Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/1/6/a/tunisnews.net/httpd.www/libraries/cms/application/cms.php on line 470 04Janvier11f
طباعة
الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

04Janvier11f

Home - Accueil

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
10 ème année, N° 3878 du 04.01.2011
archives : www.tunisnews.net

Tunisia: Bullets against Social Protest - Press release
Liberté et Equité:   Les avocats décident la grève - Les protestations s’étendent à Tala dans le gouvernorat de Kasserine
Collectif Nantais de Soutien aux Tunsien-ne-s de Redeyef: Message de soutien aux ex-prisonniers du Bassin Minier en Sitting à l' UGTT Redeyef
Jeudi 6 Janvier 2011 -  Journée de Solidarité Internationale - Appel de Bruxelles, Alger et Naples
AFP: Tunisie/Sidi Bouzid: affrontements entre lycéens et la police à Thala
Reuters: Students reignite Tunisian protest after brief lull
Reuters: Nouvelle manifestation d'étudiants en Tunisie
AFP: Tunisie: affrontements entre la police et des manifestants à Thala
20minutes: Nouvelle manifestation en Tunisie, réprimée par la police
RFI: En Tunisie, la contestation sociale continue
Jeune Afrique: Sidi Bouzid : les lycéens s'en mêlent
Aufait Maroc: Mouvement social en Tunisie  - Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre
La Tribune de Genève: La colère des Tunisiens s’exprime à Genève
Nouvel Obs: Sidi Bouzid ou la révolte tunisienne organisée sur Facebook
Philippe R: "Operation Tunisia" pour en finir avec Ben Ali
AfriSCOOP : Tunisie : Ben Ali paye le prix d’une trop sévère dictature…
Reuters: Huit 'islamo-gangsters' présumés aux assises en France
AP: Tunisie: création d'un porte-parole du gouvernement
AFP: Tunisie-politique-gouvernement Tunisie: Samir Laabidi, porte-parole du gouvernement
Slim Bagga: Les frasques du palais...encore et encore!!!
Sonia D.: Ce que je crois
Neue Zürcher Zeitung: Tunesiens Erzübel der Korruption  - Von Wikileaks veröffentlichte Papiere beleuchten das schamlose Treiben der Präsidentenfamilie
AFP: France – Edition : Best-seller surprise pour un résistant âgé de 93 ans
Le Temps Suisse: «Indignez-vous!», un message porteur

Tunisia: Bullets against Social Protest
Press release


January 3, 2011
The undersigned organizations express their deep concern over the excessive use of force by the Tunisian authorities in dealing with the unceasing protests that have erupted 13 days ago in the state of "Sidi Bouzid" in central Tunisia and spread to several cities, including "Safaqis", "Kairouan", "Sousse", "Mednine" and the capital.
Protests have erupted spontaneously when a young man burnt himself in protest to preventing him from selling vegetables and fruits; local officials refused to meet him to hear his complaint. Those protests have spread to various cities of the aforementioned state and assumed a social character, whereby the local population denounced the corruption, unemployment, exclusion and deteriorating social conditions which they are enduring.
The confrontations that erupted between the police and demonstrators were characterized by the excessive use of violence by the authorities, which resorted to tear gas and rubber bullets leaving behind at least one dead and several wounded as well as dozens of detainees. The confrontations developed to such an extent and magnitude that compelled the landing of army troops and the imposition of a curfew. Authorities also imposed a severe media blackout and denied accordingly all Tunisian and foreign journalists access to protest areas.
Those recent protests come under a series of similar protests that were witnessed in the country throughout the past three years, and were marked by violent security interference. The most remarkable of these incidents was the so-called uprising of Gafsa mining basin, which broke out spontaneously also in protest against the test results for a job offer in one of the major companies. The situation evolved into a protest against corruption and the scarcity of employment opportunities. These protests have continued for several months during which demonstrations, sit-ins and strikes were organized. The protests left behind two dead and an unspecified number of injured, in addition to tens of detainees who received unfair imprisonment sentences following trials that lacked the minimum standards of justice.
In August 2010 another outburst erupted, in the south-east this time, in protest against the closure of the «Ras al-Jadir» commercial crossing on the common border with Libya. Violent clashes occurred in "Bin Guerdane" during these protests causing the injury of many among the demonstrators; security forces have arrested more than 150 persons.
The undersigned human rights organizations emphasize their full condemnation of the repressive approach of the Tunisian authorities vis-à-vis social protests, and the ensuing flagrant violation of the right to life; arbitrary arrests; and restriction of the right of citizens to access, receive and impart information.  We stress that the frequency of these social protests and that some of them assumed violent manifestations represents the other side of the character of the police state in Tunisia. The systematic policy of this state confirmed the sealing of outlets of peaceful expression and the blockade and suppression of freedom of association both at the political and trade union levels, or at the level of civil society and human rights organizations. This has paved the way for widespread corruption and highly undermines the remnants of the foundations of the state of law.
The undersigned human rights organizations warn that the continued use of police repression and the prevalence of security treatments and solutions over political solutions would plunge the country into a spiral of violence and counter-violence which must be avoided.
We call upon the Tunisian authorities to immediately refrain from using violence to counter all forms of peaceful protest, release all the detainees, conduct impartial investigations leading to the accountability of those responsible for the excessive use of force in suppressing the protests. We further demand them to take the necessary measures to compensate those affected by such suppressive practices.
The undersigned human rights organizations also uphold that if the Tunisian state is to fulfill its responsibilities in achieving the minimum economic and social welfare to its people and ensuring stability and the requirements of human security for its citizens, it must adopt a genuine program of thorough political reforms upholding accountability and oversight of policies and government performance. However, this is contingent upon lifting the enormous restrictions on public freedoms, enhancing the independence of the judiciary, putting an end to the predominance of the executive branch to the legislature over the judiciary, and lifting restrictions imposed on the various mass media and civil society institutions so as to ensure that the performance of state institutions would be subject to public, social and communal scrutiny.
The undersigned organizations also call upon the EU institutions to suspend the ongoing negotiations with the Tunisian government regarding preferential treatment in commercial transactions within the framework of the Euro-Mediterranean Association Agreements, and to link the resumption of these negotiations with the positive response of the Tunisian authorities to the requirements of respect to human rights and securing democratic freedoms. We regrettably contend in this regard that the reluctance of EU institutions to promote partnership agreements in such a way as to ensure respect for human rights is tantamount to rewarding the Tunisian authorities for their continued crimes in the domain of human rights, and makes these institutions an associate – either by silence or collusion- in those crimes.
Finally, the undersigned human rights organizations affirm that the escalating social protests in a country characterized by a tighter police grip refutes the illusions promoted by the ruling authoritarian regimes in the Arab world and praised by some Western circles which turn a blind eye on violations committed by these regimes alleging that these regimes are still - despite their despotism and dictatorship - worthy of securing political stability within this region of the world.


Signatory Organizations:
1.      Andalus Institute for Tolerance and Anti-Violence Studies, Egypt
2.      Arab Penal Reform Organization, Egypt
3.      Arabic Network for Human Rights Information, Egypt
4.      Association for Freedom of Thought and Expression, Egypt
5.      Bahrain Youth Society for Human Rights
6.      Cairo Institute for Human Rights Studies
7.      Center for Trade Unions and Worker's Services, Egypt
8.      Committee for the Respect of Liberties and Human Rights in Tunisia
9.      Committees for the Defense of Democracy Freedom and Human Rights, Syria
10.  Damascus Center for Human Rights Studies
11.  Egyptian Foundation for the Advancement of the Status of Children
12.  Egyptian Initiative for Personal Rights
13.  Egyptian Organization for Human Rights
14.  Hesham Mubarak Law Center, Egypt
15.  Human Rights First Society, Saudi Arabia
16.   Human Rights Organization in Syria – MAF
17.  Kurdish Committee for Human Rights in Syria al-Rased
18.  Kurdish organization for the defence of human rights and public freedoms in Syria – DAD
19.  Land Center for Human Rights, Egypt
20.  National Organization for Human Right in Syria
21.  New Women Foundation, Egypt
22.  The Arab Organization for Human Rights-Syria
23.  The Egyptian Association for Community Participation Enhancement
24.  The Group for Human Rights Legal Aid, Egypt
 

Liberté pour tous les prisonniers politiques
Liberté et Equité
Organisation Indépendante de Droits Humains
33 rue Mokhtar Atya, 1001, Tunis
Tel/fax : 71 340 860
Tunis, le 3 janvier 2011
Nouvelles des libertés en Tunisie


1)   Les avocats décident la grève
L’ordre des avocats de Tunis a décidé d’observer une grève jeudi 6 janvier 2011 pour protester contre les agressions perpétrées par les forces de la police et de la police politiques dont ils ont été victimes vendredi dernier.

2)   Les protestations s’étendent à Tala dans le gouvernorat de Kasserine
La ville de Tala a été le théâtre lundi 3 janvier 2011 d’affrontements entre les lycéens et les forces de la police et celles de la garde qui ont fait usage de bombes lacrymogènes. Ces affrontements se sont déclenchés à l’issue de la manifestation des lycéens en solidarité avec la population du gouvernorat de Sidi Bouzid.       C’est à la suite de l’intervention des forces de l’ordre pour disperser la manifestation qu’on eu lieu les accrochages au cours desquels le feu a été mis au siège du parti au pouvoir et à des pneus. […] Nombre de lycées ont vu des protestations […], notamment ceux de Jebiniana et Gafsa.
[…]

Pour le bureau exécutif de l’Organisation
Le Président
Maître Mohammed Nouri
(Traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)
Collectif Nantais de Soutien aux Tunsien-ne-s de Redeyef
Message de soutien aux ex-prisonniers du Bassin Minier en Sitting à l' UGTT Redeyef


camarades,

le  Collectif Nantais de Soutien aux Tunisien-ne-s de Redeyef salue votre décision héroïque et courageuse d'investir le syndicat UGTT pour un mouvement d'occupation illimité jusqu'à satisfaction de vos justes revendication.
Nous vous soutenons et vous soutiendrons jusqu'au bout dans la mesure de nos moyens.
Nous ferons connaitre votre lutte aux Nantais dont un certain nombre sont originaires de Tunisie.
Nous interviendrons auprès des autorités françaises pour que la France et, avec elle l'Europe, cessent de soutenir le gouvernement dictatorial de Ben Ali qui ne sait qu'opposer la répression aux cris désespérés de son peuple.
Nous soutenons également le soulèvement populaire provoqué par le suicide de
Mohamed Bouazizi le 17 décembre et qui se poursuit encore aujourd'hui.
Nous appelons l'ensemble des personnes et des organisations soucieuses de voir respecter les droits humains à se rassembler jeudi 6 janvier, journée internationale de solidarité avec le peuple tunisien en lutte.
Nous invitons tous les Nantais originaires de Tunisie à venir manifester samedi 8 janvier.
Nous ne cesserons de vous soutenir et ce, jusqu'à la victoire finale !

Jeudi 6 Janvier 2011 -  Journée de Solidarité Internationale -

avec les Luttes Sociales en Tunisie Pour le droit au Travail, à la Dignité, à la Liberté et à la Démocratie

En France (Paris-Lyon-Toulouse-Nantes-Marseille-Montpellier-Strasbourg-Lille...) au Maghreb (Alger – Rabat – Nouakchott), au Liban (Beyrouth) en Belgique (Bruxelles) - en Suisse (Genève…) en Allemagne (Berlin..) – à Londres – au Canada (Montréal-Québec) ….

--------------------------

Belgique...

Réunion de Solidarité avec le peuple tunisien ce jeudi 6 janvier à 18h

au centre International 171, Boulevard MauriceLemonnier

1000 Bruxelles

Chers-es amis-es

Trois ans après les événements de Gafsa, la région de Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie, est depuis le 17 décembre en proie à une flambée de colère dont les causes, comme à Gafsa, sont principalement le chômage et l?absence de développement.

Des affrontements violents se sont produits à Manzil Bouziane où un jeune manifestant a été tué par balle et ont provoqué une dizaine de blessés ainsi qu?un embrasement de la situation à travers plusieurs régions de la Tunisie

Dans ce sens et dans le cadre d?une action de solidarité internationale, nous vous invitons à une rencontre de solidarité avec le peuple tunisien.

 ce jeudi 6 janvier à 18h au centre International sis : 171, Boulevard Maurice Lemonnier 1000 Bruxelles

Afin d’exprimer notre soutien et notre solidarité inconditionnelle à la lutte héroïque de ce peuple en première ligne de la contestation.

Vive la solidarité Internationale - Vive la Solidarité Maghrébine

                               Pour le Maghreb des Peuples

Salutations Solidaires

-Aziz - Driss - Luc

_______________________

Algérie…

Le Jeudi 6 Janvier 2011  SNAPAP Algérie organise  une rencontre syndical au nouveau siège de la maison des syndicats

pour le soutien  au luttes sociales et démocratie en tunisie et rédiger une lettre de protestation qui sera transmi a l’Ambassadeur de Tunisie à Alger

_______________________


Italie….

Le 6 janvier, à Naples, Italie

Solidarietà con il popolo represso Tunisino

Heure
jeudi 6 janvier · 18:00 - 20:30

Lieu
Cinema Occupato Astra
proiezioni video

diffusione materiale

interverranno: Marzouk Mejri . Naser Jalel


Tunisie/Sidi Bouzid: affrontements entre lycéens et la police à Thala


AFP - Publié le 04/01/2011 à 00:02
TUNIS — Des affrontements ont opposé lundi des manifestants et des agents des forces de l'ordre à Thala à 250 km au centre-ouest de Tunis, a-t-on appris lundi de source syndicale.
Environ 250 manifestants, des lycéens pour la plupart, ont participé à partir de 18h30 locales à une marche pacifique pour exprimer leur soutien aux mouvements de protestation contre le chômage et la cherté de la vie dans la région de Sidi Bouzid (centre-ouest), a indiqué à l'AFP une source syndicale qui a requis l'anonymat.
Cette marche pacifique a dégénéré lorsque la police a essayé de contenir les manifestants en tirant des bombes lacrymogènes dont l'une est tombée dans une mosquée, a raconté ce témoin oculaire
Furieux, les manifestants ont mis le feu à des pneumatiques et au local du parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), selon la même source.
Aucune information sur ces incidents n'était immédiatement disponible de source officielle.
Par ailleurs, des lycéens ont pu manifester sans problème dans la ville de Sidi Bouzid à 265 km de Tunis, en proie à des troubles sociaux sur fond de chômage et de cherté de la vie, depuis le 17 décembre à la suite d'une tentative de suicide d'un jeune vendeur ambulant de fruits et de légumes.
Ces manifestations de lycéens coïncidaient lundi avec la reprise des cours après les vacances de fin d'année.

Students reignite Tunisian protest after brief lull

Reuters, le 4 janvier 2011 à 15h06
 
TUNIS, Jan 4 (Reuters) - Tunisian police used tear gas to disperse a protest by hundreds of students on Tuesday in a town in the west of the country, witnesses said, as violent protests resumed after a brief lull.
"Hundreds of students took to the street this morning in solidarity with the youths of Sidi Bouzid. Jobless soon joined the protests which turned into clashes with the police who used tear gas to disperse the protesters," eyewitness Belgacem Saihi said from the town of Thala where the protest took place.
Tunisian officials could not immediately comment on the accounts by Saihi, confirmed by Jamal Boulabi, who heads teachers union in Thala.
Clashes started last month in the central town of Sidi Bouzid after a man in his twenties attempted suicide by setting himself on fire in front of a government building to protest against the confiscation by the police of his fruit and vegetable cart.
The Sidi Bouzid incident was embraced as a cause celebre by jobless graduates, unionists and human right activists in a country hailed by Western allies as a model of both stability and prosperity in the Arab world.
The protests later spread to other towns including the capital Tunis, Sousse and Sfax. According to French media, couple of jobless graduates have attempted suicide, with at least one dying after electrocuting himself to protest "misery and unemployment".
Another jobless graduate was killed after police was forced to "shoot in self-defence" to quell rioters in the southern town of Bouziane, the government has said.
Teachers union's Boulabi said students from the town's four colleges took part in the protest.
"They (police) are now surrounding teachers and students inside our college, refusing to let anyone leave the college  ... There are some cases of asphyxiation among teachers and students because of the tear gas," Boulabi added.
Protests have been rare in Tunisia, which has known only two presidents since its independence from France 55 years ago. It has been ruled for the last 23 years by Zine al-Abidine Ben Ali.
Ben Ali works closely with Western governments to combat al Qaeda militants and is trying to win from main trade partner the European Union an 'advanced status' partnership, which implies a more scrupulous respect of public freedoms.
Until Tuesday, the wave of protests had abated after Ben Ali named a new youth minister in a minor government reshuffle and a new governor for Sidi Bouzid.
Ben Ali warned last week that violent protests were unacceptable and would hurt national interests after protests by graduates demanding mainly jobs.
 
Nouvelle manifestation d'étudiants en Tunisie

Reuters Mardi 4 janvier, 15h49
La police tunisienne a fait usage de gaz lacrymogènes mardi pour disperser une manifestation de plusieurs centaines d'étudiants à Thala, dans l'ouest du pays, rapportent des témoins. Lire la suite l'article
"Des centaines d'étudiants sont descendus dans les rues ce matin par solidarité avec les jeunes de Sidi Bouzid. Des chômeurs se sont joints à la manifestation qui s'est transformée en affrontements avec la police", a déclaré Belgacem Saihi, dont le témoignage a été confirmé par Djamal Boulabi, qui dirige le syndicat des enseignants à Thala.

Aucun représentant des autorités n'a pu commenter ces propos dans l'immédiat.
Des affrontements ont éclaté il y a une quinzaine de jours à Sidi Bouzid, une ville située à 200 km au sud-ouest de Tunis, après une tentative de suicide par immolation d'un jeune diplômé protestant contre la confiscation de la charrette de fruits et légumes qui lui servait de gagne-pain.
Les manifestations ont ensuite gagné d'autres villes comme Sousse, Sfax et jusqu'à Tunis où un millier de jeunes protestataires ont été dispersés il y a huit jours.
L'incident de Sidi Bouzid est devenu un symbole pour les chômeurs diplômés, les syndicalistes et les militants des droits de l'homme dans un pays allié de l'Occident dans la lutte contre l'islamisme.
Le gouvernement accuse ses opposants de manipuler ces manifestations, rares dans un pays dirigé depuis 23 ans par le président Zine el Abidine ben Ali, pour discréditer le pouvoir.
A Thala, a déclaré Djamal Boulabi, les étudiants des quatre universités de la ville ont participé à la manifestation.
"Les policiers ont encerclé les enseignants et étudiants à l'intérieur de notre université, en refusant de laisser sortir quiconque", a-t-il dit. "Il y a eu des cas d'asphyxie parmi les enseignants et les étudiants en raison des gaz lacrymogènes."
Ben Ali, qui a nommé un nouveau ministre de la Jeunesse et un nouveau gouverneur pour Sidi Bouzid, a prévenu la semaine dernière que toute manifestation violente était inacceptable et contraire à l'intérêt national.
Tarek Amara, Jean-Stéphane Brosse pour le service français
Tunisie: affrontements entre la police et des manifestants à Thala


AP 04/01/11 18:36
TUNIS (AP) — Avec la reprise des cours après les vacances d'hiver, de violents affrontements ont opposé mardi, pour la deuxième journée consécutive, la police à des centaines de manifestants, en majorité des lycéens, dans la ville de Thala, à 250 km de Tunis, a-t-on appris de source syndicale.
Appuyés par des renforts venus de régions voisines, les forces de l'ordre ont eu recours "intensivement" aux bombes lacrymogènes pour disperser la foule qui manifestait par solidarité avec la population de Sidi Bouzid, une région du centre-ouest du pays, où avaient éclaté le 17 décembre dernier des troubles sociaux sur fond de chômage et de précarité des conditions de vie.
"La police s'est introduit dans un lycée en maltraitant élèves et enseignants", a témoigné un syndicaliste joint au téléphone par l'Associated Press, notant que les établissements scolaires de la ville ont dû être fermés l'après-midi.
Plusieurs personnes, blessées, ont été transférées à l'hôpital de Kasserine, chef-lieu de la région, a précisé ce syndicaliste qui a requis l'anonymat. Il a également fait état de nombreuses interpellations.
La veille, les manifestants ont incendié le siège du parti au pouvoir et mis le feu à des pneumatiques.
Les heurts de Sidi Bouzid, qui ont fait trois morts et un blessé grave, ont éclaté à la suite d'une tentative de suicide d'un jeune vendeur ambulant dont la marchandise, des fruits et légumes, a été saisie par des agents municipaux qui l'ont maltraité.
Empêché de rencontrer des responsables locaux pour porter plainte, il s'est immolé par le feu en s'aspergeant d'essence. Aux dernières nouvelles, son état critique demeure stationnaire.
Face à ces troubles, le président Zine El Abidine Ben Ali a limogé le gouverneur (préfet) de Sidi Bouzid et annoncé des mesures "urgentes" pour le lancement de projets et la création d'emplois dans les régions de l'intérieur du pays. AP

 Nouvelle manifestation en Tunisie, réprimée par la police


La police tunisienne a fait usage de gaz lacrymogènes mardi pour disperser une manifestation de plusieurs centaines d'étudiants à Thala, dans l'ouest du pays, rapportent des témoins. Des centaines d'étudiants sont descendus dans les rues ce matin par solidarité avec les jeunes de Sidi Bouzid. Selon des témoins, des chômeurs se sont joints à la manifestation qui s'est transformée en affrontements avec la police. Aucun représentant des autorités n'a pu commenter ces propos dans l'immédiat.

Des affrontements ont éclaté il y a une quinzaine de jours à Sidi Bouzid, une ville située à 200 km au sud-ouest de Tunis, après une tentative de suicide par immolation d'un jeune diplômé protestant contre la confiscation de la charrette de fruits et légumes qui lui servait de gagne-pain. L'incident de Sidi Bouzid est devenu un symbole pour les chômeurs diplômés, les syndicalistes et les militants des droits de l'homme dans un pays allié de l'Occident dans la lutte contre l'islamisme.

Le gouvernement accuse ses opposants de manipuler ces manifestations, rares dans un pays dirigé depuis 23 ans par le président Zine el Abidine ben Ali, pour discréditer le pouvoir. Ben Ali, qui a nommé un nouveau ministre de la Jeunesse et un nouveau gouverneur pour Sidi Bouzid, a prévenu la semaine dernière que toute manifestation violente était inacceptable et contraire à l'intérêt national.

(Source: 20minutes.fr Mis à jour le 04.01.11 à 15h39)
En Tunisie, la contestation sociale continue


Créé Par RFI
En Tunisie, le mouvement entamé mi-décembre s'est poursuivi hier, lundi 3 janvier 2010, dans certaines villes du pays avec les lycéens un appel à la grève et à la désobéissance civile avait été lancé sur Facebook, à plus de 10 000 jeunes. La contestation n'a pas été massive, mais plusieurs établissements ont cependant été concernés par le mouvement. Les avocats ont de leur côté décidé de se mettre en grève jeudi 6 janvier.
Les lycéens ont fait parler d'eux hier dans plusieurs villes à Sfax, à Sidi Bouzid, à Tunis, à Grombalia non loin de la capitale et à Bizerte. A Jbeniana deux jeunes auraient été interpellés. A Sousse il y aurait eu des heurts entre les étudiants et les forces de l'ordre. Dans la ville de Thala, la contestation a été plus large et des incidents auraient impliqué des diplômés chômeurs.
De leur côté, les avocats ont décidé, ld'une journée de grève générale, le 6 janvier , après une réunion du conseil de l'ordre. Une grève, pour dénoncer l'attitude des autorités à leur égard. En fin de semaine dernière ils avaient exprimé leur solidarité avec le mouvement social en portant un ruban rouge, ils ont été pris à parti et malmenés. Quelques jours plus tôt, deux d'entre eux avaient été interpellés toute une nuit et brutalisés.
La grogne est toujours là également dans le bassin minier de Gafsa où des émeutes sur fond de chômage avaient éclaté, il y a trois ans. Les anciens prisonniers arrêtés après ces événements, puis relâchés un an plus tard, ont lancé lundi un sitting illimité au siège de l'Union générale des travailleurs tunisiens, de Redeyef. Ils réclament leur réintégration dans la fonction publique, des solutions aux problèmes du chômage et surtout dans l'immédiat, la libération des jeunes de la ville arrêtés ces derniers jours.

(Source: RFI.FR le  le 2011-01-04 08:15)
Tunisie
Sidi Bouzid : les lycéens s'en mêlent


Par La rédaction web de Jeune Afrique
Des affrontements ont éclaté entre les forces de l'ordre et 250 manifestants, dont une majorité de lycéens qui reprenaient les cours après les vacances, à Thala (centre ouest de la Tunisie) lundi. Ils protestaient contre le chômage et la cherté de la vie dans la région de Sidi Bouzid.
Avec la fin des vacances scolaires, un nouveau type de manifestants menace de se mêler aux rassemblements de soutien aux habitants de Sidi Bouzid, région au fort taux de chômage qui a été touchée par une série de tentatives de suicides de jeunes diplômés qui a fait deux morts et un blessé grave.
Les autorités de la petite ville de Thala (située à environ 250 km au sud-ouest de Tunis) en ont eu un avant-goût lundi. Un rassemblement de 250 personnes, en majorité des lycéens, s'y sont rassemblés à partir de 18h30 locales pour une marche pacifique, d'après une source syndicale de l'AFP.

Le local du RCD en feu
Selon ce témoin oculaire, la mobilisation a dégénéré quand la police a tenté de contenir les manifestants, utilisant notamment des gaz lacrymogènes. L'une des bombes serait tombée dans une mosquée, déclenchant la colère des manifestants.
Ils auraient ensuite mis le feu à des pneus et au local du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, parti au pouvoir). Aucune source officielle n'a pour l'instant commenté l'information.
A Sidi Bouzid, des lycéens aussi pris part à des cortèges de protestation, sans incidents. La région de cette ville avait été le théâtre d'affrontements violents fin décembre. L'un des manifestants blessés par balles à Menzel Bouzayane, est décédé samedi après huit jours d'hospitalisation. (avec AFP)

 
(Source: Jeuneafrique.com le 04/01/2011 à 09h:15 )

Mouvement social en Tunisie
Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre


En Tunisie qui traverse une période de turbulence sociale depuis la mi-décembre, plusieurs manifestations se sont tenues à travers le pays, et après les avocats, les journalistes et les diplômés chômeurs, lycéens et forces de l'ordre se sont affrontés lundi 3 janvier à Thala à 250 km au centre-ouest de Tunis.
 
Déclenchés le 17 décembre, à la suite d'une tentative de suicide d'un jeune diplômé chômeur, devenu vendeur ambulant de fruits et légumes dans la ville de Sidi Bouzid à 265 km de Tunis, des troubles sociaux secouent la Tunisie.
Lundi encore, les lycéens ont fait parler d'eux dans plusieurs villes, Sfax, Sidi Bouzid, Tunis, Bizerte. Dans la ville de Thala, la contestation a été plus large et des incidents auraient impliqué des diplômés chômeurs. Les manifestants avaient organisé une marche pacifique en soutien aux mouvements de protestation contre le chômage a indiqué une source syndicale qui a requis l'anonymat. Une marche pacifique qui a dégénéré lorsque la police a essayé de contenir les manifestants en tirant des bombes lacrymogènes.
Ce mouvement des diplômés chômeurs a gagné peu à peu toutes les sphères de la société tunisienne jusqu'à la capitale, où déjà la semaine dernière des manifestations avaient été organisées devant le palais de justice, avec un cortège de près de 200 avocats scandant: “Non à la torture, non à la corruption, non à la mafia au pouvoir en Tunisie”.
Jamais depuis la prise de pouvoir du président Ben Ali, un mouvement social parti des campagnes ne s'était mué en mouvement de contestation de cette ampleur en Tunisie.
Lundi 3 janvier, les lycéens tunisiens ont appelé à la grève générale via les réseaux sociaux sur Internet, pour rejoindre un mouvement qui s'étend de plus en plus à tout le pays. De leur côté, les avocats ont décidé de se mettre en grève jeudi 6 janvier.

(Source: "Aufait Maroc : 04/01/2011 à 10:51)
Lien: http://www.aufaitmaroc.com/actualites/monde/2011/1/4/affrontements-entre-manifestants-et-forces-de-lordre
La colère des Tunisiens s’exprime à Genève

MANIFESTATION | Le comité de soutien au peuple tunisien va faire écho au mouvement de contestation qui agite le pays depuis trois semaines, jeudi place du Molard à Genève

Olivier Bot | 04.01.2011 | 12:08

Le comité de soutien au peuple tunisien va relayer jeudi à 18heures, place du Molard à Genève, la colère qui s’exprime dans le pays depuis le 17 décembre, face au président Ben Ali et aux quelques familles qui tiennent la Tunisie, indifférents au sort des nombreux jeunes chômeurs et précaires.
Le 17 décembre a démarré un mouvement de protestation à Sidi-Bouzid dont le déclenchement fut un évènement grave : un jeune chômeur qui a eu recours à la vente ambulante de fruits et légumes pour vivre s’est vu interdire cette activité par les autorités et s’est immolé par le feu. Beaucoup de Tunisiens se sont retrouvés dans cet acte de désespoir qui signifiait le peu d’espoir en l’avenir de la Tunisie de Ben Ali. Un chômage endémique touche la jeunesse, sans épargner les titulaires de diplômes supérieurs. D’importantes manifestations de jeunes chômeurs, de précaires et de travailleurs ont eu lieu depuis dans de nombreuses villes des alentours de Sidi-Bouzid. Puis des villes du Nord au Sud du pays et la capitale Tunis ont donné à ce mouvement l’allure d’un ras-le-bol généralisé contre le chômage, la cherté de la vie, la corruption, l’injustice des politiques sociales et économiques. Les slogans les plus répandus y mettent en cause directement la légitimité du pouvoir et de l’administration.
La seule réponse à ce mouvement pacifique au départ a été l’utilisation des forces de répression. Il en est résulté la mort par balles d’un jeune de 18 ans, et de nombreux blessés. Le président Ben Ali s’est adressé à la population, le 28 décembre, reconnaissant pour la première fois la gravité de la crise et des souffrances qui frappent les couches les plus larges de la population.
«La manière inédite qu’il a choisie pour répondre aux évènements montre clairement que l’ampleur du mouvement ébranle sérieusement le pouvoir», estime le comité de soutien au peuple tunisien qui appelle à la manifestation genevoise de solidarité avec les manifestants.

(Source: "La Tribune de Genève" (Quotiden - Suisse) le 4 janvier 2011)
Lien:
http://www.tdg.ch/geneve/actu-geneve/colere-tunisiens-exprime-geneve-2011-01-04
Sidi Bouzid ou la révolte tunisienne organisée sur Facebook

Les récents troubles au sein du régime de Ben Ali soulignent l'importance des réseaux sociaux comme l'outil indispensable de l'opposant dans un pays où l'information est verrouillée.

Les récents troubles sociaux en Tunisie, en particulier dans la région de Sidi Bouzid (centre-est, à 240km de Tunis), ont mis en lumière l'importance d'Internet et des réseaux sociaux dans un pays en proie à une importante censure.
Largement réprimés par les forces de l'ordre, les mouvements de contestation du régime du président Zine el Abidine Ben Ali ont déjà fait un mort et de nombreux blessés. Malgré une censure omniprésente, les manifestants ont su tirer parti de la puissance d'Internet pour s'organiser.

"Tout est passé par Facebook", raconte une Tunisienne à Nouvelobs.com. Ces dernières semaines, les internautes tunisiens ont été pris dans un tourbillon d'informations, en postant sur Facebook toutes les vidéos ou articles en lien avec les événements de Sidi Bouzid. Le slogan "Partager nous sauvera" s'est érigé en règle.

"En Tunisie, Internet est devenu le seul moyen pour se révolter", poursuit la jeune femme. Une situation qui rappelle l'Iran et ses manifestations post-électorales de 2009, largement reprises sur Twitter.

La Tunisie, "ennemi d'Internet"

"La Tunisie est l'un des cinq pays les plus répressifs au monde en matière d'Internet", note Lucie Morillon, responsable du bureau Internet chez Reporters Sans Frontières. La Tunisie est "un ennemi d'Internet" où sont censurés "les sites de l'opposition politique, les sites de défense des droits de l'homme, les sites d'informations dissidents, des centaines de blogs", explique-t-elle à Nouvelobs.com.

Les sites de partagent de photos et de vidéos comme FlickR et YouTube sont également bloqués, tout comme les sites faisant référence à WikiLeaks.

Mais, face à l'ampleur du mouvement de contestation à Sidi Bouzid, "le gouvernement est passé à la vitesse supérieure en bloquant une centaine de pages Facebook, en empêchant de poster des photos et vidéos, en bloquant le 'https' de Facebook [qui permet une connexion sécurisée au site, NDLR] et en bloquant certains proxys [qui permettent de contourner la censure, NDLR]. Aujourd'hui, le gouvernement a peur du potentiel de mobilisation d'un Facebook, donc ils font tout pour le bloquer", poursuit-elle.

La blogueuse tunisienne Lina Ben Mhenniis raconte que ses comptes e-mail et Facebook ont été piratés, tout comme plusieurs blogueurs engagés. "Vous pouvez nous censurer, vous pouvez nous pirater, mais vous ne pourrez pas nous empêcher d'écrire !", martèle la jeune femme.

"Internet est devenu un titan que rien ne peut arrêter"

L'information circule néanmoins toujours énormément via Facebook et les réseaux sociaux. "Internet est devenu le seul canal où l'information libre transite", tranche la responsable chez RSF.

Plus de 1,8 millions de Tunisiens disposeraient d'un compte Facebook sur 3,6 millions d'internautes à travers le pays, note ainsi le site CheckFacebook. Sur les 30 derniers jours, la Tunisie est même le troisième pays au monde où le terme "Facebook" est le plus recherché.

"Même s'il est sous haute surveillance, même s'il est entouré de barbelés, Internet est devenu un titan que rien ne peut arrêter", lance le journaliste d'opposition Taoufik Ben Brik. "Sans Internet, personne n'aurait été informé de ce qui se passe à Sidi Bouzid. Aujourd'hui, c'est le temps du web, les gens s'informent à travers Internet tout en se cachant de la police cybernétique derrière des proxys", raconte l'opposant tunisien à Nouvelobs.com.

"En Tunisie, chaque fois que l'on cherche à se connecter à un site 'sensible' politiquement, on arrive sur une 'Erreur 404', baptisée ici 'Ammar 404' [référence à une chanson populaire désignant Ben Ali, NDLR]", explique encore Taoufik Ben Brik.

"Anonymous a entendu le cri de liberté du peuple tunisien" 

Face à la censure, les Tunisiens viennent de recevoir le soutien d'un allié de taille sur le web : les Anonymous. Après leur guerre contre l'industrie du disque et leur soutien à WikiLeaks, le groupe des hackers a lancé "l'opération Tunisie".

Dans une "lettre au gouvernement de Tunisie", les Anonymous déclarent : "Vous avez unilatéralement déclaré la guerre à la liberté d'expression, à la démocratie et à votre propre peuple. Anonymous a entendu le cri de liberté du peuple tunisien. Anonymous est disposé à aider le peuple tunisien dans cette lutte contre l'oppression".

Le groupe s'est ainsi livré à de nombreuses attaques informatiques -dites de DDoS- contre différents sites gouvernementaux, mettant hors ligne plusieurs sites web dont celui du Premier ministre.

Outre ces attaques, les Anonymous ont décidé de diffuser largement aux Tunisiens des informations pour pouvoir contourner la censure. Différents sites ont été mis en place, de même qu'un compte Twitter et des canaux de discussion.

"Qui va gagner la guerre de l'information" ?

Face aux manifestations de Sidi Bouzid, le président Ben Ali s'est lancé dans une véritable campagne de communication visant à apaiser les esprits. Dans un discours, il a dénoncé "l'ampleur exagérée qu'ont pris ces événements", tout en soulignant "l'impératif de respecter la liberté d'opinion et d'expression et le souci de les consacrer dans la législation et la pratique. Nous respectons toute position dès lors qu'elle est exprimée dans le cadre de la Loi et des règles et éthique du dialogue", a-t-il affirmé.

Pour Taoufik Ben Brik, "ce qui s'est passé à Sidi Bouzid est énorme. Le peuple a réussi à casser le mythe Ben Ali, à casser l'image de ce Caligula maghrébin."

L'opposant s'élève d'ailleurs contre "une tentative de désinformation" dans les médias internationaux. "Toutes les personnes interviewées dans les médias travaillent pour des officines et cherchent à minimiser la situation. Sur France-Inter, sur Rue 89... tous sont liés à Ben Ali mais se cachent derrière un statut d'ancien opposant", lance-t-il. "Quand on dit que Nessma TV a 'cassé le blocus', c'est faux ! Le régime a autorisé cette émission spéciale", avance Taoufik Ben Brik.

"Sidi Bouzid est devenu un emblème... Ben Ali a été pris en flagrant délit de despotisme", assène l'opposant tunisien qui conclut : "Reste maintenant à savoir qui va gagner la guerre de l'information".

(Boris Manenti - Nouvelobs.com)
(Source: Nouvelobs.com le 4 janvier 2011)
Lien:
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/vu-sur-le-web/20110104.OBS5680/sidi-bouzid-ou-la-revolte-tunisienne-organisee-sur-facebook.html 


"Operation Tunisia" pour en finir avec Ben Ali


 

Verrouillés à l'intérieur d'un régime dictatorial et corrompu, des Tunisiens sont entrés en croisade pour leur liberté contre l'indéboulonnable président Ben Ali et sa clique.

Tout est parti du centre de la Tunisie, le 17 décembre dernier. Sur Debatunisie, le blogueur et caricaturiste Z rappelle avec gravité l'effroyable étincelle qui a mis le feu aux poudres. "Cette fois mes amis, il n'y a plus place à l'humour ou à l'ironie, une barrière vient d'être franchie. Un jeune de Sidi Bouzid, Mohammed Bouaziz, s'est immolé hier par le feu devant le gouvernorat suite à la confiscation par les autorités de son étalage ambulant de fruits et légumes. Ce suicide en public devait être pour lui le seul moyen de se faire entendre par un régime autiste qui a perdu tout contact avec sa population. Le jeune en question est entre la vie et la mort. Des manifestants ont exprimé leur solidarité et leur colère devant ce même gouvernorat."
Chose inouïe en Tunisie, la population proteste dans la rue. "Le régime terrorisé par la contagion a bouclé la zone et a carrément bloqué internet à Sidi Bouzid pour éviter la propagation de vidéos montrant des affrontements avec les forces de l'ordre..."

Mais le mal était fait. On dénombrera dans les jours suivant deux autres cas de suicides de jeunes au chomage, diplômés et désespérés. Le régime et ses médias aux ordres ont tout fait pour étouffer ces événements qualifiés d'"émeutes,
cas isolé, manipulation politique etc... Ils cachent la vérité et accusent l'opposition et les médias étrangers de mensonge et de tentative de déstabilisation de la Tunisie", dénonce A Tunisian Girl qui n'a pas froid aux yeux.

L'exaspération est à son paroxysme et surtout la peur semble être passée dans l'autre camp. Sinon comment expliquer que le président Ben Ali se fende d'une intervention télévisée en direct. Cette innovation ne lui a pas réussi comme le montre la vidéo comique sur Youtube : son irrévérencieux téléphone sonne en pleine allocution. "Tout un symbole ce mystérieux appel. En Feignant d'ignorer les insistantes sonneries, Ben Ali montre enfin en public cette fameuse capacité qui lui a permis pendant 23 ans d'ignorer les voix qui s'opposent à la sienne...", décrypte Z.

Près de vingt jours après, le mouvement de protestation s'amplifie dans la région et dans d'autres villes, avec des lycéens, des avocats alors qu'à Thala, le local du parti du pouvoir a brûlé... Des manifestants qui prennent de gros risques face aux gaz lacrymogènes, aux raids policiers et aux tirs à balles réelles.

Sur Internet, la critique du régime Ben Ali s'avère également périlleuse. Sur , on peut apprendre à se protéger face au verrouillage du web par la police. C'est que pour survivre dans la Tunisie virtuelle, il vaut mieux se familiariser avec toute une série de techniques informatiques. Heureusement les novices peuvent profiter
des conseils d'activistes chevronnés, par exemple sur le blog Revolution Tunisie.
D'ailleurs A Tunisian Girl rapporte qu'une cyberguerre a été lancée par un groupe de hackers nommé
Anonimous en soutien avec les manifestants tunisiens. C'est l'Operation Tunisia, initiée le 2 janvier 2010 contre des sites gouvernementaux tunisiens. Au moins huit sites officiels ont déjà été touchés dont ceux du président, du Premier ministre, des ministères de l'Industrie ou des Affaires étrangères.

"L'Europe ne doit plus soutenir Ben Ali", clame enfin
Revolution Tunisie dans une note qui démonte les deux mensonges du régime tunisien à savoir celui d'un "régime prédémocratique" et celui d'un "miracle économique". Un vœu pieux pour 2011 ! Pas sûr du tout qu'il soit exaucé par l'Elysée.

Philippe R

(Source: "Le blog des blogs" le 4 janvier 2011)

Lien: http://leblogdesblogs.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/01/04/operation-tunisia-pour-en-finir-avec-ben-ali.html


Grogne sociale en Afrique du Nord
Tunisie : Ben Ali paye le prix d’une trop sévère dictature…

mardi 4 janvier 2011  par Sandrine LEGAULT, © AfriSCOOP 
 
(AfriSCOOP Analyse) — Voici près de trois semaines que l’habituelle tranquille Tunisie est secouée par des mouvements sociaux, à travers le remue-ménage dans la ville de Sidi Bouzid. Quelle que soit l’issue de ce bras de fer avec le gouvernement central de Tunis, des signes annonciateurs d’une nouvelle Tunisie semblent se profiler à l’horizon.
« Quand les Tunisiens en auront marre de la dictature qui régente leur pays depuis 1987, ils se soulèveront comme un seul homme pour changer la donne », aimait à dire le défunt politologue togolais, Atsutsè Kokouvi Agbobli. Est-on en train d’assister en ce moment à la traduction de cette donne dans la réalité tunisienne ? Ce serait osé d’avancer une réponse positive à cette question. Dans tous les cas, depuis la prise du pouvoir par Ben Ali et compagnie, c’est bien la première fois qu’ils ont été autant ébranlés dans leurs certitudes liées à leur mainmise sur leur pays.
Qui aurait pu imaginer que les sautes d’humeur d’une partie de la population auraient pu faire sortir, à deux fois, l’impassible président tunisien de son habituel silence ? Présentée comme un modèle économique et même comme un « dragon de l’Afrique du Nord » par plusieurs observateurs, le pays d’Habib Bourguiba n’offre pas encore, visiblement, le même quotidien à ses fils et filles. Autrement dit, ils sont de plus en plus nombreux, ces Tunisiens et Tunisiennes qui restent au bas côté de la route en dépit du développement de leur Nation. « Ventre affamé n’a point d’oreille », dit l’adage. Le régime de Ben Ali est en train de l’apprendre à ses propres dépens.
La Tunisie : une véritable cocotte-minute…
A l’image de toutes les dictatures du monde, les richesses du pays africain le plus proche de l’Europe ne sont pas, de toute vraisemblance, bien redistribuées. D’où la naissance de la moyenne classe dont l’effectif ne cesse de grossir. On a beau vivre dans un Etat qui détient l’un des taux d’analphabétisme le plus bas du monde arabe ; quand on côtoie le développement et on n’a pas la chance de bénéficier de ses corollaires, on ne peut qu’à un moment se soulever, se révolter comme l’ont fait une partie des habitants de Sidi Bouzid au cours des derniers jours de l’année 2010. Les slogans « Ben Ali, ça suffit, hors la dynastie des Trabelsi (belle-famille présidentielle) » entendus ces derniers jours veulent tout dire… En d’autres termes, « la compétitivité des entreprises » qui est la marque de fabrique de l’économie tunisienne ne séduit plus.
Le régime en place en Tunisie peut donc dorénavant se rendre compte que les scores brejnéviens qu’il se donne à l’issue de chaque scrutin présidentiel, législatif ou local, ne sont que factices. Le pouvoir use et il n’y a qu’en Afrique et en Russie qu’on n’aime pas le comprendre. Une Tunisie bien gouvernée ne devrait pas offrir des candidats à l’immigration coûte que coûte en Occident comme on le voit en Afrique sub-saharienne. Et plus choquant, des volontaires à l’immigration clandestine ! Que deviennent donc les nombreuses recettes que cet Etat tire du tourisme médical ou encore de son tourisme classique ? Comment sont gérées les rentrées provenant du secteur pétrolier, de l’exportation des agrumes, de l’huile d’olive ? Les lycéens qui ont fait parler d’eux ce 03 janvier ne devraient pas être les derniers à faire entendre leurs voix en terre tunisienne. A qui le tour ?
Tunisie-politique-gouvernement Tunisie: Samir Laabidi, porte-parole du gouvernement


D'après AFP  04/01/2011 à 17:29:03

Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a désigné mardi le ministre de la Communication Samir Laabidi porte-parole du gouvernement, a annoncé l'agence gouvernementale TAP.

Cette désignation est une première en Tunisie où le gouvernement n'a jamais eu de porte-parole. Il existait seulement jusqu'alors la fonction de porte-parole officiel de la présidence confiée à Abdelaziz Ben Dhia, ministre d'Etat conseiller spécial auprès du président de la République.

    Aucune précision n'a été fournie sur les raisons de la création de cette nouvelle fonction.

    Samir Laabidi a été récemment désigné ministre de la Communication en remplacement de Oussama Romdhani limogé le 29 décembre.

    Cet aménagement s'est produit dans la foulée des troubles sociaux qui ont secoué la Tunisie ces derniers jours à la suite d'une tentative de suicide d'un jeune vendeur ambulant de légumes et de fruits dans la région de Sidi Bouzid (centre-ouest).

 

Tunisie: création d'un porte-parole du gouvernement


AP: 04/01/11 18:03
TUNIS (AP) — Le président Zine el Abidine ben Ali a décidé mardi la nomination d'un porte-parole officiel du gouvernement, fonction qui n'existait pas jusqu'alors en Tunisie.
Selon l'agence de presse gouvernementale TAP, cette fonction a été confiée au ministre de la communication Samir Laâbidi, nouvellement désigné à ce poste dans le sillage des troubles sociaux de Sidi Bouzid (centre-ouest tunisien).
L'agence ne donne aucune précision sur les raisons ayant motivé cette décision ni sur les attributions du nouveau porte-parole du gouvernement.
Jusqu'ici, seule existait la fonction de porte-parole officiel de la présidence occupée par Abdelaziz ben Dhia, ministre d'Etat conseiller spécial auprès du président de la République.
De nombreuses voix se sont élevées contre ce qui a été qualifié de silence des médias publics sur le mouvement de protestation qui a éclaté le 17 décembre dernier à Sidi Bouzid. Les troubles se sont étendus à plusieurs régions du pays, sur fond de chômage et de précarité des conditions de vie, faisant trois morts et un blessé grave.
Seule la chaîne privée Nessma TV avait diffusé, plus de dix jours après, une émission spéciale sur ces troubles qui a réuni plusieurs journalistes critiques et une avocate militante des droits de l'Homme. AP
 

Huit 'islamo-gangsters' présumés aux assises en France


Reuters Lundi 3 janvier, 17h48
 
Le procès de huit hommes soupçonnés d'avoir voulu financer la cause islamiste par des attaques à main armée en France au milieu de l'année 2000 s'est ouvert lundi devant une cour d'assises spéciale a Paris. Lire la suite l'article
Ce procès, qui doit durer un mois devant une cour uniquement composée de magistrats professionnels, illustre pour l'antiterrorisme français les liens entre l'islamisme et le grand banditisme. Il survient alors que le gouvernement a fait état, ces derniers mois, d'un risque d'attentat terroriste.
Démantelé en 2005, le groupe, composé de deux Français, d'un Franco-algérien, d'un Algérien et de quatre Tunisiens, a, selon l'accusation, été formé après des contacts en détention et ses chefs étaient en liaison avec des dirigeants d'Al Qaïda.
Son principal responsable serait le Franco-algérien Ouassini Cherifi, 36 ans, qui, à sa sortie de prison après une première peine pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, aurait entrepris de former un gang pour financer la guerre sainte en Irak.
La défense conteste toute implication des accusés dans l'islamisme radical et déplore que quatre des huit hommes comparaissent après avoir purgé cinq ans de détention provisoire.
"Il y a des amalgames qui sont faits, puisqu'on lie ce dossier au réseau Al Qaïda, alors même à mon sens que vous n'avez aucun lien de ce point de vue-là", a dit à Reuters Me Michel Hadji, un des avocats des accusés.
"Ce qui est grave, c'est qu'on a une détention provisoire de cinq ans (...) pour beaucoup d'accusés, ce qui est inacceptable. On est dans un Etat de droit, où il y a le délai raisonnable, la présomption d'innocence", a-t-il ajouté.
Selon des dépositions recueillies par les juges d'instruction et contestées par la défense, des contacts ont été pris par Ouassini Cherifi en Syrie, en Algérie et en Turquie, où l'éventualité d'attentats en France aurait été évoquée.
ATTAQUE MANQUÉE EN 2005
Toujours selon ces dépositions, ces liens auraient été noués avec un autre groupe démantelé ces dernières années, Ansar al Fath (Les Partisans de la victoire), qui se serait financé par des rackets de prostituées et était dirigé par Safé Bourada.
Ouassini Cherifi a rencontré en détention entre 2000 et 2004 Safé Bourada, un Français de 38 ans qui purgeait alors une peine de dix ans de prison pour son rôle dans les attentats islamistes de 1995 en France.
L'Algérien Mohammed Benyamina, autre responsable d'Ansar al Fath, apparaît aussi dans le dossier. Il a déclaré dans un interrogatoire en Algérie avoir envisagé de frapper l'aéroport d'Orly, le métro parisien et la DST, avec l'aide de l'argent qu'aurait amené Cherifi.
Le groupe Cherifi était organisé autour de boutiques de téléphonies et d'internet, et d'un restaurant à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui, selon l'accusation, servait de lieu de réunion.
L'enquête s'est dénouée après une attaque manquée contre un dépôt de fonds de la société Securitas le 7 octobre 2005 à Beauvais (Oise). Il avait échoué car les explosifs utilisés n'avaient pas fait assez de dégâts pour ouvrir un accès.
Un enregistrement de vidéosurveillance montre trois hommes, dont, selon l'accusation, Ouassini Cherifi, qui nie cependant toute participation.
Une perquisition dans un garage appartenant au groupe a permis aux policiers de découvrir un stock de 19 bâtons de dynamite, deux fusils d'assaut, plusieurs revolvers et pistolets, des talkies-walkies, un pull-over de la gendarmerie et des plaques de la police.
Thierry Lévêque avec Pauline Mével, édité par Yves Clarisse

Tunesiens Erzübel der Korruption
Von Wikileaks veröffentlichte Papiere beleuchten das schamlose Treiben der Präsidentenfamilie


Annegret Mathari
Eine Welle sozialer Unrast hat Tunesien erfasst. Sie ist ein Anzeichen für die mangelnde Leistungsfähigkeit von Politik und Wirtschaft. Schuld daran ist die allgegenwärtige Korruption, vor allem jene der Familie des Präsidenten Ben Ali.
mri. Genf · Der tunesische Staatspräsident Ben Ali hat am Dienstagabend auf die seit knapp zwei Wochen anhaltenden Proteste von Studienabgängern gegen Arbeitslosigkeit und Korruption reagiert. In einer Fernsehansprache rief er zur Ruhe auf und kündigte hohe Strafen für die Verantwortlichen an. Gewaltsame Demonstrationen seien inakzeptabel, sie schadeten dem Image Tunesiens im Ausland und schreckten Investoren und Touristen ab, sagte der Staatschef. Am Mittwoch ersetzte er den Kommunikationsminister Romdhani durch den bisherigen Minister für Jugend und Sport, Samir Abidi.
Dein ist mein
Die Proteste gegen Korruption sind, anders als Ben Ali es sieht, wohlbegründet. Unter dem Titel «Was dein ist, ist mein» hat bereits im Juni 2008 der damalige amerikanische Botschafter Robert Godec in Tunis in einer von Wikileaks veröffentlichten Depesche die organisierte Korruption der Präsidentenfamilie aufs Korn genommen. Werde «die Familie» erwähnt, sei klar, von welcher Familie im Land die Rede sei. Ob Geld, Dienstleistungen, Land, Eigentum oder sogar Jachten – die Familie von Präsident Ben Ali bekomme immer alles, was sie begehre, schrieb der Botschafter. So habe der Staat Ben Alis zweiter Frau Leila Trabelsi ein erschlossenes Grundstück gratis für den Bau einer Privatschule zur Verfügung gestellt. Diese Schule sei inzwischen wieder verkauft worden. Sakhr al-Materi, ein Schwiegersohn Ben Alis, der offenbar als dessen Nachfolger aufgebaut werde, habe einen «riesigen» Herrschaftssitz auf einem Grundstück erworben, das der Staat zuvor enteignet habe, offiziell zuhanden der Wasserversorgungsbehörde. Ein anderer Schwiegersohn, Marouane Mabrouk, habe 17 Prozent der Banque du Sud kurz vor deren Privatisierung gekauft, um die Aktien dann mit einem hübschen Gewinn an ein spanisch-marokkanisches Bankenkonsortium zu veräussern. Über die zweifelhaften Geschäfte «der Familie» hinaus seien die Tunesier auch der Korruption von Staatsangestellten – Polizisten, Zollbeamten und Angestellten in Ministerien – ausgesetzt, berichtete der amerikanische Botschafter weiter. Er zitierte einen Gesprächspartner, der ihm im Scherz mitgeteilt habe, mit der Inflation seien auch die Schmiergelder stark gestiegen.
Laut Godec wirkt sich diese Korruption äusserst negativ auf die Wirtschaft aus. Die tunesischen Investoren, die den langen Arm «der Familie» fürchten, verzichteten auf Investitionen. Dies wiederum bewirke eine geringe Investitionsrate und wirke dem Abbau der Arbeitslosigkeit entgegen. Leila Trabelsi und ihre Verwandten erregten den Zorn der Tunesier am meisten. Es sei jedoch kaum zu glauben, dass der Staatspräsident selber sich des wachsenden Korruptionsproblems nicht bewusst sei. Leila Trabelsis Bruder Belhassen werde in Gerüchten nachgesagt, in Enteignungen und die Erpressung von Bestechungsgeldern verwickelt zu sein. Belhassens beträchtlicher Besitz umfasst eine Fluggesellschaft, mehrere Hotels, eine Immobilienfirma sowie einen der beiden privaten Radiosender.
Ausländer geschont
Ausländische Investoren seien bisher nicht abgeschreckt worden, hielt Godec weiter fest. Sie seien laut tunesischen Geschäftsleuten kaum betroffen von der Korruption, möglicherweise, weil sie von ihren jeweiligen Botschaften und Regierungen unterstützt würden. Die tunesische Regierung konzentriere sich vor allem darauf, Auslandinvestitionen anzulocken, speziell im Offshore-Sektor (dazu zählen Textilfirmen, die ausschliesslich für den EU-Markt produzieren).
 
Belhassen Trabelsi habe einmal versucht, Druck auf ein deutsches Unternehmen auszuüben. Doch nachdem die deutsche Botschaft interveniert habe, sei er ermahnt worden, von Offshore-Firmen die Finger zu lassen. Es gebe aber auch Hinweise darauf, dass auf ausländische Unternehmen Druck ausgeübt worden sei, sich mit dem «richtigen» tunesischen Partner zusammenzutun. So habe sich McDonald's nicht in Tunesien niedergelassen, weil der Konzern die Lizenz nicht einer Person mit Beziehungen zur «Familie» habe geben wollen. Laut dem amerikanischen Botschafter beeinträchtigen die mangelnde Transparenz und die fehlende Rechenschaftspflicht im tunesischen politischen System auch die Wirtschaft. Die Korruption sei das allgemein bekannte, aber von niemandem zugegebene grosse Problem Tunesiens.
 
(Source: Neue Zürcher Zeitung (Quotidien - Suisse) , le 30 décembre 2010)
LES FRASQUES DU PALAIS...ENCORE ET ENCORE!!!

par Slim BAGGA: REVEILLE-TOI
 
L'ENVIRONNEMENT, LES AFFAIRES, SAMIRA TRABELSI , NAIMA BEN ALI ET ISRAEL
 
Lorsqu'on entend la propagande tunisienne sur l'environnement, on a peine à imaginer que la Tunisie de Ben Ali n'ait pas encore obtenu le statut avancé. Réveille-toi Daniel Cohn Bendit, que veux-tu au grand Ben Ali?
Rue de l'Environnement, boulevard de l'Environnement, discours sur l'Environnement. C'est Byzance en Tunisie
Mais l'Europe va être saisie prochainement de procédés plus que douteux.
Suivez donc l'affaire. Un bâteau labellisé "TAKA ISLAND" a quitté Bizerte récemment à destination d'Israel. Ce bâteau contenait 7500 tonnes de déchets sidérurgiques. A quoi serviraient-ils? A recycler les cartouches, les balles en Israel. Le contrat pour les commissions fut signé entre les intéressés israéliens et Mohamedl Trabelsi, fils de Adel,  à Dubaï, là où Leila Ben Ali détient une grosse partie de ses détournements.
L'officier exclusif de la douane pour enregistrer ces "transactions" s'appelle Yassine Chennoufi.
Jusque-là, il réussit sa mission, mais j'avertis les Tunisiens qu'un autrre bâteau va quitter les quais , pour la même destination.
Naima BEN ALI, quant à elle, prend sa part sur la marchandise qui sort des ports tunisiens où la majorité des box sont sous contrôle. Destination: Bien sûr Israel, parmi d'autres destinations.
Venues de ma part, ces informations doivent incessamment permettre au Mossad de me couper les vivres.
Je ne sais qui mérite le site "Bilmakchouf", moi, ma famille?
Tunis qui aide Israël à produire des balles, des cartouches, contre commissions faramineuses, au nom aussi de la sauvegarde de l'environnement, cela mérite d'être signalé. Les balles (cartouches) tuent les Palestiniens? Mais non, mais non, cela rapporte juste beaucoup d'argent aux Trabelsi... Et TOC...
 
SLIMENE OURAK
 
D'ailleurs, ledirecteur des Douanes, Slimene OURAK, dont le bras droit le bras droit est Yassine Chennoufi, officier de la douane, a été promu ministre du commerce en pleine tourmente. Tout le monde n'y a vu que du feu. En fait, il a été promu ministre du Commerce car sa mission a été accomplie . Quel rapport avec  les événements de Sidi Bouzid? Aucun!
Juste pour faire diversion! L'actuel ministre du Commerce doit être jugé pour avoir facilité le trafic contre des Palestiniens, et au profit des commissions touchées par Leila Trabelsi...
 
SAMIRA TRABELSI ENCORE...
 
Les tomates en grappes, appelées cerises, vendues à Israel, sont cultivées à Gabes sous le contrôle de qui? Samira Trabelsi, bien sûr. A part ça, il n'y a pas de commissions; pas Ouzifa Trabelsi, pas Peres Trtabelsi, rabbin de  Djerba et qui contröle Gabes...C'est fou? Non, c'est du Tabelsi, c'est du Ben Ali...
 
Slim BAGGA
 
Demain, l'affaire des Marabouts et des serpents, et ce n'est pas fini
Demain, le maraboutisme en Malaisie
CE QUE JE CROIS


Par SONIA.D
Les démocrates tunisiens doivent aujourd'hui, plus que jamais se bouger dans un seul sens , définir et communiquer un projet rassembleur. Aujourd'hui plus que jamais pour nous , il s'agit d'être dans la transparence et la crédibilité, et apparaître comme une force de progrès et de transition face à une dictature délétère et aux abois.
La priorité, c'est d'apparaître comme un contre-pouvoir légitime et porteur de solutions et d'espoir pour la Tunisie, la prise du pouvoir, en tant que tel, est secondaire, car pour qu'elle soit constitutionnelle, elle se posera après le départ de la dictature, et l'instauration d'une période transitoire pour installer juridiquement et constitutionnellement la Démocratie.
 
La société civile tunisienne, la société tout court, celle des petites gens est  en train de se révolter, de se "civiliser" sous l’influence des événements internationaux, et aussi, il faut le reconnaître grâce au travail d'une poignée d'activistes convaincus,  que seule la démocratie dans ses généralités est porteuse d'une vision sociétale d'ensemble, une vision rationnelle qui peut sortir la TUNISIE de sa torpeur, et arrêter  ce processus de dégénérescence,  qui aujourd'hui dans le subconscient collectif des tunisiens, semble plus, tenir de la résignation et du fatalisme, que d'une vérité historique avérée .Désormais, après SIDI BOUZID, les choses ne seront plus jamais les mêmes;  la volonté de beaucoup de tunisiens tient d'un optimisme prometteur,  du fait  des rapports et des échanges internationaux, des données historiques et ne l'oublions jamais des réels potentialités des tunisiens.
 Ces tunisiens , qui sont à l'écoute,  c'est important,  de leur environnement immédiat, celui de l'Afrique, des  nations africaines bien plus démunies que nous, qui se sont démocratisées  sans peurs et sans reproches, et du monde entier,  ne sont plus naifs à la tricherie et aux combinaisons des uns et des autres.
Cette révoltes, ces révoltes de Libération, ces jacqueries qui depuis quelques temps secouent la TUNISIE profonde, celle qui tient  dans ses profondes douleurs la patrie à bout de bras, ,sont en train de  transformer en profondeur,  nos visibilités militantes;  à travers un compromis historique entre ce qui reste des classes moyennes lessivées par les voyous, les arrivistes et les médiocrates de la dictature mauve  et les forces sociales progressistes, celles du mouvement citoyen , engagées depuis longtemps  dans le combat républicain,  qui prennent consciences  que leur division sert, dans l'absolu,   les ambitions d'une dictature aux abois, rien qu'elles, aux dépend de toutes les autres, et  de la grandeur de notre pays.
Pour sortir des ténèbres et du marasme morbide de 60 ans de dictature, nous devons dés maintenant  organiser une sorte de dialogue social, qui dépasse  largement les limites  des conditions partisanes , celles qui sont depuis toujours, et qui ont maintenu la Tunisie, à leurs manières et façons de faire, et leurs prétentions, dans l'échec, un échec terrible dont les générations  tunisiennes, plus que jamais,  paient aujourd'hui le lourd tribut, dans les affres de  la désorganisation, le nihilisme et le bricolage.
Les impératifs de  l'organisation sociale et politique doivent nous  obliger  au dialogue social et à toute forme de rapports avec le monde. Une partie de l'opposition démocratique,  n’a pas su assez rapidement renouveler ses analyses et constater que la situation avait changé dans notre pays, les mentalités ont évolués et les mots d'ordre doivent  être l'écho des réalités et du vécu des tunisiens, désormais,  tout se passe dans le sacrifice et la rue, les cénacles sont aussi méprisés que les arcanes et les officines de la dictature; les morts d'aujourd'hui, la répression, sont aussi de notre responsabilité, les démocrates n'ont pas réprimés, n'ont pas tiré sur la foule, certes, mais nous n'avons pas prévu et surtout prévenu la folie de BEN ALI. 
France – Edition : Best-seller surprise pour un résistant âgé de 93 ans

AFP, le 4 janvier 2011
 
Paris-  Avec 500'000 exemplaires vendus en deux mois, "Indignez-vous !", est devenu un phénomène politique et médiatique en France. Ce court manifeste de 20 pages -vendu 3 euros. est signé Stéphane Hessel, résistant à l'occupation nazie et figure humaniste de la gauche française.
"Le motif de base de la Résistance était l'indignation. Nous, vétérans des mouvements de résistance, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l'héritage de la Résistance et de ses idéaux. Nous leurs disons: prenez le relais, indignez- vous", écrit cet ancien diplomate âgé de 93 ans.
Né en 1917 à Berlin dans une famille juive, naturalisé français en 1937, Stéphane Hessel a été résistant. Rescapé du camp de concentration de Buchenwald, il a été l'un des rédacteurs de la
Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. Alors que "la fin n'est plus bien loin", ce militant social- démocrate s'adresse notamment aux jeunes. Il veut les aider à
identifier "les raisons de s'indigner", "moins nettes dans un monde trop complexe" qu'à l'époque du nazisme ou de la décolonisation où "c'était relativement simple".
Son inventaire reste très général. En France, il s'en prend à la politique du président Nicolas Sarkozy, dénonçant une "société de soupçons à l'égard des immigrés", la "remise en cause des retraites" ou le pouvoir "insolent" de l'argent avec "ses propres serviteurs jusque dans les plus hautes sphères de l'Etat".
Au niveau mondial, c'est "la dictature des marchés financiers", "l'écart entre les très riches et les très pauvres qui ne cesse de s'accroître". Le blocus de Gaza ("son indignation principale") "peut
expliquer l'envoi des rockets du Hamas" sur Israël.
Lancé le 20 octobre à 8000 exemplaires par Indigène, une petite maison d'édition du sud de la France, "Indignez-vous!" a été porté par des réseaux associatifs et de libraires indépendants. Il caracole en tête des ventes avec son prix modique de 3 euros (3,75 francs).
"On prépare le onzième tirage. Cela fera 800'000 exemplaires !", compte l'éditrice Sylvie Crossman. Elle a reçu de nombreux mails de lecteurs enthousiastes et des demandes d'interviews ou de conférences du nonagénaire.
"Par son aura personnelle et sa vie extraordinaire, Stephane Hessel fait le pont entre la grande résistance historique et des petites pratiques de résistance au quotidien. C'est un cri de ralliement de toutes les indignations" souligne-t-elle.
Dans un climat social tendu, marqué par la crise et l'échec des grandes manifestations de l'automne contre la réforme du régime des retraites, "Hessel a catalysé l'attente de beaucoup de Français",
renchérit le philosophe Edgar Morin. "Son message, c'est : Osez, manifestez, ne restez pas dans la résignation".
Mais le succès dépasse les frontières et des demandes de traduction affluent de toute l'Europe, mais aussi de Corée du Sud ou des Etats-Unis. "Nous sommes aussi enthousiasmes que les lecteurs français", écrit une libraire de Namur, en Belgique.
Du fait de ses propos sur la Palestine, "un journaliste du grand quotidien turc Hürriyet lui a dit que le cœur des stambouliotes battait à l'unisson d'Indignez-vous !" rapporte l'éditrice. Et "un journaliste japonais lui a demandé si son livre ne reflétait pas la gravité de la situation du monde".
A seize mois de la présidentielle française, Stéphane Hessel se dit conscient d'avoir créé une attente sur une suite politique à son livre.
Mais le vieil homme, qui plaide pour une candidature de la patronne du Parti socialiste Martine Aubry, se veut lucide,
admettant que l'indignation n'est pas un programme électoral. "Indignez-vous!, ce n'est pas grand chose, c'est peut-être le premier étage d'une fusée", résume-t-il.
AFP
 
«Indignez-vous!», un message porteur

Par Caroline Stevan

Le livre de l’ancien résistant et désormais nonagénaire Stéphane Hessel dépasse le million d’exemplaires

C’est un titre de livre qui résonne comme un cri, un appel. Entendu par des centaines de milliers de personnes. Indignez-vous!, de Stéphane Hessel, ancien résistant et rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, est le phénomène littéraire du moment. Publié par une petite maison d’édition montpelliéraine – Indigène –, l’ouvrage a été réimprimé neuf fois en deux mois. Huit milleexemplaires au départ. 1,2 million aujourd’hui, dont un quart viennent juste d’être commandés.

Partout, les librairies réclament de nouvelles piles pour satisfaire leurs clients. En Suisse, 6000copies ont été distribuées, mais Payot déplorait lundi des rayons vides dans certains de ses magasins. Le livre s’est hissé à la sixième place de ses ventes la semaine passée – juste derrière Largo Winch et devant Houellebecq – et à la quatrième à la Fnac. Des demandes de traduction émanent de Slovénie, de Corée du Sud, du Liban, de Finlande, d’Israël ou encore de Grande-Bretagne.

Ce succès, sans doute, tient à la forme de la diatribe: 32 pages pour 3 euros (5 francs). «Je n’ai pas souvenir qu’un essai se soit vendu si bien dans la sphère francophone ces quinzedernières années. Un livre du même auteur en 300pages et à un autre tarif n’aurait certainement pas eu cette audience», relève Luc Fougere, directeur commercial de Payot.

Mais l’enthousiasme des lecteurs réside aussi, évidemment, dans son message. Stéphane Hessel s’indigne; de l’existence des sans-papiers; du mauvais traitement réservé à la planète; de la situation au Proche-Orient; de l’écart des richesses dans le monde, etc. «Ce livre marche parce qu’on assiste à un retour de l’engagement, analyse Sylvie Crossman, cofondatrice d’Indigène Editions avec Jean-Pierre Barou. Cela ne se manifeste pas forcément dans les partis politiques, mais dans une pratique au quotidien qui vise à transformer la société, par exemple en adhérant à des organisations comme Attac ou Amnesty International. Stéphane Hessel cimente tout cela.» Pour l’éditrice, le titre est une autre raison de l’engouement: «Il apporte une dimension morale, éthique ainsi que l’idée d’une suppression de la hiérarchie. C’est à la fois un réveil des consciences et un message libertaire.»

L’époque, donc, serait à la contestation. Indignez-vous! s’inscrit dans une collection lancée en 2009 par Indigène, «Ceux qui marchent contre le vent». Elle fait la part belle aux révoltés de toutes sortes et son précédent opus – Je suis prof et je désobéis – fut déjà un petit succès. Le prochain sera le témoignage d’une ancienne prisonnière de Fleury-Mérogis. Les éditeurs, deux anciens journalistes connus pour leur engagement, ont sollicité Stéphane Hessel après avoir entendu un discours prononcé sur le plateau de Glières et évoquant le devoir d’indignation. Trois entretiens ont eu lieu au printemps 2010 afin de donner corps au texte, «sorte d’appel du 18 juin adapté à la modernité», toujours selon Sylvie Crossman.

La figure de Stéphane Hessel, résistant déporté à Buchenwald, confère une légitimité quasi intouchable à ses indignations, qu’il appuie sur les mesures votées en 1944 par le Conseil national de la Résistance et sur la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

«L’Hexagone nourrit l’image, erronée je pense, d’une exception française de la résistance. C’est le village gaulois qui lutte seul contre les bulldozers. L’ouvrage de Stéphane Hessel flatte cette représentation et lui-même est le témoin des dernières heures glorieuses du pays en termes de lutte sociale et de résistance», analyse la sociologue Isabelle Sommier. «Ce livre est extrêmement touchant parce que Stéphane Hessel parle à partir de ce qu’il a vécu, comme résistant, déporté et coauteur de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, confirme Marlyse Pietri-Bachmann, directrice des Editions Zoé, distributeur suisse d’Indignez-vous!. Il assume notre histoire et demande aux gens de faire de même.»

La révolte du nonagénaire, en outre, s’inscrit dans un contexte favorable. L’ouvrage est sorti le jour où la réforme des retraites est passée au forceps en France, les déçus du sarkozysme se multiplient, la globalisation déboussole… La récupération politique, déjà, se fait sentir. Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou sont assaillis de coups de fil politiciens.

Stéphane Hessel en dates

Caroline Stevan

Biographie de cette figure de la Résistance qui appelle les Français à s’indigner

1917 Naissance à Berlin dans une famille d’origine juive. Son père est traducteur, sa mère inspire l’histoire de Jules et Jim, roman de Henri-Pierre Roché adapté par Truffaut.

1937 Stéphane Hessel est naturalisé français.

1941 Rejoint le général de Gaulle à Londres.

1944 Arrêté en France et déporté à Buchenwald.

1946 Entre aux Nations unies.

1948 Collabore à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

1981 Nommé ambassadeur de France.

1996 Médiateur dans l’affaire des sans-papiers de l’église Saint-Bernard.

2009 Appelle au boycott des produits israéliens.

Stéphane Hessel: «Je ne suis pas un prophète»

Caroline Stevan

Le Temps: Etes-vous surpris par le succès de votre livre?

Stéphane Hessel: Je m’attendais à une bonne diffusion mais pas à des centaines de milliers. Je pense que le sujet, le titre, la brièveté du texte et le fait qu’il soit bon marché expliquent cela. Le moment est également favorable; j’ai écrit pour la France, or l’atmosphère y est à l’inquiétude. Le président n’a pas une bonne cote mais l’on ne voit pas qui pourrait le remplacer. A cela s’ajoutent la crise économique et le manque de valeurs fondamentales.

– Qu’espérez-vous?

– Ce livre est une incitation à agir et pas seulement à râler. Il y a deux principaux défis nécessitant d’intervenir et vite: la protection de la planète et les dysfonctionnements de l’économie financiarisée.

– Comment agir?

– A chacun de chercher ce pour quoi il a envie de s’engager, mais les valeurs du Conseil national de la Résistance et de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme sont des espèces de programmes qu’il s’agirait de réaliser.

– Quelle est la priorité?

– L’écart croissant et terrible entre les très pauvres et les très riches. Nous avons besoin de justice sociale. Cela dit, tous les problèmes sont interconnectés.

– Vous incarnez la révolte à 93 ans, un paradoxe?

– J’ai connu les grands bouleversements du siècle. La guerre, la décolonisation, la fin de l’apartheid, l’émergence d’une conscience environnementale, la démolition de Gaza… J’ai la chance d’avoir conservé un fondamental optimisme et le sentiment que si l’on ne se laisse pas aller au découragement, on vit une vie magnifique. En tant que résistant, déporté, ou promoteur de la liberté en Algérie, je me suis confronté à des problèmes difficiles et supposant un affrontement continu. On m’a dépeint un jour comme un «Sisyphe heureux», c’est vrai. Il y a eu beaucoup d’échecs, mais ils ne m’ont pas découragé.

– De nombreux pays espèrent une traduction de votre livre. Et vous?

– Un libraire israélien souhaite traduire mon texte en hébreu; j’en serais d’autant plus ravi que je ne suis pas tendre avec ce gouvernement. Cela dit, je ne suis pas un prophète. Je suis plus frappé par cette diffusion que j’en suis avide. Je préférerais que l’on s’intéresse à des ouvrages plus sérieux comme celui de Susan George.

(Source : « Le Temps » (Quotidien – Suisse), le 4 janvier 2011)

Home - Accueil - الرئيسية