Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /customers/1/6/a/tunisnews.net/httpd.www/libraries/cms/application/cms.php on line 470 01Juin10f
طباعة
الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

01Juin10f

Home - Accueil

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
10 ème année, N° 3661 du 01.06.2010
 archives : www.tunisnews.net 
LTDH: Pour qu’Israël ne jouisse plus de l’impunité !
Association Tunisienne des femmes democrates: Communiqué
Parti « Tunisie Verte »: Gaza nouvelle agression israélienne contre le peuple palestinien
CCTE:  L'opposant tunisien Saafi Dbouba en grève de la faim pour exiger sa libération
Tunisia Watch: Menaces et raid nocturne contre la maison d’un opposant
Xinhua: La Tunisie préconise une stratégie propre à garantir l'autosuffisance en eau
AP: Gaza: milliers de manifestants à Tunis
AFP: Des centaines de manifestants anti-israéliens à Tunis
AFP: Flottille: l'UE et la Russie veulent une "enquête complète et impartiale"
ATS: L'OTAN demande à Israël de libérer immédiatement détenus et bateaux
AFP: Gaza/flottille: "le sionisme est le nouveau visage du fascisme"
AFP: Cinq Palestiniens tués dans le sud d'Israël et dans la bande de Gaza
Le Point: La communauté internationale réclame ses ressortissants à Israël
AFP: Turquie: 4 condamnations à perpétuité pour un mort sous la torture en prison

Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme
Tunis le, 31 Mai 2010
Communiqué
(Traduit de l’arabe)
Pour qu’Israël ne jouisse plus de l’impunité !


       Les forces d’occupation israéliennes ont commis à l’aube de ce jour, lundi 31 mai 2010, un crime odieux en attaquant la flottille « Liberté pour Gaza » alors qu’elle était dans les eaux internationales en direction vers la Bande de Gaza assiégée transportant des denrées alimentaires, des articles médicaux, des matériaux de construction et des maisons préfabriquées.
       Les forces israéliennes héliportées et soutenues par des bâtiments de la marine de guerre ont ouvert le feu sur les activistes qui étaient à bord des bateaux en tuant un grand nombre (19 tués selon les premières informations de l’après midi) et en blessant cinquante autres. Tous les bateaux ainsi que les passagers ont été séquestrés.
       Le Comité Directeur da la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme condamne avec véhémence cette agression barbare contre des citoyens sans armes venant de plus de quarante pays pour exprimer leur solidarité avec la population de Gaza assiégée.
        Le Comité directeur considère qu’il incombe impérieusement à la Communauté internationale de dénoncer à haute voix ce nouveau crime d’Israël, le Comité appelle les Nations Unies à prendre les dispositions pratiques pour sanctionner les auteurs de ce crime qualifié aujourd’hui de « bain de sang » par le  Secrétaire Général Ban Kee Moon. Les Nations Unies doivent également trouver les moyens susceptibles  de lever le blocus sur Gaza, mettre fin à l’occupation, permettre le retour des réfugiés et instaurer l’Etat Palestinien ayant El Kods comme capitale.
         Le Comité Directeur lance à tous les épris de liberté à travers le monde un appel pour se dresser devant le terrorisme arrogant d’Israël et de mettre toute la pression nécessaire sur les gouvernements qui protègent Israël en lui permettant de perpétrer quotidiennement, et dans l’impunité totale, ses crimes faisant de plus en plus de victimes et de toutes les catégories.
         Il appelle plus particulièrement les pays arabes limitrophes de la Palestine occupée pour briser le blocus imposé au peuple palestinien et demande au gouvernement égyptien d’ouvrir les frontières avec la Bande de Gaza et de ne pas participer, sous quelque forme que ce soit, au blocus injuste contre le peuple palestinien. Il appelle, par ailleurs, les gouvernements arabes d’arrêter toute forme de collaboration avec le gouvernement de l’occupation israélienne. 

Pour le Comité Directeur
Le Président
Mokhtar Trifi
21, rue Baudelaire – El Omrane – 1005 Tunis – Tél : 71.280596 – Fax : 71.892866
E-mail : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 


Association Tunisienne des femmes democrates
Tunis, le 1 juin 2010 
Communiqué

 
L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates dénonce énergiquement l’agression israélienne contre la caravane de la liberté partie de la Turquie dans une action de solidarité avec le peuple palestinien à  Gaza assiégée. Cette caravane humanitaire avait pour but de briser le blocus illégal décidé par Israel. Les israéliens, en commettant ce crime contre un bateau humanitaire  dans les eaux internationales ont encore une fois fait fi de toutes les lois internationales et ont transgressé  toutes les valeurs humanitaires.
 
Nous femmes démocrates exprimons notre solidarité à tous ceux qui sont tombés victimes de l’agression israéliennes .Nous affirmons notre solidarité avec la caravane de la liberté ainsi qu’avec toute action  pour la paix dans le monde et pour la cause juste de la Palestine
 
Nous appelons la communauté internationale à mettre fin à ce terrorisme que ne cesse de perpétrer l’Etat d’Israël. Nous l’appelons à faire preuve de fermeté et de prendre des sanctions en veillant à leur application.
Nous appelons tous les peuples pour la paix à exercer toutes les formes de pression envers leurs gouvernements respectifs pour se dresser contre Israël et sa politique belliqueuse.
 
Nous femmes démocrates sommes solidaires du peuple palestinien pour son droit à édifier  un Etat viable et souverain fondé sur les principes de démocratie, de justice et d’égalité en citoyenneté et en droits.
 
Pour l’ATFD
La Présidente
Sana Ben Achour
 
Parti « Tunisie Verte »
GAZA NOUVELLE AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE LE PEUPLE PALESTINIEN

 
L’armée israélienne a attaqué aujourd’hui le 31 Mai 2010 à l’aube et dans les eaux territoriales internationales à 70 miles de Gaza la flottille humanitaire pour secourir la  population Gagaouzie affamée et réduite à la mendicité.
Les pertes humaines sont évaluées momentanément d’après la télévision israélienne à 19  morts et 42 blessés parmi les volontaires humanitaires et militants de la société civile  internationale.
En effet plus de 32 nationalités ont secouru la population de Gaza.
Depuis  2007,le  blocus  imposé  par  l’armée israélienne a réduit  80% de la  population  de  Gaza  à  la  pauvreté  et l’indigence  totale.
En  2008  l’agression  de l’armée israélienne à Gaza a fait 1500 morts (en majorité des  enfants, des femmes et des personnes âgées). Et depuis 500 autres palestiniens sont morts  suite à ce blocus.
Cette agression a réduit toute l’infrastructure du pays et a engendré 12 milliards de dollars de  perte pour l’économie palestinienne.
Nous militants du parti « TUNISIE VERTE », condamnons cette nouvelle agression et exprimons notre soutien au peuple palestinien et demandons la levée immédiate du blocus  inhumain de Gaza.
 
Abdelkader Zitouni
Coordinateur National du parti « Tunisie Verte »
Membre du Parti Vert Européen,
Membre de la fédération des verts africains,
Membre chargé de la coordination des verts africains en Afrique du Nord.
Membre de "Global Greens".
E- mail : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
Tel : 00.216.98.510.596
Fax : 00.216.71.750.907
 
Collectif de la Communauté Tunisienne en Europe
1 rue Cassini – 75014 Paris – Tél. : +33 1 43 29 68 98

Communiqué de Presse:

L'opposant tunisien Saafi Dbouba, le plus ancien détenu à Kirklareli
en grève de la faim pour exiger sa libération
après trois ans de détention injustifiée
 
Nous venons d'apprendre que l'opposant tunisien M. Saafi Dbouba a entamé depuis le 27 mai 2010 une grève de la faim illimitée pour demander sa libération immédiate du camp de détention de Kirklareli en Turquie dénoncé par les ONG pour ses conditions inhumaines.
M. Dbouba est actuellement le plus ancien détenu de ce tristement célèbre camp de Turquie.
Il a fui la Tunisie en 1990 suite à la répression anti-Nahda et il a pu finalement s'installer en Turquie en 1996 où il a obtenu la protection de l'UNHCR. Mais en juin 2007, il a été arrêté par les autorités turques qui l'ont soupçonné de liens avec un mouvement terroriste, accusation qui a été vite rejetée par les tribunaux turques en janvier 2008, mais au lieu d'être libéré et dédommagé, il a été aussitôt mis en détention en vue de son expulsion en Tunisie. Mais cette procédure a été stoppée par la Cour européenne qui statue actuellement sur l'illégitimité de sa détention.
M. Dbouba a entamé à plusieurs reprises des mouvements de grève de la faim pour protester contre les conditions de sa détention et demander sa libération.
Cette détention est d'autant plus injustifiée que la Cour européenne a demandé la libération de nombreux détenus du même camp se trouvant dans la même situation que M. Dbouba. La Turquie doit respecter la jurisprudence et le droit européen et en particulier la Convention européenne des droits de l'homme dont elle est co-signataire.
Notre Collectif s'adresse aux autorités turques pour leur demander la libération immédiate de notre compatriote M. Dbouba injustement accusé de terrorisme et injustement détenu dans un des camps les plus dénoncés internationalement pour ses conditions contraires aux normes et aux principes humanitaires.

Paris, le 1er Juin 2010

Le Président
Dr. Mondher Sfar
Contacter M. Dbouba : +905399707944 (ou : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.)
Copie à:
M. Thorbjorn Jagland, Secrétaire Général du Conseil de l'Europe
M. le Président de la Cour Européenne
M. le Ministre des Affaires Etrangères de Turquie
M. Le Ministre de l'Intérieur turc
M. Le Directeur de l'UNHCR Ankara
Amnesty International Ankara

  Menaces et raid nocturne contre la maison d’un opposant


Dans la nuit du 29 au 30 mai courant, Dhaher El- Meessadi et sa famille ont été réveillés par un tapage injurieux (bruits et coups) qui a semé la terreur dans la paisible maison. Jets de pierres sur la porte, les murs et les fenêtres, injures tonitruantes et, qui pis est! menaces de mort: tout cela s’est passé à Métouia, petite ville de la banlieue nord de Gabès, en Tunisie, le pays de la sécurité, des institutions et des lois.
Cet abominable tapage nocturne a duré trois heures aux dires de Dhafer. Trois heures au cours desquelles le cri: » Nous vous égorgerons, traîtres de la Patrie » a été répété sans arrêt. Et comme si la menace de mort ne suffisait pas, comme si la terreur de cette famille avait besoin d’être amplifiée davantage les auteurs de cet acte criminel sont allés plus loin. Ils ont défoncé la porte de la maison, ce qui a forcé la famille à échapper in extremis par-derrière pour chercher refuge chez des voisins. Dhafer, quant à lui, a dû sauter par dessus la clôture de la maison pour aller prévenir la police, les appels téléphoniques entre-temps lancés étant restés sans réponse.
Au pays de la sécurité
Arrivé au poste de police, Dhafer à beau frapper à la porte, beau crier qu’il avait instamment besoin d’assistance, il ne reçoit en guise de « secours » que la notification verbale de l’agent assurant cette nuit-là la permanence: « le poste est fermé à partir de 18 h« .
Au pays de la sécurité, des institutions et des lois, voila un exemple, et non des moindre, du devoir scrupuleusement accompli par ceux qui veillent sur notre sécurité nationale. Est-il besoin de rappeler que la non-assistance à une personne en danger, dans tous les pays et sans exception pour le nôtre, est un délit sanctionné par le code pénal.
Nous ne nous permettrons pas d’anticiper sur les suites que les autorités tunisiennes donneraient à cette affaire, mais il y a fort à parier que cet agent, irresponsable ou complaisant, au mépris de la loi et des institutions officielles ne sera pas poursuivi.
Pourquoi?
Parce que Dhafer El-Messadi est militant actif de l’U.G.T.T (Union Générale des Travailleurs Tunisiens) et du P.D.P. (Parti Démocratique Progressiste). Parce que les opposants, leurs familles, amis sympathisants et compagnie sont des « traîtres« . Parce que la sécurité nationale n’est assurée qu’aux « citoyens honnêtes et rangés« . Parce que les auteurs de ce tapage nocturne sont justement des citoyens honnêtes et rangés.
Témoignage posté par Ahmed Amri – le Dimanche 30 mai 2010

(Source: Tunisia Watch le 30 mai 2010)
Lien: http://www.tunisiawatch.com/?p=2483

La Tunisie préconise une stratégie propre à garantir l'autosuffisance en eau


Publié le 2010-06-01 09:03:10 | French. News. CnTaille du texte

TUNIS, 31 mai (Xinhua) -- La Tunisie appelle à mettre en place une stratégie propre à garantir l'autosuffisance en eau pour la région du Moyen-Orient et du Nord de l'Afrique (MENA).
Andessalem Mansour, ministre tunisien de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, a lancé cet appel lundi lors la 5e édition du forum international des partenaires sur la gouvernance de l'eau, organisée à Gammarth (banlieue nord de Tunis) .
Il a aussi appelé les pays de la région à élaborer un guide sur la gouvernance de l'eau.
Le ministre tunisien a fait savoir que l'objectif principal consiste à faire face au déficit hydrique dans la région, à gérer de manière durable les ressources disponibles, et à réaliser les objectifs de développement durable dans la région MENA.
Dans cette perspective, il y a lieu de mettre en oeuvre un système d'information cohérent devant regrouper l'ensemble des données relatives au secteur de l'eau dans la région, de développer la recherche scientifique dans ce domaine, de favoriser le transfert des TIC, de lutter contre les changements climatiques et d'améliorer la compétitivité de tous les secteurs liés à l'eau.
Les travaux de la 5e édition du forum international des partenaires ont démarré sur le thème "la gouvernance de l'eau dans la région du Moyen-Orient et du Nord de l'Afrique (MENA): partage des bénéfices,des coûts et des responsabilités".
Lancé en 2005, ce projet de gouvernance de l'eau dans la région MENA a pour objectif de renforcer la coopération régionale en matière de gestion des ressources en eau et de jeter les bases d'une stratégie participative devant aider à la réalisation de la sécurité alimentaire et hydrique.
Le forum constitue une occasion pour l'ensemble des partenaires de ce projet (Egypte, Maroc, Tunisie, Jordanie, Palestine, Syrie et Yémen)d'échanger les expertises et de renforcer la coopération en matière de gouvernance de l'eau dans la région.

Gaza: milliers de manifestants à Tunis


AP 01/06/2010 |
Plusieurs milliers de manifestants ont participé cette après-midi à une marche à Tunis pour dénoncer l'opération israélienne menée lundi contre une flottille d'aide à destination de Gaza. Encadrés par un dispositif policier renforcé, militants de partis politiques et d'organisations de la société civile, syndicalistes et simples citoyens ont parcouru pendant près d'une heure l'avenue Mohamed V, l'une des principales artères de la capitale, scandant des slogans hostiles à Israël, qualifié de "pirate" par une pancarte du parti des Verts tunisiens.

"Je suis venue exprimer ma solidarité avec le peuple palestinien que les Israéliens tuent et affament par un blocus inhumain. C'est la moindre des choses que je puisse faire", a déclaré à l'Associated Press, Rafia Mlaouah, une fonctionnaire, la cinquantaine. Brandissant des drapeaux tunisiens et palestiniens et turcs, les manifestants dont beaucoup de femmes et de jeunes arborant des keffiehs, le foulard palestinien, appelaient à la levée du blocus imposé par les Israéliens sur Gaza.

"Nous refusons l'agression et soutenons le droit et la justice", lançait une banderole du parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD). "Mort à Israël, Gaza symbole de dignité", affichaient d'autres pancartes de partis de l'opposition, tandis que leurs militants scandaient des slogans hostiles à l'Etat hébreu, aux Etats-Unis et aux régimes arabes. "Non aux intérêts américains et aux ambassades sionistes sur terre arabe. Honte aux régimes arabes, Gaza se meurt", criaient-ils.

Des centaines de manifestants anti-israéliens à Tunis

AFP  le 01/06/2010 à 21:10 |
Fethi Belaid
AFP Plusieurs centaines de manifestants ont défilé mardi à Tunis pour exprimer leur colère après le raid israélien meurtrier contre une flottille d'aide pro-palestinienne en route vers Gaza, a constaté une journaliste de l'AFP.
Cette marche a rassemblé plus de 2.000 manifestants dans le centre de Tunis à l'appel des partis politiques et des organisations professionnelles et civiles "en solidarité avec le peuple palestinien".
"Les Tunisiens dans leur diversité d'opinion sont avec le peuple palestinien et dénoncent le comportement arriéré et barbare des autorités israéliennes", a indiqué à l'AFP le chef du Mouvement Ettajdid (ex-communiste), Ahmed Brahim.
"Nous refusons l'agression et soutenons le droit de la justice", pouvait-on lire sur les banderoles portées par les militants du parti du président Zine El Abidine Ben Ali, le Rassemblement Constitutionnel démocratique (RCD, au pouvoir).
Arborant des drapeaux palestiniens et des keffieh, symbole de la résistance palestinienne, d'autres ont exprimé leur colère avec des banderoles en arabe et en français: "Gaza, Gaza, emblème de dignité", "Mort à Israël" ou "Stop aux crimes contre l'humanité".
D'autres manifestants portaient des drapeaux turcs, saluant la position d'Ankara qui a vivement critiqué Israël pour son opération militaire et exhorté la communauté internationale à "punir" l'Etat hébreu.
"Je dénonce ce crime inqualifiable et je salue les militants de la liberté et de la dignité réunis à bord des bateaux de la flottille humanitaire", a déclaré à l'AFP la présidente du Parti démocratique progressiste (PDP, opposition légale), Maya Jribi.
Elle a appelé également le gouvernement tunisien "à ce que jour ne soit pas l'exception mais la règle à suivre pour permettre aux Tunisiens d'exprimer leur soutien au peuple palestinien en toute occasion".
La Tunisie a condamné "l'agression" de l'armée israélienne contre la flottille internationale d'aide humanitaire en route vers Gaza et appelé à l'intervention "immédiate" de la communauté internationale.

Flottille: l'UE et la Russie veulent une "enquête complète et impartiale"

AFP / 01 juin 2010 11h19
ROSTOV-SUR-LE-DON (Russie) - La Russie et l'Union européenne ont exigé mardi une "enquête complète et impartiale" au sujet de la sanglante prise d'assaut d'une flottille humanitaire en route pour Gaza par Israël, dans un communiqué commun publié lors d'un sommet UE-Russie.
"L'UE et la Russie exigent une enquête complète et impartiale sur les événements et les circonstances" de l'attaque, ont indiqué les délégations, réunies pour un sommet à Rostov-sur-le-Don (sud-ouest) depuis lundi.
Moscou et Bruxelles ajoutent qu'elles "regrettent la perte de vies" lors de l'opération israélienne et plaident pour l'ouverture d'un corridor humanitaire d'aide pour Gaza.
"L'UE et la Russie appellent à l'ouverture immédiate de passages pour les flux d'aide humanitaire, les biens commerciaux et les personnes à l'entrée et à la sortie de Gaza", selon le texte.
Des commandos de marine israéliens ont lancé lundi un assaut contre six bateaux transportant des centaines de militants pro-palestiniens et des tonnes d'aide, qui voulaient forcer le blocus israélien imposé à Gaza.
Selon l'armée israélienne, neuf passagers ont été tués et sept soldats blessés, dont six hospitalisés, lors des violences à bord du ferry turc Mavi Marmara, le plus grand des six bateaux qui transportait 600 personnes.
 
L'OTAN demande à Israël de libérer immédiatement détenus et bateaux

 
(ats / 01 juin 2010 17:20)
Le secrétaire général de l'OTAN a demandé à Israël de libérer "immédiatement" les civils et bateaux encore détenus suite à l'assaut militaire la veille de la flottille internationale d'aide pour Gaza. Le Conseil de sécurité de l'ONU a, lui, demandé une enquête.
"J'ajoute ma voix aux appels des Nations unies et de l'Union européenne en faveur d'une enquête rapide, impartiale, crédible et transparente sur l'incident" qui a coûté la vie à au moins neuf personnes, a indiqué le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen. Une réunion spéciale des ambassadeurs de l'Alliance atlantique, à la demande de la Turquie, avait eu lieu auparavant à Bruxelles.
"En tout premier lieu, je demande également la libération immédiate des civils et des bateaux détenus par Israël", a ajouté le patron de l'OTAN.
Pour sa part, le Conseil de sécurité de l'ONU "appelle à lancer sans retard une enquête impartiale, crédible et transparente conforme aux critères internationaux". La déclaration est non contraignante mais a nécessité l'unanimité des 15 membres du Conseil pour être adoptée.
L'organe onusien "exhorte Israël à permettre aux pays concernés un accès consulaire afin de récupérer les corps des victimes et les blessés".
Au moins quatre ressortissants turcs ont été tués dans le raid des commandos israéliens, a indiqué un diplomate turc. Ni l'identité, le sexe ou l'âge des victimes n'a été fourni.
Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré que les militaires israéliens avaient ouvert le feu en état de légitime défense. Son homologue turc Tayyip Erdogan a évoqué pour sa part un "acte de terrorisme d'Etat" et accusé Israël d'avoir commis un "massacre sanglant".
Des Allemands qui étaient dans la flottille ont assuré à Berlin que les militants pro-palestiniens n'étaient armés que de bâtons.
"J'ai personnellement vu deux bâtons en bois qui ont été utilisés (...). Il n'y a rien eu de plus", a affirmé Norman Paech, 72 ans, ancien député du parti d'extrême gauche Die Linke, qui était à bord du ferry turc Mavi Marmara.
Le Mavi Marmara faisait partie d'une flottille de six bateaux acheminant des centaines de militants pro-palestiniens et de tonnes d'aide qui voulait forcer le blocus israélien imposé à Gaza depuis 2007.
 

Gaza/flottille: "le sionisme est le nouveau visage du fascisme"

AFP / 01 juin 2010 14h42
TEHERAN - L'attaque israélienne contre la flottille chargée d'aide humanitaire pour Gaza "est la preuve que le sionisme est le nouveau visage, en plus violent, du fascisme", a affirmé mardi le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, selon la télévision d'Etat.
Cette "attaque criminelle est la preuve pour tout le monde que le sionisme est le nouveau visage, en plus violent, du fascisme, aidé cette fois-ci par des gouvernements, comme celui des Etats-Unis, prétendant défendre la liberté et les droits de l'Homme", a déclaré M. Khamenei.
"Les soutiens de ce régime sanguinaire et éhonté comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France doivent répondre" de l'action israélienne contre la flottille, qui a fait neuf morts, a-t-il lancé.
Il a également dénoncé un "régime sanguinaire, insolent et fou" imposant "depuis trois ans un blocus alimentaire et médical à un million et demi de Palestiniens à Gaza".
"L'Organisation de la conférence islamique et la Ligue arabe doivent se contenter de rien de moins que la fin du blocus de Gaza (...) et le jugement des criminels comme (le Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu et (le ministre de la Défense Ehud) Barak", a poursuivi M. Khamenei.
L'Iran ne reconnaît pas l'existence d'Israël et M. Ahmadinejad a répété à plusieurs reprises que l'Etat hébreu devait être rayé de la carte.
Téhéran soutient les mouvements palestiniens islamistes et en particulier le Hamas qui contrôle la bande de Gaza. Ce mouvement est considéré comme une organisation terroriste par Israël.
Un peu plus tôt, le président Ahmadinejad avait accusé Israël de planifier une "attaque massive" contre la bande de Gaza, avertissant que cela provoquerait "une tempête de colère dans la région qui déracinera" l'Etat hébreu.
Il a également présenté ses condoléances au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan pour la mort de ressortissants turcs tombés en "martyrs", selon la télévision d'Etat. "Il doit y avoir un consensus général pour sanctionner le régime sioniste politiquement pour que les responsables de crimes internationaux, le terrorisme d'Etat et la piraterie soient punis", a déclaré M. Ahmadinejad dans son message à M. Erdogan.
Deux chefs de l'opposition, l'ex-Premier ministre Mir Hossein Moussavi et l'ancien président réformateur Mohammad Khatami ont également condamné le raid israélien.
M. Moussavi a dénoncé "la nouvelle agression du régime d'occuption de Qods (Jérusalem)", selon son site internet kaleme.com.
"Je suis tout simplement surpris par le fait que le Conseil de sécurité sanctionne et menace les pays indépendants qui veulent exercer leurs droits légaux et reste silencieux face à de tels grands crimes", a déclaré pour sa part M. Khatami, selon l'agence Ilna. Il faisait allusion au programme nucléaire controversé de l'Iran.
Enfin, la communauté juive iranienne a condamné "l'acte inhumain mené par les sionistes en attaquant une flottille non militaire", selon une déclaration parvenue à l'AFP. "Nous demandons au nom des juifs d'Iran une action internationale sérieuse pour punir les criminels", ajoute le texte.
La communauté juive d'Iran compte environ 20.000 personnes et a un député au Parlement.
  FLOTTILLE POUR GAZA INTERCEPTÉE
La communauté internationale réclame ses ressortissants à Israël

 

lepoint.fr

Au lendemain de l'assaut meurtrier de l'armée israélienne sur la flottille humanitaire qui se dirigeait vers Gaza, les critiques continuent de pleuvoir sur l'État hébreu. Des dizaines de pays, dont la France, ont réclamé le retour de leurs ressortissants retenus en Israël. Retour sur les événéments de ce mardi 1er juin.
19 h 05 - Le Brésil condamne à son tour
Le président brésilien Luiz Inacio Lula Da Silva déclare qu'Israël "n'avait pas le droit" d'attaquer dans les eaux internationales la flottille humanitaire qui tentait de forcer le blocus de Gaza. "D'après nos renseignements, l'attaque s'est produite dans les eaux internationales. Ainsi, Israël n'avait pas le droit de faire ce qu'il a fait", dit Lula à la presse, lors d'un déplacement dans la banlieue de Sao Paulo, plaidant de nouveau pour le dialogue et se disant "convaincu que ce ne sont pas les armes qui vont garantir la paix".
18 h 18 - Plusieurs dizaines de militants expulsés par Israël
Israël expulse plusieurs dizaines de militants de la flottille. Sur les 682 personnes issues de 42 pays qui se trouvaient à bord des six bateaux de cette flottille qui ont été remorqués vers un port israélien, 45 ont accepté d'être expulsés et ont pris l'avion lundi et mardi, déclare la porte-parole de la police d'immigration, Sabine Hadad. Tous les autres ont été emmenés à la prison de Beersheba, dans le nord d'Israël, où des juges de l'immigration s'occuperont des démarches pour leur expulsion, a-t-elle dit. "Les démarches légales ne devront prendre que quelques jours", ajoute Sabine Hadad.

18 heures - Ambiance tendue au Conseil des droits de l'homme
Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU achève des débats qui se sont déroulés dans une ambiance tendue. L'arraisonnement meurtrier de la flottille par les forces israéliennes a été l'objet de très dures critiques au cours du débat. "Il est évident que le recours à la force par l'armée israélienne a été excessif", a déclaré Mme Kyung-wha Kang, haut-commissaire adjoint de l'ONU pour les droits de l'homme, en ouvrant la réunion d'urgence convoquée à l'appel de la Ligue arabe, de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) et de l'Autorité palestinienne.
Le vote sur un projet de résolution réclamant une "mission d'enquête internationale" n'aura lieu que mercredi matin afin de laisser le temps d'examiner des demandes d'amendements dans le cadre de consultations informelles. Les Occidentaux souhaitent que les termes adoptés la veille par le Conseil de sécurité de l'ONU pour réclamer une enquête "conforme aux critères internationaux" soient repris par le Conseil des droits de l'homme.


17 h 35 - Dublin fustige une "arrestation "inacceptable"
Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Micheal Martin, condamne mardi l'arrestation "inacceptable" de sept citoyens irlandais par Israël, et réclame leur libération "immédiate et sans condition". "Les sept personnes en question ne sont pas entrées en Israël illégalement ; elles ont plutôt été capturées dans les eaux internationales, transportées en Israël et invitées à signer des documents confirmant qu'elles étaient entrées illégalement. C'est tout simplement inacceptable", poursuit Micheal Martin.
17 h 29 - RSF veut la liste des journalistes arrêtés
Reporters sans frontières demande aux autorités israéliennes de donner la liste des journalistes arrêtés lors de l'assaut de la flottille humanitaire. Dans un communiqué, RSF ajoute recenser au moins 15 journalistes étrangers qui se trouvaient à bord de la flottille et "qu'on ne peut toujours pas joindre directement". "Nous dénonçons cet assaut qui s'est soldé par un lourd bilan humain. Les journalistes exerçant leur mission d'information sur la flottille ont été mis en danger par cette action démesurée", poursuit l'organisation.
16 h 30 - L'Otan demande la libération des civils
Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, demande à Israël de libérer "immédiatement" les civils et les bateaux encore détenus suite à l'assaut, la veille, de la flottille internationale pour Gaza.
16 h 27 - Abbas serait prêt à poursuivre les négociations
En visite en Ouganda, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, déclare avoir parlé au téléphone avec le responsable palestinien Mahmoud Abbas. "J'ai été encouragé d'entendre le président me dire qu'il poursuivrait ces négociations en dépit de cette tragédie", affirme Ban Ki-moon.
15 h 48 - Une quarantaine de Britanniques sur la flottille
Une quarantaine de Britanniques se trouvaient à bord de la flottille humanitaire internationale en route vers Gaza, indique le ministère des Affaires étrangères britannique.

15 h 07 - Fillon exige "la libération immédiate" des Français
François Fillon déclare devant l'Assemblée nationale que la France exige "la libération immédiate" des Français et de l'ensemble des civils qui se trouvaient à bord des bateaux arraisonnés la veille par l'armée israélienne. Peu avant, le président Nicolas Sarkozy indiquait que huit Français - sur les neuf qui avaient pris place à bord de la flottille - étaient actuellement retenus en Israël.
"La France exige, avec l'Union européenne et avec l'Organisation des Nations unies, l'ouverture immédiate d'une enquête internationale, indépendante et impartiale parce qu'il faut faire la lumière sur ce qui s'est produit hier", a aussi rappelé le chef du gouvernement, applaudi par de nombreux députés. "C'est un acte qui n'est pas justifié, c'est un acte qui est contraire au droit international et c'est surtout un acte qui fait reculer l'espoir si ténu de la reprise à laquelle nous travaillons d'un dialogue direct entre les Israéliens et les Palestiniens", a-t-il encore dit.
15 heures - Au moins quatre Turcs tués
Un diplomate turc annonce qu'au moins quatre Turcs figurent parmi les tués du raid israélien de lundi matin. "Les autorités israéliennes ont évoqué un bilan de 9 morts, parmi eux il y a pour l'instant quatre citoyens turcs, selon notre enquête", souligne ce responsable sous couvert d'anonymat, précisant que le nombre de Turcs tués dans l'abordage pouvait augmenter, le processus d'identification des victimes n'étant pas encore terminé.
14 h 54 - Huit Français retenus en Israël (Sarkozy)
Huit Français embarqués sur la flottille à destination de Gaza sont encore retenus dans un centre de rétention israélien , déclare Nicolas Sarkozy. "Notre ambassade et notre consulat ont identifié neuf Français auprès desquels nous avons demandé l'exercice de la protection consulaire", dit le chef de l'État lors d'une conférence de presse clôturant le sommet Afrique-France à Nice. "L'un d'entre eux a quitté Israël ce matin par avion. Huit autres ont apparemment refusé l'expulsion. Ils sont dans un centre de rétention et une procédure est en cours pour qu'ils puissent quitter le pays", a-t-il ajouté.
14 h 51 - La colère de Rome
Le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini demande à son homologue israélien Avigdor Lieberman de faire en sorte que les étrangers arrêtés à la suite du raid israélien contre une flottille humanitaire au large de Gaza puissent quitter Israël "au plus vite". Six Italiens faisaient partie de la flottille. Ils ont tous été arrêtés.
13 h 27 - Retour d'un Français
Un Français, parmi la dizaine ayant participé à la flottille pour Gaza, est rentré en France après avoir été expulsé mardi par les autorités israéliennes. Membre du Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens (CBSP), Youssef Benderbal n'était pas présent sur le navire turc où a eu lieu l'assaut qui a fait 9 morts, mais sur l'un des cinq autres navires du convoi arraisonné par la marine israélienne.
13 h 07 - L'Égypte s'implique
Le président égyptien Hosni Moubarak ordonne l'ouverture du terminal de Rafah avec la bande de Gaza, seul point de passage non contrôlé par Israël, pour l'acheminement de l'aide humanitaire et le passage des malades.
12 h 52 - "Je condamne de la manière la plus forte ce massacre sanglant" (Recep Tayyip Erdogan)

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan accuse Israël d'avoir commis la veille un "massacre sanglant". Il demande que ce pays soit "absolument puni" pour son action. "Cette attaque insolente et irresponsable qui piétine toute vertu humaine doit absolument être punie", dit-il au groupe parlementaire de son Parti pour la justice et le développement (AKP, issu de la mouvance islamiste). Lors d'un discours très dur contre l'État hébreu, plusieurs fois bruyamment ovationné par les députés, Erdogan avertit qu'"Israël ne doit pas mettre à l'épreuve la patience de la Turquie".
12 h 39 - Les pertes humaines sont "inexplicables" ( Herman Van Rompuy)
Les pertes humaines lors de l'assaut d'Israël contre une flottille pro-palestinienne en route vers Gaza sont "inexplicables", déclare le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy.
12 h 14 - "Le sionisme est le nouveau visage du fascisme" ( Ali Khamenei)
L'attaque israélienne contre la flottille "est la preuve que le sionisme est le nouveau visage, en plus violent, du fascisme", affirme le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, selon la télévision d'État. "Les soutiens de ce régime sanguinaire et éhonté, comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, doivent répondre". "L'Organisation de la conférence islamique et la Ligue arabe doivent se contenter de rien de moins que la fin du blocus de Gaza et le jugement des criminels comme Netanyahou et Barak", poursuit Khamenei.
12 h 09 - Des pertes "injustifiées" (Medvedev)
Les pertes humaines lors de l'assaut d'Israël contre une flottille pro-palestinienne en route vers Gaza sont "irréparables et absolument injustifiées", affirme le président russe Dmitri Medvedev. "Il faut mener une enquête minutieuse", a-t-il demandé.
11 h 34 - Sept Irlandais arrêtés
Le ministre irlandais des Affaires étrangères Micheal Martin condamne l'arrestation "inacceptable" de sept citoyens irlandais par Israël lors de la prise d'assaut d'une flottille humanitaire en route pour Gaza, réclamant leur libération "immédiate et sans condition".
10 h 50 - La Russie et l'UE fermes

La Russie et l'Union européenne exigent une "enquête complète et impartiale" au sujet de la sanglante prise d'assaut de la flottille, dans un communiqué commun publié lors d'un sommet UE-Russie.

10 h 20 - Pas un succès

L'ambassadeur d'Israël à Londres reconnaît que l'intervention militaire israélienne contre une flottille pro-palestinienne chargée d'aide humanitaire pour Gaza, qui a fait neuf morts, "n'a pas été un succès".
10 heures - Des Français parmi les militants

Le quai d'Orsay confirme que 7 Français faisaient partie de l'opération pro-palestinienne. La mère d'un Français de 32 ans qui se trouvait à bord de la flottille pour Gaza attend avec inquiétude des nouvelles de son fils, a-t-on appris de sources concordantes. Plus tôt, RTL et I-Télé annonçaient que dix Français figuraient parmi les passagers de la flottille, uniquement des hommes, certains franco-turcs. Selon ces médias, neuf seraient actuellement au centre de rétention de Bersheva. Le dixième serait dans un avion en direction de la France après avoir accepté d'être expulsé ce matin.
9 h 41 - Retour de militants grecs

Six Grecs sur un total de 36, qui se trouvaient à bord de la flottille de militants pro-palestiniens en route pour Gaza, sont rentrés à Athènes, selon le ministère grec des Affaires étrangères. Les militants ont atterri à bord d'un appareil de la compagnie israélienne El Al et ont été accueillis par des représentants du ministère. Accompagnés par un Tunisien résidant en Grèce, les militants grecs avaient embarqué à bord de deux bateaux grecs, le Sfentoni et le Elefthéri Mesogeio , tandis que deux d'entre eux se trouvaient sur le navire turc Mavi-Marmara , le plus visé par l'assaut israélien qui a coûté la vie à au moins neuf passagers.
9 h 39 - Droits de l'homme
Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a convoqué une réunion d'urgence mardi après-midi sur l'intervention militaire israélienne de 15 heures à 18 heures". Cette session extraordinaire a été convoquée à l'appel de la Ligue arabe et de l'Organisation de la conférence islamique (OCI).

9 h 30 - Soupçons

La police d'Ashdod a interrogé mardi le Sheikh Raed Salah, leader du mouvement islamique du Nord en Israël, sur son rôle dans l'affrontement entre les troupes israéliennes et les pro-palestiniens, rapporte le quotidien israélien Haaretz.
9 h 19 - Accusation

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad accuse Israël de planifier une "attaque massive" contre Gaza, ajoutant qu'elle provoquerait "une tempête de colère dans la région qui déracinera" l'État hébreu, lors d'un discours retransmis par la télévision d'État.

8 h 58- Initiative
La France suggère que l'Union européenne prenne la responsabilité d'une enquête internationale, évoquée par le Conseil de sécurité de l'ONU, sur l'intervention militaire israélienne lundi contre une flottille chargée d'aide humanitaire pour Gaza.
8 h 40 - Prison

Selon le quotidien israélien Haaretz, 32 activistes seraient en prison dont 16 qui refusent de livrer leur identité. Au moins deux militants blessés refuseraient de se faire soigner à l'hôpital d'Ashkelon.

8 h 30 - Arrivée en Israël
8 h 26 - Infiltration
Deux combattants palestiniens ont été tués dans le sud d'Israël après leur infiltration sur le territoire, selon l'armée.
8 h 01 - L'inquiétude de l'Australie
L'Australie condamne le raid israélien meurtrier contre une flottille d'aide pro-palestinienne en route vers Gaza, tout en estimant "impérative" l'ouverture d'une enquête indépendante. "Nous sommes profondément préoccupés par les pertes de vies humaines qui ont eu lieu", indique le Premier ministre, Kevin Rudd (travailliste).
7 h 56 - Avertissement
Israël empêchera tout autre bateau humanitaire international d'entrer dans les eaux de la bande de Gaza, avertit le vice-ministre de la Défense, Matan Vilnaï, au lendemain d'un raid maritime israélien qui a fait au moins neuf morts civils.
7 h 50 - La condamnation du Conseil de sécurité
Après plusieurs heures de négociations, le Conseil de sécurité des Nations unies condamne l'abordage meurtrier d'un navire turc par l'armée israélienne, la veille, au large de la bande de Gaza. Il réclame la libération immédiate des six navires de la "flottille de la liberté" et des quelque 700 militants qui avaient pris place à bord des bateaux. Le Conseil de sécurité exige également une enquête "rapide, impartiale, crédible et transparente" sur l'incident qui a coûté la vie à neuf civils selon l'armée israélienne.
7 h 30 - Prisonniers
La police israélienne a écroué ou expulsé mardi les centaines de passagers de la flottille à destination de la bande de Gaza arraisonnée. Après un interrogatoire, cinquante militants ont été ensuite conduits à l'aéroport Ben-Gourion, d'où ils devaient volontairement quitter le pays. Six cent vingt-neuf ont refusé et seront détenus le temps qu'Israël se penche sur leur sort juridique. Enfin, une trentaine de militants ont été hospitalisés avec des blessures, a précisé le ministère de l'Intérieur.
5 h 25 - "Inacceptable" (Cameron)

Le Premier ministre britannique, David Cameron, juge "inacceptable" l'opération militaire israélienne contre la flottille d'activistes pro-palestiniens et demande à Israël de "répondre de manière constructive" au tollé international, selon un porte-parole.
 
(Source:Le Point.fr  Publié le 01/06/2010 à 08:18 - Modifié le 01/06/2010 à 19:44 )

Cinq Palestiniens tués dans le sud d'Israël et dans la bande de Gaza
AFP / 01 juin 2010 19h19
 
GAZA (Territoires palestiniens) - Cinq Palestiniens de la bande de Gaza ont été tués mardi par l'armée israélienne, dont deux combattants du mouvement radical Jihad islamique qui s'étaient infiltrés en Israël à partir du territoire palestinien.
Trois Palestiniens ont été tués dans l'après-midi par une frappe aérienne israélienne dans le nord de la bande de Gaza après le tir de deux roquettes du territoire palestinien, a-t-on appris de sources médicales palestiniennes et militaires israéliennes.
Selon le chef des services d'urgence de la bande de Gaza, Mouawia Hassanein, les corps des trois hommes ont été transportés à la morgue, dans la ville de Gaza.
Dans un communiqué, l'armée israélienne a indiqué avoir lancé une frappe aérienne contre une "unité terroriste qui se préparait à tirer des roquettes contre Israël".
Lors d'un incident séparé, deux autres roquettes tirées de Gaza ont atterri en territoire israélien, sans faire de victimes, ni de dégâts, a précisé l'armée.
Dans la matinée, le porte-parole de l'armée israélienne avait indiqué que "deux Palestiniens infiltrés ont été repérés dans le sud d'Israël près du kibboutz (village collectiviste) de Nirim. Un échange de feu s'est produit et il ont été tués par nos soldats".
Les deux morts appartenaient à la branche armée du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods (Jérusalem), a déclaré à l'AFP une source au sein du mouvement. Ils ont été identifiés comme Chouaïb al-Aftal et Hamada al-Chahwane, a-t-elle ajouté, sans autre précision.
L'incident a provoqué d'autres échanges de tirs entre combattants palestiniens et soldats israéliens le long de la frontière entre Israël et l'enclave palestinienne, selon des témoins palestiniens de la bande de Gaza.
Un photographe de l'AFP, du côté israélien, a vu un hélicoptère tirer des roquettes.
Le 21 juin, deux Palestiniens armés avaient été tués dans les mêmes circonstances et dans la même région après s'être infiltrés en Israël.
La frontière avec la bande de Gaza est très surveillée et les infiltrations sont rares.
Israël a lancé à l'hiver 2008-2009 une offensive militaire contre le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, afin de stopper les tirs de roquettes par les groupes armés palestiniens à partir de l'enclave.
Le nombre de ces tirs s'est considérablement réduit après cette offensive qui a fait plus de 1.400 morts palestiniens.
 

Turquie: 4 condamnations à perpétuité pour un mort sous la torture en prison

 

AFP / 01 juin 2010 21h35
ISTANBUL - La justice turque a condamné mardi à des peines de prison à perpétuité le directeur et trois gardiens d'une prison pour la mort sous la torture d'un militant de gauche qui y était détenu, a rapporté l'agence Anatolie.
Dix-sept autres accusés ont également écopé de peines de prison ferme.
L'affaire était considérée comme un test pour Ankara qui s'est engagé à éradiquer la torture et les mauvais traitements de détenus pour pouvoir intégrer l'Union européenne.
Engin Ceber, 29 ans, avait été arrêté le 28 septembre 2008 au cours d'une manifestation contre les brutalités policières à Istanbul. Il avait passé la nuit au commissariat puis avait été incarcéré dans l'attente d'un procès pour rébellion contre agent.
Il est mort le 10 octobre après avoir été transporté dans le coma à l'hôpital. Selon un rapport médical, il a subi des coups violents ayant provoqué une hémorragie cérébrale fatale. Selon ses codétenus et un gardien, il a été roué de coups et sa tête a été cognée plusieurs fois contre un mur. Les accusés ont nié les faits.
Deux autres gardiens de prison et deux officiers de police ont été condamnés à des peines de sept ans et demi de détention pour torture. Le médecin de la prison a écopé de trois ans pour avoir falsifié des documents et douze autres accusés, parmi lesquels des gardiens, ont été condamnés à des peines de deux ans et demi à cinq mois de détention pour des motifs allant de la torture à des abus de pouvoir.
Trente-neuf suspects ont enfin été acquittés.
Dans un geste sans précédent, le ministre de la Justice de l'époque, Mehmet Ali Sahin, s'était excusé du décès d'Engin Ceber auprès de la famille de la victime.

Home - Accueil - الرئيسية