الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

22juin01

Accueil

 

 

 
Åääí áÇ ÃÍÈø ÇáãæÊ æáÇ ÃØáÈå¡ áßä ÅÐÇ ÇÞÊÖì ÇáÃãÑ Ãä ÃÓÊÔåÏ Ýí ÓÌæä ÇáÓáØÉ ÏÝÇÚÇ Úä ßÑÇãÉ ÇáãÎÇáÝíä Ýí ÇáÑÃí æãÈÇÏìÁ ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä ÝÅäøí ÓÃÞÈá Ðáß ÈÊÑÍíÈ
ÇáãÝßÑ æÇáãÄÑÎ ÇáÊæäÓí ãÍãÏ ÇáØÇáÈí áäÏä íæã ÇáÇÍÏ 22  ÃÝÑíá 2001.
 
 
TUNISNEWS
Nr 400 du 22/06/2001
 
 .
  • LES TITRES DE CE JOUR:
  1. Amnesty International :Action urgente pour Hedi Bejaoui
  2. CDPPT:Mr. Abdesslam Smiri a accepté de suspendre sa grève de la faim
  3. Vérité-Action: rassemblements de protestation, une marche desensiblisation pour une loi d'amnistie générale en Tunisie.
  4. Rassemblement devant la Consulat de Tunisie à Montréal
  5. Extraits de l´E-mag Kalima: trois articles sur l'arbitraire insoutenable.
 
Eh oui, TUNISNEWS est née "officiellement" un certain 22 juin 2000!
 
En fait, elle existait déjà "officieusement" depuis l'automne 99 pour informer un cercle très petit d'amis tunisiens…
 
En octobre 1999, il n'y avait pas foule "tunisienne" sur le web mais aujourd'hui les choses ont bien changé et nous sommes très heureux des naissances "en série" d'E-mag, de forums, de sites et autres "paltalks" faits par des tunisiens bien au fait de la réalité dure de leur pays.
 
Cette première année d'existence nous a permis d'atteindre des milliers de nos compatriotes à l'intérieur et à l'extérieur du pays. C'est inestimable!
 
Cette année fut aussi celle de tous les espoirs et de toutes les déceptions mais il n'y a d'autres choix que de résister - éveillés et lucides- à la machine de destruction des êtres dénommée dictature!
 
Nous avons essayé, dans le cadre de nos possibilités très limitées - de fournir à nous mêmes , à nos concitoyens et au monde qui nous observe - la preuve quotidienne que nous, les tunisiens, sommes capables de dialoguer, de coexister, de fournir de l'information crédible et objective..
 
En un mot, que nous sommes, comme tous les autres peuples de cette planète, mûrs pour la démocratie, majeurs et vaccinés.
 
Merci à tous ceux qui nous ont soutenu ou critiqué. Nous ne sommes qu'un petit groupe de volontaires qui expriment à travers ce service modeste, leur amour profond pour leur peuple et patrie, qui méritent un sort beaucoup plus meilleur et serein qu'il n'est aujourd'hui.
 
Enfin, nous avons reçu durant cette année des dizaines de questions du genre : qui êtes-vous? Quelle est votre tendance exacte? Pour qui roulez-vous? Qui vous finance? Etc..etc..
 
Sachant que nous, tunisiens, sommes un peuple friand de rumeurs et de papotages, répondons à toutes ces questions par un seul mot: nous sommes des "anonymes" dans le sens exact du formidable texte publié le 14 juin 2001 par notre ami Dr. Moncef Marzouki.
 
Nous ne faisons pas ce travail pour en tirer célébrité ou gain matériel, non! Nous le faisons, de notre propre initiative, à nos frais, juste pour rester fidèles aux tunisiens et tunisiennes qui ont payé, qui continuent à payer, de leurs vies, de leur santé, de leur sécurité, le prix cher, très cher, trop cher, de la dignité.
 
Et pour leur être vraiment fidèles, nos noms, prénoms et adresses sont superflues.

Et puis voilà le meilleur cadeau d'anniversaire qu'on peut recevoir d'une autre ANONYME tunisienne, lisez avec nous ces mots incroyables:

TUNIS LE 22 Juin 2001

Messieurs Je ne saurais comment vous remercier pour la publication de ma petite lettre pour vous sur Le BOURREAU RIDHA AL JAZZAR. En vous écrivant ces lignes j'ai les larmes aux yeux... Je ne crois pas mes yeux!!!<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

Enfin il y a quelqu'un qui m'a entendue, qui m'a ouvert ses bras, qui m'a crue,et par la même m'a libérée, Tout court! Cette nuit je vais enfin , gràce à vous, dormir sans comprimés!!! Je me sens comme si je suis soulagée d'un très grand fardeau que j'ai portée sur mes épaules des années durant...Un fardeau que j'ai caché à mon mari, à mes enfants et à tous mon entourage de peur d'être " classée" par la société .

ENCORE UNE FOIS MERCI voire MILLE FOIS MERCI car je sais maintenant qu'une bonne partie de ses autres victimes vont maintenant se manifester.

A TRES TRES BIENTOT MES SINCERES SALUTATIONS A TOUS LES MEMBRES DE VOTRE EQUIPE ET BONNE FETES DES PERES A TOUS CEUX PARMI VOUS QUI ONT DES ENFANTS.

VOTRE DEVOUEE: AICHA EL KADRA

 

Réponse:

Chére Madame, quand on a publié votre lettre, on avait pressenti la grande sincérité de la personne qui l'a écrite mais ne croyions pas si bien faire!

Nous sommes ce matin du 22 juin 2001, très heureux d'avoir servi à alléger votre peine et votre fardeau.

Merci.

 
22juin01
Amnesty International
ACTION URGENTE

 PUBLIC    AI Index: MDE 30/016/2001

UA 155/01      Harassment / health concern
                                                               21 June 2001

TUNISIA        Hédi Ben Allala Bejaoui (m), aged 42, former prisoner of conscience
              


Former prisoner of conscience Hédi Ben Allala Bejaoui has been on hunger strike since 8 May in protest at the restrictive and discriminatory measures imposed on him by the authorities since his release from prison. His health is failing, and he could die.

Hédi Bejaoui has been denied a medical card and passport since he was released in September 1999. This means that he has to pay for any medical treatment in Tunisia, and cannot go abroad for treatment. He was shot in the leg when police arrested him in 1991, and still has a bullet lodged in his knee, which causes constant pain, severely restricts movement, forces him to walk on crutches and prevents him from taking up regular work. The local doctor in his home village of Sidi Thabet near Tunis has reportedly refused to treat him in order not get into "problems with the police".

Since he began the hunger strike, he has lost 25 kilos. He is suffering from muscular fatigue and is asleep most of the time. He has recently been given vitamins for fear of serious medical complications. On 19 June, he lost consciousness and was rushed to a hospital in Tunis for emergency treatment. When he regained consciousness, he refused to continue the treatment and was allowed back home. He had to pay for the emergency treatment because he does not have a medical card. At the end of the first week on hunger strike, he contacted the local authorities, asking for a medical card. They promised to deal with his case swiftly, but he has heard nothing since.

Hédi Bejaoui was imprisoned for nine years on charges of belonging to the unauthorized Islamist group al-Nahda. During this time, Amnesty International considered him a prisoner of conscience and repeatedly called for his unconditional release. After his release in 1999, he was placed under contrôle administratif (administrative control) for two years. This means that he is forced to stay at the same address and cannot leave the area without the permission of the authorities. The police have imposed further restrictive measures, forcing him to report to the local police station every day during working hours.

BACKGROUND INFORMATION

It is a standard practice for released prisoners of conscience and political prisoners in Tunisia to be placed under administrative control, in some cases for up to five years. Amnesty International has repeatedly
called for this practice, which has been imposed mostly arbitrarily since the early 1990s, to be discontinued, pointing out that the release of prisoners of conscience should be unconditional.

As a systematic form of persecution, the authorities also routinely impose restrictions on prisoners of conscience or political prisoners that go beyond those allowed for under the administrative control procedure. Many former prisoners have reported that it is virtually impossible for them to work, because they are made to report to the police during working hours, and are often kept waiting for long periods of time. Released prisoners frequently have their passports or identity cards confiscated, and therefore risk being rearrested if stopped for identity checks. Such measures prevent former prisoners of conscience from resuming a normal life.

RECOMMENDED ACTION: Please send appeals to arrive as quickly as possible,in French or Arabic or your own language:
- expressing concern about the health of Hédi Bejaoui, who has been on hunger strike since 8 May;
- urging the authorities to put an immediate end to the administrative control imposed on him and other former prisoners of conscience;
- urging the authorities to put an end to all other restrictions preventing him from taking up work, accessing medical care, moving freely inside and Tunisia and travelling abroad;
- pointing out that Amnesty International believes prisoners of conscience should be released unconditionally, and calling for the practice of administrative control (contrôle administratif) to be discontinued.

APPEALS TO:

President Zine El Abidine Ben Ali
Palais Présidentiel
Tunis
Tunisia
Telegram: President, Tunis, Tunisia
Fax:      + 216 1 744 721
Salutation:    Monsieur le Président / Dear President

Interior Minister
Mr Abdallah Kaabi
Ministère de l'Intérieur
Avenue Habib Bourguiba
1001 Tunis
Tunisia
Telegram: Ministère de l'Intérieur, Tunis, Tunisia
Fax:           + 216 1 354 331
E-mail:   عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
Salutation: Monsieur le Ministre / Dear Minister

Minister of Social Affairs
Mr Hedi M'henni
Ministère des Affaires Sociales
27 Avenue Bab Benat
1006 Tunis - La Kasbah
Tunisia
Telegram:      Ministère des Affaires Sociales, Tunis, Tunisia
Fax:      + 216 1 568 722
Salutation: Monsieur le Ministre / Dear Minister

COPIES TO:

Human Rights Minister
Mr Slaheddine Maâoui
Bureau du Premier Ministre
Place du Gouvernement
La Kasbah
1006 Tunis
Tunisia
Fax:      + 216 1 256 766

and to diplomatic representatives of Tunisia accredited to your country.

PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat,
or your section office, if sending appeals after 2 August 2001.

 

Comité de Défense des Prisonniers Politiques en Tunisie
áÌÜäÉ ÇáÜÜÜÜÏÝÜÇÚ Úä ÇáãÓÜÜÇÌíä ÇáÓíÇÓííÜÜä Ýí ÊÜæäÓ

 

ÈÓã Çááå ÇáÑÍãÇä ÇáÑÍíã

ÈÇÑíÓ Ýí 21 ÌæÇä 2001     

ÈÜáÇÛ ÅÚáÇãí

 

ÈáÛäÇ Ãä ÇáÓíÏ ÚÈÏ ÇáÓáÇã ÇáÓãíÑí ÇáãÖÑÈ Úä ÇáØÚÇä ãäÐ íæã 7 ÌæÇä 2001¡ ãØÇáÈÉ ÈÍÞå Ýí ÇáÔÛá æÇáãÏÇæÇÉ¡ ÞÏ ÚáÞ ÅÖÑÇÈå íæã ÃãÓ ÇáËáÇËÇÁ Åáì Ííä æÐáß ÇÓÊÌÇÈÉ áØáÈ  ãÌãæÚÉ ãä ÇáÍÞæÞííä æÇáæØäííä ÝÇÓÍÇ áåã ÇáãÌÇá Ýí ÈÍË Íá áãáÝå ãÚ ÇáÓáØÇÊ ÇáãÚäíÉ. æãä Èíä ÇáÓÇÏÉ äÌÏ:

-       ÇáÏßÊæÑ ÇáãäÕÝ ÇáãÑÒæÞí¡ ÇáÓíÏ ãÇáß ÇáßÝíÝ¡ ÇáÕÍÝíÉ Ãã ÒíÇÏ¡ ÇáÓíÏ áÓÚÏ ÇáÌæåÑì¡ ÇáÓíÏ ØÇåÑ ÇáãÓÊíÑí æÇáÓíÏ ÝÊÍí ÇáÌÑÈí.

æãä äÇÍíÉ ÃÎÑì ãÇ ÊÒÇá æÖÚíÉ ÇáÓíÏ ÇáåÇÏì ÇáÈÌÇæí ÇáãÖÑÈ Úä ÇáØÚÇã áíæãå ÇáÜ45 Úáì ÍÇáåÇ ÍíË äÞÕ  æÒäå 25 ßáÛ  æáÇ íÒÇá ãÕÑÇ Úáì ãæÇÕáÉ ÇáÅÖÑÇÈ ÑÛã ÇáäÏÇÁÇÊ ÇáãáÍÉ æÇáãÊßÑÑÉ áÚÏíÏ ÇáÞæì ÇáæØäíÉ æÇáÅäÓÇäíÉ æÇáÍÞæÞíÉ áÇÓíãÇ ãä ÇáÃØÈÇÁ ÇáÐíä íÑæä ÇáÎØÑ ÇáÔÏíÏ Ýí ãæÇÕáÊå áááÅÖÑÇÈ.

æ äÔíÑ ÃíÖÇ Åáì Ãä ÇáÓÇÏÉ: æÍíÏ ÇáÕÍÑÇæí¡ ÝÊÍí ÇáãÇßäí¡ ÓãíÑ ÎáÝí æÃÍãÏ ÝíÇáÉ áÇ íÒÇáæä íæÇÕáæä ÅÖÑÇÈåã ÇáÐí íÒíÏ Úä ÇáÔåÑ Ýí ÓÌä ÇáãåÏíÉ.

æáÌäÉ ÇáÏÝÇÚ Úä ÇáãÓÇÌíä ÇáÓíÇÓííä Ýí ÊæäÓ áÇ íÓÚåÇ ÅáÇ Ãä ÊßÈÑ Ýí ÇáãÖÑÈíä ÌåÏåã ÇáãÊæÇÕá ãä ÃÌá ÇÓÊÑÌÇÚ ÍÞæÞåã ÇáãÓáæÈÉ æÊÏÚæåã ÈÅáÍÇÍ Åáì æÖÚ ÍÏ áÅÖÑÇÈåã ÑÃÝÉ ÈÃäÝÓåã æãÍÇÝÙÉ Úáì ÞæÇåã æÊÚÏåã ÈãÒíÏ ãä ÇáÊÍÑß Ýí ãáÝÇÊåã .

Úä ÇááÌäÉ

ÒåíÑ ÇáÚíÓÇæí

 
Vérité-Action
 
Deux rassemblements de protestation, une marche desensiblisation et une course de vélos pour une loi d'amnistie générale en Tunisie

Vérité-Action

organise :

Trois jours de vélos.

Une course de sensibilisation et d'action pour une amnistie générale en Tunisie

du 27 au 29 juin 2001

Genève - Lausanne - Fribourg - Berne

__________________________________

1. Un rassemblement de protestation devant le Palais fédéral (Place fédérale)

2. Une marche de sensibilisation d

u Palais fédéral à l’ambassade de la Tunisie à Berne

3. Un rassemblement de protestation devant l'ambassade de la Tunisie à Berne

le 29 juin 2001 de 15h00 à 17h00

Thème

:

Appel à la promulgation d'une loi d'amnistie générale et à l’instauration de l'Etat des libertés en Tunisie.

Madame, Monsieur,

Le 29 juin sera une journée de sensibilisation et d’action pour une AMNISTIE GENERALE en Tunisie. La Ligue tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) et le conseil National des libertés en Tunisie (CNLT) ont pris cette initiative. Vérité-Action, qui observe et agit pour défendre les Droits de l’Homme et les libertés en Tunisie contre toute violation, s’associe à cette action et organise dans ce cadre, une marche de sensibilisation et deux rassemblements de protestation : l’un devant le Palais fédéral, l’autre devant l’Ambassade de la Tunisie. Et ce le vendredi 29 juin 2001 de 15h00 à 17H00 dans la ville de Berne. Une course de sensibilisation et d'action pour une amnistie générale en Tunisie (trois jours de vélos) partira de Genève, mercredi le 27 juin,  passera par Lausanne et Fribourg puis arrivera, vendredi le 29 juin à 15h00, à la Place fédérale à Berne .

La manifestation du 29 juin 2001 se déroulera en trois étapes :

1. Un premier rassemblement à la place fédérale devant le Palais fédéral à Berne.

2. Une marche du Palais fédéral à l’Ambassade de la Tunisie à Berne.

3. Un deuxième rassemblement devant l’Ambassade de la Tunisie.

Deux lettres seront transmises, respectivement, au Président de la confédération helvétique, M. Moris Leuenberger et au Président tunisien par l’intermédiaire de son Ambassadeur à Berne.

Vérité-Action appelle à cette occasion tous les défenseurs des Droits de l’Homme, les organisations humanitaires ainsi que les partis et personnalités politiques à joindre son action pour :

1. Appeler le gouvernement tunisien à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers politiques et d’opinion à travers la promulgation d’une loi d’amnistie générale.

2. Dénoncer l’usage de la torture et d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants en Tunisie

3. Appeler au respect des traités et des conventions auxquels la Tunisie est partie et de la législation , et au rétablissement des libertés fondamentales.

Fribourg, le 18 juin 2001

Pour Vérité-Action

Elafif Ghanmi, Président

 

le 28 juin 2001

Journée pour l’amnistie générale en Tunisie

 

" La dernière décade a été vécue par le peuple tunisien comme l’une des périodes les plus noires de son histoire contemporaine en raison du climat de terreur qui y a régné. Tout au long de cette période, des centaines de procès politiques se sont déroulés où les droits les plus élémentaires de la défense ont été bafoués. Des jugements iniques ont été prononcés: plus de dix mille condamnations à de lourdes peines de prison, au terme de procédures entachées de nullité par le fait d’un usage systématique de la torture, qui a par ailleurs entraîné plusieurs dizaines de décès dans les locaux des forces de sécurité. Cette situation a été la conséquence directe du choix des autorités tunisiennes d’une politique sécuritaire visant l’élimination de leurs adversaires politiques par le biais d’une répression tous azimuts "*.

En raison de tout ce qui précède, la Coalition Québécoise Canadienne se joint à l’appel lancés par la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme (LTDH) et le Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT), et appelle à une journée d’action :

le 28 juin 2001

journée pour l’amnistie générale en Tunisie

avec les objectifs suivants:

  1. La libération inconditionnelle de tous les prisonniers d’opinion.

  2. L’annulation des poursuites et jugements en cours visant les opposants en raison de l’exercice de droits internationalement reconnus, de manière à lever toutes les entraves juridiques et politiques au retour des exilés et des militants contraints à la clandestinité.

  3. L’annulation de toutes les mesures de persécution judiciaire, policière ou administrative contre les anciens prisonniers politiques et leurs proches.

  4. Le rétablissement des victimes dans tous leurs droits civiques et politiques et l’annulation des peines prononcées à leur encontre.

Tout cela à travers la promulgation d’une Loi d’amnistie générale.

Rassemblement devant la Consulat de Tunisie

à Montréal 511, Place d’Armes

le jeudi 28 Juin 2001 à 12h30

Centre des droits et démocratie, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture, Amnistie internationale, Section canadienne francophone, , Alternatives, ATTAC Québec, Ligue des droits et libertés, Comité d’aide au réfugiés, GRILA, AELIES et l’Association des droits de la personne au Maghreb.

*- Extrait de communiqué du (CNLT) Tunis le 7 juin 2001.

 

NOUS INCITONS TOUS NOS ABONNES A CONSULTER LE SITE DE L'E-MAG "KALIMA" POUR MIEUX APPREHENDER LA REALITE TUNISIENNE. MAIS NOUS NOUS PERMETTONS D'EN PUBLIER QUELQUES ARTICLES POUR CEUX DE NOS AMIS EN TUNISIE QUI NE SONT PAS AU FAIT DES DERNIERES TECHNIQUES POUR DETOURNER LES INTERDITS SUR LES CONNEXIONS A PARTIR DE LA TUNISIE.

MERCI à Mme SIHEM BEN SEDRINE ET à TOUTE L'EQUIPE COURAGEUSE DE www.kalimatunisie.com pour ce numéro 4.

1ére partie: trois articles sur l'arbitraire insoutenable ou quand la vie d'un etre humain tunisien ne vaut absolument..rien!

 le 30 mai 2001, Lotfi Farhat vient de voir sa condamnation à 7 ans de prison ferme confirmée en cassation. Ses avocats ont été empêchés de plaider son affaire. La Cour a rendu son verdict avant même de siéger en audience publique!

TEMOIGNAUE DE SOUAD FARHAT

    Comme beaucoup d’autres femmes, je vis aujourd’hui un calvaire, car mon mari est emprisonné à la prison du 9 avril. J’ai rencontré Lotfi il y a quatre ans. Cela faisait déjà huit ans qu’il vivait en France. En effet, il était arrivé à Poitiers en 1989 pour y étudier. Il a ensuite travaillé au Havre et à Paris dans le commerce. Nous nous sommes rencontrés et avons décidé de nous marier, une banale histoire d’amour qui aurait dû rester banale. Nous menions une vie paisible, travaillant tous les deux et nous n’avions aucune activité politique. Lotfi avait des amis qui étaient réfugiés politiques en France mais lui-même n’était pas un militant. Nous avons eu un premier enfant, Sirine qui a aujourd’hui un an et demi et j’étais enceinte de deux mois lorsque l’été dernier, nous sommes, comme quasiment tous les tunisiens vivant en Europe, partis en vacances en Tunisie. Nous avons pris le bateau et sommes arrivés au port de la Goulette. Là, ce n’était pas la famille qui nous a accueillis mais la police. Mon mari a été arrêté à sa descente de bateau. Il a été embarqué dans un camion, personne ne m’a dit quel était le motif de son arrestation, ni où on l’emmenait. A partir de ce moment, a commencé un mois d’angoisse pour moi et ma famille. Nous l’avons cherché au ministère de l’Intérieur, dans les prisons du pays. La veille de mon retour en France, j’ai finalement appris que mon mari était incarcéré à la prison civile de Tunis. Je n’ai pas eu le temps de lui rendre visite en prison et ses frères n’ont pas pu le voir avant la mi-septembre. Il n’était pas présentable, et pour cause, il a été torturé pendant seize jours au ministère de l’intérieur. Il a été passé à tabac, on lui a infligé des chocs électriques, suspendu à une poulie, on lui a plongé la tête dans un baquet plein de détergents, les tunisiens appellent ça le banou. Après deux jours de répit au ministère de l’intérieur, on l’a transféré en prison. Ni moi, ni sa famille n’avons été informés de ce dont il était accusé. Nous avons engagé plusieurs avocats. Eux n’ont plus n’ont pas réussi à savoir ce qui était reproché à Lotfi. Les mois ont passé et toujours aucune information. En octobre, Lotfi, avec d’autres prisonniers, a fait une grève de la faim pour réclamer sa libération, malheureusement sans succès. Finalement et par pur hasard, les avocats ont appris le 8 janvier 2001 que Lotfi devait être jugé le lendemain. A cette date, ils n’avaient, malgré leurs efforts répétés toujours pas eu accès au dossier. Le procès, devant le tribunal militaire de Tunis, a été reporté à leur demande. Personne ne sait pourquoi il était jugé devant un tribunal militaire et pas une cour civile. Le régime tunisien reprochait en fait à mon mari d’avoir eu des contacts avec des opposants islamistes en exil en France, et soi-disant d’être parti suivre un entraînement militaire en Afghanistan en 1991. A cette date il travaillait en France. Le 31 janvier, le tribunal militaire l’a condamné à sept ans de prison et cinq ans de contrôle administratif, une mesure qui signifie qu’il ne peut pas quitter la Tunisie et très difficilement travailler et mener une vie normale, il ne peut pas faire appel de ce jugement.

Tout est injuste dans cette histoire. Lotfi n’avait pas d’activités politiques, et même s’il en avait eu c’était son droit. On l’a torturé, on l’a privé de tous ses droits, notamment celui à un procès juste et équitable.

Notre fille sirine ne se rappelle plus du visage de son père et Lotfi n’a jamais pu tenir son fils yacine né en février dans ses bras.

Chers amis, aidez-moi pour que mes enfants retrouvent leur père et que mon mari recouvre la liberté dont il n’aurait jamais dû être privé.

Souad Farhat


Mort suspecte du jeune Hassène en Prison

22juin01
 

Le 17 mars 2001 vers 2 heures 30 du matin, la police défonce la porte des Azouzi à la cité Ibn el Walid près de Oued Ellil et pénètre brutalement dans la pièce centrale. La mère, Zohra, dormant dans la même chambre que son fils Hassène a eu à peine le temps de se lever que les menottes étaient déjà passées aux mains de son benjamen, liées au dos. Elle interroge la brigade et on lui répond que c’est juste pour un petit interrogatoire pour consommation de drogue (il avouera avoir fumé un joint qu’il a partagé avec des copains du quartier). Le lendemain elle le cherche en vain dans le commissariat du quartier, on l’a emmené à Bouchoucha, le sisistre centre de détention du Bardo. Elle le reverra après quelques jours à la prison civile de Tunis du 9 avril. Malgré leurs faibles moyens, les Azouzi constituent un avocat pour défendre leur fils.

L’avocat proteste auprès du juge Mohamed Fatnassi du quatrième bureau du Tribunal de l’Ariana qui émet le mandat de dépôt et fait valoir que Hassène est mineur, il n’a pas encore dix huit ans (il les fera plus tard en prison) et qu’il aurait dû se trouver dans le centre de prévention pour mineurs. Mais ce dernier n’a cure de ces protestations et maintient sa décision quant au lieu de détention.

Hassène est incarcéré au Pavillon D, dans une cellule qui a fait l’objet de critiques sévères de la part d’ONG de défense des droits de l’homme. On y regroupe les jeunes de 18 à 22 ans et les « caporaux » y exercent toutes formes d’abus sur ces jeunes en toute impunité. Une véritable prostitution y est organisée.

La famille rend régulièrement visite à Hassène qui est relativement dans un état normal jusqu’à la quatrième semaine. A partir de ce moment Hassène se plaint à sa mère de mauvais traitements qu’il subit. Il présente un aspect anormal : il a des dificultés à se concentrer et paraît absent et démotivé. Le 3 mai, Hassène est dans un état inquiétant, il ne tient pas sur ses jambes et a la lèvre fendue. Il fait part à sa mère de pressions qu’il subit pour revenir sur ses déclarations. Le 7 mai, la veille de son procès, son avocat se présente à la prison civile pour le rencontrer, il est porté malade et l’administration refuse de le lui présenter. Le lendemain 8 mai, Hassène est présenté au juge pour enfants de l'Ariana, Mahmoud El Kaabachi, menottes aux mains. Cette fois Hassène est carrement trainé par ses gardiens auprès du juge, il n’arrive pas à marcher ni à s’exprimer, son état est critique. Son avocat demande qu'il soit libéré provisoirement pour être soigné, le juge rejette la demande, l’affaire est reportée. La mère crie sa douleur devant le juge demandant qu’on soigne son fils. Elle est trainée par les cheveux et violentée par les policiers qui la gardent à vue dans les geôles du tribunal durant deux heures en compagnie de sa fille et de son fils qui ont osé protester.

Hassène est renvoyé dans sa cellule sans avoir reçu aucun soin. Le 11 au soir il est admis aux urgences de l'hôpital Charles Nicolle où il décède quelques heures après son admission. Le 12 mai, la famille est convoquée par la police du quartier qui lui annonce le décès. Aucune explication ne leur a été fournie. Ils n'ont toujours pas le rapport d'autopsie. La famille enterre le jeune hassène le dimanche 13 mai dans le silence de la terreur.

 

SBS

Abderrahman Jhinaoui

La mort au bout du combat pour la dignité

22juin01                    22juin01

  Avant sa détention            Après sa détention

Pour Zahia Jhinaoui cette année 2001 était maudite. La première semaine du premier mois de l’année elle voit son foyer brisé et ses 9 enfants emprisonnés le même jour. Ils sont accusés de vol et iront garnir les prisons de Tunisie du Nord au Sud : quatre iront à la prison du 9 avril à Tunis, deux à la sinistre prison de Hwareb à Kairouan, un à Bizerte, un à Borj El Amri et sa fille à la prison des femmes à la Manouba. Elle a plus de 60 ans, elle est handicapée motrice avec de maigres ressources et ne sait comment se partager pour visiter ses enfants. A la mi février elle rend visite à son benjamin, Abderrrahman Jhinaoui âgé de 25 ans. Elle le découvre dans un état lamentable, incapable de tenir sur ses jambes et il a perdu la vue. Il est en grève de la faim depuis la date de son arrestation pour protester de son innocence et des tortures qu’il a subies. Elle saisit le procureur de la république de Nabeul qui la refoule de son bureau, elle écrit au ministre de la justice pour lui demander des soins pour son fils et le regroupement des frères pour qu’elle parvienne à les visiter. Pas de réponse.

22juin01

Dès son arrestation à la brigade criminelle du Gorgani, Abderrahman est sauvagement torturé durant 7 jours d’affilée par Tahar Ezzine, Maher Oueslati et un certain Imed. La grève de la faim qu’il entame dès le jour de son arrestation le 12 janvier les irrite et ils redoublent d’acharnement contre lui. Tous les jours ils le suspendaient par les mains et le frappaient à l’aide de fils électriques et de bâtons sur tout le corps jusqu’à évanouissement . Lorsqu’il arrive à la prison de Mornag, il ne peut faire usage de ses jambes et a perdu la vue.

22juin01

A la prison de Borj El Amri, le directeur, Imed Ajmi, décide de donner une leçon à Abderrahman pour son entêtement à poursuivre sa grève. Il ordonne sa mise aux fers et le prive de tout soin. Il passe ses nuits enchaîné à un sommier. L’enfer reprend pour Abderrahaman avec un nouveau cycle de tortures supervisées par le directeur alors qu’il est à son 45ème jour de grève. mais il s’accroche à sa grève comme à l’ultime expression de sa dignité d’être humain.

Le 7 mars il comparaît devant le tribunal de 1e instance de Monastir, son état est critique, il avait une plaie purulente sur le côté et les gardiens le traînaient par terre enveloppé dans un drap pour le déplacer. Le juge refuse de le juger dans cet état et l’affaire est reportée au 16 mars, mais Abderrhaman ne vivra pas jusque là. Le 9 mars, il décède. Aux obsèques, sa mère découvre des traces évidentes de sévices.

Révolté, son frère aîné Sadok (emprisonné à Tunis) exige l’ouverture d’une enquête, des co-détenus témoignent, mais la famille ne voit rien arriver. Sadok entame lui aussi une grève de la faim, il en est à son 54ème jour. La mère espère ne pas perdre aussi son aîné.

SBS

 
 
Liste publiée grâce à l'aide exquise de l'association :
Freedoms Friends  FrihetsVänner Föreningen  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.


Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail at http://www.hotmail.com.

Yahoo! Groups Sponsor
www.debticated.com

To Subscribe send an email to:  عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
To Unsubscribe send an email to:  عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS




L'utilisation du service Yahoo! Groups est soumise à l'acceptation des Conditions d'utilisation.

Accueil

قراءة 193 مرات