الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

04Juillet11f

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
11 ème année, N°4059 du 04.07.2011
archives : www.tunisnews.net
 

Human Rights Watch: Tunisia: Police Inaction Allowed Assault on Film Screening

L'express: Ben Ali prend 15 ans de prison pour trafics de drogue et d'armes

AP: Tunisie: retrait des avocats de la défense au procès Ben Ali

Kapitalis: Qui a agressé les communistes tunisiens à la Cité Ettadhamen?

Business News: Le PDP lance la campagne «Tunisiens volontaires»

La Croix: Les Tunisiens réclament les fruits de leurs sacrifices

RTL: Tunisie, 6 mois après: à l’intérieur de l’Intérieur, ça dézingue grave

SwissInfo: Ces Tunisiens en transit vers un improbable eldorado

Tekiano: Tunisie : La Corruption, cauchemar du Ministre de la Culture

Ali Ben Mabrouk : Tunisie. Des partis en mal d’inspiration

Jamel Dridi: Les faux terroristes islamistes tunisiens veulent confisquer la démocratie

Liberation: La musique arabe porte en elle la "diversité" selon le maître Anouar Brahem


 
Human Rights Watch:
Tunisia: Police Inaction Allowed Assault on Film Screening

June 30, 2011
(Tunis) - Police were slow to respond to violent protesters who broke into a Tunis cinema showing a controversial documentary on June 26, 2011, and who attacked theatergoers, Human Rights Watch said today. The dismissive response by the police to requests for assistance was a failure to protect the right to free expression, Human Rights Watch said.
Several dozen protesters forced their way into the screening of a film on atheism in Tunisia, Secularism, If God Wills. The film was part of a cultural evening at the AfricARt Cinema, sponsored by the Arab Institute for Human Rights and organized by Closing Ranks (Lam Echaml), a collective of Tunisian associations and creative artists. The evening's program, called "Hands Off Our Artists," was presented in support of Tunisians who have been assaulted, threatened, and denounced by persons who consider their artistic creations offensive to Islam.
"Tunisian police should have moved quickly to protect the audience and organizers of the film," said Sarah Leah Whitson, Middle East and North Africa director at Human Rights Watch. "The government - including the police - have a duty to protect the right of Tunisians to create and view art, whatever its point of view and however offensive it may be to others."
The police nearby were aware of the threat to the film screening but took no action to deter violence and responded to the attack without urgency, Human Rights Watch said. Police who visited the scene before the protest suggested to the organizers that they cancel the film, the organizers said, rather than move to protect the cinema from potential violence. Artists who tried to summon the police when the attack began said they were met with dismissive comments about their purported opposition to the former government and the security forces.
Online commentators, including on Facebook, have vilified the documentary under its former title, Neither Allah Nor Master (Ni Allah ni Maître) and its director, Nadia al-Fani, a Franco-Tunisian, largely because al-Fani has openly declared her atheism in interviews on Tunisian television and made it the subject of her film. Al-Fani has received numerous online death threats.
Organizers of the event told Human Rights Watch that they had provided local authorities advance notice of the event, as required by law. One of the organizers, Mounir Baâziz, the president of the Association of Tunisian Filmmakers (Association des Cinéastes Tunisiens), said that a colleague had phoned the police earlier in the afternoon when the organizers noticed some men outside the cinema who aroused their suspicions. At about 4 p.m., two plainclothes policemen arrived. When the organizers told them the subject of the film, the policemen advised them not to show it, Baâziz told Human Rights Watch.
A short time later, a crowd of men and women formed in front of the cinema chanting "Allah is Great," and "There is no God but Allah and Muhammad is His Messenger." Some carried black flags bearing the latter phrase. The protest, which lasted about 30 minutes, can be seen in a video clip posted online.
Although the theater is less than 100 meters from the nearest police station and the interior ministry headquarters and the street is typically heavily policed, police did not arrive to protect theatergoers until after the protesters had smashed the doors and assaulted patrons inside.
Mohamed Bahri Ben Yahmed, a filmmaker who belongs to Lam Echaml, told Human Rights Watch:
At about 5:15 p.m., the persons who were shouting outside the cinema all of a sudden surged toward the entrance, smashing the glass doors and display cases. A minority of them forced their way inside, hitting some of the artists present who tried to block their passage, including Mounir Baâziz. One of them sprayed Habib Belhadi [director of the AfricArt cinema] and Sadok Ben Mhenni [one of those present for the screening] with some kind of teargas spray. I was terrified and ran inside the theater, while the attackers climbed the stairs.
Belhadi added, "There were probably 60 or 80 of them outside. When I tried to prevent some of them from entering, they sprayed me with teargas, and another hit me with an iron bar." Belhadi sustained moderate injuries from being struck in the face and sprayed in the eyes with the teargas. Belhadi's account was given to a Tunisian radio station.
Ben Yahmed told Human Rights Watch, "One of the theater's employees ran inside the theater and shouted, ‘Get out, get out, they are attacking us! Leave through the emergency exit!' There was turmoil inside the room. We were terrified. Some of the people ran away, but many others stayed."
At around 5:30 p.m., Sondos Zarrouk, general secretary of the Tunisian Association for the Promotion of Film Criticism (Association Tunisienne pour la Promotion de la Critique Cinématographique), went to the local police station known as "al-mintqa." Zarrouk told Human Rights Watch that she shouted to the policemen present, "They are attacking us! They are attacking us! There are Islamists attacking the AfricArt!"
Zarrouk said that the policeman on duty replied, "I don't care! It's between you and them."
The actress Najwa Miled, who was attending the event at the AfricArt, went to the police station to join Zarrouk in seeking help. Zarrouk recalled, "The policeman responded to us, ‘Ben Ali was protecting you, and you kicked him out.' Then he told us, ‘We don't go anywhere without getting orders beforehand, because whenever we move, you film us beating people.'"
The two women pleaded with the police until a group of about 10 police officers accompanied them back to the theater.
Baâziz, who remained at the theater, said that six to eight protesters, some armed with iron bars and others with razor blades, went to the projection room. He said that they shouted, "Infidels! You are not Tunisians!" and, "You show this film and there will be a massacre!"
At around 5:50 p.m., a high-ranking officer arrived, followed five minutes later by about eight police officers. They arrested several protesters, who offered no resistance, witnesses said. By 6 p.m. anti-riot police with clubs stood outside guarding the cinema.
The cinema was then able to show the film.
On June 28 demonstrators gathered in front of the Tunis Courthouse demanding the release of all those arrested at the AfricArt and denouncing the film once again. Human Rights Watch was unable to obtain the names or legal status of those arrested.
It is not known whether the assailants belonged to a particular party or movement. The flags they waved are associated with the Liberation party (Tahrir), a political formation to which the interim government has refused legal recognition. The party's general secretary, Abdelmajid Habibi, told Human Rights Watch that the party was not involved in the June 26 cinema assault.
On June 27 the culture ministry issued a statement "regretting" the attack on the cinema and defending "freedom of thought and of creation" as "one of the demands of the Revolution."
In a previous act of violence possibly linked to expression deemed "un-Islamic," on April 18, in Tunis, an unknown assailant struck film director Nouri Bouzid on the head with a metal bar. Bouzid was attacked shortly after he gave an interview on a Tunisian radio station in which he called for a secular constitution for Tunisia and explained that his forthcoming film defended civil liberties and criticized religious fundamentalism. His 2006 feature film, The Making Of, tells the story of an Islamist group that transforms a young Tunisian break-dancer into a potential suicide bomber. Bouzid was not seriously injured, and the police have not arrested a suspect.
The Tunisian government has an obligation under international human rights law to deter and punish actions by private individuals that undermine the rights of others. The United Nations Human Rights Committee, which monitors state compliance with the International Covenant on Civil and Political Rights, states in a general comment that governments must protect individuals "not just against violations of Covenant rights by its agents, but also against acts committed by private persons or entities that would impair the enjoyment of Covenant rights" insofar as they are applicable. A state may commit a human rights violation by "permitting or failing to take appropriate measures or to exercise due diligence to prevent, punish, investigate, or redress the harm caused by such acts by private persons or entities."
"Tunisians did not evict President Ben Ali only to have their newfound freedom of expression denied by intolerant fellow-citizens," Whitson said. "The authorities need to stop those who would censor others with threats and violence, and prosecute those responsible."
 
 
ELECTION tUNISIE / INSCRIPTION SUR LES LISTES ELECTORALES

NOUS VENONS D'APPRENDRE QUE LE DÉMARRAGE DE L'OPÉRATION D'INSCRIPTION DES ÉLECTEURS POUR LES ÉLECTIONS DE LA CONSTITUANTE NOUS CONCERNE AUSSI TUNISIENS DE L'ÉTRANGER.
L'OPÉRATION SE DÉROULERA DU 11 JUILLET A 8 HEURES AU 2 AOUT 2011 A 18 HEURES DANS LES CONSULATS.
LES LISTES SERONT AFFICHÉES AUX CONSULATS DU 20 AU 26 AOUT 2011. LES DÉLAIS DE RECOURS CONTRES LES LISTES SONT IDENTIQUES A CELLES DES DÉLAIS DE D'OUVERTURE ET DE CLÔTURE DE L'AFFICHAGE DES LISTES D'ÉLECTEURS
Le décret de convocation des électeurs est édicté dans un délai n'excédant pas le 23 août 2011.
LE Délais de dépôt des déclarations DE candidature des listes EST FIXE DU 1er SEPTEMBRE AU 7 SEPTEMBRE 2011 TOUT LES JOURS SANS INTERRUPTION
LES INSCRIPTIONS EXCEPTIONNELLES SE FONT DU 2 AOUT AU 12 OCTOBRE 2011 A 18 HEURES Au siège dU bureau régional.
LES LISTES ET LES SIÈGES DES BUREAUX DE VOTE SERONT AFFICHES AVANT LE 15 OCTOBRE.
La campagne électorale commence le 1er octobre 2011 et prend fin le 21 octobre 2011.
L'instance supérieure procède à la réception des demandes d'accréditation des observateurs à partir du 11 juillet 2011 à 08h00 jusqu'au 19 octobre 2011 à 18h00. Les bureaux régionaux, chacun selon la compétence territoriale dont il relève, procèderont à la réception des demandes d'accréditation des représentants et mandataires des candidats à partir du 19 septembre 2011 à 08h00 jusqu'au 19 octobre 2011 à 18h00.
Chaque candidat a droit de retirer sa candidature à condition de la consigner auprès du bureau régional dont il relève territorialement dans un délai n'excédant pas le 20 octobre 2011 à 18h00.
La date du scrutin des électeurs tunisiens établis sur le territoire tunisien est prévue dimanche 23 octobre 2011. La convocation des tunisiens résidant à l'étranger à voter peut s'effectuer un jour ou plus avant la date précitée.
FTCR

Ben Ali prend 15 ans de prison pour trafics de drogue et d'armes


L'ex-président tunisien Zine Ben Ali a été condamné lundi à 15 ans de prison par contumace pour possession de drogue et d'armes.

Les avocats de l'ancien chef de l'Etat renversé le 14 janvier s'étaient retirés dans la matinée de ce procès d'une journée devant le tribunal de première instance de Tunis en arguant que leur client ne bénéficiait pas d'un procès équitable.
Un de ses avocats, Hosni Bedji, s'était vu en effet refuser par le juge un délai pour tenter de convaincre le chef de l'Etat déchu de revenir en Tunisie afin d'y être jugé.
Ben Ali et son épouse Leïla Trabelsi, qui ont déjà été condamnés à 35 ans de prison pour vol et possession illégale de devises étrangères et de bijoux, sont réfugiés en Arabie saoudite.
Lorsque le juge Touhami Hafiane a rejeté la requête de Me Bedji, ce dernier a rétorqué: "Dans ce cas, nous nous retirons de cette audience, qui ne respecte pas le droit à un procès équitable."
L'audience a alors été suspendue et des membres du public ont lancé aux représentants de la défense: "Sortez! Vous trahissez la Tunisie en défendant Ben Ali" et "Vous auriez dû défendre les jeunes tués par les armes de Ben Ali".
L'audience a ensuite repris en l'absence des avocats de la défense. Un communiqué diffusé par un cabinet d'avocats libanais qui représente aussi Ben Ali a indiqué que ceux-ci ne prendraient pas non plus part à l'audience.
"Le procès d'aujourd'hui viole toutes les règles d'un procès équitable. Le seul but est de faire de Ben Ali un trafiquant d'argent, de drogues et d'armes", selon eux.
Dans un communiqué diffusé en juin, l'ex-président affirmait que les accusations de ce deuxième procès étaient fabriquées de toutes pièces.
Il y expliquait que les armes étaient des cadeaux de chefs d'Etat. Quant aux drogues, elles auraient été cachées dans sa maison et le palais présidentiel après son départ du pouvoir dans le cadre d'une "machination".
Outre le procès en cours, Ben Ali doit être jugé par un tribunal militaire pour atteinte à la sûreté de l'Etat et homicides volontaires.
Plusieurs centaines de manifestants ont été tués par les forces de l'ordre durant les trois semaines de contestation.
Ben Ali, âgé de 74 ans, estime que ces procès visent de la part des nouveaux dirigeants à détourner l'attention et à masquer leur incapacité à rétablir la stabilité en Tunisie.
La 'Révolution du Jasmin' tunisienne a inspiré des soulèvements multiples dans le monde arabe, notamment en Egypte, où le président Hosni Moubarak est tombé en février, et également en Libye, au Yémen, à Bahreïn ou encore en Syrie.

Source: "L'express" Le 04-07-2011
Lien: http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/ben-ali-prend-15-ans-de-prison-pour-trafics-de-drogue-et-d-armes_1009127.html

 


Tunisie: retrait des avocats de la défense au procès Ben Ali


 

AP le 04-07-11 à 11:40
 

 

Le deuxième procès intenté à l'ancien président tunisien Zine el Abidine ben Ali a débuté lundi à Tunis par un coup d'éclat des avocats de la défense qui ont décidé de se retirer après le rejet de leur demande de report, a constaté un journaliste de l'Associated Press. Le parquet a requis "la peine la plus sévère".
En quittant la salle, Mes Hosni Béji et Béchir Mahfoudhi ont été conspués par le public présent aux cris de "Dégage!".
"Bon débarras! Vous auriez mieux fait de défendre les victimes de Ben Ali au lieu de vous faire les avocats d'un tortionnaire", a lancé dans l'assistance Ali Laayouni, exaspéré.
Pour ce jeune diplômé au chômage, qui a fait le déplacement de Regueb, une des villes du centre-ouest à la tête du soulèvement qui a eu raison du régime Ben Ali à la mi-janvier, ce procès est "une pièce de théâtre". "C'est nous qui avons payé le prix fort de la révolution et consenti de nombreux martyrs, et voilà que d'autres montent au devant de la scène pour récupérer notre révolution", s'est-il insurgé.
L'ex-président, en fuite en Arabie Saoudite, était jugé par contumace pour "détention de stupéfiants à l'usage de consommation, de l'acquisition, de l'importation et du trafic, l'aménagement et l'exploitation d'un local pour le stockage et l'usage de stupéfiants, la détention d'armes et de munitions et la non-déclaration de possession de pièces archéologiques".
Selon un des avocats de la défense commis d'office, Me Hosni Béji, il encourt la prison à perpétuité au cas où il serait reconnu coupable du premier chef d'accusation, et de six mois à deux ans pour les griefs ayant trait à la possession d'armes et d'objets archéologiques.
Lors du premier procès qui a eu lieu le 20 juin, Ben Ali et son épouse Leïla Trabelsi ont été condamnés à 35 ans de prison ferme chacun et à environ 45 millions d'euros d'amendes pour détournement de fonds et malversations.
A l'ouverture de l'audience, le président de la chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis, Touhami Hafi, a procédé à l'appel du prévenu en constatant qu'il demeurait en fuite "malgré la convocation qui lui a été adressée et le mandat d'amener envoyé à Interpol".
Le représentant du parquet, Makram Médiouni, a demandé à la cour de procéder au jugement mais l'un des avocats de la défense, Me Béji, a sollicité un report d'audience. Il a souhaité disposer d'"un délai suffisant pour prendre contact avec son client et tenter de le convaincre de se présenter devant le tribunal" afin "d'assurer les garanties d'un procès équitable". Ayant essuyé un refus, il a quitté la salle avec son collègue.
Après une brève suspension, l'audience a repris par la lecture de l'acte d'accusation et le réquisitoire du représentant du parquet. "Les preuves des accusations (de détention de stupéfiants et d'armes) sont avérées", a-t-il dit, citant les témoignages de l'ancien chef de la garde présidentielle, Ali Sériati, et d'un des gardes du corps de l'ex-président, ainsi que la saisie de 60 objets archéologiques "d'une valeur historique inestimable".
"Le président déchu à pillé les ressources du pays et trahi la confiance du peuple", a-t-il accusé en requérant "la peine la plus sévère" au motif qu'un tel verdict "servira de leçon et de message dissuasif pour que de tels délits ne se reproduisent plus".
Le jugement était attendu en fin de journée, selon Me Abdessattar Massoudi, avocat commis d'office dans la première affaire.
L'avocat libanais de l'ex-président tunisien, Me Akram Azoury, a de son côté publié un communiqué pour réfuter une nouvelle fois les accusations portées contre son client et dénoncer une procédure "juridiquement inexistante car elle viole pratiquement tous les critères du procès équitable". Il a en outre souligné que l'ex-président tunisien avait "fait "objection (...) à sa représentation par des avocats qu'il n'a pas lui-même désignés".
"C'est tout simplement une continuation de la campagne de dénigrement politique tendant à diaboliser le président Zine el Abidine ben Ali et à le présenter à l'opinion publique comme étant un trafiquant de devises, de drogue et d'armes", a estimé Me Azoury.
Zine el Abidine ben Ali se trouve depuis le 14 janvier en Arabie Saoudite où il a fui à la suite d'un soulèvement populaire, après un règne sans partage de 23 ans

Source: "Le Nouvel Observateur" Le 04-07-2011
Lien: http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110704.FAP0481/tunisie-retrait-des-avocats-de-la-defense-au-proces-ben-ali.html

 


Qui a agressé les communistes tunisiens à la Cité Ettadhamen?
Hamma Hammami, porte-parole du Parti ouvrier communiste tunisien (Poct), répond à Kapitalis que «les agresseurs sont un groupe hétérogène composé de salafistes et de Rcdistes, avec la collusion d’agents de l’ordre».
Lors d’un rassemblement, prévu dimanche à 17 heures, dans la cité populaire, située à l’ouest de Tunis, les camarades de Hamma Hammami, qui n’était pas lui-même sur place, ont eu droit à des jets de pierres, des bombes à gaz... au vu et au su de tout le monde et sans que personne n’ait bronché.
Jets de pierres, bombes à gaz et menaces
La réunion devait se tenir dans une salle couverte à la Cité Ettadhamen. Agressés, les membres du Poct, qui ont eu une autorisation du ministère de l’Intérieur en bonne et due forme, ont été contraints d’interrompre leur rassemblement et de partir sous les jets de pierres, les bombes à gaz et desmenaces s’ils reviennent.
Comment cela s’est-il passé? Interrogé par Kapitalis au téléphone, le leader communiste a dit à qu’il est navré de voir un monde s’acharner de la sorte contre eux. Selon lui, ils étaient nombreux, hommes et femmes. «Il y a eu des femmes en ‘‘niqab’’ qui insultaient nos camardes. Ils n’étaient pas seulement des salafistes, il y avait, parmi eux, des Rcdistes, et même des trafiquant d’alcool et des délinquants, au vu et au su des policiers.» Est-il sûr de ce qu’il avance ?
‘‘Qu’ils s’entretuent!’’
Réponse de M. Hammami: «Je suis d’autant plus que sûr de cette information que nous avons des témoins». Il ajoute que Tahar Challouf, ancien membre de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (Ltdh) est allé informer des agents de la garde nationale de la gravité de la situation et les prévenir qu’un massacre pourrait se produire s’ils n’intervenaient pas rapidement. «Et vous imaginez la réponse! ‘‘Qu’ils s’entretuent !’’, lui ont-ils répondu.»
«Samir Taamallah, un responsable dans notre parti a été agressé, a ajouté M. Hammami, et la scène s’est déroulée à côté d’une unité d’intervention qui n’a pas levé le petit doigt pour le défendre ou le protéger», a ajouté M. Hammami.
«Parmi les victimes se trouvent des enseignants, des artistes, des journalistes… Personne n’a été épargné», raconte M. Hammami. Il annonce qu’une conférence de presse sera tenue, lundi, à midi, au siège du parti, au 44 rue de Palestine, à Tunis. Et conclut que ces événements «ont une portée politique très grave».
Z. A.
(Source : « Kapitalis », le 3 Juillet 2011)

Le PDP lance la campagne «Tunisiens volontaires»



«La Tunisie t’appelle, son avenir est entre tes mains », tel est le slogan de la campagne lancée par le Parti Démocratique Progressiste (PDP), lors de la conférence de presse qu’il a organisée à cet effet. Maya Jeribi, secrétaire générale du PDP, introduisant l’événement, a déclaré que le parti a réfléchi aux moyens susceptibles d’informer les citoyens et de les instruire politiquement, d’où l’idée de cette campagne baptisée «Tunisiens volontaires».

Cette campagne vise à sensibiliser les Tunisiens à l’importance de leur participation à la vie politique et notamment à l’accomplissement de leurs devoirs de vote lors des prochaines élections.

La conférence de presse a démarré avec la projection d’un spot audiovisuel du lancement de la campagne. Maya Jeribi a pris ensuite la parole pour expliquer que l’idée serait de recruter des bénévoles, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes pour faire du porte-à-porte dans les différentes régions du pays afin d’informer et d’expliquer les enjeux cruciaux des élections de la Constituante. Ces « Tunisiens volontaires » participeront, selon Mme Jeribi, à l’instauration d’un contact direct et d’un dialogue entre les citoyens et les partisans du PDP. Bien que, pas tous des adhérents au parti, ces bénévoles œuvreront à présenter les principes de base et les programmes du parti.

Maher Hnin a, pour sa part, déclaré que la politique doit émaner de l’action civile et que tout citoyen se doit de consentir des sacrifices afin de construire ensemble un nouveau régime démocratique. Il a ajouté que « le destin du pays est entre les mains du peuple », tel que le suggère le slogan de la campagne. Un numéro vert est disponible ainsi qu’une possibilité de joindre l’équipe des volontaires sur le site officiel du parti est offerte à tout intéressé.

Une question a été posée par un journaliste, sur le fait de considérer cette manifestation comme étant une campagne électorale avant terme. Mme. Jeribi a répondu que n’importe quel parti doit agir et non pas attendre les trois dernières semaines pour se faire connaître. Ensuite, on l’a interrogée sur les sources de financement d’une telle campagne qui, visiblement, semble très coûteuse. Elle a profité de la question pour remercier les hommes d’affaires partisans du PDP qui ont si généreusement financé la campagne, dans les règles de l’art, dit-elle et dans la transparence totale. Elle a lancé que déjà des milliers de bénévoles ont joint les « Tunisiens volontaires » et s’est dite, fermement convaincue que la campagne allait réussir.

Pour terminer, Maya Jeribi a rappelé que le navire « Liberté 2 », en direction pour Gaza et qui compte, entre autres, deux militants du PDP, est actuellement bloqué et encerclé au large des eaux territoriales grecques. A cette occasion, elle a lancé un appel aux médias afin de contribuer à sensibiliser l’opinion publique et à mettre la pression sur l’Etat d’Israël afin qu’il permette à ce navire d’arriver à bonne destination.
Source: "Business News" Le 04-07-2011
Lien: http://www.businessnews.com.tn/Le-PDP-lance-la-campagne-%C2%ABTunisiens-volontaires%C2%BB,520,25548,1
 

Les Tunisiens réclament les fruits de leurs sacrifices


Par Camille Le TALLEC

Des noms inscrits dans la pierre, et des dates de naissance : 1993, 1991, 1989, 1985, 1987,… Le monument aux morts s’élève sur une petite place de la cité Ezzouhour – cité des Fleurs – à Kasserine, une ville de presque 100 000 habitants, dans le centre de la Tunisie. Le faubourg sera bientôt rebaptisé « cité des Martyrs ».
Maigre consolation pour les habitants de ce quartier poussiéreux, cœur du soulèvement d’une ville pionnière de la révolte qui a mis fin au régime de Zine El Abidine Ben Ali, le 14 janvier dernier.
Ezzouhour a payé un lourd tribut à la révolution. Les 8,9 et 10 janvier, des « tireurs d’élite » positionnés sur les toits avaient fait plus de 20 morts et des dizaines de blessés.

 

Frustrations

« Kasserine a été l’étincelle des révolutions du monde arabe, mais rien n’a changé ici », lance un homme attablé à la terrasse d’un café, à quelques mètres du monument construit grâce aux maigres économies des habitants.
Mizar Jabbari, 29 ans, n’a jamais connu que le chômage, comme la plupart des hommes qui partagent sa table. Il parle fort et vite, et accompagne ses mots de gestes amples. « À Monastir, douze projets sont nés depuis la révolution. À Kasserine, on n’a rien vu », dénonce-t-il.
Les murs d’Ezzouhour expriment eux aussi les frustrations de la population. « Nos martyrs ne sont pas à vendre », proclame l’un.
« Les autorités essaient de nous faire taire avec deux cents dinars (environ cent euros) par mois », dit Mizar Jabbari, en référence au programme « Amal » (« Espoir »), mis en place par le gouvernement de transition pour aider les diplômés chômeurs à financer leur « recherche active d’emploi ». « Nous voulons du travail ».
Plusieurs hommes se joignent à la discussion. L’un sort de sa poche un bout de papier avec une date : 28 décembre 2011. « J’ai demandé à rencontrer le gouverneur de Kasserine – équivalent du préfet. Voilà la date du rendez-vous, dit-il. Nous sommes négligés, comme toujours. »

 

Pauvreté

Le gouvernorat de Kasserine est le plus déshérité des 24 préfectures du pays. Selon le ministère du développement régional, environ 13 % de la population vit avec moins de quatre cents dinars par an (deux cents euros), un pourcentage presque quatre fois supérieur à la moyenne nationale.
Le taux de chômage des jeunes diplômés frôle 40 %, contre 23 % pour l’ensemble du pays. « Nous avons d’immenses ressources, mais ce sont les autres qui en profitent, dit Anis Chargui, 24 ans. La révolution sera achevée quand notre région sera aussi développée que la côte. »
Des idées pour le développement de la région, Ridha Abasi n’en manque pas. L’instituteur, membre du conseil municipal provisoire de Kasserine, évoque le développement du tourisme culturel, l’agriculture biologique, et surtout l’industrie agroalimentaire, qui fait défaut à cette région agricole.
Les autorités de transition ont engagé plusieurs projets, notamment l’implantation d’une usine de transformation de tomates. Mais Ridha Abasi est perplexe. « Si ces projets sont sérieux, des équipes d’experts doivent être envoyées en mission sur le terrain, pour faire des études de faisabilité et parler avec les habitants de leurs besoins », estime-t-il.

 

Initiatives

Depuis leur nomination il y a trois mois, les 24 membres du conseil municipal parent au plus pressé, avec peu de moyens. Ce matin, ils ont organisé une opération « propreté ». Balai et pelle à la main, des agents de la municipalité collectent les ordures sur le marché central, tandis que les membres du Conseil arpentent les rues pour sensibiliser les habitants.
Mais la mission est rude. « Je suis pauvre, j’ai onze enfants, que pouvez-vous faire pour moi ? », leur lance un homme à la peau burinée, qui travaille sur un chantier de construction. Même les agents municipaux protestent. « Je ramasse des ordures dans la rue, mais je ne suis toujours pas titulaire », souligne une femme d’une cinquantaine d’années.
À Kasserine, comme ailleurs en Tunisie, la révolution a libéré la parole : chacun « réclame ses droits » et exprime son impatience. Elle a aussi libéré les esprits, et l’envie de s’engager. Les initiatives citoyennes et les associations, quasiment inexistantes sous la présidence de Zine El Abidine Ben Ali, fleurissent par dizaines.
Dans un café du centre-ville, les fondateurs de la radio en ligne « Ici Kasserine », lancée il y a moins de deux mois, diffusent l’émission « Tlammet Lahbet » (« la réunion des bien-aimés »). Le matériel est rudimentaire, et les jeunes gens « amateurs », mais qu’importe.

 

Engagement

« L’essentiel est de faire entendre notre voix », dit Mona Labbaoui, 28 ans, au chômage depuis qu’elle a obtenu, en 2005, une maîtrise en sciences biologiques. Au programme : annonce des concours de recrutement de la fonction publique, réflexion sur les investissements possibles dans la région, et éducation politique.
« On essaie de sensibiliser les gens, de les préparer aux élections » de l’Assemblée constituante, prévues le 23 octobre, raconte Nesrine Hermassi, 28 ans, qui a repris ses études en marketing après une période de chômage. On explique ce que signifie “Assemblée constituante”, “régime parlementaire”, et pourquoi il faut voter. »
Car l’engagement politique est rare, à Kasserine, où plusieurs des 94 partis officiellement reconnus sont représentés. La section régionale du Mouvement des patriotes démocrates (gauche radicale) a ouvert ses locaux début mai. « Les gens ont beaucoup de suspicion à l’égard des partis.
Après vingt-trois ans de dictature, ils n’ont en tête qu’une image de l’action politique », dit Fodha Belgacem, un professeur de 53 ans.
Le 26 juin, le parti a tenu son premier meeting dans la ville, pour « parler des problématiques spécifiques à la région », dit Ayman Aloui, le président de la section. À 32 ans, il est la vitrine du parti, qui veut se montrer proche des jeunes.
Mais le chemin s’annonce difficile. « On voterait pour le diable pourvu qu’il nous vienne en aide », préviennent les hommes d’Ezzouhour.

Source: "La Croix" Le 04-07-2011

Lien: http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Les-Tunisiens-reclament-les-fruits-de-leurs-sacrifices-_NG_-2011-07-04-685582


Tunisie, 6 mois après: à l’intérieur de l’Intérieur, ça dézingue grave


 

Trois journalistes belges sont partis en Tunisie pour explorer la société tunisienne, six mois après sa révolution pour la démocratie. RTL info vous propose de les suivre au jour le jour, de partager leurs impressions et rencontres, durant une semaine, à travers des extraits de leur carnet de route.

Pour ce que j’en comprends, la réussite de la Révolution tunisienne passe par un processus qui me fait penser à un jeu vidéo : des paliers successifs à franchir avec chaque fois, à la fin, un boss de fin de niveau à lessiver.
Jusqu’ici, j’en ai repéré trois majeurs : “L’absence de liberté d’expression”, “La corruption de l’administration et de la Justice” et “La toute-puissance du ministère de l’Intérieur”. A ce stade du jeu, notre héros révolutionnaire n’en est malheureusement encore qu’à lutter face au premier monstre, qu’il est d’ailleurs en train de terrasser avec les honneurs. Parler de politique, désormais, les Tunisiens n’en ont plus peur. Il ne faut même pas tendre l’oreille pour le constater.
Mais pour ce qui est des deux autres cibles, on est encore loin du compte. Et, en vue, des élections pour l’Assemblée constituante, c’est plutôt inquiétant.
Sombre forteresse cadenassée, le ministère de l’Intérieur est certainement le plus redoutable adversaire de ceux qui veulent voir naître une nouvelle forme de gouvernance en Tunisie. Le 27 janvier, dans la foulée du renversement, Farhat Rajhi était nommé à la tête de l’institution. Très vite surnommé Monsieur Propre, ce juge auprès la Cour de cassation de Tunis, a commencé à faire le ménage, poussant à la retraite anticipée de nombreux cadres aux mains sales. Mais après deux petits mois de service, il s’est pourtant fait virer du gouvernement. Sans justification.
Plus suspect encore, et plus grave, est le cas de Samir Feriani. Haut cadre du ministère de l’Intérieur, il a écrit au successeur de Rajhi pour dénoncer certains officiels haut-placés dans ce même ministère, responsables selon lui du meurtre de manifestants pendant la révolution tunisienne, ainsi que d’autres violations des droits humains. Dans sa lettre, il les accusait également d’avoir détruit des archives embarrassantes. Jusque-là, tout allait bien. Cela cadrait parfaitement avec l’esprit de la Révolution.
Sauf que le 29 mai dernier, jour de la fête des mères, occasion pour laquelle il était sorti acheter quelques cadeaux, Feriani a été violemment intercepté et emmené de force dans une caserne militaire. Il est depuis incarcéré pour « atteinte à la sécurité de l’Etat ».
L’affaire a été dénoncée par Human Right Watch. « À un moment où de nombreux Tunisiens pensent que les responsables qui ont terrorisé la population sous Ben Ali conservent d’importants pouvoirs au sein de l’institution sécuritaire, le gouvernement provisoire devrait encourager ceux qui tirent la sonnette d’alarme, et non pas utiliser les lois discréditées du gouvernement déchu pour les emprisonner », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord au sein de l’ONG.
De mon côté, je suis surpris de constater qu’un acte à ce point révélateur d’une certaine tendance du gouvernement transitoire n’ait pas suscité un tollé plus grand au sein de la population. C’est Azyz Amamy, le blogueur, qui m’a apporté un élément de réponse : « Nous avons un Premier ministre qui défend une conception du « prestige de l’Etat » digne de celle de Richelieu. Cette vision, qui est encore partagée par une partie de la population, veut qu’un employé de l’Etat ne peut décemment pas attaquer l’Etat. Or, c’est ce que Feriani a fait. Il ne faut pas non plus sous-estimer la lassitude de la population. Descendre dans la rue demande une certaine charge émotionnelle. Il n’est pas possible de la maintenir indéfiniment. Tu sais, ce n’est pas le ministère de l’Intérieur qui va réduire le chômage en Tunisie. Or, aujourd’hui, la priorité des gens, c’est ça. L’affaire Feriani, moi, ça me touche en tant qu’activiste. Mais le citoyen en difficulté financière, il ne sortira pas de chez lui pour le faire libérer. »
Rajhi et Feriani sont deux affaires qui m’ont interpelé. Faut-il y déceler un signe avant-coureur d’une révolution ratée ou les premiers symptômes d’une maladie infectieuse qui peut encore être traitée à temps ? On ne devrait pas tarder à le savoir.
Source:"RTL" Le 04-07-2011
Lien: http://www.rtl.be/info/monde/international/807254/tunisie-6-mois-apres-a-l-interieur-de-l-interieur-ca-dezingue-grave/
 


Ces Tunisiens en transit vers un improbable eldorado


 

Comme des milliers d'autres jeunes Tunisiens, Mehdi, Sahbi et Tarek ont entrepris le voyage vers l'Europe après la chute du régime de Ben Ali. A Lausanne, simple étape d'un périple à l'issue incertaine, rencontre avec ces naufragés qui s’accrochent à l’espoir ténu d’un avenir meilleur.

 

Accroupie sous une table, Estelle Konté-Karlen, animatrice du foyer d'accueil de jour des Boveresses à Lausanne, tente de réparer la connexion internet défaillante. Autour d'elle, une quinzaine de migrants, tous des hommes, jeunes pour la plupart, observent la scène. Parmi eux, trois Tunisiens: Mehdi (24 ans), Sahbi (25) et Tarek (23). Sans autre occupation, ils tuent le temps en surfant sur le Net. Et tentent de nouer des contacts qui pourraient leur permettre de dégager l'horizon de cet exil qui semble de plus en plus voilé.

Le trio clame à l'unisson la même rengaine: «Nous voulons trouver du travail pour améliorer notre vie et celle de nos familles en Tunisie». D'emblée, Mehdi tient toutefois à préciser: «Chacun a sa propre histoire». Cheveux gominés impeccablement aplatis sur le crâne, yeux translucides et teint blême, le jeune homme n'a pas forcément les traits physiques qui le feraient tomber du premier coup dans un contrôle au faciès. Mais sans réelle destination et sans argent, dans cette Europe forteresse, les déceptions s'accumulent depuis trois mois.

 

Aller simple pour Lampedusa

Diplômé en mécanique et maintenance industrielle, Mehdi était employé neuf mois par année à Douz par une entreprise genevoise fabriquant des planches à voile. Aux portes du Sahara, à 280 km de sa ville natale de Sidi Bouzid, épicentre de la révolte, il touchait un salaire mensuel de 200 francs suisses. «Ce n'est pas suffisant pour mener une vie décente en Tunisie», clame le jeune homme.

Alors quand, sous la pression de la rue, le 14 janvier dernier, le régime est tombé, et que les frontières se sont soudainement ouvertes, Mehdi s'est engouffré dans la brèche. Ou plutôt, comme 20'000 de ses compatriotes, il est monté à bord d'un rafiot pour un aller simple à direction de Lampedusa. Coût du billet: 2000 dinars, soit environ 1300 CHF.

En Italie, il obtient un permis de séjour provisoire. Mais sans réseau ni travail, contraint de dormir dans les parcs et les hangars désaffectés de Brescia, il décide de poursuivre son chemin. Son incursion en France ne durera que deux jours. Renvoyé en Italie, le jeune homme cherche une autre issue de secours.

 

Mauvais souvenirs français

Un soir, à la télévision, il tombe sur un reportage illustrant la situation des immigrés tunisiens débarquant à la frontière tessinoise. «Des Tunisiens m'ont dit que la Suisse était un pays bien, le seul où l'on pouvait obtenir l'asile». Le 23 mai, il se présente au centre d'enregistrement de Chiasso, ouvre une procédure d’asile, obtient ainsi un permis provisoire (livret N), puis est transféré à Lausanne, où il ronge désormais son frein. Considéré comme un migrant économique, Mehdi sait qu'il n'a pratiquement aucune chance d'obtenir l'asile en Suisse. Mais il refuse de baisser les bras: «De toute façon, je ne veux pas retourner en Tunisie!»

Pour Sahbi, l’ainé du trio, il n'est pas non plus question d'envisager un retour au pays. «La situation ne s’est pas améliorée depuis la chute de Ben Ali, c’est le chaos. Je n'ai plus rien là-bas. Mon atelier de réparation de téléphones portables, à Tunis, a été pillé après les émeutes de janvier». Sans laissez-passer délivré par l'Italie, le jeune homme a tout de même tenté de rejoindre la France. Une expédition qui s'est terminée par 10 jours dans une prison lyonnaise. «Le cauchemar!», dit-il.

Sahbi et Tarek, cousin de Mehdi qui vient de déposer une demande d'asile au centre d'enregistrement de Vallorbe, dans le canton de Vaud, après avoir erré trois mois dans les parcs de Toulouse, gardent un très mauvais souvenir de leur passage en France: «Il y a beaucoup de racisme et de contrôles policiers. En Suisse, on peut se promener plus tranquillement».

 

Des tensions

Mais si l'errance est apparemment moins réprimée en Suisse, elle n'en demeure pas moins angoissante: «Je suis jeune, en forme et prêt à travailler pour n'importe quel salaire. Ne rien faire de mes journées, ça me stresse à m'en rendre malade», se plaint Sahbi.

«Ils ont l'impression d'être mieux accueillis ici qu'en France ou en Italie. Au début, l’espoir est grand, mais ils se rendent vite compte que la situation est aussi difficile, et ça engendre un stress supplémentaire», souligne Estelle Konté-Karlen, qui sonde au quotidien les états d'âme de cette jeunesse désœuvrée.

Combinée à la surpopulation et aux tensions ethniques, l’oisiveté ne va pas sans engendrer certains problèmes. Les responsables cantonaux de l'asile, notamment de Suisse occidentale et du Tessin, ont récemment fait part de leur courroux à la Confédération, demandant d'accélérer les procédures et d'expulser plus rapidement ces «réfugiés économiques».

Estelle Konté-Karlen ne nie pas que l'alcool et l'effet de groupe aidant, des débordements peuvent survenir. «Mais dans l'ensemble, ces jeunes ont une éducation et des valeurs solides. Ils sont d'ailleurs très attachés à la réputation qu'ils renvoient, notamment dans les médias».

Un avis partagé par Jalel Matri, patron d'une salle de billard dans le quartier des Pâquis, véritable fief de la communauté tunisienne de Genève: «Ce sont pour la plupart des jeunes issus de quartiers populaires du Sud-Tunisien, une région délaissée économiquement par le régime de Ben Ali, qui sont partis à l'aventure en Europe. Ils ont une éducation stricte et ne sont pas des habitués de la petite délinquance».

 

«Pas d'autre choix»

Le mythe de l'eldorado helvétique, lui, ne résiste pas longtemps aux faits: «Ils se rendent vite compte que la vie est chère en Suisse et qu'il est difficile d'y trouver du travail. Ils poursuivent pour la plupart leur voyage en France, où leur réseau est plus important et les possibilités de travail au noir plus nombreuses», affirme Jalel Matri.

Si les migrations secondaires au sein de l'espace Schengen ont tendance à augmenter, la situation devrait se normaliser dans les prochains mois, estime Jalel Matri: «Non seulement, les candidats au départ se font de plus en plus rares, mais ils sont également de plus en plus nombreux à retourner au pays».

Sans autre porte de sortie, habités de l'énergie du désespoir mais déjà délestés d'une bonne partie de l'insouciance du début de l'aventure, Mehdi, Sahbi et Tarek veulent, eux, encore y croire: «On attend de pouvoir saisir notre chance. De toute façon, on n'a pas d'autre choix».

Source: "SwissInfo" Le 04-07-2011
Lien:http://www.swissinfo.ch/fre/dossiers/le_printemps_arabe/Ces_Tunisiens_en_transit_vers_un_improbable_eldorado.html?cid=30582316
 


Tunisie : La Corruption, cauchemar du Ministre de la Culture


«Nous avons mis fin au système corrompu». Cette réplique a constitué la virgule redondante du speech du ministre de la culture lors de sa rencontre avec la presse jeudi dernier. Est-ce un lapsus? La corruption est-elle hors de son contrôle? Certains journalistes, artistes et professionnels du spectacle ne sont pas rassurés. L'impunité, perdure-elle?
Le Festival International de Carthage sera inauguré demain, mardi 05 juillet, représentant le coup d'envoi de la saison culturelle estivale. Le programme définitif a été annoncé à la presse, jeudi 30 juin, en marge d'une rencontre avec le ministre de la culture. M. Ezzeddine Beschaouch a étalé certains chiffres sur le budget des festivals et la gestion des finances. Le ministre a rappelé que le budget consacré au Festival International de Carthage a été de 4.954.987 dinars en 2009 et de 4.643.713 dinars en 2010.
Pour cette édition, le Festival International de Carthage a bénéficié d'un budget de 1.780.000 dinars. Il déclare : «Le budget de cette édition représente moins que la moitié des budgets consacrés aux deux dernières éditions. Mais nous avons pu avoir 82 spectacles alors qu'en 2010 et en 2009, il y avait moins que 40 spectacles par édition». Entre toutes les données avancées par le ministre lors de son discours, et à chaque fois qu'il avance un argument, il insiste : «Nous avons rompu avec le système corrompu». La réplique a constitué la virgule de son speech.
«Cette année, nous avons pu avoir 82 spectacles à Carthage avec un budget équivalent à celui qui a été consacré pour 2 concerts en 2009. Il s'agit du concert de Warda et de celui de Charles Aznavour». Effarant ! Mais s'agit-il d'un choix au détriment de la qualité. Le ministre de la culture nie ceci : «Nous sommes parvenus à le faire en intégrant dans nos programmes plus de produit tunisien. Mais ce n'est pas du remplissage. Ce sont des spectacles tunisiens de qualité» dixit M. Beschaouch. Il a attesté que 75% de la programmation des festivals est faite de produits culturels tunisiens. Les artistes étrangers participent à hauteur de 25% dans les manifestations artistiques estivales avec une forte présence arabe.
Le ministre continue son speech en relevant un point relatif à la sélection de spectacles étrangers après avoir encore une fois employé sa transition préférée : «Nous avons mis à un terme à la corruption». Il explique un des procédés de programmation des artistes étrangers : «Nous sommes également parvenu à programmer autant de spectacles avec un budget aussi limité en multipliant les coopérations avec d'autres pays à l'instar de l'Autriche, de l'Egypte ou encore les autorités locales de la Sicile».
«Nous avons consulté diverses personnes très expérimentées. Nous avons impliqué les syndicats et sollicités plusieurs consultants. C'est fini avec la corruption» insiste-t-il. Le terme «corruption» est tellement redondant dans la rencontre avec le ministre de la culture ayant duré une heure qu'elle frôle l'obsession. S'il y a eu autant de corruption et de malversations dans ce ministère pourquoi l'impunité perdure? Pourquoi les mêmes responsables restent en poste dans ce ministère? Pour l'instant, aucune procédure de poursuite judiciaire n'a été faite à notre connaissance. Du moins, rien n'a été rendu public. En effet, il semble que la transparence n'est pas le point fort du Ministère de la Culture. Et même si M. Beschaouch et sa dream team -dont la moyenne d'âge avoisine les 60 ans- ont «mis un terme à la corruption» comme il l'affirme, la clarté n'est pas de mise.
D'ailleurs, même le Syndicat Tunisien Libre des Producteurs et Organisateurs de Spectacles a «dénoncé avec fermeté», dans un communiqué rendu public vendredi 01 juillet, «les méthodes de travail qui n'ont toujours pas changé, et qui souffrent encore d'opacité» ainsi que «l'encouragement et le soutien de Producteurs et/ou Organisateurs n'ayant pas acquitté leurs obligations et autres formalités administratives».
Source: "Tekiano" Le 04-07-2011
Lien: http://www.tekiano.com/component/content/article/21-n-c/3997-tunisie-la-corruption-cauchemar-du-ministre-de-la-culture.html

 


Tunisie. Des partis en mal d’inspiration


 

Par Ali Ben Mabrouk

Quand les partis exposent leurs approches des problèmes du pays et les moyens d’y remédier, ils ne brillent pas par une grande originalité. Leurs discours sont redondants et les solutions qu’ils préconisent répétitives

L’Institut Tunis Dauphine* a invité quatre partis à se prononcer, devant les jeunes étudiants de l’établissement, sur des thèmes comme le rôle de l’Etat pour relancer le processus économique, le chômage, le développement régional et le partenariat avec l’Union européenne. Il est évident que lorsqu’on est hors du gouvernement, on a tendance à critiquer durement les directives de ce dernier. Mais critiquer est une chose et proposer des idées alternatives en est une autre.

Des réformes plus populistes que réalisables
Les représentants des quatre partis se sont donnés à cœur joie pour accabler l’Etat de tous les maux qui rongent l’économie tunisienne. Chacun d’eux a fait des propositions pour redresser un tant soit peu le bilan négatif de l’actuel gouvernement. Ils se sont exprimés sur des thèmes qui tiennent plus de l’utopie, des théories difficiles à mettre en pratique. Des réformes sociales plus populistes que réalisables, du genre dont entend souvent parler lors des campagnes électorales.
Ils étaient tous en parfait accord sur les grands principes, tellement ils étaient sur la même longueur d’onde à tel point que Abderrazek Zouari, ministre du Développement régional et modérateur de la session, a dit ironiquement que leurs idées se ressemblent tellement qu’on aurait cru qu’ils s’exprimaient au nom d’un seul parti.
L’économiste Mahmoud Ben Romdhane, parlant au nom du parti Ettajdid, a exhorté l’Etat à intensifier les investissements dans les domaines où le privé n’a aucune chance de réussir. Il parlait des projets qui concernent l’infrastructure comme les ponts, les chaussées, l’électricité et les barrages. Il a aussi révélé les points forts de son parti, le parcours qu’il s’est tracé pour mettre la Tunisie sur la bonne voie en l’espace de quatre ans. Il a seulement oublié qu’il existe d’autres alternatives qui émanent de tendances qui ne partagent pas sa conception du processus démocratique. Des partis qui ne seront pas épaulés par le G8 à cause de leurs visions jugées passéistes.
Quant à l’homme d’affaires Abdelaziz Dargouth, représentant du parti Ettakattol, président du Centre des jeunes dirigeants (Cjd) affilié à l’Utica (patronat), a cru devoir préciser: «Depuis que j’ai quitté l’Utica, je respire mieux.» Comme Mustapha Ben Jaafar, secrétaire général d’Ettakatol, il voit le mal partout et ne voit aucune issue pour sortir le pays de son marasme. A la fin de son intervention, il a rappelé cette phrase célèbre chère au président Kennedy: «Ne demandez pas ce que le pays peut vous apporter mais cherchez à savoir ce que vous pouvez réaliser pour votre pays.»
Le représentant du Pdp, Mahmoud Smaoui a préféré parler dans un arabe tunisien, utilisant un ton paternel. Il a eu beau rassurer, ses propositions n’ont pas convaincu. Il a parlé de doubler le montant des allocations familiales, encore faudrait-il trouver les fonds nécessaires pour réaliser de pareilles prestations sociales. Il est très facile pour les candidats aux élections de penser réaliser des exploits en matières de réformes sociales. Au fait, ils prennent leurs désirs pour de la réalité.

Pour une meilleure justice fiscale
Mustapha Mezghani, d’Afek Tounes, le seul à ne pas s’acharner sur les actions de l’Etat, a évoqué des plans d’action élaborés par l’ancien gouvernement qui ont réussi à changer la physionomie de certaines régions du pays. Il propose entre autres de réviser le code fiscal afin que les démunis ne payent plus pour les riches. Il a surtout exhorté les Tunisiens à s’acquitter de leur devoir national celui de payer les impôts à temps. Il n’y a aucun intérêt à amender le code fiscal si la majorité des contribuables, surtout les plus riches, trouve le moyen de déserter les guichets des recettes de finance.
Les représentants des différents partis exigent beaucoup de l’Etat. Ils veulent que l’Etat soit l’initiateur, le régulateur et le bailleur de fonds de tous les projets. Ils oublient que, dans un avenir pas lointain, ils feront peut-être partie de ce même gouvernement qu’ils critiquent aujourd’hui si sévèrement. L’on se demande s’ils auront le même comportement quand ils seront au pouvoir.
* Tunis Dauphine, antenne de l’Université Paris Dauphine à Tunis, sise à El Omrane, qui s’appelait précisément dans le temps Franceville, est un institut privé de formation en économie, gestion et mathématiques appliqués. A l’issue de la licence les étudiants de cet établissement ont la possibilité de poursuivre leurs masters à Paris ou à Tunis.

Source: "Kapitalis" Le 04-07-2011

Lien: http://www.kapitalis.com/fokus/62-national/4694-tunisie-des-partis-en-mal-dinspiration.html


 
LES FAUX TERRORISTES ISLAMISTES TUNISIENS VEULENT CONFISQUER LA DEMOCRATIE
Par: Jamel Dridi
La technique de la tromperie ou plus communément appelé« attaque sous fausse bannière »
Plusieurs événements intrigants impliquant ou voulant faire croire que des «islamistes » sont impliquéss’enchaînent en Tunisie depuis quelques mois.
Pour rappel, il y a eu, entre autres événements,la manifestation surréaliste en plein Tunis, en face de la Synagogue, d’un groupuscule islamiste inconnu jusque-là (drapeau neufs, slogans incohérents….). Il y a eu l’horrible assassinat d’un prêtre (le symbole est fort puisque l’on veut nous faire penser qu’on a voulu s’attaquer à la chrétienté), la casse du cinéma et l’agression d’artistes (le symbole est laaussi très fort car l’obscurantisme vise toujours a brimer la liberté d’expression) et l’agression des avocats devantun tribunal. J’oublie sans doute ici ou la quelques autres événements.
Pris individuellement, ces événements n’ont pas forcément de lien. Mais compilés, ils ont un point commun, ils mettent en action plus ou moins directement des islamistes intégristes.
Maintenant posons-nous la question de savoir à qui profiteraient de tels événements ou du moins qui pourrait les réaliser. Bien sûr, la première réponse qui vient à l’esprit (le mien aussi) est les islamistes, les intégristes et donc, ne soyons pas hypocrites, disons le franchement Ennahda(je n’évoque pas ici volontairement Hezb el tahrir).
Nous avons donc la nôtre coupable évident dans l’esprit de tous n’est-ce pas ?
Pourtant quand on y réfléchit a deux fois, on peut avoir un doute et se demander si Ennahda a intérêt, aujourd’hui, que de tels agissements aient lieu.
En effet,Ennahda semble unanimement reconnu comme la force politique la plus organisée et la plus populaire du moment au point tel que tous les observateurs – même parmi ses adversaires - reconnaissent qu’il gagnerait les élections si elles se déroulaient aujourd’hui.Pourquoi prendrait-il le risque de perdre le crédit de sympathie populaire qu’il a en menant des actions limitées quant à leur effet et contreproductive en terme d’image populaire ? Même les musulmans, ouverts sur l’autre, sur la culture….se détourneront vite d’un tel parti si celui-ci avait une telle idéologie.
Sur un autre registre, Ennahda essaie de gagner une légitimité internationale en soignant son image vis-à-vis des gouvernements étrangers. Attaquer un cinéma, c'est-à-dire attaquer la liberté d’expression valeur essentielle aux yeux des occidentaux et notamment des américains, facilite t il ce rapprochement qu’Ennahda souhaite ou le rend il plus difficile ? Ennahda a t’ il intérêt à encourager l’attaque d’un cinéma, l’assassinat d’un prêtre chrétien…..au moment même ou il fait « des clins d’œil » aux occidentaux. C’est un non sens.
On ne peut pas exclure qu’Ennahda ne maîtrise pas une partie de sa base voulant se venger de 23 ans de tortures et de brimades mais on doit reconnaître sans conteste qu’Ennahda n’a aucun intérêt que de tels troubles lui soit attribués.
 
 
Alors qui peut bien être à l’origine de ces dépassements qui sont toujours spectaculaires et orientés (au sens ou très rapidement ils ont un retentissement médiatique fort pour que l’on soupçonne des islamistes).
 
 
Ce sont sûrement des ennemis d’ennahda et encore plus certainement des ennemis de la démocratie non pas parce qu’ils veulent interdire le cinéma mais parce qu’ils veulent confisquer le pouvoir.
 
 
Comment cela est il possible ? Ici, il faut se rappeler une méthode largement utilisée qui est celle des « attaques sous fausse bannière ». Tous les services de renseignement et milices privées en raffolent (attention cela ne veut pas dire que les renseignements tunisiens sont derriere ces actes. Ce peut etre des ex rcd (on sait que certains ont eu un entrainement militaire).
 
 
L’attaque sous fausse bannière consiste en la prise de l’aspect d’un autre pour la réalisation d’un acte graves destinés à faire accuser l’autre ». Quelques exemples simples et connus :
 
 
En 1994, plusieurs attentats secouent la Russie faisant plus de 300 morts. Aucun tchétchene n’est arreté même si tous les médias soupçonnent les tchétchenes. Un jour, pendant la vague d’attentats, une police locale russe arrête un groupe d’hommes russe en possession d’une importante quantité d’explosifs prêts a l’emploi. La presse locale diffuse l’information et révele que ces hommes sont en fait des militaires. Immédiatement, le gouvernement russe tente d’étouffer l’affaire et s’empresse de dire que ce sont des soldats qui réalisent un exercice militaire (un exercice avec des explosifs prets à l’emploi en pleine vague d’attentats !?). En tous cas, c’est cette vague d’attentatsqui permettra au gouvernement de commencer et de légitimer la 2nde guerre de tchechénie.
Un autre exemple connu de tous et toutes car c’est l’ABC des techniques de contre manifestationdans toutes les écoles de police. Quand une manifestation est importante et qu’on veut la « casser », un groupe de policiersdéguisés en manifestants violentsse mêle a la foule et casse des vitrines ou agresse des manifestants. Cela oblige rapidement les autorités « pour le bien de tous » et empêcher des graves troubles à l’ordre public à stopper cette manifestation,à interdire les autres manifestationset surtout à reprendre la main sécuritaire.
 
 
Il y a des dizaines d’exemples avérés ou des Etats ou des groupes n’ont pas hésité à sacrifier une partie de leur population ou de leur patrimoine pour justifier l’élimination d’un groupe religieux ou politique adverse, stopper le développement d’idées, ou pour entrer en guerre contre un autre Etat (exemple l’incendie du parlement allemand par Hitler pour instaurer l’Etat d’urgence et avoir tous les pouvoirs sécuritaires, les assassinats et attentats en Algérie attribués aux « islamistes » alors que l’on sait que les services secrets les ont perprétés ou du moins teléguidés,le dernier attentat contre les coptes en Egypte attribué à l’ancien patron des services secrets pour que l’on accuse les frères musulmans pour ne parler que de ce qui est le plus réçent, ect…..).
 
 
En Tunisie, cela commence à faire beaucoup avec ces « faux islamistes » et on aimerait bien savoir qui est derrière tout cela ?On attend par exemple avec impatience le résultat de l’enquête quant à l’attaque du cinéma (affaire Al Fani) surtout que des « islamistes » ont été arrêtés.
 
 
Mais dans quel but, ces actions sont elles menées ?
 
 
La première hypothèse peut être, comme dans le passé, un prétexte à l’éradication d’Ennahda. Hypothese qu’il faut balayer immédiatement car ce serait un quasi échec en l’état actuel des choses sauf à que les actes se multiplient et deviennent de plus en plus graves.
 
 
La deuxième hypothèse serait que l’on souhaite « retourner » l’opinion publique tunisienne et surtout celle des intellectuels (journalistes, écrivains, avocats (comme celui agréssé)….)jugée sans doute trop favorable au courant islamiste. En effet, dans leur grande majorité les tunisiens sont musulmans mais ils aiment la modernité, la vie, le cinéma….et se braqueront et seront effrayés par une tendance islamiste fermé d’esprit qui serait trop rigoureuse dans son interprétation de l’Islam et à laquelle on ferait « porter le chapeau » d’actes graves (attentats….).
 
 
La troisième hypothèse est que l’on veut brouiller l’image de respectabilité qu’Ennahda tente d’acquérir sur le terrain international. Il n’a échappé à personne que Ghannouchi et ses cadres sont redevenus fréquentables dans les diplomaties occidentales. Mais cela se fait doucement car ces pays occidentaux sont prudents. Ces pays devant préparer leur opinions publiques intérieures à cette nouvelle donne car les forces islamistes étaient montrés jusqu’il y a peu comme les forces du mal. D’ailleurs, tout le monde notera que l’annonce de la mort de Ben Laden, incarnation de l’islamisme infréquentable, permet « ce nouveau départ avec le monde musulman (dernier discours d’Obama) ».
Mais comment ces pays qui doivent convaincre leur opinions intérieurs qu’il y a des partis islamistes soft pourraient ils avancer dans ce sens si ces partis islamistes apparaissent comme liberticides comme quand on attaque un cinéma (le symbole est extrêmement fort !) ou que l’on tue un prêtre chrétien.
Si ces actes continuent, le timide réchauffement entre les relations serait vite stoppé et la légitimité et reconnaissance d’Ennahda tomberait à l’eau.
 
 
L’inquiétude face à la multiplication des événéments
 
 
Ce qui estsurtout inquiétant est la succession des événements qui, à mon sens, vont aller en augmentant en intensité et en fréquence d’ou la phrase de M Daoulati. Il le dit clairement « d’autres actes vont avoir lieu ». Ennahda adonc bien compris qu’il était en grand danger d’où la deuxième et rapide sortie médiatique de Rachid Ghannouchi pour enfoncer le clou et bien se démarquer de ces événement qu’on essaie d’attribuer à son parti. Le danger est en effet proche !
 
 
Si de tels événements ne se produisaient pas, alors je me serai trompé sur toute la ligne. Mais si de tels événements se produisaient, sauf à connaître l’avenir, et je ne le connais pas, ma grille de lecture sur ces actes faits « sous fausse bannière » aura été hélas juste ce qui n’augure rien de bon pour la Tunisie si rien n’est fait dès aujourd’hui. Car il faut bien comprendre que cette opération de déstabilisation ne vise pas à « tuer politiquement » seulement Ennadha. Il ne faut pas être dupe. Tous les autres partis plus petits ou les éléments de pouvoir de la société civile (presse, justice, …..) se verront un a un confisquer le droit à la parole. Tout cela a déjà eu lieu dans un passé récent. Toutes les libertés ont été bloquées sous prétexte de la menace terroriste islamiste.
 
 
Le remède qui doit s’appliquer urgemment
 
 
Comment contrecarrer ces actes. Je l’ai déjà écrit. Il faut impérativement surprendre cet adversaire invisible (les anciens amis de Ben ali, proches (sauf Khadafi qui n’a pas eu le temps d’appliquer son plan) ou plus éloignés, hostiles à la démocratie en Tunisie sont connus) qui joue sur la division actuelle des partis qui pensent plus à gagner une hypothétique élection qui, si rien n’est fait, n’aura pas lieu. Il faut que les principaux partis politiques se regroupent immédiatement en créant un comité populaire constitué des représentants des partis honnêtes (Marzouki, Ben Jaffar, Hammami, Ghannouchi). Ce comité doit s’assurer le soutien de la composante sécuritaire qui veut le changement vers la démocratie. Il y a en effet un groupe de policiers qui veulent rompre avec le passé de manière radicale. Je saisque cette union précoce entre partis est difficile et j’’en ai déjà discuté avec certains cadres des partis cités plus haut mais le risque est grand de tout perdre pour tout le monde.
 
 
Le deuxième point concerne Ennahda qui doit contrôler sa base. Mais surtout plus que tout communiquer immédiatement et régulièrement sur son positionnement (quant aux droits de l’homme, la liberté d’expression, l’économie privé…) et ce de manière pro-active et anticipée en n’attendant pas de le faire de manière réactive pour se justifier d’actes qu’on veut lui attribuer. Surtout, il doit engager une campagne d’information sur cette menace qu’il a bien cernée dès à présent afin que les opinions ne soient pas ensuite retournées s’il y avait des actes (et j’espère qu’ils n’auront pas lieu).
 
 
La troisième chose qui est la plus importante est de se préparer, hélas, à d’autres actes de ce type qu’il faudra avoir la force et le courage politique de ne pas attribuer systématiquement au coupable désigné, à savoir les islamistes.
Si la société ne se divise paset les partis politiques sortent de leur campagne politique, les éléments perturbateurs seront combattus facilement et le pouvoir restera entre les mains du peuple. Si ces opérations encore une fois divisent les tunisiens et que les partis politiques ne font pas une pause en comprenant qu’il y un danger imminent auquel il faut faire face, il y aura un retour en arrière extrêmement brutal pour toute la société tunisienne.
(Source : le blog « Tunisie Times » de Jamel Dridi, le 1er juillet 2011)

La musique arabe porte en elle la "diversité" selon le maître Anouar Brahem
Par Guillaume LAVALLEE
MONTREAL - "La diversité je l'ai d'abord découverte dans la musique arabe", confie le maître tunisien du oud, Anouar Brahem, qui a envoûté les aficionados du Festival international de jazz de Montréal avec son jeu onirique de luth arabe.
Anouar Brahem, l'un des invités cette année du plus grand festival de jazz du monde, a donné trois concerts différents en trio: Themar, avec le contrebassiste Dave Holland et le clarinettiste John Surman, Le Voyage de Sahar, avec l'accordéoniste Jean-Louis Matinier et le pianiste François Couturier, et The Astounding Eyes of Rita, accompagné de Klaus Gesing à la clarinette et Björn Meyer à la basse.
Le compositeur tunisien, fidèle depuis deux décennies à l'esprit ECM, un label attaché à la liberté musicale, est réputé pour son dialogues avec les musiciens jazz et Indiens. Mais c'est au cœur de la tradition arabe qu'il a fait sa première expérience de la diversité musicale.
"La musique arabe n'est pas un monolithe, il y a des expressions folkloriques marocaines qui sont très proches de l'Afrique, la musique populaire du Yémen flirte avec l'Asie, avec l'Inde. Il y a aussi cette proximité avec la Turquie. La diversité je l'ai d'abord découverte dans la musique arabe", dit-il à l'AFP de sa voix posée.
"Au 20e siècle il y a eu des joueurs de oud extraordinaires qui sont moins connus aujourd'hui parce que leurs enregistrements ne sont pas disponibles. Je pense notamment à Mohammed Qasabji, le joueur de oud de Oum Kalthoum qui est pour moi un très grand maître", souffle-t-il.
"Quand l'orchestre de musique arabe s'est agrandi, le oud a perdu de son importance alors qu'il était central au +takht+, ce petit ensemble de musique. Le oud a commencé à disparaître ou à devenir un élément de décor.... Les orchestres de musique arabe se sont mis à aligner les violons, les contrebasses, les violoncelles. Ils ont mis leur costume avec le nœud papillon et avaient cette manière un peu naïve des fois d'imiter l'orchestre occidental", dit-il.
Puis, l'Irakien Mounir Bachir a fait sa petite révolution en donnant ses lettres de noblesse au oud grâce à l'art du "Taqsim", l'improvisation. Le oudiste devenait soliste.
"Moi je me situe un peu dans cette lignée, j'ai été en même temps nourri et baigné dans la tradition, avec des joueurs comme Qasabji. Ensuite j'ai découvert Mounir Bachir et ça m'a interpellé... Mais contrairement à ce qu'ont fait mes prédécesseurs j'ai voulu jouer mes propres compositions", explique le musicien de 53 ans.
Les amateurs ont parfois reproché à Anouar Brahem son jeu épuré, onirique, contemplatif, où le luth est parfois discret, voire en retrait, par rapport aux autres instruments comme la clarinette ou le nay, cette flûte au son envoûtant.
"C'est la nature de la musique et l'exigence de la composition qui déterminent le rôle de l'instrument", note Anouar Brahem. "Et quand on compose, il faut être libre", pense-t-il.
Parlant de liberté, comment était votre vie sous Zine el Abidine Ben Ali, le président chassé du pouvoir au début de l'année?
"C'était toujours une position très complexe, j'avais un grand souci de conserver mon indépendance et mon intégrité morale et de ne pas aller dans la compromission. En même temps, aller dans une opposition frontale aurait signifié le fait que j'aille peut-être vivre à l'étranger ou qu'on me refuse de sortir", dit-il.
La révolte populaire tunisienne "m'a touché au plus profond de mon être", confie-t-il. Le réveil arabe pourrait-il servir de toile de fond ou de source d'inspiration à un album à venir?
"Je ne suis pas tenté d'exploiter l'événement d'une manière un peu opportuniste. Même si je fais quelque chose, je tenterai de rester humble".
(Source : « Liberation.fr », le 4 juillet 2011)