×

تحذير

JUser: :_load: غير قادر على استدعاء المستخدم برقم التعريف: 387
الثلاثاء, 21 أيار 2002 00:00

العدد 733 بتاريخ21 ماي 2002

 

 
 
:ويجيب الناخب بكلمة "نعـم" او بكلمة "لا" عن السؤال الاتي
"هـل تـوافـق عـلى مشروع القانون الدستوري المتعـلق بتـنـقيح بعض أحكام من الدستور الذي وافق عليه مجلس النواب في جلسة يوم الثلاثاء 02 أفريل 2002 والذي تم نشره بالرائد الرسمي للجمهورية التونسية"
إن يوم الإستفتاء سيكون يوم القرار لصاحب القرار، الشعب. بهذا الإستفتاء يمارس الشعب سلطته التأسيسية ويكرس سيادة قراره.
زين العابدين بن علي، تونس في 12 ماي 2002
 
TUNISNEWS
3ème année, N° 733 du 21.05.2002
Pour consulter les archives de notre liste, cliquez ici: : http://site.voila.fr/archivtn
LES TITRES DE CE JOUR:
 
 
CRLDHT : Meeting-Dépat du 18 mai 2002
AFP: Controverse autour d'un rapport critique sur la presse en Tunisie
ASNA: Tunisia: liberta' stampa, critica associazione giornalisti
AFP: Accident d'EgyptAir en Tunisie: l'Egypte écarte des défaillances techniques
AFP: Rencontre de Dominique de Villepin avec ses homologues du Maghreb et d'Egypte
Mokhtar Yahyaoui: "La réforme constitutionnelle marquera une page peu élogieuse de notre histoire"
AVUI: Texte de l’interview accordé par M. Omar Mestiri
Confluences Méditerranée: Résistance des tunisiens sur le web - L’information parallèle on line
Mondher Sfar: Réponse à Balha Boujadi :Si le peuple décide un jour de vivre librement…
Habib Bacha: Manifeste contre la bêtise
Taoufik Ben Brik: Rien n'arrête la machine Ben Ali.
Liberté pour la Tunisie: Le Changement de tactique : Faire mobiliser la population
Tahar Tounsi : Les "oulémas" du caporal travaillent pour Ben Laden
Omar Khayyam: I had a dream
رسـالة إلى الرأي العام من المساجين السياسيين بالسجن المدني بقابس
ملتقى باريس 18 ماي 2002: كلمة الدكتور منصف المرزوقي
أ ف ب: تقرير ينتقد التضييق على الحريات الصحافية
Vérité-Action: إصـــــدار كتــــاب عـن التغييــر الدستوري فــــي تونس
ماهر عبد الجليل: الشباب التونسي والسياسة ( مات ) اليسار وغاب اليمين فاستفتِ نفسك
نديم المحجوب : العجلة الخامسة للانظمة العربية
الحياة: مصر : حكم ينقض قرار شركة طيران فصلت قائدة طائرة لارتدائها الحجاب
 
"سوف أفاحشكم واحدا واحدا" !!!!
المدعو الأزهر العـقـوري، عون الأمن المكلف بالحراسة في سجن قابس مخاطبا السجينين الإسلاميين محمد نان وكمال شعيرات.
نشر موقع الزيتونة تي في الرسالة التالية :

رسـالة إلى الرأي العام من المساجين السياسيين بالسجن المدني بقابس

 

بسم الله الرحمان الرحيم

 

هذه رسالة من سجناء حركة النهضة بقابس

 

في وقت تنصرف فيه أنظار العالم إلى الفظاعات التي تقوم بها آلة الدمار الشارونية، عمدت إدارة السجن المدني بقابس إلى التضييق على سجناء حركة النهضة وذلك بمعاقبة:

 

 

جمال مامي بعشرة أيام سجن مضيق (انفرادي) من أجل إمامته بعض المساجين في الصلاة

 

 

تطاول العون لزهر العقوري على السجين الإسلامي فتحي السومري وأشبعه سبا وكلاما بذيئا على مرأى ومسمع من جملة من الأعوان والمساجين مما يضاعف من الإهانة. فعمد السيد فتحي السومري إلى الدخول في إضراب عن الطعام مع ربطه فمه والإمتناع عن الكلام احتجاجا على هدر كرامته

 

 

في يوم 23 –4- 2002 عمد نفس العون لزهر العقوري إلى دفع السجين الإسلامي محمد نان (من تطاوين) وإسماعه وابلا من الكلام البذيء وكذلك مع السجين الإسلامي كمال شعيرات وقال له: سوف أفاحشكم واحدا واحدا

 

 

في نفس اليوم عمدت الإدارة إلى التخفيف من حصة التهوئة إلى النصف حيث يقبع السجين حوالي 17 ساعة في مساحة لا تتجاوز 1.3 متر مربع دون مغادرتها..

 

 

وكذلك عمدت الإدارة إلى التحايل على قوت السجناء حيث أنها لم تعط السجناء لحم الدجاج من شهر جانفي والحوت منذ شهر فيفري بتعلة الجفاف والوضع المالي الصعب في حين أن القانون يكفل 3 مرات في الأسبوع (مرة لحم ومرة دجاج ومرة حوت) ولكن السجين المسكين لا يحصل على هذا ولا على ذاك.

سجناء حركة النهضة بسجن قابس

قابس في 2 ماي 02

 
CRLDHT
Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie
LE MEETING-DEBAT DU 18 MAI 2002 DU CRLDHT
CONTRE LA "REFORME CONSTITUTIONNELLE" ET LE "REFERENDUM-PLEBISCITE" DU 26 MAI A CONFIRME LE REJET DES COMPOSANTES ASSOCIATIVES AUTONOMES DE LA SOCIETE CIVILE ET LES PARTIS ET PERSONNALITES DE L'OPPOSITION NON INFEODEE A L'ETAT-RCD.

Le meeting débat du 18 mai 2002 à Paris organisé par le CRLDHT a été marqué par la présence de 23 représentants de la société civile et de l'opposition venue de Tunis. Toutes et tous ont participé aux différentes initiatives qui ont eu lieu dans le courant du mois de mai en Tunisie pour s'opposer à ce référendum plébiscite : conférence débat de la LTDH, conférence nationale sur les réformes constitutionnelles organisée le 12 mai à Tunis, pétition nationale intitulée "boycottez, citoyens !", réunion du parti At-Tajdid du 17 mai, etc.

L'issue de la "consultation" prévue le 26 mai 2002 en Tunisie pour "réformer la constitution" est, malheureusement, connue d'avance. Ce ne sont pas en effet les "assurances" données par le gouvernement tunisien de garantir notamment la présence "d'observateurs amis" qui sont de nature à faire illusion. La "réforme constitutionnelle" envisagée renforce le pouvoir personnel de Monsieur Ben Ali, aggrave le déséquilibre des pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire et rend impossible toute alternance démocratique et pacifique. Elle consacre une avancée décisive dans la voie de la présidence à vie, l'impunité du chef de l'Etat "pendant et après l'exercice de ses fonctions" et justifie par avance l'adoption d'une législation plus ouvertement liberticide à l'égard des démocrates et des opposants sous le couvert "d'enraciner davantage la loyauté envers la Tunisie"

Le meeting débat du 18 mai était placé sous l'égide de 4 mots d'ordre:
- Pour le droit à une alternance démocratique et pacifique,
- Pour la transparence et l'exercice effectif du pluralisme,
- Pour le respect des libertés individuelles et collectives,
- Pour une amnistie générale de toutes les victimes de la répression politique en Tunisie.

Près de 250 participants, venus de Tunisie, de France de Belgique, de Suisse et de Grande Bretagne ont participé à ces 10 heures contre le "référendum plébiscite".

Le CRLDHT remercie les animateurs associatifs, les personnalités et les partis politiques venus de Tunisie à cette occasion : La Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme (Moktar Trifi, Président, Slah Jourchi, Souhayr Belhassen), Le CNLT (Sihem Bensédrine, Nejib Hosni), L'Observatoire pour la Liberté de la Presse d'Expression et de Création (Om Ziad), le Centre pour l'Indépendance de la Justice (Hammami Ayachi); l'Association Tunisienne des Femmes Démocrates (Marzouki Ilhem), le Rassemblement pour une Alternative Internationale pour le Développement RAID-ATTAC (Fethi Chamkhi) ainsi que les personnalités universitaires, juristes, démocrates et défenseurs des droits humains : Bel Haj Hamida Bochra, Alya Chérif Chammari, Radia Nasraoui, Larbi Chouikha, Abdelaziz Mezoughi, Sana Ben Achour, Hamadi R'dissi, Mohamed Salah Kheriji , Hichem Moussa ,Salem Rjeb et Hichem Gribaa.

Le CRLDHT se félicite de la présence comme animateurs et comme participants de plusieurs partenaires démocrates français et maghrébins : Jean-Pierre Dubois, Bernard Dréano, François Geze, Patrick Baudouin, Bernard Ravenel, et Driss El Yazami. A cette occasion, le CRLDHT se félicite aussi de la décision prise par le comité des présidents de groupe du parlement européen d'envoyer à Tunis pour le 26 mai une mission d'observation et d'écoute de la société civile.

La séance d'ouverture a été présidée par le Président du CRLDHT, Kamel Jendoubi et des participants résidents en France ont animé ou participé aux quatre "panels" : Khémaïs Chammari, Sophie Bessis, Cherbib Mohiddine, Jaloul Ben Hamida, Ksila Khémaies, Ben Hiba Tarek (FTCR) et Nadia Chaabane (ATF).

Des personnalités politiques ont participé à cette rencontre qui constitue une première :, Mohamed Charfi, Nejib Chebbi (Parti démocratique et progressiste - PDP), Mustafa Ben Jaafar (Forum démocratique pour le travail et la liberté FDTL), Moncef Marzouki (Congrès pour la république - CPR), Ameur Laaridh (Mouvement En Nahdah) , Ellala Mohamed Lakhdar (Parti Et-Tajdid), Chokri Belaid (Patriotes Démocrates ) et Adel Thabet (Parti communistes des ouvriers de Tunisie- PCOT). .

A l'issue des débats Allal Mourad et Khémaïs Chammari ont présenté une synthèse des discussions au nom du CRLDHT, synthèse qui met l'accent notamment sur le rejet de la réforme constitutionnelle et du référendum, sur l'importance de renouer avec les débats politiques et socio-économiques francs, contradictoires et pluralistes avec l'esprit que ce meeting a réussi à consacrer ; celui de la la volonté de rejeter toutes formes d'exclusives au sein du mouvement associatif autonome et des oppositions à l'Etat-RCD.

Les participants au meeting du 18 mai ont rendu un hommage particulier au juge Mokhtar Yahiaoui et à Sadri Khiari qui ont été interdit de quitter le territoire tunisien. Les participants ont dénoncé ces mesures arbitraires. Ils ont pris connaissance de l'émouvant message de Sadri Khiari et ont déploré que cinq des invités initialement prévu n'ont pu obtenir soit le renouvellement de leur passeport soit leur visa dans les délais, certes courts, que les circonstances nous ont imposées.

Paris, le 19 mai 2002


 

ملتقى باريس 18 ماي 2002-

كلمة الدكتور منصف المرزوقي

حضرات الإخوة والأخوات.

باسم المؤتمر من أجل الجمهورية وباسمي الخاص أتقدم إليكم بأطيب التحيات والتمنيات كما أتقدم بالشكر لمنظمي هذا اللقاء الذي كنت أتمنى مثلكم جميعا أن يكون قد تمّ في بلادنا. كما أعبّر عن عميق الأسى لغياب أصدقاء أعزّاء كثيرين منعهم القمع المتواصل من التواجد بيننا أتعلّق الأمر بمن هم وراء قضبان السجن المضيق مثل حمة الهمامي  وعلي العريض وعبد الجبار المدوري وحمادي الجبالي وسمير طعم الله أم وراء قضبان السجن الموسع وهو اليوم بحجم الوطن مثل صدري الخياري.

وبخصوص الموضوع الذي اجتمعنا اليوم من أجله اسمحوا لي أن أكون واضحا كل الوضوح.

لقد شاهدنا طيلة نصف قرن انحطاط نظام سياسي يرفض التأقلم والتجاوب مع تقدم مجتمعنا فعايشنا مراحل تفسّخ نقلته من نظام يعلق عليه الشعب الآمال العريضة ليصل إلى ما هو عليه الآن: نظام فاقد الهيبة فاقد المصداقية، فاقد الشرعية، يتلخص في جهاز قمعي استولت عليه عصابة تنهب وتسلب وتقمع وتستعد لمهرجان سخيف حقير من تزييف مفضوح لإرادة شعب. وهذه العصابة التي أذلته وأرهبته وتفرض عليه العيش في ظل الخوف واحتقار الذات لا تزال تصر على مواصلة إذلاله عبر الاستفتاء المزعوم وذلك إلى أن يلقنها الدرس الذي لم تتعلمه من كل التجارب التي يحفل بها تاريخ الشعوب.

في الستينات تشكلت القوة التي قاومت الدكتاتورية الحزبية من بقايا الحركة الوطنية المتجذرة ومن اليسار.

وفي السبعينيات كانت الاتحاد العام التونسي للشغل.

وفي الثمانيات تألفت من القوى الصاعدة من الأحزاب الديمقراطية والحركة الإسلامية.

وفي التسعينيات كانت القوة التي قاومت مصادرة الدكتاتورية البوليسية للمواطنية حركة حقوق الإنسان، بالأساس الرابطة التونسية للدفاع عن حقوق إنسان في المنتصف الأول للعشرية السوداء والمجلس الوطني للحريات في نهايتها بالتعاون مع كل منظمات المجتمع المدني الأخرى مثل الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات والمحامين الشبان وعمادة المحامين وأخيرا وليس آخرا مركز تونس لاستقلال القضاء.

السؤال المطروح اليوم ما هي القوّة السياسية التي ستنهي صراع شعبنا منذ نصف قرن ضدّ الدكتاتورية وتحقيق

الاستقلال الثاني أي بناء الجمهورية والديمقراطية ودولة الحق بالقانون والقانون بالحقّ والعدالة الاجتماعية وبين الجهات . ما هي القوة السياسية التي ستوقف تفكك الدولة وخراب الجهاز التعليمي والاقتصادي والقضائي والإعلامي و سمعة تونس واستشراء روح اليـأس والإحباط وتصاعد نقمة التونسيين على التونسيين وحتى، وهذا هو الكفر بعينه نقمة التونسيين على وطنهم ورغبة الفرار منه؟

*

إن هذه القوّة لا يمكن أن تكون حزبا واحدا يقوده شخص يعيد النموذج القديم وإنما هو المؤتمر الوطني الديمقراطي بما هو تجمع كل القوى الوطنية التي تريد نهاية الاستبداد وبداية عصر جديد لتونس يحقق طموحاتها و يجعلها في تناغم مع روح العصر ومتطلبات الحداثة.

والحقّ أن هذه الفكرة التي انطلقت في منتصف التسعينات لم تكن سوى وضع اسم على حركة جنينية تمثلت في تواجد مختلف مكونات المجتمع المدني على تباين الخلفيات العقائدية والطموحات الشخصية في نفس الخندق ونفس المعارك من أجل العفو التشريعي العام والحريات الفر دية والعامة وبناء المؤسسات الجديدة مثل المجلس الوطني للحريات أو نركز تونس لاستقلال القضاء.

إن مختلف الندوات التي عقدت في تونس بحضور مختلف الأطراف السياسية كانت بمثابة الروافد التي تصب في نهر المؤتمرالوطني الديمقراطي وما لقاءنا اليوم إلا حلقة جديدة من بلورة المشروع العظيم.ولا شكّ أنّ أمامنا كثير من الجهد والعقبات لانتصابه وتحمله مسؤولية إعداد البديل للدكتاتورية

وثمة ثلاثة شروط لنجاحه تمثل التغلب على ثلاثة عقبات رئيسية.

-وضوح الهدف

إن المؤتمر الوطني الديمقراطي لا معنى له إلا بما هو مرحلة إعداد البديل السياسي الذي يتطلبه وضع البلاد أي عودة السيادة للشعب عبر انتخابات حرة ونزيهة وعودة الشرعية للدولة عبر تجدّدها وتجذرها في هذه الإرادة وعودة الكرامة للمواطن الذي تفنّن بن علي وعصابته في إرهابه وإذلاله والتطاول على أبسط حقوقه.

ومعنى هذا أن الهدف الستراتيجي هو القطع مع النظام الدكتاتوري بصفة جذرية.

ما أغرب موقف أناس يصرون على أن القضية اليوم ليست رحيل بن علي والحال أنه حجر الزاوية في نظام القمع والفساد.ما أسذج المطالبة بإصلاحات من نظام أخلف كل الوعود وسخر من كل الذين تعاملوا معه على أمل التغيير من الداخل وأظهر باستمرار عجزه عن التعامل السياسي مع مطالب أقل المعارضات معارضة.

ما أعمق ا لتناقض في موقف يرفض الاستفتاء المزعوم ومستعدّ للتسليم بنتائجه المزيفة ؟

ومن نافلة القول أن رحيل بن علي لا يعني قبول ترقيع جديد للنظام على شكل حركة تصحيحية مباركة'' للتغيير المبارك'' وإنما هو إعادة تأسيس الدولة على قواعد جديدة لا علاقة لها بالدكتاتورية.

إن المؤتمر من أجل الجمهورية جزء لا يتجزّأ من الحركة الديمقراطية وهو يريد البقاء في صلبها ومواصلة النضال داخلها وهو مستعدّ لكل التنازلات التكتيكية التي تفرضها الظروف الموضوعية، لكنه غير مستعدّ بأي صورة من الصور إلى خفض سقف المطالب التي تفرضها الحالة الكارثية التي تمرّ بها بلادنا وعلى رأسها رحيل بن علي ونهاية الدكتاتورية.

-2-تجميع كل قوى الشعب-

رفعا لكل التباس حول موقفنا الداعي لرفض إقصاء أي طرف من عملية التأسيس الجماعي لدولة الاستقلال الثاني أريد التذكير بأن المؤتمر من أجل الجمهورية ليس حزبا عقائديا وأريد التذكير بأن مؤسسيه ناضلوا منذ زمن طويل على الصعيد الفكري والسياسي من اجل احترام هوية البلاد لكن داخل جمهورية تعيش في ظل القوانين الديمقراطية وقيم حقوق الإنسان.

إلا أن هذا الموقف المبدئي والثابت تماشى دوما مع الدعوة لقبول التعددية العقائدية والسياسية طالما تمسكت أطرافها ببعض الثوابت وعلى رأسها قبول الديمقراطية كقاعدة للنظام السياسي المستقبلي لبلادنا والنضال السلمي والمساواة التامة بين المواطنين وأساسا بين الجنسين.

إن قدرنا في تونس المستقبل هو القبول بتعدديتنا لتقطع مع ممارسة الدكتاتورية التي صنفت المواطنين إلى ' تجمّعيين ' وذميين سياسيين و يبدأ هذا في المؤتمر الوطني الديمقراطي كمدرسة سنختبر فيها قدرتنا على التعايش السلمي رغم اختلاف خلفياتنا العقائدية.

إن مصلحة الوطن العليا تتطلب في هذه المرحلة تجميع كل القوى المناضلة ضد الدكتاتورية وإرجاء الصراعات العقائدية والبرامج السياسية المفصّلة إلى يوم نستطيع تصريف هذه الصراعات في الساحة الديمقراطية والحكم فيها الشعب لا غير.

إنني أتوجه إليكم جميعا باسم رفاقي الجمهوريين بنداء حارّ ليوقف جزء من اليسار موقفه المتصلب من الإسلاميين وليوقف جزء من الإسلاميين موقف القطيعة والرفض من بعض أطراف اليسار وشخصياته. فهذا يديم عمر الدكتاتورية التي تواصلت بفضل هذه الشيطنة المتبادلة ناهيك على أنها تحمل في طياتها أخطار تواصل الحرب الأهلية الصامتة حتى بعد انهيار الدكتاتورية والحال أن التحديات الاقتصادية والاجتماعية التي تنتظرنا، تتطلب هدنة سياسية مطولة لإعادة إعمار الخراب الرهيب الذي ستتركه لنا الدكتاتورية.

-3-إرجاء معركة الزعامة

إنه من الطبيعي أن تكون هناك طموحات شخصية فهذه قاعدة في السياسة لا نستطيع إنكارها والقفز فوقها إلا أنه لا يجب أن ننسى إن جزءا كبيرا من المصائب التي تعرضت له بلادنا هو نتيجة التشخيص المفرط داخل السلطة وحتى داخل المعارضة, إن إفشال أو تأخير مشروع ضروري لبلادنا كالمؤتمر الوطني الديمقراطي بما هو القيادة الجديدة المنبثقة من المجتمع المدني لإنقاذ بلادنا، جريمة لا تغتفر إذا كان العائق المسكوت عنه هو الزعامة الشخصية.

وثمة جملة من الأفكار التي يمكن درسها لتخطي هذه العقبة من القيادة الجماعية إلى تسمية ناطق رسمي وفق مقاييس تحددها لجنة حكماء إلى إرجاء الموضوع وقبول الحق في تعدد الترشحات لأولى الانتخابات الديمقراطية في بلادنا والتي يجب أن تقع في 2004 على أبعد تقدير.

إن جمع المؤتمر الوطني الديمقراطي في أقرب الآجال هو المسؤولية التاريخية لجيلنا من المناضلين وخاصة للجيل الجديد الذي أدعوه للتقدّم للاضطلاع بدوره في تحقيق الاستقلال الثاني وتقديم التضحيات التي لم يبخل بها الآباء والأجداد، الأمهات والجدّات، لتحقيق الاستقلال الأول.

إن كلّ هذه الأفكار والمقترحات قابلة للنقاش بشرط وضوح الهدف، وهي تتطلب منا مزيدا من المشاورة أرجو أن تتوج بدعوة المؤتمر الوطني الديمقراطي في أسرع وقت لأن تسارع الأحداث وتعمق ألأزمات المتعدّدة التي يتخبط فيها شعبنا لا يترك لنا كثيرا من الوقت.

وفي الانتظار فإن تجمعا كهذا لا يمكن أن ينفضّ دون أن يصدر بيانا للشعب يدعوه بكل وضوح لمقاطعة أخر مهزلة من مهازل الدكتاتورية ويعبر بوضوح عن رفضه المسبق لنتائج معروفة مسبقا وعدم الاعتراف بشرعيته ودعوة الشعب إلى القطع مع الانتظارية والخوف وتحميل كل تونسي مسؤوليته في إنقاذ أمنا المقدّسة التي يقع اغتصابها يوميا تحت أعيننا.

لا خوف بعد اليوم.

نمارس حقوقنا ولا نطالب بها. تعيشوا تعيشوا ويحيا الوطن

 

Controverse autour d'un rapport critique sur la presse en Tunisie

AFP, le 21.05.2002 à 08h25

 

 

 

TUNIS, 21 mai (AFP) - Un rapport critique sur la liberté de la presse en Tunisie, le premier du genre depuis plusieurs années, alimente actuellement une controverse entre ses auteurs, des journalistes, et le président de leur association qui l'avait parrainé avant de se rétracter.

Certains journaux tunisiens se sont fait partiellement l'écho de ce rapport dont les auteurs dressent un constat alarmant sur la liberté des médias et l'exercice de la profession au regard de la législation et de la censure.

Dans ce rapport portant sur la période 2000-2002, 15 membres de l'Association des Journalistes tunisiens (AJT) s'inquiètent en particulier du paradoxe qui sépare un discours politique libéral et une "réalité marquée par la restriction des libertés d'expression et d'opinion".

L'un des signataires, le président de l'AJT, Mohamed Ben Salah, qui appartient au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, parti au pouvoir) a pris ses distances affirmant que le rapport n'était qu'un "projet interne" n'engageant pas l'AJT.

En revanche, Lotfi Hajji, de l'hebdomadaire privé Réalités, récemment élu au bureau directeur de l'AJT, maintient que le document a bel et bien été adopté et distribué aux membres de l'association.

Le rapport, parvenu à l'AFP, énumère les restrictions à la liberté d'expression et d'exercice du métier de journaliste aux plans juridique, professionnel et politique et estime que les lois régissant le secteur restent répressives, malgré les amendements successifs du code de la presse.

"Les délits de diffamation contre les structures judiciaires, les armées, l'administration et les organismes officiels, sont toujours punissables de prison", note-t-il.

Les journalistes sont "marginalisés", sousmis aux pressions, censurés, interdits de couvrir certains événements, parfois interpellés ou emprisonnés, selon le document.

Au quotidien, les journalistes sont confrontés à des "+lignes rouges+" dont les contours peuvent changer plus d'une fois par jour". La censure se pratique également de manière dissuasive, par l'octroi ou non de la publicité contrôlée par l'Etat, et autrement, par le choix des sujets à traiter et des rédacteurs, ajoute le rapport rédigé en arabe.

Il mentionne l'interdiction de certaines publications étrangères et locales et dénonce la langue de bois pratiquée par les médias audiovisuels, monopole de l'Etat, délaissés par les Tunisiens au profit de TV satellitaires.

Enfin, le rapport de 27 pages mentionne les restrictions au service d'internet, notamment le verrouillage de certains sites, ou le contrôle du courrier électronique.

Par la publication d'un tel rapport, l'AJT renoue avec une tradition ayant existé autrefois, mais risque de se mettre à dos le pouvoir et les directeurs de journaux, dont l'association a été qualifiée d'"obstacle à la libéralisation de la presse".

La controverse autour de ce "rapport tempête" selon la presse, a coïncidé avec un changement du titulaire du ministère de la Communication, des droits de l'Homme et des relations avec la Parlement, Slaheddine Maâoui, remplacé le 10 mai par Mohamed Fethi Houidi.

 

AFP

 

اثار الجدل في تونس:
 تقرير ينتقد التضييق على الحريات الصحافية

الثلاثاء 21 مايو 2002 10:26

تونس -أ ف ب-  اثار تقرير حول الحريات الصحافية هو الاول منذ سنوات في تونس جدلا واسعا وخلافا بين معديه وهم صحافيون وبين رئيس جمعيتهم الذي وافق عليه ثم تراجع. ووقف بعض الصحف الى جانب التقرير الذي دق معدوه ناقوس الخطر بشان الحريات الصحافية في البلاد والعمل الصحافي في ضوء التشريعات والرقابة القائمة.

وقد اعرب 15 صحافيا اعدوا التقرير الذي يتناول الفترة بين عامي 2000 و2002 عن القلق بشان المفارقة القائمة بين الخطاب السياسي الليبرالي و"الواقع الذي يتميز بالتضييق على حرية التعبير والراي".

وحاول احد معدي التقرير وهو رئيس جمعية الصحافيين التونسيين وعضو التجمع الدستوري الديموقراطي الحاكم احمد بن صالح ان ينأى بنفسه عن الامر فاعلن ان التقرير عبارة عن "مشروع داخلي" لا يلزم الجمعية. لكن الصحافي لطفي الحاج من صحيفة "رياليتي" الاسبوعية الذي اختير قبل فترة في الهيئة الادارية للجمعية يؤكد من جانب اخر ان التقرير اقر واعتمد ووزع على اعضاء الجمعية.

ويتناول التقرير الذي المضايقات التى تتعرض لها حرية الصحافة والتعبير والعوائق القانونية معتبرا ان القوانين التى تحكم قطاع الصحافة هي قوانين قمعية على الرغم من التعديلات المتتالية عليها. واوضح في هذا الاطار ان "جنح الاساءة الى البنى القضائية او الجيش والادارة والهيئت الرسمية ما زالت جنحا يعاقب عليها بالسجن".

وقال ان الصحافيين "مهمشون" ويتعرضون للضغوط والرقابة وهم ممنوعون من تغطية بعض الاحداث واحيانا يتعرضون للتوقيف والاستجواب. وذكر التقرير ان العاملين في الصحف اليومية يواجهون "خطوطا حمرا" يمكن لحدودها ان تتغير اكثر من مرة في اليوم. كما ان الرقابة تمارس بطريقة قمعية عن طريق منع الاعلانات التى تسيطر عليها الدولة.

ويشير التقرير الى منع بعض المنشورات الاجنبية والكلام المردد لوسائل الاعلام السمعية البصرية التى تحتكرها الدولة وهي وسائل انصرف عنها التونسيون الى المحطات الفضائية الاجنبية. كما يشير التقرير الذي يقع في 27 صفحة الى المحظورات التى تفرض على شبكة الانترنت وخصوصا اقفال بعض المواقع او مراقبة البريد الالكتروني. وياتي الجدل حول هذا التقرير "العاصف" مع تغييرات جرت على راس وزارة الاتصالات.
 

 
TUNISIA: LIBERTA' STAMPA, CRITICA ASSOCIAZIONE GIORNALISTI
2002-05-21 10:05 (New York)

TUNISIA: LIBERTA' STAMPA, CRITICA ASSOCIAZIONE GIORNALISTI

   (ANSA) - TUNISI, 21 MAG - Un rapporto critico sulla liberta'di stampa in Tunisia, redatto dall'Associazione giornalistitunisini (Ajt), ha creato qualche imbarazzo e una serie di polemiche nel paese.
   Il documento, che riguarda gli anni 2000-2002, denuncia apertamente limitazioni e censure nei riguardi di una stampa che, nei suoi discorsi, il presidente Zine el Abidine Ben Ali incita sovente a essere libera e critica.
   Uno dei firmatari del rapporto, il presidente dell'Ajt Mohamed Ben Salah, membro del Raggruppamento costituzionale democratico (Rcd, al potere), ha preso le distanze affermando che il documento deve essere considerato un ''progetto interno'' che non coinvolge l'associazione in quanto tale. Di contro, Lotfi Hajji, del periodico privato Realites, recentemente eletto direttore dell'Ajt, ribadisce che il rapporto e' stato approvato
dall'associazione e distribuito ai giornalisti suoi membri.
   Nel rapporto (27 pagine scritte in arabo) si enumerano le restrizioni alla liberta' di espressione e d'esercizio del mestiere di giornalista sul piano giuridico, professionale e politico, sottolineando come le leggi che regolano il settore restino repressive, nonostante i recenti emendamenti del 'Codice della stampa'.
   Vi e' scritto tra l'altro che ''i reati di diffamazione contro le strutture giudiziarie, le forze armate, l'amministrazione e gli organismi ufficiali, prevedono ancora pene detentive'' e si denuncia che i giornalisti sono
''marginalizzati'', sottoposti a pressioni, impediti a coprire certi avvenimenti, a volte fermati o imprigionati.
    La censura - e' scritto inoltre - viene applicata anche in maniera 'dissuasiva' attraverso la distribuzione della pubblicita' alle testate, controllata dallo stato, attraverso l'attribuzione degli incarichi negli organi d'informazione e attraverso un sempre piu' diffuso ricorso al lavoro nero.
   Nel documento si denunciano anche le reticenze di tv e radio di stato, la proibizione di alcune pubblicazioni straniere e locali, nonche' alcune restrizioni applicate alla rete Internet, con l'oscuramento di alcuni siti o il controllo sulla posta elettronica.
   La pubblicazione del documento ha coinciso con una sostituzione al vertice del Ministero della comunicazione, dei diritti dell'uomo e dei rapporti con il parlamento: il ministro Slaheddine Maaoui e' stato rimpiazzato, il 10 maggio, da Mohamed Fethi Houidi.
(ANSA).

     DIR
-0- May/21/2002 14:05 GMT
 
Accident d'EgyptAir en Tunisie: l'Egypte écarte des défaillances techniques

AFP, le 20.05.2002 à 18h46

 

LE CAIRE, 20 mai (AFP) - Le ministre égyptien de l'Aviation, Ahmad Chafik, a totalement écarté lundi l'éventualité que des "défaillances techniques" soient la cause de l'accident de l'avion d'EgyptAir près de l'aéroport de Tunis-Carthage qui avait fait 15 morts début mai.

"L'avion d'EgyptAir, qui s'est écrasé près de Tunis, était en parfait état et ne comportait aucune défaillance technique", a déclaré M. Chafik à la presse.

Le responsable égyptien a souligné que "les véritables causes de l'accident ne seront déterminées qu'à la fin de l'enquête et après avoir analysé le contenu des deux boîtes noires", ce qui signifie que "le résultat final de l'enquête pourrait nécessiter beaucoup de temps".

M. Chafik a totalement réfuté des "rumeurs" sur la "responsabilité des aiguilleurs du ciel tunisiens" ou d'un "manque de carburant".

Le Boeing 737-500 de la compagnie égyptienne EgyptAir s'était écrasé le 6 mai à six kilomètres de l'aéroport Tunis-Carthage, après une tentative d'atterrissage en catastrophe.

Quinze des 64 personnes à bord ont trouvé la mort dans l'accident.

 

AFP

 
Rencontre de Dominique de Villepin avec ses homologues du Maghreb et d'Egypte

AFP, le 20.05.2002 à 22h13

 

 

MYCONOS (Grèce), 20 mai (AFP) - Le chef de la diplomatie française Dominique de Villepin a eu lundi soir à Myconos (Grèce), "un premier contact très amical et chaleureux" avec ses homologues du Maroc, de Tunisie, d'Algérie et d'Egypte, en marge de la réunion ministérielle du Forum méditerranéen, a-t-on indiqué de source diplomatique française.

Le nouveau ministre français des Affaires étrangères a rencontré successivement Mohammed Benaissa (Maroc), Abdelaziz Belkhadem (Algérie), Habib Ben Yahia (Tunisie) et Ahmed Maher (Egypte) pour "un tour d'horizon des relations bilatérales ainsi que pour des échanges de vue sur la situation au Proche-Orient", selon la même source.

Avec les ministres des pays du Maghreb, M. de Villepin a également abordé "la situation dans cette région et les perspectives de l'Union du Maghreb arabe", selon la délégation française au Forum méditerranéen.

Le ministre français s'est également entretenu avec M. Maher du Proche-Orient et "du dossier irakien".

"Ce fut un premier contact très amical et chaleureux avec des partenaires de la France, avec lesquels nous avons développé des relations très denses et fortes", a résumé une source diplomatique française.

Un dîner de travail, tard dans la soirée, a réuni les chefs des délégations participant au forum. Y assistait notamment Josep Piqué (Espagne), président en exercice du Conseil des ministres des Affaires étrangères des Quinze.

Le forum comprend 11 pays: Algérie, Egypte, Malte, Maroc, Tunisie, Turquie, Espagne, France, Italie, Grèce et Portugal.

 

AFP

 
FLASH INFOS
Qui est M. Mohamed larbi Saidi, initiateur du BLED?
Voici la réponse qu'il a adressé à Tunisnews à ce propos:

Bonjour

Merci pour votre interet a mon message que vous avez  bien voulu publier aussi bien qu'a ma personne.
Pour repondre à votre demande de cv, je ne suis qu'un simple citoyen tunisien qui désire faire sa contribution d'une façon pacifique au combat des tunisiens pour la liberté et la démocratie.
Ce que j'ai fait était pour l'interet de tous et de toutes et qu'il ne s'agit en fait que d'un bureau de Coordination dont l'opposition démocratique a vraiment besoin pour le moment.
J'espére qu'il trouve un bon écho auprés de l'opposition. C'est une occasion pour mettre l'opposition à l'épreuve et pour qu'elle donne un bon exemple d'exercice democratique dans cette structure.
Mohamed Larbi SAIDI

 Vérité-Action
إعـــــــــــــــــــلان

إصـــــدار كتــــاب عـن التغييــر الدستوري فــــي تونس


أصدرت جمعية Vérité-Action قبل أقل من أسبوع على موعد الاستفتاء المزمع إجراؤه يوم الأحـــــد 26 ماي 2002 كتيـبــــا باللغة الفرنسية بعنوان

Pour une gouvernance conforme à la charte fondamentale

" من أجــــل نمــط للحكم مطــــابـق للمـيثاق الأساسـي"


يحتوي الكتــاب على ثـلاثة فصــول كبرى تنقسم بدورها إلى عـــدة محاور.

الفصل الأول

يتناول الخروقات الدستورية الخطيرة للسلطة عبر قراءة قانونية للفصول الدستورية موضوع التغيير لاسيما منها ما تعلق بالتقنين الضمنـــي للرئاسـة مدى الحياة وفرض الحصانة القضائية لرئيـس الجمهورية.

الفصل الثاني

تناول تقييما لوضع الحريات وحقوق الإنسان من خلال التعرض لوضعية مساجين الرأي وهيئــات المجتمع المدنــي وإلقاء الضوء على وضع الحريـة الدينية وحرية الصحــافة.

الفصـل الثالث

تناول رؤيـة الجمعية (Vérité-Action) لمسألة التحويرات الدستورية من خــلال إفراد فصل للحديث عن شروط التغيير الدستوري الذي نريد، وفصل آخر عن العفو التشريعي العام كأداة أساسية للوفاق الوطني. ثم تناول مسألة الحصانة « « Impunité لرأس السلطة بوصفها مناقضة لروح ومبدأ الديمقراطية.

هذا وقد وقع إرفاق الكتيب بملحقات فيها مساهمات بعض أهل الاختصاص من الأساتذة والباحثين في القانون الدستوري نذكـــر منهم : الأستاذ بوبكر التايب والأستاذ عبد الوهاب مَعْطـــــر.

مســـــــــؤول الإعــــلام

Vérité-Action

سويسرا في 21 ماي
2002
 

Un nouveau directeur général de la Douane

Le ministère des Finances annonce, dans un communiqué rendu public hier, la nomination de M. Slaheddine El Abed au poste de directeur général de la Douane.

 

(Source : La presse du 21 mai 2002, d’après le portail Babelweb)

 

 

 

UTICA : Gel d'activité

Le bureau exécutif de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) a décidé de geler l'activité de M. Lassâad Ghaeb, ancien président de la chambre régionale des promoteurs des galas de Tunis de toutes les structures, locale, régionale et nationale de l'organisation.
Cette décision a été prise à la lumière de rapports de l'union régionale de Tunis, concernant les dépassements commis par l'intéressé et le manque de respect qu'il a manifesté aux dispositions du règlement intérieur de l'union malgré les avertissements qui lui ont été adressés pour se conformer aux principes de l'activité en vigueur au sein de l'organisation.

 

(Source : Le Temps du 21 mai 2002, d’après le portail Babelweb)

 

Le cancer dans le sud : Plus 1500 cas chaque année

Les statistiques et les recherches ont fait apparaître que le nombre de personnes atteintes de cancer ne cesse d'évoluer dans la région du sud de la Tunisie. En effet 1516 cas ont été enregistrés durant l'année 1999.

 

(Source : Assabah du 21 mai 2002, d’après le portail Babelweb)

 


Concession du port de Radès
 
Le groupe italien Grimaldi, en collaboration avec une des plus prestigieuses compagnies grecques spécialisées dans le transport de passagers, exploitera à partir du 1er juin et sur toute l’année la ligne Tunis-Gênes.
 
Ce groupe assurera 150 escales en Tunisie et 300 traversées (Nord-Sud et Sud-Nord) pour une capacité d’accueil de 190 mille passagers et 50 mille voitures outre les 280 mille mètres linéaires de marchandises.
 
Le navire qui sera mis en exploitation dès le 1er juin fera la traversée entre Tunis et Gênes en 16 heures 30 minutes.
 
D’un autre côté, le groupe Grimaldi pourrait s’établir en Tunisie et exploiter le port de Radès sous forme de concession.

 

(Source : Tunis Hebdo du 20 mai 2002) 

 

الاتحاد الاوروبي يقدم 20 مليون يورو إلى تونس
تونس : تم اليوم بتونس التوقيع على اتفاقية يمنح الاتحاد الاوروبي بمقتضاها هبة الى تونس بقيمة 20 مليون ايرو اي ما يعادل 26 مليون دينار تونسي للمساهمة في تمويل برنامج تحديث الموانىء البحرية.
وذكرت الانباء ان وزير التعاون الدولي والاستثمار الخارجي التونسي فتحي المرداسي وقع الاتفاقية عن جانب بلاده فيما وقعها عن الجانب الاوروبي رئيس البعثة الاوروبية في تونس روبار هوليسون . وسخصص المساهمة الاوروبية في هذا البرنامج لدعم برنامج استثمارات ديوان البحرية التجارية والموانئ في اطار الخطة الانمائية التونسية العاشرة.

5/20/2002 10:20:15 PM : ref محيط
 

Chers amis et lecteurs,

Nous avons l’honneur et le plaisir de pouvoir publier dans ce numéro de Tunisnews deux interviews très intéressantes du juge rebelle Mokhtar Yahyaoui et de M. Omar Mestiri.

Le mérite revient essentiellement à la personne qui a bien voulu nous envoyer ces contributions. Cette personne (qui n’a pas besoin de publicité) est à l’instar des dizaines de militant(e)s et de Tunisien(ne)s qui participent directement ou indirectement à l’entretien de cette liste de diffusion qui a fait dés le 1er jour

le pari « fou » de servir TOUS les tunisiens sans distinction aucune.

L’équipe de Tunisnews, en recevant des contributions de plus en plus sérieuses et crédibles de la part de la grande majorité de ceux qui préparent la Tunisie meilleure de demain, se sent réconfortée dans ses choix et tient à remercier vivement tous ceux et toutes celles qui oeuvrent en ces temps difficiles pour le bannissement de l’exclusion et de l’apatheid politique et/ou social de notre pays.

Merci et poursuivons TOUS notre/nos lutte(s) pacifique(s) pour bâtir une Tunisie vivable pour nos enfants, TOUS nos enfants.

 

MOKHTAR YAHYAOUI

 

"La réforme constitutionnelle marquera une page peu élogieuse de notre histoire"

 

Dans cette interview exclusive qu'il livre à « L'Audace » Mokhtar Yahyaoui, ce juge "rebelle"; comme on se plait à le qualifier, évoque sa situation personnelle au lendemain de sa révocation, les perspectives du Centre pour l'indépendance de la justice qu'il préside, la réforme constitutionnelle et revient sur les menaces dont il a été la cible, au lendemain de son initiative de lever un tabou concernant l'indépendance de la justice.

 

L'Audace : Où en êtes-vous?

 

Mokhtar Yahyaoui : Comme vous savez, j'ai été révoqué depuis le 29 décembre 2001. C'était une date bien calculée pour empêcher le plus d'observateurs étrangers et d'avocats tunisiens possible d'assister au forfait prémédité contre mes droits à la défense, les règles de procédure et le droit en général

Personnellement, je n'ai jamais considéré ce conseil de discipline dans sa formation actuelle comme autre chose qu'une corporation assoiffée de vengeance et dépourvue de toute objectivité et neutralité. C'est pourquoi, je n'ai que mépris pour la basse besogne à laquelle ce conseil s'est adonné. Me jeter en pâture à ceux-là mêmes que j'ai désigné comme responsables de tous les maux et disfonctionnements qui ont conduit notre justice à l'arbitraire et aux manipulations, c'est soumettre la victime à la vindicte de ses bourreaux. C'est pourquoi je n'avais aucune illusion sur le sort qu'ils me réserveraient. Ils se sont montrés égaux à eux même et fidèles à leurs habitudes.

Actuellement, je vis en en persécuté : je suis interdit de quitter le pays et je comprends bien pourquoi. Nombreux sont ceux qui président à notre justice aujourd'hui et qui ne seront pas totalement satisfaits avant de me voir emprisonné. Ils attendaient l'occasion propice pour se déchaîner. J'ai déposé un recours en abus de pouvoir contre la décision de ma révocation auprès du Tribunal administratif sans pouvoir connaître ses motivations. Pourtant, le plus élémentaire des droits d'un condamné, est que sa peine lui soit signifiée. Ce recours en référé devant le même tribunal est resté sans résultats

Mon dossier n'a toujours pas été activé et j'espère ne pas être là aussi victime d'une autre conspiration qui consacrerait la confiscation de mes fonctions et mon éloignement de mes responsabilités. Je considère que je suis un cas concret d'agression contre l'autorité du pouvoir judiciaire qui doit être résolu promptement et dans les meilleurs délais

Plusieurs rapports ont été rédigés sur mon cas et autant de commissions internationales vont venir à Tunis pour enquêter sur le terrain. Je n'ai pas encore dévoilé tout ce qui peut être nécessaire à rétablir toutes les dimensions de la vérité. Mais je peux dire que ce qui est en train de m'arriver est indigne d'un Etat.

Ce qui m'inquiète le plus, c'est cet Etat de non droit qui est en train de se généraliser et ces abus d'autorité basés sur le refus et la violence qui cherchent à contrecarrer toutes les initiatives qui tentent à initier nos institutions à la tolérance et au pluralisme. Ce qui fait que nos institutions sont en train de se figer et de se couper de toute attache avec la société réelle et les véritables préoccupations de notre élite et de nos citoyens

 

Quelle évaluation pourriez-vous faire des magistrats et autres acteurs de la justice susceptibles de vous suivre ou de vous appuyer?

 

M. Y. : La magistrature tunisienne est sous haute surveillance. On peut dire qu'elle a déjà fini de jouer

le rôle qu'elle a assuré depuis l'indépendance. Les procès d'opinion ne se passent plus comme avant et tout un chacun sait maintenant qu'ils ne sont que des simulacres de procès où le pouvoir en place cherche, par des manipulation flagrantes, à liquider et à exclure des adversaires politiques afin de perpétuer sa main mise sur l'état et la

société.

L'association tunisienne des magistrats est loin de gagner son autonomie: elle est strictement surveillée dans toutes ces réunions par les magistrats RCD et sous la haute vigilance de la bureaucratie du ministère de la Justice et ses différentes ramifications dans tous les tribunaux, dans le but de maîtriser cette prise de conscience grandissante parmi mes collègues

Je pense qu'on ne doit pas penser ou agir dans un sens de déstabilisation de cette institution mais plutôt la ramener à se poser les questions essentielles et l'aider à acquérir les moyens d'y répondre. C'estun travail qui a besoin de sérénité aussi bien que de lucidité, et on doit laisser le temps qu'il faut au mûrissement. Même si les juges sont interdits de réunions, de conférences, de débats et leurs activités réduites malgré eux à la limite de l'interdiction, quoiqu'on cherche à les cloîtrer dans la stricte comptabilité des dossiers et des peines prononcés, ils se rendront compte que juge ils sont , et qu'ils n'ont pas à être préjugés.

Les propositions élaborées par l'association des magistrats pour la commission de réforme du statut des magistrats rejoignent presque à la lettre toutes les propositions et remarques que j'ai faites depuis ma prise de position le 06 juillet.2001 et qui tendent à institutionnaliser le CSM sur des bases démocratiques et représentatives et à lui assurer une existence effective avec tous les moyens logistiques et matériels nécessaires à son fonctionnement (et qui lui manquent aujourd'hui). Cela aboutira sans aucun doute à alléger la main mise de l'Administration et de son pouvoir exclusif sur la justice, et permettra de révéler les véritables compétences au sein de ce corps. _

Je crois qu'on a besoin de cette étape pour se rendre compte de l'écart et du retard pris par notre système judiciaire par rapport au développement économique et social de notre pays. C'est alors qu'on devra s'atteler à la refondation de notre justice dans une perspective de réforme du système politique en général

Ce que je veux affirmer, est qu'on ne doit par désespérer de notre justice. C'est un corps en mutation, plein de promesses, qui est en train de traverser une période transitoire, capitale et dans des conditions très difficiles. J'espère que l'on saura réunir les moyens de sa réhabilitation et de son assurance nécessaires à assumer ses pouvoirs

Le barreau de Tunis est en train de jouer un rôle d'avant garde dans ce sens, surtout depuis l'élection du Doyen Bechir Essid. La confrontation inévitable avec la bureaucratie du ministère de la Justice et des différents tribunaux a bien pris forme et gagné de proportions inattendues. Les quatre mille avocats que compte la Tunisie sont en train de s'émanciper des chantages et des manipulations des quelques mercenaires RCD dont les dernières occasions et prises de position ont révélé la véritable nature et la consistance

Le racket qu'ils exercent sur le contentieux de l'Etat et de toutes les sociétés publiques pour monnayer leur rôle destructeur de délation et de suspicion auquel ils se livrent au sein du barreau et de la justice tunisienne ne constitue plus un secret pour personne. Et c'est ce qui explique le mépris qu'ils suscitent, là où ils passent

Ainsi le combat pour l'indépendance de la profession d'avocat est au coeur même du combat pour l'indépendance de la justice. Comme les traîtres à cette noble profession sont payés en monnaie sonnante et trébuchante, ceux-ci, parmi les magistrats, sont récompensés en promotions. Le jour où la compétence reprendra ses droits, notre justice se relèvera.

 

Que comptez-vous faire avec le Centre indépendant de la justice?

 

M. Y.: Le CTIJ est une ambition pour l'avenir, unique dans son genre, non seulement dans notre région arabo-africaine mais aussi dans le monde entier aujourd'hui. Car réunir les avocats, les magistrats et les professeurs de droit dans une même institution et sur des objectifs communs est avant tout un projet d'avenir qui place le droit et la justice, par delà nos différentes appartenances, comme l'expression de l'Etat de droit

Actuellement, le centre s'insère dans l'action revendicatrice et militante pour l'indépendance de la justice. Notre succès se mesure à notre capacité à démasquer le manque de justice dans notre société, les atteintes au droit, les manipulations subies par nos magistrats et les contraintes par lesquelles on veut marginaliser le rôle des avocats

Ce n'est pas un barreau bis, ni une autre corporation de magistrats ou un syndicat d'enseignants de droit. C'est une institution spécifique, tenue à prendre conscience de l'état du droit dans sa législation, sa pratique et son application par rapport aux principes universels. En mettant nos praticiens en continuité avec les développements récents et en rapport avec toutes les institutions internationales en ce domaine, nous sommes en train de finaliser notre collaboration avec le Centre arabe d'indépendance de la justice et la Commission internationale des juristes, ainsi que plusieurs autres institutions afin d'avoir le meilleur cadre approprié qui permette à nos magistrats et avocats de s'ouvrir sur le monde entier. Nous souffrons d'un problème de légalité. Ceux qui s'opposent aujourd'hui à nous accorder les moyens nécessaires pour faciliter nos activités, ceux qui s'opposent aujourd'hui à notre bénévolat, sont les véritables responsables de la dégradation de l'esprit de droit et de légalité dans notre société.

 

II y a une sorte de flou qui enveloppe, pour certains observateurs, votre action. En effet, quelques jours après avoir pris votre initiative de juillet dernier, vous avez signé un article sur "Jeune Afrique" où certaines contradictions avec la première lettre au Président Ben Ali apparaissent.

Qu'en est-il de cette affaire?

 

M. Y. : Ce que j'ai vraiment signé sur les pages de "Jeune Afrique" est qu'il ne peut y avoir d'indépendance de la justice sans démocratie. Cette évidence de bon sens a paniqué la meute et tous ceux à qui ce système délabré profite encore

Je ne veux pas m'étaler sur les pressions, la séquestration et les menaces dont j'ai fait l'objet car tout cela relève d'une stratégie bien expérimentée dans le but de m'intimider pour me manipuler et me discréditer.

En réalité, je savais que la réforme de la justice ne pouvait se faire que dans les conditions d'un processus de longue haleine, qu'on doit à peine commencer. C'est pourquoi il n'était pas dans mon esprit de rompre un dialogue que j'avais initié à cette fin, avec les plus hautes autorités

II était convenu de rédiger un texte qui rappelait les acquis réalisés depuis le 7 novembre 1987 -du moins, ceux qu'ils considéraient comme tels- et les perspectives qui s'annonçaient avec l'annonce de la formation d'une commission de réforme de la justice par le président de la République le 25 juillet dernier

Seulement, on m'a trompé en insérant un point qui me fait admettre une certaine indépendance de la justice, ce qui revient à renier tout ce que j'avais dit et affirmé. Ce geste m'a montré la véritable nature des gens avec lesquels j'ai discuté.

 

Certains font observer que vous l'auriez fait sous la menace...

 

M. Y. : En effet, j'ai réellement été empêché de partir ce jour là, et verbalement menacé de prison et de liquidation à plus d'une reprise. Je ne sais pas si cela procède d'une stratégie d'intimidation, par excès de zèle ou plutôt de véritable menaces. Vers minuit, quand on m'a ramené chez moi, on m'a fait passer devant le ministère de la Justice et de l'Intérieur, et j'ai pu constater la présence de plusieurs voitures officielles, surtout devant le ministère de la Justice, dont celle du ministre. II paraît qu'il était vraiment question de m'arrêter cette nuit-là.

Cela n'a fait que confirmer ma profonde conviction qu'on vit tous sous la menace quand on est soumis à l'arbitraire. La moindre manifestation de liberté d'expression ou prise de position hors des normes officielles par n'importe quel citoyen peut déclencher automatiquement cette machine infernale qui contraint notre peuple au silence des morts, à la soumission.

 

Quel est votre sentiment au sujet de la réforme constitutionnelle et l'organisation du référendum du 26 mai prochain?

 

M. Y. : L'amendement constitutionnel entériné par la Chambre des députés le 2 avril 2002 marquera une page peu élogieuse de notre histoire et nous confirme que ce système politique quinquagénaire a définitivement atteint ses limites et consommé son temps. C'est en marge de l'histoire qu'il subsistera, le temps qu'il faut pour refonder notre République sur la base des débats suscités par cet amendement au sein des différents partis et autres Organisations, syndicats et associations. On peut prendre la mesure de la contestation et de l'indignation générale qu'il a provoqué en l'absence de liberté d'expression et de la presse. Ce débat n'a pu être entamé. C'est vers un consensus tronqué qu'on s'achemine parle référendum du 26 Mai. La peur et la suspicion sont sous-jacentes d'un pressentiment de menace qui nous ligote et interdit encore à une grande partie de nos élites d'assumer la responsabilité de leurs convictions. Cela fait que nos institutions sont devenues des temples vides qui tournent comme un disque rayé avec le même refrain à la gloire de nos tyrans. Exclusivement investies et manipulées par la volonté de l'autorité, nos institutions sont en décalage total avec la réalité, avec nos aspirations et en rupture avec notre volonté. Donc, cela ne peut être lu et compris que par la fracture immense qui sépare déjà le pouvoir et tous ceux qui lui sont inféodés avec le reste de la société. Cet amendement, de part son contenu et la manière dont il a été introduit cherche à soumettre la société à la volonté de l'autorité, ce qui procède d'un entendement pervers de la souveraineté et d'un renversement des rôles dans la conception même de la légitimité.

J'avais exprimé avec des personnalités de différents horizons notre position par un appel au peuple tunisien signé le 9 avril 2002, proclamant l'ouverture du débat sur la question constitutionnelle en Tunisie. Et cela en vertu de notre qualité de citoyens dépositaires de prérogatives constitutionnelles inaliénables, partant de la constatation que l'actuelle Constitution s'est définitivement révélée incapable de maintenir le pouvoir dans notre pays dans les limites de la légalité.

 

Interview réalisée par Slim Bagga le 26/04/ 2002


 

 

 

Texte de l’interview dernièrement accordé par M. Omar Mestiri (ancien secrétaire général de la CNLT) au journal Espagnol AVUI.

Cette interview a été publié en espagnol

 

Quelle est votre évaluation de l’évolution de la Situation politique en Tunisie depuis que gouverne Ben Ali ?

 

Omar Mestiri :

Nous sommes très certainement en train de vivre le crépuscule de l’ère Ben Ali. Pour schématiser, nous sommes passés par trois phases assez distinctes :

Au début, la société lasse du pouvoir personnel de Bourguiba qui n’en finissait plus avait, dans son ensemble, accueilli avec enthousiasme le nouveau discours de Ben Ali qui faisait une bonne place à ses aspirations à une citoyenneté longtemps refoulée. Elle lui avait accordé très facilement un préjugé largement favorable, passant d’autant plus généreusement l’éponge sur son passé répressif qu’elle n’avait guère d’autres alternatives. Durant cet « état de grâce » qui prit fin avec l’élection d’un parlement monocolore en avril 1989, Ben Ali s’était appliqué à verrouiller les institutions -comme en témoignent les amendements constitutionnels et lois organisant la vie publiques adoptés en 1988- et surtout à développer son appareil répressif. En fait, on assistait à une mutation structurelle rapide du régime de parti unique-bien que le multipartisme ait été formellement reconnu en 1981- en un système policier. Le parti qui élaborait les politiques fut ravalé au rang d’auxiliaire de la sécurité, chargé de la propagande, alors que sous Bourguiba c’était l’inverse. Cette première phase se caractérisa, aussi, par le ralliement de la majorité de l’intelligentsia au nouveau régime au nom de la « majorité présidentielle » ; la collaboration avec Ben Ali fut aussi justifiée en vertu de la théorie de la « Démocratie consensuelle ».

 

L’incendie criminel, en février 1991, d’un local du RCD (parti au pouvoir), où périt un gardien dans des circonstances obscures et que le gouvernement attribua au mouvement islamiste, allait servir de prétexte au déclenchement d’une répression minutieusement préparée depuis les élections de 1989 -où le mouvement islamiste « Ennahdha » s’imposa comme la principale alternative au pouvoir- pour « sauver la démocratie du danger intégriste ». Des dizaines de milliers d’arrestations, la plupart torturés dont plusieurs dizaines de décès en détention, plusieurs milliers de condamnations à la prison, en vertu de jugements iniques et pour des faits relevant dans la majorité des cas de l’exercice de droits constitutionnels… Cette campagne qui reçu un aval plus ou moins enthousiaste des ténors du courant progressiste au nom des thèses éradicatrices, inaugurait une décennie noire. Préalablement, la centrale syndicale, sous la férule d’une direction croupion, avait été mise au pas, la presse bâillonnée, l’espace public strictement contrôlé… Sous le double effet de la terreur et de la désillusion, les gens désertèrent massivement la sphère publique, favorisant une large campagne d’épuration des structures militantes, menée par les partisans de la collaboration avec le pouvoir et visant toute expression critique. En peu de temps on aboutit à l’effondrement des institutions de la société civile qui s’étaient imposées au début des années 80 : partis, associations, syndicats, université, groupements professionnels, culturels ou académiques, l’espace public devint un vaste champ de ruine… seuls quelques noyaux de résistance subsistèrent, regroupés, principalement, autour de la Ligue des Droits de l’Homme… jusqu’en février 1994 où le 4ème congrès élit une direction plus docile.

Le réveil de la société tunisienne, marque la troisième phase qui débute à la fin des années 90. les élections d’octobre 1999 ont été perçues par l’ensemble des Tunisiens comme une insulte à leur intelligence. L’année 2000 fut une année noire pour le régime avec la grève des transporteurs, les émeutes du sud puis des lycées, la parution du rapport du CNLT, la gestion catastrophique des obsèques de Bourguiba, la grève de la faim de Taoufik Ben Brik…

L’intelligentsia sortait de sa longue torpeur, comme cela fut attesté lors de deux réunions publiques tenues à l’hôtel « Africa » les 14 dec 99 et 5 mai 2000, qui se firent l’écho du défi lancé par les intellectuels tunisiens au système policier. Acculé le régime essaye de se défendre avec le seul atout qu’il maîtrise : la répression. Mais ce sera désormais plus difficile parce que les Tunisiens se défendent mieux et que le contexte a globalement changé ; le monde découvrait les traits véritable de cette dictature qui avait pendant longtemps été présentée comme le « bon élève du FMI», le « havre de paix » ou le « miracle économique ». Les complicités occidentales de Ben Ali se font plus discrètes ; les dissidents bénéficient d’une formidable campagne de solidarité, leur combat est sorti de l’ombre.

 

 

Pourquoi la CNLT et d´autres groupes ont ils appelé au boycott du référendum sur la réforme constitutionnelle?

 

O.M. :

Nous considérons que c’est un coup de force contre la République. Sur la forme, le référendum se tiendra en vertu d’un simple décret présidentiel, alors que la Constitution exige qu’il soit organisé par une loi organique. Ce n’est pas une consultation électorale : l’opinion a subi le lourd matraquage de la propagande officielle, et les critiques du projet gouvernemental n’ont eu aucun accès aux médias. Le résultat du « scrutin » du 26 mai est connu à l’avance par n’importe quel citoyen.

Surtout, le référendum du 26 mai autorisera la violation d’une règle républicaine essentielle, l’alternance. Plus grave encore, la Constitution consacrera l’impunité à vie du président. C’est une réaction d’autoprotection minable et désuète devant les avancées du droit international avec l’adoption du principe de la compétence universelle qui a aussi permis, ces derniers temps, la mise en cause de certains responsables tunisiens.

Notre attitude ne reflète cependant nullement une quelconque propension à conserver à des institutions issues du régime de parti unique.

Depuis sa constitution le 10 décembre 1998, le CNLT réclame une réforme profonde des institutions politiques garantissant l’exercice des droits et libertés reconnus par la Constitution mais confisqués par la législation ; nous demandons aussi la séparation effective des pouvoirs assurant l’instauration d’une autorité judiciaire réelle et d’un parlement qui serait plus qu’une simple chambre d’enregistrement. Nous nous sommes attaches à impulser une réflexion sur ces problèmes au sein de la société civile en vue d’aboutir à la tenue des « assises de le démocratie » . La police politique a déployé un dispositif énorme pour empêcher ce projet qui visait à favoriser l’adoption par les différents acteurs de règles du jeu assurant une gestion démocratique de l’espace public.

 

Croyez-vous que Ben Ali veut devenir un président à vie?

 

O.M. :

Manifestement, le principe de l’alternance ne fait pas partie du référentiel qui inspire Ben Ali. Il ne craint pas non plus de renier grossièrement l’engagement qu’il avait prit solennellement devant tous les Tunisiens en 1987. Même si le terme « à vie » n’a pas été prononcé, le sens de la démarche de Ben Ali est évident : institutionnaliser son obsession de se cramponner au pouvoir contre vents et marées. En fait, il s’agit de la fuite en avant d’un dirigeant en panne de recours face à une société rejetant la minorisation ( statut de mineur ) et de plus en plus résolue à entrer dans son époque.

 

 

On dit pourtant en Espagne et en Europe que la Tunisie est un modèle de développement économique et social, voire même politique, au Maghreb. Où est la propagande et où est la vérité?

 

O.M. :

La Tunisie dispose d’un potentiel de développement indiscutable : dynamisme, formation, service public… Il est également vrai que l’économie tunisienne a profité d’un contexte particulièrement favorable avec la guerre civile algérienne et l’embargo imposé à la Libye qui ont redéployé une partie consistante de leurs échanges à travers la Tunisie. Il faut de même reconnaître que les autorités ont habilement exploité ce contexte pour vendre aux décideurs occidentaux une image idyllique reflétant à la fois un pays immunisé contre l’islamisme et ayant souscrit aux canons de l’orthodoxie libérale en vogue. Cependant, contrairement à la propagande officielle, le taux moyen de croissance supérieur à 4 % se retrouve dans les performances économiques tunisiennes tout au long des quatre dernières décades et ne peut, par conséquence, être porté au crédit du seul pouvoir : il est inhérent à ces atouts intrinsèques de notre société, cités plus haut et qui nous distinguent des autres pays du Maghreb.

La thèse d’une dictature favorisant l’épanouissement d’une société, donc justifiant la confiscation des libertés, en vogue il y a quelques années, a été battue en brèche avec l’avènement de la démocratie en Corée du sud ou à Taiwan, la chute de Suharto ou la fin du modèle de Singapour. Elle est aussi démentie en Tunisie; la dictature n’a 67cessé de brider le développement économique et social en faussant les règles du jeu, en favorisant le développement de groupes mafieux dans le cadre d’une véritable privatisation de l’Etat. La Tunisie a sensiblement dégringolé au classement établi par le PNUD en matière de développement humain.

Dans les années soixante Plusieurs secteurs de notre économie soutenaient facilement la comparaison avec la Grèce, le Portugal et même l’Espagne, soumises alors elles aussi à des dictatures féroces. Depuis, ces pays ont connu un développement formidable tout en se débarrassant de la dictature et en intégrant l’Europe.

Par contre, le discours glorifiant la situation politique tunisienne relève tout simplement du racisme : il revient à soutenir que les Tunisiens doivent se satisfaire de dirigeants élus à 99,99 %, se contenter de lire une presse censurée, se soumettre à des juges aux ordres ou accepter la torture. Ces survivances de la mentalité colonialiste, en vogue chez plusieurs dirigeants européens qui comme Chirac ou Berlusconi ont, ces derniers mois, chaleureusement cautionné les options de Ben Ali, constituent une insulte au combat de notre peuple pour la réalisation de sa citoyenneté et risquent d’hypothéquer nos relations avec l’Europe si ses dirigeants continuent de privilégier des intérêts ou des stratégies qui pénalisent notre avenir. Dans cet ordre, le soutien appuyé manifesté par le gouvernement Aznar à Ben Ali est très mal perçu par les démocrates tunisiens.

 

 

Où en est la situation des droits humains en Tunisie: prisonniers politiques, tortures, arrestations...

 

O.M. :

Comme corollaire à l’hégémonie de l’appareil sécuritaire au sein de l’Etat, la torture a été instituée comme mode de gestion privilégié des problèmes sociaux - dont les jeunes sont les principales victimes – avec pour effet d’instaurer un état de terreur au sein de la société. Son usage est devenu systématique dans tous les services de sécurité. Cependant nous avons relevé que l’action contre l’impunité menée ces dernières années, avec notamment la publication des listes nominatives de tortionnaires et surtout l’inculpation pour actes de torture de plusieurs responsables - dont deux anciens ministres - devant des juridictions européennes, en vertu du principe de la compétence universelle, commence à être ressentie fortement par les tortionnaires. De nouveau, les victimes portent plainte, ce qui dénote une détermination à faire reconnaître leurs droits, bien que l’écrasante majorité de ces requêtes n’aboutisse pas. On sent que certains services comme la police politique prennent plus de précaution qu’auparavant.

La revendication d’amnistie générale, au cœur de nos revendications : près de mille prisonniers d’opinion demeurent incarcérés, depuis plus de 10 ans pour la plupart.

Cette revendication concentre en elle une mise en cause multidimensionnelle de la dictature : Justice aux ordre, négation de droits constitutionnels, torture, prisons inhumaines… Le gouvernement refuse d’accéder à ce qu’il pense représenter une reconnaissance de ses exactions ; il persiste à nier à ces prisonniers le statut de prisonniers d’opinion.

Cependant, on note que depuis deux ans et devant la très forte mobilisation de la société civile tunisienne et des ONG internationale, avec aussi la médiatisation de certaines affaires, les autorités font le maximum pour éviter de nouvelles condamnations politiques. C’est la raison pour laquelle de nombreuses affaires impliquant des activistes demeurent pendantes…

 

 

Comment s´organise l´opposition réelle a Ben Ali et quels sont ses objectifs politiques?

 

O.M. :

La dictature policière nous a profondément marqués. La société civile renaît à la vie, après la décade la plus noire vécue par notre pays de tout le siècle passé et qui a vu l’espace public se transformer en un vaste champ de ruines.

On conquiert, dans un défi à la dictature notre droit à afficher notre dissidence. Nous avons des sites Internet nous publions des opinions, nous tenons des réunions : dernièrement des partis ont organisé une conférence contre le référendum, les associations en tiendront une autre la semaine prochaine… Cependant, ces initiatives demeurent symboliques : les ressources publiques (finances, infrastructures… ) nous sont toujours refusées, l’accès aux médias nous reste strictement fermé. Nous n’avons pas le droit de manifester. L’engagement des citoyens dans la sphère publique se limite à quelques centaines de personnes. Les partis politiques ont été à la traîne du mouvement de résistance, qui s’est développé principalement au sein du secteur associatif. Il s’agit maintenant de réussir la mutation du mouvement démocratique : Il n’est pas simple de passer du stade de la résistance à la reconstruction et la reconquête et l’élaboration ; une évolution culturelle est nécessaire. C’est comme quelqu'un qui sort d’un long coma et chez qui les paramètres vitaux retrouvent la normale : on est rassuré mais de là à lui demander de s’aligner dans une épreuve aux jeux olympiques…

 

 

Comment la Tunisie et le reste des pays du Maghreb et du monde arabe peuvent-ils se transformer en démocraties réelles?.

 

O.M. :

Les deux fléaux majeurs qui sévissent dans le monde arabe sont l’occupation israélienne et la rente pétrolière. Ce sont eux qui génèrent les dictatures féroces, les groupes mafieux, justifie la confiscation de la citoyenneté… Dans des conditions pareilles on peut comprendre que les pratiques et les discours démocratiques aient plus de mal à prendre pied que l’extrémisme. Quelques constats s’imposent : les gouvernement occidentaux, en premier lieu l’administration américaine, oeuvrent pour la persistance de ces conditions, favorables à leurs intérêts stratégiques et économiques. Le « nouvel ordre mondial » avancé par Bush père pour justifier la guère du golfe s’est révélé une gigantesque tromperie destinée à l’opinion publique occidentale. Cependant, on peut constater qu’à l’échelle du monde arabe, les courants extrémistes sont globalement en net recul ( Soudan, Algérie, Egypte…), des embryons de sociétés civiles se mettent en place dans les pays les moins dépendants de la rente pétrolière( Maroc, Jordanie… ), des réseaux de solidarité se réclamant du référentiel universel se mettent en place ( femmes, DH, …) Les citoyens des pays arabes ont eux aussi le droit de choisir librement leurs dirigeants, tiennent à leur intégrité physique, réclament des jugements équitables… La thèse de la base culturelle du retard arabe en matière de démocratie est une thèse raciste avancée pour sauvegarder une domination de type néocolonial. Le jour où le droit international sera appliqué aussi strictement aux dirigeants israéliens qu’aux yougoslaves, que l’on envisagera de sanctionner les despotes arabes et que l’on cherchera à établir des échanges plus équitables avec les pays arabes, on s’apercevra que la démocratie y effectuera un bon en avant. La dictature n’est une fatalité nulle part dans le monde. Le monde arabe ne peut constituer une exception.
 
Résistance des tunisiens sur le web

L’information parallèle on line

 

Depuis plus de deux ans, la parole libre, les débats contradictoires critiques contre les autorités tunisiennes se multiplient au travers des canaux qui échappent en partie au contrôle du pouvoir tels les sites d’informations sur Internet, les listes de diffusion , les forums de débat et les publications on line, animés par des Tunisiens installés à l’intérieur du pays ou à l’étranger. Certains de ces espaces n’ont eu qu’une existence éphémère ; d’autres, comme le plus connu d’entre eux, Tunisnews, proche de la tendance islamiste, diffuse quotidiennement une lettre d’informations concernant la situation des libertés et des droits humains en Tunisie ainsi que les activités des formations de l’opposition et des associations indépendantes. Ce site affiche plus de sept mille visites par jour. (*)<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

 D’autres sites sont plutôt consacrés au débat comme Perspectives tunisiennes ou font office d’organe d’expression d’associations ( le CNLT, qui propose également un forum très fréquenté, ou RAID-Attac Tunisie), de comités de soutien ( à Moncef Marzouki, à Sihem Ben Sedrine…) ou de courants politiques de l’opposition ( CPR, WATAD).

 

 Plusieurs périodiques on line sont également édités sur la toile avant d’être reproduit mécaniquement et diffusés sous le manteau dans tout le pays : El-Kalima (Sihem Ben Sedrine) et Kaws el-Karama (Jalel Zoghlami), hébergés tout deux sur le site de Reporters sans frontières, Alternatives citoyennes (Nadia Omrane), Aqlam (tendance islamiste). Le seul journal on line de l’opposition légale est EL-Mawqaf du PP (ex-RSP). Le mensuel d’opposition paraissant à Paris, L’Audace, est désormais également disponible sur la toile.

 

 Mais le plus ancien des sites rebelles est apparu en extériorité totale par rapport aux milieux traditionnels de l’opposition. IL s’agit du journal Takriz qu’on peut traduire par l’expression « ras-les-couilles »- lancé par de jeunes internautes vivant en Tunisie mais jamais démasquées ! De tempérament iconoclaste, exprimant le profond mal-être et les mille oppressions quotidiennes de la jeunesse, Takriz, dont le succès a été fulgurant, n’a hélas pas pu résister à la menace permanente de la répression policière.

 

 On doit évoquer également d’autres espaces qui ne sont pas spécifiquement consacrés à la Tunisie mais qui jouent un rôle important dans la diffusion d’informations parallèles. Le plus connu est le site Maghreb des droits de l’Homme, animé à partir de Paris ; il dispose d’une liste de diffusion et héberge le journal Sanabil. Le site d’information « Naros presse service » est mis en ligne à Marseille.

 

 Informations, débats, mise en réseau, l’ensemble de ces sites, dont le pouvoir tunisien s’acharne à interdire l’accès, constituent des lieux essentiels de la reconstruction d’un espace public libéré.

 

 (Texte publié à la page 221 du cahier spécial de “Confluences Méditerranée” consacré à la Tunisie.)

 

 

 

(*) Note de la rédaction de Tunisnews:

 

Il s’agit là à notre avis d’une petite confusion entre “nombre d’abonnés” (et non nombre de visiteurs) à la liste de diffusion (et non au site) Tunisnews.

 

 
Réponse à Balha Boujadi :
Si le peuple décide un jour de vivre librement…
 

 

 

Cher ami « Balha Boujadi »

Tu ne sais combien ta lettre publiée aujourd’hui sur l’excellent site Tunisnews m’a fait plaisir et je la tiens pour modèle du débat digne, fraternel et tolérant que nous devons cultiver entre nous Tunisiens malgré nos divergences et nos désaccords.

A lire le début de ta lettre, j’ai cru comprendre que tu n’as pas lu la Déclaration de Principes parue dans l’édition du 18 mai 2002 de Tunisnews où il a été précisé que la campagne de boycott du tourisme a pour objectif non pas d’abattre le régime de Ben Ali, mais la libération des prisonniers politiques, anciens ou actuels, eux et leurs familles en leur donnant le droit de quitter le territoire s’ils le désirent.

Notre position est claire. Je n’accepterais jamais en tant qu’être humain et en tant que Tunisien que des milliers de prisonniers continuent de souffrir dans l’indifférence générale. CELA EST INADMISSIBLE. Ben Ali les détient en toute illégalité sans parler des aspects humanitaires. Il lui incombe de les libérer immédiatement et inconditionnellement et de leur présenter des excuses et de leur donner des réparations pour les torts subis.

Le mouvement du boycott sera poursuivi j’espère avec tous ceux que ce drame épouvantable ne laisse pas insensible.

C’est là un devoir pour tout Tunisien de manifester sa solidarité humaine, citoyenne et patriotique pour tout autre Tunisien subissant une telle injustice d’Etat qui nous engage tous. Personne ne peut dire qu’il n’est pas concerné, à moins de vouloir être exclu de la communauté nationale tunisienne. Quand tu parles des « millions de tunisiens qui vivent leur quotidien loin des manœuvres politiques », cela est inadmissible. En tant qu’êtres humains et en tant que Tunisiens nous n’avons pas le droit de dire : je ne suis pas concerné des crimes qu’on fait subir à mon voisin, à mes compatriotes. L’innocence politique est l’équivalent de l’irresponsabilité et c’est la négation de l’humanité et de la simple solidarité nationale qui fait que la Tunisie existe. Chacun est libre d’être Tunisien ou non, d’acquérir la nationalité qu’il veut. Ceux qui se considèrent comme des « neutres » et des « apolitiques » ont démérité de la nation et de leur tunisianité et de leur humanité : ils s’excluent eux-mêmes de la société où ils vivent et dont la principale règle est le devoir impératif de tous à prêter assistance à toute personne en danger. Les Tunisiens fiers de l’être, de leur histoire et de ce que notre patrie nous a donné de beau et d’inestimable, ne sauraient assister dans l’indifférence à l’agonie d’un seul autre Tunisien, sans parler du devoir que chaque être humain d’apporter aide et secours à tout autre être humain sur n’importe quelle autre parcelle de cette terre et de ce globe.

S’il y avait un seul Tunisien opprimé par l’Etat, il serait du devoir des dix millions de ses compatriotes tunisiens de se sacrifier jusqu’à leur vie pour lui venir en aide et mettre fin à l’intolérable. Si nous ne faisons pas cela, nous ne serons plus ni une nation, ni des êtres humains, mais des animaux domestiques, irresponsables, exposés à la bonne volonté du maître des lieux et du premier voyou, comme c’est malheureusement le cas aujourd’hui des Tunisiens dans l’ère de Ben Ali. Si nous ne faisons pas cela, c’est que nous acceptons que notre bourreau fasse ce qu’il entend de nous sans avoir le droit à assistance et à secours.

Je rejette donc ton idée sur l’innocence de ceux qui vivent « loin des manœuvres politiques », en me reprochant d’avoir « touché des innocents et des apolitiques ». Quand des milliers de prisonniers vivent une horreur quotidienne et quand autant de familles vivent dans une prison sociale et économique sans aide ni secours de quiconque d’entre nous, NOUS EN SOMMES TOUS DIRECTEMENT, PLEINEMENT ET PERSONNELLEMENT RESPONSABLES ET NOUS DEVONS EN PAYER LE PRIX UN JOUR OU L’AUTRE.

Il faut que tu saches, mon cher ami, qu’aujourd’hui, nous ne faisons pas de l’opposition pour le plaisir de s’opposer, mais par devoir humain et patriotique. Je ne m’oppose pas à Ben Ali parce qu’il ne me plaît pas ou parce que je veux prendre sa place. Je m’oppose à Ben Ali parce qu’il s’est attaqué à des êtres humains qui se trouvent être aussi mes compatriotes, il les a assassinés, torturés, embastillés, violés, humiliés, exilés dispersé leurs familles, et il a transformé dix millions de personnes en esclaves terrorisés pouvant subir n’importe quel châtiment en toute impunité et avec l’assentiment de la « communauté internationale » !

Cette situation est inadmissible et intolérable et elle nous interpelle tous, victimes actuelles ou victimes potentielles, politiques ou simples citoyens. C’est une situation qui nous scandalise tous et sans exception et personne NE PEUT ET NE DOIT dire qu’il est INNOCENT ou INDIFFERENT. Car ici l’indifférence est complicité à un crime et non à n’importe quel crime : complicité à un crime contre l’humanité.

Si demain, il y aura un million de Tunisiens qui seront au chômage, ce sera la part que nous devons payer pour sauver notre humanité et sauver notre nation mises en péril par le régime criminel de Ben Ali. Par leur solidarité, ce million de Tunisiens vont entraîner un autre million d’autres Tunisiens qui vont se solidariser eux aussi avec eux et avec les prisonniers politiques, et ainsi de suite jusqu’à l’écrasement du régime criminel d’occupation étrangère.

Notre force, notre droit et notre devoir c’est notre solidarité. Et sans cette solidarité, il n’y aura ni humanité, ni Tunisie ni droit à la vie, ni droit alimentaire ni aucun autre droit.

C’est le message que le peuple tunisien doit faire entendre au despote qui nous gouverne : la Tunisie entière n’accepte pas de vivre humiliée et complice de ses crimes et qu’elle est prête à payer le prix le plus élevé pour sa liberté et sa dignité, comme naguère nos parents l’ont fait contre la colonisation française.

La Tunisie entière décide d’entrer en grève du travail et en grève de la faim jusqu’à ce que ces dizaines de milliers de nos compatriotes soient libérés de la petite comme de la grande prison tunisiennes. Et leur libération sera - et personne ne peut en douter – sera notre libération à nous tous de l’oppresseur et du criminel.

Je le dis et je le répète, nous allons mobiliser toutes nos énergies pour faire pression sur Ben Ali au moyen de cette opération de boycott. Ben Ali est le seul responsable des torts qu’il a infligés sur le peuple tunisien et il est le seul responsable des actes de résistance contre les agressions subies. Ben Ali est et sera d’autant plus responsable du boycott du tourisme qu’il lui suffit de libérer les prisonniers politiques et de cesser de les persécuter pour que nous cessions à notre tour notre action. Notre résistance et un droit naturel et un droit de l’homme fondamental de se défendre et de préserver sa vie et sa dignité. Personne ne pourra nous le contester. Il revient à l’agresseur de mettre fin à son agression, et non à l’agressé de mettre fin à sa résistance.

Si Ben Ali persiste injustement dans son crime, il portera lui et son régime la responsabilité des torts qui affecteront le tourisme et même d’autres secteurs si cela ne lui suffit pas pour le convaincre.

Personne ne pourra reprocher à un peuple de résister. Pour libérer l’Afrique du Sud du régime de l’apartheid, il a fallu aussi ruiner l’économie agricole du pays et mettre à genoux le régime racial qui a perdu le soutien des hommes d’affaires. Il en sera de même en Tunisie et plus notre action sera vigoureuse et plus vite nous atteindrons notre objectif et moins notre peuple souffrira.

La victoire dépendra de notre confiance en nous-mêmes, de notre sens de solidarité populaire et patriotique, de notre sens du sacrifice et de notre foi inébranlable de vivre un jour librement et dignement sur le sol de notre patrie. Et ce jour dépendra de notre seule volonté et de notre action et de notre sacrifice.

« Si un jour le peuple décide de vivre librement… » Abou al-Kacem Echabbi

 

Mondher Sfar

Paris, le 21 mai 2002

عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 

 
CPR : Campagne contre l’immunité et la présidence à vie.

 

المؤتمر من أجل الجمهورية

 

حتى تتحقق السيادة للشعب والشرعية للدولة والكرامة للمواطن

 

 Manifeste contre la bêtise

De quoi est-il question au juste le 26 mai prochain ? De la proposition sur le changement de la constitution que souhaite soumettre le Président Z.A. Ben Ali au corps électoral Tunisien. Un Référendum !
Le Président tunisien, entrant pour la quatrième  fois,  souhaite consulter  le bon peuple sur certains amendements qu'il juge nécessaires pour  faire entrer son pays de plein pied dans le troisième millénaire.
A quoi bon Monsieur le Président ? Ce même peuple vous a élu, que dis-je, plébiscité par le passé et vous a accordé une telle confiance- jamais déçue par ailleurs- que se serait lui faire injure que de redemander son avis seulement quelques années après. D'ailleurs au nom du peuple tunisien permettez-nous de vous octroyer le prix de l'âne intégral.
Car qu'allez vous demander au vote populaire ? L'impunité et la présidence à vie, déguisés sous de vulgaires oripeaux.
Quelle est cette immunité supplémentaire que vous voulez acquérir ? De quoi souhaitez vous vous protéger plus encore ?
 Avez vous besoin de l'assentiment de ceux que vous avez assujetti pour rester impuni ?
Auriez vous peur du spectre de nos libertés individuelles que vous avez strangulé, en exerçant votre despotisme relayé par l'arbitraire de vos sbires ?
Car soyons sérieux, cette constitution-non respectée par ailleurs- qui virevolte au gré de vos petites ambitions personnelles qui empêchera son nième abrogation afin qu'elle se retourne contre vous un jour?
Les passe droits que vous généralisez depuis votre accession au pouvoir feront jurisprudence dans le futur, quand bien même la justice et l'équité sociale régneront un jour en Tunisie, vous devrez rendre compte d'une façon ou d'une autre.
Ceci étant, le premier crime, mineur à mon sens,  dont vous vous êtes rendu coupable est d'avoir évacué du politique toute forme de médiation, empêché toute forme de dialogue social faisant de la force brutale et primaire votre socle du pouvoir. Cela tous les apprentis dictateurs se sont essayé à le faire plus ou moins de façon heureuse, que vous ayez encore échoué à installer une dictature arbitraire au profit d'une dictature de l'arbitraire, cela n'est que la conséquence de votre tragique ignorance de l'histoire.
Au lieu de mettre en place une dictature éclairée censé sortir le pays du marasme, vous avez inversé le socle social et mis à berne le drapeau de l'intelligence nationale.
Une immunité soit ! vous allez l'avoir suite à la " consultation populaire ", sic,  du 26mai, mais qui vous protégera de vous même ? Qui vous mettra à l'abri de votre insoutenable bêtise ? Observez donc les bipèdes qui vous entourent, qui vous conseillent, qui partagent votre vie et
vous verrez à quel point vous vous êtes fourvoyé dans vos choix qui ne sont que l'émanation de votre personnalité. Ce n'est pas avec un âne que l'on fait un chreview de course !
Une présidence à vie, pourquoi faire ?
Nous vous devons le mépris croissant des autres, l'effondrement lent et sûr de notre économie, la mort de nos élites, notre exil et notre honte. Qu'avez vous fait à ce jour qui vaille la peine de vous avoir si longtemps supporté et de vous voir parader avec vos bâts pendouillant?
L'état de grâce dont vous avez bénéficié en 87 a duré à peine deux années par la suite le désenchantement fut à la mesure de l'espoir : énorme !
Vous vous targuez d'avoir éradiqué l'islamisme et l' " obscurantisme " en Tunisie, en réalité vous avez ré islamisé les mentalités et  renforcé un régime autoritaire sous couvert de lutte contre l'islamisme.
Pis encore, vous avez privatisé l'état au profit d'une tribu insatiable, vous avez dépolitisé le tunisien au profit d'une consommation effrénée-gage de santé économique-.qui le rend de plus en plus dépendant et vulnérable de jour en jour.
Bref, la société tunisienne modernisatrice a été tenue en laisse par votre incapacité à la comprendre et, frustrée par son échec à la déployer, s'est crispée sur une identité amorphe.
C'est  toujours le même schéma du rapport de la domination Etat/société : la société est jugée trop en retard pour être livrée à elle-même et ce n'est qu'en se pliant à l'intervention de l'état qu'elle parviendra à se délivrer de ce retard.  (1) 
L'injure, l'insulte qui consiste à nous consulter pour vous offrir un OUI massif  pour entériner vos crimes est de trop.
Il est vrai que la hardiesse des tyrans à nous asservir est admirable, il est cependant des limites que même un simple d'esprit devrait éviter de franchir.

Pour clore ce triste récapitulatif de vos médiocres exploits, parlons du " miracle économique " avec lequel vous vous gargarisez  et égarez une opinion prisonnière de votre communication stalinienne.
Le sous développement dans lequel vous avez précipité le pays s'est avéré " insoluble " dans le marché mondial : Jusqu'au milieu des années 90 le PAS (2) allié à un libéralisme du « laissez faire, laissez passer » sauva la mise d'une économie exsangue.
Depuis, les croissances lamentables vous ont poussé à brader le peu de souveraineté qui nous restait, en effet  depuis 1998 date de l'entrée en application de l'AAEU, 66 entreprises ont été vendues pour 1090MD au capital européen!
A titre de comparaison en l'espace de dix ans (87-96) 81 entreprises en été privatisées pour 316MD.
Vous nous expliquerez plus tard comment vous comptez faire tenir le coup à une économie toujours artisanale sous les coups de boutoir du capital hyper marchand créateur de
richesses... lui. Probablement par la mise à niveau, cet énorme  canular, par lequel vous prétendez moderniser l'entreprise en gardant toujours les mêmes infrastructures archaïques environnantes.
Ce qu'il faut remettre à flot et en urgence c'est la création de richesses et la créativité de l'entrepreneur tunisien prisonnière de votre façon de gouverner rétrograde et du racket institutionnel. Mais de cela vous êtes incapable.
Mais votre crime le plus abject à mes yeux c'est d'avoir conduit la Tunisie sur un chemin de traverse et d'avoir prouvé au monde entier l'incapacité d'un pays arabe fut il émancipé et préparé à accéder à la lumière d'une démocratie sage, cultivée, sereine et juste.
Vous avez joué le jeu des pôles démocratiques Euro-Américains qui n'ont eu de cesse de déstabiliser les sociétés arabes afin d'entretenir leur rupture avec la modernité.
Vous êtes inconscient des enjeux de la nouvelle guerre contre le " terrorisme ", inconscient de la mise en quarantaine économique, politique, culturelle et morale des
sociétés arabes.
Par votre exercice du pouvoir vous nous " enfoncez chaque jour d'avantage dans une crise généralisée dont les conséquences vont bien au-delà du simple déficit de démocratisation " (3.)
Alors votre minable campagne, pour préserver vos petits intérêts et ceux des analphabètes bilingues qui constituent votre cour, Monsieur le Président, nous n'en avons cure.
Quant à ce référendum -chronique de la victoire annoncée d'un dictateur-, envoyez donc vos tristes sbires y participer, quant à nous  nous refusons l'ultime humiliation de consacrer notre propre fossoyeur.

________________________________________________________________

  · (1) La  Tunisie de Ben Ali, éd. l'Harmattan P99
 · (2) Programme d'Ajustement Structurel imposé par
        Bretton Woods en 1986
 · (3) Burhan Ghalioun ; La Tunisie de Ben Ali

 

 

Habib Bacha

Membre du Congrès Pour la République

 
Rien n'arrête la machine Ben Ali

Face à un peuple résigné et à une opposition en charpie, le président tunisien s'apprête à se faire nommer à vie par référendum.


 

Par Taoufik BEN BRIK (*)

Ben Ali est maître d'un pouvoir au-delà de toute Constitution. Le texte fondamental prévoit son départ en 2004. Vraisemblablement, il est partant pour une présidence à perpétuité. L'artifice : le nouveau projet de réforme constitutionnelle sur mesure qui a été approuvé début avril par une chambre de députés monocolore. Il sera soumis, le 26 mai, au peuple et la campagne a commencé cette semaine. C'est par une bordée de blagues que les Tunisiens accueilleront sans doute les résultats du référendum. Ni plus, ni moins.

Le premier surpris dans cette affaire est Ben Ali en personne. Le tollé général tant redouté n'a pas eu lieu. Il met en place, depuis une année, lentement mais sûrement, son dispositif, sans qu'on s'en offusque outre mesure. Le bon peuple s'en moque comme de l'an quarante Ñ parce qu'il est persuadé que tout est joué d'avance Ñ et l'opposition en charpie se sent désemparée parce qu'elle n'a aucune prise sur l'événement. Bien sûr, il y en a eu pour se battre avec des pétitions et des coups de gueule pour seules armes. Mais c'est comme si «on pissait dans le sable». ça n'atteint pas le bonhomme. Ben Ali n'en a cure. Rien ne peut arrêter la machine Ben Ali. C'est haut la main qu'il fera passer son «joujou».

Comment se fait-il que, cette fois-ci, Ben Ali se pavane dans l'arène sans qu'il essuie la moindre escarmouche ? Devrions-nous admettre que les militants tunisiens ne bougent que lorsqu'ils sont touchés personnellement et que, dès qu'un problème touche la multitude anonyme, ils ne se sentent pas concernés, se sentent désorientés et ne savent plus comment s'y prendre ou comment s'impliquer ? Pour comprendre le «tangage» du microcosme tunisien, il faut remonter jusqu'au printemps 2001, lorsque le Tout-Tunis respectable et instruit, qui s'est effondré dans l'attentisme à moins qu'il n'ait sombré dans la collaboration, découvre après quatorze ans que le «benalisme» n'était nullement porteur du «changement» promis. A partir de ce moment, la question de l'alternance est devenue incontournable. Branle-bas du côté des écuries de l'opposition étriquée, qui a senti que l'enjeu est une course ouverte pour accéder au pouvoir.

Du coup, ceux qui ont tenté, quatorze ans durant, de s'opposer à ce que Ben Ali dévaste totalement le pays (des individualités fortes : une cohorte de journalistes, d'avocats, de syndicalistes, de féministes, de défenseurs des droits de l'homme... mais guère de politiques), ont été sommés d'évacuer le champ de bataille et de laisser aux politiques le soin d'asséner le coup de grâce. «Vous avez déblayé le terrain. Merci, disent-ils. A nous de faire le boulot : pousser Ben Ali vers la sortie !» Ben ! On attend toujours que ces opposants de la vingt-cinquième heure s'engagent dans la bataille tant annoncée et sans cesse reportée...

Le coeur n'y est pas, peut-être ? Ces piètres politiques sans troupes ni projets n'ont pas les moyens de faire face à un Ben Ali doublement féroce. D'abord, il a une police paramilitaire loyale, un parti mobilisé et dévoué, un clan fortuné, les alliances qu'il faut, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, un impressionnant appareil de propagande... et une politique fondée sur l'autosurveillance et l'autodénonciation. Ensuite, parce qu'en face il a une rue pacifiée, une piètre opposition émiettée en de multiples groupuscules, dont les leaders sont d'anciens collabos, et une intelligentsia qui n'est pas de qualité... Comme le colonisateur, Ben Ali (depuis son ascension en 1987) a utilisé la technique de la terre brûlée, emportant toute une culture de contestation et d'affrontement et ramenant ainsi le pays à l'âge de pierre du politique : plus de relais dans la société, plus de contre-pouvoirs, plus de syndicats et plus de partis, bien sûr.

Dans ces conditions, l'opposition risible s'échine à pondre des communiqués écrits dans une langue cosmique et indéchiffrable, et à appeler à des réunions dans leurs locaux exigus et sombres une trentaine de militants désoeuvrés. Et ça s'arrête là ! Ils ont failli, parce qu'ils n'ont rien compris au combat qu'il faut mener contre Ben Ali. Ce combat (avec ses victoires squelettiques et ses défaites cuisantes) n'a été possible que parce que nous n'avons eu à nos côtés des alliés de taille : le redoutable bouclier médiatique, les centrales de défense des droits de l'homme, les structures autogérées d'expression politique et artistique alternative et des personnalités double-canon comme le leader paysan français José Bové, le député européen Daniel Cohn-Bendit, le prix Nobel de littérature nigérian Wole Soyinka, l'actrice anglaise Vanessa Redgrave, ou l'humoriste algérien Fellag, le cinéaste égyptien Youssef Chahine ou le journaliste américain Roger Kaplan... Des amis en puissance qui n'attendent que l'appel du clan pour rappliquer.

Agir contre Ben Ali impose de prendre conscience que la résistance tunisienne n'est pas une Cosa Nostra. Pour impliquer des extranationaux, il nous faut pour cela des combattants qui ne se lassent jamais de répéter que leur propre combat est une cause universelle et qui exige d'être défendue comme telle. Il ne s'agit pas de marchander, de trouver d'habiles compromis ou de faire carrière. Il s'agit pour les Tunisiens de se hisser à la hauteur de leur propre combat et de s'y maintenir.

Si Ben Ali a pu faire ce qu'il a fait aux Tunisiens depuis quatorze ans, c'est grâce à une machine de propagande redoutable : des boîtes à penser, une police des idées et des agents, par tout le monde, pour blanchir son ignominie. Tout ce qui pouvait colporter l'information, les nouvelles, la pensée a été brûlé au napalm : presse écrite, radio, TV, livres, théâtres, cinéma, musique, meetings, manifestations de rue. Toutes les traditionnelles caisses de résonance de la vox populi ont été disloquées. Nous étions isolés dans des enclos calfeutrés où rien ne passait, ni lumière, ni son. Il y a eu quelques «peptimistes» qui, face à l'arsenal médiatique moderne et soldatesque de Ben Ali, ont utilisé des samizdats, des tracts, des graffitis, des journaux muraux, des pétitions, un humour assassin et la photocopie à gogo sous le manteau, pour contourner la palissade. Inouïe, cette résistance chétive et peu prometteuse a enfanté petit à petit, dans la douleur, des poches de libertés où se côtoient des maquisards rompus à l'art de guerroyer avec des mots. De véritables stratèges de la parole et des mass media. Des sous-commandants Marcos qui ont réussi, le 3 mai 2000, à faire de la Tunisie une image planétaire, un commentaire, un reportage écrit dans toutes les langues mortes et vivantes. Ben Ali, sur le podium des tyranneaux, reçoit sa médaille d'or, devançant d'une tête Milosevic et autres Saddam. Or, les opposants de la vingt-cinquième heure n'ont tout simplement jamais compris l'importance d'un travail médiatique, systématiquement organisé, en sorte que, par exemple, le Français moyen pense automatiquement «dictateur» quand le nom de Ben Ali est prononcé. Pourtant, seul ce type de travail nous a permis de remporter des victoires sur le terrain contre Ben Ali.

Ce qui a assuré l'impunité à Ben Ali dans cette affaire de référendum, c'est le fait qu'aucun mouvement d'opinion pour notre défense ne soit en mesure de l'arrêter au moment où il compte s'autoproclamer «Président... jusqu'à la mort». Et, quand on voit un Jacques Chirac ou un Jean-Pierre Chevènement soutenir sans vergogne ce «coup d'Etat constitutionnel», on se dit que c'est une négligence impardonnable de ne pas avoir dépêché en France ou ailleurs, des résistants comme Radhia Nassraoui, Sihem Bensidrine, Moncef Marzouki ou Oumeya Seddik, pour n'évoquer qu'un petit groupe de virtuoses tunisiens de la parole pour décortiquer sur les ondes la farce du référendum, restituer le contexte et les éléments de compréhension nécessaires et nous assurer une présence morale, un poids de parole qui nous valorise. Car, à entendre les opposants de la vingt-cinquième heure, qui se bousculent au portillon pour être nos porte-parole du jour, énoncer les pires âneries dans un français trébuchant sur Radio France Internationale ou dans un arabe déficient sur Al-Jezira, c'est à pleurer devant tant d'incompétence. Contre le silence qui gouverne, il nous faut des «as» qui savent déployer des mots flambant neufs et faire marcher comme des fantassins le conte, la poésie, l'imagerie et la musique. Pour séduire et résister.

 

(*)Taoufik ben Brik est journaliste et écrivain.
Dernier ouvrage paru : «Chronique du mouchard»,
La Découverte, 2001.

 

(Cet article a été publié dans la rubrique Rebonds du journal français Libération du 21 mai 2002)

 
Liberte pour la Tunisie,
 est un groupe de Tunisiens pour la democratie et la liberte d'opinion
Le Changement de tactique : Faire mobiliser la population

Chers compatriotes / Chers amis

Nous vivons un temps de très grave dangerosité pour la république tunisienne ou plutôt ce qui reste de la république, après 14 ans de pillage organisé par une dictature mafieuse politico-économique-policière.
Aujourd'hui, c'est l'idée même d'une république où l'Homme est respecté en tant que tel, où les libertés élémentaires et fondamentales, sont plus que jamais menacés.

La dictature en Tunisie a crée, pour mettre la main de manière définitive sur la république, une classe de gens composée de mafieux terroristes, d'arrivistes-affairistes, de pilleurs, de pseudo-politiques, d'un outil de propagande (pseud-journalistes) et d'un outil de répression (pseudo-policiers et milices du RCD), oeuvrant tous contre une population d'hommes et de femmes aspirant à vivre en paix dans le respect de la différence et des valeurs humaines. Cette poignée de malfaiteurs n'ont qu'un souci en tête : le pillage des ressources publiques et la spoliation des biens privés le plus longtemps possible.

Heureusement, à l'intérieur et à l'extérieur du pays, certains patriotes, que nous saluons, n'ont pas hésité à mettre leur vie en danger pour dénoncer le totalitarisme primaire du 21ème siècle et militer pour
l'instauration d'un état de droit. Nous appelons ces démocrates et tous les autres non déclarés à intensifier la lutte contre la dictature et surtout à faire participer le peuple dans ce combat pour la liberté et contre l'obscurantisme d'un despote voyou et terroriste.

Il faut expliquer à la population que la puissance apparente de la dictature ne réside pas dans l'intelligence du despote, mais elle s'appuie sur la complicité d'une poignée de collaborateurs intéressés et s'alimente, surtout, de la peur de certains citoyens et du silence d'une majorité.

Il suffit de rappeler à la majorité silencieuse, que le despote, une fois déboulloné, ses complices se retourneront contre lui. Rappelez vous un certain 7 novembre 1987 : Tous les intéressés et courtisant du
président précédent ont retournés leur vestes (et même plus…). De cela, il faut en tirer la leçon : Aucun despote, illustre soit-il, n'est éternel, il disparaîtra un jour ou l'autre.

Pour que la disparaîtion du despote actuel soit la fin de toute dictature en Tunisie, il faut que le peuple souverain (quelque soit son niveau économique, culturel…) provoque l'effondrement du système totalitaire.

Les exemples récents dans le monde sont nombreux (Milosevic, Ceausescu et autres) nous enseignent que le renversement d'un régime totalitaire exige la réunion de deux forces :

1. Des militants pour les DdH, l'état de droit et les vrais démocrates ; et
2. La forte mobilisation de la population.

Cette mobilisation populaire, il faut la nourrir et la provoquer, sinon le totalitarisme de Ben Ali sera là pour au moins 12 ans, et s'il est remplacé sans la participation du peuple, il le sera par un usurpateur peut être plus crapuleux.

Pour cela nous appelons de nos vœux l'opposition et tous les démocrates tunisiens à s'unir, non pas pour créer un parti unique, mais pour tirer dans le même sens : intensifier sans relâche les actions contre
l'ennemi public numéro 1 du peuple Tunisien : Notre objectif ultime est de faire partir le terroriste Ben Ali; l'usurpateur du pouvoir le plutôt possible, et de construire une république de droit. Une opposition sur le plan idéologique et de la réflexion est nécessaire, mais loin d'être suffisante. Plusieurs événements dans le monde nous montrent l'importance du mouvement populaire. L'opposition démocratique, en temps de dictature, a besoin de la mobilisation du peuple pour chasser les despotes.

La mobilisation populaire a besoins d'être provoquée, alimentée d'explication et de faits : les relais à l'intérieur du pays ne manquent pas pour diffuser la flamme de la liberté et de la justice. Un message de
mobilisation doit être adressé à tous les citoyens sans exception et surtout à ceux parmi eux occupant les fonctions de protection de la population et de défense du territoire : policiers, gendarmes et militaires. Nous devons leur expliquer qu'ils ne sont pas l'ennemi de leurs concitoyens civils, au contraire, ils sont ses protecteurs. Nous devons leur expliquer pourquoi ils doivent cesser de défendre et de soutenir un oppresseur et une minorité de voyous. Nous devons leur expliquer que le despote Ben Ali et sa clique ne font q'utiliser les forces de l'ordre pour des fins strictement personnelles en leur demandant d'accomplir les salles besognes. Il faut se souvenir que n'importe quel dictateur déchu ou en fuite n'a jamais défendu ceux et celles qui l'ont protégés contre leurs concitoyens.

Malheureusement, il ne reste pas beaucoup de temps pour faire échouer la tentative de confiscation du pouvoir à jamais. Mais la volonté des hommes et des femmes qui luttent pour une république vraie et une
population humiliée, opprimée et terrorisée par un moins que rien,  peuvent faire barrage à cette supercherie constitutionnelle. Pour cela, nous proposons à tous les républicains et surtout ceux qui ont accès aux mass médias (surtout ceux captés en Tunisie) de faire campagne contre ce référendum en expliquant à la population les vrais enjeux et leurs conséquences sur le pays.

Le 26 mai 2002 est l'occasion d'une première démonstration grandeur nature contre le terroriste Ben Ali et ses complices. Le mot d'ordre est : faire occuper les bureaux de vote par la population, sinon faire un pays mort toute la journée du 26/05/2002 entre 8h et 20h.

Il serait bon d'envoyer un message (par Internet par exemple) patriotique aux forces de l'ordre (gradés et autres), une sorte de lettre ouverte, les appelant à se réveiller du cauchemar qui dure depuis 14 ans et à
soutenir leurs compatriotes dans la lutte pour une république démocratique. Ce serait encore mieux si des milliers de nos forces de l'ordre recevaient personnellement (chacun de nous connaît directement ou
indirectement une dizaine de policiers-gendarmes-militaires) une copie de la lettre patriotique les invitant à réfléchir avant de soutenir un terroriste vulgaire sans honneur et de leur rappeler les fameux vers de Abou El-kassem Echabi (Si, un jour, le peuple veut la vie, le destin doit répondre positivement).


Vive la république,
Vive la Tunisie.

P.S. N'hésiter pas à diffuser ce message au plus grand nombre de Tunisiens et amis de la Tunisie.

=====
Freedom for Tunisia, is a group of Tunisians fervent believers in freedom of speech and universal democratic values.
---------------------------------------------------------
Liberte pour la Tunisie, est un groupe de Tunisiens pour la democratie et la liberte d'opinion.
 

للمرة الأولى مراسل صحيفة عربية كبرى يشير إلى "تونس نيوز" في مقال يبعث به من العاصمة التونسية!

 

الشباب التونسي والسياسة


( مات ) اليسار وغاب اليمين فاستفتِ نفسك
بقلم: ماهر عبد الجليل

اقتطعت (عايدة) أياماً عدة من اجازتها السنوية, وانصرفت للعمل الحزبي النخبوي. فلا شيء يعلو هذه الأيام في تونس على مشروع تعديل الدستور والاستفتاء الشعبي عليه يوم 26 ايار (مايو) المقبل.
(عايدة) سليلة عائلة محافظة من المدينة العتيقة لجوهرة الساحل سوسة, المعقل التاريخي لتخريج النخب السياسية ورمز نجاح القطاع السياحي في تونس من كورنيش شاطئ بوجعفر الى مرسى القنطاوي. لم تعرف عايدة حرقة الحب و(داء) السياسة قبل انتسابها الى الجامعة في أرقى معاهد الدراسات التجارية, وبعد السابعة صباحاً من يوم 7 تشرين الثاني (نوفمبر) 1987.
كانت (عايدة) كتلة مشتعلة بالنشاط والحمية والعزم, عيناها السوداوان تشعان طموحاً ورغبة. ووفر لها جسمها المكتنز احتياطاً مهماً لمجابهة سهر الليالي والاجتماعات الحزبية المطولة. بدأت رحلتها في عالم السياسة مناضلة قاعدية في صفوف طلاب الحزب الحاكم, ارتقت سريعاً الى هيئتهم القيادية وطنياً ثم الى تشكيلتهم الشبابية في مستوى صنع القرار. كان جسرها الى ذلك ذكاؤها وحاستها السياسية, يضاف إليه مرجعيتها المحلية وحرص (العهد الجديد) على تصعيد النساء تأهيلاً للحداثة وصمام الأمان ضد التشدد ولوزنهن الانتخابي في بلد نصف سكانه أو أكثر بقليل تاء تأنيث.
احترقت شفتا (عايدة) بأول سيجارة, بعد اجتماع حزبي استمر الى الهزيع الأخير من الليل, فكان الكافيين والنيكوتين آلية للمقاومة. اشتعلت في تلافيف عقلها وزوايا جسمها ومهجة فؤادها اولى مشاعر الحب ذات صيف اثناء معسكر طالبي لإقليم الجنوب جمع اكثر من 1200 طالب وطالبة. فقدت عذريتها (السياسية) وفرحها الطفولي بعد اول هزيمة انتخابية داخلية, فاكتشفت ان دهاليز السياسة تتجاوز سحر البيان وصدق النيات واندفاع الإرادات.
يومها بكت, بكاء مرّاً, ولم تفهم كيف غدر بها حبيبها, ليصعد فوق المواثيق الشفوية ويحتل مقعداً في الهيئة القيادية. وعلى رغم الانكسارات والخيانات والألاعيب الصغيرة, تشعر عايدة بعد عقد من النضال والنشاط السياسي بأنها اصبحت اكثر نضجاً ودربة وإدراكاً لعالم الرجال وثنايا السياسة ودروب الحياة. والأهم من ذلك ان عايدة تفتخر بما حققه شباب جيلها, جيل التسعينات, من تقدم حقيقي واكتساح غير مسبوق للشريحة الشبابية والطالبية. فقد ولى زمان كان يشار فيه الى (الطالب الدستوري) بالبنان ويوصم بأبشع النعوت, يغادر فيه بيته الجامعي تحت رداء الليل ويدخل قاعة الدرس في الكلية مرتجفاً خوفاً. انقضى عهد كان طالب الحزب الحاكم يحاكم فيه في ساحة الجامعة علناً ويُحلق شعره على (الزيرو) ويشبع ركلاً ولكماً ويرمى من الطابق العلوي ويهرب منه الجميع. انبعثت من المشهد صورة المسؤول المحلي وهو يبحث عن شباب المدينة او في ربوع الريف بكل الوسائل الممكنة والرشاوى الصغيرة من اجل تأثيث اجتماع مهم مع مسؤول حكومي رفيع المستوى قادم من العاصمة. صار اليوم طلبة الحزب الحاكم هم الأكثر عدداً والأرفع صوتاً في جامعات تونس, من كلية العلوم بمحافظة بنزرت الى معهد الحمراء في أقصى الجنوب. سيطروا على هيئات الطلاب بنسب تفوق الـ95 في المئة لسنوات عدة, وضاقت هيئاتهم الشبابية بروادها. غادروا لغتهم الخشبية واتجهوا نحو العمل الخدماتي في إسكان وإعاشة الطلاب ورحلاتهم الترفيهية في الداخل والخارج واهتموا بتفاصيل الحياة الصغيرة بعد موت (الأفكار الكبرى) والإيديولوجيات الخلابة. فأعطتهم الدولة كل شيء بعد ان ارتاحت من وجع دماغ اسئلتهم الحارقة واحتجاجاتهم الصاخبة.
لم تشغل السياسة (عايدة) عن ألفتها المعهودة مع صديقاتها الأوائل ولا مناخات اطياف المعارضة ووشوشات مجالسها. عاشت اياماً صعبة في الأوقات القاسية التي مر بها العهد الجديد في معاناته مع الناشطين في مجالات حقوق الإنسان والحريات العامة. لكنها اليوم تعلن بأنها ستصوت بنعم في اول استفتاء تعيشه تونس وأهم تعديل للدستور منذ إلغاء الملكية وإعلان الجمهورية عام 1957. تعتقد (عايدة) بأنه من الغباء تغيير الفريق الناجح في غياب بدائل حقيقية تتمتع بصدقية لدى الجميع ولا تجر تونس نحو المجهول. أمنت (عايدة) بيتاً جميلاً وأضافت إليه من روحها العبقة مسحة جمالية رائقة. لم يكن ذلك ممكناً في الأحوال العادية وهي لم تتجاوز بعد سن 32 عاماً. وتبحث اليوم عن درجة جديدة في وظيفتها ومكانة سياسية تليق بشابة وهبت نفسها وربيع عمرها من اجل احداث نقلة نوعية داخل صفوف شباب الحزب الحاكم. والأهم من ذلك عن تحقيق توازنها النفسي والانتقام من الكلمات الموجعة لبنات الجيران, تبحث عايدة عن رجل يملأ حياتها.
التقيته على هامش أربعينية الشاعر الراحل بلقاسم اليعقوبي, شاعر الكلمة الحرة وأحد مؤسسي فرقة البحث الموسيقي في قابس التي أشعلت قلوب الطلاب والشباب وغنت للفقراء وعمال المناجم وشهداء الكلمة في اوساط الثمانينات. وجدت (طاهر) منتشياً, البسمة تشع من وميض عينيه على غير عادته. بادرني بالقول, مغادراً تحفظه السابق, أرأيت ما حققه ذلك الشاب اليساري الحقيقي (بلوسونسن) في انتخابات الرئاسة الفرنسية الأخيرة? عمره لم يتجاوز بعد 27 عاماً, ولكنه فتن الفرنسيين وحصد اصواتاً اكثر من بارونات السياسة (العواجيز). انه صوت العمال ورمز المستقبل الذي سيحكم فرنسا غداً. أعدت (الطاهر) الى بيئتنا الأولى وتونسنا الخضراء قائلاً: (ألم تسمع بأن حركة التجديد وريثة الحزب الشيوعي التونسي منذ اوائل القرن الماضي, ألغت الأسبوع الماضي في وثيقتها التنظيمية التأسيسية عبارة (بأن حركة التجديد تعد امتداداً للحزب الشيوعي). استشاط (الطاهر) غضباً ولم يستسغ اشارتي غير البريئة. الطاهر الجامعي الذي لم يغادر بعد مقاعد الدراسة بعد ان حرم من اتمام تكوينه الأكاديمي عشقاً في النضال وتعسفاً من السلطات. والمناضل الصادق في صفوف شبيبة الحزب العمالي التونسي غير المعترف به اصبح اكثر من رمز وأعلى من القيادات العجوزة في صفوف اليسار التونسي منذ ان وهب نفسه من اجل الفكرة وتذوق مرارة التخفي ورطوبة الغرف المعتمة, والأهم من ذلك, محافظته على نقائه (الثوري) يوم (باع الجميع) أو (طاحوا للديكي) كما قال الفاضل الجعايبي المثقف العضوي ورمز المسرح الجديد في تونس.
عالجني (الطاهر) بسيل هادر من الكلمات الكبيرة والجمل الثورية. ووسط ما يقال وما لا يقال من الكلام المباح, جاء في طوفانه اللغوي (عن اي يسار وحزب تتحدث? عن التحريضيين والخونة?... عن الذي اصبح مديراً لصحيفة الحكومة بعد ان كان رمزاً للسؤال المعرفي والديالكتيك? عن صاحب (البيان النقابي) الذي غدا مستشاراً في الديوان? عن مؤسس التيار الوطني الديموقراطي الذي اعجبته هيئته الديبلوماسية الجديدة? ام عن الوزير المفكر الذي عرف طعم المعتقل وأسس مع رفاقه حركة (آفاق) اهم حركة فكرية انتجتها لشبيبة تونس دولة الاستقلال?). ليضيف الطاهر في لوحته السوداوية (هل تعلم ونحن اليوم نحتفل بمرور 30 عاماً على حركة 5 شباط (فبراير) رمز دفاع الطلاب عن استقلاليتهم واتحادهم النقابي الوطني بأن هذه الهيئة عجزت عن اعادة احد قيادييها الى مقاعد الدراسة. فكيف يمكنها ان تعلن دفاعها عن مصالح الطلاب وسط اكتساح طلاب الحزب الحاكم الفضاء الجامعي. ثم ألا تجد في ذلك مفارقة, بأن أجيال اليسار لم تعد تجتمع بأطيافها وحساسياتها إلا وراء الجنائز ومواكب التأبين, من الشاعر ابي القاسم اليعقوبي الى (الشهيد) نبيل بركات ووصولاً الى جائزة الراحل المحامي الفاضل الغدامسي.
اين الأغنيات والفرق الملتزمة? هل هُدَّ الداموس على اولاد المناجم وفرقت الأيام مجموعة البحث الموسيقي واكتفت (الحمائم البيض) بالعزف المنفرد في غياب الكلمات. من يذكر نوادي السينما التي استقطبت الشبيبة في السبعينات والثمانينات بأفلامها. أفلام الموجة الجديدة ونقاشاتها ذات الصوت المرتفع... من لا يزال يحتفظ تحت مخدته (وسادته) بكتاب الأم ورائعة غوركي او يحفظ ابياتاً لناظم حكمت)... ليؤكد الطاهر بأن اليسار مات يوم افتقد المخيلة وموهبة الإبداع وانقطع عن الناس. لم أجرؤ على مساءلته عن موقفه من التعديل الدستوري. فحجم الحرية يضيق بفضاء الجواب فما بالك بالسباب. تركت الطاهر على امل الالتقاء في اوقات افضل من الجنازات, تركته حالماً برؤية الفتى الفرنسي يتجسد في بيئته المحلية, بعد موت الصور القديمة والحلم الكبير. قلت له هل ستصوت في الاستفتاء على تعديل الدستور? سكت. فسكتنا. كان ذلك يوم الخميس في احدى زوايا مقهى عتيق بأقصى المدينة. فأردفت: هل شاهدت ذلك الحوار الثري في موعد الأربعاء الأسبوعي لقناة (الزيتونة) الفضائية المهاجرة?... فاندفع المارد من مرقده وانطلق يحدثني عن قناته المحببة وبرامجها الجديدة, عن تونس الأخرى التي لا تعرف عنها شيئاً بحسب زعمه, عن الشهداء والمناضلين وقوافل التغيير المنشود وطلائعه... عن التعسف والظلم و(الشيخ المنتظر) الذي سيعود من الهجر ليملأ الأرض عدلاً واطمئناناً بعد ان ضاقت بالجور.
انتقل من الفضائية الى مواقع الإنترنت وأخبار (تونيز نيوز).
وعن صدق تحليلات حركته المتشددة في طبيعة السلطة القائمة وأولوية التغيير الديموقراطي... اعدت السؤال بصفة الجمع: هل ستعملون من اجل اقناع الناس بمقاطعة الاستفتاء بالوسائل السلمية? فعاد الى عالمه الافتراضي وصور الشاشة المبهرة.
عدت الى المنزل فعالجتني زوجتي الشابة (هل اشتريت الزقوفو لصنع مرطبات (العصيدة)?), الأكلة التقليدية في ذكرى المولد النبوي الشريف الموافق يوم السبت.

(نقلا عن ملحق شباب بصحيفة الحياة ليوم 21/5/2002 )

 
I HAD A DREAM

 

Comment les Tunisiens ont-ils dit NON au referendum sans voter? Le génie tunisien est à son summum dès qu’il s’agit d’inaction. C’est grâce à leur inaction que les Tunisiens ont mis en échec la reforme constitutionnelle de Ben Ali.

Le jour J que le régime attendait avec impatience pour faire avaler au peuple la pilule de la présidence à vie s’est révélé le jour le plus noir de la dictature. Ce cuisant échec s’est déroulé sous les regards du monde entier. Tous les médias internationaux étaient là pour couvrir l’événement ou plutôt le non-événement. Dès les premières heures de ce dimanche tout à fait particulier, les journalistes et les cameramen tunisiens et étrangers se sont plantés devant les bureaux de vote de Tunis, Sfax, Bizerte et toutes les grandes villes du pays. Durant son premier reportage a 8 heures HT, le correspondant de CNN dit aux téléspectateurs que les citoyens tunisiens ne voulaient à aucun prix renoncer à leur grasse matinée et ceci expliquerait l’absence de votants. A 9 heures du matin l’envoyée spéciale d’Al-Jazeerah fait le commentaire suivant en direct : « A 9 heures du matin Tunis est une ville morte. Les rues sont vides, les métros et les bus circulent sans voyageurs. Les cafés sont déserts. Les seuls êtres humains visibles sont les policiers. »

Le journaliste de France 2 présent à Bizerte fait la même constatation à 10 heures du matin. «Où sont les Bizertins ? » se demande-t-il. Les Bizertins ont-ils évacué leur ville ? Non, ils étaient chez eux comme le reste des dix millions de Tunisiens.

Clemente Mimoun, l’envoyé spécial de la RAI à Sfax a commence son reportage par un titre on ne peut plus éloquent : « Sfax città senza cittadini ! » (Sfax cité sans citoyens). Il explique aux téléspectateurs italiens que les seuls votants qu’il avait vus depuis le matin étaient le Gouverneur et sa suite. « I Sfassiani hanno già votato col loro silenzio » (les Sfaxiens ont déjà voté par leur silence) conclut le journaliste italien.

De Tataouine à Bizerte et de Monastir à Kasserine, c’était le même spectacle ou plutôt la même absence de spectacle. A part les policiers qui montaient la garde devant les bureaux de vote, les seuls humains que les caméras ont pu filmer sont de minuscules présidents de cellules du RCD qui frappaient frénétiquement sur toutes les portes. Mais aucune porte n’a montré le moindre signe de vie.

Faute de voyageurs toutes les sociétés de transport local et interurbain décident d’annuler tous leurs voyages à partir 2 heures de l’après midi. Les correspondants de presse, les photographes et les cameramen ont commencent à ranger leur matériel de travail dès 15 heures. Il n’y avait rien à filmer ni personne à interviewer.

A 6 heures du soir, les observateurs internationaux, présents dans la majorité des bureaux de vote, constatent que le vote s’est déroulé sans incident et sans la moindre irrégularité.

Sauf que le taux de non-participation est de 99,41% !

 

Omar KHAYYAM

عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

 
OPINION

Les "oulémas" du caporal travaillent pour Ben Laden

L'évènement de Djerba a mis la puce à la parabole du caporal d'autant plus qu'al Qaieda a non seulement revendiqué cette action mais qu'elle a précisé que ce n'est que le début; D'ailleurs, les 02 accidents aériens qui ont suivi ne font qu'accentuer le cauchemar du caporal.
Le staff du caporal, ses intellos ont déclenché la procédure ultime:l'éducation des jeunes(Sahha ennoum),quelle concession!!!!.
En effet, le caporal ne peut pas être plus fort que le pentagone, la C.I.A. et le F.B.I. réunis dans la lutte musclée contre le "terrorisme".
Vendredi le 17/5/2002, je regardais à travers la pro-sioniste TV7 un "Alem Din", un "Imam du caporal" présentant la Khabta(pardon)la Khotba de la prière du vendredi; Il passait + ou - 20 mn à parler de l'éducation des jeunes:les parents sont responsables, les parents sont ceci...sont celà, sans donner une seule référence ni une
méthode ni rien de rien;
Pire encore, il disait que nos jeunes doivent s'éloigner des mauvais clans(Issabat essou), il vise en fait les jeunes pratiquants pour retrouver et être en totale harmonie avec l'attitude des flics du
caporal à l'égard des jeunes prieurs de Moknine (ce n'est qu'un exemple).
Quand parents et jeunes entendent ces propos, ils vont certainement se poser la question suivante: ou est donc l'islam dans notre éducation?
La réponse est immédiate: l'islam est notre seul salut; le facteur primordial dans l'élaboration de cette réponse est la composante réactionnelle à l'hypocrisie du caporal, de ses flics et surtout des "oulémas" supposés défendre la religion.
Conclusion du parent, du jeune et du moins jeune: Que vive
Ben laden, les pratiques en sa faveur ne vont pas tarder.
Tahar Tounsi - TUNISIE
 

الشيخ القرضاوي وعدم "صب النار على الزيت"

العجلة الخامسة للانظمة العربية

نديم المحجوب

 

"ضد الغباء الالهة نفسها تصارع بدون جدوى"

شاعر الماني

 

ما هي طبيعة الاوهام التي حملتها قيادة منظمة التحرير و امثال الشيخ يوسف القرضاوي( اسلام اون لاين 6 ماي 2002) على امتداد عقود في راسها الجماعي حول الموقف الحقيقي للانظمة العربية الرجعية المتفرجة و تحالفاتها الطبقية الحاكمة من الثورة الفلسطينية و بخاصة في اللحظات الحرجة و اثناء المعارك الحاسمة؟

لنتذكر لعلى الذكرى تنفع المهزومين

من قتل المئات من الفلسطينيين اليس النظام الاردني؟

من لم ينفك عن ارتكاب المذابح و التعذيب و الاعتقال و النفي ضد اليساريين و الاسلاميين؟

من المسؤول عن قمع الحريات ونهب الشعوب و تفقيرها؟

او ليست الأنظمة العربية التي يريدنا الشيخ التصالح معها؟

"من باع فلسطين و ادخل زناة الليل غير اعدائك يا و طني"

 

من بارك و دعم اتفاق اوسلو؟ الذي يوفر الحل للحركة الصهيونية و يضمن امن اسرائيل دون ان تضطر للتنازل عن سيطرتها علىالاراضي المحتلة او توافق على عودة اللاجئين الى ديارهم

 

الجماهير العربية التي بحثت عن قشة تتعلق بها للخروج من التراجع الحاد في وضعها الاجتماعي والاقتصادي، لبّت نداء "قياداتها" ودعمت براك باغلبيتها الساحقة. وكان يأس الجماهير من وضعها قد وصل الى درجة الانفجار في عدة محطات وردا على تهميشها واهمالها، وعلى فشل سياستها وتزايد الغضب وخيبة الامل لدى الجماهير، ردت القيادة العربية باطلاق تصريحات متطرفة ضد الحكومة كالدعوة لتكسير عظام رجال الشرطة، دون ان تقوم بخطوات عملية تشير الى تغيير موقفها السياسي، كالانسحاب مثلا من تحالفاتها مع حزب العمل في المؤسسات المختلفة مثل السلطات المحلية او الهستدروت. لقد فضلت هذه القيادة الحفاظ على الامتيازات والمناصب التي حققتها لنفسها وليس لمنتخبيها.

بعد فشل ورقة الاعتماد على براك، بقيت الجماهير العربية دون برنامج سياسي بديل يقودها للخروج من وضعها، فجاء الانفجار الاكبر في اكتوبر 2000.

والكارثة الكبرى هي تحول السلطة الوطنية على مدار السنوات الماضية إلى جهاز أمني قمعي مهمته السهر على أمن إسرائيل وحمايتها من "الإرهاب" طبقاً للاتفاقيات الموقعة

 

لقد وضعت انتفاضة الأقصى الأنظمة العربية في موقف لا يحسدون عليه، وكشفت بوضوح عن تقاعس الأنظمة وتخاذلها عن تأييد الفلسطينيين، وفضحت العلاقات الوثيقة التي تربط تلك الأنظمة بالإمبريالية الأمريكية. وأوضحت الانتفاضة مرة أخرى القدرة التثويرية العالية للقضية الفلسطينية بين الجماهير العربية. فقد خلقت حالة من التعميم السياسي وسط التحركات الجماهيرية التي دفعها تحركها التضامني مع الفلسطينيين إلى الدخول في صدام مع الأنظمة، وإبراز التوازي بين ما يحدث في الأراضي المحتلة وما يحدث للجماهير العربية علي أيدي الأنظمة. وحاولت الأنظمة بأقصى جهدها ارتداء ثياب "التشدد" تجاه إسرائيل، ولكن اقتصر "تشددها" على الخطابات والبيانات الإعلامية. وفي مواجهة الحركة التضامنية الجماهيرية ناورت الأنظمة بين استخدام القمع المباشر ومحاولة الاحتواء.

أما الحركة الإسلامية فصبت جام غضبها على اليهود، وصورت الصراع العربي/الصهيوني الحالي على أنه امتداد تاريخي لعداوة مستحكمة بين المسلمين واليهود، وحاولت توجيه الحركة الجماهيرية تجاه مقاطعة المنتجات الأمريكية وتلك التي يدخل "رأس المال اليهودي" في ملكيتها. هذا مع دعوة غامضة إلى "الجهاد" بدون برنامج واضح أو استراتيجية محددة لتنفيذه.

فبالرغم من حملات الاعتقال الشرسة للمئات من مناضلي حماس التي قامت بها السلطة الوطنية الفلسطينية بالتعاون مع أجهزة الأمن الصهيونية، إلا أن حماس رفضت مواجهة السلطة كمؤسسات عميلة لإسرائيل والنخبة الفلسطينية، بل وسيّد الاتجاه "المعتدل" رأيه بضرورة الانفتاح على السلطة والتحاور معها

" لن يكون هناك صراع أو رد انتقامي ضد السلطة الفلسطينية. ثانياً، ستقتصر العمليات المسلحة على الردود الانتقامية فقط، وستكون موجهة فقط ضد الجنود والمستوطنين. ثالثاً، ستسعى حماس لتحويل نفسها إلى لاعب إقليمي يحظى بالتأييد الدبلوماسي، وحتى المالي، من القوى [أي الدول] العربية والإسلامية."

اي "صلح بين الانظمة" يدعو الشيخ له؟ بل يريد ان يقول و لما لا صلح بين هذه الانظمة و شعوبها اي بين الجلاد و ضحيته و عفى الله عما سلف! لننسى طبيعة هذه الانظمة سواء في ما يتعلق بالقمع والتهميش لشعوبها لتحافظ على و جودها او في ما يتعلق بارتباطها العضوي بالراس المال العالمي الامبريالي، وهنا لا يمكننا فهم سياسة التسوية و المفاوضات خارج هذه العلاقة بما فيها تموقع النظام الاسرائيلي في هذه الحلقة

فعوض دفع حركة الجماهير العربية و مساعدتها على انتهاج اليات ثورية تقوض هذه الانظمة الرجعية القمعية الفاسدة كطريق وحيد من اجل الانعتاق السياسي و التحرر الاجتماعي لكافة شعوب المنطقة وهو ما يعني لا فقط تحرر الشعب الفلسطيني و انما ايضا قطع الطريق امام السلطة الفلسطينية القمعية الفاسدة وبرجوازيتها ما ان تصبح نظاما عربيا رجعيا جديدا عوض ذلك يدعو الشيخ الى "علاج الشرخ" بين الحاكم و المحكوم و "ردم الفجوات" بتحقيق الوحدة!

 

ان الطلبة و العمال و المثقفين الذين خرجوا للتظاهر مساندة للفلسطينيين في كل من مصر و والأردن، وتونس، والسودان، وليبيا، واليمن، ولبنان، والعراق، وسوريا، وإيران بل وامتدت إلى دول الخليج ذات التراث الضعيف -أو المعدوم- في التظاهرات الجماهيرية؛ فخرج الطلبة في مظاهرات بالكويت، والسعودية، والإمارات، والبحرين رفعوا شعارات ساخطة ضد الصهيونية والإمبريالية الأمريكية… وضد الأنظمة العربية التي تآمرت جميعها على الانتفاضة، إذ أوضحت الأحداث مخاوف كل نظام عربي بخصوص القضية الفلسطينية…

 

كانت السمة العامة لمعظم -إن لم يكن جميع- المظاهرات التي اشتعلت بالأراضي المصرية - و هذا غائب عن ادراك الشيخ الذي حصرها في التبرعات و المعونات - هي ربط ما يحدث في فلسطين بما يحدث في مصر، وتحولها سريعاً من التضامن مع الفلسطينيين… إلى انتقاد تخاذل النظام… إلى إثارة قضايا " داخلية" مرتبطة بالحريات السياسية والظروف المعيشية. وقد يكون الشعار "ثورة ثورة حتى النصر، في فلسطين وشوارع مصر" الذي انتشر بين طلبة الجامعات كالنار في الهشيم خير مثال على ما نقول.

ان اقصى ما يمكن ان يستفاد من مثل هذه الاقوال – الصلح مع الانظمة، الوفاق الوطني، تفوق الالة الاسرائيلية الامريكية، الدين على راس عوامل الوحدة الخ– هو ادانة اصحابها بسبب جهلهم المطبق بطبيعة الانظمة العربية المراهن على تحركها و بسبب افتقادهم الكلي، على ما يبدو، لاي تحليل جدي لطبيعة تلك الانظمة و نوعية السياسات التي تفرضها حكما المصالح الحيوية لتحالفاتها الطبقية و بسبب تعاميهم المتعمد على حقيقة بسيطة تقول ان الوظيفة الطبيعية لهكذا انظمة و طبقات حاكمة ليس خذلان اية حركة شعبية مسلحة فحسب، بل و المشاركة في احتوائها و قمعها و تفتيتها وهو ما لم يدركه المفكر برهان غليون حين قال: " لا أدري كيف يمكن تفسير هذا السلوك الخاطئ من قبل سلطات الأمن العربية وما هي مصادر الخوف من حركة تضمان مع الشعب العربي الفلسطيني" ( الجزيرة 24 افريل 2002 )

و كذلك بسبب عدم ثقة هؤلاء في الجماهير العاملة و الطلابية و المخزون الثوري لديها في شق طريق مستقل للنضال معتمدة على قواها الذاتية الهائلة في البلاد العربية و في فلسطين و داخل اسرائيل

وعين تساوي عين

وخلاصة الكلام..

يزيد ولاّ الحسين ؟!

نديم المحجوب

 
وأخيرا..."عندك في الهـمّ ما تختار"...

 

 

 

مصر : حكم ينقض قرار شركة طيران فصلت قائدة طائرة لارتدائها الحجاب

بقلم: حازم محمد

قضت محكمة في القاهرة على شركة (شروق) للطيران بدفع تعويض لقائدة الطائرة نيرين سالم التي فصلتها من العمل بسبب ارتدائها الحجاب.
وقررت محكمة مصر الجديدة (العمالية) الغاء قرار الفصل واعادة سالم الى وظيفتها وصرف راتبها خلال فترة منعها من أداء عملها. واستند الحكم على أن (ارتداء الحجاب ليس سبباً في فصل العامل), ما يعد نقضاً لقرار الشركة فصل نيرين, بذريعة ان الحجاب يتعارض مع الزي الرسمي للعاملين والعاملات في الشركة.
وألزمت المحكمة رئيس الشركة سداد مبلغ سبعمئة وسبعين دولاراً لنيرين عن كل شهر من تاريخ قرار الفصل الذي صدر في كانون الاول (ديسمبر) الماضي. ويشار الى أن شركة (شروق) تمتلك منها شركة مصر للطيران 51 في المئة من قيمة اسهمها والخطوط الكويتيــة 49 في المئـــة.
ويشار الى أن القانون لا يلزم صاحب العمل بإعادة المفصول الى وظيفته إلا لأسباب نقابية وسياسية لإضفاء حصانة على المشتغلين بالعمل العام, أما الأسباب التعسفية فتتيح لأرباب الأعمال سداد التعويضات التي تقررها المحكمة العمالية في نهاية سير الدعوى القضائية.
واعتبرت نيرين ان الحكم انتصار لمبادئ الشريعة الاسلامية وحقوق الانسان والمرأة العاملة. وقالت لـ(الحياة) إنها ستواصل الاجراءات القضائية ولن (أتوقف إلا بعد الحصول على حكم نهائي بأحقيتي في العودة للعمل وسأبحث عن سبل قانونية تتيح لي هذا الحق).
من جانبه شدد الناطق باسم نواب جماعة (الاخوان المسلمين) الدكتور محمد مرسي الذي أثار وزملاؤه القضية أمام البرلمان أن (الحكم يؤكد استمرار القضاء حصناً لحماية أحكام الشريعة الاسلامية وصون حقوق الانسان) مشدداً على أنه (سنقوم باثارة الموضوع مجدداً امام البرلمان وسنتدخل في الدعوى القضائية اذا لم تلتزم الشركة اعادة نيرين الى عملها).

(نقلا عن صحيفة الحياة الصادرة يوم 21/5/2002 )

 
TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l'aide précieuse de l'association :
Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
Box 62 127 22
Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308   
Fax:(46) 8 464 83 21  
e-mail: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 

 


Envoyez et recevez des messages Hotmail sur votre périphérique mobile : Cliquez ici.

Yahoo! Groups Sponsor


To Subscribe please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
To Unsubscribe please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
Site des archives complétes de la liste de diffusion TUNISNEWS: http://site.voila.fr/archivtn


Accueil

قراءة 389 مرات آخر تعديل على الأحد, 05 حزيران/يونيو 2016 18:30