الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

21septembre02

Accueil

في كل يوم، نساهم بجهد بسيط في تقديم إعلام أفضل عن بلدنا، تونس

Chaque jour, nous contribuons à une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.

Everyday, we contribute to better information about Tunisia

 
TUNISNEWS
3ème année, N° 855 du 21.09.2002
LES TITRES DE CE JOUR:
 
InfoTunisie: Ouverture du 6ème Congrès national du Parti de l'unité populaire
TAP: Arrestation de plusieurs personnes impliquées dans de fausses déclarations de dépôts bancaires en devises
J.A./L´Intelligent: Quand la machine se grippe…
J.A./L´Intelligent: Le capitalisme sans capital.
Perspectives Tunisiènnes: Sadri Khiari est gentil avec le "Charfisme"...mais bien loin de la réalité
M. Mondher Sfar déçu par les propos de Dr. Mustapha ben Jaâfar à Paris
F.T.C.R: Cycle de Conférences sur La République et ses Musulmans
Le Monde: Derrière la noyade de 27 Libériens en Sicile, l'ombre de Cosa Nostra...
الشرق الأوسط :  حزب الوحدة الشعبية التونسي يعقد مؤتمره السادس وسط أجواء مشحونة 
الحياة: رئيس الأركان الفرنسي في تونس اختتام اجتماعات اللجنة التونسية - الليبية
 

 

 
 

حزب الوحدة الشعبية التونسي يعقد مؤتمره السادس وسط أجواء مشحونة

 

تونس: محمد علي القليبي

انطلقت أمس أعمال المؤتمر السادس لحزب الوحدة الشعبية التونسي المعارض في مدينة بنزرت وسط أجواء مشحونة بسبب احتجاج عدد من أعضائه الأساسيين على السياسة العامة للحزب، وصلت إلى حد اعتبار هؤلاء الأعضاء أن المؤتمر السادس ينعقد في ظرف سيئ لم يشهد الحزب مثيلا له منذ تأسيسه بسبب انحرافه عن المبادئ وتخليه عن التزاماته.

اعتبرت هذه المجموعة التي يتزعمها المحامي نصر بن عامر المستقيل من المكتب السياسي وتضم أيضا الهادي العمروني عضو البرلمان التونسي، أن مواقف الحزب الحالية وأفكاره لا تتفق مع مواقف الحزب الواردة في لوائح المؤتمر الخامس، بالإضافة إلى أن حزب الوحدة الشعبية فوت فرصة تاريخية أثناء عملية التداول على المسؤولية، في إشارة إلى عملية خلافة الأمين العام السابق محمد بلحاج عمر وانتخاب مكانه محمد بوشيحة التي لم ترض وقتها عددا من أعضاء الحزب، وبخاصة المحامي بن عامر الذي كان يطمح إلى خلافة بلحاج عمر.

وأعلن مصدر في الحزب الذي انطلقت أعمال مؤتمره السادس أمس أن أبواب الحزب ستبقى مفتوحة أمام هذه المجموعة التي انقطعت عن النشاط الحزبي منذ سنين من دون شرح أسباب هذا الانقطاع، كما أن هذه المجموعة التي أصبحت تعرف باسم «مجموعة الخمسة» لا تملك رؤية سياسية بل تفتعل الأزمات وتروج الإشاعات.

ويبحث المؤتمر مسألة مشاركة الحزب في الانتخابات الرئاسية المقبلة سنة 2004 في ضوء مبادرة الرئيس التونسي زين العابدين بن علي بتعددية الترشح لمنصب رئيس الجمهورية بالنسبة للأحزاب التونسية المعارضة الممثلة في البرلمانز وتسمح هذه المبادرة للأمين العام لحزب الوحدة الشعبية محمد بوشيحة بالترشح للانتخابات الرئاسية المقبلة في حال موافقة المؤتمر السادس للحزب على اعتبار أن بوشحة تنطبق عليه الشروط الواردة في المبادرة الرئاسية بصفته عضوا في المكتب السياسي للحزب منذ أكثر من خمس سنوات.

 

(المصدر: صحيفة الشرق الأوسط الصادرة يوم 21 سبتمبر 2002)

 
 Ouverture du 6ème Congrès national du Parti de l'unité populaire
Volonté du PUP de contribuer à la dynamisation de la vie politique dans le pays et de poursuivre les efforts pour la consolidation du processus démocratique
20/9/2002-- Les travaux du 6ème Congrès national du Parti de l'unité populaire (PUP) se sont ouverts, vendredi à Bizerte, et se poursuivront pendant 3 jours, en présence des
secrétaires généraux des partis politiques et des représentants des organisations nationales et des associations.
Ont également assisté à la séance d'ouverture des travaux, plusieurs chefs des missions diplomatiques des pays frères et amis et des invités tunisiens et étrangers.
Le secrétaire général du PUP, M. Mohamed Bouchiha, a prononcé, à l'ouverture des travaux, une allocution dans laquelle il a mis l'accent sur la volonté du PUP de contribuer à la dynamisation de la vie politique dans le pays et de poursuivre les efforts pour la consolidation du processus démocratique, rappelant l'adhésion totale du Parti de l'unité populaire aux orientations réformatrices du Président Ben Ali.
 
Les invités du congrès ont, également, pris la parole au cours de la séance d'ouverture.
 
(Source : www.infotunisie.com )
 

 

رئيس هيئة أركان الجيوش الفرنسي يجري محادثات في تونس

 

تونس ـ أ.ف.ب: افاد مصدر رسمي امس في تونس ان الجنرال الفرنسي جان بيار كيلش رئيس هيئة اركان الجيوش الذي يقوم حاليا بزيارة الى تونس بحث مع وزير الدفاع التونسي دالي الجازي التعاون العسكري التونسي ـ الفرنسي.
وقال المصدر نفسه ان الوزير التونسي عرض للجنرال كيلش «تطور السياسة التونسية في مجال الدفاع في ضوء المستجدات على الساحة الدولية».
واضاف ان اللقاء شكل فرصة لاستعراض «الخطوط العريضة للتعاون التونسي ـ الفرنسي في المجال العسكري وآفاق تطوير هذا التعاون لا سيما في مجالات التدريب والصحة وتبادل الخبرات».

 

(المصدر: صحيفة الشرق الأوسط الصادرة يوم 21 سبتمبر 2002)

 
 

رئيس الأركان الفرنسي في تونس

اختتام اجتماعات اللجنة التونسية - الليبية

أفاد مصدر مطلع أن الحكومتين التونسية والليبية اتفقتا خلال الاجتماعات نصف السنوية للجنة العليا المشتركة التي أنهت أعمالها في سرت (ليبيا) مساء أول من أمس على تسريع خطوات تنفيذ مشاريع مشتركة كبيرة في مقدمها استثمار حقل نفطي مشترك ومد أنبوب لنقل الغاز بين البلدين وانشاء مؤسسة مشتركة للاتصالات الهاتفية.

 

وكان أمين اللجنة الشعــبية العامة (رئيس الوزراء) الليبي مبارك الشامخ أكد في الجلسة الختامية للجنة ان (الفترة المقبلة ستشهد تحقيق مزيد من المشاريع والانجازات الميدانية بين البلدين). وعبر عن تقدير ليبيا لموقف تونس المطالب بإنهاء العــقوبات الدوليــة التي علقها مجلس الأمن في حق ليبيا العام 1999, فيما تعهد الوزير الأول التونسي محمد الغنوشي (متابعة السعي بكل جدية لإرساء مقومات التكـامل والاندماج بين البلدين). وتشهد العلاقات الثنائية تطوراً مستمراً في الســنوات الأخيرة على رغم الأزمة التي شلت الاتحاد المغاربي الذي ساهمتا في تأســيسه العام 1989.

وأكد المصدر ان (المشاريع الاستراتيجية الثنائية ستتلقى دفعة قوية في المرحلة المقبلة استناداً على الانسجام السـياسي بين القيادتين. يذكر أن الغنوشي سلم الزعيم الليبي العــقيد معمر القــذافي خلال زيارة الأول ليبيا رسالة من الرئيس زين العابدين بن علي أفيد أنها تطرقت لآفاق تعزيز العلاقات الثنائية وتنسيق المواقف في القضايا الاقليمية والدولية الراهنة.

على صعيد آخر أجرى وزير الدفاع التونسي دالي الجازي أمس محادثات مع رئيس أركان الجيوش الفرنسية الجنرال جان بيير كاليش وعرضا خلالها (تطور السياسة الدفاعية في تونس في ضوء الأوضاع الدولية والخــطوط الكبرى للتــعاون الثنائي في المجال العسكري خصوصاً على صعيد التكوين والتدريب وتبادل الخبرات).

وكان وزير الدفاع الايطالي زار تونس الاسبوع الماضي واجتمع مع الرئيس بن علي, وبحث مع الجازي في آفاق تطوير التعاون الثنائي في المجال العسكري. وترتبط تونس باتفاقات مع كل من فرنسا وايطاليا تتعلق بتدريب الضباط وتبادل الخبرات والصحة العسكرية ومجالات أخرى.

(نقلا عن صحيفة الحياة الصادرة يوم 21/9/2002 )
 

 

Arrestation de plusieurs personnes impliquées dans de fausses déclarations de dépôts bancaires en devises destinés à l'importation de marchandises pour le marché parallèle….

 

19/09/2002 (TAP)-- On apprend que les services judiciaires compétents ont ouvert une instruction au sujet d'une affaire douanière dans laquelle est impliqué un groupe de personnes, dont certaines opèrent dans le marché parallèle.

 

Ces personnes ont recouru à de fausses déclarations de dépôt de devises au nom d'hommes d'affaires étrangers pour financer d'importants achats de marchandises importées, notamment des pays asiatiques, en vue de les écouler en Tunisie dans les circuits du commerce parallèle.

Dans le cadre de l'enquête, plusieurs personnes impliquées, dont notamment des employés d'agences bancaires de la capitale, ont été arrêtées.

 

Selon les premiers éléments de l'enquête, des sommes importantes ont été utilisées, par le recours à de fausses déclarations bancaires et à un faux cachet bancaire pour falsifier des documents, en vue de financer les opérations d'importation de ces produits et de les écouler sur le marché parallèle.

 

Les services de la sûreté et de la douane ont réussi à saisir d'importantes sommes en devises et en monnaie tunisienne, ainsi que plusieurs faux documents.

L'enquête se poursuit pour faire toute la lumière sur cette affaire.

 

(Source : www.infotunisie.com )

 

FLASH INFOS

 

 

Tunisia's Jan-Aug'02 cereals imports up 20 pct

 

TUNIS, Sept 19 (Reuters) - Tunisia's cereals imports for  January-August 2002 rose 20 percent to 2.32 million tonnes over the same period in 2001, government data showed on Thursday.

 

The value of imported cereals during the first eight months of this year increased 22.5 percent to 442.3 million dinars ($321.67 million) compared to the same year-ago period.  

A severe drought slashed the North African country's 2001/2002 cereals crop to 0.49 million tonnes, its lowest level in 55 years.

 

The government had initially planned to import 2.12 million  tonnes of durum and soft wheat and feed barley this year, compared to 1.86 million tonnes of imported soft and durum wheat and feed barley in 2001.

 

It had envisaged 2001-2002 cereals output at 1.5 million tonnes before drought parched about 75 percent of the 1.2 million hectares sowed to cereals.

 

Details of cereal imports:

 

                             Jan-Aug '02                     Jan-Aug '01

                        Quantity         Value       Quantity      Value

 

Durum wheat       439,7         108.8        323,3           65.0

Soft wheat            632,7         105.8        582,3          100.5

Feed barley          447,1          68.1        321,5           54.0

Corn                     574,4          92.4        526,9            85.4

Cattle cake           226,1          67.2        177,6            55.7

 

Total                   2,320,0         442.3      1.931,6        306.6

 

NOTE- Figures are in 1,000 tonnes and million dinars

 

($1=1.375 dinar)

 

Reuters Sept 19

 

Le Chemin de la Dignité
Une erreur est apparu sur le lien de Le Chemin de la Dignité:
Veuillez bien rectifier le

http://www.worldalternative.org/elbedil/french/politique/le-chemin-de-la-dignite.htm

Nadim
 
Iraqi in Hyde Park

http://www.worldalternative.org/elbedil/arabic/culture/main.htmMerci

Nadim

Environnement : Prêt suédois à la Tunisie
Le gouvernement suédois a accordé récemment à la Tunisie 70 millions de couronnes (environ 10 millions de dinars tunisiens) pour soutenir des programmes relatifs à la protection de l'environnement et à la promotion de la condition de la femme.
Le recyclage des dettes tunisiennes, contractées auprès de la Suède et de la Hollande a permis la réduction de la dette publique de notre pays et la contribution à la réalisation de projets de préservation des ressources naturelles.
 
(Source : La Presse du 21 septembre 2002, d’après le portail babelweb)
 
GSM : Actuellement, 500.000 utilisateurs
Les services de Télécoms annoncent que le nombre d'abonnés au réseau GSM s'élève aujourd'hui à 500 mille lignes. Un exploit? peut-être. Il serait désormais judicieux de raisonner en terme de demandes non satisfaites surtout que le secteur s'est ouvert à la concurrence.
 
(Source : Le Temps du 21 septembre 2002, d’après le portail babelweb)
 
Tournage de « Dar Enness » de Mohamed Damak- Humour, amour et désillusion
 
Hédi, un jeune de 22 ans, vient de rater son bac pour la 3e fois. Son père, fraîchement retraité, doit garder, pendant les vacances d’été, la luxueuse villa de son patron. Profitant de l’absence du propriétaire, toute la famille quitte son quartier poussiéreux et délabré pour s’installer dans la somptueuse et fort raffinée demeure.
 
(Suite : http://www.lapresse.tn/culture/humour.html)
 
« YAHIA IBN OMAR » : Un feuilleton à revoir
Après le feuilleton «Bâteau de Rhaïm», la direction de la programmation de notre chaîne satellitaire va diffuser, en reprise le feuilleton tunisien intitulé «Yahia Ibn Omar». Ce feuilleton est d'aspect historique. A voir ou revoir.
 
(Source : Le Quotidien  du 21 septembre 2002, d’après le portail babelweb)


 
Composition du Comité d'organisation de la CAN Tunis 2004
 
20/09/2002-- Voici la composition du Comité d'organisation de la 24ème Coupe d'Afrique des Nations de Football (COCAN 2004), qui se déroulera en Tunisie :

Président : M. Slim Chiboub
Secrétaire général : M. Mohieddine Baccar

Présidents des commissions :
Commission finances et sponsoring : M. Kamel Ben Amor
Commission des transports : M. Mohamed Ghorbal
Commission d'accueil et protocole : M. Khaled Sanchou
Commission des médias : M. Amor Ghouila
Commission médicale : Dr Zakia Bartaji
Commission de sécurité : M. Fethi Dakhli
Commission sportive : Abdessalem Chammam
Commission culturelle et d'animation : M. Raouf Ben Amor
Commission d'hébergement : M. Mounir Ben Miled

Conseiller : M. Slim Aloulou
Conseiller juridique : M. Moncef Foudhaili

Présidents des commissions régionales :
Sousse : M. Hammadi Mestiri
Monastir : Dr Naji Gueddiche
Sfax : M. Abdelaziz Ben Abdallah
Bizerte : M. Moncef Ben Gharbia
 
(Source : www.infotunisie.com )

 

Lemerre Heads to Tunisia

France's World Cup coach Roger Lemerre is expected to sign a contract to manage the Tunisian national side over the weekend.

The North Africans have been without a full-time coach since the end of the World Cup, when Ammar Souayah stepped down on grounds of ill health.

Officials at the Tunisian Football Federation told BBC Sport Online that Lemerre was on his way to Tunis to finalise the deal.

The news follows weeks of speculation regarding the identity of the new coach.

Portuguese Artur Jorge, Frenchman Philippe Troussier, Yugoslav international Vahid Halihodzic and former Swiss national coach Gilbert Gress were all reported to be on the Tunisian shopping list.

Lemerre, who took France to victory at the 2000 European Championship, was sacked in July after Les Bleus failed to win, or even score a goal, at the World Cup in Korea and Japan.

The Tunisian Federation has a history of appointing French coaches for the national side.

The last one to lead them was Henri Michel, who left in March after a dismal Nations Cup tournament in Mali.

Another, Henri Kasperczak, is considered to be the most successful coach in the history of Tunisian football.

The Franco-Pole brought the team back from the international wilderness and led them to the World Cup finals in 1998.

If Lemerre gets the national job, it will be his second stint in the country. He managed Esperance, one of Africa's top clubsides, in 1996.

 

(Source: This Day (Lagos), September 20, 2002 )
 

موضوعها ( التنوع الثقافي والحقوق الثقافية )

ندوة تحضيرية لقمة الفرنكوفونية

يرأس الرئيس الروماني السابق ايون إليسكو اليوم في تونس ندوة دولية موضوعها (التنوع الثقافي والحقوق الثقافية) تندرج في إطار الإعداد للقمة الفرنكوفونية التي تعقد في بيروت الشهر المقبل. ويشارك في الندوة التي ينظمها كل من الأمانة العامة لـ(المنظمة الدولية للفرنكوفونية) والمعهد العربي لحقوق الإنسان (مقره في تونس) سياسيون ومثقفون وخبراء في مصر وكندا ولبنان وفرنسا وبولندا وتونس ورومانيا والمغرب وبلجيكا وألبانيا وبنين والسنغال وسويسرا, اضافة الى المفوضية العليا لحقوق الإنسان واليونيسكو والإيسيسكو والألكيسو والمنظمة العالمية للملكية الفكرية.

وقال رئيس المعهد العربي لحقوق الإنسان الدكتور طيب البكوش ان الندوة ستركز على دور العنصر الثقافي في العلاقات الدولية والبحث في وسائل الدفاع عن الحقوق الثقافية في ظل العولمة والمفاهيم الجديدة للأمن الإنساني.

(نقلا عن صحيفة الحياة الصادرة يوم 21/9/2002 )

 

توقيع بروتوكول تعاون بين البورصات المصرية والمالطية والتونسية

 

القاهرة: «الشرق الأوسط»

تم اول من أمس في فاليتا التوقيع على بروتوكول تعاون بين بورصتي القاهرة والاسكندرية وكل من بورصتي مالطا وتونس.
وأكد الدكتور سامح الترجمان رئيس بورصتي القاهرة والاسكندرية في بيان وزعته البورصة المصرية اول أمس أنه يجري الآن تكوين مجموعة عمل لدراسة امكانية القيام باتحاد يجمع بين بورصات دول البحر المتوسط وجدوى تكوين آلية تنظيمية للتداول المشترك للأسهم في منطقة المتوسط.
وأوضح أن الاتحاد الجديد الذي سيطلق عليه «بورصا ميد» يسعى لتنمية العلاقات بين البورصات الثلاث في البداية وبحث آليات التعاون بينها وبين أسواق المال الأخرى في المنطقة.
من جانبه أكد الفريد ماليا رئيس بورصة مالطا أن منطقة البحر المتوسط كانت ولا تزال تلعب دوراً هاماً وكبيراً على الصعيد التجاري في العالم، معتبراً أن هذا البروتوكول بمثابة حجر أساس لتعظيم التعاون بين أسواق المال في منطقة البحر المتوسط.
تجدر الاشارة الى أن البروتوكول الذي تم توقيعه اول من أمس بين بورصتي القاهرة والاسكندرية وكل من بورصتي مالطا وتونس ستستمر فعاليته لمدة عام من التوقيع عليه حيث من المنتظر أن تقدم مجموعة العمل في خلال تلك الفترة تقريراً حول مدى امكانية تطبيق مشروع «بورصا ميد» بالاضافة الى تقديم خطة لكيفية تنمية وتعظيم الاستفادة منه.

 

(المصدر: صحيفة الشرق الأوسط الصادرة يوم 21 سبتمبر 2002)

 

 

"بريتيش غاز" تستثمر 70 مليون دولار لتطوير حقل "ميسقار"" للغاز في تونس

 

بقلم: سميرة الصدفي

قال رئيس شركة (بريتيش غاز تونس) بيتر هاينس لـ(الحياة) إن شركته استثمرت 70 مليون دولار لتطوير حقل الغاز الرئيسي في تونس (ميسقار) الواقع في خليج قابس (جنوب), ما سيزيد من العمر الافتراضي للحقل خمس سنوات اضافية.
وتوقع أن يرتفع انتاج الحقل من 1.8 بليون متر مكعب في السنة الحالية إلى بليوني متر مكعب سنة 2004.
واشترت مجموعة (بريتيش غاز) الحقل عام 1989 من شركة فرنسية, وأثبتت أعمال التنقيب التي قامت بها لاحقاً وجود مخزون مقداره 28 بليون متر مكعب من الغاز الطبيعي.
وحصلت المجموعة على امتيازات جديدة للتنقيب في محيط الحقل, واكتشفت حقلاً تمتد مساحته على تسعة كيلومترات مربعة, اطلق عليه اســم (صدر بعل), ويضـم احتياطاً مهماً من الغاز الطبيعي والنفط.
وتوقع هاينس أن تبدأ أعمال الاستخراج من الحقل الجديد في سنة 2006.
ويؤمن منتوج حقل (ميسقار) 60 في المئة من حجم استهلاك تونس من الغاز الطبيعي حالياً, ويتوقع أن تزيد حصته مع ارتفاع الانتاج في السنتين المقبلتين.
وبلغ عجز تونس في مجال الطاقة 700 ألف طن في العام الماضي, وتوقعت التقديرات الرسمية أن يتضاعف العجز عشر مرات خلال العقد الجاري ليصل إلى 7.3 مليون طن سنة 2010 بسبب تضاؤل الانتاج في حقول النفط الرئيسية وتزايد الطلب على الطاقة والذي ينمو بنسبة خمسة في المئة سنوياً.
يذكر أن تونس منحت 41 امتيازاً للتنقيب عن النفط تقوم بموجبها 28 شركة أجنبية بأعمال استكشاف في مناطق مختلفة من البلاد. وتقدر مساحة المناطق التي تجري فيها حالياً عمليات تنقيب واستكشاف بـ60 في المئة من المجال المنجمي التونسي
.

(نقلا عن صحيفة الحياة الصادرة يوم 21/9/2002 )


 

L’hebdomadaire « L’INTELLIGENT » publié à Paris a réalisé dans son numéro 2174 daté du 9 au 15 septembre 2002 un dossier intéressant sur la situation économique en Tunisie. 

 

 

Tunisie. La croissance économique devrait, en 2002, tomber à 3%, voire en dessous. C’est moitié moins que prévu. Un gouvernement « plus efficace » a été formé le 4 septembre.

 

Quand la machine se grippe…

 

Une enquête de Abdelaziz BARROUHI

 

C’est une rentrée pas comme les autres. Après un été marqué par la grisaille, jamais, depuis une quinzaine d’années, autant d’incertitudes n’avaient voilé l’horizon économique. Voulant donner « davantage d’efficacité » à l’action gouvernementale, le président Ben Ali a, le 4 septembre, restructuré son équipe. Les première pluies de septembre annoncent peut-être un retournement de conjoncture.

 

Mais d’aucuns s’interrogent su la pérennité du « miracle » tunisien. La plupart des indicateurs ont viré au rouge. Le taux de croissance de Produit intérieur brut (PIB) prévu pour 2002 a été plusieurs fois révisé à la baisse : des 5,8% annoncés en décembre 2001, dans le projet de budget 2002, il est officiellement tombé à 3,2% en juin. Pis : à la mi-août, les dernières estimations tablaient sur une progression comprise entre 2,5% et 3%.

 

Bref, un score bien en deçà des 4,9% réalisés en 2001et des 5,3% de moyenne atteints chaque année entre 1997 et 2001. Plus encore, des experts indépendants ne seraient pas étonnés si le taux de croissance 2002 tombait à seulement 2%…

 

Cette chute, quelle que soit son ampleur définitive, est en partie imputable à la mauvaise conjoncture internationale et à la baisse de la demande extérieure qui en découle. Principal partenaire commercial de la Tunisie, l’Union européenne pourrait en effet connaître un taux de croissance de 1,3% en 2002. A cela s’ajoutent les effets conjugués de quatre années de sécheresse, des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et de celui de 11 avril 2002 à Djerba.

 

« Nous assistons à une conjonction de facteurs exogènes et endogènes que l’économie tunisienne a rarement connue dans son histoire, Avant, il arrivait qu’un seul secteur soit affecté, aujourd’hui, c’est toute l’économie qui vacille », comment un banquier. Dans l’agriculture, qui représente autour de 14% du PIB, les dégâts sont énormes et les banques n’en finissent pas de rééchelonner la dette des paysans.

 

Selon un consultant de la Banque mondiale, le manque à gagner, essentiellement imputable à de très mauvaises récoltes de céréales et d’olives, représentera une perte de 1,4% dans le taux de croissance global en 2002. Durant les sept premiers mois de l’année, la Tunisie a dû augmenter ses achats de produits agricoles et agroalimentaires à hauteur de 781 millions de dinars (environ 574 millions d’euros) et n’en a exporté que pour 305 millions, soit un déficit de 476 millions de dinars, un niveau sans précédent.

 

Quant au tourisme, malgré une légère amélioration enregistrée fin juillet et courant août, les recettes en devises du 1er janvier au 20 août ont chuté de 18% par rapport à l’année dernière (1,18 milliard de dinars, contre 1,43 milliard), soit une perte sèche de 250 millions de dinars. Mais la déficience de l’agriculture et du tourisme n’explique pas tout. Fleuron de l’économie, l’industrie nationale ne se porte pas mieux. Son activité n’a progressé que de 2,9% au cours des cinq premiers mois de l’année, alors qu’elle avait augmenté de 8,3% sur la même période en 2001, que la moyenne annuelle se situait à 5,6% entre 1997 et 2001. Conséquence : la valeur des exportations de biens a diminué de 3% au cours des sept premiers mois de 2002 par rapport aux sept premiers de 2001.

 

Dans le même temps, les recettes totales sont tombées de 5,82 milliards à 5,64 milliards de dinars, et ce malgré une hausse de 23,1% des ventes de textile, habillement et cuirs. Autre indicateur : le taux de chômage demeure important. Après avoir été ramené de 15,6% à 15% en 2001, notamment grâce à l’intervention massive du Fonds national de l’emploi (contrats jeunes), il devrait, selon les spécialistes, remonter en 2002, sous l’effet de la conjoncture et de l’arrivée de 80000 nouveaux demandeurs d’emploi par an.

 

Du coup, plus encore que les années précédentes, l’été a vu nombre de clandestins tenter de gagner l’Europe. La plupart ont été arrêtés juste avant de s’embarquer sur des navires en piteux état, d’autres ont disparu en mer ; les rares ayant réussi atteindre les côtes italiennes y ont, le plus souvent, été appréhendés par les autorités locales. Enfin, fait significatif : le niveau des investissements déclarés a connu une baisse de 22,1% durant le premier semestre de 2002 par rapport à celui de 2001.

 

Une tendance confirmée par la chute des importations de biens d’équipement (-7%) et par la faiblesse des transactions à la Bourse de Tunis, que l’attentisme des investisseurs a précipitée dans la crise l’année dernière.

 

Sur le front social, les négociations ru les augmentations salariales dans les secteurs public et privé, programmées tous les trois ans, traînent en longueur depuis des mois. Les négociateurs patronaux et étatiques n’ont pas manqué de faire prévaloir la mauvaise conjoncture pour ne pas faire de concessions, exhortant les syndicalistes à se montrer plus souples.

 

Des compromis ont été atteints dans le secteur privé (80% des cas) et pas encore dans le secteur public. Dans son rapport annuel sur l’exercice 2001, publié en juillet, la Banque centrale de Tunisie avertit que « l’instabilité chronique qui caractérise l’environnement international et l’adversité des conditions climatiques laissent entrevoir des fragilités contre lesquelles la Tunisie doit se prémunir pour préserver ses équilibres, tant internes qu’externes ». « Si ce n’est pas là un signe de crise, alors c’est quoi une crise ? Pour moi, il n’y a plus aucun doute, la crise est là », conclut sans hésitation un observateur averti. « C’est difficile à admettre, renchérit un autre. « Les gens ont été habitués à entendre que tout allait très bien. » « Faire l’autruche est certes une intention louable pour ne pas aggraver le sentiment de crise, ne pas inciter les gens à thésauriser… Mais cela risque de rendre le réveil plus brutal. Il vaudrait mieux voir les choses en face et prendre les mesures qui s’imposent pour renverser la tendance avant qu’il ne soit trop tard », conseille un troisième.

 

Un professeur d’économie préfère, quant à lui, parler de ralentissement conjoncturel : « Je pense que 2002 est une année difficile, mai ce n’est pas la catastrophe. J’en veux pour preuve la dernière réunion des bailleurs de fonds au mois de juin, à Tunis, où ceux-ci ont pris des engagements positifs pour financer le plan de développement 2002-2006. Cela montre que le risque Tunisie demeure bon. Tous les pays qui sont ouverts aux échanges extérieurs sont confrontés au même type de risque.

 

Au vu de l’évolution de l’économie tunisienne au cours des quarante dernières années, je n’ai aucune raison d’être pessimiste. La croissance va reprendre. »

 

Alors crise véritable ou simple ralentissement ? Difficile de trancher, d’autant que l’année n’est pas terminée et que les compteurs- en matière de tourisme notamment- ne seront arrêtés que le 31 décembre. Il n’empêche : l’humeur générale des affaires est morose. Les entreprises se plaignent de la baisse de leurs résultats et, surtout, du poids grandissant des impayés. « Je suis en train de perdre mes repères. Des clients qui payaient régulièrement depuis quinze ans et que je livrais sur un simple coup de téléphone ne règlent plus leurs traites », se lamente un grand acteur du secteur de la distribution.

 

Que faire pour relancer l’économie ? Certains industriels estiment que le marché tunisien est arrivé à saturation et que les opportunités se font rares. « Nous sommes à l’étroit et nous allons finir par nous entretuer, ou par l’être par les entreprises européennes », estime l’un d’eux. Selon lui, la solution réside dans les regroupements entre industriels du pays pour acquérir une plus grande taille pour conquérir de nouvelles parts de marché.

 

Une bonne nouvelle : les flux d’affaires avec les voisins, et notamment la Libye et l’Algérie, ont repris du souffle. Les exportations tunisiennes de biens vers ces Etats ont augmenté de 28,5% en 2001, contre 7,5% en 2000, et la tendance devrait se poursuivre en 2002. D’autres considèrent qu’il faut sortir de la « gestion classique » de l’économie qui, cette année, a montré ses limites.

 

« Il faudrait un signal fort des autorités pour que la confiance revienne et que les chefs d’entreprise  se remettent à investir », affirment-ils, Le gouvernement du 4 septembre donne la priorité absolue  à l’emploi. Mais la plupart des hommes d’affaires interrogés ne réclament pas de mesures fiscales ; ils parlent plutôt de libertés, de transparence, de prévisibilité, de protection des droits, d’informations vraies plutôt que de rumeurs.

 

Autant de revendications qu’il sera difficile d’ignorer trop longtemps. « A moins qu’entre-temps, un grand puits de pétrole ne soit découvert », note un commentateur. Ce serait là un nouveau « miracle tunisien ».

 

(Source : L’INTELLIGENT, N°2174 daté du 9 au 15 septembre 2002)

 

 

 

Le capitalisme sans capital.

 

Samir GHARBI

 

« Reconnaître que la Tunisie est en crise économique est un problème à double tranchant, confie un banquier d’affaires de la place de Tunis. IL est difficile au gouvernement d’avouer que la Tunisie est sévèrement touchée par le retournement de la conjoncture internationale, explique-t-il.

 

Après avoir enregistré des taux de croissance supérieurs à 5% pendant plusieurs années, la crise survient juste au cours de la première année d’un nouveau programme quinquennal ambitieux et délicat dans le chemin qui conduira le pays à la zone de libre-échange avec l’Union européenne, en 2008. »

 

Pour résumer, si le gouvernement ne dit rien et si la crise perdure, il sera accusé d’avoir caché l’ampleur du phénomène. S’il se prononce sur le sujet, il risque de provoquer une série de réactions négatives qui auraient pour effet d’aggraver la situation, comme par exemple, la thésaurisation, le gel des investissements productifs, l’attentisme…

 

D’aucuns parlent de « ralentissement », alors que le gouvernement multiplie les réunions de travail interministérielles et les mesures « sectorielles » : assistances diverses aux paysans sinistrés par plusieurs années de sécheresse ; aide aux hôteliers qui n’ont pas fait le plein de touristes et qui risquent sinon de mettre la clé sous la porte, du moins de fermer pour cause de « chômage technique »…

 

La situation reste « officiellement » gérable. Rien de dramatique pour les autorités, mais une conjonction « exceptionnelle » de facteurs défavorables : absence de pluies et de touristes, découragés par les attentats du 11 septembre.

 

Ces explications, même si elles ne sont pas dénuées d’intérêt, sont pourtant un peu courtes. Les effets de la conjoncture ont révélé une carence structurelle de l’économie : le niveau des investissements privés sur fonds propres. « La Tunisie s’est développée depuis les années soixante-dix avec un capitalisme d’Etat. Il fallait aider les hommes d’affaires à se lancer et favoriser une accumulation du capital », explique notre banquier.

 

Aujourd’hui, la Tunisie est toujours au même point : les chefs d’entreprise, anciens et nouveaux, veulent certes investir, mais pas leurs propres deniers. Ils demandent aux banques de leur prêter tout ou presque… Ils veulent racheter telle entreprise ou tel terrain, réinvestir sans, au préalable, rembourser leurs premières dettes.

 

Ce système peut fonctionner un certain temps, puisque les banques, poussées par le gouvernement, accumulent les prêts et les impayés. Mais il ne peut perdure.

 

En temps de crise, et au moment où le monde entier réclame transparence et rendement, les banques serrent la ceinture du crédit, les privés investissent moins, créent moins d’emplois et, du coup, aggravent la crise. « Le capitalisme sans capital n’est plus tenable dans une économie ouverte », conclut le banquier.

 

Pour que les privés se mettent de nouveau à investir, en partie sur fonds propres, il faut du temps. Du temps pour adopter une nouvelle « culture capitalistique », celle des projets rentables, et pas seulement pour s’enrichir vite sur le dos de la banque, de la société, de l’Etat.

 

(Source : L’INTELLIGENT, N°2174 daté du 9 au 15 septembre 2002)
 
 M. Mondher SFAR déçu par les propos de Dr. Mustapha ben Jaâfar à Paris :

 

M. Aichfakir a fait l’intervention suivante sur le forum Tunezine ce samedi 21 septembre 2002 :


Je me suis permis de contacter Monsieur Mondher Sfar pour lui demander son avis sur le sujet abordé sur ce forum concernant le "dédain" des opposants vivants en exil à débattre avec les forumiers de Tunezine, voici sa réponse, j'en profite pour le remercier vivement :


Message de Monsieur Msfar :

Cher ami,
Merci beaucoup pour votre message et pour l'honneur que vous me faites de me faire partager vos préoccupations. Le forum Tunezine est important pour débattre des idées, des propositions et des soucis des uns et des autres. C'est pourquoi je suis et je reste à votre disposition à tout moment pour contribuer modestement à ce débat.

Je viens de renter ce vendredi soir (20 septembre 02) d'une réunion à Paris avec Dr Ben Jaafar sur le thème "Crise de régime ou crise de l'opposition?" Malheureusement,
l'orateur nous a tenu un discours de réconciliation avec le pouvoir et non de combat.

 

Il n'a pas dit un mot sur la crise gravissime dans laquelle se débat l'opposition et le peuple avec elle. Il a réduit le conflit avec le régime en une simple "crise de confiance (azmat thiqa)" du pouvoir à l'égard de l'opposition, comme s'il s'agit d'un incident de parcours. C'est honteux et j'ai quitté la réunion.

C'est pourquoi je lance à travers votre forum à tous ceux qui veulent sérieusement contribuer à libérer la Tunisie des bandits de Carthage de réfléchir et d'échanger les idées sur les moyens d'y parvenir. Même si ce débat doit durer une année ce ne sera jamais perdu, car tant que nous n'avons pas trouvé une solution pour abattre le régime et pour instaurer la liberté et la dignité pour tous les Tunisiens, eh bien nous pourrons rester dans l'esclavage encore des dizaines d'années, avec Ben Ali ou avec ceux qui lui succèderont.

Mettons fin à nos lamentations, cessons de demander la charité à la France et aux USA qui sont les vraies sources de notre asservissement qu'ils ont planifié et qu'ils imposent de toutes leurs forces avec leur agent de service : Zaba.

Comptons sur nos propres forces, et ne comptons sur aucun "opposant". Que chacun de nous soit son propre guide dans l'action. Les "opposants" ne sont pas meilleurs que les "autres", ils sont mêmes la pire espèce. Libérons nous du complexe de la chefferie et soyons chacun le chef de sa personne. Décidons et exécutons sans demander l'autorisation de quiconque.

 

Si une action nous semble propre à servir la cause, faisons-là - après réflexion certes - mais sans autorisation de personne. Libérons notre imagination, inventons des dizaines et des centaines d'actions et Ben Ali ne sera plus qu'un cauchemar enfin et vite oublié. On se dira alors : on a été si bête d'avoir tant attendu, alors que c'est tellement simple. Oui, on peut organiser des actions en Tunisie. Que chacun y réfléchisse, et si possible en discute sur internet.

Voila pour aujourd'hui. Je vous demanderai seulement d'être indulgent avec moi si je ne consulte pas le site, car j'ai eu des obligations urgentes. Si je m'absente trop, envoyez-moi un signal...
Bonne réflexion à vous tous !

Mondher


Mondher Sfar
1, rue Cassini
F-75014 Paris
Tél. : +33 1 43296898
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 

POLEMIQUE:

 

Entre “CHARFISME” et “MARZOUKISME”

 

Tunisie
L'opposition démocratique


Notre camarade Sadri Khiari est membre fondateur du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT) et de la direction du Raid (Attac Tunisie). Depuis deux ans, interdit de quitter le territoire tunisien sous prétexte de poursuites judiciaires au sujet desquelles on refuse de lui donner la moindre information, il s’exprime ici à titre personnel.

 

- Où en est l’opposition démocratique ?


Sadri Khiari -
Laminée par la répression, l’opposition avait progressivement disparu depuis le début des années 1990 jusqu’à la constitution du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT) en décembre 1998 et la grève de la faim du journaliste Taoufik Ben Brik.
Depuis, malgré les persécutions, quelques espaces de libertés ont été arrachés mais sont à reconquérir en permanence: des associations et des partis se sont constitués, d’autres ont retrouvé un second souffle, des déclarations et des publications sont diffusées sous le manteau ou sur le web, des réunions publiques ont été imposées, d’autres ont été dispersées à coups de matraques. Ces initiatives ne concernent encore que peu de monde, mais le nombre des participants ne cesse de progresser.
Le référendum qui a permis à Ben Ali de modifier la Constitution - qui lui interdisait de présenter sa candidature aux élections de 2004 - a suscité une politisation, et même une radicalisation du discours de l’opposition démocratique. La question des droits de l’Homme reste centrale, mais la remise en cause du régime et de ses institutions prend de plus en plus de place. Ainsi, la revendication d’une assemblée constituante est désormais largement partagée. Si, au sein de l’opposition, les convergences sont fortes, des divergences continuent et continueront d’exister. Il y a deux lignes:


- le "charfisme"(1), qui se présente comme opposé aux islamistes, privilégie la recherche de canaux de négociation avec le pouvoir, misant sur une évolution interne de celui-ci en espérant un petit coup de pouce européen ;


- le "marzoukisme"(2), qui s’inscrit plus nettement dans une perspective de rupture avec le pouvoir actuel, considérant par ailleurs qu’il est possible de trouver des points d’accord avec le mouvement islamiste dans la lutte contre la dictature sans, pour autant, tomber sous son hégémonie.


D’autres courants prétendent représenter une troisième voie mais, en vérité, quoiqu’ils en pensent, ils sont polarisés par l’une ou l’autre de ces lignes. L’unification des démocrates, que certains appellent de leurs vœux, ne se ferait, aujourd’hui, que sur une base plutôt "charfiste".

 

La répression est-elle toujours aussi forte ?


S. Khiari -
Oui, arrestations, tortures, procès, passages à tabac en pleine rue, persécutions de toutes sortes font partie du quotidien des opposants. Il y a aujourd’hui près d’un millier de prisonniers politiques. Certains, comme le dirigeant islamiste Ali Laaridh, sont dans l’isolement depuis douze ans. Ils ont tous été condamnés à de longues années de prison à l’issue de mascarades judiciaires, comme Hamma Hammami, le porte-parole du PCOT (3). La semaine dernière, le plus célèbre des "cyberdémocrates", Zouhayer Yahiaoui, dit Ettounsi, a été arrêté. Il risque des années d’emprisonnement. Le but de l’opération est d’empêcher que la toile ne devienne un espace de contestation, ce qu’elle est en fait déjà pour une frange croissante de la jeunesse qui se radicalise à travers les forums online.

 

Quels sont les liens entre le mouvement syndical et le mouvement démocratique ?

 

S. Khiari - En même temps que renaissait l’opposition démocratique, un mouvement de contestation antibureaucratique est apparu au sein de l’UGTT, la centrale unique, jusque-là strictement contrôlée par le pouvoir. Cette dissidence a permis d’ouvrir des brèches dans l’appareil syndical et des opposants sont désormais représentés dans certaines instances, y compris au bureau exécutif. Mais leur marge de manœuvre reste faible. Ainsi, ils ne se sont pas opposés - du moins publiquement - à ce que le secrétaire général de la centrale soutienne le référendum constitutionnel.
En dehors de l’extrême gauche, très active mais brouillonne et souvent sectaire vis-à-vis des démocrates, l’opposition se soucie fort peu du mouvement syndical et, plus généralement, des questions économiques et sociales. Or, une telle attitude ne favorise pas le dépassement du handicap majeur de l’opposition, à savoir la faiblesse de la contestation populaire.
Depuis trois ans, il y a eu, certes, des émeutes de lycéens et de jeunes chômeurs dans le sud du pays, quelques grèves ici et là, mais sans effet d’accumulation. Le mécontentement augmente dans toutes les couches de la population mais ne parvient pas encore à s’exprimer de manière active, ni à s’organiser. Il faudrait agir pour que les tensions sociales qui pointent à l’horizon, dues aux graves problèmes économiques actuels, débouchent sur une véritable mobilisation populaire. L’effort du Raid consiste, justement, à souligner l’importance capitale, du point de vue même de la lutte contre la dictature, de deux choses:
- la question sociale, qui revêt une acuité de plus en plus grande avec les progrès de la libéralisation économique ;
- l’insertion de l’opposition et du mouvement syndical dans la dynamique de lutte internationale que porte le mouvement contre la mondialisation libérale.

 

Propos recueillis par Charlotte Daix

 

(1). Du nom de Mohamed Charfi, ancien ministre de Ben Ali, passé à l’opposition.
(2). Du nom de Moncef Marzouki, président du Congrès pour la république.
(3). Parti communiste des ouvriers tunisiens.

 

(Source : « ROUGE » publication de la Ligue Communiste Révolutionnaire en France, 2éme semaine du mois de juin 2002

LIEN : http://www.lcr-rouge.org/archives/062002/semain8.html)
 

Et voici la réponse du site « perspectives tunisiennes » à M. Sadri KHIARI :

 
Sadri KHIARI est gentil avec le "Charfisme"...mais bien loin de la réalité
 
Dans une interview au journal ROUGE, organe du mouvement LCR, notre ami Sadri KHIARI, membre fondateur du CNLT et du RAID (Attac Tunisie), présente la situation générale des forces démocratiques en Tunisie et en distingue deux grandes lignes : le "Charfisme" et le "Marzoukisme". Outre l'aspect réducteur de la classification, ce qui nous a paru mériter une clarification particulière, c'est la présentation du "Charfisme", décrit comme étant : "opposé aux islamistes, privilégie la recherche de canaux de négociation avec le pouvoir, misant sur une évolution interne de celui-ci en espérant un petit coup de pouce européen". Nous ne doutons pas un seul instant de la bonne foi de Sadri Khiari, mais nous estimons que son appréciation est dénuée de fondement.

Le "Charfisme", si on peut reprendre le qualificatif de Sadri Khiari, est effectivement opposé aux islamistes, dans le sens où il exclut toute possibilité d'alliance, même ponctuelle et transitoire avec ce courant. Il considère qu'une telle alliance est de nature à induire l'opinion en erreur sur la nature des islamistes et à se retourner, en fin de compte, contre la démocratie. Nous ne pouvons en effet militer pour la démocratie avec un courant dont les fondements idéologiques et politiques sont anti-démocratiques.
C'est une position que nous avons exposé et réaffirmé à maintes reprises. Il n'y a donc aucune équivoque là-dessus.
Mais pour ce qui est de la "recherche de canaux de négociation avec le pouvoir", nous pensons que notre ami Sadri KHIARI est allé un peu trop loin.
Nous ne savons pas s'il se rappelle de l'émission d'El Moustaquella du mois de mai 2001, dont Charfi était l'invité, et dans laquelle il avait textuellement déclaré qu'à son avis, M. Ben Ali, devrait passer le témoin et "sortir par la grande porte" et non pas attendre le sort du regretté Bourguiba. Charfi et le "Charfisme" n'ont cessé par ailleurs de réaffirmer leur opposition au quatrième mandat de M.Ben Ali, à l'amendement constitutionnel du 26 mai et à toutes les prétendues réformes que le pouvoir élabore pour consacrer la présidence à vie de M. Ben Ali.
Mais le "Charfisme" n'appelle pas pour autant à "jeter le bébé avec l'eau du bain". Pour parler directement, nous estimons que le "Bourguibisme" peut être un allié du mouvement démocratique et moderniste dans la phase actuelle de l'évolution de notre pays. Et il se trouve qu'une bonne partie de ce courant se trouve encore au sein du RCD. Mais cette mouvance est aussi baillonnée que la société civile dans son ensemble. Ce n'est donc pas au pouvoir que nous tendons la main mais à cette mouvance "moderniste", devenue "libérale" par son expérience propre de la "négation du politique", même au sein d'un parti politique au pouvoir.
De ce point de vue, il n'y a donc pas lieu de parler de "négociation" avec le pouvoir. Et d'ailleurs qu'y-a-t-il à négocier?
Si ce sont nos droits de citoyens, ils ne sont pas négociables. Si ce sont des postes au gouvernement, Charfi l'avait et l'a rendu à M.Ben Ali.
L'appréciation de Sadri KHIARI est, à ce niveau du moins, un peu hative.
Pour ce qui concerne le "petit coup de pouce européen", il s'agit là aussi d'une appréciation qui dénote un amalgame regrettable. Car confondre la sympathie dont Charfi peut bénéficier à l'échelle internationale, du fait de ses idées modernistes et de sa stature politique, avec l'attente d'un éventuel "coup de pouce", est franchement inacceptable intellectuellement. Et pour éclairer notre ami Sadri KHIARI, nous pouvons lui assurer, que jamais Charfi n'a recherché un quelconque contact, à quelque titre que ce soit, avec aucune instance européenne ou autre. Mais il n'est évidemment ni poli, ni "politiquement correct", de refuser les invitations diplomatiques ou les échanges d'idées avec les partenaires et amis de la Tunisie.
Pour conclure, si Sadri KHIARI estime que "L’unification des démocrates, que certains appellent de leurs voeux, ne se ferait, aujourd’hui, que sur une base plutôt "charfiste", c'est que cette base n'est pas aussi erronée que certains veulent le faire croire.
 
 
La F.T.C.R. vous propose un de cycle de Conférences sur

La République et ses musulmans
 
Nous nous proposons de lancer, dès la rentrée, une action multiforme et durable sur l’islam en France. Parmi ses volets un cycle de séminaire destiné à un public varié  (associatifs, travailleurs sociaux,
Institutionnels, jeunes - hommes ou femmes -vivant dans les quartiers ..) et qui sera également ouvert à un public plus large, au cours duquel interviendront des spécialistes mais aussi des acteurs associatifs ou institutionnels, des «représentants de l’Islam»... L’objectif de ces séminaires est de mettre en présence différents acteurs pour débattre autour de thèmes au cœur de la problématique de l’Islam en France.

1. Organiser, représenter l’islam

• Les autorités publiques en France négocient, entre autres, avec des associations Islamiques. Il est intéressant de savoir avec qui on discute.

• La question de la représentation des musulmans en France est une question parfois illisible pour nombre d’acteurs. Il importe de rappeler les expériences tentées jusqu’ici, depuis le CORIF jusqu’à la récente Consultation.

2. Islam d’ici, islam de là-bas

• La Charia et les pratiques juridiques au Maghreb et au-delà ? Elucider une thématique récurrente dans le débat : la Charia. Il s’agit de s’interroger sur un mot et sur les pratiques juridiques qu’il induit dans les pays musulmans, à commencer par le Maghreb, et d’apprécier ces pratiques à l’aune des principes laïques qui régissent l’exercice des cultes dans l’Hexagone.

•  L’Islam de France et l’intégrisme en Méditerranée et ailleurs. On parle souvent d’un Islam de souche française. Peut-on aborder la thématique d’un Islam français en dehors d’un environnement géopolitique ?

3. L’islam, les femmes, les jeunes…

• Qui dit islam dit statut des femmes. Le traitement médiatique de la femme musulmane et de  l’Islam aident-t-il à une meilleure compréhension de la question de l’Islam en France ou à la pérennisation des préjugés sur la présence musulmane en France ?

• Les banlieues verdissent nous dit-on... L’islam est-il devenu le dernier refuge identitaire des jeunes issus de l’immigration  pour se préserver d’un environnement discriminant, ou bien est-ce la dernière tentation des collectivités locales que d’utiliser la religion pour réguler les tensions dans les banlieues ?

• Quid également de l’enseignement des religions dans l’école publique ? La laïcité française suppose la neutralité religieuse de l’école publique, est-ce à-dire que l’enseignement de l’histoire des religions est anti-laïque ?


1er séminaire
. « Organiser, représenter l’islam »

Le jeudi 26 septembre 2002 à 14 heures 30
Au S.N.U.I.P.P. (salle aux Pilliers)
12 rue Cabanis 75014 Paris (métro : Glacière)

Intervenant :

Driss El-Yazami, Secrétaire. Général de la F.I.D.H.
Khaled Aouri, Juriste, traducteur.
Mohsen Ismaïl, Théologien.
Tarek Be Hiba, directeur de la FTCR.

Veuiller confirmer votre participation par retour de couriel

PROCHAINS SEMINAIRES :

Thème 2°: Islam d’ici, islam de là-bas,
jeudi 31 octobre 2002 14 h 30 à la salle aux Pillers (SNUIPP) 12 rue Cabanis
75014 Paris
Thème 3°: L’islam, les femmes, les jeunes…,
jeudi 21 novembre 2002, 14 h 30 à la salle aux Pillers (SNUIPP) 12 rue
Cabanis 75014 Paris

 

 

Derrière la noyade de 27 Libériens en Sicile, l'ombre de Cosa Nostra...

Rome de notre correspondante

Vingt-sept clandestins africains, partis du Liberia deux semaines auparavant, sont morts noyés à 150 mètres des côtes siciliennes sans connaître la "Belle Italie" dont ils avaient rêvé. Leurs 92 compagnons de voyage, plus chanceux, ont tous demandé l'asile politique à Agrigente, où ils ont trouvé refuge. Dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 septembre, un violent orage a renversé la Sfax, la barque de pêche dans laquelle leurs passeurs les avaient entassés après une longue traversée. Le choc contre les rochers a réduit l'embarcation en morceaux.

Depuis, les récits des rescapés ont été publiés par la presse italienne, et l'histoire du drame se fait plus précise : "Vers 22 heures, je revenais vers la côte, fatigué de guetter le rouget", raconte Gino Cretella, un vieux pêcheur de Porto Empedocle, le petit port le plus proche du lieu du drame. "Soudain, j'ai vu une tête recroquevillée sur le cou, les bras allongés à fleur d'eau : c'était le corps d'un homme mort, comme sans cheveux. J'ai crié, crié... Enfin, d'un restaurant de la plage, ils ont appelé les secours. Un policier s'est emparé de ma barque pour se précipiter vers de sombres silhouettes qui s'accrochaient aux morceaux de planches. Je ne suis pas près de retourner en mer."

Au fil des heures, des survivants sont repêchés et conduits à l'hôpital d'Agrigente où ils reçoivent les premiers soins. D'autres, plus valides, sont acheminés vers le centre d'accueil pour immigrés le plus proche. Dans les jours qui suivent, l'archevêque de Syracuse, Giuseppe Costanzo, en héberge même une soixantaine, jusqu'à ce qu'une solution plus durable leur soit proposée.

PةRIPLE DE MISبRE

Tous ces clandestins, originaires du Liberia dévasté par une féroce guerre civile, ont payé cher leur voyage : entre 500 et 1 500 euros par personne. "Nous voulions que notre futur bébé naisse dans un pays en paix", raconte un jeune couple dont l'épouse, Irene, 20 ans, a bénéficié d'un des rares gilets de sauvetage disponibles sur la barque.

Les étapes de ce périple de misère ont été rapidement reconstituées par les autorités judiciaires. En effet, pour la première fois dans ce genre d'affaire, un des deux passeurs, arrêtés au moment du drame, a accepté de collaborer avec la justice. Hosameldin est égyptien ; âgé de 24 ans, il pourra bénéficier d'une protection policière, escompter une réduction de peine en échange de ses informations, et obtenir ensuite des papiers en règle. Alors il s'est confié.

A l'entendre, le cerveau du trafic se trouverait en Egypte. Partis du Liberia, les candidats à l'exil auraient fait une longue halte en Tunisie. Selon des informations provenant de sources proches de l'enquête et reprises par La Repubblica et Il Corriere della sera, deux localités serviraient, sur le sol tunisien, de caravansérails en attendant la reprise de la croisière : l'une entre Nabeul et Kelibia, l'autre, au sud de Gabès, à Zowara, à une encablure de la Libye.

Enfin, à leur arrivée sur les côtes siciliennes, les clandestins avaient dans leurs poches des adresses de "contacts" italiens. Selon le maire d'une localité voisine, "quelqu'un d'ici aurait guidé la barque Sfax". Pour les enquêteurs, l'ombre de Cosa Nostra se profile sur ce trafic d'êtres humains. Et Hosameldin vient de se rétracter, par peur pour sa famille.

Danielle Rouard

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 21.09.02 DU JOURNAL " LE MONDE"
 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l'aide précieuse de l'association :
Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
Box 62 127 22
Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308   
Fax:(46) 8 464 83 21  
e-mail:
عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.

To Subscribe, please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
To Unsubscribe, please send an email to: عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته. 
ِA
rchives complétes de la liste : http://site.voila.fr/archivtn


** En re-publiant des articles, des communiqués, des interventions de toutes sortes tirées d’un grand nombre de sources disponibles sur le web ou envoyés par des lecteurs, l’équipe de TUNISNEWS n’assume aucune responsabilité quant à leur contenu.

** Tous les articles qui ne sont pas signés clairement par « L’équipe TUNISNEWS » n’expriment pas les points de vue de la rédaction.

** L'équipe de TUNISNEWS fait tous les efforts possibles pour corriger les fautes d’orthographe ou autres dans les textes qu’elle publie mais des fautes peuvent subsister. Nous vous prions de nous en excuser.

Accueil

 

21septembre02


Mesure d'audience et statistiques
Classement des meilleurs sites, chat, sondage

قراءة 265 مرات