signé deux accords de partenariat dans le domaine de la coopération énergétique. Le premier, entre le consortium international Medgrid et la Société tunisienne de l'électricité et du gaz (Steg) concerne la réalisation du schéma directeur des futurs réseaux électriques en Méditerranée.
Le second, conclu avec le CEA (Commissariat à l'énergie atomique) consacre l'installation de deux démonstrateurs d'énergie solaire photovoltaïque et permettra à la Tunisie d'acquérir des références mondiales dans les technologies solaires et leurs applications", selon le ministère français.
"Avec ces accords, nous respectons scrupuleusement ce que nous avions promis aux Tunisiens en mars", a estimé M. Besson, qui s'était déjà rendu dans le pays à cette période.
La Tunisie, où une révolte populaire a fait chuter en janvier le régime du président Ben Ali, a vu son PIB chuter de 7,8% au premier trimestre 2011, plombé notamment par la chute des revenus touristiques, selon les chiffres de l'Institut national de la statistique (INS) publiés le mois dernier.
(Source: www.lemonde.fr, le 4 juillet 2011)

Pour la Révolution, il plaque la France et rentre en Tunisie


 

C'est à Cergy-Pontoise, dans le Val-d'Oise, à quelques mètres seulement de l'université où il est inscrit, que je rencontre Anis, Tunisien de 23 ans. Riverain, il avait vivement réagi par e-mail à notre article « Les Tunisiens de France ? Des révolutionnaires sur canapé ! ».

Anis, pas un pessimiste de la Révolution

Le jeune homme est arrivé il y a un peu moins d'un an en France, pour suivre un cursus de trois ans en biologie. Il a décidé de bouleverser ses plans et d'écourter son séjour. Il rentre en Tunisie à la veille d'une échéance électorale historique prévue le 23 octobre 2011. « Je ne voulais pas vivre ça d'un canapé » me lance-t-il, clin d'œil au titre de l'enquête qui l'a fait « bondir ».

Le papier en question donnait la parole aux sceptiques de la communauté franco-tunisienne pas convaincus par la chute du régime de Ben Ali. Ceux qui comme Chadia, 31 ans, née à Tunis, se disant « apolitiques » et « pragmatiques », ne cachent plus leur pessimisme :

« Si des dizaines de milliers de jeunes qui ont fait la Révolution et qui se disent épris de liberté ont fui, il y a quand même matière à douter pour la suite. Même eux n'y croient pas. Pourquoi n'ont-ils pas fui au temps de Ben Ali ? »

« Comment préférer la tyrannie à la liberté ? »

Issu de la petite bourgeoisie, Anis se définit comme un militant de la première heure. Dès 2007, dans ses blogs ou sur les campus tunisois, il tente, en dépit des risques, de mobiliser contre la dictature et l'inertie :

« Mes propres amis ne comprenaient pas. Ils étaient résignés à l'idée que ce régime était de toute manière une fatalité. »

Il ne trouve aucune excuse à ceux qui, de France, regrettent le régime déchu. S'il concède que l'expatriation, ou la double culture, peuvent créer des décalages, il n'admet pas les réactions « débiles » de ceux qui, à distance, « feignent d'ignorer la souffrance » :

« Comment peux-tu préférer la tyrannie à la liberté ? Ce sont des idiots qui n'ont aucune idée de ce que représente une patrie. Pour la Tunisie, ils sont des traîtres, et pour la France, ils ne valent pas mieux. »

La France, « décevante et méprisante »

Au début de la Révolution, en janvier, Anis met une première fois en stand-by ses études et repart en Tunisie. Il n'érige pas son choix en modèle à suivre :

« Je ne dis pas qu'un Tunisien né en France aurait dû rentrer, car ses rapports à la Tunisie sont plus complexes, plus lointains. Idem pour ceux qui, expatriés, vivent ici onze mois sur douze. Mais au lieu de ne penser qu'à eux, ils auraient dû penser à ceux qui se battent pour des causes justes, en faisant au moins circuler la vérité sur les affres du régime Ben Ali, plutôt que de le couvrir. »

Après la chute du régime, il participe à de nombreuses manifestations, dont celle contre le maintien de Boris Boillon, ambassadeur controversé de France en Tunisie :

« Il est à l'image de la France : décevant et méprisant. Oui, comme beaucoup d'autres Tunisiens, j'en veux au gouvernement français d'avoir soutenu jusqu'au bout la dictature au mépris des aspirations du peuple. Ça nous a blessés. »

Le chemin inverse de dizaine de milliers de ses compatriotes

En mars, il revient à Paris. Pour quelques mois seulement, et pour « régler quelques affaires avant le grand départ ». Car à ce moment, sa décision est déjà prise : il rentre chez lui. Cette fois-ci, définitivement.

Le symbole ne lui échappe pas, il fera le chemin inverse de dizaine de milliers de ses compatriotes qui, profitant de l'ouverture des frontières, ont gagné l'Europe. « Je suis contre l'immigration clandestine », lance Anis, avant de tempérer :

« Ces types ont mon âge. Vingt-trois ans de dictature, c'est vingt-trois ans de souffrance. Ils ont grandi avec le rêve de se faire la malle, comme des enfants battus. Tout se mélange dans leur tête : la Révolution, le départ, la misère. Moi, j'ai eu des moyens qu'ils n'ont pas eus. »

« La Révolution commence maintenant »

Sa famille désapprouve sa démarche, qu'elle trouve disproportionnée. Elle aurait souhaité qu'il termine ses études avant de se lancer à l'aventure. Lui veut se consacrer pleinement à son association, Les Héritiers du drapeau, qui a pour vocation d'aider les jeunes à réaliser leurs projets culturels. Sans aucune censure :

« La Révolution commence maintenant. Le départ de Ben Ali, ce n'est qu'une étape, pas une finalité. Maintenant, il faut s'attaquer au système pour éviter une autre dictature. Et ça, c'est beaucoup plus difficile. Mais je ne manquerai ça pour rien au monde. »

Le flou autour des élections, initialement prévues en juillet, ne l'inquiète pas outre-mesure. Pas plus que « la présumée » inexpérience des Tunisiens en matière de politique et de débat.

Il n'est pas (encore) encarté dans un parti, et n'a pas vraiment de favori pour la présidentielle, même s'il considère que sur le court terme, Moncef Marzouki apparaît comme le candidat le plus crédible.

Source : « Rue 89 » Le 05-07-2011

Lien : http://www.rue89.com/2011/07/05/pour-la-revolution-il-plaque-la-france-et-rentre-en-tunisie-211612


Des touristes algériens ont-ils été agressés en Tunisie?


 

S’agit-il d’une manœuvre visant à porter atteinte à l'image de la Tunisie et à son tourisme, comme l’affirme un communiqué de l’ambassade de Tunisie à Alger, ou des faits avérés? Dans l’état actuel des choses, difficile d’y voir clair.

En tout cas, plusieurs journaux algériens ont publié, le 27 juin dernier, des informations selon lesquelles de membres d'une famille algérienne avaient été victimes d’agression dans des quartiers de Tunis. «Les victimes se seraient fait subtiliser une somme de mille euros, et le véhicule à bord duquel ils se trouvaient aurait été saccagé. Selon les victimes, les agresseurs s'étaient fait passer pour des policiers».

Et pour enfoncer le clou, les médias algériens soulignaient également que «des Algériennes auraient été harcelées à Hammamet et n'ont dû leur salut qu'à l'intervention d'autres Tunisiens qui les ont extirpées d'un véritable guet-apens». Ce qui a permis à la presse algérienne de conclure à «un comportement anti-algériens» de la part des Tunisiens.

Même s’il ne faut pas exclure que des Algériens aient été agressés en Tunisie –car il ne faut pas se voiler la face, la sécurité n’est pas encore au top dans notre pays-, cependant, nos confrères algériens n’auraient pas dû généraliser les faits. Car, il est évident que la Tunisie a vraiment besoin des touristes en général mais surtout ceux venant d’Algérie en particulier.

D’ailleurs, la réaction de l’ambassade de Tunisie à Alger va dans ce sens. En effet, dans un communiqué rendu public lundi 4 juillet, l'ambassade de Tunisie en Algérie indique que «ces informations sont erronées et dénuées de tout fondement…».

Le document va plus loin pour souligner que «les touristes et citoyens algériens en Tunisie font l'objet d'une attention et d'un respect particuliers et sont les bienvenus»… et qu’ils «jouissent de leurs vacances dans de très bonnes conditions et dans la sécurité, aux côtés des autres touristes étrangers qui n'ont jamais cessé de visiter notre pays».

Dans l’ensemble donc, on ne peut dire qu’il existe une “haine“ vis-à-vis du touriste étranger encore moins de algérien. Sauf si peut-être on voudrait que le ministère du Tourisme et les professionnels mettent un dispositif spécial pour nos frères algériens.

Source: ”wmc” Le 05-07-2011

Lien: http://www.webmanagercenter.com/management/article-107682-des-touristes-algeriens-ont-ils-ete-agresses-en-tunisie


Les graffeurs tunisiens s'invitent dans les villas Trabelsi


 

L'entourage de Ben Ali avait-il songé qu’un jour, leurs belles demeures deviendraient des lieux d’expression artistique en Tunisie? Depuis le départ du président déchu, chassé par la révolution qui a secoué le pays entre décembre 2010 et janvier 2011, ses nombreuses résidences ainsi que celles de ses proches sont envahies par des artistes, principalement des graffeurs.

L’équipe d'Ir7al (pour «irhal», «dégage» en arabe), un site d’information créé par trois étudiants en journalisme pour relayer le mouvement de contestation en Tunisie, a suivi un huit jeunes tagueurs. Ces artistes, rejoints par un graffeur parisien et une créatrice de mode ont pris pour cible une résidence de Behlassen Trabelsi, un des frères de Leïla, l'épouse de Ben Ali. La maison est située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Tunis, la capitale, entre La Marsa et Gammarth.

Le groupe de tagueurs conduit par les Tunisiens Hafedh, alias «Sk-one» et Moeen, alias «Meen-one», ont donc choisi ces belles demeures abandonnées par leurs propriétaires depuis la révolution tunisienne pour en faire leur atelier, le temps d’un après-midi.

Ir7al propose une série de clichés où les internautes peuvent voir les artistes en action. Sur les murs de la bâtisse de Behlassen Trabelsi, par exemple, on peut lire des graffitis aux accents provocateurs et même révolutionnaires:

«Je taggue dans le salon ou tu matais la télé, Belh…», «Le crabe chez les Trab!!!» ou encore «Censurez la censure», inscrit sur un mur placardé de coupures de journaux satiriques.

Les deux jeunes tagueurs Hafedh et Moeen font partie des artistes à qui la révolution a donné des ailes, fait savoir le magazine Fatcap. Aujourd’hui, ils veulent faire connaître l’art du graffiti, encore bien jeune en Tunisie.

«J’ai fait un mur à l’Université de Carthage, une semaine seulement après le départ de Ben Ali. A l’invitation des responsables de l’établissement», raconte Hafedh.

Agé de 26 ans, il vient de la banlieue sud de Tunis et graffe depuis une dizaine d’années:

«J’ai commencé en regardant des vidéos de graffiti que je me repassais des dizaines de fois. J’avais une toile de deux mètres sur deux chez moi et je m’entraînais dessus, jusqu’à ce que j’arrive à reproduire ce que j’avais vu», confie-t-il.

C’est lors d’une exposition qu’il rencontre son compère Moeen. Originaire de Bizerte, ce dernier, étudiant à l’école des Beaux-Arts de Tunis, revient sur les difficultés matérielles d’exercer leur art pour les graffeurs tunisiens, malgré la liberté récemment conquise:

«Il n’existe aucun graff-store en Tunisie. Pour les bombes, on se débrouille pour en trouver; mais elles ne sont généralement pas de bonnes qualité. En plus elles coûtent 20 dinars pièce [10 euros, ndlr]. Et pour les caps [les embouts], impossible d’en trouver ici. Il faut les importer. Beaucoup se sont découragés à cause de tout ça.»

Source : « Slate Afrique » Le 05-07-2011

Lien : http://www.slateafrique.com/8285/des-graffeurs-tunisiens-tagguent-les-villas-des-trabelsi


Revoir l’argent de Ben Ali restela priorité No 1 pour les Tunisiens


«Je sais qu’il y a en Tunisie une immense attente concernant la restitution des fonds du clan Ben Ali déposés en Suisse.» Hier, à l’occasion de la Conférence régionale des ambassadeurs, qui se tient jusqu’à aujourd’hui dans la banlieue touristique de Tunis, Micheline Calmy-Rey a d’emblée abordé le sujet qui fâche. La cheffe du Département fédérale des affaires étrangères a insisté sur la volonté de la Suisse de faire aboutir la procédure «le plus rapidement possible», soulignant que ces fonds, comprenant également des actifs immobiliers, avaient été bloqués trois jours après le départ de Zine el-Abidine Ben Ali.

«Ce ne sont pas des montants importants. Nous n’avions pas de bonnes relations avec le clan Ben Ali depuis 2005», a toutefois précisé la présidente de la Confédération. Pour mémoire, le président de l’époque, Samuel Schmid, s’était permis un crime de lèse-dictature. A l’occasion du Sommet de l’information de Tunis, il avait épinglé les Etats entravant les libertés de la presse et d’expression.

Soixante millions au total

Micheline Calmy-Rey a évoqué un montant total d’avoirs de 60 millions de francs. A titre de comparaison, elle a précisé que ceux déposés en Suisse par le clan de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak étaient estimés à 410 millions de francs, et ceux du clan Kadhafi à 360 millions. L’aboutissement d’une telle procédure dépend également de la fourniture de documents précis de la part de l’Etat demandeur, ce qui semble avoir fait défaut jusqu’ici dans le dossier tunisien. Il avait fallu quatre ans pour que le Nigeria récupère ce que Sani Abacha avait détourné.

Le ton coopératif et déterminé de la cheffe du DFAE n’a que partiellement convaincu les nombreux journalistes tunisiens présents. L’un d’eux a rappelé que «pour les Tunisiens, tout cet argent a été volé. Vous disiez que 60 millions de francs, ce n’est pas une grande somme. Il suffit de faire le rapport entre les montants et la population, et, croyez-moi, c’est énorme pour la Tunisie. L’Egypte, c’est 80 millions d’habitants pour 410 millions de francs. Pour nous, c’est 60 pour 10 millions d’habitants.» Se voulant rassurante, Micheline Calmy-Rey a souligné la nature prioritaire du dossier. En complément de cette restitution, la Suisse compte faciliter la réforme de la justice.

Limiter les migrations

Deuxième grand axe: l’aide en matière migratoire. «Nous apprécions grandement les efforts de la Tunisie en la matière, notamment sur la frontière avec la Libye» a insisté la ministre socialiste, soulignant notamment l’engagement de la Suisse au sein des organisations onusiennes spécialistes.

Autre piste évoquée pour limiter les migrations: le soutien au développement économique. Actuellement, les entreprises suisses emploient plus de 14 000 personnes en Tunisie, et les investissements se montent à 115 millions de francs. Afin de renforcer ces liens, le ministre suisse de l’Economie, Johann Schneider Ammann, se rendra en Tunisie d’ici à la fin de l’année.

La Conférence régionale des ambassadeurs de Tunis, qui s’achève aujourd’hui, voit une cinquantaine de spécialistes de l’Afrique du Nord, du Proche-Orient et de la Confédération, dont une dizaine d’ambassadeurs, mettre en œuvre la stratégie décidée par le Conseil fédéral début mars. Micheline Calmy-Rey, présente deux jours, a également profité pour rencontrer le président tunisien ad interim Fouad Mebazza, ainsi que le ministre des Affaires étrangères informel du Conseil national transitoire de Benghazi (l’insurrection libyenne), de passage à Tunis.

Source: “24 heures” Le 05-07-2011

Lien: http://www.24heures.ch/revoir-argent-ben-ali-restela-priorite-no-1-tunisiens-2011-07-05-0


Audience Télé: Watanya 1 confirme son leadership en Tunisie


 

Pour le mois de Juin 2011, l’étude Sigma Conseil des médias tunisiens, confirme une nouvelle fois le leadership de la chaine nationale Wataniya 1 qui arrive en tête des chaines de télévision regardées par les Tunisiens avec 43.6% de part d’audience en moyenne. Elle est suivie par Hannibal Tv avec 21.8% et Al Jazeera avec 11.2%.

Le programme le plus regardé en Tunisie est incontestablement le Journal de 20h de la Wataniya 1, il totalise une audience très honorable de 4 millions de téléspectateurs. Puis arrive le programme « Al Mousameh Karim » de Hannibal Tv qui totalise 34.1% de part d’audience, suivi de Dimanche Sport sur Al Wataniya 1 avec un taux d’audience de 15.9%.

Cette étude a été menée auprès d’un échantillon de 7854, représentatif de la population urbaine de Tunisie, agée de 4 ans et plus selon la méthode des quotas.

Les recettes publicitaires du mois de Juin, des chaines de télévision nationales se sont élevées à 6 810 720 DT. Hannibal Tv est la chaine qui bénéficie du plus de rentrées publicitaires avec 3 750 635 DT. La Wataniya 1&2 obtiennent 2 171 770 DT et Nessma Tv 888 315 DT.

L’Alimentaire détient la tête en terme d’investissements publicitaires à la télévision, suivi par les Télécoms et internet.

Les recettes publicitaires dans la presse écrite, ont atteint 1 946 716 DT contre 2 696 147 DT dans les radios. La branche Télécoms et internet est le premier investisseurs en terme de publicité sur ces médias.

Sigma note que l’investissement publicitaire dans les grands médias a baissé globalement de 14% par rapport à juin 2010, avec une chute de 10% pour la télévision, 15% pour la radio et 23% pour la presse écrite.

Source : « Espace Manager » Le 05-07-2011

Lien : http://www.espacemanager.com/marketing/audience-tele-watanya-1-confirme-son-leadership-en-tunisie.html


Pour la nouvelle démocratie tunisienne,pas de normalisation avec Israël


 

par Gerard Fredj
La commission de réforme politique tunisienne vient d'adopter un "pacte républicain" qui constituera la base de la future constitution....

Le texte contient notamment un article qui stipule le refus de toute forme de normalisation avec Israël.

L'annonce de l'adoption du pacte a été faite par le président de cette commission, Yadh Ben Achour, sans donner de détails sur son contenu.

La presse a cependant publié des extraits du texte dont un paragraphe refuse catégoriquement toute forme de normalisation avec l'Etat hébreu et "affirme son soutien à la cause palestinienne".

Des membres de la commission estimaient que cette mention n'avait pas d'objet dans une déclaration de principes, alors que le mouvement islamiste Ennahda, qui s'est retiré fin juin de la commission, avait insisté sur son inclusion.

Source: “Israel Infos” Le 05-07-2011

Lien: http://www.israel-infos.net/TUNISIE--Pour-la-nouvelle-democratie-tunisienne-pas-de-normalisation-avec-Israel--6969.html


Tunisie-Partis politiques : Kamel Morjane, «nous ambitionnons, une croissance économique à 2 chiffres»


 

Un parti réformiste. C’est comme cela que se définit le parti fondé par Kamel Morjane, «Al Moubadara». Il revendique son appartenance aux grands courants réformistes qui rappellent l’homme d’Etat tunisien et ottoman, Kheireddine Pacha, qui a milité au 19ème siècle pour la création d’institutions représentatives de cadres juridiques et légaux mis en place pour protéger les individus et en faire des citoyens à part entière.

Le ton de Kamel Morjane lors du déjeuner débat organisé par le Centre des Jeunes Dirigeants, samedi 2 juillet, dans le cadre du “CJD rounds“ avec les leaders politiques, est affirmé et sûr. Derrière l’homme politique, on perçoit tout de suite l’homme d’Etat. Il revendique l’unité des forces et des compétences et répond sans hésitation aux questions parfois «débridées» posées par les participants.

Evitant soigneusement d’entrer dans une polémique à propos de l’article 15 qui prive nombre de ceux qui ont occupé de hauts postes de responsabilités dans le gouvernement Ben Ali, il se dit prêt à soutenir toute action visant l’unité des forces et des compétences pour mener le pays à bon port: «Nous sommes prêts à coopérer avec n’importe qui et n’importe quel parti à condition qu’il partage avec nous les valeurs républicaines. Il n’est pas normal que la situation politique en Tunisie soit aussi segmentée. Il faut bien que nous accordions sur les points essentiels et il faut bien qu’il y ait des coalitions».

Parlant du développement économique, M. Morjane déclare: «Il faut avoir le courage de reconnaître que malgré la corruption, les malversations et la mauvaise gouvernance, notre économie s’en est bien sortie. Ce qui prouve que nous avons de bonnes constantes économiques et un entrepreneuriat performant. Ceci n’empêche pas qu’il faille aujourd’hui réfléchir à des stratégies plus efficaces de développement et de coopération, d’autant plus que chez nous le chômage est un problème persistant. Il n’est plus admissible de continuer sur cette déroute en matière d’emploi. Lorsque nous entendons aujourd’hui le gouvernement parler de 1% de croissance en 2011, nous réalisons tout de suite que cela ne résoudra pas la problématique de l’emploi des jeunes. 25.000 emplois par an ce n’est rien par rapport aux centaines de milliers de chômeurs. Notre ambition, en tant que parti, est de réaliser un taux de croissance à deux chiffres, nous sommes conscients que cela ne sera pas facile mais nous nous y attellerons».

Kamel Morjane estime qu’une économie ne peut être florissante sans valeurs. Celles de la solidarité entre les classes sociales, les catégories socioprofessionnelles et les différentes régions du pays. «Il s’agit là de lancer une réflexion approfondie à propos de la répartition équitable des ressources et des richesses du pays. La Tunisie est un pays qui s’est toujours situé dans le centre, il ne peut y avoir de développement sans qu’il y ait une justice sociale».

M. Morjane propose, pour y parvenir, un nouveau découpage administratif du pays sous forme de régions économiques, de l’Est à l’Ouest ou vice versa. Il n’est d’ailleurs pas le seul à y avoir réfléchi: «J’ai été agréablement surpris par le fait que cette idée est partagée au niveau d’autres partis. Il faut dire que c’est tout à fait naturel que nos programmes économiques se ressemblent. Car, contrairement à ce que beaucoup pensent, les politiques économiques sont contrôlées par les marchés et l’économie mondiale et c’est valable pour tout le monde».

D’où le fait que l’économie ne peut en aucun cas être soumise à l’idéologie. «C’est une question d’équilibre entre les intérêts individuels et ceux publics. Et ceci fait partie des prérogatives de l’Etat qui a un rôle stratégique à jouer sur ce plan».

Des régions autonomes, avec des présidents ou des gouverneurs élus qui doivent rendre compte de leurs réalisations: «S’il n’y a pas d’élections, il n’y a pas de responsabilités». Ces régions doivent décider elles-mêmes des accords et des projets qu’elles doivent concrétiser dans leurs intérêts et pas seulement avec le pouvoir central et le gouvernement, mais également avec des parties étrangères.

Le rôle des gouverneurs doit changer, il ne s’agit plus pour eux de représenter le parti qui gouverne et d’appliquer les instructions des pouvoirs politiques, mais de participer de manière efficiente aux politiques de développement économique et social des régions. Ils ne devraient donc plus être rattachés au ministère de l’Intérieur, mais plutôt au Premier ministère. Le ministère de l’Intérieur a pour mission principale -et non des moindres-, la préservation de la sécurité et de la stabilité du pays. Car, sans sécurité, il ne peut y avoir d’économie épanouie.

Pour le développement du pays, la communauté tunisienne à l’étranger ne peut être négligée. Elle aura toujours un important rôle à jouer aussi bien politique qu’économique. «Il n’est pas normal que, alors que le 1/10ème de notre population réside à l’étranger, elle ne soit pas plus présente sur les terrains politique et économique du pays. Notre communauté n’est pas composée que d’immigrés chercheurs d’emplois, mais aussi de hautes compétences, sur lesquelles nous pouvons compter. Savez-vous que le chef de service de l’informatique de l’Université de Hong Kong, ingénieur responsable des recherches sur l’érosion maritime dans cette île, est Tunisien?».

Libéral? Oui, Kamel Morjane opte pour une économie libérale mais plus humaine. Les investissements privés doivent être encouragés et l’entrepreneuriat soutenu. La dimension régionale de la Tunisie et surtout maghrébine est capitale pour le parti qui en a fait un article dans son statut. «Nous sommes le seul parti, à ma connaissance, qui en parle comme d’un élément important dans son programme politique. Le Maghreb est capital pour nous et nous militerons pour sa concrétisation». Kamel Morjane a également insisté sur la position de son parti dans le soutien de la cause palestinienne. «Nous serons toujours solidaires avec les Palestiniens et œuvrerons à aider le peuple palestinien à recouvrer son pays».

Source: “wmc” Le 05-07-2011

Lien: http://www.webmanagercenter.com/management/article-107694-tunisie-partis-politiques-kamel-morjane-nous-ambitionnons-une-croissance-economique-a-2-chiffres


Kamel Letaïef: Partout et nulle part !


 

Ainsi donc il y a un phénomène Kamel Letaïef. Ou plutôt ce qu’il convient d’appeler l’effet Kamel Letaïef. « LEADERS » lui réserve sept pages, où l’on découvre les facettes d’un homme, d’abord ami de Ben Ali, ami intime d’ailleurs et éminence grise – même des temps de Mohamed Mzali avec une amitié sincère vouée à Mezri Chekir – jusqu’à ce que l’homme, en qui la Tunisie de l’après-Bourguiba avait placé de grands espoirs ne se transforme, à peine quelques années après le 7 novembre 1987, en une espèce de Docteur Jekyll et Mister Hyde. Derrière cette métamorphose à la Kafka, la muse satanique : son épouse. Kamel Letaief affirme à ce propos dans l’article que lui réserve « LEADERS ».

 

 

« Aveuglé par ses amours, ivre de son pouvoir absolu, envoûté par l’accumulation des richesses pillées et étourdi par les flagorneries de son entourage, Ben Ali n’écoutait plus ses amis ».

(…) Il n’en fallait pas plus que Kamel Letaief se résolve, après d’ultimes mises en garde qu’il affirme les lui avoir faites directement « les yeux dans les yeux » à claquer la porte et rompre tout contact avec lui.

Faiseurs d’hommes, ou passeur d’idées et falicitateur d’alliances ? Kamel Letaief dont le nom est fortement revenu après le 14 janvier, se défend des affabulations qu’on lui prête : « conseiller occulte », « éminence grise », « homme de l’ombre »… J’agis au grand jour en mon âme et conscience ». Je ne suis pas un homme de l’ombre, ni le conseiller de personne ». C’est qu’on lit dans l’accroche introductive à l’article dans « LEADERS ».

Serait-il candidat à la Sainteté sans Dieu ?

Se complait-il dans ce rôle d’une ambivalence extrême : « éminence grise », mais pas « homme de l’ombre ». Ceux qui le connaissent de près savent qu’il cultive cette espèce de mystère avec néanmoins un malaise patent : il n’est pas à l’aise dans le pouvoir, mais dans le contre-pouvoir, loin des partis et des formations institutionnelles. Durant les années 80 et 90, son bureau à la rue Beyrouth était une sorte de passage obligé : dévots ministre, futurs ministres, courtisans, futurs traîtres, homme d’affaires… Tous en revendiquait l’amitié. Pour longtemps Kamel Letaief leur aura servi de talisman.

Mais tout comme il a osé défier Ben Ali – croyant pouvoir jouer sur la fibre amicale alors que son ami voguait déjà dans les stratosphères sataniques – il est resté fidèle à ses amitiés… A celle qui le lie, surtout, à Béji Caïd Essebsi, unis et solidaires dans une longue traversée du désert. Epiés, mis sur écoute et menacés même : sur ordres de Leïla, les brigades de Seriati saccagèrent le bureau de Kamel Letaief et sa Mercédès ! Et, puis, après l’interview accordée au Monde, au mois d’octobre 2001, il eut droit à l’inévitable séjour au 9 avril !

Aujourd’hui, il revient en selle. C’est Farhat Rajhi qui y a (maladroitement ?) contribué. Du coup on s’interroge : pour qui roule ce dragon à plusieurs têtes ? Les Sahéliens ?

A exclure. Les libéraux dont la Ligue des droits de l’Homme, son cheval de bataille durant ses années de captivité politique ? Il y a de cela.

« Son vrai métier, c’est la politique ». Il se consacre comme l’a toujours dit, à « l’intérêt national. C’est là qu’il trouve sa voie. Les chemins de la vie et la liberté en somme. Mais c’est aussi son sacerdoce. Qui dit qu’au fond il ne se cherche pas lui-même…

Source:”Le Temps” Le 05-07-2011

Lien: http://www.letemps.com.tn/article-57328.html


Tunisie-Emploi: Le chômage, onde de choc de la révolution tunisienne


 

Par Salah DARGHOUTH

Emploi-Tunisie - Un problème sérieux et endémique qui exige une croissance économique plus forte propulsée par le savoir et la technologie Il ressort de ce qui précède (voir La Presse du lundi 4 juillet) que le chômage rencontre trois grands défis majeurs et qu'il y a lieu de relever, si on désire s'attaquer sérieusement au problème du chômage en Tunisie. Le premier défi est que : bien qu'il soit jugé comme étant décent (4-5% par an), le taux annuel de croissance de notre économie est insuffisant pour pouvoir créer autant d'emplois que de nouveaux candidats à l'embauche entrant dans le marché. La structure actuelle de notre économie n'arrive pas à générer plus de 15.000 postes d'emplois nouveaux par an pour chaque 1% de croissance annuelle. En d'autres termes, l'élasticité de l'emploi à la croissance est faible dans les conditions actuelles de l'économie de notre pays. Des niveaux de croissance plus élevés (7-8% au moins, d'après certains études de simulation) devraient être atteints si on espère résoudre cette inadéquation entre la demande et l'offre de travail en Tunisie.

Le second défi est que la qualité même de cette croissance devrait subir une transformation structurelle profonde si on veut non seulement atteindre des niveaux plus élevés de croissance mais aussi résorber le problème du chômage des diplômés d'universités.
Cette transformation doit permettre d'intensifier la sophistication de notre économie au point de pouvoir créer un nombre suffisant d'emplois hautement qualifiés, tout en maintenant une productivité suffisamment élevée pour que nos exportations demeurent compétitives sur le marché international. D'après les leçons tirées de l'expérience des pays émergents, c'est par une montée en valeur et en gamme technologique dans les secteurs existants et l'émergence de nouveaux secteurs à haute valeur ajoutée entraînés par la technologie et le savoir, que la Tunisie pourra réussir une telle transformation.

Le troisième défi consiste à améliorer la situation de l'emploi dans les régions intérieures de l'ouest du pays malgré l'insuffisance des ressources naturelles et surtout hydriques pour développer une économie agricole prospère, viable et durable, et malgré la préférence générale des investisseurs privés d'installer leurs projets d'investissement dans les régions côtières du pays, plus riches en infrastructure et services de base et plus proches des marchés de consommation nationale et des ports d'exportation à l'étranger.

Quelles réformes faut-il donc contempler pour relever ces défis?

La Tunisie est relativement bien positionnée pour passer à une économie du savoir, compte tenu de la grande pépinière de concitoyens éduqués et des expériences qu'elle a développées depuis son indépendance en matière de pilotage macroéconomique, d'éducation, de santé, de services et logistiques, d'attrait d'IDE, de développement de projets off-shore, ou de gestion de ses ressources naturelles énergétiques, hydriques et autres. La Tunisie est bien placée donc pour apprendre de sa propre expérience, mais aussi de l'expérience des pays qui l'ont devancée et qui ont déjà gagné le pari de la sophistication technologique dans la transformation de leur économie et l'accélération de sa croissance. A ce propos, je voudrais citer surtout les nouveaux pays émergents (Chine, Inde, Malaisie, Brésil) et ceux qui les avaient précédés (Corée du Sud, Singapour, Taïwan).

Relever les trois grands défis cités plus haut demande la mise en oeuvre d'une série de réformes qui viennent appuyer et compléter toutes les mesures et actions contenues dans le programme d'urgence que le gouvernement vient de lancer en vue de la relance économique du pays. Pour les besoins de cet article, je voudrais me limiter aux réformes ci-après :

1- Réorienter les programmes de développement de façon à ce qu'ils servent de façon plus équitable toutes les régions du pays sans exception. Laisser à la traîne les régions intérieures de l'ouest n'est plus permis dans la Tunisie post-révolutionnaire d'aujourd'hui. La réaffectation des engagements du budget 2011 de l'Etat de façon à inverser les tendances en allouant 80% des dépenses d'investissement aux régions intérieures s'inscrit exactement dans cette perspective.
Il s'agit là d'un programme spécial de " rattrapage " de ces régions. Il devrait se poursuivre pour mettre l'accent sur le développement des infrastructures économiques et sociales, l'intéressement des IDE à ces régions et l'appui au lancement de projets nationaux notamment par les jeunes. Plus généralement, il faut s'attendre à ce que le principe d'équité soit adopté dans les arbitrages et les affectations budgétaires destinées aux diverses régions, lors de la préparation du prochain plan quinquennal de développement économique et social du pays.

2- Lancer un programme tous azimuts visant à la promotion des systèmes d'innovation technologique en Tunisie.
Un tel programme est nécessaire pour permettre aux entreprises tunisiennes de monter en valeur ajoutée et en gamme technologique. Ce système devrait être ouvert aussi bien aux grandes qu'aux petites et moyennes entreprises (PME) qui constituent 95% du tissu entrepreneurial tunisien, mais qui ont actuellement des capacités d'innovation propres très limitées. Il devrait aussi être ouvert à tous les secteurs et filières et à tous les stades de développement de ces filières. Tout cela devrait être appuyé par un renforcement des compétences et des outils de financement appropriés à mettre à la disposition des jeunes entreprises innovantes.

3- Elargir l'espace d'intégration mondiale de l'économie tunisienne. L'intégration mondiale est un facteur puissant de progrès technique et de hausse de la productivité, et l'expérience de la Tunisie en matière de diversification des destinations de nos exportations l'illustre assez bien.
La Tunisie a déjà réalisé des progrès tangibles dans ce domaine. Le projet d'accès au régime de statut spécial avec l'Union européenne va certainement apporter beaucoup d'avantages en termes de croissance et de création d'emplois. Mais, il faut aller plus loin pour élargir l'espace d'intégration au-delà de l'Europe.

4- Signer plus particulièrement des accords spéciaux de coopération et d'échanges avec les pays émergents qui ont franchi la phase de restructuration de leur économie et déjà pris le " tournant technologique " qui les a aidés à résoudre ou au moins atténuer le problème du chômage. Il s'agit là encore des pays nouvellement (Chine, Inde, Malaisie, Brésil) et anciennement émergents (Corée du Sud, Singapour, Taiwan). Nos techniciens et chercheurs ont été trop longtemps écrasés par la chape de plomb du régime déchu qui, sous prétexte de discipline budgétaire, a imposé d'énormes restrictions à leurs déplacements à l'étranger pour assister à des forums, séminaires, ateliers ou programmes de formation ou pour effectuer des voyages d'études essentiels pour l'épanouissement de leurs connaissances et l'enrichissement de leur expérience professionnelle. Le programme de coopération proposé va rompre à cette pratique destructrice.

5- Attirer les IDE (investissements directs étrangers) qui aident à la création, l'adoption et l'adaptation aux conditions de la Tunisie des innovations et expériences technologiques qui ont fait leurs preuves. Le modèle de croissance suivi jusque-là par la Tunisie a permis d'attirer des IDE qui ont aidé à l'établissement d'industries manufacturières légères qui sont compétitives à l'échelon international mais qui sont à faible valeur ajoutée et intensité de savoir et d'innovation. Cela devrait évoluer vers des systèmes plus sophistiqués à haute valeur ajoutée et intensité technologique, pouvant faire appel à davantage de compétences tunisiennes de haut niveau.

6- Accélérer l'exécution des réformes structurelles du secteur recherche-développement. Le rendement à l'investissement public dans la recherche-développement en termes d'innovation concrète est faible en Tunisie à cause de nombreuses contraintes qui réduisent l'efficacité de l'effort public.
Un certain nombre de programmes de réforme sont en cours de préparation. Il est maintenant devenu urgent d'accélérer cette mise en oeuvre tout en affinant et renforçant les activités orientées vers l'innovation technologique qui ont l'impact le plus direct sur l'augmentation de la valeur ajoutée des activités économiques et de l'emploi des diplômés. En 2008, le nombre de brevets d'invention déposés internationalement par des Tunisiens n'était que de 26, un chiffre inférieur à la moyenne de la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

7- Renforcer les secteurs techniques et scientifiques à tous les échelons de l'enseignement. Les enquêtes d'évaluation du climat de l'investissement en Tunisie ont fait ressortir qu'il est nécessaire de réorienter l'enseignement, surtout supérieur, ainsi que les programmes de développement des compétences, de la réinsertion professionnelle et le recyclage des travailleurs vers les secteurs techniques et scientifiques. Ceci devient encore plus urgent si on aspire à ce que cet enseignement réponde aux besoins d'une économie de plus en plus tournée vers la technologie et le savoir. Aussi, de nouveaux programmes de coopération doivent-ils être développés avec le secteur privé afin de parvenir à une meilleure adéquation entre les contenus de l'enseignement et les besoins des entreprises.

8- Accroître la flexibilité du marché du travail en assouplissant les règles et procédures actuellement trop rigides, qui régissent les modalités de recrutement et de licenciement, la mobilité du travail, la restructuration des entreprises, etc. Ils ont aussi montré qu'il y a urgence à mettre l'accent sur l'ensemble du processus de développement des compétences, de la réinsertion professionnelle et de recyclage des travailleurs etc.

9- La bonne exécution de ces réformes exige bien évidemment des actions d'accompagnement qui touchent à l'amélioration générale de l'environnement des affaires, surtout pour ce qui concerne la restructuration du secteur bancaire (en cours), la bonne gouvernance par la transparence, le respect des droits de propriété et des réglementations, le contrôle des pratiques de corruption, d'abus de confiance et de clientélisme, etc.

En conclusion...

Comme nous avons essayé de le montrer à travers cet article, le problème du chômage dans notre pays est un problème grave. Il s'agit d'un problème endémique aux racines profondes. Nous avons essayé d'en exposer les causes et identifier les défis majeurs à relever. Nous avons tenté de suggérer un certain nombre de réformes qui nous paraissent indispensables pour relever ces défis. Le lancement de telles réformes revêt un caractère particulièrement urgent. A ce propos, le " Programme d'appui à l'inclusion sociale et à la transition " qui vient de démarrer avec l'appui des partenaires techniques et financiers, pourrait constituer le cadre idéal pour lancer ces réformes.

Le chômage est un problème qui affecte l'ensemble de notre société : hommes, femmes, jeunes diplômés et jeunes non diplômés. Il faut être bien conscient que le chômage est un facteur de déstabilisation sociale et politique qui pourrait avoir à court et à moyen terme des effets indésirables sur le processus de construction démocratique en cours. Il y a donc urgence à l'attaquer sur la base de l'atout extraordinaire que représente l'ère post-révolutionnaire de notre pays.

Je suis intimement convaincu que notre pays est capable de sortir de l'engrenage infernal du chômage, pourvu qu'il puisse asseoir une économie plus équitable entraînée par un nouvel essor du savoir et de la technologie.

Source: “Afrique en ligne” Le 05-07-2011

Lien: http://www.afriquejet.com/afrique-du-nord/tunisie/tunisie-emploi:-le-chomage,-onde-de-choc-de-la-revolution-tunisienne-2011070517382.html


La révolution tunisienne est-elle déjà morte?


 

Par Farouk Ben Ammar*

Le peuple tunisien a l’indicible douleur d’annoncer le décès de sa très chère et regrettée révolution, les obsèques se sont déroulées en privé.

Au train des événements récents, c’est ce que l’on lirait, bientôt, dans la rubrique nécrologique des medias, avec un assortiment de titres, à chacun son imagination et talent pour s’accaparer le plus de lecteurs.
Maints partis politiques, nés post-révolution, connaitront le même triste sort, car leur mère est décédée, assassinée, avant de les sevrer.

Des larrons en foire
Parmi les coupables : L’Instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique (Isrorrptd) regroupant plus de 100 individus, dont la quasi totalité sont superbement inconnus, portant indûment le titre de «personnalités nationales»!
On est loin, très loin, des authentiques personnalités nationales pré-indépendance, les illustres magistrats et grands juristes et les nationalistes d’antan, dont le front superbe accoutumait à l’ombre les fronts de nos autoproclamés personnalités, et qui ont jeté les bases de la Tunisie moderne et souveraine!
Bref, de nos jours, à défaut de personnalités de valeur intrinsèque sûre, on nomme qui on veut et comme on peut dans ces institutions, une vraie auberge espagnole! Mais ils s’entendent comme larrons en foire, maintenant qu’ils ont poussé dans le dos des forces politiques vives à se retirer.
Qu’à cela ne tienne, des films provocateurs ont étés financés par la révolution, et de surcroit on l’annonce partout pour irriter la foule conservatrice, qui choit dans le piège si savamment ourdi : alertes aux salafiste!, crie-t-on.
C’est la preuve irréfutable que les orientations de gauche, d’ailleurs très gauches, sont partout et dans toutes les instances «supérieures» comme ils leur plaisent de dire!
Le relais est pris par des pseudo-intellectuels qui lancent des propos presque blasphématoires pour pousser et favoriser l’extrémisme et le fanatisme religieux: belle tactique, très classique, ça marche, mais pas pour longtemps grâce à Dieu!
Bravo, d’ores et déjà, on a transformé ces institutions en des clubs privés où pullulent des amis et d’anciens camarades de classe d’orientation gauchiste: le campus de Tunis 40 ans plus tard!
Il y a même des petites familles qui se sont installées ici et là dans des postes quêtant gloriole. Ce serait se bercer d’illusions que d’imaginer ces instances partir !
Une ignominie qui fait l’opprobre de la nation tunisienne dont le sang de leur fils et filles a abreuvé, pas les sillons, mais l’asphalte des rues et ruelles de toutes les villes tunisiennes.
Maintenant, on parle de référendum pour l’adoption d’une Constitution, pas nouvelle mais reformulée et revisitée. C’est vrai, je n’ai pas cessé de le ressasser, dans d’autres articles, le referendum est le seul moyen de s’assurer une Constitution qui réponde aux aspirations d’un peuple libre, arabe et musulman.
Donc, on élaborerait notre Constitution comme en 1957, mais si on veut se comparer aux grands de l’époque qui l’ont rédigée, il y a loin de la coupe aux lèvres!

Elire une assemblée constituante serait-ce superflu?
Aujourd’hui, c’est au tour de ce truc-machin-chouette qui va s’ériger en Assemblée constituante, sans élections non plus, après avoir balayé les persona non grata!
Je l’avais signalé dans un précédent article, relatant des comités «quidam» soi-disant indépendants qui se sont emparés des municipalités, provisoirement, sans élections aucunes, prémices d’une dictature, un vulgaire pastiche d’une pseudo-démocratie qui s’installe subrepticement.
On a déjà un gouvernement non représentatif et illégitime, des conseils municipaux non élus, et pour couronner le tout, bientôt une Assemblée constituante, non élue ! C’est le bonheur démocratique.
Chers compatriotes, c’est pour vous dire que la camarde a chopé la révolution: on l’a occis par notre attentisme, on n’a pas su la protéger!
Mais l’éveil n’est pas tâche impossible, la Tunisie, cette terre des braves est très clémente envers ses enfants, elle a toujours pardonné, mais n’abusons pas de sa magnanimité.
Faisons montre de dignité, et la révolution ressuscitera!

* PhD.

Source: ”Kapitalis” Le 05-07-2011

Lien: http://www.kapitalis.com/afkar/68-tribune/4717-la-revolution-tunisienne-est-elle-deja-morte-.html