×

تحذير

JUser: :_load: غير قادر على استدعاء المستخدم برقم التعريف: 387
الثلاثاء, 31 تموز/يوليو 2001 09:15

العدد 441 بتاريخ 31 جويلية 2001

 

Nr 441 du 31/07/2001
 
 .
  • LES TITRES DE CE JOUR:
  1. Forum Tuniso-Suisse des Libertés: Communiqué
  2. Réponse de M. Slaheddine Maâoui au journal "Le Monde"
  3. Reponse a l’article de Gilbert Naccache.
  4. Affrontements entre les "Ben Ali" et les "Trabelsi" a Hammamet!!!
  5. Troisième Temple: Tunis dénonce la profanation des lieux sacrés de l'Islam
  6. L'animateur et chroniqueur sportif Mohamed Boughenim n'est plus
ÅØáÇÞ ÓÑÇÍ ÇáãÍÇãí æÇáÃÓÊÇÐ ÇáÌÇãÚí ÓãíÑ Ïíáæ
ÑÝÚ ÏÚæì ÞÖÇÆíÉ ÖÏ Ããíä ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã Ýí ÊæäÓ
ÚãÇÏ Èä ãÍãÏ: ÞÑÇÁÉ Ýí ÎØÇÈ ÇáÑÆíÓ ÈãäÇÓÈÉ ÐßÑì ÚíÏ ÇáÌãåæÑíÉ
 

<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

 

LA VIGILANCE CONTINUE PAIE: Maitre SAMIR DILOU LIBERE DE NOUVEAU!

 

 

 

áÌäÉ ÇáÏÝÇÚ Úä ÇáãÓÇÌíä ÇáÓíÇÓííä Ýí ÊæäÓ

Comité de Défense des Prisonniers Politiques en Tunisie

 

ÈÓã Çááå ÇáÑÍãÇä ÇáÑÍíã

ÈÇÑíÓ Ýí 29/07/2001 

 

 

 

ÅØáÇÞ ÓÑÇÍ ÇáãÍÇãí æÇáÃÓÊÇÐ ÇáÌÇãÚí ÓãíÑ Ïíáæ

 

 

 

ÃØáÞ ÓÑÇÍ ÇáÓíÏ ÓãíÑ Ïíáæ íæã ÇáÓÈÊ 28/2001 ÈÚÏ ËãÇäíÉ ÃíÇã ãä ÇáÅíÞÇÝ Ýí ãÎÇÝÑ ÇáÔÑØÉ ÈæáÇíÉ ÓæÓÉ(æÓØ ÇáÈáÇÏ) ¡  æÞÏ Êã ÅíÞÇÝ ÇáÓíÏ ÓãíÑ Ïíáæ ÈÏÚæì Ãä áå ÞÖÇíÇ ãÊÚáÞÉ ÈÐãÊå ãäÐ Ãä ßÇä ØÇáÈÇ Ýí ÇáÌÇãÚÉ ÇáÊæäÓíÉ Ýí ÃæÇÎÑ ÇáÊÓÚíäÇÊ.

 

ÇáÓíÏ ÓãíÑ Ïíáæ ÞÖì ÚÔÑ ÓäæÇÊ ãä ÇáÓÌä ÇáÇäÝÑÇÏí Ýí ÇáÚÏíÏ ãä ÇáãäÇØÞ ãä ÈíäåÇ ÓÌä ÊæäÓ ÇáÚÇÕãÉ¡ ÇáåæÇÑÈ¡ ÇáãåÏíÉ¡ ÈÑÌ ÇáÚÇãÑí æ

 

 ÈÚíÏ ÅØáÇÞ ÓÑÇÍå ÈÜ72 ÓÇÚÉ ÝÞØ ÃÍíá Åáí ãäØÞÉ ÇáÔÑØÉ ÈÓæÓÉ ááÒÌ Èå ãä ÌÏíÏ Ýí ÛíÇåÈ ÓÌæä Èä Úáí ÇáãÙáãÉ¡ æáæáÇ æÞæÝ ÇáÚÏíÏ ãä ÇáÔÎÕíÇÊ ÇáæØäíÉ æÇáÏæáíÉ æÇáãÏÇÝÚíä Úä ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä æÇáÍÑíÇÊ ÇáÚÇãÉ æÇáÚÏíÏ ãä ÇáãäÙãÇÊ áãÇ Êã ÅØáÇÞ ÓÑÇÍå.

 

æáÌäÉ ÇáÏÝÇÚ Úä ÇáãÓÇÌíä ÇáÓíÇÓííä Ýí ÊæäÓ æäíÇÈÉ Úä ÇáÓíÏ ÓãíÑ Ïíáæ ÇáÐí ßÇä áäÇ ÔÑÝ ÇáÇÊÕÇá Èå æÈÚÇÆáÊå ÊÊæÌå ÈÇáÔßÑ ÇáÌÒíá Åáì ßá ÇáÔÎÕíÇÊ æÇáãäÙãÇÊ ÇáÊí æÞÝÊ Åáì ÌÇäÈå Ýí åÐå ÇáÃÒãÉ ÇáÊí ßÇÏÊ Ãä ÊÄÏí Èå Åáì ÇáÓÌä ãä ÌÏíÏ ßãÇ ÊÏÚæ ßá ÇáÞæì Åáì ãÒíÏ ãä ÇáÚãá ãä ÃÌá ÅØáÇÞ ÓÑÇÍ  ÇáãÓÇÌíä ÇáÓíÇÓííä Ýí ÊæäÓ æÓä ÇáÚÝæ ÇáÊÔÑíÚí ÇáÚÇã .

 

  Úä ÇááÌäÉ

 

ÒåíÑ ÇáÚíÓÇæí

       

 

MESSAGE DE TUNISIE-SOLIDARITE (Ong Tunisienne basée à Paris-France)

Solidarité Tunisienne
40, rue de Landy - 93300  Aubervilliers
Tél : 01 43 52 09 86 - Fax  : 01 43 52 72 93
E-mail : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 
 
Solidarité Tunisienne vient d'apprendre que Samir Dillou a été libéré le samedi 28 juillet en soirée.
Rappelons que Samir Dillou, militant syndicaliste, a été libéré le 18 Juillet après 10 ans d'emprisonnement .  Le samedi 21 julillet a été arrêté de nouveau .
Le jour même, sa mère a été reçu pendant une demi heure à tunis, par Madame Daniele Mitterrand, présidente de France liberté.
Une campagne de soutien à Samir Dillou s'est déclenché à l'intérieur du pays et de l'extérieur était sans doute à l'origine de cette libération.
 
Solidarité Tunisienne
 

 

 

 

AFFRONTEMENTS ENTRE LES "BEN ALI" ET LES "TRABELSI" A HAMMAMET!!! 

 

 

 
Le Calypso, la boîte branchée de Hammamet, a été le théâtre, le 1er Juillet, d’une véritable bataille rangée entre les neveux du président Ben Ali et ceux de son épouse. Les affrontements ont été si rudes que l’un au moins des protagonistes a dû être hospitalisé. Le hasard a voulu que la scène ait pour spectateur le fils du colonel Kadhafi, Seif el-Islam Kadhafi.
 
 
(Source: L’EXPRESS, No 2611, 19/7/2001 Page 7.)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 íæãÇ ÈÚÏ íæã íÊÓÚ ãÌÇá ÇáÍÑíÉ ááÊæäÓííä æÇáÊæäÓíÇÊ Úáì ÔÈßÉ ÇáÇäÊÑäÊ.
ãíáÇÏ ãÌáÉ ÅáßÊÑæäíÉ ÌÏíÏÉ ÊÍãá ÇÓã: ÂÝÇÞ ÇáÍÑíÇÊ.

 

 

 æåÐÇ ÝåÑÓ ÇáÚÏÏ ÇáÃæá ãäåÇ
http://network54.com/Realm/Sindabad/Emag/Sommairea.htm
 

 

 

 

 ÑÝÚ ÏÚæì ÞÖÇÆíÉ ÖÏ Ããíä ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã Ýí ÊæäÓ

 

 

 
 
 
http://www.naseej.com/Detail.asp?InNewsItemID=38709
ÊæäÓ Ýí 30 íæáíæ / Ýí ãÇ íÚÊÈÑ ÓÇÈÞÉ Ãæáì ÃÞÇã ÇáÞÇÖí ÇáÊæäÓí ÇáãÚÇÑÖ ãÎÊÇÑ íÍíÇæí ÏÚæì ÞÖÇÆíÉ ÖÏ ÇáÃãíä ÇáÚÇã ááÊÌãÚ ÇáÏÓÊæÑí ÇáÏíãÞÑÇØí ÇáÍÇßã Úáí ÇáÔÇæÔ ÈÊåãÉ ÇáÊÔåíÑ.
æÃÝÇÏ äÌíÈ ÍÓäí ãÍÇãí íÍíÇæí ÈÃäå Êã ÅíÏÇÚ ÇáÔßæì æÊÓÌíáåÇ áÏì ÇáäíÇÈÉ ÇáÚãæãíÉ ÈÇÓã ãÌãæÚÉ ãä ÇáãÍÇãíä ÊÊæáì ÇáÏÝÇÚ Úä ÇáÞÇÖí íÍíÇæí. æíäÊÙÑ Ãä íãËá ÇáÞÇÖí íæã 2 ÃÛÓØÓ ÃãÇã ãÌáÓ ÊÃÏíÈ æÐáß áÅÏÇäÊå ÇáÛíÇÈ ÇáÊÇã áÇÓÊÞáÇá ÇáÞÖÇÁ Ýí ÊæäÓ Ýí ÑÓÇáÉ ãÝÊæÍÉ æÌååÇ Ýí 6 íæáíæ Åáì ÇáÑÆíÓ ÇáÊæäÓí Òíä ÇáÚÇÈÏíä Èä Úáí.
æÊÚÏ ÇáÞÖíÉ ÇáãÑÝæÚÉ ÖÏ ãÓÆæá ÓíÇÓí ÑÝíÚ Ýí ÊæäÓ ÇáÃæáì ãä äæÚåÇ Ýí ÊÇÑíÎ ÇáÈáÇÏ.
æãä ÇáÌÏíÑ ÈÇáÐßÑ åäÇ Ãä íÍíÇæí ÃÏÇä Ýí ÑÓÇáÊå ÇáãÝÊæÍÉ Åáì ÇáÑÆíÓ Èä Úáí ÇáãÖÇíÞÇÊ æÇáÊÍÑÔÇÊ ÇáÊí íÊÚÑÖ áåÇ ÇáÞÖÇÉ æØáÈ ãä ÇáÑÆíÓ ÇáÊæäÓí ÊÍÑíÑåã ãä ÇáæÕÇíÉ ãä ÇÌá ÇÒÏåÇÑ ÇáÍÑíÇÊ ÇáÏÓÊæÑíÉ Ýí ÊæäÓ
.

 

 

 

 

 

 

Le Comité Exécutif du Forum Tuniso-Suisse des Libertés basé à lausanne, réuni en extrème urgence pour débattre des derniers développements en
Tunisie vient de publier le communiqué suivant
 

 

 

 

Forum Tuniso-Suisse des Libertés

Genève le 27.07.2001

Monsieur Le Président Zine El Abidine Ben Ali,

Le comité exécutif du Forum Tuniso-Suisse des LiIbertés réunit ce soir, vient par le présent message vous rappeler l'engagement que vous avez pris lors de votre déclaration au matin du 7 novembre 1987, date à laquelle vous avez distitué le Président Habib Bourguiba.

Vous vous êtes adressé à la nation en citant: "que notre peuple a atteint un tel niveau de responsabilité et de maturité que tous ses éléments et ses composantes sont à même d'apporter leur contribution constructive à la gestion de ses affaires conformément à l'idée républicaine (...). Lépoque que nous vivons ne peut plus s'offrir ni présidence à vie , ni succession automatique à la tête de l'Etat, desquelles le peuple se trouve exclu. Notre peuple est digne d'une vie politique évoluée et institutionnalisé sur le multpartisme et la pluralité des organisations de masse...".

C'est pourquoi nous vous demandons Monsieur le Président:
- de respecter la constitution, à laquelle vous avez prêté serment
- de ne pas vous présenter aux prochaines élections présidentilles de 2004
- de veiller à ce que la liberté d'expression et le respect des Droits de l'Homme soient garanties pendant la durée de votre troisième et dernier mandat, et de libérer tous les prisonniers politiques et d'opinions sans conditions
- de veiller à ce que les prochaines élections présidentielles se dérouleront dans un climat démocratique et serein

Chokri Yacoub 
Coordinateur 
Forum Tuniso-Suisse des Libertés 
Case Postale 52 1163 Etoy - Suisse
E-mail: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 

 

 

 

LA TUNISIE DENONCE.. 

 

 

  AFP, le 30 Juillet 2001 à 16h26 

 

 

 

Troisième Temple: Tunis dénonce la profanation des lieux sacrés de l'islam

TUNIS, 30 juil (AFP) - La Tunisie a condamné lundi la "profanation" par un groupuscule juif des lieux saints de l'islam de Jérusalem et dénoncé des "actes de provocations" et un "défi au sentiments des musulmans".

 

   "A la suite de l'escalade dangereuse provoquée par Israël en profanant les lieux sacrés de la mosquée Al-Aqsa, la Tunisie condamne vivement de tels actes provocateurs qui constituent une atteinte flagrante (...) et un défi pour les sentiments des musulmans", lit-on dans un communiqué publié par le ministère tunisien des Affaires étrangères.

 

   La Tunisie appelle dans ce communiqué la communauté internationale à "obliger impérativement Israël à mettre fin à ses agressions et à ses actes de provocation répétés" et à "s'engager à respecter de la légalité internationale".

 

   Le communiqué affirme la nécessité d'une protection internationale des Palestiniens et de leurs lieux de culte et

 

rappelle que le président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali en avait fait le demande au sommet arabe d'octobre 2000 au Caire.

 

   La Tunisie, où le président palestinien Yasser Arafat séjournait lundi dans le cadre d'une tournée régionale, exprime enfin son appui aux Palestiniens pour "le recouvrement de tous leurs droits nationaux légitimes", selon les termes du communiqué.

 

   Dimanche matin, le groupuscule des "Fidèles du Mont du Temple" a organisé une cérémonie symbolique de pose de la première pierre du troisième Temple juif à quelques centaines de mètres de l'Esplanade des mosquées, qui abrite le troisième lieu saint de l'islam.

 

 

AFP

 

 

 

ÚãÇÏ Èä ãÍãÏ

 

 ÞÑÇÁÉ Ýí ÎØÇÈ ÇáÑÆíÓ ÈãäÇÓÈÉ ÐßÑì ÚíÏ ÇáÌãåæÑíÉ

 

 

 

 

ÞÑÇÁÉ Ýí ÎØÇÈ ÇáÑÆíÓ ÈãäÇÓÈÉ ÐßÑì ÚíÏ ÇáÌãåæÑíÉ

 

 ÚãÇÏ Èä ãÍãÏ*[1]

 

 

 

          Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí íÍíí Ýíå ÇáÔÚÈ ÇáÊæäÓí ÚíÏ ÇáÌãåæÑíÉ ÇáãÌíÏ ãÊØáÚÇ ÈÃÔæÇÞå äÍæ ÇáÏíãÞÑÇØíÉ æÅÑÓÇÁ ÏÚÇÆã äÙÇã ÌãåæÑí ÍÞ¡ ÊÑÌÚ Ýíå ÇáÓíÇÏÉ ááÔÚÈ æÊÚæÏ Ýíå ÇáÔÑÚíÉ áãÄÓÓÇÊ ÇáÏæáÉ æÊÍÊÑã Ýíå ßÑÇãÉ ÇáãæÇØä¡ íÃÊí ÎØÇÈ ÑÆíÓ ÇáÌãåæÑíÉ¡ ãÎíÈÇ áßá åÐå ÇáÂãÇá æäÔÇÒÇ íäÇÞÖ ÍÑßÉ ÇáÊÇÑíÎ.

 

 

 

ÅÐ Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊãÊáà ÇáÓÌæä Ýí ÊæäÓ ÈãÓÇÌíä ÇáÑÃí¡ æíãÇÑÓ ÇáÈæáíÓ ÇáÓíÇÓí ÍÑßÉ ÅÑåÇÈ ãäåÌí ÖÏ ÇáÔÚÈ¡ æíæÙÝ ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã ÃÌåÒÉ ÇáÏæáÉ æãÄÓÓÇÊåÇ áÞãÚ ÎÕæãå ÇáÓíÇÓííä¡ æÊÊÝÇÞã ÇáÈØÇáÉ Ýí ÕÝæÝ ÇáÔÈÇÈ¡ æÊÝíÖ ÞáæÈ ÇáÊæäÓííä ãä ÇáãåÇÒá ÇáÇäÊÎÇÈíÉ æäÓÈ Çá  %99¡ íÃÊí ÎØÇÈ ÇáÑÆíÓ Èä Úáí ÎÇáíÇ ãä ßá ãÕÏÇÞíÉ¡ íÌÊÑ ÍßÇíÉ ãÚÌÒÉ ÇáÊÛííÑ æíÚÏÏ ÅÕáÇÍÇÊ æãßÇÓÈ ÊÍÞÞÊ ááÔÚÈ ÇáÊæäÓí åí ãÍÖ ÃæåÇã áÇ ÃËÑ áåÇ Ýí æÇÞÚ ÇáÍÇá.

 

 

 

ÝáÞÏ ÊÍÏË ÇáÑÆíÓ Úä "ÅäÞÇÐ ÇáäÙÇã ÇáÌãåæÑí ÈÅáÛÇÁ ÇáÑÆÇÓÉ ãÏì ÇáÍíÇÉ"  Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí íæÚÒ Ýíå ÈÏÞ ÇáØÈæá áÎÑÞ ÇáÏÓÊæÑ æÅÚÇÏÉ ÊÑÔíÍ äÝÓå Ýí ÇáÇäÊÎÇÈÇÊ ÇáÑÆÇÓíÉ áÓäÉ 2004¡ áíÍßã ÇáÔÚÈ ÇáÊæäÓí ÈÑÆíÓ æÇÍÏ ãÏì ÇáÍíÇÉ æáßä ÈÊÞÓíØåÇ åÐå ÇáãÑÉ ßá ÎãÓ ÓäæÇÊ.

 

 

 

ßãÇ Êßáã Úä "Ãä ÇáÏíãÞÑÇØíÉ æÇáÊÚÏÏíÉ æÍãÇíÉ ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä åí Ýí ÊæäÓ Çáíæã æÇÞÚ ãáãæÓ" Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊãäÚ Ýíå ÇáÃÍÒÇÈ ãä ÇáÚãá ÇáÞÇäæäí æíÑãì ÒÚãÇÄåÇ æãäÇÖáæåÇ Ýí ÇáÓÌæä æÇáãäÇÝí æÊäÊåß Ýíå ÇáÍÑãÉ ÇáÌÓÏíÉ ááãæÞæÝíä æÇáãÓÌæäíä ÈÇÚÊÑÇÝ ÃÌåÒÉ ÇáÓáØÉ äÝÓåÇ.

 

 

 

æÊÍÏË ÃíÖÇ Úä "ÚáæíÉ ÇáÞÇäæä" ÇáÐí åæ "ÝæÞ ÇáÌãíÚ ÅÐ áÇ ÍÑíÉ ÈÏæä ÓáØÇä ÇáÞÇäæä æáÇ ãÚäì ááÏíãÞÑÇØíÉ ÎÇÑÌ ÃÍßÇã ÇáÏÓÊæÑ"¡ åÐÇ ÇáÞÇäæä ÇáÐí Íæáå ÇáäÙÇã ÈÚÈÚÇ Êßãã Èå ÇáÃÝæÇå æíáÞì Èå ÇáÃÈÑíÇÁ Ýí ÇáÓÌæä: åæ äÝÓå ÇáÐí ÑËÇå Ãåáå¡ ÞÖÇÉ æãÍÇãíä¡ æÊßáãæÇ Úä ÇÓÊÚãÇáå ÓíÝÇ Ýí íÏ ÇáÓáØÉ ÇáÍÇßãÉ ÊÓáØå Úáì ÎÕæãåÇ ãä ÇáãÚÇÑÖíä.

 

 

 

ßãÇ Êßáã Úä "ÇáÅÕáÇÍÇÊ ÇáãÊÊÇáíÉ Úáì ãÎÊáÝ ÇáäÕæÕ ÇáÞÇäæäíÉ æÝí ãÞÏãÊåÇ ÇáãÌáÉ ÇáÇäÊÎÇÈíÉ æÞÇäæä ÇáÃÍÒÇÈ æÞÇäæä ÇáÕÍÇÝÉ æÞÇäæä ÇáÌãÚíÇÊ æãÌáÉ ÇáÃÍæÇá ÇáÔÎÕíÉ æãÌáÉ ÇáÔÛá æÇáãÌáÉ ÇáÌäÇÆíÉ æãÌáÉ ÇáÅÌÑÇÁÇÊ ÇáÌÒÇÆíÉ" åÐå ÇáÅÕáÇÍÇÊ ÇáÊí ÃÌãÚ Çáßá Úáì ßæäåÇ áÇ ÊÚÏæ Ãä Êßæä ÊÚÏíáÇÊ ãä ÃÌá ÊßÑíÓ ÓíØÑÉ ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã Úáì ÇáÏæáÉ æÇáãÌÊãÚ Ãæ Ýí ÃÍÓä ÇáÃÍæÇá ãÌÑÏ ÊÍæíÑÇÊ áÇãÓÊ ÇáÔßá Ïæä Ãä ÊÛæÕ Åáì ÇáãÖãæä áÊÈÞì ÍÈÑÇ Úáì æÑÞ ÔÇåÏÉ Úáì ÚãÞ ÇáåæÉ Èíä ÎØÇÈ ÇáÓáØÉ æÍÞíÞÉ ããÇÑÓÊåÇ. 

 

áÞÏ ßÇä ÎØÇÈ ÇáÑÆíÓ åÑæÈÇ Åáì ÇáÃãÇã æãÍÇæáÉ ÃÎÑì áÐÑ ÇáÑãÇÏ Úáì ÇáÚíæä ÃäßÑ Ýíå æÌæÏ ãÍÇßãÇÊ ÇáÑÃí æåíãäÉ ÇáÓáØÉ æÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã Úáì ÇáÍíÇÉ ÇáÓíÇÓíÉ æÇáÇÌÊãÇÚíÉ¡ ãÕÑÇ Úáì ÎØÇÈ ÇáÊÎæíä áÃæáÆß  ÇáãäÇÖáíä ÇáÐíä áã íÏÎÑæÇ ÌåÏÇ Ýí ÇáÕÏÚ ÈÇáÍÞíÞÉ æãÞÇæãÉ ÇáÇÓÊÈÏÇÏ¡ ßá Ðáß Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí íÊÈÌÍ Ýíå ÇáÑÆíÓ ÈãäÉ ÇáÚÝæ Úä ÈÚÖ ÃæáÆß ÇáÃÈÑíÇÁ ÇáÐíä ÞÖì ÇáßËíÑ ãäåã ÓäæÇÊ ØæíáÉ Ýí ÛíÇåÈ ÇáÓÌæä áÇ áÔíÁ ÅáÇ ÈÓÈÈ ÂÑÇÆåã æãæÇÞÝåã ÇáÓíÇÓíÉ. 

 

áÞÏ ßÇä ÎØÇÈ ÑÆíÓ ÇáÌãåæÑíÉ ÎØÇÈÇ áÇ ÊÇÑíÎíÇ Êßáã Ýíå Úä ÇáãßÇÓÈ ÇáÊí ÊÍÞÞÊ ááãÑÃÉ Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊÞãÚ Ýíå ÇáäÓÇÁ æíÊÚÑÖä ááÖÑÈ æÇáÅÚÊÞÇá¡ æÊßáã Úä ÇáÛÏ ÇáÃÝÖá ááÔÈÇÈ Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊÊßÇËÑ ØæÇÈíÑ ÇáÚÇØáíä Úä ÇáÚãá æ ÓÝä ÇáåÌÑÉ Åáì ÇáÔãÇá æÊßáã Úä ÇáæØäíÉ Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊÝÑØ Ýíå ãÄÓÓÇÊ ÇáÏæáÉ Åáì ÇáÑÃÓãÇá ÇáÃÌäÈí Ãæ ÇáßãÈÑÇÏæÑíÉ ÇáãÍáíÉ¡ æÊßáã Úä ÇáÌãåæÑíÉ Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊÊÑßÒ Ýíå ÃÛáÈ ÇáÓáØÇÊ ÈíÏ ÇáÑÆíÓ æÊäÍÓÑ Ýíå ÇáãÔÇÑßÉ ÇáÔÚÈíÉ Åáì ãÓÊæì ÇáÊÃííÏ ÇáÇÍÊÝÇáí.

 

 

 

áÞÏ ãËá ÎØÇÈ ÇáÑÆíÓ Èä Úáí ÎíÈÉ Ããá ßÈÑì ááÔÚÈ ÇáÊæäÓí ÇáÐí ßÇä íÊæÞÚ ãäå Ãä íÚáä ÇÓÊÌÇÈÊå áãØáÈ ÇáÚÝæ ÇáÊÔÑíÚí ÇáÚÇã æÚÏã ÊÑÔÍå ááÇäÊÎÇÈÇÊ ÇáÑÆÇÓíÉ Ýí 2004 æÇáÝÕá Èíä ÑÆÇÓÉ ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã æãÄÓÓÉ ÑÆÇÓÉ ÇáÏæáÉ æÖãÇä ÇÓÊÞáÇá ÇáÓáØÇÊ ÇáËáÇË ÇáÊÔÑíÚíÉ æÇáÊäÝíÐíÉ æÇáÞÖÇÆíÉ¡ æÑÏ ÇáÇÚÊÈÇÑ ááÞÖÇÁ ÈÅäÔÇÁ ãÍßãÉ ÏÓÊæÑíÉ æÙíÝÊåÇ ÍãÇíÉ ÇáÏÓÊæÑ æãÈÇÏÆ ÇáäÙÇã ÇáÌãåæÑí.

 

 

 

áÞÏ ÇäÊÙÑ ÇáÔÚÈ ÇáÊæäÓí Ãä ÊÞÚ ÇáÏÚæÉ Åáì ÊäÞíÍ ÞÇäæä áÃÍÒÇÈ æ ÇáÌãÚíÇÊ ÈÇáÔßá ÇáÐí íãßä ßá ÇáÃØÑÇÝ ÇáÓíÇÓíÉ æ ÇáÝÆÇÊ ÇáÇÌÊãÇÚíÉ ãä ÇáÚãá ÇáÞÇäæäí æ ÇáãÔÇÑßÉ ÇáÝÇÚáÉ Ýí ÈäÇÁ ÇáæØä¡ åÐÇ ÈÇáÅÖÇÝÉ Åáì ÊäÞíÍ ÞÇäæä ÇáÕÍÇÝÉ ÈÇÊÌÇå ÊæÝíÑ ÖãÇäÇÊ ÈÑæÒ ÅÚáÇã ÍÑ¡ ãÓÄæá æãÓÊÞá¡ æ ÖãÇä ÍÑíÉ ÇáÊÚÈíÑ æ ÅÈÏÇÁ ÇáÑÃí.

 

 

 

 áÞÏ ßÇä ÇáÔÚÈ ÇáÊæäÓí íäÊÙÑ ãä ÇáÑÆíÓ Ãä íÚáä Úä ÝÊÍ ãáÝÇÊ ÇáÝÓÇÏ ÇáãÇáí Ýí ÃÌåÒÉ ÇáÏæáÉ æÇáÅÏÇÑÉ æ ÅäÔÇÁ ãÑÕÏ æØäí áãÞÇæãÉ ÇáÝÓÇÏ áÞÏ ßÇä ÇáÔÚÈ ÇáÊæäÓí íäÊÙÑ ãä ÇáÑÆíÓ Ãä íÍæá ÔÚÇÑ ÇáÌãåæÑíÉ æãÈÇÏÆåÇ Åáì æÇÞÚ íÊÍÑß Ýí ÍíÇÉ ÇáäÇÓ¡ ÛíÑ Ãäå ÎíÈ ÂãÇá ÇáÔÚÈ. åÐÇ ÇáÔÚÈ ÇáÐí ÈÞí æÓíÈÞì íäÇÖá ÃÈÏÇ ãä ÃÌá ÇÓÊÑÌÇÚ ÍÑíÊå ÇáÓáíÈÉ æ ÝÑÖ äÙÇã ÌãåæÑí æÏíãÞÑÇØíÉ ÍÞíÞíÉ áÇ ÎæÝ ÝíåÇ æáÇ Ùáã æáÇ ÇÓÊÈÏÇÏ.

 

 

 


* ÈÇÍË Ýí Úáã ÇáÇÌÊãÇÚ ÇáÓíÇÓí ÚÖæ Ýí ÇáãÄÊãÑ ãä ÃÌá ÇáÌãåæÑíÉ

 

 

 

 

 

 Réponse de M. Slaheddine Maâoui au journal "Le monde"

 

 

  Voici le texte de la réponse publiée aujourd'hui de Maaoui, Ministre des droits de l'homme, à l'article de Florence Beaugé paru dans le monde du 22 juillet.
Cette littérature ne nous surprend guère dans son argumentaire : comme pour le Juge Mokhtar Yahyaoui, Maaoui accuse Mme Beaugé de se livrer à un "réglement de comptes" personnel suite à des accusations colportées contre elle. Tout s'explique : la Tunisie, contrairement à tous les autres pays du monde est un paradis sur terre. Et toute critique ne peut émaner que d'un esprit aigri mu par la volonté de revanche : telle serait l'explication des critiques du Juge Yahyaoui et de la journaliste Beaugé qui n'a fait que son métier celui d'informer.
Plus grave encore : notre ministre des droits de l'homme, tenez-vous bien, traite les droits de l'homme de "tarte à la crème", et dans un communiqué officiel.
Il est vrai que la vérité sort de la bouche des enfants, mais aussi des hommes en colère. Maaoui  ne devrait-il pas rebaptiser son ministère de : ministère de la désinformation et de la défense de la tortiocratie ?
Mondher Sfar
 

30/07/2001-- M. Slaheddine Maâoui, ministre délégue auprès du Premier ministre, chargé des Droits de l'Homme, de la Communication et des Relations avec la Chambre des députés, a adressé au journal "Le Monde¨" une réponse à un article paru dans son édition du 22 juillet et dans lequel "Le Monde" continue à s'acharner contre la Tunisie. Cependant et au mépris des règles de la déontologie, "Le Monde" n'a pas daigné reproduire cette réponse.

C'est pourquoi nous publions ci-après le texte de la réponse du ministre :

"L'acharnement du monde contre la Tunisie ne se dément pas. Le journal reprend le pilonnage médiatique auquel il se livre. Le parti pris flagrant qu'on relève jusque là à l'égard de tout ce qui touche aux affaires tunisiennes vient de monter d'un cran à la suite de la publication dans l'édition du 22 juillet 2001, d'un article signé de sa journaliste soi disant "spécialiste et connaisseuse" des affaires tunisiennes.

Cet article, qui s'apparente plus à un tract incendiaire de l'extrémisme radical qu'à un "papier de fond" journalistique, a poussé si loin l'amalgame, le dénigrement et le dévoiement ... que l'on se demande jusqu'où l'hostilité à la Tunisie peut mener ce journal.

On n'est plus du tout dans le journalisme, mais plutôt dans le registre des brulots et des pamphlets qui ne respectent aucune règle du métier. Le ton est si véhément et le verbe si acerbe que l'auteur semble avoir oublié tout devoir de retenue et s'être glissée dans la peau d'une partie prenante.

S'agirait-il d'un règlement de comptes à la suite de l'intox grossière colportée dernièrement à l'encontre de l'auteur de cet article, et à laquelle aucune personne, si naïve soit-elle ne pouvait ajouter foi ? comment expliquer tant d'animosité et tant d'agressivité autrement que par la crédulité de l'auteur qui est visiblement tombée dans un piège tendu au moyen d'une rumeur qu'on s'est arrangé à glisser à son oreille, une information infondée et invérifiable qui a provoqué la fureur de la journaliste qui s'en est prise aussitôt à la Tunisie et à ses dirigeants, les accusant de tous les maux ? pourtant, la ficelle était trop grosse pour abuser qui que ce fut.

Laissant de côté, pour une fois, la tarte à la crème des Droits de l'Homme, "Le monde" ouvre son réquisitoire en dissertant sur le cas d'un magistrat. Il procède par amplification outrancière, n'ayant que quelques éléments insignifiants pour étayer un parti pris flagrant.

Dans cette diatribe, l'auteur fait feu de tout bois, attribuant les appréciations les plus excessives et les thèses les plus fantaisistes à des sources anonymes telles que plusieurs témoins ou encore "l'un des opposants".

Un magistrat ayant eu des démêlés avec la justice, proteste, sans doute par dépit parce qu'il perd son procès, contre les conditions dans lesquelles s'administre la justice en Tunisie. "Le monde" tient à lui donner un caractère éminemment politique, ni plus, ni moins. Voilà que l'acte isolé d'un homme probablement déçu par un verdict prononcé contre lui, un acte somme toute banal et qui devient, sous l'effet d'on ne sait quelle dérive journalistique, un événement de première importance. C'est là une manoeuvre grotesque destinée à pervertir et tromper les esprits. Pour un journal qui se veut l'exemple de la rigueur et de l'impartialité dans l'analyse des faits, on est en droit de s'interroger sur son honnêteté intellectuelle.

Parce qu'elle ne concorde pas avec la thèse que le journal veut à tout prix accréditer, la version officielle devient "ridicule", bien quelle soit objective, mesurée, appuyée sur des faits avérés, mentionnant des noms de citoyens qui, de surcroît, ont raconté sur les journaux leurs démelés avec le juge.

Bien entendu, à partir du moment où "Le monde" décide de faire fi de l'objectivité journalistique et des règles élémentaires du métier, pour choisir de publier des articles d'une virulence que ne désavouerait pas le militant le plus extrémiste de l'opposition la plus radicale, on n'est plus sur le terrain du journalisme.

Abordant le volet de l'information, le journal adopte une bien étrange approche ... peut-on avancer sérieusement que l'avènement d'une chaîne satellitaire aux objectifs subversifs évidents, au financement douteux et dont les animateurs sont connus pour leur appartenance à la mouvance obscurantiste, peut-être interprété comme l'échec de l'information en Tunisie.

Le combat de l'information, n'en déplaise à certains, est en train d'être gagné en Tunisie, avec les médias tunisiens. Comme elle a gagné le pari d'élargir le champ des libertés et la pratique démocratique, la Tunisie est en train de remporter celui de l'information. et sur ce terrain, les progrès sont indéniables : une dynamique nouvelle marque la presse nationale et un souffle nouveau anime la télévision, de plus en plus ouverte au pluralisme, aux débats d'idées et à la liberté d'expression.

Pourquoi donc cet aveuglement, ce refus de voir les réalités telles qu'elles sont, cette obstination à ne les voir qu'à travers le prisme déformant du parti pris ... ainsi tout ce que colportent les extrémistes radicaux sur la Tunisie est considéré comme la verité. Tout ce qui vient du côté officiel est, par définition sujet à caution ... quelle belle leçon d'objectivité et de déontologie journalistique.

Trahie par l'indigence de son imagination, "La spécialiste" des affaires tunisiennes nous transporte à des milliers de kilomètres pour se lancer dans des comparaisons si hasardeuses qu'on ne peut s'empêcher d'en sourire. C'est qu'on connaît déjà, sous sa plume, la meême volonte de brosser un tableau apocalyptique de la situation de la Tunisie. Forcer la réalite pour cadrer avec cette volonte de nuire ne surprend plus.

Et ce que le journaliste qualifie de "décalage" entre le pouvoir et la société civile reflète en fait le décalage flagrant entre "Le monde" et la réalité tunisienne.

Tant d'aveuglement nous laisse interdit. Vouloir brosser un tableau noir de la Tunisie, en oubliant les règles élémentaires de l'objectivité, de la relativité et du doute, nous fait croire qu'en ce qui concerne la Tunisie du moins, "Le monde" est bien loin de l'esprit de son fondateur Hubert Beuve-Mery. Celui qui a fait de la quête de la vérité un sacerdoce journalistique... or des qu'il s'agit de notre pays, le journal -hélas- perd tous ses repères.

HUBERT REVEILLE TOI....ILS SONT DEVENUS FOUS....

 

 

 

 

 L'animateur et chroniqueur sportif Mohamed Boughenim n'est plus

 

 

30/07/2001-- Mohamed Boughenim, animateur, producteur et chroniqueur sportif à la Télévision tunisienne et journaliste au ''Renouveau'', est décèdé à l'aube dans un Hôpital de Prague, suite à une crise cardiaque résultant de la détérioration du fonctionnement rénal.

Il effectuait une mission en République Tchèque en sa qualité de vice-président de la Fédération Tunisienne de Cyclisme et couvrait un évenement sportif pour les médias tunisiens, le tour de slovènie cycliste.

Né en 1942, Mohamed Boughenim a fait ses études primaires et secondaires au collège Sadiki puis a poursuivi ses études supérieures à la Faculté des lettres de Tunis où il a obtenu une Maîtrise en langue française.

Au cours de sa longue carrière de journaliste sportif, il a acquis une notoriété qui le plaçait parmi les grandes figures de la télévision tunisienne et du journalisme sportif. Il a assumé parallèlement des résponsabilités sportives et a été notamment membre du comité directeur de la Fédération Tunisienne de Handball puis vice-président de la Fédération Tunisienne de Cyclisme.

Manifestant sa sollicitude envers Mohamed Boughenim, le Président Ben Ali a pris l'initiative il y à quelques jours, quand il a appris la gravité de l'état de santé de celui-ci, de donner des instructions pour la prise en charge des soins qui lui sont prodigués et pour lui apporter le maximum d'attention.

source/ www.tunisie.com 

 
 VOICI UNE REPONSE ASSEZ DURE A L’ARTICLE DE GILBERT NACCACHE PUBLIEE SUR UN FORUM TUNISIEN. NOUS LA PUBLIONS POUR ENRICHIR ET DIVERSIFIER LE DEBAT !!

(SOURCE : FORUM ETTOUNSI http://www.rezoweb.com/forum/politique/ettounsi/176.shtml )

 

 

 

Envoi de Ibn Toumert le 29 Juillet 2001:

 

Réponse à: L'opposition divisee: Article de Mr Naccache envoi de SFAXI le 29 Juillet 2001:

 

Mais qui est cet individu qui s’arroge le droit de jauger les tendances politiques ?

Est-il un Mostaareb (ÇáãÓÊÚÑÈæä åã ÇáÌäæÏ ÇáÇÓÑÇÆíáíæä ãä ÇÕæá ÚÑÈíÉ ÇáãÊÎÕÕæä Ýí ÇáÊÓáá ÏÇÎá ÕÝæÝ ÇáãäÊÝÖíä ÇáÝáÓØíäííä ááÞíÇã ÈÚãáíÇÊ ÇáÊÕÝíÉ Ãæ ÇáÊÌÓÓ æÌãÚ ÇáãÚáæãÇÊ Úä ÇáäÔØÇÁ ÇáÝáÓØíäííä)

 

à la porte du Masjed Al Aksa?

 

Est-il le cerbére de la terre promise de la démocratie? Ou encore le membre d’un polit-bureau distribuant les cartes de pureté ideologique à l’avant-garde du combat révolutionnaire pour des lendemains prolétaires?

 

Pourquoi s’interroge-t-il sur la possibilité que la Nahdha conclut une alliance avec le pouvoir? Ne l’a-t-il pas dejà fait contre cette meme Nahdha à travers son ami (depuis longtemps) de combat, M. Charfi?

 

A-t-il peur que d’autres occupent le champ de l’opportunisme dont il assume, tacitement, la propriété?

Est-ce qu’il est en train de répéter une séance d’un futur tribunal d’inquisition démocratique dont il serait le juge en chef mandaté par un Etat encore plus intégralement laic que l actuel?

Ou peut-etre serait-il en train de se recycler en objecteur de conscience démocratique comme un paquet de Cristal vide? Il se peut aussi que le SCG (syndrome de la condescendance gauchiste) devienne actif quand un ami est éjecté du pouvoir et que des amis de la Tunisie(sic!), pour le consoler, le couronnent par pronunciamento chef de l’opposition?


On l’imagine dans l’anti-chambre du pouvoir faisant les cents pas et attendant qu’on l’appelle pour se précipiter de l’autre coté de la porte. Il devrait présenter la mére des stratégies qui permettra au pays d accéder finalement au rang des pays développés.

 

Les chances que son plan de re-ingineering de la réalité tunisienne soit accepté dépend de sa capacité de s’intégrer dans la permanence de gestion de crise qu’est devenu le pouvoir. Mais, il s’attend à un acceuil chaleureux surtout que ses interlocuteurs ont déjà perdu tout contact avec la Tunisie profonde comme lui d’ailleurs. En fait, tout est là pour que le contact soit des meilleurs à moins que…

Dans les annees 60 du siécle passé, l’individu s’associe avec d’autres comme Ben Kheder, Charfi et Lakhdar qui partagent avec lui leur dépendance à l’opium des intellectuels de l’époque (entendre marxisme selon RAYMOND ARON ).

 

Leur projet consiste à préparer la classe ouvriére tunisienne pour contribuer à la révolution socialiste mondiale contre le capitalisme et sa forme supreme l’imperialisme. Le proletariat mondial devant etre reuni sous la banniére de l’internationale socialiste IV qui se démarque du Komintern dominé par Staline assassin du prophéte de la révolution permanente Trotsky.

Le Destour durcit encore le ton à la fin des annees 60 et envoya le groupe derriére les barreaux. En prison, on fait son auto-critique. Le peuple qu’on a essayé d’éduquer aux bienfaits du catharsis revolutionnaire n’a pas suivi les mots d ordre et l’avant garde rouge se trouva sans chair à canon.

 

C’est un peuple ignare qui n’a pas engendré la bonne graine révolutionnaire indispensable pour secouer les fondements d’une societe patriarcale, despotique, superstitieuse, féodale et surtout musulmane.

 

La présence de quelques dizaines de milliers de paysans ( betes noires des trotskystes qu’ils qualifient d’ailleurs de sacs à patates) dans cette poussiére d’individus accentue son caractére conservateur et le rend génétiquement handicapée pour comprendre les appels de l’avant-garde prolétarienne. Bref, il faut changer de tactique pour réaliser la strategie de la révolution.

Un autre evenement important influença la trajectoire politique et ideologique du groupe ou plutot disons qu’il consolida des principes existants dans leur vulgate.

On se référe à l’agression de l’entité sionazi contre l’Egype, la Syrie, la Jordanie et le Liban en 1967 et qui se solda par la colonisation de vastes territoires arabes par les hordes sionazi. Le groupe conclua que l’entité sionazie est viable et que le nationalisme arabe ne l’est pas. L’entite sionazie a par conséquent acquis le droit d’etre une nation tandis que les arables l’ont perdu pour l’eternite et c’est tant mieux.

 

Le groupe aurait rejoint la position défendue par le Parti communiste Tunisien qui, sur ordre de Moscou, reconnut l’entité sionazie tout comme la majorité des partis communistes arabes de l’époque. D’ailleurs, le trotskisme ne fait pas bon ménage avec le nationalisme arabe qu’il considere comme une mélange d’idéologies militariste, policiere (il a raison sur ce point), semi-feodale et petite bourgeoise et qui en puisant dans le fonds culturel et historique commun de millions d’arabes et de musulmans ne fait que pousser encore plus les masses arabes dans l’ignorance et surtout l’obscurantisme de l’Islam.

 

On comprend la raison pour laquelle le groupe, qui édita à l’epoque une revue intitulée Perspectives, cautionna la tentative de Bourguiba de jeter les fondements d’un nation tunisienne isolée du monde arabo-musulman à travers l’invocation des esprits habitant les artifacts archeologiques du sous-sol tunisien.

La défaite des régimes arabes en 1967 créa aussi un trauma profond dans l’inconsicent du groupe. Il n’était pas capable ni de saluer publiquement la victoire du socialisme kiboutzien des colons sionazis, ni de sabler le champagne, ni de manifester la joie pour l’écrasement des hordes sauvages et fanatiques qui vivent aux alentours de l’entité sionazie, cet ilot de démocratie, de sciences et de modernité.

 

En fait, selon le modéle marxiste des étapes historiques, l’entité sionazie est historiquement plus proche de la revolution socialiste que ces regimes qui combinent dictature et sous-developpement. Ce trauma fut sublime a travers le support inconditionnel au projet bourguibien de nation tunisienne et l’appel à la revision sinon le rejet de l’appartenance de la Tunisie à l’espace strategique arabo-musulman.

 

La Tunisie serait une nation dont le contact avec la culture arabo-musulmane est passager et parfois meme désastreux. L’Islam n’est en fait qu’une religion de bédouins ignorants qui ont osé prétendre batir une civilisation universelle. Le peuple tunisien porte dans son ame les stigmates indélébiles de ce contact.

 

La tache de cette etape de la revolution serait de remodeler l’etre tunisien, l’exorciser de l’ignorance, de l’au-delà, du sacré et de cette facheuse tendance a vouloir en meme temps, profiter de la vie et investir dans l’autre monde. La référence à l’Islam doit etre eliminée du quotidien, de la politique, de l’économie, de la morale voire du reve.

 

Les relents colonialistes et orientalistes d’un tel discours sont évidents mais ses porteurs ne veulent absolument pas le reconnaître marquant ainsi leur profonde aliénation consciente, engagée et active qui ne reculerait pas devant l’établissement de tribunaux d’inquisition laico-démocratiques contre quiconque ose montrer son profond attachement a Mohammed (SAW), à sa Sira, aux péripéties de la Révélation et au Coran. Pourtant, cette attitude a ete analysée et destructuree par Edourd  Said. Mieux, elle etait faite un film : ‘La route des Indes’.

En pleine repression contre ceux qui se referent a l’Islam comme source de balises comportementales, M. Charfi accepta de prendre en charge l’éradication de ce referentiel dans l’enseignement public. On l’imagine à son bureau du ministere, dégustant un 8éme de boukha et raturant rageusement les versets du Coran qu’il considere sexistes, racistes, segragationnistes et incompatibles avec l’homme nouveau qui sera porteur de la bonne nouvelle humaniste et ultimement revolutionnaire trotskiste.

 

Triste sort pour celui qui lutta conte le revisionisme de Staline et qui se retrouve, avec l’arrogance et la condescendance requises, en train d’écrire l’ebauche d’une nouvelle version du Livre Saint.

Les “trot”, comme on les appelle, trouvérent un affluent à leur reve toujours falsifie dans le nouveau visage de l’hegemonie mondiale : La mondialisation. Les institutions tunisiennes d’enseignement doivent produire des petits tunisiens dont l’appartenance spatiale est agrégée à l’échelle planétaire tandis que l’appartenance temporelle est faite d’un melange de la mythique Ellisa, du borgne Hannibal, du perdant Jugurtha et de celle qui emmena ses enfants a l’Islam quand elle a perdu son combat : La Kahena. La periode historique qui donna au peuple tunisien son identite profonde actuelle est noyee dans un courant de references à des entites fossilisées.

Toutefois, l’ingenieur des mentalites evacue le fait que, une fois mis en perspective (Gilbert adore ce mot), ces entites fossilisees ne militent point en faveur d’une nation créee sur ordre du Combattant Supreme ou suite a des desirs internationalistes obscurs mais jalonnent un parcours creatif d’identité qui trouva son apotheose dans l’adoption de l’Islam.

 

Ce qui explique la rapidite avec laquelle cette religion s’est implantée parmi les tribus nord-africaines qui de surcroit ont porté tres haut son etendard et ont propage l’enseignement et l’utilisation de sa langue. On n’a qu’à citer les mourabitouns, les mouehedouns, les aghlabites, les hammadites, et on en passe.

Sur fond de superiorite incontestable de la culture occidentale, l’entreprise commencée par Bourguiba pour remodeler le peuple et que Charfi avait pour mission d’élargir la portee n’aura finalement comme resultat que la creation de batards sans identiteé, sans cadre de reference que celui créee par l’homme occidental assumant son fardeau et qui consiste en la lourde mission de civiliser le barbare, le sauvage et l’ignorant tout peuple autre qu’occidental compris.

Le batard (l’homme nouveau de Charfi) est condamne a courir éternellement derriere le mirage de la modernité decriée par ceux là meme qui la produisent. Il consomme avec appetit les produits importés et propage avec enthousiasme les idées de l’Occident au nom du patrimoine humain mondial. Plus intéressant encore est sa profonde aliénation.

 

Il est porteur du syndrome de Micheal Jackson (SMJ). La haine de soi est insupportable au point de desirer de changer et de changer effectivement de peau (l’ame étant inexistante). Que la peau tombe en lambeaux et que ne l’on soit plus capable d’aller en public sans masque est le mode de vie.

Tout compte fait, l’homme nouveau produit par un cerveau sous l’emprise de l’opium de la modernite est une épave qui chavire au gré des courants de la mode, sans ports d’attache, sans avenir autre que celui d’un ver de terre et bien sur sans passé glorieux autre que celui des combats de trotskistes sur les barricades de l’internationale et probablement (parce qu’imbu de la culture de la paix) les réalisations des pionniers des kiboutzims.


Ce que les “trot” ne realisent pas est que le peuple tunisien ( je parle de la majorite et non de cette minorite d aliénés ideologiques) refuse de croire que cet univers soit une maison dont le toit est en matiere, les murs sont en matiere, le sol et le sous-sol soit en matiere et que la vie finisse une fois l’etre est enselvi sous terre.

 

Le peuple tunisien croit que la matiere n’a pas toujours existe et qu’elle n’est pas partout. Il croit aussi que la matiere a ete créee et qu’elle diparaitra quand le Createur le lui ordonnera. Il croit aussi qu’il a le droit de mener une vie equilibree qui associe à chaque instant le sacre et qu’il soit en mesure à travers son activite quotidienne d’investir dans le salut de son ame.

 

Il croit aussi à son droit de puiser dans ses textes sacrés autant qu’il desire les lois et les balises qui sanctionnent son comportement individuel et social. Que cela puisse paraître illogique et obscurantiste pour les éradicateurs c’est tout simplement parce qu’en vérité, ils se voient dans un miroir qui leur renvoie leurs veritables identites illogiques et obscurantistes.

Les “trot” doivent s’interroger sur les raisons qui les gardent groupusculaires sans ancrage social veritable. En fait, ils doivent eliminer de leur analyse cette tendance de se voir les seuls porteurs de la verite representee par le materialisme scientifique et la dialectique qui ‘brise les briques’.

 

Ils doivent deraciner leur condescendance envers ce peuple, son histoire, son identite et ses croyances. Ils ont le droit de se referer a ce qu’ils veulent meme aux versets sataniques mais ils n’ont pas le droit d’imposer au peuple leur propre calendrier fait d’un mélange de marxisme deja dans les linceuls et d’un humanisme qui n’a pas livré la marchandise demandée par ses créateurs.

 

Ils peuvent avancer que meme l’Islam ne peut garantir le bonheur. C’est vrai mais il assure au moins une identite, un référentiel, une différence et surtout une colonne vertébrale home-made pour le peuple qui doit etre souverain et dont tout acteur politique doit accepter le verdict.

Les “trot” et les éradicateurs ne sont pas et ils n’éditeront jamais l’œuvre de Moise(AS) qui sortit les israélites du Taghout vers Al Hijaz (et non la Palestine soit dit en passant). Mon ami de Tozeur disait qu’argumenter avec des trotskistes n’a rien de passionnant : ils parient toujours sur les chevaux borgnes et boiteux.

Je prie le lecteur d’excuser mon francais. En fait, dans mon cas, la langue française n’est pas une trophee de guerre comme disent cerains compradores mais une langue d’exil que parfois, inconsciemment, j’essaye de fuir à travers mon irrespect de ses régles de generation.

 

 

 

 

(N.B: On a essayé de notre part de corriger la plupart des fautes de français pour aider nos lecteurs à saisir le point de vue de Mr. IBN TOUMERT)
 
Liste publiée grâce à l'aide exquise de l'association :
Freedoms Friends  FrihetsVänner Föreningen  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 


Get your FREE download of MSN Explorer at http://explorer.msn.com

Yahoo! Groups Sponsor
ADVERTISEMENT
Lose 20 lbs by September 24th!


To Subscribe send an email to:  عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
To Unsubscribe send an email to:  عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS




L'utilisation du service Yahoo! Groups est soumise à l'acceptation des Conditions d'utilisation.

Accueil

قراءة 133 مرات آخر تعديل على الثلاثاء, 17 أيار 2016 07:15